Géopolitique : commentaires

Les pays occidentaux commencent à réaliser qu’ils persistent dans l’erreur consistant à soutenir l’Ukraine qui depuis 2014 bombarde systématiquement les populations civiles sans défense du Donbass. Elles n’ont que deux défauts aux yeux du gouvernement de Kiev, être russophones et pratiquer la religion orthodoxe. Après 20000 morts la Russie a réagi malgré une multitude de tentatives de médiation avec les accords de Minsk que ni l’Allemagne ni la France n’ont fait respecter. L’inertie coupable de ces deux pays était télécommandée par Washington et l’OTAN. Autant l’Allemagne que la France n’ont pas mesuré les conséquences d’une intervention de la Russie pour sauver un peuple frère. On ne peut que constater que ces deux pays sont dirigés par des marionnettes animées par la main de Washington qui a tout de suite vu que le conflit ukrainien était une guerre par procuration qui ne les concernait pas directement et également que l’opportunité d’affaiblir l’économie européenne pour mieux la contrôler était une aubaine.

Les gesticulations insignifiantes du philosophe en chemise blanche n’y feront rien. Ce triste individu devrait relire l’histoire et il découvrirait peut-être l’ « inconscient » de l’Histoire dont il prétend incarner le concept. La « guerre de 1936 » comme l’appellent les Espagnols présente des similitudes troublantes avec les évènements d’Ukraine. Après avoir massacré allègrement et par idéologie des dizaines de milliers d’ecclésiastiques et de grands propriétaires terriens, dévastant ainsi le patrimoine millénaire de leur pays en brûlant des bibliothèques contenant des manuscrits datant d’avant la découverte de l’Amérique, les démocraties occidentales bien-pensantes ont aidé ces républicains criminels en leur fournissant des armes et en les aidant humainement avec les brigades internationales. L’armée espagnole a réagi comme il fallait le faire : rétablir l’ordre, et ce fut la guerre civile destructrice et meurtrière qui s’ensuivit.

Aujourd’hui en Ukraine c’est l’armée russe appuyée par les milices russophones du Donbass qui remet de l’ordre dans ce pays dirigé par des nationalistes extrémistes qui se moquent des droits les plus élémentaires des citoyens, outre la corruption omniprésente à tous les niveaux qui y règne. L’armée levée par Franco était espagnole et non pas étrangère et elle a rétabli l’ordre dans son pays. L’armée russe s’est arrogé le droit de rétablir l’ordre dans la partie russophone de l’Ukraine, un droit certes contesté par les Occidentaux mais pour abonder dans cette comparaison avec la « guerre de 1936 » derrière que droit les belligérants occidentaux s’appuyaient-ils pour intervenir en Espagne ?

BHL a oublié l’histoire. C’est un pseudo-philosophe de théâtre, il me fait penser à Zelinsky, un bouffon ! Il parle de l’inconscient de l’histoire mais il ne comprend pas un mot de ce qu’il écrit. Triste France qui a suivi cet idéologue de pacotille pour détruire la Libye. Les politiciens français sont eux-mêmes devenus des bouffons. Je commence à haïr mon pays natal et c’est bien triste …

Réflexions géopolitiques

En ce jour du 11 novembre célébrant la fin de la première guerre mondiale il m’a paru opportun d’écrire quelques remarques sur l’actualité géopolitique du moment. Nous sommes encore le 10 novembre en Polynésie et il est 9h50 du matin à l’heure où je termine la rédaction de ce billet.

Alors que la Russie fait croire aux Occidentaux qu’elle s’enlise dans un conflit qu’elle ne maîtrise plus, les Américains songent sérieusement à entrer en conflit direct avec la Chine avant que ce que pays n’ait acquis la maîtrise des mers en construisant en série des croiseurs, des porte-avions et des sous-marins. En Ukraine le commandement militaire russe a préféré se retirer de la rive gauche du Dniepr en aval du barrage de Novaya Kahovka que le régime de Kiev menace de faire sauter. Une telle éventualité submergerait toute la région en aval du barrage par une vague de 4 mètres de haut, y compris la ville de Kherson mais, pire encore, priverait d’eau la péninsule de Crimée. Si le régime nazi et corrompu de Kiev que les Occidentaux soutiennent sans état d’âme, un peu comme Pétain soutenait Hitler, prenait le risque de bombarder ce barrage je donne peu de chance de survie aux principales villes d’Ukraine occidentale ainsi qu’aux infrastructures de ce pays encore opérationnelles.

Les Occidentaux fournissent en armes l’Ukraine nazie, armes payées par les contribuables. Ils seront directement responsables devant le monde entier de leurs mensonges et de leurs faits de guerre. Les Occidentaux, je veux dire plus précisément l’Union européenne dont deux des principaux pays s’étaient engagés à faire appliquer les accords de Minsk-2, ont failli en raison des pressions américaines. Ils sont directement responsables de l’aggravation inévitable maintenant du conflit dans tout le territoire ukrainien. L’Europe est un ramassis de peuples sans âme asservis par les Etats-Unis et ils sont incapables de réagir positivement à ce conflit qui se déroule à leur porte. Aucun des hauts responsables politiques européens ne peut comprendre que l’OTAN ne sert que les intérêts du complexe militaro-industriel américain, que c’est une organisation mafieuse qui ne respecte pas les peuples et leur volonté. De Gaulle avait très bien compris ce problème, mais où se trouve un homme de la stature visionnaire de De Gaulle aujourd’hui ?

