La crise du beurre français, un mauvais roman

Au mois d’octobre dernier la France a connu une « crise du beurre » qui fut provoquée par une conjonction tout à fait inattendue d’évènements mondiaux. Il paraît invraisemblable qu’un pays comme la France qui dispose de régions entières où la production laitière est prédominante puisse se retrouver en quelques jours totalement à court de beurre et pourtant c’est ce qui est arrivé. Quand la Commission européenne a supprimé les quotas laitiers en 2015, la surabondance de lait a encouragé les éleveurs à diminuer d’eux-mêmes leur production, diminution qui a atteint rapidement 3 % dans l’Union européenne, zfin de maintenir un niveau satisfaisant du prix du lait. Or comme les sociétés de production de beurre, ni plus ni moins un sous-produit de la crème elle-même un sous produit du lait semi-écrémé dont les consommateurs son friands pour je ne sais quelle raison, travaillent à flux tendu alors le prix du beurre s’est mis à augmenter mais pas suffisamment pour que les éleveurs puissent maintenir leur niveau de revenu. D’autre part la pression de la grande distribution pour maintenir un niveau de prix acceptable – pour eux et leurs profits mais pas nécessairement pour le porte-monnaie du consommateur – a encouragé les producteurs de beurre (et non pas de lait qui resteront toujours les dindons de la farce) à rechercher d’autres débouchés plus lucratifs en terme de profit.

Et comme la Nouvelle-Zélande venait de souffrir durant l’été austral 2016-2017 d’une sécheresse exceptionnelle et que ce pays est le premier exportateur de beurre dans le monde les cours internationaux du beurre ont augmenté. Ce début de crise s’est aggravé avec une réduction sensible des exportations de beurre par les USA qui eux aussi, dans le même temps voulaient maintenir un certain équilibre de leur marché national du beurre. Du coup, subissant la pression des grands groupes de distribution d’une part et faisant face à une production de lait en diminution les fabricants de beurre français, entre les mains de quelques trois ou quatre grosses sociétés qui s’entendent entre elles sur les prix de gros, se sont tout simplement tournés vers l’export.

Et ce qui devait arriver arriva : plus de beurre sur les linéaires réfrigérés des supermarchés. En France quelques petites coopératives laitières se sont spécialisées dans le beurre haut de gamme mettant en avant la région d’origine, l’AOP, ou la teneur en matière grasse. Sur ce dernier point la teneur en matière grasse est inversement corrélée à la teneur en eau résiduelle du beurre, c’est donc un argument de marketing en trompe-l’oeil mais tous les consommateurs se laissent piéger gentiment. La question que devraient se poser les producteurs de lait français afin de sortir de leur marasme financier est l’opportunité de se réunir en petites coopératives et de produire un beurre de qualité tenant compte par exemple de la couleur, donc de la richesse en carotène, ou encore de produire un beurre à partir de lait fermenté ou enfin de produire du lait à partir d’un cheptel de race bien précise comme la Jersey ou la Grisonne situé dans une zone géographique restreinte. Mais je dois rêver debout …

En effet, la complexité administrative existant tant au niveau européen qu’au niveau national (France mais aussi le fait d’autres pays européens) rend toute initiative innovante vouée à l’échec. De plus les grandes firmes de production de beurre et de dérivés laitiers n’accepteront jamais que des éleveurs marchent sur leurs plate-bande avec leurs godillots bouseux ! On en est là et ce sont encore une fois les petits producteurs de lait qui trinquent … Les Américains, beaucoup plus libéraux dans le domaine agricole, ont fait preuve de créativité comme le montre l’illustration en tête de billet où seule figure pour la France le beurre de baratte d’Echiré qui se vend très bien à l’étranger via Amazon et Zabar, merci pour eux ! L’avenir des producteurs de lait ressemble à celle de ces petits brasseurs de bière qui apparaissent partout et qui commencent (microscopiquement encore) à concurrencer les monstres mondiaux de la bière industrielle.

