Les moustiques bientôt de retour

Capture d’écran 2017-02-21 à 18.28.43.png

Dans 25 jours ce sera officiellement le printemps avec le retour des moustiques. Depuis l’évènement Zika de nombreuses études ont été réalisées pour savoir comment se protéger efficacement des moustiques et c’est ce à quoi s’est consacré une équipe de zoologistes de l’Université du Nouveau-Mexique à Las Cruces en s’intéressant plus particulièrement au moustique Aedes egypti, vecteur d’une panoplie de virus : zika, chikungunya, fièvre jaune et dengue. Tous les moyens disponible sur le marché pour repousser les moustiques ont été passés en revue en utilisant une sorte de tunnel où se trouvait un volontaire assis à près de 3 mètres d’un système de cages dans lesquelles se trouvaient entre 50 et 125 moustiques femelles prêtes à tout pour s’offrir un repas de sang.

Un courant d’air (3 mètres par seconde) produit par un ventilateur était alors établi et la cage à moustiques ouvertes. Après 15 minutes cette cage était fermée et l’expérimentateur procédait au comptage des moustiques ayant échappé de la cage et atteint le volontaire. Comme pour toute expérience de ce type il fallait un contrôle positif et un contrôle négatif. Dans le premier cas il s’agissait d’un sujet qui ne s’était pas lavé la peau depuis au moins 8 heures et dans le deuxième cas l’expérience était conduite sans sujet dans le tunnel.

Il s’est avéré que seul un produit répulsif contenant au moins 30 % d’huiles essentielles de citronnelle et d’eucalyptus ou 98 % de diethyl-toluamide (DEET) étaient à plus de 85 % efficaces à un mètre de distance de la cage à moustiques. Tous les autres produits, bougies, bracelets, crèmes, sprays, ultra-sons et contenant divers produits supposés repousser les moustiques se sont révélés pratiquement inefficaces. Un essai avec des vêtements légers a établi que la perméthrine était efficace pour se prémunir des piqûres. Il existe des crèmes et des pulvérisateurs contenant cet insecticide, utilisé en particulier pour venir à bout des poux et des sarcoptes (acariens de la gale). Ils sont très efficaces contre les moustiques sans toutefois les repousser car le moustique, au contact de cet insecticide, n’a pas d’autre choix que de mourir instantanément !

Attention donc, à la venue du printemps, aux publicités mensongères diverses et variées. Les bougies à la citronnelle sont totalement inefficaces ainsi que les bracelets supposés repousser les moustiques. Seuls les préparations concentrées d’huiles essentielles de citron et d’eucalyptus ou de DEET sont vraiment efficaces …

Source : Journal of Insect Science, doi : 10.1093.jisesa/iew117

Hollande et Macron se font la bise à la soirée du Crif

Capture d’écran 2017-02-22 à 23.24.44.png

Dans cette série de billets un peu (beaucoup) polémistes à propos de la campagne électorale écoeurante, abjecte, qui se déroule au fil des jours en France je ne peux que constater que Macron n’est qu’un pion manipulé par la haute finance internationale et le poulain désigné par le capitaine de pédalo mais tout de même grand capitaliste, alias ex-amant de Valérie, père d’une série de bâtards avec Ségolène et Anne, toujours amant de Julie … on ne sait pas trop, la réincarnation des histoires de cul de la royauté au XVIIe siècle. Lors de la soirée du Crif de ce 22 février 2017 naturellement et sans surprise aucune relatée par Bloomberg.TV il a fait la bise à Emmanuel :

Capture d’écran 2017-02-22 à 23.07.42.png

Ça veut tout dire. Mais quand j’ai appris que Bayrou avait rallié le clan Macron après Ségolène et Corinne j’ai finalement compris qu’en France c’était devenu du grand n’importe quoi. J’en ai eu carrément la nausée.

