Prévisions apocalyptiques et autres fantasmes …

La dernière version « fuitée » du rapport de l’IPCC fait état d’une montée catastrophique du niveau des océans, d’une augmentation délirante de la température moyenne de la planète Terre et de toute une série de catastrophes, disparition totale (ou presque) des coraux, sécheresses, typhons et autres cyclones, incendies, canicules (à croire que ce qui se passe dans les Etats de Washington et de British Columbia arrive à point nommé), famines, épidémies, invasions de criquets, etc … Pendant ce temps-là on recherche des OVNIs, des signaux extra-terrestres, la possibilité d’installer des colonies d’humains sur Mars voire sur Titan puisque de toutes les façons, quoiqu’il arrive, l’humanité va disparaître à cause de la fournaise insupportable qui nous attend tous. Au Quinzième siècle on brûlait des femmes innocentes qu’on accusait de sorcellerie car elles collaboraient avec des forces maléfiques et diaboliques pour qu’il y ait des étés pourris et des récoltes insignifiantes, ce qui provoquait de gigantesques famines accompagnées d’immondes épidémies. Pour le très sérieux Bulletin of Atomic Scientists le compteur de la durée de vie (de survie) de l’humanité affiche maintenant 100 secondes, je n’invente rien. Si on considère que l’apparition de l’homme moderne date d’environ 500000 ans alors il ne reste à l’humanité que 12 ans à vivre, encore une prévision apocalyptique ! La représentante démocrate Ocazio-Cortez (AOC) l’a affirmé droite dans ses escarpins vernis. Aujourd’hui les scientifiques honnêtes qui affirment que le prochain réchauffement du climat arrivera après la grande glaciation, c’est-à-dire dans 70000 ans, sont expulsés du milieu académique, en d’autres temps ils auraient été brûlés sur la place publique comme Giordano Bruno ou les sorcières dans les années 1450. Tout le cartel de la gauche occidentale affirme qu’on va tous disparaître si on ne fait rien, comprenez si on continue à se goinfrer de viande rouge au lieu de choisir de survivre avec des larves de termites grillées sur un feu de bouses de vaches utilisées pour labourer de maigres champs d’illusoire subsistance.

Toutes ces prévisions de fin du monde conduisent aux plus extravagantes fictions. L’humanité envisage d’aller coloniser une autre planète orbitant autour d’une autre étoile. Près de notre système solaire à environ 20 années-lumière de distance 250 systèmes planétaires ont été reconnus. Pas le moindre signal intelligent provenant d’une quelconque de ces planètes, d’ailleurs il semble qu’aucun de ces objets orbitant autour d’étoiles plus ou moins hostiles soit habitable. Oublions de tels projets, ils relèvent d’une science-fiction de mauvaise qualité. Depuis maintenant 16 mois on est pétri quotidiennement et c’est pratiquement inévitable pour tous les habitués des chaines de télévision en subissant inlassablement une propagande jamais atteinte en intensité y compris durant les heures sombres de l’Allemagne nazie ou de l’URSS stalinienne de signaux d’alarme terrifiants. Un relent de cette intensité peut être retrouvé en Chine ou en Corée du Nord mais néanmoins la propagande a atteint notre cerveau reptilien et nous sommes tous, de ce fait, devenus incapables de manifester un quelconque semblant d’esprit critique. La fin du monde est prévu avant 12 ans (si tout va bien) et tout le monde y croit. Des épidémies il y en aura d’autres et le SARS-CoV-2 a servi uniquement à bien éduquer les démocraties occidentales pour exploiter ce type d’évènements ultra-angoissants selon la version des décideurs politiques donnant libre cours à leurs instincts dominateurs.

Les prochaines sorcières que l’on brûlera seront les quelques rares scientifiques courageux qui dénoncent les dérives idéologiques actuelles lourdement teintées de totalitarisme. Je voudrais terminer ce billet très pessimiste par une anecdote. En 1978 je travaillais à UCLA et le 4 juillet je suis allé avec ma petite famille dans le quartier résidentiel de Brentwood. J’ai vu l’astronaute John Glenn qui se trouvait assis sur un char genre carnaval. Il serrait la main de ses admirateurs et je me suis approché de lui et ai dit que j’étais heureux que toute l’Amérique célèbre mon anniversaire, je suis en effet né un 4 juillet. Il m’a félicité et m’a souhaité un joyeux anniversaire. Au cours des quelques tours qu’il a parcouru autour de la Terre il n’a rien vu d’étrange ni de divin. Franchement, devant la totale imbécillité qui envahit l’humanité entière je n’ai plus vraiment envie que qui que ce soit me souhaite un joyeux anniversaire et je préfère attendre la mort qui je l’espère arrivera le plus vite possible. Tant pis pour mes petits-enfants ce ne sera plus mon problème …

