Les centrales nucléaires flottantes : un bel avenir potentiel.

Capture d’écran 2019-10-06 à 12.36.55.png

Le 14 septembre dernier l’Akademik Lomonosov, parti de Mourmansk, a atteint Pevek, son port de destination dans la Chukotka à l’extrême nord-est de la Sibérie parcourant 4700 kilomètres dans les eaux glacées de l’Arctique. L’Akademik Lomonosov est une centrale nucléaire flottante constituée de deux réacteurs KLT-40S du même type que ceux se trouvant dans les brise-glace à propulsion nucléaire capable de générer 70 MW électriques et 50 Gcalories/heure d’énergie thermique ce qui est suffisant pour assurer la consommation électrique d’une ville de 100000 habitants ainsi que le chauffage de l’ensemble des habitations.

L’A. Lomonosov, vaisseau de 144 mètres de long et 30 mètres de large, déplace 21500 tonnes et comprend un équipage de 69 personnes. Les deux réacteurs conçus par OKBM Afrikantov ont été assemblés à l’institut de recherche et développement de Nizhniy Novgorod. Les cuves, générateurs de vapeur et turbines sont de conception russe. La durée de vie prévue de cette centrale électrique flottante et prévue être d’au moins 40 ans. Le rechargement en combustible – de l’uranium enrichi – s’effectuera tous les 12 ans ce qui nécessitera le retour du navire à Mourmansk, son port d’attache, qui dispose d’installations spécialisées pour gérer et retraiter le combustible des quelques 12 brise-glace nucléaires russes.

La compagnie d’énergie nucléaire russe Rosatom étudie déjà une deuxième génération de centrales nucléaires flottantes équipées de deux réacteurs RITM-200M d’une puissance totale de 100Me. La Russie opère 41 réacteurs nucléaires répartis sur 9 sites. Onze de ces réacteurs sont du type Chernobyl et deux autres, opérationnels, sont des surrégénérateurs, un troisième réacteur de ce type étant en construction. Sept autres réacteurs seront bientôt opérationnels. L’A. Lomonosov s’ajoute donc à cette liste et place la Russie parmi les leaders mondiaux de l’énergie nucléaire civile. L’avantage du réacteur nucléaire flottant réside en trois points. D’une part il s’agit de l’application directe d’une technologie éprouvée avec les brise-glace nucléaires, d’autre part la mobilité de ce type de source d’énergie présente de nombreux avantages. Par exemple ce type de petite centrale nucléaire modulaire (la production en série de tels réacteurs peut être envisagée) peut être installé sur un fleuve, par exemple parmi ceux traversés par la ligne ferroviaire du trans-sibérien, dans une région trop sismique pour envisager la construction d’une centrale nucléaire comme dans la péninsule du Kamtchatka à très forte sismicité ou encore pour suppléer en énergie des villes isolées des réseaux existants comme le gisement de gaz Shtokman dans la mer de Barentz ou encore le développement des sites gaziers et pétroliers de la Péninsule de Yamal. Mais Rosatom pourrait aussi équiper des villes comme Sebastopol, Novorossiysk ou Vladivostok avec de telles installions en supplément des infrastructures existantes.

Les applications de tels réacteurs modulaires flottants sont multiples comme par exemple dans l’archipel du Cap Vert en fournissant, outre de l’électricité, de l’eau par dessalage de l’eau de mer. En effet le A. Lomonosov dispose à bord de sa propre unité de dessalage d’eau de mer et l’archipel du Cap Vert souffre cruellement du manque d’électricité mais également d’eau potable et pour l’irrigation. Ce type de petite unité de production électrique est donc promis à un avenir non négligeable qui pourrait changer profondément la perception de la production d’énergie dans de nombreuses parties du monde.

Source : ZeroHedge

Notes. Les réacteurs KLT-40S sont des réacteurs à eau pressurisée utilisant de l’uranium enrichi à 14,1 % pour se conformer aux traités de non-prolifération des armements nucléaires. Les réacteurs utilisant de l’uranium enrichi jusqu’à 90 % sont réservés aux sous-marins car ils sont très compacts.

Accueillant des visiteurs je ne pourrai peut-être pas assurer une mise en ligne régulière de billets sur ce blog dans les prochains jours. Que mes fidèles lecteurs m’en excusent.

L’Allemagne et le Japon font la course pour savoir qui dénucléarisera son pays le premier.

Ce titre serait complet si on ajoutait aussi la France dont les décideurs ont arrêté leur agenda : fermer la centrale de Fessenheim et 18 autres « vieux » réacteurs pour les remplacer par des moulins à vent.

Le gouvernement japonais a récemment annoncé que les 7 autres réacteurs nucléaires du site de Daiichi (Préfecture de Fukushima) touché par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 ne seraient jamais remis en exploitation. Cette décision ramènera le nombre total de réacteurs nucléaires à 33 contre 54 en 2011 dont seulement 7 sont actuellement en fonctionnement et raccordés au réseau et 2 autres en cours de démarrage. Contrairement aux idées reçues ce n’est pas une bonne nouvelle car depuis le tsunami de 2011, qui a coûté la vie à 18000 civils, l’opinion populaire confond cet évènement avec « la crise nucléaire » au Japon. La peur du nucléaire a ensuite envahi les esprits dans le monde entier entrainant une attaque de cette forme d’énergie non carbonée d’une telle ampleur que jamais un quelconque mouvement écologiste anti-nucléaire comme Greenpeace aurait pu organiser à cette échelle planétaire.

