La guerre « froide » entre les États-Unis et la Chine

Dans une économie mondialisée le conflit économique entre les USA et la Chine  place les alliés de Washington sous des tirs croisés et causera des dommages GRAVES

Par Finian Cunningham, 27 juillet 2020

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo appelle à « une alliance des démocraties » pour affronter la Chine. Cela équivaut à une nouvelle guerre froide dans laquelle les nations sont obligées de se ranger du côté de Washington ou du côté de Pékin. C’est un jeu de pouvoir tyrannique classique de Washington, mais ironiquement, ce sont les Américains qui accusent Pékin d’être la « nouvelle tyrannie » du monde.

Cependant, une telle démarcation polarisée de la planète telle que désignée par Washington est impossible dans une économie mondiale hautement intégrée, des marchés financiers et des consommateurs aux chaînes d’approvisionnement. Le cas des « terres rares » montre une fois de plus à quel point même l’armée américaine dépend de la Chine pour l’approvisionnement en lanthanides utilisés dans ses systèmes d’armements. L’armée américaine a outrepassé les dispositions de protection de l’environnement pour remettre en exploitation le gisement de Moutain Pass en Californie au grand dam des écologistes.

Toute l’économie américaine dépend en effet de la Chine, qui est le plus grand partenaire commercial de l’Amérique. En 2019, les États-Unis ont accusé un déficit commercial de 345 milliards de dollars avec la Chine malgré trois ans de politique « Making America Great Again » sous l’administration Trump. Le déficit avec la Chine représente environ la moitié du déséquilibre commercial total des États-Unis avec le reste du monde. Et c’est ainsi depuis de nombreuses années. Donc, la notion autoritaire de « couper les liens avec la Chine », comme Trump dit qu’il a l’intention de le faire, est facile.

C’est ce qui rend tout aussi futile la montée de l’hostilité style guerre froide envers la Chine. La fermeture des consulats et l’émission de mises en accusation pour espionnage présumé ne conduisent qu’à une impasse que les États-Unis ne peuvent pas vraiment appliquer ni éviter vis-à-vis de l’opinion.

Il en va de même pour les alliés américains que Washington pousse à se joindre à une bataille de la guerre froide. L’Australie, la Grande-Bretagne, le Canada, entre autres, sont pris dans un feu croisé idéologique qui entraînera de graves pertes pour leurs économies. Les agriculteurs australiens paient déjà un prix douloureux après l’annulation de commandes par la Chine à l’exportation en raison du fait que Canberra est perçue comme un substitut de Washington pour des allégations provocantes de coronavirus contre Pékin.

Pompeo était à Londres il y a deux semaines (ce billet a été écrit le 27 juillet 2020) et il a exhorté le « monde libre » à tenir tête à la Chine. Cela fait suite à l’annonce par le gouvernement britannique de supprimer un accord de partenariat avec la société chinoise Huawei pour moderniser les télécommunications britanniques. Cette décision a été motivée par une pression intense exercée sur Londres par l’administration Trump pour snober la Chine en raison d’un prétendu « risque pour la sécurité nationale ». Mais les décisions des autorités britanniques auront probablement des répercussions néfastes sur l’économie britannique. La modernisation de son infrastructure de télécommunications sera retardée et beaucoup plus coûteuse. De plus, la Chine est un partenaire commercial majeur de la Grande-Bretagne, comme elle l’est avec la plupart des pays, car elle est la deuxième économie mondiale après les États-Unis. Alors que la Grande-Bretagne trace un nouvel environnement commercial mondial après le Brexit, elle aura plus que jamais besoin de la bonne volonté de la Chine.

L’Union européenne est également dépendante de la Chine pour le commerce et l’investissement. Cela expliquerait pourquoi les dirigeants européens se méfient de la politique polarisante de Washington qui consiste à fracturer le monde en une crise de type guerre froide. Une telle représentation à somme nulle du monde est tout simplement intenable et encore plus intenable dans une économie mondiale intégrée. Couper les liens avec la Chine, c’est comme se couper le nez pour améliorer l’aspect de son visage.

Pendant la guerre froide avec l’Union soviétique, le monde était largement isolé entre les deux blocs. L’interconnexion économique était minime. Un rideau de fer était possible à maintenir en raison de la séparation rigide entre les économies. Ce type d’isolement artificiel est impossible dans le monde d’aujourd’hui de plus en plus interconnecté.

Même Pompeo l’admet, quoique péjorativement. Dans un discours liminaire cette semaine, il a fait remarquer avec dédain : « Contrairement à l’Union soviétique, la Chine est profondément intégrée dans l’économie mondiale (…) L’URSS était isolée du monde libre. La Chine communiste est déjà à l’intérieur de nos frontières ».

Lorsque même le Pentagone doit se plier aux réalités de l’économie mondiale et à sa dépendance à l’égard de la Chine pour des produits vitaux, alors nous devons savoir que la nouvelle guerre froide recherchée par Washington avec la Chine est une chimère. C’est une rhétorique vide de sens pour justifier une idéologie de conflit que Washington doit poursuivre pour ses prétentions anachroniques de domination mondiale.

Malheureusement, en imposant cette vision hostile du monde, de nombreux pays, y compris les soi-disant alliés des Etats-Unis, souffriront économiquement. Et pendant ce temps-là les tensions internationales s’intensifient dangereusement.