Autres réflexions sur l’épidémie de SARS-CoV-2

Lorsque je me suis auto-prescrit de la chloroquine il y a un peu plus d’un an terrifié d’avoir été éventuellement contaminé par le SARS-CoV-2 puisque les Chinois en avaient mentionné les propriétés anti-virales et que le Professeur Raoult avait repris ces travaux pionniers des biologistes chinois j’ai été stupéfait que la Ministre de la santé française du moment, Madame Buzin, classe la chloroquine (dans les faits l’hydroxychloroquine) comme substance vénéneuse. Au Vanuatu la chloroquine était gratuite en raison de l’aspect endémique de la malaria dans ce pays avec non seulement du P.vivax mais également du P.falciparum, il faut avoir vécu dans ce pays pour comprendre pourquoi la chloroquine était disponible gratuitement. Quand j’ai appris que la France classait ce produit comme toxique alors qu’il sauvait des vies dans ce pays reculé je me suis demandé si les décideurs politiques français n’étaient pas tombé sur la tête, sans s’en rendre compte.

Ou alors cette décision était télécommandée par les laboratoires pharmaceutiques qui ne voulaient pas en entendre parler. J’ai pu confirmer près de six mois plus tard que j’avais effectivement été contaminé par le SARS-CoV-2 à la fin du mois de mars 2020 en me soumettant à une analyse sérologique et en lisant une multitude d’articles scientifiques qui décrivaient en détail les symptômes dont j’avais souffert. Si j’avais suivi les décisions du gouvernement français je serais probablement mort à la fin du mois de mars 2020. Au Vanuatu mon véhicule était un pick-up 4 roues motrices et il m’est souvent arrivé de sauver des vies d’enfants en bas âge en les conduisant avec leur mère dans le dispensaire le plus proche. L’infirmier confiait à la mère une purée contenant de la chloroquine qu’elle devait mettre dans la bouche de son enfant mourant et, à ma grande stupéfaction, c’était efficace. Alors quand Madame Buzin déclara que la chloroquine est toxique, comprenez ma réaction d’indignation.

Les ministres et leur cortège de conseillers scientifiques finiront par se laver les mains de leurs décisions criminelles puisque l’INED a conclu de ses études statistiques qu’au cours de l’année 2020 il n’y a eu aucune augmentation vraiment significative de la mortalité en France. Il n’y a pas besoin de se gratter la tête pour arriver à la même conclusion car l’âge moyen des victimes du SARS-CoV-2 au cours de cette année 2020 est supérieure à 80 ans, en d’autres termes au delà de l’espérance de vie selon les critères de l’INED. Ceci veut tout simplement dire que jamais aucun politicien français ne sera condamné à des peines de prison. Des avocats comme Fabrice Di Visio, pour lequel j’ai beaucoup de respect, se prennent pour Don Quichotte de la Mancha.

Pour revenir à Madame Buzin il me paraît très suspect qu’elle ait été parachutée pour représenter le gouvernement (il faut dire les choses clairement) dans des élections locales dont j’ai oublié l’enjeu puis être nommée à l’OMS, une magouille téléphonée depuis le Palais de l’Elysée, afin qu’elle dispose d’un passeport diplomatique et échappe ainsi à toute poursuite judiciaire. Il ne faut pas croire un instant que le Président de la République Française ait pu concocter ce sauvetage de Madame Buzin car les évènements le dépassaient, à moins qu’il en ait lui-même été l’acteur central. Je veux signifier ici que le Président français, habitué des cercles d’influence qu’il a côtoyé au cours de son séjour chez Rothschild, ait fermé les yeux devant ce que lui faisaient miroiter les lobbyistes des grandes compagnies pharmaceutiques. L’affaire de l’interdiction de la prescription et de la vente de l’hydroxychloroquine semble n’être qu’un détail et pourtant c’est là, sur ce point précis que des journalistes d’investigation courageux devraient mettre leur nez … S’en est suivie l’ignoble campagne de dénigrement du Professeur Raoult orchestrée par les médias proches du pouvoir. Des vies auraient pu être sauvées voire prolongées, mais quelle est l’importance de la vie d’un « vieux » pour ces technocrates qui gouvernent le pays ?