Le Japon est devenu la troisième économie mondiale en raison de son engagement en faveur du progrès scientifique et technologique et de son adoption précoce de l’énergie nucléaire mais a perdu depuis 2011 une grande partie de son auto-suffisance énergétique alors que plus de 25 % de son électricité provenait du nucléaire. La part du nucléaire est tombée aujourd’hui à 3 %. Depuis cet abandon du nucléaire en grande partie en raison de la réticence des populations le Japon a été contraint d’augmenter massivement ses importations de pétrole, de gaz naturel et de charbon en important 9 millions de barils par jour (équivalent pétrole) et en construisant à la hâte 45 nouvelles centrales électriques au charbon. Cette dépendance a non seulement été soumise aux marchés spéculatifs mais également à la stabilité incertaine de la production pétrolière au Moyen-Orient.

En raison de l’hystérie provoquée par l’accident de Fukushima l’Allemagne n’a pas tardé à suivre la vague de peur et a déclaré que sa sortie complète du nucléaire d’ici 2022 l’amènerait à augmenter considérablement ses importations de combustibles fossiles en provenance de Russie et des USA mais également des Pays-Bas et également, ironiquement, l’importation d’électricité depuis la France dont la production électrique provient à plus de 70 % de l’énergie nucléaire. En 2022 l’Allemagne aura perdu 11 % de sa capacité de production d’électricité, soit 22 GW.

Le fait est qu’à ce jour pas un seul décès n’a été imputé aux radiations. Une fusion des coeurs de deux réacteurs a été provoquée par le non respect de normes de sécurité par la société TEPCO qui n’a pas installé les groupes électrogènes à l’abri d’un éventuel tsunami alors que ces derniers auraient pu alimenter les pompes primaires de refroidissement afin d’éviter ce désastre une fois que l’alimentation électrique a immédiatement été perdue après le tsunami. Quant au nombre de morts attribués à tort à la catastrophe nucléaire elle-même, ils sont à déplorer auprès des « réfugiés nucléaires », c’est-à-dire les 160000 personnes déplacées des zones contaminées par les explosions (feux d’hydrogène avec émissions de matières radioactives). Certaines villes et villages sont encore abandonnés en raison des niveaux de radiations essentiellement provoquées par les retombées de césium-137, émetteur gamma de demi-vie égale à 30 ans. Cependant, après des tests approfondis de grande envergure, l’OMS a découvert que les niveaux de radiation dans les agglomérations des personnes évacuées étaient indétectables, ce qui, pourtant, n’a pas vraiment contribué à inverser les craintes profondément ancrées au sein de la société japonaise.

Les effets positifs des rayonnements de faible dose.

Pour établir une comparaison tous les essais nucléaires aériens menés au cours des années 1950-1960 ont déversé dans l’atmosphère et les océans plus de 100 fois plus de déchets radioactifs que ceux rejetés par l’accident de Fukushima-Daiichi. Dans l’Etat de l’Utah les radiations au cours des années 1950 étaient bien bien plus de 100 fois supérieures au pires moments de la catastrophe japonaise en raison des tests nucléaires. Pourtant cet Etat américain connaît le taux de cancers le plus bas de tous les Etats américains depuis plus de 60 ans. Il convient également de noter que les scientifiques qui ont étudié les survivants des bombardements de Hiroshima et de Nagasaki ont été surpris de découvrir parmi ces survivants une durée de vie anormalement longue et des taux de cancers faibles.

Aujourd’hui, quant à la radioactivité décelée dans les poissons dont le thon et les fruits de mer japonais, les niveaux de radiation sont bien en dessous des limites de 1200 Becquerels fixés par la FDA américaine, inférieurs dans tous les cas à la radioactivité contenue dans une banane ou celle qu’un voyageur subit dans un avion. Croyez-le ou non mais une banane, riche en potassium, est radioactive et émet des rayonnements beta-moins et gamma et pourtant la banane est considérée comme excellente pour la santé (cf. les billets des 11 et 24 août 2013 sur ce blog). Ce rayonnement radioactif est considéré comme un « rayonnement de faible dose » que l’on retrouve dans toutes les formes de vie sur la Terre.

L’erreur de la décarbonisation.

Pour ceux qui, comme en Allemagne, au Japon mais aussi en France célèbrent que la sortie du nucléaire offre une opportunité unique d’adopter les énergies solaire et éolienne, une triste claque s’est produite. La réalité est que les coûts de l’énergie ont non seulement augmenté en flèche (et vont continuer à augmenter) partout où des sources d’énergie « verte » ont été installées mais les déchets toxiques … et radioactifs ! générés par la production de cellules photovoltaïques et d’éoliennes dépassent de loin toutes les productions du réacteur nucléaire le plus sale. En 2017 le Ministère japonais de l’environnement a averti qu’en 2040 le Japon accumulerait plus de 800000 tonnes de déchets de panneaux solaires sans qu’il y ait une solution pour les éliminer. Les panneaux solaires ont une espérance de vie de 25 ans après quoi leur élimination devient presque impossible car ils contiennent des métaux lourds toxiques ou cancérigènes comme le cadmium, les mêmes que ceux trouvés dans les ordinateurs et les téléphones portables.

En réfutant la définition même de l’ « énergie renouvelable » les éoliennes, aussi hautes qu’un Boeing 747 est long, sont incapables de produire de l’électricité avec une densité d’énergie suffisante pour fondre et laminer de l’acier, ce matériau nécessaire à la fabrication du mât de l’éolienne. C’est la raison pour laquelle le célèbre programme allemand de réduction des émissions de carbone a abouti en moins de dix ans à un échec total : pas de réduction des émissions de carbone, flambée des prix de l’électricité et destruction massive des écosystèmes. Le groupe de réflexion Frontier Center a récemment commenté la débâcle énergétique allemande en ces termes :

« La construction des fermes solaires et éoliennes a déjà dévasté massivement les biotopes, les terres agricoles, les forêts anciennes et les villages historiques de l’Allemagne. Aujourd’hui le nord de l’Allemagne ressemble à un énorme parc éolien et si vous multipliez par 10 ou 15 la capacité éolienne actuelle un éolienne de 200 mètres de haut devra être installée tous les 1,5 kilomètres partout, dans tout le pays, dans les villes, sur les terres, les montagnes et dans l’eau« .