Finian Cunningham , ancien rédacteur scientifique pour la Royal Society of Chemistry, Cambridge, Angleterre, a poursuivi une carrière dans le journalisme. Il est également musicien et auteur-compositeur. Pendant près de 20 ans, il a travaillé comme rédacteur en chef et écrivain dans de grandes organisations de médias d’information, notamment The Mirror, The Irish Times et The Independent. Article paru sur le site informationclearinghouse.info

Le « Russiagate », les Nazis et la CIA …

Capture d’écran 2020-08-03 à 14.01.16.png

Le succès politique du « Russiagate » réside dans la négation de l’histoire américaine au profit d’une vertu libérale de façade. Posé comme une réponse à l’élection de Donald Trump, une ligne droite peut être tirée depuis les efforts visant à minimiser l’influence de l’économie de guerre américaine en 1946 jusqu’à l’alliance de la CIA avec les fascistes ukrainiens en 2014. En 1945, le NSC (National Security Council) a publié une série de directives qui ont donné une logique et une direction aux actions de la CIA pendant la guerre froide. Le fait que celles-ci persistent malgré la « chute du communisme » suggère que le NSC est resté un espace réservé à la poursuite d’autres objectifs.

La première guerre froide était une entreprise commerciale impériale visant à maintenir au pouvoir les généraux, les bureaucrates et les fournisseurs de matériel de guerre et l’alimentation de leurs comptes bancaires après la Seconde Guerre mondiale. De même, le côté américain de la course aux armements nucléaires a permis à d’anciens officiers de la Gestapo et des SS d’être employés par la CIA* (liens signalés par un * en fin de billets) pour faire valoir leurs fantasmes paranoïaques en tant qu’évaluations des capacités militaires russes. Pourquoi, parmi tous les gens, d’anciens officiers nazis seraient-ils chargés du renseignement militaire si des évaluations précises étaient le véritable objectif ? La réponse est simple : les nazis détestaient les Soviétiques encore plus que les Américains.

Les idéologies binaires du Russiagate – pour ou contre Donald Trump, pour ou contre la Russie néolibérale et le « pétro-état » – définissent les limites d’un discours acceptable au profit d’intérêts profondément néfastes. Les États-Unis ont passé plus d’un siècle* à essayer d’installer un gouvernement ami des États-Unis à Moscou. Après la dissolution de l’URSS en 1991, les États-Unis ont envoyé des économistes néolibéraux pour piller le pays* tandis que l’administration Clinton, et plus tard l’administration Obama, ont placé des troupes de l’OTAN et des armements à la frontière russe après un accord négocié pour ne pas le faire*. Les revendications ultérieures de la realpolitik sont empreintes d’un imprudent mépris des conséquences géopolitiques.

Le paradoxe du libéralisme américain, bien mis en évidence lorsque l’icône féministe et membre de la CIA Gloria Steinem a décrit la CIA comme « libérale, non-violente et honorable »*, est que des fonctionnaires bourgeois éduqués, bien habillés, ont utilisé la menace (largement fabriquée) de la subversion étrangère pour installer dans les hautes sphères du pouvoir les nationalistes de droite soumis aux intérêts commerciaux américains à chaque occasion. En outre, l’ignorance agressive de Steinem de l’histoire réelle de la CIA illustre la propension libérale à confondre la tenue et l’attitude bourgeoises avec une noblesse imaginaire*. Au point soulevé par Christopher Simpson*, la CIA n’aurait pas pu obtenir de meilleurs résultats si elle n’avait pas employé d’anciens officiers nazis, alors qu’il se demandait pourquoi elle avait choisi de le faire.

Pour la gauche américaine, le Russiagate est traité comme un ensemble de mauvais reportages, de propagande gouvernementale dans les médias rapportant une série de faits et d’événements qui ont ensuite été réfutés. Cependant, une bonne partie de la bourgeoisie américaine, le PMC (Professional Managerial Class) qui joue le rôle de soutien du capital, en croit chaque mot. Le Russiagate est la ligne du parti nationaliste dans la lutte américaine contre le communisme, pour un monde sans le communisme. Des accusations de trahison ont été portées chaque fois que les budgets militaires ont été attaqués depuis 1945. En 1958, la haute direction de l’armée de l’air accusait les autres branches de l’armée de trahison pour avoir douté de son estimation tout à fait fantasmagorique (et plus tard réfutée) des ICBMs soviétiques. La trahison est bonne pour les affaires.

Peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la CIA a employé des centaines d’anciens officiers militaires nazis, y compris d’anciens officiers de la Gestapo et des SS responsables du meurtre de centaines de milliers d’êtres humains*, pour diriger une opération d’espionnage connue sous le nom de Gehlen Organization* depuis Berlin, en Allemagne. Compte tenu de son rôle central dans l’évaluation des intentions et des capacités militaires de l’Union soviétique, l’Organisation Gehlen était vraisemblablement responsable de la surestimation* par la CIA des capacités nucléaires soviétiques dans les années 1950 utilisées pour soutenir le programme américain d’armes nucléaires. Les anciens nazis* ont également été intégrés aux efforts de la CIA pour installer des gouvernements de droite dans le monde.

Lorsque John F. Kennedy en 1958, il était sénateur, déclara qu’il y avait un fossé entre missiles américains et missiles soviétiques, la CIA procurait des informations provenant de l’organisation Gehlen. Une fois que les estimations de reconnaissance par satellite et U2 sont devenues disponibles, la CIA a abaissé la sienne à 120 ICBM soviétiques alors que le nombre réel était de quatre. D’une part, les Soviétiques avaient vraiment un programme d’armes nucléaires, d’autre part il s’agissait d’une infime fraction de ce qui était prétendument affirmé. Les mauvais rapports, infailliblement en faveur d’une augmentation plus importante des budgets militaires, semblent être la constante.

