Les tomates : un fruit devenu immangeable …

800px-Bright_red_tomato_and_cross_section02.jpg

Pour une fois les pourfendeurs de l’amélioration variétale de plantes ne me contrediront pas, les tomates que l’on trouve dans le rayon légumes des supermarchés ne sont plus ce qu’elles étaient il y a 30 ou 40 ans. Des tomates fermes, à peine juteuses, d’un couleur franchement rouge, dégageant une odeur caractéristique provenant de dérivés de la famille des carotènes, ne cherchez pas : ces tomates n’existent pratiquement plus. La grande majorité des tomates ont été soigneusement sélectionnées durant les quelques 50 dernières années afin de murir lentement, de résister par elles-mêmes aux champignons et autres moisissures et surtout de se prêter à toutes sortes de transformations comme le ketchup ou les concentrés utilisés pour la confection des pizzas. La tomate est devenue un fruit typiquement industriel, sans goût ni attrait, un détestable produit commercial. Certes on trouve maintenant des tomates dites « cerises » attachées les unes aux autres naturellement, c’est uniquement pour la satisfaction visuelle car elles sont tout aussi insipides. Il faut musarder dans des boutiques averties pour trouver quelques tomates à l’aspect plutôt sinistre pour satisfaire ses papilles gustatives produites par de petits agriculteurs courageux qui ont le « goût » du risque.

Capture d’écran 2017-02-01 à 20.55.06.png

Aujourd’hui la production de tomates est une véritable industrie. Ces fruits – oui, il s’agit de fruits et non pas de légumes – apparentés aux pommes de terre, sont produits dans des conditions contrôlées, souvent en hydroponie, c’est-à-dire en l’absence de terre, les racines étant imbibées automatiquement de liquides nutritifs, sous serre, stérilement, afin d’obtenir des tomates toutes de la même couleur, toutes de la même taille, facilement emballées et expédiées parfois à des milliers de kilomètres de leur lieu de production. Le revers de ce succès est un produit gorgé d’eau, sans goût aucun, bref une sorte d’ersatz repoussant.

Et ce résultat d’une sélection intense qui débuta au cours des années soixante a provoqué la disparition des gènes qui justement rendaient les tomates attractives de par leur senteur et la fermeté de leur chair. La sélection vers des tomates résistantes aux champignons et capables de rester sur les linéaires des supermarchés plus d’une semaine a été atteinte au détriment des propriétés organoleptiques qu’appréciaient nos parents et grands-parents. Aujourd’hui, on peut s’offrir un kilo de tomates insipides pour 1 euro ou si on est regardant et si on a les moyens financiers on peut s’offrir des tomates « comme autrefois » pour 10 euros le kilo, pas toutes de la même taille ni de la même couleur mais de vrais fruits que l’on peut déguster comme tels.

Le souci est que si les maraîchers voulaient produire des tomates, allez, on va dire industrielles, avec les saveurs d’antan, il faudrait réintroduire les gènes bien identifiés qu’elles ont perdu par sélection mais cette fois par génie génétique, en d’autres termes des tomates transgéniques qui redeviendraient de vraies tomates. N’est-ce pas là une absurdité ?

Inspiré d’un article paru sur le site Bloomberg

Selon l’EFSA nous vivons dangereusement : le cas du Nutella

Elaeis_guineensis_MS_3467.jpg

L’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA) a commandé une étude relative à l’huile de palme, suivez mon regard … Comme l’huile de palme est dans le collimateurs des écologistes car elle entraine un déforestation préjudiciable au climat de la planète, l’étude rendue à l’EFSA en a conclu que l’huile de palme était dangereuse pour la santé, CQFD ! L’organisme nommé CONTAM, acronyme de « Contaminents dans la chaine alimentaire » dépendant de l’EFSA, s’est fendu d’un gros pavé de prose aride cosigné par 21 personnes et disponible pour n’importe quel quidam qui voudrait se faire une idée de la dangerosité de notre vie quotidienne en suivant le doi: 10.2903/j.efsa.2016.4426 . Je conseille à mes lecteurs courageux de se plonger dans la lecture de cet illisible document, ils comprendront dès les premières lignes qu’il s’agit d’un document de propagande. Il aura fallu près de 9 mois depuis sa publication pour que ce pamphlet commence à créer des remous dans la presse car il attaque particulièrement l’entreprise italienne Ferrero, mondialement connue pour son produit leader le Nutella, sans la nommer !