Surtout que mes lecteurs ne considèrent pas que je sois un anti-sémite viscéral, bien au contraire. J’ai compté parmi mes amis intimes des porteurs de kippa, j’ai été invité à des mariages à la grande synagogue de Lyon quai Tilsitt, j’ai compté parmi mes maîtresses des Judith, des Sarah, des Meriam et bien d’autres, non seulement je n’ai pas honte de le dire mais je me félicite qu’au lit j’aie pu constater qu’il n’est plus question de race ou de religion. Nous sommes tous des êtres humains.

Cependant constater que BFMTV fasse en quelque sorte de la publicité pour Emmanuel Macron à une soirée du Crif me semble tout simplement déplacé car en France le pouvoir et les églises – quelles qu’elles soient – sont séparées depuis 1901 si ma mémoire est exacte. Les religions n’ont rien à voir avec la politique et il n’est donc pas surprenant qu’Emmanuel Macron ait ôté sa kippa pour faire la bise à Hollande. C’est donc bien son ex-employeur banquier et le futur ex-président qui le soutiennent, cela ne fait plus l’ombre d’un doute …

La Lune, Jupiter et l’Épi de la Vierge

thumb_DSCF5515_1024.jpg

Dans un précédent billet (30 janvier 2017) qui n’avait rien à voir avec le mouvement des astres je mentionnais qu’on pouvait magnifiquement observer Jupiter toutes les nuits à partir de 23 heures. Jupiter se trouve un peu au dessus de l’étoile alpha de la constellation de la Vierge appelée Spica ou Épi de la Vierge. Spica est une étoile bleu qui est en réalité un système binaire massif constitué de deux étoiles tournant très rapidement l’une autour de l’autre. Le 16 février 2017 à 01 h 19 GMT (UTS et heure locale ici à Tenerife) j’ai fait cette photo de médiocre qualité car j’habite en pleine ville avec mon appareil de photo numérique Fujifilm X 10 pour bien prouver à mes lecteurs que j’observe le ciel très souvent mais malheureusement dans de très mauvaises conditions. Au sud on peut également voir en cette période de l’année Canopus l’étoile la plus brillante du ciel austral dans la constellation de la Carène qui servit longtemps aux navigateurs pour leur indiquer la direction du sud bien avant l’invention de la boussole … Je ne pense pas que Canopus soit visible depuis l’Europe continentale.

 

La Lune, Jupiter et l’Épi de la Vierge

thumb_DSCF5515_1024.jpg

Dans un précédent billet (30 janvier 2017) qui n’avait rien à voir avec le mouvement des astres je mentionnais qu’on pouvait magnifiquement observer Jupiter toutes les nuits à partir de 23 heures. Jupiter se trouve un peu au dessus de l’étoile alpha de la constellation de la Vierge appelée Spica ou Épi de la Vierge. Spica est une étoile bleu qui est en réalité un système binaire massif constitué de deux étoiles tournant très rapidement l’une autour de l’autre. Le 16 février 2017 à 01 h 19 GMT (UTS et heure locale ici à Tenerife) j’ai fait cette photo de médiocre qualité car j’habite en pleine ville avec mon appareil de photo numérique Fujifilm X 10 pour bien prouver à mes lecteurs que j’observe le ciel très souvent mais malheureusement dans de très mauvaises conditions. Au sud on peut également voir en cette période de l’année Canopus l’étoile la plus brillante du ciel austral dans la constellation de la Carène qui servit longtemps aux navigateurs pour leur indiquer la direction du sud bien avant l’invention de la boussole … Je ne pense pas que Canopus soit visible depuis l’Europe continentale.