La radioactivité est naturelle !

L’idée que les radiations sont mortelles a été répandue par un lobby malthusien qui a promu la notion absurde que toutes les doses de radioactivité sont mortelles selon la théorie du modèle linéaire sans seuil (LNT, Linear No-Threshold model) adopté comme standard en médecine en 1959. Cette hypothèse stipule sans apporter de preuves que si une forte dose de radiations vous tue 100 % du temps, une fraction de cette dose vous tuera une fraction du temps … ce qui revient à affirmer selon ce modèle que si vous buvez 100 litres d’eau cela vous tuera 100 % du temps – ce qui est exact – et que boire un litre d’eau vous tuera 1 % du temps ! Nicolas Fisher, expert nucléaire à la Stony Brook University de New-York, a réagi à cette peur infondée en rappelant à ses lecteurs que  » nous vivons sur une planète radioactive dans un univers radioactif. Toute la vie depuis son apparition sur Terre a évolué en présence de radioactivité naturelle « . Sans ce rayonnement naturel émis par les étoiles, les supernova, le sol de la Terre, et les rayons cosmiques …, nos fonctions cellulaires s’effondreraient et nous tomberions malades. Ce n’est pas une affirmation à la légère : elle a été démontrée en isolant des rats de toute radiation ambiante y compris celle présente dans leur nourriture. Ils sont devenus malades. Depuis des générations des personnes souffrant d’arthrite et même de cancers se soumettent à des bains dans des eaux minérales radioactives comme en Ukraine ou en séjournant sur les plages de sable noir radioactif au nord-est du Brésil. Ceci prouve bien que les radiations à faible dose sont bénéfiques pour la vie. Une étude réalisée en 2010 concernant 250000 travailleurs du secteur du nucléaire a montré que le taux de mortalité par cancer était significativement inférieur à celui de groupes témoins.

La peur de la radioactivité

La peur des radiations et par conséquent de l’énergie nucléaire est une fraude mise en avant par un lobby malthusien qui a pour objectif de démanteler les Etats-nations souverains en contraignant ses victimes à détruire le propre fondement de leur existence. Il s’agit de la concrétisation de la politique de la Commission Trilatérale annoncée par le Président de la réserve fédérale américaine, Paul Volker, qui, reprenant les principes du Club de Rome, préconisait une « désintégration contrôlée » de la civilisation industrielle dès 1978. Maurice Strong a appliqué ce programme pour démanteler l’industrie électro-nucléaire canadienne dans les années 1990 tout en prêchant l’effondrement de la civilisation industrielle. C’est cette politique qui est coeur du « Green New Deal » répandue par les banquiers londoniens dont en tête Mark Carney (d’origine canadienne) appuyés par le Prince Charles, Président honoraire de Greenpeace. Cette politique porte un autre nom : la dépopulation. C’est ce programe qu’ont rejeté la Russie et la Chine avec la mise en place de l’initiative « Belt and Road ». La Chine a d’ors et déjà planifié le triplement de son parc nucléaire d’ici 2032 pour alimenter son vaste programme de croissance. L’ambitieux programme nucléaire russe fait écho aux récentes déclaration du Président Poutine contestant l’ordre libéral malthusien occidental. Toute nation engagée dans un programme de développement, à élever le niveau de vie de ses citoyens et à promouvoir la productivité et la richesse de son peuple ne peut tolérer, ne serait-ce qu’une minute, ni un plan de décarbonisation de son économie ni un plan de dénucléarisation de celle-ci.

Note. La « Commission Trilatérale » fut créée en 1973 par son premier président David Rockfeller III. Elle accueillit très vite comme conseiller Zbigniew Brzezinski. Un grand nombre des membres de la Trilatérale étaient également membres du Club de Bilderberg. Si le Japon fit aussi partie de la Trilatérale c’est parce que cet organisme s’inspira du « modèle japonais » d’après-guerre qui réussit à passer d’un système encore semi-féodal à une économie scientifico-indutrielle très avancée en quelques années. Maurice Strong, industriel d’origine canadienne, fut l’initiateur de la mise en place de l’IPCC avec l’appui de la Trilatérale et de la Fondation Rockfeller. Si vous voulez tout savoir sur Maurice Strong voici un lien décoiffant : https://www.alterinfo.net/Mort-de-Maurice-Strong-l-escroc-du-rechauffement-climatique-anthropique_a119354.html

Traduction d’un article de Matthew Ehret paru sur le site Strategic Culture (strategic-culture.org). Pas de billet dimanche 6 octobre

USA : la « beauté » du gaz de schiste pour sauver le climat est un leurre

Capture d’écran 2019-06-07 à 16.24.39.png

Avec 52 dollars le baril à la bourse de New-York et un prix du gaz naturel parallèlement en chute libre les industriels du pétrole et du gaz de roche mère (schistes) aux Etats-Unis sont aux abois. Déjà criblés de dettes (qui ne seront jamais remboursées à moins que l’Iran bloque le détroit d’Ormuz) ils sont condamnés à brûler le gaz naturel qui jaillit mélangé à du pétrole des forages pratiqués dans le Bakken et les schistes permiens. En effet il n’existe pas d’infrastructures pour transporter ce gaz par gazoduc vers les usines de liquéfaction situées au Texas, sur la côte du Golfe du Mexique. Pour les trois premiers mois de l’année 2019 quelques 660 millions de pieds-cube de gaz ont été tout simplement brûlés et les fumées répandues dans l’atmosphère.