Capture d’écran 2017-01-29 à 16.20.11.png

Le raffinage de l’huile de palme comprend diverses étapes qui ne modifient pas notoirement sa composition ou, dans tous les cas, ne font pas apparaître les produits incriminés par l’EFSA comme étant – et cet organisme ne s’encombre pas d’écarts de langage – cancérigènes pas seulement probables comme a tendance à le déclarer l’IARC, mais certains. Au delà de 120 °C il apparaît des quantités dangereuses, selon cette étude, de dérivés tels que des esters du glycidol ou des esters de mono-chloropropanediol et cette situation est particulière à l’huile de palme … comme si les autres huiles végétales ne présentaient pas le même type de transformation chimique au delà de 120 °C ! Le tableau 11 de cette publication de l’EFSA est pourtant clair : les huiles végétales autres que l’huile de palme contiennent 4 mg/kg de dérivés « indésirables » alors que l’huile de palme en contient 5 mg. La belle affaire qui a suffi pour encore plus incriminer l’huile de palme et par voie de conséquence culpabiliser la société Ferrero.

On se trouve donc devant une imposture, une de plus, des organisations satellites de la Commission Européenne. Pour l’EFSA, tout est dangereux : cuire du pain ou griller des toasts est dangereux car il se forme de l’acrylamide, les barbecues sont à proscrire, les confitures et les conserves contiennent des furanes, etc, etc. Je n’invente rien tout se trouve dans cette courte vidéo : https://youtube.be/yedloySByx4 disponible en plusieurs langues. C’est tout simplement effarant. Ce ne sont pas les aliments qu’on fait cuire selon nos habitudes alimentaires locales et parfois centenaires, c’est la vie qui est dangereuse car on en meurt inévitablement. Les fonctionnaires de l’EFSA devraient se reconvertir au macramé, au moins ils feraient quelque chose de concret !

Source et illustration : yournewswire.com

Du rififi dans le pays de Nestlé : les yaourts « bio » ça ne sert à rien !

Capture d’écran 2017-01-27 à 09.42.53.png

Ce n’est pas une blague mais une très sérieuse enquête réalisée par la RTS au sujet des effets « bénéfiques » pour la digestion des yaourts dits probiotiques. Censés favoriser la digestion cinq marques de yaourts avaient reçu une autorisation de l’Office Fédéral (suisse) de la Sécurité Alimentaire pour mentionner sur les emballages les effets attendus de ces yaourts vendus deux fois plus cher que des yaourts nature car ils « contribuent au confort digestif en réduisant le temps de transit et les ballonnements » (sic). Toutes les marques qui ont été soumises par la RTS à des analyses effectuées au sein d’un laboratoire indépendant situé à Lausanne, à deux pas du siège de la multinationale géante Nestlé ont montré qu’il n’en était rien. C’est du pipeau total ! Les produits Nestlé LC1, Emmi Actifit, Migros Bifidus, Danone Activia et Yakult n’ont pas passé les tests de véracité des allégations clamées par ces grands groupes de l’agro-alimentaire.

Voici le résultat des analyses (n°17373) émanant de SCITECH SA, c’est éloquent et incontestable :

Capture d’écran 2017-01-27 à 18.53.10.png

Pourtant les sociétés Nestlé et Danone ont vivement contesté ces résultats obtenus en utilisant un « estomac artificiel » dont ils mettent en doute véhémentement la validité, un appareil de laboratoire qui selon eux n’a rien à voir avec un estomac réel. Cette réaction était attendue dans la mesure où ces yaourts d’un nouveau genre constituent une part substantielle du chiffre d’affaire de ces grands de l’alimentation basé uniquement sur la crédulité stupide des consommateurs abreuvés de publicité mensongère ! Danone et Nestlé prétendent que chaque pot de yaourt contient 1 milliard de bactéries et qu’au moins quelques unes résistent mathématiquement au mauvais traitement qu’elles subissent dans l’estomac. Ces mêmes firmes oublient de mentionner que dès que le « bol » alimentaire arrive dans l’intestin grêle il est soumis à une autre agression, celle des sels biliaires, de puissants détergents utilisés justement en laboratoire de recherche en quantités infiniment moins élevées pour littéralement dissoudre les bactéries et les levures.

Les industriels ont brandi des « essais cliniques » prouvant que leurs yaourts étaient bénéfiques pour la digestion. Il se trouve que ces prétendus essais n’englobaient que quelques dizaines de personnes et avaient naturellement été conduits sous la direction des laboratoires tant de Nestlé que de Danone ou encore de Yakult.