Quant aux velléités belliqueuses des USA à l’égard de la Chine il faut se souvenir que les Américains n’ont jamais gagné une seule des guerres qu’ils avaient eux-mêmes fomenté depuis la fin de la seconde guerre mondiale, encore faut-il être honnête car ce ne sont pas les Gis qui ont vaincu Hitler mais bien l’armée rouge. Après avoir tout fait pour rapprocher la Chine de la Russie ces dernières années, au cas où les Américains décidaient d’entrer en conflit avec la Chine il y a fort à parier qu’immédiatement la Russie aidera les Chinois en leur fournissant leur arme imparable que constituent les missiles supersoniques, arme que ne possèdent pas les Américains. De même que les sanctions contre la Russie se sont retournées catastrophiquement contre leurs promoteurs, de même des sanctions contre la Chine mettraient en péril des pans entiers des économies occidentales, y compris américaines.

S’en prendre à la Russie par Ukraine interposée a été une grave erreur des Occidentaux, faire de même avec la Chine en avançant comme prétexte Taïwan sera une erreur beaucoup plus dommageable tant pour les Occidentaux que pour le reste du monde.

Enfin pour conclure ces réflexions il me paraît inconcevable qu’un pays nucléarisé, les 5 membres du Conseil de Sécurité auxquels il faudrait ajouter l’Inde, le Pakistan et Israel, ose « tirer » le premier sur son ennemi avec une arme nucléaire car ces pays le savent : en quelques heures ce serait la fin du monde. Et c’est très simple à comprendre : il y a dans le monde environ 5000 armes nucléaires opérationnelles d’une puissance dévastatrice 50 à 100 fois supérieure à celle d’Hiroshima …

Géopolitique : Réflexions du jour

Le double (ou triple) sabotage des gazoducs Nordstream est assimilable à un terrorisme d’Etat tant les moyens mis en œuvre ont été importants et de toute évidence planifiés à l’avance. Je n’ai lu aucun article ni vu aucune émission télévisée à ce sujet. Il me semble néanmoins que cet acte criminel ressemble aux derniers soubresauts d’une bête à bout de souffle.

C’est la cas des USA et secondairement de l’Europe que ces USA on toujours considéré comme une sorte de colonie malléable à peine plus intéressante que tous les petits Etats d’Amérique centrale réunis qui contribuent à la fortune des grandes compagnies américaines de fruits. Les Européens n’ont jamais compris cet état de fait exception faite du Royaume uni qui a d’ailleurs quitté l’Union européenne sans trahir ses amis américains.

Ce sabotage de haute technicité va naturellement nuire très gravement à l’Union européenne dans son ensemble : aucun pays ne sera épargné, l’Allemagne d’abord qui assistera dans les prochains mois à la ruine de son économie manufacturière. L’Italie suivra puis l’Espagne, la Belgique et les Pays-Bas. Un black-out prolongé toujours possible voire probable achèvera le mort-vivant que sera devenue l’Europe.

On peut donc se mettre dans la tête des stratèges américains (ou britanniques) afin d’imaginer dans quelle mesure ils ont évalué leur acte terroriste en termes de conséquences. La Russie s’en moque : le gazoduc traversant la Mongolie en direction de la Chine sera bientôt achevé et celui de la Mer d’Okhotsk au nord d’Okkaido alimentera bientôt la région mandchoue puisque les Américains ont dit non à la construction d’un gazoduc vers le Japon, encore eux. Les réserves de gaz récemment découvertes dans cette mer sont presque aussi importantes que celles du Qatar et les Américains iront-ils jusqu’à saboter toute construction de gazoduc dans cette région ?

Enfin pour éclairer ce tableau bien déprimant la ruine de l’Europe entrainera la ruine des Etats-Unis. Tout ira mieux alors dans un monde subitement retourné à la fin du dix-huitième siècle. À vos bougies et vos mitaines !

Remarques au sujet d’un commentaire d’un de mes lecteurs

Que « Flying Dutchman » ne se sente pas offusqué, bien au contraire. J’ai visionné l’exposé de Marc Touati relatif à l’état de santé économique de l’Europe (commentaire danshttps://jacqueshenry.wordpress.com/2022/09/09/si-vous-voulez-tout-savoir-sur-la-genese-du-conflit-ukrainien/#comment-32652)

Il se trouve que je venais de lire un article paru sur le site Réseau International émanant de Nya Dagbladet cité par Soleil Verseau. C’est assez incroyable, sous toute réserve que ce document provenant d’une source anonyme au sein de la Rand Corporation est authentique, on appelle ce genre d’informateur un lanceur d’alerte, décrive près de deux années auparavant ce qui va arriver à l’Europe et en particulier à l’Allemagne. Les Américains haïssaient Angela Merkel et ils ont mis en place leurs pions, en France Macron, en Allemagne Scholz, Draghi en Italie qui a fui son poste sachant que les très prochaines élections en Italie seraient largement en sa défaveur, les europhobes obtenant la majorité. Bref, les Américains veulent détruire l’Europe comme ils avaient tenté de mettre un frein à l’expansion du Japon à la fin des années 1970 en forçant ce pays à réévaluer sa monnaie. Ils n’avaient déjà pas compris comment l’économie fonctionne car pour eux l’hégémonie du dollar devait être respectée. Un yen fort conduisit le Japon à se lancer dans les productions industrielles à forte valeur ajoutée puis à produire massivement des biens qui finirent par se vendre dans le monde entier. Je pense aux motos puis aux voitures qui suivirent l’expansion de l’économie japonaise et furent la source de ce conflit économique entre Japon et USA. Des accords plus que léonins obligèrent les Japonais à acheter du riz américain que la population considère comme immangeable, tout juste bon à nourrir les poulets, ainsi que divers autres produits devant conduire à terme à une américanisation de la société nippone.