Pour les non-spécialistes dont je fais partie un pied-cube représente 0,0283 mètre-cube mais dans l’industrie gazière il représente le nombre de molécules de gaz naturel étant entendu que ce gaz – dont le gaz de schiste – ne contient pas nécessairement que du méthane. La cotation en bourse du gaz naturel s’exprime sur la base du million de pieds-cube dont le symbole est MMcf ou millier de milliers de pieds-cube. Dans les conditions standard de pression et de température (288 °K et 101,56 kPa) un pied-cube contient 1,198 gramme de molécules de gaz naturel. Dans le bassin permien plus de 20 % du gaz provenant des forages a été brûlé en 2018. Dans l’Etat du Dakota du Nord les autorités ont fixé une limite à cette pratique qui est selon la loi de 15 % du gaz provenant des forages. Or toutes les entreprises ont outrepassé cette limite dès l’année 2016, un fait qui a mis en émoi la section locale du Sierra Club. La totalité du gaz brûlé dans le Dakota du Nord par les exploitants du Bakken durant le mois de mars 2019 aurait suffi à assurer le chauffage de toutes les habitations de cet Etat pendant 10 ans !

Plus incroyable encore, comme l’Etat dépend pour ses revenus des taxes sur le pétrole recueilli, limiter les extractions pour limiter le brûlage du gaz aurait également réduit les ressources financières et par conséquent les autorités laissent faire … De ce fait les statistiques parvenant à l’Environmental Defense Fund sont toutes fausses. Enfin pour aggraver le tableau déjà franchement déplorable, si le gazoduc reliant les champs gaziers et pétrolifères tant de Bakken que du Permien n’est toujours pas terminé le simple fait que les cours du gaz naturel pratiqués au hub de Waha où se trouvent des unités de liquéfaction sont chroniquement dans une zone négative. en d’autres termes le « gaz naturel de schiste » provenant de ces bassins d’une manière ou d’une autre comme par exemple compressé est loin d’être rentable : il vaut bien mieux le brûler sur place …

La « beauté » du gaz de schiste est donc un leurre, du moins aux USA où les infrastructures de transport sont cruellement inexistantes. Chaque mois le gaz naturel brûlé représente la consommation mensuelle de trois pays comme Israël, la Colombie ou la Roumanie, ça laisse rêveur.

Source : Oilprice.com

Mix énergétique (électrique) : caractéristiques et coûts

Capture d’écran 2019-02-19 à 10.16.52.png

Le dernier volumineux rapport de l’Agence de l’Energie Nucléaire (NEA) sous l’égide de l’OCDE publié le 25 janvier 2019 et disponible sur le site de l’OCDE indique clairement que plus la part des énergies renouvelables par nature variables (VRE, acronyme de variable renewable energy) augmentera plus les coûts pour les consommateurs finaux qui seront élevés sous forme de nouvelles taxes et ceci quels que puissent être les scénarios choisis. Cette constatation est la directe conséquence de la nature même des énergies électriques renouvelables. En effet les VRE sont :

1. variables. La production d’énergie électrique fluctue avec la disponibilité de la ressource, vent ou Soleil. En raison de cette variabilité ces VRE ne sont pas dispatchables directement sur le réseau électrique.

2. incertaines. En ce sens que la puissance produite ne peut pas être prédite avec précision mais ce point a tendance à s’améliorer de manière infime.

3. contraintes géographiquement. L’efficacité des VRE n’est pas identique sur tout un territoire, ne peuvent pas être transportées et se trouvent souvent dans des régions éloignées de celles qui sont énergivores.

4. non synchrones. Les VRE sont connectés au réseau par l’intermédiaire d’un système électronique de puissance car elle ne sont pas synchrones alors qu’une génératrice dans une centrale électrique classique hydraulique ou thermique produit une énergie synchronisée avec celle du réseau.

5. modulaires. Les VRE sont produites par des unités beaucoup plus petites que les usines de production classique, ce qui induit des surcoûts de sous-réseaux.

6. À coûts variables faibles. Une fois construites les unité de VRE fonctionnent avec des coûts très faibles puisque la source d’énergie est gratuite.

Il est important de s’attarder sur le point 6. car si les coûts variables de production des VRE sont faibles ils ne se répercutent pas sur le coût final du kWh en raison précisément de la variabilité et de l’incertitude de cette production. Ces deux caractéristiques génèrent des surcoûts considérables pour la gestion du réseau en aval. Dans ce rapport divers scénarios sont abordés pour atteindre le même objectif à l’horizon 2050 de 50g de CO2 par kWh produit dans le cadre de la limitation à 2°C du réchauffement du climat. Il définit une approche globale du système de production, dans ce même cadre, de l’ordre de 540 GWh afin d’éviter au maximum les risques de perturbation majeure du réseau existant. Il s’agit d’un mix comprenant un peu d’hydraulique, du nucléaire et un peu de gaz avec un réseau robuste pour définir un coût lissé du kWh. La « contrainte carbone », dans ce scénario de base est fixée à 35 dollar par tonne de CO2, montant suffisamment dissuasif pour éliminer toute unité de production à partir de charbon. Ce scénario est proche de la situation française de production d’électricité qui est la moins coûteuse (toutes taxes comprises) et la moins « carbonée » de tous les pays de l’OCDE. Dans le scénario de base le prix du MWh est estimé à 65 dollars.