Dans la rubrique malbouffe et arnaques en tous genres c’est une histoire sans fin …

Source et illustration : rts.ch, résultats des analyses SCITECH SA, Lausanne, Suisse

Note : Yakult est une marque japonaise, Migros et Emmi des marques suisses

Buvons du lait ! C’est excellent pour la santé.

Capture d’écran 2017-01-02 à 19.41.01.png

Dans la série des modes alimentaires toutes aussi extravagantes les unes que les autres le lait semble être une horreur néfaste chez les adeptes du style de vie « naturel ». Il est tout simplement banni car il est malsain pour la santé dès l’instant où l’enfant a quitté la mamelle maternelle. Les adeptes de la diététique « tendance » proscrivent toute nourriture industrielle, bannissent les sucres raffinés, réduisent l’usage de l’alcool et prônent les légumes et les fruits ainsi que les céréales dites complètes riches en fibres. Beaucoup de ces mystiques d’un nouveau genre vont jusqu’à s’abstenir de tout aliment contenant du gluten, des produits lactés, des ingrédients provenant du soja et même du sodium : plus de sel marin mais du chlorure de potassium, vraiment n’importe quoi ! À propos du soja, suivez mon regard, étant donné que 95 % des graines de soja dans le monde proviennent de plantes génétiquement modifiées alors le soja sous toutes ses formes doit être tout simplement proscrit, je pense en particulier à la mayonnaise industrielle qui contient fatalement de la lécithine de soja pour remplacer le jaune d’oeuf …

Bref, il faut manger des produits frais, viande et légumes, à peine cuits et au mieux il est préférable d’être exclusivement végétalien, c’est bénéfique pour la santé ! On n’a pas encore vu d’êtres humains devenir des ruminants et capables de brouter de l’herbe … La nutrition est basée sur la science et non pas sur l’opinion répandue dans les médias par des sortes de gourous fondant leur notoriété sur de la fausse science.

Mais revenons au lait. Dans les pays où la consommation de lait et de produits lactés a toujours été élevée comme en Europe, les cas d’intolérance au lactose sont relativement rares puisque à peine 5 % de la population souffre réellement de l’incapacité à prendre en charge le lactose. Le lactose est un disaccharide constitué d’une molécule de galactose et d’une molécule de glucose et il est coupé en ses constituants à l’aide d’un enzyme appelé bêta-galactosidase dont la synthèse est normalement induite par la consommation de lait et excrété par l’épithélium intestinal. Le lactose peut représenter jusqu’à 8 % de la matière sèche totale du lait et il est facile de comprendre pour cette raison que l’intolérance au lactose soit désagréable. Depuis des temps immémoriaux l’homme s’est rendu compte que le lait fermenté comme le kéfir était beaucoup mieux toléré que le lait cru (ou cuit) car les ferments lactiques, des bactéries et non pas des levures, se nourrissent préférentiellement de lactose et c’est le cas également des yaourts.

La plupart des Européens et des Nord-américains descendants des Européens tolèrent le lait et c’est un avantage car le lait contient une panoplie très riche en nutriments, vitamines et sels minéraux, un nourrisson ne grandit-il pas avec exclusivement du lait comme aliment ? Si certains pseudo-spécialistes de la nutrition prétendent que les êtres humains ne sont pas adaptés pour digérer le lait c’est tout simplement faux ! Il suffit de constater les effets bénéfiques du lait quand dans des pays où la consommation de lait ne fait pas partie des traditions comme la Chine ou encore le Japon le nombre de personnes souffrant de problèmes squelettiques est considérablement plus élevé que dans les pays européens en raison de la pauvreté de l’apport en calcium des aliments non lactés en dépit de leur teneur en calcium élevée car ce calcium présent dans le lait est plus facilement assimilable et aucun autre aliment ne peut sur ce point remplacer le lait et les produits lactés.