En Europe, 450 millions d’habitants protégés par le parapluie otanien doivent se conformer aux ordres provenant de Washington et ses stratèges ont un plan : la politique de la terre brûlée, c’est-à-dire ce qui existe doit être reconstruit sur des bases « américaines ». Le coronavirus a affaibli les économies européennes, le conflit ukrainien, initialement une sombre guerre civile datant de huit années, va achever l’Europe. Alors les USA feront régner leur loi et les Européens n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. Il reste une inconnue cependant prévisible : quelle sera l’attitude des populations ? Pour tout dire je pense que tout cela va mal se passer en particulier en Italie et en France. La majorité des peuples européens ne veut pas aller mourir pour Zelinsky, demandez à votre voisin ce qu’il en pense.

Merkel désirait un rapprochement avec la Russie pas seulement pour des histoires de gaz et sa disparition de la scène politique a ouvert les portes toutes grandes pour que le plan de la Rand s’accomplisse point par point. Franchement je ne vois pas quel est l’avenir de l’Europe et je suis très heureux que l’un de mes enfants ait choisi de vivre au Japon. Je sais que ma retraite va être rabotée et que mes conditions de vie deviendront difficiles mais moins qu’un habitant des Ardennes ou du Cantal. À l’heure où j’écris ce billet nous sommes ici le 21 septembre, date du début du printemps à Tahiti. Mais ce sera pour l’Europe le début de l’automne et les premiers frimas arriveront … alors ce sera le signal initiateur des grands troubles sociaux et si j’étais un décideur politique je trouverais très vite un havre de paix

Analyse géopolitique depuis le milieu de nulle part.

La première fois que je suis venu ici visiter l’archipel des Marquises, il y a plus de 25 ans, je savais que cet endroit était entouré dans toutes les directions par l’immense étendue de l’Océan Pacifique. Chili, Mexique, Alaska, Japon, Indonésie, Australie et Nouvelle-Zélande se trouvent à plus de 5000 kilomètres. C’est peut-être la raison pour laquelle je m’y trouve aujourd’hui, loin des tourments et des dangers qui guettent l’Europe et qui pourraient se terminer par une destruction de l’humanité. D’aussi loin de tout les Marquisiens peuvent raisonnablement espérer échapper à cette auto-destruction de l’humanité. Mais dans l’immédiat il faut garder quelque espoir ; les armes nucléaires dont disposent les puissances siégeant au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, une appellation ironique s’il en est, savent qu’un conflit nucléaire est synonyme de disparition de l’espèce humaine car chaque petite ogive destructrice correspond à 50 fois celle qui détruisit la ville d’Hiroshima en 1945. Il est ainsi peu probable que la guerre en Ukraine dégénère en conflit thermonucléaire, du moins on peut l’espérer.

Ce conflit organisé de longue date par les Etats-Unis, depuis 2014, n’a qu’un seul objectif : affaiblir l’Europe et prendre ensuite sans coup férir possession des immenses ressources naturelles de la Russie, une fois affaiblie également et exsangue en raison du conflit ukrainien. Se croyant les maîtres du monde les Américains ont pourtant échafaudé un mauvais plan. Leur politique hégémonique a rapproché la Russie de la Chine et aussi de l’Inde, de l’Iran, du Brésil … , des pays qui n’acceptent plus la suprématie du dollar US et dénigrent l’euro. À cette situation s’ajoutent les décisions suicidaires prises par les gouvernements européens et la Commission de Bruxelles afin d’imposer une transition énergétique pour aller vers le chaos, une agriculture sans intrants de synthèse pour aller vers la famine et une lutte illusoire contre le réchauffement du climat pour appauvrir toute la population. Allez demander aux dirigeants chinois, indiens ou brésiliens ce qu’ils pensent de ces lubies occidentales, ils répondront qu’ils ne se sentent pas concernés et qu’ils s’en moquent.

Cette politique doit répondre aux critères ESG mis en place sous la pression des organisations non gouvernementales de défense de l’environnement gravitant autour des instances européennes qu’il s’agisse de la Commission, du Parlement et de la Banque centrale. Le sort de l’Europe se joue dans les couloirs de ces organismes dans le plus pur mépris du bien-être des peuples. Depuis la crise économique de 2008 exportée par les Etats-Unis vers les autres pays occidentaux pour qu’ils paient la note laissée par les spéculateurs de Wall Street et de la City les assouplissements quantitatifs tant de la Banque centrale européenne que de la FED ont provoqué l’inflation à deux chiffres que subit l’Europe aujourd’hui et le conflit ukrainien n’a été qu’un élément amplificateur de cette désastreuse gestion. À ces erreurs d’appréciation s’est ajoutée la mise en place des critères ESG qui ont détourné les investisseurs vers d’autres pays peu ou pas corrompus par l’idéologie environnementale occidentale. Et c’est ainsi que l’épicentre économique mondial s’est déplacé vers l’Asie. L’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, le Vietnam connaissent des croissances économiques à deux chiffres alors qu’une profonde récession atteint tous les pays occidentaux en particulier européens. Et ce n’est que le début d’un long “hiver économique” qui durera plusieurs années avec un euro déprécié qui aggravera cette récession.

