Markit : dernier press release sur l’indice de détail PMI de la France. Ça en dit long …

Comme c’était à prévoir, dans cette période longue, trop longue, d’attentisme électoral, les ventes de détails en France ont chuté pour atteindre un point plus bas qu’au plus fort de la crise des sub-primes fin 2008 :

Outre cet attentisme, la France entre en récession en raison des incertitudes pesant sur la cohésion de l’union monétaire, et toutes les belles promesses de l’ex candidat Hollande sont d’ors et déjà caduques, c’était d’ailleurs à prévoir mais il s’était bien gardé lors de sa campagne électorale d’inclure le risque de récession dans son programme. Cette nouvelle crise économique qui s’annonce et qui sera pire que celle de 2008-2009 n’est plus du fait de Monsieur Sarkozy et le camp socialiste devra assumer pleinement ses errements si rien n’est fait concrètement pour diminuer les déficits de la nation.

Note : PMI = Purchasing Manager’s Index

Pierre Moscovici au micro de France Inter = la langue de bois !!!

J’ai écouté Pierre Moscovici sur France Inter ce matin. Belle démonstration de langue de bois !

Pour les pressés et les curieux voici le lien : http://www.franceinter.fr/emission-le-79-pierre-moscovici-1

A n’en pas douter, c’est tout le contraire de Madame Lagarde à propos de la Grèce (cf un précédent billet sur ce blog), c’est-à-dire que le nouveau ministre des finances excelle dans l’art de la langue de bois, les ellipses verbales et le flou systématique. Jamais il n’a communiqué un quelconque chiffrage de la politique qu’il va conduire pour redresser les finances de la France. On pourrait même dire sans se tromper qu’il ne connait pas son sujet tant il se défile par des périphrases au lieu de répondre aux questions qu’on lui pose.
De plus, malgré le rapport de la Cour des Comptes que j’ai téléchargé mais dont je n’ai pas encore entamé la lecture, on connait l’essentiel de son contenu par la presse, malgré les mises en gardes répétées de la Commission Européenne, malgré les avertissements de think-tanks comme l’iFRAP, Monsieur Moscovici persiste et signe dans les premières erreurs dont la dite Commission a signalé la dangerosité, je veux parler de l’augmentation du SMIC, de l’embauche de nouveaux fonctionnaires ou de l’assouplissement de l’age de départ à la retraite. Sur ce dernier point, on va continuer à pondre des lois pour les exceptions confirmant la règle qui devrait être appliquée à tous y compris les politiciens eux-mêmes (je parle des retraites naturellement). Faire des annonces démagogiques comme la réduction des émoluments des ministres fera-t-elle passer la pilule des inévitables augmentations massives d’impôts qui frapperont les classes moyennes ? Sur ce point le mutisme de Moscovici est purement électoraliste et il ne s’en est pas caché, continuant à accabler de tous les maux l’administration Sarkozy-Fillon-Baroin dont il prétend hériter alors que la crise est passée par là et va continuer à créer de gros dégâts car elle est loin d’être terminée. Mais non, Monsieur Moscovici ne veut apparemment pas parler de crise. Comme le nouveau président, c’est le règne de la langue de bois qui frise au mensonge, je dirai même plus au foutage de gueule.
Donc, on en reste là, on devra attendre l’été et la première session parlementaire pour connaître ce qui attendra les contribuables, à moins d’un retournement de situation venant de l’extérieur comme un défaut de l’Espagne ou encore de l’intérieur de l’hexagone comme une droite majoritaire à l’Assemblée le 17 juin.
Pour le moment, le gouvernement a pour mission de ne pas affoler les Français, qu’ils pensent calmement à leurs vacances et élisent les candidats socialistes à la députation bien sagement, tout va bien, il n’y a pas le feu monsieur le Marquis …

Mal bouffe (suite) « madeleines » synthétiques !!! Marcel Proust n’aurait pas apprécié …