Dans des scénarios envisagés avec 10, 30, 50 et 75 % d’énergies renouvelables les coûts lissés du kWh ont été estimés dans le détail en incluant en particulier les investissements nécessaires pour assurer une stabilité du réseau, donc le stockage des VRE dont les coûts ne varieront que très peu à la baisse dans l’intervalle considéré – jusqu’en 2050 – dans la mesure où le principal goulot d’étranglement de cette technologie, le lithium, ne pourra pas être contourné. Il n’existe en effet aucune technologie actuellement industrialisable à grande échelle pour satisfaire les capacités de ce stockage. Les spécialistes approchés lors de la préparation du rapport semblent unanimes pour constater que tous les systèmes de stockage actuellement développés à grand frais (financés par les contribuables), que ce soit l’air comprimé, la chaleur, l’hydrogène ou le pompage-turbinage ne permettront jamais de satisfaire la demande. Sur ce dernier point les sites de pompage-turbinage sont rares sinon absents. Au delà de 30 % de VRE dans le mix énergétique le pilotage de la puissance des réacteurs nucléaires deviendra quelque peu problématique. En conséquence l’instabilité du réseau deviendra un problème ingérable quels que soient les investissements consentis pour éventuellement augmenter les capacités de stockage.

Capture d’écran 2019-02-19 à 10.16.04.png

Un autre volet inhérent à ce mix avec une participation de plus en plus importante des VRE qui est soigneusement mis sous le tapis est l’imprévisibilité totale du marché de l’électricité et l’accroissement du nombre d’heures de production d’électricité à 0 dollar/MWh, en d’autres termes une production électrique sans valeur car la demande est inférieure à la production. Il s’agit d’une caractéristique inhérente aux VRE. Ce phénomène a déjà détérioré la situation financière des compagnies d’électricité en raison de l’accroissement de la production d’électricité sans valeur marchande et en parallèle l’augmentation du prix spot lors des pointes de consommation.

Pour que les VRE deviennent, dans l’éventualité encore très peu probable d’une solution économique du stockage, rentables il faudra installer au moins trois fois la puissance nominale nécessaire compte tenu de la charge moyenne de ces sources d’énergie qui est de l’ordre de 30 %.

Le scénario idéal serait un mix avec 30 % de nucléaire, 30 % de VRE et 30 % répartis entre le pompage-turbinage, s’il existe des possibilités, et les turbines à gaz. Tant que les décideurs politiques ne prendront pas en compte dans le détail tous les coûts afférents à la transformation des VRE en puissance dispatchable directement pour satisfaire la demande les projets de mix énergétique garderont un caractère spéculatif tant que chaque éolienne et que chaque « ferme » photovoltaïque ne seront pas munies de leur propre capacité de stockage ainsi que de l’électronique de puissance associée pour que l’énergie stockée puisse être instantanément dispatchable sur le réseau.

C’est un challenge de taille nécessitant des investissements gigantesques qui, semble-t-il n’ont même pas été pris en compte. Budgétairement pour un pays de taille moyenne les investissements pour un mix 30-30-30 idéal comme exposé ci-dessus il faudrait investir 16 milliards de dollars par GWh d’électricité d’origine VRE effective et directement dispatchable (page 157 du rapport) sans pour autant effacer tout risque de black-out partiel ou total estimé à 4 jours par an en Europe ! Voilà la réalité surréaliste et alors pour atteindre l’objectif idéal décrit plus haut le prix du kWh ne pourra que très fortement augmenter. Reste à savoir si les consommateurs seront prêts à mettre la main à la poche et à accepter également des forêts d’éoliennes dans le paysage financées aussi par leurs impôts.

Capture d’écran 2019-02-19 à 10.16.25.png

Il n’est pas étonnant que ce rapport n’ait pas tenu compte de la croissance attendue des véhicules automobiles électriques car pour l’instant la pénétration du marché est infime. Mais la situation pourrait se compliquer très sérieusement et devenir à terme insoutenable quels que soient les scénarios choisis. Quand les grandes firmes automobiles allemandes déclarent se tourner vers la voiture électrique ainsi que Peugeot en France, on ne peut que constater que la situation de n’importe quel mix énergétique supposé réduire l’empreinte carbone de la production d’électricité par le développement des VRE ne pourra en aucun cas satisfaire une consommation supplémentaire d’électricité pour réduire à juste titre les émissions de carbone dans le secteur des transports. Ce rapport comporte à l’évidence des omissions trop importantes pour n’avoir pas été prises en compte. Il faut seulement retenir l’estimation de 16 milliards de dollars par GWh d’électricité d’origine VRE qui rend de facto tout projet de mix énergétique irréalisable.

Source et illustration (page de couverture) : rapport OECD-NEA n°7299

Le pic pétrolier, c’est pour quand ?

Oil_Reserves.png

Le rapport de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA) datant de 1998 prévoyait un « pic pétrolier » pour l’année 2010. On est en 2019 et durant l’année écoulée pas moins de 6 gisements extrêmement prometteurs ont été découverts en 2018 : Guyana, Brésil, Mexique, Texas, Chypre et Mer de Barents (Norvège). Il faut ajouter à ces découvertes celles « promises » par les analyses de logging au Ghana, en Mauritanie, en Namibie et en Afrique du Sud mais aussi sur le plateau continental dans la zone économique exclusive de Madagascar et enfin au large de la Guyane française.