Source et illustration : Bloomberg

Avis à mes lecteurs

Capture d’écran 2017-10-29 à 11.28.50.png

En raison du réchauffement climatique global d’origine humaine le typhon Saola, le deuxième en une semaine sur le Japon, arrivera vers Tokyo durant l’après-midi de ce mémorable dimanche 29 octobre 2017. Il fait un temps à ne pas mettre le nez dehors et mon cerveau surchauffé, bien que la température extérieure ne soit que de 14 degrés, n’est pas capable d’écrire un quelconque billet. Rendez-vous demain lundi pour d’autres péripéties …

La démographie : une affaire de développement économique …

En 1977, il y a donc 40 ans, mon patron au UCLA-Health-Science-Center avait coutume de dire que deux inventions de l’homme le perdront : les engrais azotés et les antibiotiques. En 1977 la population mondiale était estimée à 4,2 milliards de personnes dont 2,5 milliards se trouvaient en Asie alors qu’en 1950 le monde comptait 2,6 milliards d’habitants dont la moitié se trouvait en Asie. Aujourd’hui, selon les Nations-Unies, il y a 7,55 milliards de « bipèdes » sur la planète Terre. Les engrais azotés, mais pas seulement, ont grandement favorisé l’accroissement des rendements agricoles et par voie de conséquence naturelle, comme ce fut le cas par exemple lors de l’optimum climatique médiéval durant lequel la nourriture était abondante, la population s’est accrue considérablement. Ajoutées aux engrais produits en masse les techniques agricoles se sont grandement améliorées avec la mécanisation, l’amélioration des semences puis enfin les plantes génétiquement modifiées ou sélectionnées dans le but d’améliorer leurs qualités nutritives.

Capture d_écran 2017-10-11 à 12.56.28

Si comme me l’exposait le Professeur Emil L. Smith avec un peu de malice les progrès de la science et en particulier de la biologie ont conjointement allongé l’espérance de vie avec l’apparition d’un nombre grandissant d’antibiotiques alors la population a explosé en 40 ans. Les projections onusiennes auxquelles on n’est pas obligé de croire (pour ma part je n’y crois pas) tablent sur une population mondiale de 9,77 milliards en 2050 et de 11,1 milliards en 2100. Il est tout de même intéressant et important de noter qu’entre 1965 et 2010 les taux de natalité ont chuté dans de nombreux pays essentiellement en raison des progrès civilisationnels. Seuls les pays de l’Afrique sub-sahélienne accusent toujours des taux de natalité supérieurs à 4 enfants par femme en âge de procréer. Tous ces pays sont classés dans la catégorie « en voie de développement ». Il reste donc un devoir pour les pays développés : aider ces pays africains à atteindre un degré de développement dont la conséquence première sera une chute du taux de natalité.

Capture d_écran 2017-10-11 à 16.24.46

Dès lors les projections de l’ONU deviendront caduques et la population se stabilisera aux alentours de 8-9 milliards d’individus … Et pourrait diminuer brutalement si une pandémie incontrôlable survenait comme ce fut le cas avec la peste au XVIIe siècle ou la grippe « espagnole » en 1919 qui tua autant de personnes que la « Grande Guerre » sinon plus. La résistance aux antibiotiques, ce progrès social à double tranchant dont parlait Emil, pourrait parfaitement favoriser des épidémies ravageuses en particulier dans des pays surpeuplés comme la Chine, l’Inde ou encore le Nigeria mais aussi les Pays-Bas, plus près de nous Européens. Une autre éventualité pourrait être l’apparition de nouveaux virus mortels entièrement fabriqués en laboratoire. Pour la modique somme de 100000 dollars il est en effet abordable pour n’importe quel biologiste fou de transformer un virus, anodin par ailleurs, en un monstre tueur qui obligera les cellules qu’il infecte à fabriquer une toxine létale. Les machines automatiques de synthèse de brins d’ADN (ou d’ARN) et l’outil CRISPR-cas9 peuvent être utilisées comme des outils d’horreur, un scénario qui aurait fait le régal d’un docteur Frankenstein !

Sources : The Economist, World Economic Forum et aussi : http://www.OurWorldinData.org/data/population-growth-vital-statistics/fertility-rates et World Bank

Nouvelles très fraiches du Japon

Puisque je séjourne en ce moment dans feu l’Empire du Soleil Levant je me dois d’informer mes lecteurs de quelques faits susceptibles de les intéresser. D’abord le couac de Nissan a fait beaucoup de bruit, probablement pour rien. Goshn a ordonné la fermeture de toutes les usines du groupe qui produisent des véhicules exclusivement réservés au marché japonais. La raison est assez surréaliste dans la mesure où les inspecteurs en charge de je ne sais pas trop quoi n’étaient pas assermentés et provenaient de cabinets spécialisés privés. Nul ne connait exactement les motivations de Nissan qui ont poussé cette entreprise à contourner la loi. Bref, plus d’un million de véhicules vont être, comme on dit, rappelés : coût de l’opération un milliard cinq cent millions de yens. Le CEO de Nissan Japan, le protégé de Carlos Goshn va certainement se faire taper sur les doigts à coups de clé à molettes.