Peut-être qu’étant adultes nous n’avons plus besoin de lait mais il faut reconnaître que les atouts du lait pour la santé sont irremplaçables … et cette fois on peut en abuser. Comme le préconisait en 1954 Pierre Mandès-France il serait tout à fait judicieux de réintroduire le lait dans les écoles plutôt que d’encourager les enfants à s’intoxiquer avec des sodas ultra-riches en sucres qui en font de futurs diabétiques obèses …

Sources : diverses

Le parasitisme chez les oiseaux, une affaire de mémoire

Molothrus_ater1.jpg

En Europe les oiseaux qui parasitent les nids d’autres oiseaux font partie de la famille des coucous et dans les Amériques c’est le « vacher » (Molothrus alter illustration ci-dessus) qui se livre à ce genre de comportement. Jusqu’à une étude récente réalisée en Argentine on ne savait pas trop comment le vacher à tête brune (en anglais cowbird) s’y prenait pour aller déposer un oeuf au bon moment dans le nid de son hôte préféré le moqueur (Mimus saturninus, illustration ci-dessous), en anglais mockingbird. Le vacher se nourrit des insectes dérangés par les bovins lorsqu’ils broutent. Or il lui faut parasiter le nid d’un autre oiseau car il se déplace avec ces ruminants et ne peut donc pas, de par son habitude alimentaire, s’occuper de sa couvée. Il dépose le plus souvent un seul oeuf dans le nid d’un moqueur qu’il a soigneusement repéré car il lui faudra déposer cet oeuf au bon moment quand le moqueur aura tout juste commencé à pondre et il faut qu’il (la femelle) s’accouple pour féconder l’oeuf et attendre de pondre cet quand sa coquille est formée.

800px-CALANDRIA_Mimus_saturninus.jpg

Pour l’anecdote le moqueur (mockingbird) est appelé ainsi car il est capable d’imiter parfaitement le chant de bien d’autres oiseaux. Pour l’anecdote encore qui ne se souvient pas de l’immense film de Robert Mulligan « To Kill a Mockingbird » avec Gregory Peck dans le rôle d’un avocat défendant un noir accusé de viol (1962). Bref, on ne sait pas trop pourquoi le vacher choisit précisément le moqueur pour le parasiter, probablement parce que ces deux oiseaux sont de taille sensiblement identique. Le coucou a plutôt tendance à parasiter le nid des pies, un oiseau de la famille des corvidés remarquablement intelligent qui ne saisit pourtant pas ce qui lui est arrivé …

Pour comprendre comment les choses se passent une équipe de zoologistes de l’Université de Buenos-Aires a capturé des femelles de vacher et les a équipées d’un tout petit émetteur qui envoie des « bips » toutes les deux secondes pendant environ trois semaines. À l’aide d’antennes réparties sur le territoire d’étude l’analyse de l’intensité des signaux et le lieu de leur provenance par goniométrie il a été possible de suivre très précisément les agissements exploratoires du vacher. Il repère les nids en construction et quand il a compris que l’un des nids était terminé cela signifiait que le moqueur allait commencer à pondre. Selon les diverses femelles étudiées, une trentaine, il est apparu comme l’indique l’illustration ci-dessous que chaque oiseau n’avait pas tout à fait le même comportement dans le temps.

Capture d’écran 2016-12-23 à 11.27.04.png

Par exemple la femelle 2681 a inspecté le nid du moqueur depuis moins de 10 mètres le jour même où la ponte a débuté (temps zéro dans l’échelle de temps) et a déposé son oeuf le lendemain (flèche orientée vers le bas). La femelle 2874 par contre a fait plusieurs visites les trois jours précédant le début de la ponte du moqueur et a curieusement attendu 4 jours pour venir parasiter le nid en effectuant quotidiennement des visites de près (moins de 10 mètres) comme de plus loin. Quant à la femelle 3850 il ne lui a fallu que deux visites pour comprendre qu’il était favorable de venir parasiter le nid deux jours après la première ponte. L’étude détaillée des allers et venues des vachers a indiqué en outre qu’ils faisaient preuve d’une mémoire spatiale et temporelle très précise car ils ne repèrent pas seulement un unique nid « parasitable » au bon moment, ils se ménagent en quelque sorte un certain choix. Enfin, à l’aide de petites caméras vidéo l’étude a également montré que le vacher ne dédaignait pas revenir inspecter le nid parasité et éventuellement détruire quelques-uns des oeufs de l’hôte pour mieux assurer la couvaison du sien. Ce comportement a fait l’objet de nombreuses études d’où il est ressorti que cette attitude est risquée puisque le vacher peut se tromper d’oeufs et également détruire le sien. Au cas où le moqueur abandonne son nid quand il a été dévasté par le vacher, ce qui n’arrive heureusement pas de manière systématique, le vacher ira alors à la recherche d’un autre nid à parasiter. Extraordinaire comportement de ces oiseaux parasites …

Source et illustration : Behavioral Ecology and Sociobiology, doi : 10.1007/s00265-016-2250-8, autres illustrations Wikipedia (en tête d’article le vacher, dans le texte le moqueur.