En vertu du « Nazi War Crimes Disclosure Act »* adoptée par le Congrès en 1998, la CIA a été obligée de divulguer partiellement son affiliation avec les anciens nazis et leur emploi. Contrairement à la thèse de « Operation Paperclip »* selon laquelle ce sont des scientifiques nazis qui ont été amenés aux États-Unis pour y travailler en tant que scientifiques, l’Organisation Gehlen et le CIC ont employé des criminels de guerre connus* dans des rôles politiques. Klaus Barbie, le «boucher de Lyon», était employé par le CIC (Counter Intelligence Corps) et prétend avoir joué un rôle dans le meurtre de Che Guevara*. Wernher von Braun, l’un des «scientifiques» de l’opération Paperclip, a travaillé dans un camp de concentration nazi alors que des dizaines de milliers d’êtres humains ont été assassinés.

La séquence historique des États-Unis fut la Première Guerre mondiale, la Grande Dépression, la Seconde Guerre mondiale, dans une économie fortement dépendante de la production de guerre. La menace de déclassement de l’économie de guerre en 1946 a d’abord été accueillie avec une évaluation honnête des intentions soviétiques – les Soviétiques réintroduisaient les infrastructures (de l’Europe de l’est) en territoire soviétique aussi rapidement que possible, puis à l’affirmation favorable* au budget militaire américain selon laquelle les soviétiques mettaient des ressources en place pour envahir l’Europe. Le résultat de ce changement est que les généraux américains conservaient leur pouvoir et que l’industrie de guerre continua de produire du matériel et des armes. En 1948, ces armes étaient devenues des bombes atomiques.

Pour comprendre l’espace politique que la production militaire est venue occuper, à partir de 1948, l’armée américaine est devenue une bureaucratie bien financée où des accusations de trahison étaient régulièrement échangées entre les branches armées. Des batailles internes pour le financement et la domination stratégique ont été (et sont) régulièrement menées. La tactique adoptée par cette bureaucratie, le «complexe militaro-industriel», était d’exagérer les menaces étrangères dans une lutte pour la domination bureaucratique. La course aux armements nucléaires est devenue une prophétie auto-réalisatrice. Alors que les États-Unis produisaient des armes de fin du monde sans interruption pendant des décennies, les Soviétiques ont répondu de la même façon.

Ce qui lie l’Organisation Gehlen aux estimations de la CIA sur les armes nucléaires soviétiques de 1948 à 1958, c’est 1) l’Organisation Gehlen était au cœur des opérations de renseignement de la CIA au sujet des Soviétiques, 2) la CIA disposait d’alternatives limitées pour recueillir des informations sur les Soviétiques. en dehors de l’Organisation Gehlen et 3) la haute direction de l’armée américaine avait depuis longtemps démontré qu’elle approuvait d’exagérer les menaces étrangères en augmentant ainsi son pouvoir et en augmentant par conséquent son budget. En bref, la CIA employait des centaines d’anciens officiers nazis qui avaient la prédisposition idéologique et l’incitation économique à mal percevoir les intentions soviétiques et à déformer les capacités soviétiques pour alimenter la guerre froide.

Là où cela devient intéressant, c’est que le lanceur d’alerte (les « Pentagon papers ») américain Daniel Ellsberg* travaillait pour la Rand Corporation à la fin des années 1950 et au début des années 1960, lorsque ces estimations des ICBM soviétiques avaient été avancées. JFK avait travaillé (en 1960) sur une plan qui comprenait la réduction de l’écart entre les missiles soviétiques et les missiles américains*. L’US Air Force, chargée de livrer des missiles nucléaires à leurs cibles, estimait que les Soviétiques avaient 1000 ICBM. D. Ellsberg, qui avait une habilitation de sécurité limitée en raison de son emploi à la Rand, a divulgué le nombre connu d’ICBM soviétiques. L’armée de l’air disait 1000 ICBM soviétiques lorsque le nombre confirmé par les satellites de reconnaissance était de quatre.

En 1962, année de la crise des missiles de Cuba, la CIA avait transféré le contrôle nominal de l’organisation Gehlen au BND, pour lequel Gehlen continuait de travailler. Sur la base des données de reconnaissance satellitaire en cours, la CIA était occupée à abaisser ses estimations des capacités nucléaires soviétiques. Benjamin Schwarz, écrivant pour The Atlantic en 2013, a fourni un compte rendu, apparemment informé des estimations abaissées de la CIA, dans lequel il a placé l’ensemble du programme d’armes nucléaires soviétiques (en 1962) à environ un neuvième de la taille de l’effort américain. Cependant, étant donné le décompte connu d’Ellsberg de quatre ICBM soviétiques au moment de la crise des missiles, même le rapport de Schwarz de 1: 9 semble surestimer les capacités soviétiques.

Selon les rapports de Schwarz, les missiles nucléaires Jupiter que les États-Unis avaient placés en Italie avant la crise des missiles de Cuba n’avaient de sens que comme armes de première frappe. Cette interprétation est corroborée par Daniel Ellsberg, qui soutient que le plan américain a toujours été d’initier l’utilisation des armes nucléaires (première frappe). Cela a rendu la posture de JFK de concurrence équilibrée comme un jeu géopolitique de « poulet nucléaire complètement dérangé » (traduction littérale). Si cela n’était pas clair, parce que les États-Unis avaient indiqué leur intention d’utiliser des armes nucléaires lors d’une première frappe – et avaient démontré leur intention en plaçant des missiles Jupiter en Italie – rien de ce que les États-Unis ont offert pendant la crise des missiles ne pouvait être pris au sérieux par les Soviétiques.

La dissolution de l’URSS en 1991 s’est soldée par une réduction promise des dépenses militaires américaines et la fin de la guerre froide, qui ne se sont finalement pas concrétisées. Après l’élection de Bill Clinton en 1992, la guerre froide est entrée dans une nouvelle phase. La logique de la guerre froide a été réutilisée pour soutenir les «guerres humanitaires» – un oxymore pour « libérer les gens en les bombardant ». En 1995, « l’ingérence russe » signifiait en fait que l’administration Clinton truquait l’élection de Boris Eltsine lors de l’élection présidentielle russe. M. Clinton a ensuite renié unilatéralement l’accord américain visant à maintenir l’OTAN à la frontière de la Russie lorsque les anciens États baltes ont été placés sous le contrôle de l’OTAN.