 

Crise climatique : démêlés juridiques et autres trucages grossiers

Capture d’écran 2017-02-02 à 18.28.00.png

La Cour d’appel de Washington instruit le dossier opposant Michael Mann et le Competitive Enterprise Institute. Mes lecteurs pourraient être désorientés par cette information car après tout ça se passe à Washington et qui se souvient de Michael Mann ? Pour rafraîchir les mémoires, Mann est ce climatologue qui eut l’audace de trafiquer des données incontestables sur la température moyenne au sol et dans les basses couches de l’atmosphère pour faire ressortir la fameuse courbe de réchauffement en forme de crosse de hockey (hockey-stick graph, illustration Wikipedia ci-dessus, voir note en fin de billet) qui fut largement reprise dans les compte-rendus de l’IPCC afin de sensibiliser l’ensemble de la planète sur les risques de réchauffement induits par l’activité humaine. Cette imposture grossière fut l’objet de vifs débats et finalement l’IPCC, après plusieurs années de propagande, fit en quelque sorte amende honorable en la supprimant de ses rapports.

Ce genre de courbe en trompe-l’oeil vient de ressortir quand la NOAA et la NASA ont décidé de standardiser toutes les mesures de températures tant satellitaires qu’au sol (stations météo) ou dans les océans (bouées) et comme on pouvait s’y attendre, jouant sur leur respectabilité, ces deux organismes ont fait ressortir une nouvelle courbe en crosse de hockey tout aussi fallacieuse que celle de Michael Mann mais n’émanant plus d’un individu car c’est toute une administration qui en est l’auteur.

L’affaire Mann contre le Competitive Enterprise Institute est toujours en cours d’instruction et l’éminente climatologue Judith A. Curry est venue déposer à Washington afin de contrecarrer la plainte en diffamation de Michael Mann qui considère que des scientifiques (ceux-là dignes de ce nom) l’ont calomnié en prétendant que la courbe qu’il avait publié était le résultat d’un trucage de données.

Le Docteur Curry a déclaré que « ni Galilée ni Einstein ont poursuivi en justice leurs détracteurs pour calomnie. Il ont laissé leurs travaux et leurs idées parler pour eux-mêmes en éteignant toute attaque vindicative ». Galilée, à la suite de son procès, vieux et affaibli, se rétracta et abonda dans le sens de l’héliocentrisme de la papauté d’alors par simple respect pour le Pape qui avait admiré en son temps ses découvertes. Quant à Einstein il ne compta pas que des adeptes inconditionnels de sa théorie de la relativité restreinte quand il publia ses résultats en 1905. Il ne s’en offusqua pas et poursuivit ses recherches qui ont été finalement et totalement vérifiées par l’expérience avec en couronnement la découverte des ondes gravitationnelles il n’y a que quelques mois …

Michael Mann a cru bon de trainer devant la justice ses détracteurs. N’est-ce pas là une attitude révélatrice de sa malhonnêteté ?

Venons-en maintenant à cette homogénéisation des relevés de températures que la NASA a entrepris de réaliser. Anthony Watts, originaire de Cape Town en Afrique du Sud, a donc pris l’exemple de sa ville natale pour illustrer la nouvelle imposture de la NASA, reprise par tous les organes d’information du monde entier pour faire ressortir que les années 2015 et 2016 ont été les plus chaudes depuis la disparition des dinosaures (c’est de l’humour …) et qu’il est donc urgent de faire face par tous les moyens au réchauffement du climat d’origine humaine. Les deux illustrations ci-dessous sont parlantes : avant et après « homogénéisation » des données.

Capture d’écran 2017-02-01 à 11.12.17.png

Capture d’écran 2017-02-01 à 11.13.07.png

À l’évidence « ça se réchauffe » comme on peut le constater plus encore que durant la période 1910-1960 ! Encore une fois la NASA s’illustre dans le truquage en tous genres de données pourtant toutes disponibles au public, mais c’est cet organisme qu’il faut croire car ses allégations pourtant anti-scientifiques vont dans le sens de la doxa du réchauffement climatique global d’origine humaine …

Pour conclure la Constitution américaine stipule clairement dans son Article 2 que le Président est de facto le « patron » de toutes les agences fédérales y compris la NASA, l’EPA (Environmental Protection Agency) et la NOAA. Or l’opinion du nouveau président américain au sujet du « réchauffement climatique » a le mérite d’être claire : il doute ! Il va donc remettre à plat l’ensemble de l’idéologie de son prédécesseur à propos du climat.