L’autre volet très surprenant de la gestion de l’épidémie de SARS-CoV-2 a été l’interdiction des cliniques et hôpitaux privés de traiter les malades « covid ». Alors que les hôpitaux publics étaient totalement encombrés leurs contre-parties privées étaient vides. Ce type de décision a également été pris dans d’autres pays européens comme l’Italie, la Belgique ou l’Espagne. Quelle en était la motivation cachée ? Le pouvoir politique voulait-il tout contrôler et pour quelle raison ? Le public a le droit de savoir … En ce qui me concerne si je ne trempe pas dans une théorie complotiste de l’intervention directe du lobby du « BigPharma » en arrière plan alors je ne comprends toujours rien.

Il reste un dernier point énigmatique : l’attitude des grands médias télévisuels et de la presse écrite. Ces canaux d’information n’ont cessé de transmettre un message angoissant, certes, mais ce message provenait-il du pouvoir politique ou des journalistes eux-mêmes ? En d’autres termes qui gouvernait réellement le pays, les politiques ou les médias ? Je pencherais plutôt pour une sorte de symbiose malsaine entre les journalistes et le pouvoir dans le but ultime de terroriser le peuple pour mieux l’asservir. Dans ces conditions la voie est libre pour mettre en place un régime totalitaire, à moins que …

Encart tiré du blog de George Ugeux :

( https://georgesugeux.com/category/french/ )

Covid-19 : politisation, corruption et suppression de la science.

Quand la bonne science est supprimée par le complexe politico-médical, les gens meurent (Editorial du British Medical Journal du 13 Novembre 2020). Les politiciens et les gouvernements suppriment la science. Ils le font dans l’intérêt public, disent-ils, pour accélérer la disponibilité des diagnostics et des traitements. Ils le font pour soutenir l’innovation, pour mettre des produits sur le marché à une vitesse sans précédent. Ces deux raisons sont en partie plausibles. Les plus grandes déceptions sont fondées sur une part de vérité, mais le comportement sous-jacent est troublant.

La science est supprimée à des fins politiques et financières. Le Covid-19 a déclenché la corruption de l’État à grande échelle, et il est nocif pour la santé publique (1, se reporter à l’article pour les références). Les politiciens et l’industrie sont responsables de ce détournement de fonds opportuniste. Il en va de même pour les scientifiques et les experts en santé. La pandémie a révélé comment le complexe politico-médical peut être manipulé en cas d’urgence – un moment où il est encore plus important de sauvegarder la science.

La réponse à la pandémie au Royaume-Uni fournit au moins quatre exemples de suppression de la science ou des scientifiques. Premièrement, la composition, la recherche et les délibérations du Groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE, Scientific Advisory Group for Emergencies) étaient initialement secrètes jusqu’à ce qu’une fuite de presse force la transparence (2). La fuite a révélé une implication inappropriée de conseillers gouvernementaux dans le SAGE, tout en révélant une sous-représentation de la santé publique, des soins cliniques, des femmes et des minorités ethniques. En effet, le gouvernement a également reçu récemment l’ordre de publier un rapport de 2016 sur les lacunes de la préparation à une pandémie, l’opération Cygnus, à la suite d’un verdict du Bureau du commissaire à l’information (3,4).

Ensuite, la publication d’un rapport de Public Health England sur le Covid-19 et les inégalités a été retardée par le ministère de la Santé d’Angleterre. Une section sur les minorités ethniques a été initialement suspendue, puis, à la suite d’un tollé général, a été publiée dans le cadre d’un rapport de suivi (5,6). Les auteurs de Public Health England ont reçu pour instruction de ne pas en parler aux médias. Troisièmement, le 15 octobre, le rédacteur en chef du Lancet s’est plaint qu’un auteur d’un article de recherche, un scientifique du gouvernement britannique, a été empêché par le gouvernement de parler aux médias en raison d’un « paysage politique difficile » (7).

Maintenant, un nouvel exemple concerne la controverse relative aux tests d’évaluation des anticorps dirigés contre le Covid-19 (8). L’opération Moonshot du Premier ministre dépend de la disponibilité immédiate et large de ces tests de diagnostic rapides et précis (9). Elle dépend également de la logique discutable du dépistage de masse – actuellement testé à Liverpool avec un test PCR sub-optimal (10,11).