Asservie par les Etats-Unis économiquement et dirigée en réalité par les hautes instances de l’OTAN qui ont entrainé les pays européens membres de cette organisation aux visées hégémoniques à intervenir en Serbie, en Irak, en Syrie, en Afghanistan et maintenant en Ukraine dans des conflits qui ne les concernaient pas, les Européens ne peuvent que s’en prendre à leurs dirigeants. À la faveur de la douloureuse récession accompagnée de pénuries énergétiques, alimentaires ainsi qu’une chute spectaculaire du pouvoir d’achat de tous les peuples européens, il est urgent que ces derniers prennent conscience que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ils ont été bernés par les Américains avec leur complice britannique. Il faut que les peuples européens se réveillent et expulsent ces esclavagistes qui n’ont jamais cessé de traiter les autres peuples de vulgaires animaux … 

Géopolitique. Petit commentaire

J’ai retrouvé avec peu de plaisir mon ordinateur et j’ai eu la triste impression que rien n’évoluait. En Ukraine le gouvernement a adopté une attitude suicidaire soutenue par les Américains, les Anglais et tous les petits caniches des USA en Europe dont Macron. À ce propos le patron du Kremlin doit bien rire en se souvenant de Brégançon et du “foutriquet” qui était en face de lui. Cette expression imagée n’est pas de votre serviteur mais de Michel Onfray. Alors les nuages s’accumulent à l’horizon et l’opération spéciale russe dans le Donbass pour libérer les russophones de la région ne fait qu’enrichir les industriels de l’armement sans que qui que ce soit ne fasse une quelconque prospective sur l’avenir de l’Europe. Sauf les Allemands qui ont décidé d’investir trois fois plus que la France dans l’armement. Et pourquoi donc ? Pour réaliser leur vieux rêve millénaire de domination de l’Europe.

La France est paralysée par son endettement monstrueux et ne peut plus occuper la place d’initiateur. Inexorablement la France deviendra le vassal de l’Allemagne, sauf qu’il y a une petite lueur d’espoir au milieu de ces sombres nuages : la décision incontournable de la Russie de réduire les livraisons de gaz à l’Allemagne et à d’autres pays européens inamicaux. Dans l’état actuel de la situation l’Allemagne ne pourra pas faire fonctionner son industrie dès que l’automne pointera son nez. La superbe de Berlin s’effondrera et alors toutes les velléités de domination allemande disparaîtront. La chute de l’économie allemande sera tout simplement catastrophique, organisée de longue date par les “verts” allemands. Sans gaz russe tout l’échafaudage énergétique allemand s’effondrera entrainant l’économie du pays vers l’abime. À cela s’ajoute maintenant le scandale d’Amnesty International dans la droite ligne des mensonges à répétition des Occidentaux.

Avec la chute programmée de l’Allemagne ce sera l’effondrement de la zone euro et de l’Union européenne. Dans quelques années et rétrospectivement on aura le droit de remercier le maître du Kremlin pour sa lucidité, sa patience et son réalisme. Pour se rendre compte des enjeux cette petite discussion riche d’enseignements :

Prochain billet : Nouméa ou Papeete ?

Nous sommes à une nanoseconde de l’apocalypse nucléaire

Par Paul Craig Roberts. La « méta-stratégie » nucléaire des gouvernements américains a fait le constat que des niveaux de destruction acceptable devront être acceptés au cours d’une guerre nucléaire contre la Russie et/ou la Chine dans la mesure où les Etats-Unis sortiront vainqueurs du conflit. Le plan de la Rand Corporation pour le Pentagone admet qu’il y a encore une fenêtre étroite jusqu’en 2025 et peut-être 2030 (dans 3 à 8 ans) pendant que les USA considèrent qu’ils ont encore la supériorité les rendant capables de gagner une guerre nucléaire qui reste encore hypothétique. Cette hypothèse repose sur le fait que la Chine acceptera sa défaite plutôt que d’utiliser l’arme nucléaire. Un gouvernement sain d’esprit déclencherait-il une guerre sur de telles considérations ?

Il y a deux hypothèses hautement risquées dans les plans de guerre du Pentagone. La première est que les USA dominent les mers et que via des avions et des missiles les infrastructures industrielles et sociales chinoises peuvent être détruites. L’autre hypothèse tout aussi risquée serait que la Russie resterait en dehors du conflit USA-Chine selon le fait qu’il existe une confusion au Kremlin, l’incapacité du gouvernement russe à fournir un espoir de coopération pacifique avec l’Ouest et l’incapacité du Kremlin à admettre que la doctrine néoconservatrice de l’hégémonie américaine sur le monde est tout sauf une fantaisie et certainement pas une doctrine opérationnelle. Il est donc possible que le Kremlin resterait un spectateur d’un conflit USA-Chine.