Du côté météo, et j’ajouterai, climat le mois d’octobre a été dans l’ensemble le plus froid depuis plus de 60 ans. Le mont Fuji est recouvert de neige et ce n’est pas le typhon prénommé Lan attendu ce dimanche matin directement sur Tokyo qui fera fondre cette neige précoce. Il avait déja neigé ici à Tokyo à la fin du mois de novembre 2016, du jamais vu depuis aussi 60 ans, va-t-il neiger cette année en novembre ? Les grincheux diront que ce sont les aléas de la météo mais quand ce genre de situation se répétera chaque année avec de la neige au mois de mai puis au mois d’octobre qui continuera à prétendre que le climat se réchauffe …

Enfin ce samedi 21 octobre nous sommes allé assister à la fête d’automne de l’école de ma petite-fille. Chaque groupe de classes du même âge avait monté un spectacle de théâtre, confectionné les décors de la scène ainsi que les costumes. L’objet de cette courte pièce de théâtre basé sur une légende relatait l’appel des populations manquant d’eau pour les rizières au roi pour qu’il soit bienveillant avec ses sujets d’après ce que j’ai pu comprendre. Ma petite-fille a accompagné au piano le choeur final de la représentation. Elle avait du passer auparavant par des éliminatoires car il y avait plusieurs candidats à ce poste. J’étais intérieurement très fier …

Avec le décalage horaire pas de billet demain dimanche en raison du typhon.

Nouvelles du ciel sibérien

Au cours de mon voyage Espagne-Japon direct, 13h30 de vol c’est un peu long mais on finit par s’habituer, étant assis près d’un hublot à babord, je garderai en mémoire les superbes aurores boréales qui ont parcouru le ciel pendant plus de deux heures alors que le sol était totalement occulté par un tapis nuageux épais. L’avion se trouvait à proximité de la côte de l’Océan Arctique bien au delà du cercle polaire, je crois me souvenir près des côtes de la Mer de Kara. Malheureusement mon appareil de photo était dans ma valise et celle-ci dans la soute de l’avion. Je n’ai donc pas pu capter les superbes volutes d’un vert-émeraude tirant parfois sur le jaune et je ne savais pas que ces phénomènes étaient incroyablement changeants rapidement et de manière continue. Il n’est pas nécessaire de réaliser un film et de le visionner en accéléré pour se rendre compte de la fluidité de ces ionisations qui parcourent des centaines de kilomètres en quelques fractions de seconde. Inutile de dire que ce phénomène créé par le bombardement de particules en provenance du Soleil est non seulement magnifique mais aussi inquiétant car il est représentatif de l’influence de l’environnement cosmique sur l’atmosphère de la Terre.

Il se créé aux hautes altitudes des mouvements d’ionisation d’une rapidité étonnante que l’on ne peut pas imaginer quand on voit une photo de ces aurores. Comment ces phénomènes d’ionisation puisque les photons émis ne sont dus qu’à un retour vers un état stable d’atomes préalablement excités par des particules cosmiques essentiellement solaires peuvent-ils se propager aussi vite dans cet atmosphère déjà très raréfié en raison de l’altitude, au moins 100 kilomètres, alors que l’avion volait à une altitude de 11 kilomètres seulement ? Une question à laquelle je n’ai pas trouvé de réponse claire en cherchant sur internet. Parfois la lumière verte semblait bourgeonner puis disparaître ou encore ressemblait à une immense draperie ondulante un peu comme un rideau de théatre animé par un souffle d’air. Un spectacle incroyablement beau mais tout aussi inquiétant. Puisque je n’ai pas pu faire de photos et que je n’utilise plus mon téléphone portable depuis des mois j’ai trouvé sur wikipedia l’illustration ci-dessus la plus ressemblante de ce spectacle gratuit qui a agrémenté un long moment mon voyage avec la nouvelle Lune à l’est qui semblait aussi observer cette féérie.