Réflexions sur les risques de procréation … (eugénisme ?)

Ce soir, chez ma fille, j’ai entraperçu le père d’une amie de ma petite fille de sept ans que j’avais observé l’après-midi jouant dans le jardin. Je m’étais étonné de constater qu’elle mesurait près de 20 centimètres de moins que ma petite fille. Cette différence de taille pouvait être due à de multiples causes que je n’énumérerai pas ici car l’objet de mon billet est tout autre.
A la fin de la journée, le père de cette gamine est venu récupérer sa progéniture et je me suis par hasard trouvé en face d’un homme d’âge mûr, petit, trapu, probablement normal selon mes critères peu élitistes, et j’en ai déduit que la petite taille de sa fille pouvait s’expliquer par la taille du géniteur.
Quand ma fille m’a expliqué que le frère ainé de l’amie de ma petite fille était lourdement handicapé, je me suis remémoré le billet que j’avais laissé sur mon blog à propos de l’intégrité génétique des spermatozoïdes. Un exemple clair et concluant de la tendance à tout simplement prendre des risques quand on peut, selon les statistiques, engendrer un enfant mal doté par la nature quand on a tardé à remplir cette fonction de perpétuation de l’espèce.
L’enfant en question, selon le récit de ma fille, refusait de s’alimenter à la naissance, c’est-à-dire de téter, un comportement pourtant strictement instinctif de survie. La mère lui a donc donné des biberons (le lait coule plus facilement) puis s’est un peu désintéressée du processus consistant à nourrir son enfant puisqu’il refusait de prendre le sein.

Voilà un bel exemple de sélection que notre civilisation judéo-chrétienne interdit. Quand un animal, une femelle, détecte que son petit refuse de téter, je parle des mammifères dont nous faisons partie, la mère le tue ou le laisse mourir. Nos lois nous l’interdisent et nous laissons grandir des progénitures inaptes à la vie …
Cet enfant lourdement handicapé est aussi un handicap pour son frère et sa sœur et détourne l’attention des parents au détriment de ces derniers. Si la mère avait agi comme nos ancêtres pas si lointains que cela elle l’aurait laissé mourir car il avait de bonnes raisons naturelles de refuser de se nourrir.
Je suis assez angoissé à l’idée que mes lecteurs risquent de me taxer d’eugénisme, mais j’attend leurs commentaires car il s’agit d’un cas concret et j’en ai connu bien d’autres.
Je suis assez fier d’avoir pu transmettre un quart de mes gènes à mes dix petits enfants qui sont tous en bonne santé.
Vive la vie qui est trop courte pour boire du mauvais vin !!!

Définition du mot « fasciste » par un citoyen suisse.

Traduction d’un commentaire au billet d’un blog nord-américain laissé par un citoyen suisse, je traduis :

« Commentant en tant que citoyen suisse, je me dois d’expliquer quelques préceptes basiques qui sont inconnus des citoyens des états fascistes. Les impôts sur le revenu et la déclaration des revenus sont volontaires en Suisse. Les finances personnelles sont du domaine privé et le gouvernement n’a aucun droit de regard sur les affaires privées et aucun système informatique de surveillance n’est permis.
La plupart des Suisses paient volontairement leurs taxes parce qu’ils sont satisfait de la manière dont cet argent est dépensé. Contrairement aux Etats fascistes où 53 % des dépenses des gouvernements vont dans une machine tueuse d’empire, l’essentiel des dépenses du gouvernement suisse est consacré à des services en Suisse elle-même. Venez en Suisse et vous comparerez les infrastructures du pays avec celles des états fascistes.
Ni Margret Kienen Nellen ni ce que vous appelez le Conseil National Suisse ne peut changer ou modifier la loi. La Suisse est une démocratie, ce qui signifie que les lois viennent du peuple, par des référendums, et non du sommet comme dans les états fascistes. »

Note : Margret Nellen est membre élu du Conseil National Suisse.

Je n’invente rien le mot fasciste est bien écrit quatre fois.