Le Kremlin est passé à coté de nombreuses opportunités mais il est difficile de croire que Poutine sera assez stupide pour ne pas s’allier avec la Chine et dans ce cas-là les USA rentreront dans l’histoire passée. Pour plus d’informations on peut lire ceci :https://web.archive.org/web/20220429035113/https://journal-neo.org/2021/09/27/us-war-plans-with-china-taking-shape/

Et l’hypothèse du Pentagone qu’en cas de guerre nucléaire afin de conquérir la Chine il n’y aura que des dommages acceptables sur le sol américain dans la mesure où les USA sortiront vainqueurs du conflit. Le Pentagone ne mentionne jamais combien de villes seront détruites et combien de millions d’Américains seront considérés comme un niveau acceptable de destruction. Mais c’est suffisant d’affirmer que le complexe militaro-industriel sera à la hauteur de la tache. La seule chose qui importe pour la doctrine néoconservatrice est l’hégémonie américaine, pas la vie des citoyens américains. Pour les néocons tant que les USA pourront imposer leur pouvoir sur des territoires dévastés où toute vie sera impossible ils auront gagné. Ces néocons sont vraiment des fous et ils contrôlent la politique étrangère américaine et sa politique militaire. Tout ça devrait vous effrayer et vous éveiller mais ce n’est pas le cas. Les jeunes restent les yeux rivés sur leur smart-phone et n’ont aucune idée de la réalité. Il vivent déjà dans un monde virtuel. Les vieux savent qu’ils ont entendu d’une menace nucléaire toute leur vie durant et ils savent que ça n’arrivera pas car il n’y aura aucun vainqueur. Il s’agit d’une compréhension très surréaliste spécialement quand on sert au peuple américain une doctrine qui précise que les USA gagneront cette guerre nucléaire s’ils n’attendent pas 2025 ou pire 2030.

Eric Zuesse stimulé par Berletic a écrit que Washington envisage de conquérir et la Chine et la Russie : https://southfront.org/u-s-game-plan-to-conquer-russia-china-is-clarified/ . La réalité est que la troisième guerre mondiale a commencé en Ukraine, une guerre arrangée par Washington. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que l’armée russe est tout à fait capable de détruire l’OTAN en quelques instants. Le problème de la Russie est le Kremlin où règne l’hésitation et la confusion. Le Kremlin est incapable de comprendre le fait que Washington a perdu la raison. En réalité Poutine a agi en pensant que Washington lui permettrait d’opérer une intervention limitée au Donbass pour protéger les Russes. Autant Poutine que Lavrov ont cru que cette opération limitée consistant à nettoyer le Donbass des nazis ukrainiens serait acceptée par Washington.

Comment l’une des plus grandes puissances militaire peut-elle faire une telle erreur ? La seule explication plausible que j’ai pu trouver est le lavage de cerveau des élites intellectuelles russes durant la période Yeltsin qui a rendu ces élites sourdes, muettes et aveugles. On pourrait ajouter stupides. Poutine et Lavrov ont correctement décrit la situation mais ils ne peuvent pas faire grand chose. Il y a beaucoup de palabres mais peu d’actes. Apparemment le Kremlin continuera à vendre du gaz aux pays membres de l’OTAN et ainsi ils pourront continuer leur guerre contre la Russie. Pour paraphraser Alain de Lille au onzième siècle « pas de souveraineté maintenant mais l’argent fait tout ». Cette pensée semble bien s’appliquer à la Russie.

Zuesse, aussi honnête qu’un extrémiste de gauche n’est pas toujours crédible. La gauche américaine est toujours nourrie de mythes au sujet de Reagan et voici l’une des affirmations de Zuesse à ce sujet :

« j’ai bien compris que le plan du gouvernement américain était de tromper l’équipe dirigeante de Gorbachev en lui faisant croire que les USA mettraient fin à la guerre froide lorsque le Pacte de Varsovie serait dissous mais la réalité était toute autre, les Américains planifiaient l’encerclement de la Russie en étendant l’OTAN jusqu’à la frontière russe ».

Tout dépend de qui gouverne à Washington : le Président ou les néocons et le complexe militaro-industriel ? Si le gouvernement est incarné par le Président en tant que représentant du peuple alors à l’évidence l’intention du Président Reagan était de mettre fin à la guerre froide et non pas de la gagner. Il l’a affirmé à de nombreuses reprises. Il mit en place une comité présidentiel top-secret avec autorité sur la CIA afin de se faire une opinion au sujet des affirmations de la CIA qui affirmait que les USA perdraient la course aux armements si celle-ci était un moyen d’amener Gorbatchev à la table de négociation pour terminer la guerre froide et non pour gagner la course aux armements. L’équipe rapprochée de Reagan examina les documents de la CIA et il apparut que cet organisme voulait préserver son budget comme celui du complexe militaro-industriel et celui du complexe de sécurité militaire car si l’administration Reagan mettait fin à la guerre froide il faudrait alors trouver un ennemi. Dans le cas contraire tout cet édifice s’écroulerait.

Ronald Reagan était un outsider pour l’establishment républicain dirigé à l’époque par George H.W. Bush, vice président et ancien directeur de la CIA. Huit années de règne de Reagan suivis par huit ans avec Jack Kemp signifiait alors la fin de l’establishment républicain et des nombreuses ficelles que ce parti tire quotidiennement. Les partis politiques sont plus intéressés par l’argent et le pouvoir que par les intérêts de la nation. Voila ce que fut Reagan et les rares partisans dans son équipe, défier la puissance et le profit dans l’intérêt de la paix mondiale.