Ce matin, jour férié, le jour des îles Canaries, mon bar à tapas préféré où je vais normalement boire mon café matinal, vers dix heures faut-il le préciser, était fermé. Je suis donc allé une vingtaine de mètres plus loin et j’ai commandé le même café, un « americano », on l’appelle un « grand noir » à Paris. Le serveur m’a apporté mon café et en prime du sucre, de la saccharine et un petit gâteau sous plastique genre petite madeleine. J’ai gardé l’emballage pour pouvoir lire attentivement la légende que personne ne lit sur place puisque c’est écrit en caractère de moins d’un millimètre de haut. Avec mes lunettes spéciales de vieux j’ai donc découvert que j’avais ingurgité à mon corps défendant un biscuit mou ressemblant de loin à une madeleine dont la composition est la suivante :
farine de blé dur , sucre, œuf liquide pasteurisé, huile de tournesol, eau, glycérine, cacao en poudre, conservateur (E202), lait en poudre, sucre « inverti », gazéifiants (E450, E500, E170), antioxydant (E262ii), amidon de blé dur et arômes.
Je décrypte :
E202 : sorbate de potassium,
E450 : di-phosphates et pyro-phosphates de sodium et potassium,
E500 : carbonate de sodium,
E170 : carbonate de calcium,
E262ii : « diacétate de sodium ».

Rien de vraiment alarmant sinon que que le diacétate de sodium n’existe pas, c’est une invention scripturale. On doit parler d’acétate de sodium (CH3COO-Na).

Je me suis demandé pourquoi on ajoutait de la glycérine, probablement pour maintenir la petite madeleine hydratée bien qu’elle soit dans un sachet plastique (PET contenant probablement du bis-phénol A, mais bon je ne vais pas chipoter sur ce point) et puis le glycérol n’est pas si mauvais pour la santé à moins d’en boire des bols tous les jours.
L’oeuf liquide pasteurisé m’a laissé dubitatif. Comme je suis curieux, j’ai vérifié si tout de même sous cette appellation d’oeuf liquide pasteurisé il n’y avait pas aussi un truc bizarre : et effectivement les œufs liquides pasteurisés (je ne suis pas arrivé à trouver le process industriel détaillé) contiennent les additifs suivants : E1505, citrate de tri-éthyle, émulsifiant et E415, gomme de xanthane, épaississant.
Pourquoi ajouter du sucre « inverti » c’est-à-dire du saccharose (de canne ou de betterave) hydrolysé en glucose, je me le demande.
L’huile de tournesol est probablement hydrogénée mais ce n’était pas indiqué sur le sachet.
Enfin, aucun renseignement sur les arômes. J’ai noté un léger goût de vanille, probablement de la vanilline de synthèse.
Comme ce biscuit fabriqué par des machines sans intervention humaine ne pesait que 15 grammes, j’ai survécu !
Bon appétit …

Réponse à Audrey Garric (blog Le Monde du 30 mai)

Réponse à Audrey Garric (blog Le Monde du 30 mai) à propos de son article intitulé « l’Allemagne bat le record de production d’énergie solaire »

Selon les statistiques disponibles sur des sites comme

http://perspective.usherbrooke.ca/

la consommation annuelle d’électricité en Allemagne a atteint 525 TWh en 2011, le nucléaire participant pour (encore) 22 % et les énergies renouvelables toutes confondues 20 % (biomasse, éolien, photovoltaïques et incinération d’ordures) . Dans ces 20 % le photovoltaïque participe pour moins de 5 % malgré la puissance installée qui est théorique car la charge (ou disponibilité sur le réseau) n’est que, au mieux, de 10 %. Il en est de même pour l’éolien. Donc, il manque 58 % selon les statistiques disponibles et selon cet article d’Audrey Garric 38 %. Où est la différence ?
Je vais tenter d’expliquer à cette personne où se trouve la différence (20 % pour le jour exceptionnel qui fait des gorges chaudes dans les milieux écologistes), le jour le plus favorable peut-être de toute l’année 2012, le jour record mondial clamé par les Allemands.
Il se trouve justement dans cet apport (ces 20 % manquant) l’énergie nucléaire car on ne découple pas un réacteur du réseau d’un claquement de doigt alors qu’on peut le faire pour une centrale thermique classique (charbon, lignite ou hydrocarbures lourds) en suivant certaines procédures et facilement pour les turbines à gaz.
Je rappelle que l’Allemagne, pour produire son électricité est encore dépendante à 58 % des énergies fossiles !