L’intervention de l’administration Obama en Ukraine en 2014*, encourageant et soutenant le soulèvement de Maïdan et l’éviction du président ukrainien démocratiquement élu, Viktor Ianoukovitch, est liée à la stratégie américaine de contenir et de renverser le gouvernement soviétique (russe) qui a d’abord été codifiée par le Conseil national de sécurité (NSC) en 1945. Les directives du NSC peuvent être trouvées sur ce lien*. L’annexion économique et militaire de l’Ukraine par les États-Unis (l’OTAN n’existait pas en 1945) relève du NSC10/2*. L’alliance entre la CIA et les fascistes ukrainiens est liée à la directive NSC20, c’est-à-dire le projet de parrainer d’anciens nazis affiliés à l’Ukraine afin de les installer au Kremlin pour remplacer le gouvernement russe. Cela faisait partie de la justification de la CIA pour inscrire les anciens nazis affiliés à l’Ukraine à sa liste d’employés en 1948.

Que le Russiagate soit la continuation d’un plan lancé en 1945 par le Conseil de sécurité nationale (NSC), conçu par la CIA avec l’aide d’anciens officiers nazis à son service, en dit long sur le cadre de la guerre froide dont il émerge. Son adoption quasi instantanée par les libéraux bourgeois démontre la base de classe du nationalisme de droite qu’elle soutient. Le fait que les libéraux semblent se percevoir comme des défenseurs de la « démocratie » alors qu’il s’agit d’un agenda préparé par des chefs militaires non élus plus de sept décennies plus tôt témoigne de la puissance de l’ignorance historique liée à la ferveur nationaliste. Les anciens officiers de la Gestapo et des SS employés par la CIA étaient-ils « nos nazis ? »

Le Nazi War Crimes Disclosure Act est né en partie parce que les chasseurs de nazis ont continué à rencontrer des criminels de guerre nazis vivant aux États-Unis qui leur ont dit qu’ils avaient été amenés ici et qu’ils avaient été embauchés par la CIA, le CIC ou une autre division du gouvernement fédéral. Si les gens de ces agences pensaient que cela était justifié, pourquoi le maintenir un tel secret ? Et si cela n’était pas justifié, pourquoi l’a-t-on fait ? De plus, les libéraux sont-ils vraiment à l’aise en amenant au pouvoir en Ukraine des fascistes ayant des liens historiques directs avec le Troisième Reich ? Et bien qu’il n’y ait pas de bons choix lors des prochaines élections américaines, le type (Joe Biden) que les libéraux veulent amener au pouvoir est l’architecte principal de cette décision.

Article de Rob Urie, spécialiste en économie politique, paru le 31 juillet 2020 sur le site counterpunch.org. Les insertions entre parenthèses sont de mon fait. Liens :

https://www.independent.co.uk/news/world/europe/himmler-daughter-germany-bnd-foreign-intelligence-ss-nazi-hitler-war-criminals-evaded-justice-a8422726.html

https://en.wikipedia.org/wiki/American_Expeditionary_Force,_Siberia

https://www.thenation.com/article/archive/harvard-boys-do-russia/

https://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-shifrinson-russia-us-nato-deal–20160530-snap-story.html

https://www.sacbee.com/opinion/op-ed/markos-kounalakis/article40988637.html

https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/CIA-RDP90-00965R000100130030-7.pdf

https://ourhiddenhistory.org/entry/christopher-simpson-on-kpfk-1992-blowback-americas-recruitment-of-nazis-and-its-effect-on-the-cold-war

https://en.wikipedia.org/wiki/Gehlen_Organization

https://www.youtube.com/watch?v=XiFgrXnSH4g

https://therealnews.com/stories/the-discovery-that-should-have-changed-the-cold-war-daniel-ellsberg-on-rai-9-12

https://en.wikipedia.org/wiki/Nazi_War_Crimes_and_Japanese_Imperial_Government_Records_Interagency_Working_Group

https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/csi-publications/csi-studies/studies/vol-58-no-3/operation-paperclip-the-secret-intelligence-program-to-bring-nazi-scientists-to-america.html

https://apnews.com/0e04d0fbd81e0aff57f16daac48417af

https://www.mirror.co.uk/news/world-news/how-nazi-butcher-klaus-barbie-6828080

https://ourhiddenhistory.org/entry/christopher-simpson-on-kpfk-1992-blowback-americas-recruitment-of-nazis-and-its-effect-on-the-cold-war

https://www.youtube.com/watch?v=nCMIlzEym6Y (interview de Daniel Ellsberg, en anglais)

https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2013/01/the-real-cuban-missile-crisis/309190/

https://www.bbc.com/news/world-europe-26079957

https://history.state.gov/historicaldocuments/frus1945-50Intel/d292

https://archive.org/details/NSC201-USObjectivesWithRespectToRussia

Le rêve américain … une illusion

Capture d’écran 2020-05-05 à 13.57.45.png

La démocratie américaine veut imposer au monde entier sa conception de l’organisation politique … Il y a beaucoup à redire, c’est presque grotesque.