Sources : Competitive Enterprise Institute (cei.org), Climate Etc (judithcurry.com) et Anthony Watts (wattsupwiththat.com)

Note : la courbe originale de Michael Mann est devenue difficile à trouver sur Google ou Wikipedia. Elle a été « barbouillée » en bleu, figurant l’incertitude des mesures, pour mieux faire passer cette imposture grossière où ne figure pas l’optimum climatique médiéval qui selon Mann n’aurait jamais existé. Un bel exemple de propagande mensongère et de pseudo-science …

Travailler moins pour gagner plus ! Seuls les politiciens y arrivent …

Capture d’écran 2017-01-19 à 13.17.08.png

Ce billet est un copié-collé d’un article paru sur le site rts.ch

La mode des conférences données par des ex-présidents vient des Etats-Unis. Depuis quelques années, cette pratique s’impose aussi en Europe, où l’on s’arrache les ex-leaders à peine sonnée l’heure de leur retraite.

2016, annus horribilis pour les hommes d’Etat : éclipse totale pour Matteo Renzi et David Cameron, adieux de Nicolas Sarkozy ou retraite anticipée pour François Hollande.

Mais perdre le pouvoir, c’est aussi l’occasion de travailler moins pour gagner plus. Les anciens dirigeants politiques s’arrachent à prix d’or dès qu’ils ont quitté leur poste. Peu importe le thème, pourvu qu’on puisse en attirer un derrière le micro.

Pour comprendre comment ce business fonctionne, l’émission de la RTS T.T.C. s’est envolée pour Londres, à la rencontre du fondateur du London Speaker Bureau, la première agence mondiale de conférenciers. Elle a plusieurs centaines de noms à proposer dans son catalogue, à commencer par des politiciens, et organise 2500 événements par an.

« Nos clients sont des gouvernements et des sociétés qui tiennent des réunions ou des assemblées. Ils sont très précis sur ce qu’ils veulent », explique Tom Kenyon-Slaney, fondateur du London Speaker Bureau. Selon lui, les organisateurs ne se contentent pas du premier politicien venu. « Les grandes banques exigent toujours un ex-leader des grandes économies, simplement pour impressionner leurs clients », relate le directeur.

Un montant à six chiffres pour les ex-présidents

Selon Tom Kenyon-Slaney, les ministres des Finances sont les plus demandés, puis viennent ceux des Affaires étrangères.

Il n’existe pas de grille tarifaire à proprement parler, tout semble se négocier. Mais le fondateur du London Speaker Bureau avance tout de même un montant à six chiffres pour un ex-président ou ex-Premier ministre des grandes économies, soit des honoraires entre 100’000 et 250’000 dollars (101’000 et 252’000 francs suisses). L’agence, elle, perçoit 15 à 20% de ces montants.

Pour se faire une idée des revenus de chacun, l’entrepreneur a accepté d’estimer les honoraires que plusieurs personnalités pourraient attendre d’une conférence organisée par une banque:

L’ancien chef du gouvernement italien Matteo Renzi pourrait ainsi prétendre à environ 40’000 euros par conférence. Ce serait à peine plus pour le président français sortant François Hollande, avec 50’000 euros, mais bien en-dessous du tarif facturé par son prédécesseur Nicolas Sarkozy en 2012 (300’000 euros).

L’ancien président français s’approche ainsi des tarifs anglo-saxons. A l’image du président américain Barack Obama, qui pourrait exiger une rémunération d’environ 500’000 dollars par conférence aux Etats-Unis, et près du double pour une conférence internationale, estime Tom Kenyon-Slaney.

C’est à peu près la rétribution attribuée à l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, mais tout de même au-dessus des Premiers ministres britanniques Tony Blair et David Cameron, qui pourraient facturer leurs interventions jusqu’à un maximum de 500’000 euros.