Il y a donc comme un enfumage de la part des Allemands, au sens propre et au sens figuré – voir mon précédent billet montrant une centrale électrique brulant de la lignite, ou de la part de cette journaliste qui semble ne pas vraiment connaître son sujet ou alors elle a gobé les yeux fermés les informations des dépêches d’agence.

L’Allemagne respecte-t-elle le protocole de Kyoto ?

View of the Boxberg lignite-fired power station and the Nochten open pit lignite (brown coal) mine (below) in Germany taken on January 14, 2011. The plant is run by Swedish energy giant Vattenfall. Photograph: John Macdougall/AFP/Getty Images

Source : The Guardian du 29 mai.

Les tours de réfrigération émettent de la vapeur, certes mais les grandes cheminées ne contribuent-elles pas au réchauffement planétaire comme d’ailleurs la vapeur qui participe à ce réchauffement entropique.
Pour la couleur du ciel à l’horizon, d’un jaune peu rassurant, j’ai de gros soupçons sur la présence massive d’oxydes d’azote !
Voilà la prouesse écologique de l’Allemagne qui claironnait hier qu’elle avait dans l’après-midi produit 100 % de son électricité d’origine renouvelable.
Je suis de plus en plus dubitatif …

Rajoy = Madoff ?

Rajoy, banques grecques – Ponzy ?

Si j’ai bien saisi la manœuvre de Mariano Rajoy relève d’une pyramide à la Ponzy genre Madoff, mais en plus grand et plus officiel, car cela va consister à donner une liasse d’obligations d’Etat au conglomérat de bad-banks que forme Bankia pour que celle-ci les dépose auprès de la BCE en garantie pour obtenir de cette dernière des liquidités.

Si j’ai donc bien compris, le gouvernement espagnol, qui ne veut pas faire directement appel à la BCE pour aider les banques espagnoles en difficulté (elles sont toutes sans exception en difficulté) pour je ne sais quelle raison d’orgueil national, créé de la monnaie de novo en émettant des obligations auprès d’une des banques du pays qui n’a de toute manière pas un euro dans ses caisses pour prêter à l’Etat Espagnol. C’est sûr que du papier de toilette ça ne coute pas cher, mais l’Espagne en est là. Et ce n’est pas de la faute de Zapatero si la situation est devenue aussi grave parce que cette situation date de vingt années de rêve de l’ensemble de la population espagnole, ou plutôt depuis la mort de Franco si on veut être plus exact.

On a mis Madoff en prison mais Rajoy fait aussi bien que lui sinon mieux puisqu’il l’a dit ouvertement. Après Bankia ce sera le tour des autres caisses d’épargne puis des banques classiques comme Santander, Caixia et BBVA …
L’ensemble des actifs toxiques détenus par le secteur banquaire espagnol représente quelques 600 milliards d’euros (source Bloomberg). Rajoy est donc au tout début de sa manœuvre délictieuse puisqu’il ne peut plus emprunter auprès des « marchés » avec une prime de risque de 600 points de base !!!
L’Espagne est donc virtuellement en banqueroute dès aujourd’hui.