Alors la question est : qui sont les Etats fascistes ?
Pour un citoyen suisse ce sont aussi bien la France que l’Allemagne ou l’Italie, trois des Etats entourant la Suisse ou les USA (voir ci-dessous) …
Ca fait réfléchir quand on lit ce genre de commentaire …

Plus loin dans les commentaires au même billet j’ai relevé que près de 50 % des billets de banque imprimés en Suisse étaient des billets de 1000 francs (830 euros et plus de 1000 dollars) et ces billets ont autant de valeur que l’or, en d’autres termes ils sont les bienvenus dans n’importe quel paradis fiscal autre que la Suisse.
Enfin, il serait de notoriété publique, au moins en Suisse, que par exemple quelques 800 milliards d’euros en provenance de France seraient en dépôt en Suisse.

Définition du mot fasciste (en parlant des USA) par ce commentateur suisse :

I call your country fascist because the government works not for the people but for the corporations, while it hides under the rubrics of democracy and capitalism.

Honni soie qui mal y pense …

Principe d’inaction. Commentaire à l’intention de Michel Alberganti de Slate.fr

Le principe d’inaction

Je viens de lire l’article de Michel Alberganti dans Slate.fr au sujet du gaz de schiste (et du pétrole non conventionnel qu’il a oublié dans son article) et il conclue après une analyse excellente de la situation de la France dans ce domaine par un pamphlet révélateur de l’état d’esprit de la France, le principe d’inaction.
Il y a déjà, inscrit dans la Constitution le fameux et dévastateur principe de précaution, il y aura maintenant le principe d’inaction et je trouve le mot d’Alberganti absolument superbe et révélateur.
La France est devenue un pays musée avec ses dizaines de millions de touristes qui contribuent largement au sauvetage de l’économie chancelante de la nation. Imaginer un instant qu’il n’y ait plus aucun visiteur au pied de la tour Eiffel ou au Louvre ou encore dans les châteaux de la Loire, l’économie française s’effondrerait. A part le Cognac, les vins de Bordeaux et de Bourgogne (les autres sont imbuvables et frelatés), les parfums et les macarons de Dalloyau (je ne fais pas de publicité), on peut vraiment se poser la question de la solidité de l’économie française.
Certes il y a Airbus, Thalès et les missiles, le TGV qui n’a jamais été exporté, la carte à puces (au fait elle a rapporté combien au pays?) les traders formés dans nos écoles d’ingénieurs, ingénieurs devenus incapables de calculer la structure d’un pont. J’allais oublier les emblématiques entreprises comme Carrefour ou Vinci, mais Areva n’a réussi à vendre qu’un seul EPR pour le moment…

Déprimant !

Donc, comme le dit Michel Alberganti, le principe d’inaction s’applique aussi à l’économie française.
Si on voulait disserter sur le principe de précaution, c’est bien pire. Par exemple la recherche sur les cellules souches a pratiquement disparu en France en raison de ce principe de précaution issu directement du scandale du sang contaminé (vous vous en souvenez certainement), scandale fomenté par des politiciens qui ont pondu cet ignominieux principe dit de précaution qui conduit naturellement au principe d’inaction par voie de conséquence.
Pour ce qui concerne la fracturation hydraulique des schistes profonds potentiellement riches en méthane récupérable, encore une fois le fameux principe de précaution a rempli son rôle dévastateur. Partout dans le monde des centaines de milliers de forages pétroliers (même en région parisienne) ou gaziers n’ont jamais conduit à la contamination de nappes d’eau exploitables de manière significative sauf dans des configurations géologiques défavorables comme au Vénézuela ou encore en Californie, encore que de manière très ponctuelle. On a amplifié les petits tremblements de terre de 2 ou 3 sur l’échelle de Richter soit-disant occasionnés par les fracturations, pour affoler les populations mais certainement pas dans une optique scientifique objective.
Reste l’interférence entre les politiciens (qui n’y connaissent rien et n’ont jamais le temps de se documenter pour pouvoir se forger une opinion objective) et les lobbys, mais c’est un faux débat puisque tout un chacun sait que ce sont les lobbys qui dirigent les démocraties et non les politiciens. Pour exemple, le Premier Ministre français est professeur d’allemand, qui pourrait croire un seul instant qu’il saura de quoi il parle quand il lui faudra prendre une décision ! J’en doute sérieusement. Il créera une commission hétéroclite d’incapables qui prendront une décision déjà connue : surtout ne pas agir pour ménager les électeurs, point barre.
C’est vraiment attristant de voir à quel point la France est devenue incapable de se gérer elle-même.
Bravo Monsieur Alberganti : précaution = inaction !
Et inaction c’est synonyme de récession, de chômage, de misère sociale et de balance commerciale déficitaire.