L’incident est lié à des travaux de recherche publiés dans le BMJ, qui révèle que le gouvernement a acheté un test d’anticorps qui, dans le monde réel, est bien en deçà des déclarations de performance faites par ses fabricants (12,13). Des chercheurs du Public Health England et des institutions collaboratrices ont raisonnablement poussé à publier les résultats de leur étude avant que le gouvernement ne s’engage à acheter un million de ces tests, mais ont été bloqués par le ministère de la Santé et le bureau du Premier ministre (14). Pourquoi était-il si important de se procurer ce produit sans un examen préalable minutieux ? La pré-publication des recherches sur un serveur de pré-impression ou sur un site Web gouvernemental est compatible avec la politique de publication du BMJ. Comme s’il avait été nécessaire de prouver quelque chose le Public Health England a ensuite tenté en vain de bloquer le communiqué de presse du BMJ sur cet article scientifique.

Les politiciens prétendent souvent suivre la science, mais c’est une simplification excessive et trompeuse. La science est rarement absolue. Cela s’applique rarement à tous les contextes ou à toutes les populations. Il n’est pas logique de suivre servilement la science ou les preuves qu’elle avance. Une meilleure approche consiste pour les politiciens et les décideurs nommés publiquement, à être informés et guidés par la science lorsqu’ils décident de la politique pour leur public. Mais même cette approche n’attire la confiance du public et des professionnels que si la science est disponible pour un examen minutieux et sans ingérence politique, et si le système est transparent et non compromis par des conflits d’intérêts.

La répression de la science et des scientifiques n’est ni nouvelle ni un phénomène particulièrement britannique. Aux États-Unis, le gouvernement du président Trump a manipulé la Food and Drug Administration pour approuver à la hâte des médicaments non prouvés (voir note en fin de billet) tels que l’hydroxychloroquine et le Remdesivir (15). À l’échelle mondiale, les gens, les politiciens et les responsables des achats sont corrompus par des agendas politiques et commerciaux (16).

La riposte du Royaume-Uni à la pandémie repose trop largement sur des scientifiques et d’autres personnes nommées par le gouvernement aux intérêts concurrents inquiétants, y compris des participations dans des entreprises qui fabriquent des tests de diagnostic, des médicaments et des vaccins anti-Covid-19 (17). Les personnels nommés par les gouvernements peuvent ignorer les données scientifiques ou pire faire leur propre choix parmi ces données, une autre forme de malhonnêteté, et se livrer à des pratiques anticoncurrentielles qui favorisent leurs propres produits et ceux d’amis et d’associés (18).

Comment la science pourrait-elle être sauvegardée en ces temps d’exception ? La première étape est la divulgation complète des intérêts concurrents du gouvernement, des politiciens, des conseillers scientifiques et des personnes nommées, tels que les responsables des tests et du traçage, de l’approvisionnement en tests diagnostiques et de la livraison des vaccins. La prochaine étape est une transparence totale sur les systèmes de prise de décision et leurs processus afin de savoir qui est responsable de quoi. Une fois que la transparence et la responsabilité sont établies en tant que normes, les personnes employées par le gouvernement ne devraient idéalement travailler que dans des domaines sans rapport avec leurs intérêts personnels. L’expertise n’est possible qu’en l’absence de conflits d’intérêt. Si une règle aussi stricte devient irréalisable, la bonne pratique minimale est que les personnes étant en position de conflit d’intérêts ne doivent pas être associées aux décisions sur les produits et les politiques dans lesquels elles ont un intérêt financier.

Les gouvernements et l’industrie doivent également cesser d’annoncer une politique scientifique critique par communiqué de presse. De telles mesures mal jugées laissent la science, les médias et les marchés boursiers vulnérables à la manipulation. Une publication claire, ouverte et préalable des bases scientifiques de la politique, des achats et des médicaments miracles est une exigence fondamentale (19).

Les enjeux sont élevés pour les politiciens, les conseillers scientifiques et les personnes nommées par le gouvernement. Leur carrière et leurs soldes bancaires peuvent dépendre des décisions qu’ils prennent. Mais ils ont une responsabilité et un devoir plus élevés envers le public. La science est un bien public. Il n’est pas nécessaire de la suivre aveuglément, mais il faut en tenir compte de manière équitable. Il est important de noter que la suppression de la science, que ce soit en retardant la publication, en choisissant des recherches favorables ou en bâillonnant les scientifiques, est un danger pour la santé publique, causant des décès en exposant les gens à des interventions dangereuses ou inefficaces et en les empêchant de bénéficier de meilleurs traitements. Lorsque tout ceci est mêlé à des décisions commerciales, il s’agit également d’une mauvaise administration de l’argent des contribuables.