Les médias américains, les prostituées de la CIA, attaquèrent l’administration Reagan. Mais ce fut un échec car leur narratif n’étais complètement structuré. James Baker, le bras droit de G.H.W. Bush admit qu’il avait promis à Gorbatchev qu’il n’y aurait pas d’extension de l’OTAN à l’est. Mais il n’y a aucun document signé et l’histoire fut modifiée plus tard par l’administration. Zuesse est passé à coté de la vraie histoire car il succombe à sa propre idéologie et il est incapable de comprendre que Reagan puis Trump étaient des outsiders qui avancèrent l’idée que le système politique pouvait enfin est rendu au contrôle du peuple. Les médias et la gauche américaine ont tout fait pour que cela n’arrive pas. Par conséquent nous sommes aujourd’hui en face d’une guerre nucléaire et ce n’est qu’une question de minutes sauf si Poutine décide de se rendre.

Les Etats-Unis sont beaucoup plus divisés qu’en 1860. Les démocrates considèrent que les blancs sont des racistes et constituent une barrière à la justice sociale en encourageant les mouvements de protection des noirs et toutes les déviances sexuelles. Par les médias et le système éducatif les Américains blancs sont encore plus diabolisés que les juifs durant l’Allemagne nazie. Une fois que les blancs seront devenus une minorité, l’objectif principal des Démocrates, leur sort ressemblera à celui des Français dans Le Camp des Saints. Les Républicains sont inutiles. Leur but ultime est de rendre sa splendeur à l’Amérique ce qui plaide en faveur de l’agenda hégémonique des néoconservateurs. Ce à quoi doit faire face l’Amérique demande une analyse objective des faits mais ces faits ne sont plus politiquement corrects. Ils n’entrent plus dans le cadre du narratif communément accepté et par conséquent ces faits sont faux et rejetés comme désinformation. Durant ma vie j’ai constaté que mon pays sombre dans la dégénérescence, l’ignorance et les forces du mal. La nation dans laquelle je suis né n’existe plus que comme un carte sur une mappemonde.

Commentaire. La Russie est intervenue dans le cadre d’accords d’assistance militaire en Syrie pour aider le président syrien à se débarrasser des Djihadistes soutenus par Washington. D’ailleurs les USA exploitent toujours du pétrole dans l’est de la Syrie de façon totalement illégale avec leur complicité. C’est un scandale que ne dénoncent même plus les médias occidentaux. Quant au Donbass, c’est à l’appel des deux républiques autoproclamées de Lugansk et de Donetsk que la Russie est intervenue militairement pour mettre fin aux bombardements incessants des populations civiles russophones par les ukronazis depuis 2014. Poutine se rendra à la table des négociations lorsque l’opération spéciale aura pris fin. Si les critères de légalité n’ont pas l’air de préoccuper les néoconservateurs américains ces deux interventions, selon le droit international sont tout à fait légales. Je pense que PC Roberts a commis une erreur de jugement, ce qui n’enlève rien à la valeur de ses analyses.

Souvenirs …

Il y a 45 ans lors de mon deuxième « post-doc » à UCLA (je venais de travailler pendant une année à Montpellier dans une unité de recherche d’endocrinologie de l’INSERM) mon patron, l’honorable Professeur Emil L. Smith, avec qui j’avais l’habitude chaque jour de la semaine de déjeuner d’un sandwich avec son plus proche collaborateur et ami, un certain Douglas, devisait de l’état du monde. Il avait travaillé en autres universités et instituts à l’Université de Cambridge puis à l’Université de Yale. Il était considéré à l’époque, il y a maintenant 45 ans, comme l’une des plus éminentes figures de la chimie biologique aux Etats-Unis mais également dans le monde. Sa respectabilité, ami de grands scientifiques de l’époque comme Stanford Moore que j’eus l’occasion de rencontrer, et sa modestie attirait l’amitié de son entourage. Emil était américain, certes, mais il s’intéressait de très près à l’Europe et à tous les événements qui secouaient le berceau de la civilisation occidentale.

Je lui avais raconté mon séjour à Berlin en 1963, deux ans après la partition de la ville par un gigantesque mur de plus de 150 kilomètres de long coupant littéralement des rues ou condamnant des immeubles d’habitations. Ce séjour entrait dans le cadre de diverses festivités et festivals dont le but était de divertir les Berlinois de l’Ouest qui ne pouvaient pas sortir de leur ville ni, et surtout, se rendre dans le secteur soviétique de la ville pour y voir des parents ou des amis.