Mais on peut dire que l’Espagne suit l’exemple de la Grèce dont les banques viennent de se faire recapitaliser par le FEFS à hauteur de 19 milliards d’euros, et ces banques vont donc pouvoir à nouveau emprunter auprès de la BCE avec comme garantie l’aide du FEFS.
Si j’ai bien compris la manœuvre naturellement.
C’est donc aussi un montage typique de Ponzy.
Je suis en train de me demander si on ne devrait pas libérer Madoff et lui proposer le poste de premier ministre de l’un des pays du Club Med en difficulté !!!

Ce sont les dernières tentatives de survie avant l’hallali, la chute finale …

Le curcuma et les infections bactériennes (curcumine, cathelicidines, vitamine D)

L’apparition de bactéries résistantes à tous les antibiotiques fait resurgir les grandes peurs des siècles passés qui ont vu des populations entières décimées par la peste, le typhus ou le choléra. L’organisme des mammifères dispose pourtant de tout un arsenal pour combattre les agressions microbiennes et il est évident que les êtres humains ont survécu pendant des millénaires à ces agressions car chacune d’entre elles éduquait le système immunitaire pour réagir immédiatement à une nouvelle infection par la même bactérie. C’est ainsi que le lait maternel transmet partiellement à l’enfant l’immunité acquise de sa mère par l’intermédiaire des anticorps présents dans le lait et peu ou pas détruits par la digestion. Les anticorps sont produits par des cellules sanguines dites compétentes qui ont été en contact avec une bactérie portant des antigènes, protéines ou des polymères de sucres étrangers à l’organisme hôte. Je simplifie mais sans m’éloigner de la réalité. Au cours de la vie, l’exposition à toutes sortes de bactéries résulte donc en un arsenal sophistiqué d’anticorps qui devrait nous permettre de combattre efficacement les attaques bactériennes. Malheureusement les bactéries qui se reproduisent à très grande vitesse ont l’inconvénient de se modifier légèrement et de rendre inefficace la machinerie immunitaire. C’est ce qui a poussé la recherche sur les antibiotiques au cours de la seconde guerre mondiale avec l’apparition des sulfamides puis des dérivés de la pénicilline car il fallait éviter que les armées ne succombent de maladie comme ce fut le cas du temps des croisades.
Outre les anticorps, les lymphocytes (en particulier les macrophages) disposent aussi d’une arme discrète et peu connue les cathelicidines, des petites protéines de taille variable qui dès la naissance permettent au nouveau-né, encore peu armé, de se défendre seul contre les agressions bactériennes. Ces petites protéines sembleraient stopper l’activité d’enzymes protéolytiques des bactéries, freinant les dégats causés aux tissus par ces dernières. On sait que la production de ces cathelicidines est très dépendante de la vitamine D, autrement appellée calciférol car cette vitamine a aussi pour rôle de maintenir une balance correcte du calcium dans l’organisme.
Comme la recherche sur de nouveaux antibiotiques patine lamentablement puisqu’il n’y a pas beaucoup de profits à l’horizon (j’en ai déjà dit un mot dans un précédent billet) alors on épluche les vieilles recettes des médecines traditionnelles puisqu’il est acquis que certaines sont efficaces.
On vient ainsi de découvrir qu’une substance présente dans les rhizomes de curcuma (turmeric en anglais) ou Curcuma longa qui donne la couleur jaune vif caractéristique des racines de cette plante apparentée au gingembre augmente d’un facteur trois la production de cathelicidines par les macrophages et les polynucléaires du sang. Le curcuma est depuis des millénaires utilisé en médecine Ayurvédique comme, justement, antibactérien.

Des chercheurs de l’Université de l’Orégon à Corvallis ont pu déterminer sans ambiguité le mode d’action de la curcumine comme agent antibactérien non pas directement mais en accélérant la synthèse de cathelicidines.
Je vais vite aller acheter un pot de poudre de curcuma dans mon magasin nature favori au cas où …

Lien : http://oregonstate.edu/ua/ncs/archives/2012/may/curry-new-biological-role-identified-compound-used-ancient-medicine

Ceci ne veut pas dire qu’on peut se passer de vitamine D !!!