La politisation de la science a été déployée avec enthousiasme par certains des pires autocrates et dictateurs de l’histoire, et elle est malheureusement courante dans les démocraties (20). Le complexe politico-médical tend vers la suppression de la science pour favoriser et enrichir ceux qui sont au pouvoir. Et, au fur et à mesure que les puissants réussissent, s’enrichissent et s’enivrent davantage de pouvoir, les vérités peu pratiques de la science sont supprimées. Lorsque la bonne science est supprimée, les gens meurent.

Pour les références il faut se reporter à l’éditorial signé de Kamran Abbasi, CEO du BMJ, dont le lien est le suivant : https://www.bmj.com/content/371/bmj.m4425

Note. Des essais en double aveugle randomisés ont été effectués sur les deux produits Remdesivir et hydroxychloroquine. Les résultats obtenus n’ont jamais été rendus publics, on ne sait pas pourquoi certains essais n’ont pas été finalisés. En ce qui concerne le Remdesivir sa toxicité au niveau des reins a été largement montrée empiriquement par les praticiens hospitaliers. Pour l’hydroxychloroquine, l’efficacité de ce produit a également été prouvée par l’observation clinique. La Chine, qui avait découvert l’efficacité de ce produit sur le SARS-CoV-1 il y a près de 20 ans, a toujours considéré que des tests en double aveugle randomisés sur des malades était contraire aux règles éthiques fondamentales. En d’autres termes le devoir d’un médecin est de soigner le malade et non pas de risquer sa vie en effectuant des tests placebo. Et puisque j’y suis aucune publication des essais cliniques relatifs aux vaccins dits « à ARN messager » n’a été rendue publique. C’est contraire à l’éthique fondamentale. Le chaland va devoir se faire vacciner sur la foi de communiqués de presse des grandes compagnies pharmaceutiques : invraisemblable, tout simplement … J ‘approuve le courage de Kamran Abbasi qui a dénonçé les dysfonctionnements dans la crise coronavirale en Grande-Bretagne !

L’étonnante propagande climatique de la BBC

Capture d’écran 2020-06-14 à 17.51.52

Tous les ans à la même période les régions arctiques situées au nord du cercle polaire ne connaissent pas la nuit et l’ensoleillement y est le plus élevé au monde. Apparemment les services météorologiques de la BBC ignorent ce détail et chaque année ils y vont d’un grand coup de propagande pour dénoncer le réchauffement du climat puisque la température a atteint l’étonnante valeur de 30 degrés à la station météo de l’aéroport de Nizhnyaya Pesha en Nénètsie, province peuplée de nomades éleveurs de rennes. Il n’y a pourtant rien d’inquiétant !

Toujours en Nénètsie, au bord de la Mer de Barentz, la station météo de Ust Tzilma située à 65,43 °N présente les plus longues séquences de données de température de cette région arctique et comme il est évident de le remarquer la température oscille entre + 30 et – 30 degrés avec une régularité étonnante :

Capture d’écran 2020-06-14 à 17.51.14

La BBC a perdu une bonne occasion de se taire quand elle ajoute une couche en prétendant que les Nénètses redoutent des incendies de forêt …

Source : blog de Paul Homewood.

Désinformation : histoires de « règle de trois »

Les gros mensonges repris en boucle par les médias deviennent insupportables. Un seul exemple illustre cette tendance à la désinformation de journalistes peu scrupuleux. La province de Hubei en Chine compte à peu près autant d’habitants que la France et il y a donc statistiquement autant de décès qu’en France, soit 600000 morts par an de toutes sortes de causes, naturelles et médicales. La ville de Wuhan concentre avec son agglomération plus de 19 millions d’habitants. En deux mois de confinement autoritaire lors de la grippe du Covid-19 il a donc fallu « gérer » pas seulement les morts provoqués par cette grippe mais également les décès « habituels », c’est-à-dire environ 40000 morts dans la seule agglomération de Wuhan. Devant l’incapacité des familles à venir se recueillir auprès de leurs proches et de gérer elles-mêmes leurs morts, les autorités ont décidé de crémations massives prenant soin de transférer les cendres dans des urnes avec une étiquette précisant l’identité du mort correspondant afin que les familles viennent après le confinement récupérer ces urnes. J’ai mentionné environ car les statistiques démographiques datent de 2015.