C’est grace aux testicules et leurs erreurs de copie qu’on est différent des singes !!!

J’ai lu il y a quelques jours une étude sur le séquençage de l’ADN de 91 spermatozoïdes individuellement étudiés du même donneur et le résultat était assez surprenant dans la mesure où on trouvait tout et n’importe quoi y compris des spermatozoïdes présentant de graves aberrations génétiques. Le taux de mutations était relativement élevé et pourrait s’expliquer d’une manière simpliste dans la mesure où le testicule est une vraie usine de production en continu des gamètes mâles, d’où la fréquence de mutations observées.
Une autre étude récente a montré qu’avec l’âge, la qualité des gamètes mâles tendait à se détériorer, ce qui en soi n’est pas inattendu car la probabilité d’erreurs au cours de la spermatogenèse n’est pas nulle, loin de là.
Il y a deux jours une étude réalisé en Islande sur 85 000 personnes a montré que les mutations provenaient essentiellement des hommes comme le montre la figure ci-dessous que j’ai repris du press release de la Harvard Medical School (voir le lien ci-dessous).

Cette étude montre par extrapolation que les hommes et les singes ont divergé génétiquement entre 3,7 et 6,6 millions d’années, ce qui est un peu en contradiction avec les études de fossiles d’hominidés, mais bon, on ne va pas ergoter sur quelques millions d’années en plus ou en moins d’autant que la marge d’erreur de l’extrapolation n’est pas connue avec exactitude.
Mais ce qui est intéressant aussi dans les résultats de cette étude est l’identification de mutations discrètes impliquées dans un trait particulier d’un caractère morphologique comme la taille du squelette alors que ce phénotype fait appel à de nombreux gènes dispersés dans les chromosomes.
En bref, l’homme n’a pas attendu des centaines de milliers d’années pour évoluer et s’adapter assez rapidement compte tenu de ces résultats spectaculaires, un genre de « pression » de mutation induite par les « erreurs » fortuites de la machinerie testiculaire.

Source : hms.harvard.edu

Les curieux peuvent aller sur ce lien :

http://www.broadinstitute.org/collaboration/giant/index.php/GIANT_consortium_data_files

Backgammon et Alzheimer …

Après avoir joué ce soir au backgammon avec ma petite fille qui se défend très bien dans ce jeu, je me suis remémoré les quelques remarques qu’elle me fit au cours du jeu que je perdis 5 parties à quatre, mieux que la veille où je perdis 5 parties à une. Après avoir déplacé mes pions, elle me fit plusieurs fois remarquer que j’avais un déplacement possible beaucoup plus constructif voire plus offensif qui aurait certainement donné un tournant décisif à la partie en ma faveur. Dans son esprit très vif d’adolescente je devais probablement lui paraître soudain une personne vieillissante et bientôt irrécupérable.
Puis, comme à mon habitude, je suis allé sur internet glaner des nouvelles scientifiques sur les sites de diverses universités pour la plupart anglo-saxonnes (je ne comprend toujours pas pourquoi les universités françaises n’ont pas de sites d’information sur le net) et je suis resté « scotché » par une nouvelle de l’Université de Lancaster décrivant un nouveau test de dépistage de la maladie d’Alzheimer basé sur la faculté que l’on a à suivre un point lumineux sur un écran dans diverses conditions. Les malades avérés ne pouvaient pas passer le test et se plaignaient en outre de la difficulté de ce dernier en comparaison des sujets sains plus jeunes ou du même age.