En ce qui concerne l’Afrique du Sud, un nouveau venu dans le club des producteurs de pétrole, les réserves probables semblent être considérables. La première découverte faite par Total dans des couches du Crétacé inférieur à 170 kilomètres des côtes est partculièrement prometteuse puisque le premier forage jusqu’à 3600 mètres de profondeur a permis d’estimer les réserves sur le bloc concerné appellé Brulpadda à plus de 1 milliard de barils équivalents pétrole de condensats mais surtout de gaz. Les fonds marins varient entre 200 et 1800 mètres de profondeur mais Total a acquis une solide expérience en Mer du Nord dans le domaine de l’exploitation en eaux profondes et en forage off-shore profond en particulier autour des Iles Shetland.

Capture d’écran 2019-02-11 à 17.26.24.png

L’Afrique du Sud pourrait à relativement court terme devenir auto-suffisante en gaz alors qu’elle est dépendante de ses importations aujourd’hui. Alors le fameux « pic pétrolier » agité comme un spectre maléfique va-t-il être encore repoussé à une date ultérieure ? Ce concept, plutôt qu’une réalité, est utilisé à des fins de propagande car les incertitudes sur les réserves de pétrole sont considérables. Les Etats ne communiquent pas de données précises et les « majors » du pétrole peuvent sous-estimer comme sur-estimer leurs prévisions. Enfin nul ne connait précisément les réserves en hydrocarbures liquides ou gazeux de la Russie, même pas les Russes, car une grande partie du territoire nationale est encore inexploré. On reparlera donc du pic pétrolier plus tard et tout ce qui est écrit à ce sujet doit être considéré avec précaution …

Sources : Reuters et Total, illustration Total

Le pari énergétique absurde et suicidaire de l’Allemagne

Capture d’écran 2019-02-03 à 09.57.51.png

Ce billet est une traduction d’un article d’Erik Kirschbaum, correspondant à Berlin du Los Angeles Times. À la suite de cette traduction je me suis permis de glisser quelques commentaires.

L’Allemagne, l’un des plus gros consommateurs de charbon du monde, fermera 76 de ses 84 centrales électriques au charbon au cours des 19 prochaines années pour être en accord avec les accords internationaux de protection du climat, selon une déclaration du gouvernement allemand datant du 26 janvier 2019. Cette annonce constitue un changement majeur pour la première économie européenne, un pays qui a été par le passé un leader dans la réduction des émissions de CO2 mais s’est retrouvé à la traîne ces dernières années et n’a pas réussi à atteindre ses objectifs de réduction de CO2. Les centrales au charbon produisent 40 % de l’électricité en légère diminution par rapport aux années précédentes. « Nous sommes arrivés à une décision historique » a déclaré Ronald Pofalla, président d’une commission gouvernementale de 28 personnes lors d’une conférence de presse à l’issue de discussions marathon pendant plus de 20 heures, le 26 janvier 2019 à six heures du matin. Ce pas en avant concluait plus de six mois de discussions houleuses : « Il n’y aura plus de centrales au charbon en 2038 » (en réalité il en restera entre 4 et 8 selon des informations plus récentes). Ce plan comprend également un investissement de 45 millions d’euros pour réhabiliter les régions productrices de charbon et il sera selon toute vraisemblance approuvé par la Chancelière Angela Merkel.

« C’est un grand moment pour la politique climatique de l’Allemagne qui redonnera à notre pays sa position de leader dans la lutte contre le changement climatique » a déclaré Claudia Kemfert, professeur d’économie énergétique au DIW de Berlin, l’institut de recherches économiques. « C’est aussi un signal fort pour le reste du monde de montrer que l’Allemagne redevient sérieuse au sujet du changement du climatique, un grand pays industriel dépendant tellement du charbon et qui a décidé de l’abandonner« . Cette décision est une suite à la précédente décision d’abandonner en totalité l’énergie nucléaire en 2022 motivée par l’accident nucléaire de Fukushima en 2011. Cette première décision avait sérieusement préoccupé les dirigeants d’entreprises car elle conduirait inévitablement à un renchérissement du prix de l’électricité et impacterait donc la compétitivité des entreprises allemandes, d’autant plus que les autres pays n’avaient pas suivi l’Allemagne dans cette décision d’abandonner le nucléaire. Jusqu’à présent 12 des 19 centrales électro-nucléaires ont été définitivement fermées.

Ces deux décisions prises à 8 ans d’intervalle signifient que l’Allemagne ne comptera que sur les énergies renouvelables en 2040 pour produire entre 65 et 80 % de son électricité. Aujourd’hui les énergies dites renouvelables représentent 41 % de la production électrique allemande ayant dépassé de peu le charbon en 2018. Par le passé les émissions de CO2 avaient chuté mais surtout en raison de l’implosion de l’Allemagne de l’Est et de son industrie très polluante. Néanmoins le pays dépend toujours du charbon pour sa production d’électricité. Les compagnies d’électricité et le patronat ont fait pression pour maintenir la production électrique à partir de charbon en particulier pour compenser la fermeture des centrales nucléaires. Directement ou indirectement il y a toujours 60000 personnes qui dépendent de l’exploitation des mines de charbon et de lignite et malgré l’abandon du charbon par l’Allemagne cette source d’énergie restera la première dans le monde encore longtemps.

La commission qui a fait cette dernière recommandation était constituée de représentants fédéraux et des régions, de représentants de l’industrie et des syndicats ainsi que de scientifiques et d’environnementalistes. Bien que s’étant considéré comme un pays leader dans le combat contre le changement climatique l’Allemagne a été contrainte d’admettre qu’elle ne pourrait pas atteindre ses objectifs de réduction des émissions de carbone en 2020 de 40 % par rapport à 1990 mais cette réduction devrait atteindre 32 % dès l’année prochaine. Comme pratiquement tous les pays du monde l’Allemagne ratifia l’accord de Paris consistant à oeuvrer afin de maintenir le réchauffement du climat bien en dessous de 2 degrés et de poursuivre les efforts pour qu’il ne dépasse pas 1,5 degrés. La planète s’est déjà réchauffée de 1 degré Celsius depuis le début de l’ère industrielle en raison de la production d’origine humaine des gaz à effet de serre. De nombreux spécialistes affirment que le monde est confronté aux conséquences de ce réchauffement : élévation du niveau des mers, ouragans plus violents et incendies de forêts.