Parmi les nations dites occidentales, les Etats-Unis se distinguent en effet par leurs nombreux records  :

La plus grande inégalité de revenu …

Le plus important taux de pauvreté …

Le plus grand nombre d’enfant pauvres …

Le pire style de vie pour les enfants …

La plus faible mobilité sociale …

Le plus de gens sans protection sociale …

Le plus haut taux de mortalité infantile …

Le plus grand nombre d’obèses …

Le plus important usage d’anti-dépresseurs …

La plus faible espérance de vie à la naissance …

Les plus fortes émissions de carbone …

La pire inégalité des genres …

Les plus importantes dépenses militaires …

Le plus de ventes d’armes …

La plus grande population carcérale …

Le plus grand nombre de meurtres …

Let’s make America Great Again ? Ce pays est foutu !

Quand Emmanuel Todd a écrit son essai intitulé « Après l’empire, essai sur la décomposition du système américain » en 2002 il ne pouvait pas si bien le décrire. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale les USA ont construit leur hégémonie de façade sur la suprématie du pétro-dollar, un concept confondant le prix du pétrole et la valeur du dollar, monnaie considérée comme référence sur les marchés financiers mondiaux à la suite des accords de Bretton Woods imposés au monde occidental dans son ensemble par le vainqueur auto-proclamé de la seconde guerre mondiale. Cet état de fait accepté avec une certaine réticence par de nombreux pays européens alors confrontés à la situation de la « guerre froide » fut finalement entériné que ce soit en Europe mais aussi au Japon, en Corée, en Thaïlande ou encore en Indonésie et en Afrique du Sud sous la menace à peine dissimulée de la Maison-Blanche et ne parlons même pas des pays européens qui furent mis sous tutelle dès la fin du conflit mondial par les USA à l’ouest et par l’URSS à l’est. Il s’agissait des tractations ignominieuses entre Roosevelt et Staline, ceux qui ont la mémoire un peu moins courte que la moyenne s’en souviennent. Bref, les objectifs impérialistes du « Deep State » américain furent confortés par des coups tordus à répétition, depuis Cuba jusqu’au Golfe du Tonkin, les armes de destruction massive irakiennes, les gaz de Assad, les crimes de Kadhafi et maintenant le « virus chinois ». L’impérialisme américain, alimenté par le messianisme des Evangélistes, n’est qu’une caisse de résonance creuse qui a appauvri tout un peuple et en fin analyste de la démographie Emmanuel Todd l’a clairement montré dans son essai prémonitoire en se basant sur l’augmentation de la mortalité infantile et la baisse de l’espérance de vie aux Etats-Unis. On y est ! La plus importante conséquence de cette crise sanitaire « coronavirale » sera la chute de l’hégémonie américaine … et je le souhaite, faisant fi de toutes les accusations d’anti-américanisme primaire que certains des lecteurs de mon blog résolument contrarien m’affligent. J’ai au moins le courage de mes opinions (que je ne partage qu’avec moi-même comme avait coutume de le répéter Pierre Desproges). Je ne plaisante pas.

Le « Deep State » Américain veut-il la peau de Donald Trump ?

Wanted_for_treason.jpg

Article de Cynthia CHUNG paru le 19 janvier 2020 sur le site Strategic Culture Foundation

There is a kind of character in thy life, That to the observer doth thy history, fully unfold.” (Il y a dans la vie un coté pas totalement explicable qui, pour le spectateur, commande pourtant l’histoire)

William Shakespeare

Une fois de plus, nous nous trouvons dans une situation de crise, où le monde entier retient son souffle d’un coup et ne peut qu’attendre pour voir si ce nuage noir volatil flottant au dessus de nous va éclater dans un orage de guerre nucléaire ou passer sans danger. La majorité du monde semble avoir l’impression que ce destin destructeur oscille d’avant en arrière au gré de l’humeur d’un seul homme [le Président Trump]. Il est donc normal que pendant ces périodes de crise, nous tentions d’analyser et de prédire les pensées et les motivations de cette seule personne. L’assassinat du major-général Qasem Soleimani, véritable héros de ses compatriotes et incontestablement une figure clé de la lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient, a été un crime terrible, une provocation horriblement répugnante. Il était censé provoquer une ferveur apoplectique, il était destiné à nous faire désirer la paix, indignés. Et c’est pourtant exactement ce que nous ne devons pas faire [en caractères gras dans le texte] .

Afin d’évaluer de telles situations, nous ne pouvons pas perdre de vue la situation dans son ensemble, et une indignation juste provoque malheureusement le contraire. Notre concentration devient de plus en plus étroite au point où nous ne pouvons que voir ou réagir dans l’instant présent avec ce qui est juste devant nous. Nous sommes réduits à une obsession des flux Twitter, des coupures de presse et du double langage des «déclarations officielles du gouvernement».

Ainsi, avant que nous puissions trouver un terrain ferme sur lequel nous tenir sur la situation d’aujourd’hui, nous devons d’abord comprendre ce qui a poussé les États-Unis à entamer une campagne de guerres sans fin pour imposer des changements de régimes politiques dans le monde entier après la Seconde Guerre mondiale, comme le précisait l’ancien chef des opérations spéciales le colonel Prouty devant l’Etat-Major inter-armées américain, après trois décennies de guerre en Indochine.

Le déplacement des pièces de l’échiquier dans l’ombre

Il est intéressant de noter que le 2 septembre 1945, le jour même de la fin de la Seconde Guerre mondiale, Ho Chi Minh allait annoncer l’indépendance de l’Indochine. Que le jour même où s’est terminée l’une des guerres les plus destructrices de l’histoire, une autre longue guerre a été déclarée. Churchill allait annoncer son «rideau de fer» contre le communisme le 5 mars 1946, et il n’y avait pas de retour en arrière possible à ce moment-là. Le monde n’avait que 6 mois pour récupérer avant d’être impliqué dans une autre guerre terrible, à l’exception des Français, qui iraient en guerre contre le Viet Minh son adversaire en Indochine française également quelques jours seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dès son élection Truman organisa une réorganisation majeure du gouvernement américain et de son bureau des renseignements étrangers. Rappelons qu’il y eut une tentative de coup d’État militaire, qui a été dénoncée par le général Butler dans un discours public en 1933, contre la présidence de FDR (Roosevelt) qui avait accédé à la Maison-Blanche cette année-là. On pourrait dire qu’il y avait une désapprobation très marquée de la part des « coins sombres » [entendez le Deep State] pour la façon dont Roosevelt réorganiserait le gouvernement.