Des photos prises opportunément de pleines palettes d’urnes funéraires pour alimenter la désinformation au sujet de la Chine et de sa gestion de la crise grippale du coronavirus ont fait le tour du monde sans que jamais aucun journaliste n’ai manifesté le moindre soupçon de bon sens arithmétique comme je viens de l’exposé ci-dessus, il suffisait de faire une simple règle de 3. Ces photos ont été disséminées par la CIA dans le monde occidental et les médias les ont unanimement reprises en boucle.

Quand on constate qu’un ministre de l’économie ne sait même pas combien il y a de m2 dans un hectare il ne faut donc pas s’étonner que des journalistes ne soient pas capables de faire une règle de 3, c’est largement au dessus de leurs capacités intellectuelles. Et quand le président Macron prolonge le confinement en France jusqu’au 11 mai de cette année il ne faut pas s’étonner non plus qu’il ignore la règle de 3, lui qui est censé être un économiste de haut vol mis au pouvoir par des électeurs qui ignorent aussi la règle de trois. Il n’a pas compris qu’arithmétiquement parlant les deux mois de confinement représentent 16,666 points de PIB perdus, perte du PIB qui atteindra probablement le quart voire le tiers du PIB global de la France sur l’année 2020. Bon confinement à tous !

Crise climatique à l’ONU !

À l’approche du grand raout onusien dont le plat de résistance sera le climat et ses conséquences invraisemblables pour l’ensemble de l’humanité à moins qu’un conflit moyen-oriental vienne perturber cette grand-messe de l’Eglise de Scientologie Climatique avec sa sainte et vierge Greta les médias tirent à vue leurs cartouches et ce lundi 16 septembre 2019 je me suis limité aux titres du Guardian, florilège :

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.21.06.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.21.58.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.24.01.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.24.39.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.27.35.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 15.25.07.png

L’obsession du carbone a progressivement changé les mentalités.

Capture d’écran 2019-07-18 à 17.43.25.png

Subissant presque 24 heures sur 24 la propagande « réchauffiste » basée sur les émissions de CO2 dans l’atmosphère, les gouvernements encouragent à grands frais (pour les contribuables) la mise en place des énergies dites « vertes » ou « non carbonées » ou encore « renouvelables » et en particulier les moulins à vent. Notre capacité de jugement a été émoussée par cette propagande à tel point qu’il devient impossible de discerner la fiction que véhicule cette propagande de la réalité des faits. Ce billet n’exposera pas encore une fois l’imposture du changement climatique mais le désastre provoqué par les éoliennes sur la biodiversité, biodiversité dont on entend aussi parler car, selon les mêmes activistes « réchauffistes », elle est menacée … par le réchauffement.

800px-Haliaeetus_leucocephalus_1.jpg

En 2013, alors que le parc éolien nord-américain n’en était qu’au stade du développement, 573000 oiseaux ont été tués par les éoliennes, provoquant une baisse alarmante notamment des populations de pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) aussi appelé Bald Eagle, l’emblème des Etats-Unis. Ces même militants « réchauffistes » s’alarment du mazoutage de quelques oiseaux marins quand il y a un accident sur un bateau transportant du pétrole mais ils gardent le silence devant l’hécatombe de chauve-souris et d’oiseaux migrateurs provoquée par les éoliennes.

Tout ça parce que les éoliennes font partie du programme institué par les Nations-Unies pour décarboner la planète. Voilà un exemple de la déviation de cette faculté de jugement provoquée par la propagande climatique. L’objectivité a disparu car ce jugement prend soin de ne pas considérer tous les éléments pourtant nécessaires pour construire un jugement objectif. Prenons un autre exemple emblématique de la confusion qui a envahi l’opinion. Aux Etats-Unis toujours la dixième cause de mortalité est le suicide dont le taux a atteint en 2017 quatorze cas pour 100000 habitants (source CDC). Ces mêmes activistes « réchauffistes » ont clamé que ce taux de suicide était en constante augmentation parce que, suivant des recommandations de 70 associations médicales, le changement climatique devait être considéré comme une urgence sanitaire et que par conséquent le nombre de suicides augmentait pour cette raison. Les 45000 suicidés américains chaque année doivent donc être considérés comme des victimes du changement climatique.

L’opinion traverse donc une crise réelle et pas seulement aux USA puisque la toute nouvelle présidente de la Commission européenne a déclaré que l’urgence absolue de l’Union européenne était le changement climatique. Tous les prétexte sont bons pour la propagande « réchauffiste » : le recul des glaciers alpins, les épisodes de canicule, les inondations, la sécheresse, l’érosion des littoraux, les feux de forêt, la raréfaction des ours blancs, la fonte de la banquise, et pourquoi pas aussi les tremblements de terre et la prochaine crise boursière ? Qu’arrive-t-il à une société qui se raconte ses propres contes de fée ? La décadence, car nous sommes tous en train de « perdre le nord » !

