Les pays du monde revisités.

Le site Visual Capitalist nous offre une représentation cartographique du monde en rapportant la surface de chaque pays à sa population et le résultat est surprenant. Comme on pouvait s’y attendre la Chine et l’Inde occupent un espace prépondérant. L’Europe et l’Afrique, quoiqu’on dise de ce dernier continent, ressemblent presque à une mosaïque de confetti négligeables et l’Océanie est presque invisible sur la carte.

Capture d’écran 2019-05-28 à 11.55.10.png

Le Vietnam, l’Indonésie et les Philippines montrent clairement leur importance démographique tandis que le Japon, onzième pays le plus peuplé du monde derrière le Mexique, le Brésil, le Nigéria, la Russie et le Pakistan, occupe une place considérable (comme les Philippines) en raison de sa nature insulaire.

Sur cette carte (lien, et pouvant être agrandie), il y a 15266 carrés représentant au total 7,633 milliards d’habitants, la Russie et le Canada ressemblent à des nains comme l’Australie alors que le Bangladesh, petit Etat en superficie, est massivement peuplé et apparaît comme s’il était beaucoup plus étendu. Aux Amériques le Mexique semble plus étendu que le Canada et le Brésil peut se féliciter d’être l’Etat le plus grand après les USA. Enfin, pour l’Afrique, des pays comme le Botswana, la Namibie et le Tchad on presque disparu alors que le Nigéria dont la ville de Lagos doit devenir dans les prochaines décennies la plus grande ville du monde apparaît le plus grand pays de ce continent.

Comme pour les transports aériens tout se passe donc en Asie du sud-est. Dans quelques décennies l’épicentre économique et financier mondial se trouvera dans cette région, l’Europe ne sera plus qu’un assemblage artificiel de petits pays sur le déclin et peut-être qu’il en sera de même des USA si on s’en tient aux prévisions d’Emmanuel Todd …

Source : ZeroHedge et https://www.visualcapitalist.com/wp-content/uploads/2018/09/population-cartogram.html

Grandeurs et vicissitudes des voyages aériens et d’internet.

Avec internet tout se complique ! Je suis trop nul et trop impatient pour réaliser une réservation pour un voyage en avion sans encombre. Il y a toujours un moment au cours de cette procédure qui me paraît sans solution. Les « pages Web » sont souvent confuses loin d’être suffisamment claires pour un « vieux » comme votre serviteur. Bref, je préfère aller dans une agence voyage au coin de la rue et payer 20 euros de plus. C’est ce que je fis pour réserver un billet Tenerife-Genève via Barcelone il y a quelques jours, ma visiteuse ayant manifesté clairement qu’un transit de 4 heures à l’aéroport de Barcelone était au dessus de ses forces. Il est vrai qu’elle ne parle pas espagnol ni catalan et qu’elle se serait trouvée esseulée dans ce magnifique aéroport. J’ai donc au mois de mars dernier fait une réservation pour voyager avec cette amie. Elle avait déjà sa réservation mais pas de carte d’embarquement, c’était bien ainsi puisque nous devions utiliser le même vol jusqu’à Barcelone. Apparurent alors les soucis. À l’aéroport de Tenerife (nord) un enchainement d’erreurs eut pour résultat de la part du préposé au check-in de nous retrouver dans une situation apparemment inextricable. Le vol Barcelone-Genève de mon amie avait été annulé mais pas le vol Tenerife-Barcelone. Comble de l’horreur pour celle qui s’était angoissée avec ce transit de 4 heures il ne restait plus que la solution de trouver une place sur le vol assurant la liaison vers Genève avec Swiss. Ce qui fut fait sans encombre car peu de personnes voyagent à des heures tardives sur des vols d’une heure. Fort heureusement j’avais réservé une chambre dans un hôtel « low-cost » et tout rentra dans l’ordre à un petit détail près, le taxi aller-et retour depuis et vers l’aéroport coûta plus cher que la nuit à l’hôtel.

Le bon côté de cette bévue fut que nous allâmes flâner dans les petites rues aux alentours de la Playa de Catalunya (je ne suis pas certain de l’orthographe), l’un des endroits les plus sympathiques de cette ville fascinante qu’est Barcelone. En réalité la compagnie aérienne m’avait prévenu à la fin du mois de mars par e-mail qu’il y avait un problème de correspondance. Or tous les messages pouvant être des publicités sont systématiquement mis au panier, je ne l’avais donc pas lu. Vicissitudes d’internet ! Étant maintenant en Savoie pour quelques jours, j’ai tenté sans succès de réserver une place sur un TGV pour Paris. Le site de la SNCF est tellement glauque qu’il me parut impossible de réaliser cette opération qui devrait pourtant être toute simple. À croire qu’il n’existe pas en France d’informaticiens capables de constituer un site web correctement agencé …

 

Note

Obligé de me rendre en France pour des raisons familiales il me sera impossible d’inclure un nouveau billet sur mon blog avant au mieux le 24 mai. Veuillez m’en excuser. À bientôt …

Nouvelles du Japon : Pourquoi les chats sont exclus des maisons

DSCF6408.jpg

Au Japon le sol de la pièce servant de séjour et celui des chambres sont souvent pavés, si on peut dire les choses ainsi, de tatamis. Certes pour un Européen un tatami est le tapis souple sur lequel évoluent les judokas mais en réalité il s’agit d’un rectangle de 88 centimètres par 176 centimètres (rapport un sur deux) bordé de galons souvent ouvragés, fabriqué avec de la paille de riz tressée selon une tradition séculaire. Cette dimension sert à mesurer la superficie d’une pièce, un multiple de 1,6562 mètre carré au dixième de millimètre près … D’une manière générale les maisons sont construites selon des dimensions telles que celles des chambres et des pièces à vivre peuvent être recouvertes d’un nombre exact de tatamis sans découpe.

Ainsi dans les agences de vente ou de location d’habitations la dimension des pièces est spécifiée selon le nombre de tatamis et tout le monde comprend ce que cela veut dire … sauf les Européens naturellement. Alors pourquoi y a-t-il tant de chats dans les rues ? Tout simplement parce qu’ils sont interdits de séjour dans les maisons. Les chats ont la malencontreuse idée de « se faire les griffes » sur un peu n’importe quoi. Un tatami ne résisterait pas deux jours à ce genre de traitement … Le Japon est vraiment un pays à part ! L’époque moderne d’après-guerre a bouleversé les traditions japonaises mais beaucoup de personnes restent attachées à leur pièce à vivre « pavée » de tatamis. De nombreux restaurants offrent à leurs clients une salle spécialement recouverte de tatamis avec des tables basses pour déjeuner ou simplement boire un thé dans la plus pure tradition japonaise.

De cette tradition des tatamis découle une habitude typiquement japonaise bien qu’on la retrouve aussi dans d’autres pays d’Asie comme la Thaïlande : les chaussures sont bannies dans les maisons. On se déchausse quand on entre et il existe à l’entrée un espace spécial devant la porte d’entrée où on laisse ses chaussures. C’est l’une des raisons pour lesquelles les portes d’entrée s’ouvrent vers l’extérieur mais elle doit être rapprochée de l’autre raison. Quand les portes glissantes des anciennes maisons en bois ont été remplacées par des portes à paumelles l’ouverture vers l’extérieur permettait de s’échapper plus rapidement en cas d’incendie. Voilà une petite histoire de tatamis …