Je me souviens que tout était acheminé par voie aérienne y compris le charbon ! Emil n’était pas allé roder à Check Point Charly ni voir le mur, cette construction terrifiante et infranchissable, et depuis les Etats-Unis il était convaincu que ce mur était là pour durer et que jamais les Occidentaux (comprenez les Américains) ne céderaient aux pressions de l’Union soviétique. Je lui répondais avec un peu de naïveté que ce mur était une anomalie de l’histoire car de tous temps les villes fortifiées étaient faites pour être conquises, par conséquent cette ville de Berlin-Ouest, fortifiée malgré elle par ses ennemis de l’extérieur, tomberait aussi un jour prise d’assaut par ces mêmes ennemis. Il faut dire que la visite touriste presque obligatoire de Berlin-Est était convaincante, la pauvreté, la misère, la tristesse, alors qu’à l’ouest c’était la fête tous les jours malgré le blocus qui durait depuis 1961, depuis la construction du mur. J’ai été invité dans le cadre de ce séjour organisé par la ville de Lyon à l’opéra assister à une représentation de l’Or du Rhin (je crois me souvenir que j’avais fait une longue sieste) puis à la Philharmonique de Berlin entendre Anne-Sophie Mutter interpréter le concerto pour violon no. 4 de Mozart sous la direction de Karajan ainsi que d’autres pièces interprétées par cette prestigieuse artiste. Le bruit courait d’ailleurs que Karajan était son amant …

Tous ces souvenirs que je rapportais à Emil l’intéressaient au plus haut point et il me disait souvent que Berlin-Ouest continuerait à vivre ainsi. Un jour nous eûmes une conversation animé au sujet de l’avenir de Berlin et je prétendais, sans vraiment d’arguments convaincants, qu’un jour l’Allemagne serait réunifiée car cette partition allait à l’encontre des souhaits du peuple allemand et que ce genre d’évènement que les Américains n’envisageaient pas un seul instant provoquerait un grand changement en Europe sans non plus avancer d’arguments convaincants. Ce n’était qu’une vague supposition. 

La guerre de l’OTAN pour les engrais, une monstruosité humanitaire planétaire

C’est un article de Declan Haynes paru sur le site strategic-culture.org que j’ai traduit ici. Declan Haynes est un contributeur de ce site et il analyse avec recul la situation géopolitique. Ce qui se trame au niveau de la planète est monstrueux, pire encore que les « vaccins » supposés protéger contre le coronavirus, une autre invention occidentale avec le réchauffement du climat. Il me paraît que les pays de l’OTAN n’ont pas encore compris que leur combat est perdu ou alors qu’ils souhaitent leur suicide dans un conflit nucléaire, une bonne indication de l’état de délabrement de toutes les démocraties occidentales. Voici donc cette traduction.

Alors même que l’Amérique du Sud demande la levée des sanctions de l’OTAN sur les engrais russes pour que les Latinos puissent vivre, von der Leyen insiste pour que les Latinos et les Africains dépendent des insectes pour leur survie.

S’appuyant sur le dogme fasciste de Zbigniew Brzeziński, Fadi Lama affirme que notre économie mondiale est divisée en trois parties inégales : l’OTAN et de ses vassaux, le Sud riche en ressources et les trois États autonomes de la Russie, de l’Iran et de la Chine (RIC). La mission des forces de puissance douce et dure de l’OTAN serait de garder les satrapies de l’OTAN silencieuses, de contenir les RIC et d’exploiter davantage le Sud.

Bien que les médias des pays membres de l’OTAN qualifieraient rapidement cette théorie de conspiration (sic), c’est certainement un scénario qui mérite d’être exploré le long des grandes lignes stratégiques de Brzeziński. À tout le moins, comme Lama l’a souligné, cela expliquerait les lacunes militaires et autres de l’OTAN depuis les attentats terroristes du 11 septembre.

La situation actuelle est que l’OTAN est sur le front dans un certain nombre de guerres, l’OTAN ne fait aucun secret de ses efforts pour contenir les RIC et le Sud mondial est de nouveau secoué par les forces économiques que l’OTAN ne permettra pas d’atténuer, encore moins de contenir et de résoudre.

Sécurité alimentaire

La demande énorme que nos taux d’urbanisation élevés causent pour la nourriture ne peut être satisfaite que par l’utilisation massive d’engrais fabriqués industriellement. Nauru, pour prendre un exemple historique, a été dépouillé de toute sa potasse par l’Australie qui utilise maintenant la minuscule nation du Pacifique comme camp d’internement pour ses éléments indésirables, tout comme la Grande-Bretagne a l’intention d’utiliser le Rwanda comme sa propre décharge.

Bien que la Russie soit un important exportateur d’engrais, elle ne fournit que 15 % de l’approvisionnement mondial et la Biélorussie, que les médias de l’OTAN le répètent presque aussi souvent que la Russie, ne figure même pas parmi les trente premiers en termes d’approvisionnement d’engrais.

Si les dirigeants de l’OTAN perdaient le sommeil parce que les pauvres n’avaient pas assez d’engrais, l’OTAN pourrait facilement augmenter son propre approvisionnement contrôlé. Depuis 2020, les exportateurs d’engrais qui ont connu la croissance la plus rapide sont les Émirats arabes unis (+2 989 %), le Nigeria (+423,8 %), l’Arabie saoudite (+188 %) et Oman (+126,2 %), tandis que les principaux fournisseurs qui ont enregistré les plus faibles hausses de leurs ventes internationales d’engrais sont : États-Unis d’Amérique (+ 14 %), Indonésie (+ 23,1 %) et Israël (+ 23,8 %).