Contre-productifs

A la longue, l’appât du gain peut toutefois devenir contre-productif. Les innombrables conférences payantes d’Hillary Clinton – qui lui ont rapporté au total près de 22 millions de dollars – ont terni sa réputation et lui ont peut-être aussi coûté la présidence.

Un autre ex-leader, l’ancien chef du gouvernement britannique Tony Blair, a lui aussi amassé une petite fortune. Depuis qu’il a quitté le 10 Downing Street en juin 2007, il aurait empoché jusqu’à 100 millions d’euros d’honoraires en conseil et conférences. Même son ancien compagnon de route Denis Mc Shane, ex-ministre britannique des Affaires européennes, pense que cela a contribué à ternir sa réputation.

En Suisse, les prétentions financières de nos anciens dirigeants ne se mesurent pas à la même aune. Tom Kenyon-Slaney, du London Speaker Bureau, estime le tarif d’un speech donné par l’actuel conseiller fédéral (de la Suisse) Johann Schneider-Ammann, à « seulement » 10’000 euros.

Serge Enderlin/fme

Illustration et bref commentaire : Sarkozy donnant une conférence dans les émirats arabes en 2016 (capture d’écran du reportage de la RTS), rémunéré 300000 euros, lui qui pronait le « travailler plus pour gagner plus ». Belle illustration des politiciens qui durant leur mandat ont parlé pour ne rien dire, payés par les contribuables, et qui se rattrapent largement lorsqu’ils sont libérés de leurs obligations. C’est Henry Kissinger qui créa cette mode. À méditer …

Lien : http://www.rts.ch/info/economie/8312580-du-pouvoir-a-la-parole-les-ex-chefs-d-etat-s-offrent-de-juteuses-retraites.html

Le dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer

Capture d’écran 2017-01-01 à 23.04.20.png

C’était déjà connu, la perte de l’odorat (anosmie) est liée à la dégénérescence des neurones et l’un des organes « périphériques » du cerveau, si l’on peut dire ainsi, le plus rapidement atteint par ce phénomène est le bulbe olfactif. Il en résulte ce que l’on appelle une anosmie partielle ou totale. Mais la façon d’apprécier cette perte de l’odorat était mal codifiée et ne pouvait pas être utilisée dans le cadre d’un diagnostic simple et rapide du développement des troubles cognitifs et par conséquent de la prédisposition à la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. C’est maintenant chose faite à la suite de travaux réalisés à l’Université de Pennsylvanie. Il s’agit d’un test simple comprenant 16 odeurs différentes que le sujet doit identifier. Pour rendre cette opération rapide et fiable pour le praticien chaque odeur est présentée au patient dans des pages d’une sorte de catalogue où se trouvent énumérées 4 possibilités d’identification. Le test ne dure que quelques minutes et le patient doit, pour chaque odeur qui lui est présentée à l’aide d’un bout de papier comme ont coutume de le faire les parfumeurs dans leur atelier ultra-secret, identifier cette odeur.

Ce test a été validé en étudiant 728 adultes dont 292 étaient sains, 262 souffraient de la maladie d’Alzheimer et 174 de troubles cognitifs légers. Le test s’est révélé beaucoup plus précis que toutes les autres approches couramment utilisées pour diagnostiquer précocement la maladie. Les résultats de l’étude conduite par le Docteur David Roalf ont été pleinement concluants. Ils ont montré que les patients souffrant de troubles cognitifs légers à divers degrés allaient fatalement évoluer vers une forme plus grave de la maladie. De plus ce test s’est avéré fiable à plus de 87 %. L’équipe impliquée dans cette étude envisage de rechercher si par voie de conséquence les neurones des terminaisons olfactives ne relâcheraient pas des protéines marqueurs de la maladie qui pourraient être détectées dans les sécrétions nasales. Il s’agirait alors d’une confirmation directe de la pertinence de ce test. Après les asperges, le nez nous réserve encore des surprises …

Source : doi : 10.3233/JAD-160842