Capture d’écran 2019-07-19 à 08.38.20.png

Inspiré d’un billet de Donna Laframboise (nofrackingconsensus.com)

Illustrations : pygargue, Wikipedia, titre d’un article paru sur Le Temps de Genève

L’obsession du carbone a progressivement changé les mentalités.

800px-Haliaeetus_leucocephalus_1.jpg

Subissant presque 24 heures sur 24 la propagande « réchauffiste » basée sur les émissions de CO2 dans l’atmosphère, les gouvernements encouragent à grands frais (pour les contribuables) la mise en place des énergies dites « vertes » ou « non carbonées » ou encore « renouvelables » et en particulier les moulins à vent. Notre capacité de jugement a été émoussée par cette propagande à tel point qu’il devient impossible de discerner la fiction que véhicule cette propagande de la réalité des faits. Ce billet n’exposera pas encore une fois l’imposture du changement climatique mais le désastre provoqué par les éoliennes sur la biodiversité, biodiversité dont on entend aussi parler car, selon les mêmes activistes « réchauffistes », elle est menacée … par le réchauffement.

En 2013, alors que le parc éolien nord-américain n’en était qu’au stade du développement, 573000 oiseaux ont été tués par les éoliennes, provoquant une baisse alarmante notamment des populations de pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) aussi appelé Bald Eagle, l’emblème des Etats-Unis. Ces même militants « réchauffistes » s’alarment du mazoutage de quelques oiseaux marins quand il y a un accident sur un bateau transportant du pétrole mais ils gardent le silence devant l’hécatombe de chauve-souris et d’oiseaux migrateurs provoquée par les éoliennes.

Tout ça parce que les éoliennes font partie du programme institué par les Nations-Unies pour décarboner la planète. Voilà un exemple de la déviation de cette faculté de jugement provoquée par la propagande climatique. L’objectivité a disparu car ce jugement prend soin de ne pas considérer tous les éléments pourtant nécessaires pour construire un jugement objectif. Prenons un autre exemple emblématique de la confusion qui a envahi l’opinion. Aux Etats-Unis toujours la dixième cause de mortalité est le suicide dont le taux a atteint en 2017 quatorze cas pour 100000 habitants (source CDC). Ces mêmes activistes « réchauffistes » ont clamé que ce taux de suicide était en constante augmentation parce que, suivant des recommandations de 70 associations médicales, le changement climatique devait être considéré comme une urgence sanitaire et que par conséquent le nombre de suicides augmentait pour cette raison. Les 45000 suicidés américains chaque année doivent donc être considérés comme des victimes du changement climatique.

Capture d’écran 2019-07-18 à 17.43.25.png

L’opinion traverse donc une crise réelle et pas seulement aux USA puisque la toute nouvelle présidente de la Commission européenne a déclaré que l’urgence absolue de l’Union européenne était le changement climatique. Tous les prétexte sont bons pour la propagande « réchauffiste » : le recul des glaciers alpins, les épisodes de canicule, les inondations, la sécheresse, l’érosion des littoraux, les feux de forêt, la raréfaction des ours blancs, la fonte de la banquise, et pourquoi pas aussi les tremblements de terre et la prochaine crise boursière ? Qu’arrive-t-il à une société qui se raconte ses propres contes de fée ? La décadence, car nous sommes tous en train de « perdre le nord » !

Capture d’écran 2019-07-19 à 08.38.20.png

Inspiré d’un billet de Donna Laframboise (nofrackingconsensus.com)

Illustrations : pygargue, Wikipedia, titre d’un article paru sur Le Temps de Genève

Crise climatique : la propagande totalitaire.

2019-06-12070942_shadow.jpg

La longue tradition européenne de propagande a souvent mis en scène des jeunes filles blondes, aux longs cheveux noués en nattes. S’achemine-t-on vers un totalitarisme climatique ? Un seul exemple suffit à donner une réponse affirmative à cette question : la mise en place d’une « taxe-carbone » à l’échelle mondiale ne pourra être effective que si elle est instituée par une gouvernance mondiale autoritaire et par conséquent totalitaire. Il n’y a pas d’autre choix …