De toute évidence, combler l’écart avec la Russie ne devrait pas être un problème majeur si l’OTAN était un franc-tireur. Cela dit, bien que la Russie ait un avantage concurrentiel particulièrement important dans la production d’engrais, cela est amplifié par l’énorme demande que les centrales agricoles du Brésil, de l’Inde, de l’Argentine, du Mexique, du Bangladesh, de l’Indonésie et du Pakistan ont pour ce produit. Si l’objectif est, comme le suggère Fadi, de contrôler le commerce international des engrais, plutôt que de combler les lacunes de la demande, alors les pratiques perturbatrices de l’OTAN qui divisent et conquièrent, dont Brzeziński a été le pionnier, commencent à avoir un sens éminent, d’autant plus quand on considère que, entre eux, Bayer, Corteva, ChemChina et Limagrain contrôlent plus de 50% de l’approvisionnement mondial en semences, un processus qui est accentué par la structure du marché pour ces semences, qui discrimine les pauvres démunis en faveur des grands et puissants de l’OTAN, les propriétaires de méga-terres comme Bill Gates, par exemple. La guerre des engrais fait partie intégrante de cette guerre pour le contrôle alimentaire mondial de David contre le Goliath de l’OTAN.

Bien que les médias de l’OTAN soient bien conscients de cette dynamique, ils font de nouveau de la Russie le bouc émissaire des actes machiavéliques de l’OTAN. Et la Biélorussie, pour laquelle les engrais potassiques représentent 8,7% de toutes les exportations. Même si le Canada pouvait rapidement combler une partie de la marge de manoeuvre qu’entraîne le boycottage des engrais russes en augmentant la production d’engrais potassiques à court terme, parce que l’augmentation de la production d’engrais azotés exigerait beaucoup plus de temps et d’investissements, cela permettrait à d’autres acteurs hors du contrôle de l’OTAN de s’établir sur ce marché.

Ces principaux concurrents se trouvent au Moyen-Orient, qui possède d’énormes réserves de gaz et qui est plus proche des principaux marchés asiatiques et européens que le Canada. Toutefois, si l’Iran, le Qatar et l’Arabie saoudite devaient accroître davantage leurs usines de production d’ammoniac et d’urée, cela rendrait le marché international des engrais plus indépendant de l’OTAN puisqu’ils seraient en concurrence pour obtenir des parts de marché en Asie. Même si les sanctions imposées par les États-Unis ont empêché les entreprises indiennes et bangladaises d’investir dans des usines iraniennes, la coopération accrue entre l’Iran et la Chine résoudra très probablement ces problèmes de financement induits par l’OTAN avant trop longtemps.

Bien que l’Iran, le Bangladesh, l’Inde et les autres pays devraient, bien sûr, aller de l’avant avec ces projets, l’UE de l’OTAN s’oppose à tous ces projets parce que « un plan d’investissement dans des usines en Afrique serait incompatible avec les objectifs écologiques de l’UE ».

La machinerie politique et idéologique de l’UE travaille dur pour convaincre les masses africaines affamées que « les sanctions de l’UE contre Moscou et Minsk ne doivent pas être blâmées en raison de l’urgence alimentaire », que le fait que l’UE empêchant les Africains d’obtenir des engrais n’est pas responsable du fait que les Africains n’obtiennent pas les engrais russes dont ils ont besoin et, surtout, que les Africains ne devraient pas essayer d’empêcher l’OTAN de les affamer à mort à cause des objectifs écologiques de l’UE.

Au lieu d’aider les Africains à développer leurs propres usines d’engrais, la Commission européenne, qui est dirigée par la plagiaire notoire, Ursula von der Leyen, a opposé son veto à cette proposition sensée « soutenir la production d’engrais dans les pays en développement qui serait incompatible avec les politiques de l’UE en matière d’énergie et d’environnement », alors que les Africains ne paieraient probablement pas cher pour expédier des engrais canadiens de l’autre côté de l’Atlantique.

Alors, alors même que l’Amérique du Sud supplie l’OTAN de lever les sanctions sur les engrais russes pour que les Latinos puissent vivre, von der Leyen insiste pour que les Latinos et les Africains dépendent plutôt du caca des insectes pour leur survie. Et, bien que les larves d’insectes sont nutritionnellement riches, elles sont, au mieux, un marché de niche minuscule d’utilisation seulement pour von der Leyen, le Prince Charles et le reste d’entre eux, de les jeter comme pitance aux millions affamés de l’Afrique, du Sri Lanka et de l’Inde.

La solution à tout cela est de briser la mainmise de l’OTAN sur l’Amérique latine, l’Afrique et le sous-continent indien, de se réunir, et de payer pour la Russie, la Biélorussie, l’Iran et d’autres pays pour leur livrer les engrais et autres produits dont ils ont besoin, pour souhaiter à von der Leyen, au Prince Charles, au Prince Andrew et aux autres, bonne chance avec leurs larves d’insectes, leurs jets privés et leurs comptes bancaires suisses et pour faire savoir au monde que les masses laborieuses de l’Inde, de l’Afrique et de l’Amérique latine ont autant droit à la vie, à la liberté et à la recherche d’engrais sous embargo comme n’importe quelle importante dirigeante de l’UE notoirement plagiaire, qui n’a jamais fait un travail honnête de sa vie.

Liens. Fadi Lama : https://thecradle.co/Article/Analysis/12281

et une idée du marché potentiel des insectes :https://www.einnews.com/pr_news/578103149/insect-fertilizers-market-worth-319-7-million-by-2029-exclusive-report-by-meticulous-research