Pour en revenir au backgammon, j’ai remarqué que je me focalisais sur la position d’un pion (un des miens ou de l’adversaire, en l’occurrence ma petite fille) pour oublier totalement les autres stratégies possibles et plus susceptibles de succès. Je me suis alors demandé si je n’étais pas subitement atteint de cette maladie qui m’angoisse de plus en plus.
Le fait de se focaliser sur un point et d’ignorer par un processus inexpliqué le reste de la table du jeu de backgammon ressemble peu ou prou à ce nouvel exercice de dépistage mis au point par les biologistes de l’Université de Lancaster, GB.
Comme je l’avais décrit dans un précédent billet de mon blog les gamma globulines injectables retardent l’apparition de la maladie de manière significative, faut-il que je commence dès demain ce type de traitement ? Je suis soudain assailli de questions existentialistes.
L’horreur !

Source : news.lancs.ac.uk y compris l’illustration

C’est n’est pas la joie …

L’indice PMI de Markit pour l’Europe n’incite pas à l’optimisme béat dans lequel se complaisent nos dirigeants actuels même si nos voisins ibères et transalpins font moins bien que l’Hexagone. Et ce n’est pas en se comparant à ces derniers, je ne parle même pas de la Grèce, qu’on retrouvera un peu le moral.

Bref, pour tout dire en quelques mots, la France va connaître une période durable de stagnation qui mettra à mal et rendra caduques par ce même fait toutes les promesses électorales de Flanby.

De plus, une crise plutôt inattendue et qui pourrait avoir des répercussions tout aussi inattendues est le scandale financier du Vietnam, passé inaperçu mais pourtant bien inquiétant où une banque privée mais dirigée de près par le parti communiste a fait des malversasions sa raison d’être avec l’assentiment de la banque nationale.
Quant aux banques espagnoles, inutile d’en parler, Rajoy a enfin compris que son pays était pris à la gorge avec les turpitudes des présidents des régions qui devraient tous sans exception finir leurs jours en prison.
Dans ce contexte troublé, il ne faut pas s’attendre à une amélioration de la situation.

EELV = fourre-tout et incompétence

Décidément les écolos m’étonneront toujours. Ils excellent dans les manœuvres politiciennes obscures, souvenons-nous des tractations entre le PS et les Verts : une centrale nucléaire contre un groupe à l’Assemblée … digne de Ubu, et maintenant ils racollent large pour assurer leur crédibilité, jusqu’à Ségolène Royal qui va flirter avec ces opportunistes professionnels !

Pourtant ils pourraient faire mieux et facilement.

Je commencerai par les émanations délétères des moteurs diésel qui empoisonnent nos villes, pourtant déclarées cancérigènes par l’OMS.
Rien, pas la moindre remarque des écolos, que les conducteurs de voitures diésel continuent gaiement à s’empoisonner et empoisonner leur entourage.
Dans le même sens, l’Etat veut bloquer le prix des carburants, ça s’appelle en rajouter une couche pour empoisonner les gens, et ce sont ceux qui réclament un gel du prix des carburants qui se moquent du poison qu’ils répandent autour d’eux.
Et dans tout ça les Verts, EELV ou écolos (y compris Bové, trop occupé par les loups et le maïs) ne disent rien, c’est incompréhensible, ils sont tout simplement complices des dizaines de milliers de morts occasionnées par les émanations des moteurs diésel.
C’est un scandale et on peut se rendre compte clairement que la victoire électorale passée, ces écologistes d’opérette n’en ont plus rien à faire.

Je suis tout simplement écoeuré.

Quant au nucléaire, une grande nouvelle venant du Japon, la consommation d’électricité a diminué en juillet 2012 de 6,5 % par rapport à 2011 au point que les anti-nucléaires locaux en ont profité pour redemander un arrêt total des centrales nucléaires (deux réacteurs PWR ont été réactivés récemment) mais ces mêmes verts oublient tout simplement que pour remplacer cette part de 30 % dans le paquet énergétique japonais il faut importer et brûler du pétrole ou du gaz. Mais les gaz à effet de serre (gaz carbonique) ne semblent pas les préoccuper, tant pis si dans trente ans le monde entier commencera à griller, comme pourraient dire les écolos, après mon mandat législatif (et ma retraite de parlementaire) le déluge ou plutôt la suffocation.

NON !!! les écolos en ont rien à faire, ils voient devant leur porte mais de l’autre côté de la rue c’est en dehors de leur champ de vision.