Un élément clé de cette réorganisation sous Truman a été le démantèlement du bureau de renseignement étranger précédemment créé par FDR, le Bureau des services stratégiques (OSS) le 20 septembre 1945, seulement deux semaines après la déclaration officielle de la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’OSS serait officiellement remplacé par la CIA le 18 septembre 1947, après deux ans de purge du renseignement américain et le déplacement interne des pièces d’échec dans l’ombre. En outre, le président Truman fondera également le Conseil de sécurité nationale (NSC, National Security Council) des États-Unis le 18 septembre 1947, le même jour où il fondera la CIA. Le NSC était un conseil dont la fonction était de servir de principal organe du président pour coordonner la sécurité nationale, les politiques étrangères et les politiques entre les divers organismes gouvernementaux.

Dans son livre le colonel Prouty déclare: «En 1955, j’ai été désigné pour établir un bureau des opérations spéciales conformément à la directive n ° 5412 du Conseil de sécurité nationale (NSC) du 15 mars 1954. Cette directive NSC pour la première fois de l’histoire des États-Unis a défini des opérations secrètes et confié ce rôle à la Central Intelligence Agency pour effectuer de telles missions, à condition que le NSC leur en ait donné l’ordre, et ont en outre ordonné au personnel des forces armées en service actif de rester à l’écart de ces opérations. Dans le même temps, les Forces armées ont reçu pour instruction de «fournir le soutien militaire aux opérations clandestines de la CIA en tant que fonction officielle. » [en caractères gras dans le texte]

Cela signifiait qu’il devait y avoir une symbiose entre le bureau du renseignement étranger et l’armée, et que le bureau du renseignement étranger jouerait le rôle de premier de cordée dans cette relation, ne prenant que les ordres du NSC. Bien que le NSC inclue le président, comme nous le verrons, le président est très loin d’être en mesure de déterminer les politiques du NSC.

Un héritage de guerres secrètes

« Il n’y a aucun exemple dans l’histoire qu’une nation bénéficie d’une guerre prolongée. »

Sun Tzu

Le 20 janvier 1961, John F. Kennedy a été élu en tant que président des États-Unis. En plus d’hériter de la responsabilité du bien-être du pays et de son peuple, il devait également hériter d’une guerre secrète contre le Cuba communiste dirigée par la CIA. JFK a été détesté dès le début par la CIA et certaines officines du Pentagone, ils savaient où il en était sur les affaires étrangères et qu’il serait en conflit direct pour ce vers quoi ils travaillaient depuis près de 15 ans. Kennedy serait naturellement informé de l’opération secrète de la CIA contre Cuba, ce que confirme Prouty dans son livre, qui avait été discrètement approuvée par l’administration Eisenhower en mars 1960 comme ne devant être qu’un modeste programme de soutien à l’exil cubain qui devait comprendre quelques petits parachutages au-dessus de la plage où s’effectuaient les opérations d’exil d’une brigade d’invasion de 3 000 hommes juste avant l’entrée en fonction de Kennedy.

Il s’agissait d’un changement massif dans les plans qui n’a été déterminé ni par le président Eisenhower, qui a averti à la fin de son mandat du complexe militaro-industriel comme un lourd fardeau à gérer, ni par le président Kennedy, mais plutôt par le bureau du renseignement étranger constitué de personnalités non élues. Cela montre le niveau d’hostilité que Kennedy a rencontré dès qu’il est entré en fonction et les limites du pouvoir présidentiel sans le soutien ni du renseignement ni de l’armée.

Dans les trois mois qui suivirent l’accession de JFK, l’opération « Bay of Pigs » (du 17 au 20 avril 1961) fut programmée. Comme le veut l’histoire révisionniste populaire JFK a refusé de fournir une couverture aérienne à la brigade cubaine en exil et l’invasion terrestre a été un échec catastrophique et une victoire décisive pour Castro et son pays. C’était très embarrassant pour le président Kennedy qui devait assumer la responsabilité publique de l’échec mais ce n’était cependant pas en raison de sa compétence douteuse mise en doute en tant que leader. C’était embarrassant car, s’il n’en avait pas pris la responsabilité publique, il aurait dû expliquer la véritable raison de l’échec, c’est-à-dire que la CIA et l’armée étaient contre lui et qu’il n’avait aucun contrôle sur eux. Si Kennedy devait admettre une telle chose, il aurait perdu toute crédibilité en tant que président dans son propre pays et sur le plan international, et aurait mis le peuple des États-Unis en danger immédiat en pleine guerre froide.

Ce qui s’est réellement passé, c’est qu’il y a eu annulation de la frappe aérienne prévue avant l’aube, par les bombardiers de la Brigade cubaine exilée au Nicaragua, pour détruire les trois derniers avions de combat de Castro. Cette frappe aérienne a été officiellement ordonnée par Kennedy lui-même. Or JFK était toujours opposé à une invasion américaine de Cuba, et frapper les derniers jets de Castro par la Brigade cubaine en exil aurait limité la menace de Castro, sans que les États-Unis soutiennent directement une opération de changement de régime à Cuba. Cela allait totalement à l’encontre du plan de la CIA pour Cuba.