La « glutenophobie » : un gros business !

Capture d’écran 2016-10-22 à 14.31.17.png

C’est tout de même assez curieux que seulement 1 % de la population souffre de maladie coeliaque provoquée (ou non) par le gluten et que pourtant les aliments sans gluten représentent aujourd’hui un marché de 1,6 milliard de dollars par an rien qu’aux USA. De plus ce marché est en croissance constante, de l’ordre de 5 % par an. Et pourtant le nombre de « malades » ne suit pas ce mouvement alors que les linéaires de supermarchés tant en deçà qu’au-delà de l’Atlantique deviennent littéralement colonisés par des produits certifiés sans gluten. C’est à n’y rien comprendre. Il y a même des restaurants qui proposent des menus sans gluten et pour bien asseoir la crédibilité de cet argument de marketing ils proposent également de la nourriture sans OGMs – on pouvait s’y attendre – mais également sans sirops de sucre enrichis en fructose ni acides gras hydrogénés.

Il faut donc faire le constat qu’encore une fois les grands groupes de l’agro-alimentaire exploitent avec joie la bêtise humaine qui est comme chacun sait sans limite. Le gluten fait maintenant partie de la malbouffe pour 53 % des personnes interrogées par l’Institut Nielsen aux USA mais à n’en pas douter une minute, la bêtise étant contagieuse, il en est de même en Europe. Les personnes interrogées avancent des arguments complètement stupides du genre : puisque les aliments sans gluten sont plus chers, ils sont donc meilleurs pour la santé. D’où la question qui vient immédiatement à l’esprit : la maladie coeliaque serait-elle réservée aux riches ?

Il est donc opportun de remettre les choses à leur place. La nourriture sans gluten fait partie des aliments qui ont été traités industriellement au même titre que les pizzas congelées « sans gluten » qui sont un assemblage de fromages synthétiques et de viandes certifiées d’origine artificielle étalé sur une galette qui a le goût d’un vieux carton recyclé. Mais puisqu’il n’y a pas de gluten et que ça coûte un peu plus cher c’est donc bon pour la santé.

Comme aurait dit Coluche : « Je me marre ».

Source : Bloomberg

Un sombre histoire de sucre

Il y a 50 ans presque jour pour jour une équipe de médecins biologistes de l’Université d’Harvard aux USA publia une revue bibliographique mettant en cause les acides gras et le cholestérol dans les maladies cardiovasculaires et dédouanant les sucres, en particulier le sucre de betterave ou de canne. Cette étude fut commandée par la très puissante Fondation pour la Recherche sur le Sucre (Sugar Research Association, SRA) basée comme par hasard à Washington. Il s’agit aux USA d’un des plus puissants lobbys, après naturellement celui de l’armement, et qui a ses entrées directement au Congrès et la porte de la Maison-Blanche lui est ouverte. Alors qu’en 1965 une équipe de biologistes avait clairement montré que le fructose, l’un des éléments constituant le sucre de table (la structure cyclique à 5 atomes), qu’il provienne de betteraves ou de canne, favorisait l’élévation des taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang en provoquant dès lors des accidents cardiovasculaires, la SRA finança ces biologistes d’Harvard pour réfuter fermement les résultats émanant de l’Université du Minnesota.

Capture d’écran 2016-09-21 à 07.25.43.png

Les biologistes de l’Université du Minnesota avaient comparé l’état de santé des personnes ne mangeant que très rarement du sucre de table et se contentant de pommes de terre ou de pain pour leur apport en carbohydrates avec ceux qui abusaient de sucreries en tous genres. Ils se rendirent compte très rapidement et sans équivoque que le fructose était la source de tous ces maux.