En dépit des erreurs du passé qui avaient conduit à accuser l’Allemagne d’hypocrisie, Kemfert affirma que la décision prise à l’issue de cette réunion permettra à son pays d’atteindre l’objectif de 55 % de réduction de carbone émis par rapport à 1990 dès 2030 et de 80 % en 2050. Martin Kaiser, directeur de Greenpeace Allemagne et membre de la commission a déclaré : « C’est bien de constater que l’Allemagne a maintenant un plan pour abandonner le charbon et nous sommes en passe de devenir un pays « sans carbone » « . Il s’est aussi félicité de l’abandon de la destruction des restes de la forêt de Hambach à l’ouest de Cologne pour ouvrir une mine de lignite. Malgré cette décision des manifestants ont exprimé leur désappointement devant le Ministère de l’Industrie à Berlin au sujet de l’objectif manqué de réduction des émissions de carbone alors qu’un sondage d’opinion révélait que 73 % des Allemands sont en faveur d’une accélération de l’abandon du charbon. Les leaders de 4 régions (landers) ont été déçus par les décisions de la commission car ils n’ont pas réussi à obtenir les 68 milliards d’aide pour les compensations qu’ils réclamaient. Deux régions vont faire face à des élections difficiles et il est probable que les lands de Saxe et de Brandebourg voient l’émergence du parti d’extrême droite Alternative for Germany (AfD). Cette feuille de route sera réexaminée tous les 3 ans, selon la décision de la commission, et les dates arrêtées pour les objectifs fixés pourraient être repoussées. Ces objectifs sont considérables. Dès 2022 une capacité de 12,5 gigawatts sera arrêtée, le quart de la production électrique à partir du charbon, soit 24 centrales électriques et en 2030 seules 8 centrales devraient encore être opérationnelles pour une puissance de 17 gigaWatts.

Commentaires. Outre le fait que cet article est un pamphlet « climato-réchauffiste » – inutile d’épiloguer ici, ce sera l’objet d’un prochain billet – il révèle que, sous la pression des écologistes et le parti des Verts, emmenés par Greenpeace, l’Allemagne a tout simplement décidé de se suicider économiquement. Prendre des décisions aussi radicales alors qu’il n’existe encore aucune technologie de stockage de l’électricité fiable hormis le pompage-turbinage de l’eau qui reste très limité est absurde. L’exemple des Nouvelles-Galles du sud, de l’Australie du Sud et de l’Etat de Victoria en Australie est révélateur. Les milliers d’éoliennes installées un peu partout dans ces deux Etats n’ont pas été capables d’alimenter les conditionneurs d’air ces dernières semaines – c’est vrai et c’est caricatural – et les Australiens subissent des black-out à répétition depuis le début de l’été austral.

Capture d’écran 2019-02-03 à 11.40.09.png

Par exemple l’unité de stockage d’Elon Musk installée à Hornsdale en Australie du Sud d’une capacité de 100 MW ne peut en pointe délivrer que 129 MWh et ceci pendant une durée limitée à 80 minutes ! C’est vrai aussi et c’est tout aussi caricatural. Or les moulins à vent installés à proximité atteignent difficilement leur pleine production que 28 % du temps. Et c’est ce qui provoque les coupures intempestives car dans la réalité, pour cette seule installation, il a chroniquement manqué 657 MWh qui auraient du être injectés chaque jour sur le réseau au cours du mois de janvier 2019 afin d’assurer la stabilité de ce dernier.

La situation en Australie du Sud préfigure celle que connaîtra l’Allemagne dans peu d’années à moins de réaliser des investissements pharaoniques dans le stockage des énergies intermittentes dites « renouvelables ». L’installation de Hornsdale a coûté au contribuable australien la coquette somme de 150 millions de dollars (AUD). Combien faudra-t-il d’installations de ce type en Allemagne pour assurer un début de stabilité du réseau électrique lorsque la production électrique dépendra pour 80 % des énergies éoliennes et solaires ? Nul ne le sait. Le journaliste du LA Times s’est bien gardé de mentionner ce problème qui selon toute vraisemblance n’a pas été abordé par cette commission gouvernementale. Enfin, l’autre lubie des « Verts » est la smart-grid, le réseau intelligent comportant au pied de chaque éolienne une batterie de stockage de la taille d’un gros réfrigérateur ou alors chez chaque particulier une batterie murale de la taille d’un grand téléviseur pour la modique somme de 7800 euros, chaque consommateur particulier participant à l’élaboration de cette smart-grid. On en est loin. Entre le rêve et la réalité il y à un abysse.

Capture d’écran 2019-02-03 à 12.18.08.png

Enfin le carburant diesel ayant été banni par les mouvements écologistes il faudrait que le gouvernement allemand se pose la vraie question pour sauver son industrie automobile qui s’apprête à se reconvertir aux véhicules électriques puisque le marché du diesel va s’effondrer. Avec une production électrique majoritairement peu fiable comment les Allemands feront-ils pour recharger les batteries de leur voitures électriques fabriquées par Daimler ou Audi ? Je suggère au gouvernement allemand de bien étudier ce problême.