Illustration trouvée sur le site realclimatescience.com

Propagande climatique scandaleuse auprès de la jeunesse

Comment un enfant de 12 ans peut comprendre l’évolution du climat sinon en écoutant et en mémorisant ce que la radio, la télévision, les médias répètent inlassablement. Et pire encore, les élèves du collège apprennent dans leurs livres d’éveil en sciences de la vie et de la Terre – doux euphémisme – que le gaz carbonique est dangereux pour le climat et qu’il leur faudra se serrer la ceinture plus tard. Ils n’auront plus de pétrole, peut-être bien plus de gaz naturel et il fera très chaud, trop chaud parce que leurs parents et grands-parents mangeaient trop de viande, gaspillaient tout, consommaient trop, faisaient trop d’enfants, voyageaient trop …

Pour bien inculquer la propagande climatique dans le cerveau de cette jeunesse les gouvernements de tous les pays du monde ont organisé une manifestation festive, solidaire et écolo-responsable en ce mémorable vendredi 15 mars 2019 qui restera gravé dans les mémoires des générations à venir ! Et qui se trouve derrière cet évènement ? Les puissances apatrides de l’argent qui ont inscrit dans leur agenda la domination du monde, le prétexte fallacieux du réchauffement du climat en raison de l’activité humaine étant le plus simple prétexte à imposer à l’ensemble de la population puisqu’il alimente la peur panique d’un Armageddon climatique. Le mensonge est tellement gros qu’il est d’autant mieux admis comme une vérité sinon scientifique du moins politique.

Allez demander à cet escroc de Hulot ce qu’il en pense en se rasant devant sa glace le matin. Comment a-t-il fait fortune ? Sponsorisé par Rhône-Poulenc en parcourant des dizaines de milliers de kilomètres en hélicoptère. De qui se moque cet ex-ministricule, le deuxième plus riche de tous les membres du premier gouvernement Macron ?

Enseigne-t-on aux petits collégiens que la courbe en crosse de hockey de Mann est une escroquerie ? Non bien sûr ! Et pourtant Il ne se passe pas une semaine sans qu’une étude sérieuse et impartiale soit publiée dans des revues scientifiques à comité de lecture constate que, contrairement aux prévisions des politiciens de l’IPCC, il n’y a plus de « réchauffement » du climat depuis 1998. L’étude parue le 28 janvier 2019 concernant l’Atlantique nord et le continent nord-américain jusqu’à l’Alaska réalisée dans le cadre d’une collaboration entre l’Université du Dakota du Sud et celle de Lanzhou en Chine est sans équivoque.

Capture d’écran 2019-03-15 à 17.44.55.png

Les scientifiques en concluent que le gaz carbonique ne joue qu’un rôle mineur dans les variations du climat mais que ce secteur nord du globe terrestre est soumis aux oscillations de l’Océan Atlantique Nord (AMO, Atlantic Multidecadal Oscillation). Depuis 1995 l’oscillation nord-atlantique s’est inversée mettant fin à un cycle « positif », c’est-à-dire provoquant un accroissement des températures moyennes, qui débuta au cours des années 1930. Combinée à une chute spectaculaire de l’activité magnétique du Soleil cette inversion de l’oscillation atlantique va inévitablement provoquer dans un proche avenir un refroidissement sensible du climat.

Ce genre d’article scientifique est ignoré par les politiciens qui veulent vite mettre en place de toute urgence un système de taxes variées pour que les puissances financières transnationales réalisent, de toute urgence également, le maximum de profits … avant que le climat ne se refroidisse. Mais un jour ou l’autre les populations se révolteront contre ces imposteurs qui avancent comme argument uniquement de la fausse science. Il aurait été plus honnête de dire à tous ces adolescents de se préparer à un refroidissement du climat peut-être ingérable et cataclysmique.

Enfin puisque l’argument choc des « réchauffistes » est la toxicité climatique du gaz carbonique ces derniers brandissent la menace d’une raréfaction du pétrole. Encore une fois cet argument est fallacieux. Selon une récente étude de l’Agence Internationale de l’Énergie, les réserves de pétrole sont telles qu’elles sont suffisantes pour assurer le développement économique mondial pendant encore 90 ans et ensuite ce sera le charbon que le Troisième Reich puis l’Afrique du Sud lors de l’embargo contre l’apartheid utilisèrent en mettant en place à grande échelle le procédé Fischer-Tropsch inventé en 1923. Dans ce cas il y a suffisamment de charbon sur la Terre pour assurer un approvisionnement énergétique pendant encore 500 ans sans prendre en compte l’uranium et le thorium … Et la Terre continuera de tourner et le climat continuera à varier.

Source et illustration : Earth and Space Science, code doi : 10.1029/2018EA000443