Le principe de cette action anti-scientifique par nature de la Sugar Research Association était que les corps gras, le cholestérol et les acides gras insaturés avec les oeufs, la viande grasse et le beurre, étaient nocifs pour la santé et que réduire l’apport en corps gras pouvait parfaitement être pallié par une consommation plus élevée de sucre de table afin de remédier au déficit calorique d’un régime alimentaire pauvre en graisses. Les calculs prospectifs de la SRA mentionnaient une augmentation possible de 30 % de la consommation de sucre. Les travaux de Peter Kuo et David Bassett qui incriminaient le fructose, parus dans les Annals of Internal Medicine en 1965, furent mis promptement sous le tapis dans la revue commandée et financée par la SRA. Un autre article parut pourtant au début de l’année 1966 dans la revue Clinical Nutrition, des travaux dirigés par le Professeur Willard Krehl, qui confirmaient que le sucre de table est nocif car il induit une augmentation du taux de cholestérol dans le sang en raison encore une fois de la présence de fructose. La SRA demanda aux coauteurs de la revue bibliographique qu’ils finançaient de modifier in extremis leur texte afin qu’il paraisse dans les temps pour pouvoir influer sur les décisions de la FDA relatives aux directives nutritionnelles qui devaient être rendues publiques à brève échéance. La revue parut en deux parties dans le New England Journal of Medicine (NEJM) au tout début de l’année 1967 et rassemblait un tissu éhonté d’affirmations mensongères qui constituèrent rapidement la doxa tant auprès du corps médical, nutritionnistes compris, que dans les sphères gouvernementales et médiatiques, surtout médiatiques, sous la pression incessante de la SRA.

L’avenir du sucre était assuré. Aucun pays dans le monde n’osa remettre en cause l’article paru dans le NEJM qui faisait et fait toujours autorité en matière de santé et de médecine. La plupart des pays développés n’osèrent même pas contester les décisions de la FDA relatives aux « directives nutritionnelles » largement inspirées de documents issus de la Sugar Research Association !

Bien que le fructose ait été reconnu comme néfaste pour la santé dès l’année 1965 la Sugar Research Association, en étroite collaboration avec, cela va de soi, les compagnies Coca-Cola, Pepsi et General Food, promut dans les années 1990 les avantages du sirop de sucre enrichi en fructose en raison de son pouvoir sucrant comme s’il fallait aggraver la situation sanitaire de centaines de millions de personnes de par le monde … puisqu’ils savaient que le fructose est nocif comme les cigarettiers savaient que la fumée était cancérigène. L’histoire du fructose est révélatrice des pratiques scandaleuses de la Sugar Research Association. Le sucre obtenu à partir du maïs échappe aux conditions fiscales contraignantes relatives au sucre de betterave ou de canne. De ce fait les producteurs de sirops sucrés réalisent encore plus de profits sans se soucier un instant de la santé des consommateurs. Il s’agit d’un des plus grands scandales sanitaires de ces 50 dernières années et dont les conséquences se feront sentir pendant encore de nombreuses années avec une épidémie d’obésité, de maladies cardiovasculaires et de diabète … On ne change pas les habitudes alimentaires de peuples entiers en un clic, il faut deux générations pour que la prise de conscience soit suivie d’effet.

Source : JAMA Network et STAT

Note 1 : Le lièvre, si l’on peut dire, fut levé par une ex-dentiste, le Dr Cristin Kearns, qui alla fouiner dans les archives de l’Université d’Harvard, inquiète de l’état de santé dentaire de ses patients qui consommaient tous trop de sucre. Un grand nombre d’entre eux souffraient également de problèmes cardiaques et d’obésité …

Note 2 : Ayant écrit ce billet le 18 septembre, j’ai eu la surprise de constater que le site Contrepoints que je lis chaque jour et qui republie parfois certains de mes billets avait mis en ligne le 20 septembre (hier) un article intitulé « L’industrie du sucre sape notre santé » sous la plume d’une certain Charles Boyer. Je pense que cet auteur a eu accès aux même sources d’information et n’a même pas pris la peine de relater le détail des intrigues menées par la SRA. J’ajoute que citer le Daily Mail au sujet des statines ou encore de faire référence à un reportage de LCI démontrent la médiocre qualité de cet article. Il est bien connu que ce quotidien anglais fait partie de la presse de caniveau et que les programmes de LCI sont scrutés par les représentants des intérêts financiers américains actionnaires de TF1 !

Note 3 : Enfin, pour les curieux le fructose aboutit inexorablement dans la voie de dégradation des sucres vers l’acétyl-coenzyme A qui ne peut être utilisé que pour produire de l’énergie sous forme d’ATP ou synthétiser des acides gras et du cholestérol quand les besoins en énergie réorientent le métabolisme vers cette voie. C’est la raison pour laquelle ce sucre est toxique quand il est ingéré à hautes doses comme avec les sodas et autres pâtisseries industrielles et que l’on ne se livre pas à des exercices physiques quotidiens suffisants. C’est aussi simple à comprendre que cela, pour un (ancien) biologiste, naturellement.