L’ordre de Kennedy pour la frappe aérienne sur les avions à réaction de Castro serait annulé par l’adjoint spécial aux affaires de sécurité nationale McGeorge Bundy, quatre heures avant le décollage des B-26 de la Brigade d’exil du Nicaragua et Kennedy n’a pas été amené à prendre directement cette décision. De plus, le directeur du renseignement central Allen Dulles, l’homme en charge de l’opération Bay of Pigs, était malencontreusement hors du pays le jour du débarquement.

Le colonel Prouty, qui était chef des opérations spéciales à cette époque, explique cette situation: «Tout le monde lié à la planification de l’invasion de la baie des Cochons savait que la politique dictée par le NSC 5412 interdisait positivement l’utilisation de personnel militaire en service actif dans des opérations secrètes. A aucun moment une position de «couverture aérienne» n’a été écrite dans le plan d’invasion officiel… L’histoire de «couverture aérienne» qui a été créée de toute pièce est incorrecte. »

En conséquence, JFK, qui comprenait bien la source de ce fiasco, a mis en place un groupe d’étude cubain le lendemain et l’a chargé de déterminer la cause de l’échec de l’opération. Le groupe d’étude, composé d’Allen Dulles, du général Maxwell Taylor, de l’amiral Arleigh Burke et du procureur général Robert Kennedy (le seul membre auquel JFK pouvait faire confiance), a conclu que l’échec était dû à l’appel téléphonique de Bundy au général Cabell (qui était également Directeur adjoint de la CIA) qui a annulé l’ordre de frappe aérienne du président.

Kennedy les avait piégés.

De manière humiliante, le directeur de la CIA, Allen Dulles, a participé à la formulation de la conclusion que l’opération Bay of Pigs était un échec en raison de l’intervention de la CIA dans les ordres du président. Cela a permis à Kennedy de publier le mémorandum d’action sur la sécurité nationale # 55 le 28 juin 1961, qui a initié le processus de changement de la responsabilité de la CIA pour la confier aux chefs d’état-major interarmées. Comme le déclare Prouty, «Une fois pleinement mis en œuvre, comme Kennedy l’avait prévu, après sa réélection en 1964, cela aurait retiré la CIA des opérations secrètes. Mais il s’est avéré que ce fut l’un des premiers clous dans le cercueil de John F. Kennedy. »

Comme si une telle gifle à la CIA ne suffisait pas, Kennedy a forcé le directeur de la CIA Allen Dulles à démissionner, ainsi que le directeur adjoint des plans de la CIA Richard M. Bissell Jr. et le directeur adjoint de la CIA Charles Cabell.

En octobre 1962, Kennedy a été informé que Cuba installait des missiles soviétiques offensifs à 90 miles des côtes américaines. Les navires soviétiques avec encore plus de missiles étaient en route vers Cuba mais ils ont fini par rebrousser chemin à la dernière minute. Des rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles JFK avait conclu un accord secret avec le Premier ministre russe Khrouchtchev, selon lequel les États-Unis n’envahiraient pas Cuba si les Soviétiques retiraient leurs missiles. C’est alors que les critiques de l’attitude conciliante de JFK au sujet du communisme ont commencé à prendre de l’ampleur.

Le NSAM # 263, étroitement étudié par Kennedy, a été publié le 11 octobre 1963 et a décrit une décision politique «de retirer 1 000 militaires [du Vietnam] d’ici la fin de 1963» et a en outre mentionné que «Il devrait être possible de retirer du Vietnam la majeure partie du personnel américain [y compris la CIA et les militaires] en 1965». Le journal des Forces armées Stars and Stripes titra en grosses lettres LES TROUPES AMÉRICAINES HORS DU VIETNAM EN 1965. Kennedy gagnait le match et s’attirait la sympathie peuple américain. Ce devait être le dernier clou du cercueil de Kennedy.

Kennedy a été brutalement abattu un mois plus tard, le 22 novembre 1963. Sa mort ne devrait pas seulement être considérée comme une perte tragique mais, plus important encore, elle devrait être reconnue comme un coup d’État militaire réussi qu’elle a été et est encore. La CIA a montré jusqu’où elle était prête à aller si un président faisait obstacle. (Pour plus d’informations sur ce coup d’État, reportez-vous au procureur de la Nouvelle-Orléans de l’époque, le livre de Jim Garrison. Et au film d’Oliver Stone, très bien documenté, «JFK»). Liens en fin d’article

De l’autre côté du miroir

Le 26 novembre 1963, quatre jours après le meurtre de Kennedy, le président de facto Johnson a signé le NSAM # 273 pour commencer le changement de politique de Kennedy sous le numéro 263. Et le 4 mars 1964, Johnson a signé le NSAM # 288 qui a marqué l’escalade totale de la guerre du Vietnam et a impliqué 2 709 918 Américains servant directement au Vietnam, avec les 9 087 000 de toutes les autres Forces armées américaines pendant cette période.

La guerre du Vietnam, ou plus précisément la guerre d’Indochine, se poursuivra pendant 12 ans après la mort de Kennedy, soit un total de 20 ans pour les Américains.

Bien d’autres opérations secrètes se sont poursuivies, mais la prochaine guerre sans fin à grande échelle qui impliquerait le monde commencerait de plein fouet le 11 septembre 2001 sous le titre risible de « War on Terror », qui est fondamentalement un autre rideau de fer, une continuation de 74 ans de guerre froide. Une guerre qui n’est pas censée prendre fin tant que les changements ultimes de régime ne sont pas accomplis et que le monde n’assiste pas au renversement de la Russie et la Chine. L’Irak était destiné à l’invasion bien avant la guerre du Golfe de 1990 et même avant que Saddam Hussein ne soit soutenu par les Américains dans la guerre Irak-Iran dans les années 1980. L’Iran avait déjà subi un changement de régime soutenu par la CIA en 1979.