Source et illustration : Los Angeles Times, article d’Erik Kirschbaum du 26 janvier 2019. Autres données relatives à l’Australie : notalotofpeopleknowthat.wordpress.com

Énergie électrique : l’Europe a décidé de se suicider

EuropeNuclear.png

Il aura fallu un peu moins de 9 années pour que les deux EPR chinois à Taishan soient successivement connectés au réseau électrique à quelques mois d’intervalle, le résultat d’une longue coopération de 35 années dans le domaine du nucléaire civil entre la France et la Chine datant du premier balbutiement du pays dans ce domaine pour la construction du réacteur nucléaire de Daya Bay de type 900 MWe par Framatome et EDF. Le 29 juin 2018 restera donc une date symbolique tant pour la France que pour la Chine quand le premier EPR du monde a été connecté au réseau suivie du 13 décembre de la même année quand le statut commercial a été finalement accordé à cette installation industrielle après de multiples vérifications ultimes. Pour ceux qui se posent des questions au sujet de cette coopération en profondeur entre EDF et le groupe China General Nuclear Power (CGN) il faut rappeler que plus de 200 ingénieurs français ont travaillé sur le site de Taishan et que 40 compagnies françaises ont été directement impliquées dans la construction de cette usine. Qu’en est-il des accords de transfert de technologie ? Il ne faut pas attendre de réponse de la part d’EDF ni du gouvernement français à ce sujet.

Toujours est-il que cette réalisation qui a nécessité plus de 15000 personnes sur le site est surtout le résultat de la préoccupation de la Chine de disposer d’une source d’énergie propre et disponible à bon marché 24/24 heures tout en évitant l’émission de carbone dans l’atmosphère à hauteur de 21 millions de tonnes par an et par réacteur ainsi qu’à l’acharnement au travail admirable du peuple chinois. Il y a actuellement deux autres réacteurs EPR en cours de finalisation : Olkiluoto-3 en Finlande et Flamanville-3 en France, et sur le site d’Hinkley Point C le tout début de la construction de deux EPR. Pour ce qui concerne l’EPR d’Olkiluoto il se pourrait qu’en cette année 2019 on assiste à la conclusion de la plus longue saga de construction d’une centrale nucléaire en Europe. C’est en 2002 que le gouvernement finlandais manifesta le désir de construire un nouvel équipement électro-nucléaire. Cette décision représentait un changement de politique puisque en 1993 les autorités avaient décidé de ne plus développer l’énergie nucléaire dans le pays. Aujourd’hui avec plus de 7 ans de retard sur le programme initié en 2002 – cet EPR devait être raccordé au réseau en 2012 – le chargement en combustible devrait débuter dans quelques semaines et l’installation être opérationnelle au cours de l’année 2020. Le budget global de la construction de cette usine aura triplé par rapport aux estimations initiales. Quant au réacteur EPR de Flamanville, bien que l’autorisation de fonctionnement ait été accordée par l’agence de sécurité nucléaire française (ASN), il est probable que le couvercle du réacteur soit changé au cours du premier arrêt pour rechargement de combustible puisqu’il présente des anomalies !

Avec l’entrée en service d’Olkiluoto-3 la Finlande pourra réduire substantiellement ses importations d’électricité en provenance de Suède et de Norvège mais pour l’EPR de Flamanville la situation est plus technique que politique, quoiqu’en disent les détracteurs de l’énergie nucléaire car cet installation sera la bienvenue dans un marché européen de l’électricité beaucoup trop volatile.

Et cette volatilité va aller en s’aggravant dans les années à venir pour diverses raisons. Seulement en 2018 plus de 15 GW d’unités de production thermique conventionnelle ont été fermées et seuls 3 GW de production au gaz ont été installés tandis que des modifications significatives du réseau électrique européen ont rendu la Finlande, l’Italie, la Hongrie et la Lituanie encore plus dépendantes de leurs importations d’électricité. De plus dans des conditions hivernales rigoureuses comme l’Europe en connaît actuellement l’Autriche, la Belgique, la Slovaquie et la Slovénie doivent aussi importer de l’électricité. Les politiques de transition énergétique décidées par plusieurs pays européens consistant à abandonner massivement le charbon mais aussi, quoique progressivement, le nucléaire vont au cours des années 2020 encore plus aggraver la situation énergétique de l’Europe. Le bureau d’études Platts Analytics prévoit au cours de cette période des fermetures nettes de 65 GW de puissance installée en particulier pour le charbon dont l’abandon total est programmé pour 2022 en France, 2025 pour la Grande-Bretagne et 2030 pour les Pays-Bas.

Pour le nucléaire l’Allemagne fermera 10 GW de capacité d’ici 2022, la Belgique 6 GW d’ici 2025 et le Royaume-Uni 4,3 GW entre 2024 et 2026. Pour ces EPRs tant en France qu’en Grande-Bretagne il vaut mieux tard que jamais, même si Hinkley Point C ne permettra de pallier que partiellement à ces fermetures d’installations de production. L’avenir électrique de l’Europe semble donc compromis car ce ne sont ni les éoliennes ni les panneaux solaires ni la biomasse devant conduire à une réduction de 50 % des émissions de carbone à l’horizon 2030 qui pourront remplacer toute la puissance installée en particulier nucléaire et quand on sait que la prolongation d’exploitation de certains types d’installations électro-nucléaires peut atteindre plus de 30 années il est évident que ces transitions énergétiques non seulement fragiliseront le paysage électrique européen de manière critique tant pour l’industrie que pour les populations mais constitueront un désastre économique et financier. Autant dire tout de suite que l’Europe a décidé de se suicider …

Source : S&P Global Platts blog The Barrel (blogs.platts.com)