La CIA et l’armée américaine avaient compris bien à l’avance que le renversement de la souveraineté en Irak, en Libye, en Syrie et en Iran devait se produire avant que la Russie et la Chine puissent y mettre leur main. De telles tactiques de guerre étaient formulées après 3 décennies de contre-insurrection de la CIA pour combattre «l’insurrection communiste» de l’Indochine. C’est ainsi que fonctionne l’insurrection d’inspiration terroriste d’aujourd’hui, en tant que formule parfaite de la CIA pour un bain de sang sans fin.

L’ancien directeur adjoint de la CIA (2010-2013) Michael Morell, qui soutenait Hillary Clinton pendant la campagne électorale présidentielle avec véhémence contre l’élection de Trump, qui, selon lui, était manipulé par Poutine, a déclaré dans une interview en 2016 avec Charlie Rose que les Russes et les Iraniens en Syrie devraient être tués secrètement pour «payer le prix».

Par conséquent, lorsqu’une frappe de drone survient pour assassiner un major général iranien, même si le président américain en prend l’initiative, il ne faut pas se précipiter pour croire que c’est nécessairement le cas ou que c’est l’histoire complète. De même on ne peut pas prendre à la lettre les déclarations du président Rouhani acceptant la responsabilité de l’armée iranienne abattant «par accident» l’avion Boeing 737-800 qui contenait 176 civils, pour la plupart iraniens, comme quelque chose qui peut être relégué à la négligence criminelle, mais plutôt qu’il se passe très probablement autre chose en coulisse.

On ne peut pas non plus rejeter d’un bloc la publication en temps opportun, ou plutot la « fuite », du projet de lettre du commandement américain au gouvernement irakien à Bagdad qui suggère un retrait des forces américaines du pays. Cette coïncidence place certainement le président américain dans une situation embarrassante, bien que la décision de maintenir ou non les forces américaines en Irak ne soit pas une simple question que le président peut seul déterminer. En fait, il n’y a aucune raison pour que, après avoir examiné le cas de JFK, nous devrions imaginer une telle chose.

On pourrait supposer que le président américain a été manipulé et donc piégé, avec la désignation officielle des brigades Al-Kuds comme «terroristes» en avril 2019 par le département d’État américain, une décision qui a été fortement soutenue par Bolton et Pompeo, qui étaient tous deux membres du NSC à l’époque. Cela a rendu légal la frappe d’un drone militaire américain contre Soleimani dans le cadre de l’AUMF 2001, décision dans laquelle il est précisé que l’armée américaine peut attaquer tout groupe armé considéré comme une menace terroriste. Bolton et Pompeo n’ont pas caché qu’ils étaient ravis de l’assassinat de Soleimani et Bolton est même allé jusqu’à tweeter «J’espère que c’est la première étape d’un changement de régime à Téhéran». Bolton n’a pas caché non plus qu’il est impatient de témoigner contre Trump dans son éventuel procès pour destitution.

L’ancien directeur de la CIA, Mike Pompeo, a été enregistré lors d’une conférence, enregistrement encore inconnu récemment, mais à en juger par les rires du public composé d’agents en herbe de la CIA, où il admet que bien que la devise des cadets de West Points soit «Vous ne mentirez pas, ne tricherez pas ou ne volerez pas, et ne tolérerez pas ceux qui le font », sa formation dans le cadre de la CIA était tout le contraire, déclarant : « J’étais le directeur de la CIA. Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. C’était comme si nous avions des cours de formation complets, (longue pause) Cela vous rappelle la gloire américaine. »

Ainsi, il ne devrait pas être surprenant pour quiconque dans le monde, à ce stade de l’histoire, que la CIA ne fasse allégeance à aucun pays. Et l’on ne peut guère s’attendre à ce qu’un président, qui est activement attaqué de toutes parts dans son propre pays, soit en mesure de tenir la CIA responsable de ses crimes passés et futurs.

Article de Cynthia CHUNG paru le 19 janvier 2020 sur le site Strategic Culture Foundation

Cynthia Chung est conférencière, écrivaine et co-fondatrice et éditrice de la Rising Tide Foundation (Montréal, Canada).

Liens. https://www.strategic-culture.org/news/2019/11/24/on-churchills-sinews-of-peace/

https://winstonchurchill.org/publications/finest-hour-extras/churchill-and-eugenics-1/

https://www.youtube.com/watch?v=16uhS-Iqi7E

JFK: The CIA, Vietnam, and the Plot to Assassinate John F. Kennedy Paperback Apr 1 2011 by L. Fletcher Prouty (Author), Jesse Ventura (Foreword), Oliver Stone (Introduction)

https://www.youtube.com/watch?v=qGPuSxuT6pM

https://www.youtube.com/watch?v=DPt-zXn05ac

 

L’heure de Poutine est proche (Paul Craig Roberts)

Vladimir Poutine est le leader le plus impressionnant de la scène politique mondiale. Il a grandi dans une Russie corrompue par Washington et Israël pendant les années Eltsine, il en a survécu et a rétabli la Russie en tant que puissance mondiale. Il a géré avec succès les agressions américano-israéliennes contre l’Ossétie du Sud et contre l’Ukraine, en réintégrant, à la demande de la Crimée, la province russe dans la mère Russie (voir notes en fin de traduction). Il a toléré des insultes et des provocations sans fin de la part de Washington et de ses vassaux européens sans répondre ni par des insultes ni par des provocations. Il est conciliant et est devenu un pacificateur en position de force.

Il sait que l’empire américain basé sur l’arrogance et le mensonge échoue économiquement, socialement, politiquement et militairement. Il comprend que la guerre ne sert aucun intérêt russe.

Le meurtre par Washington – avec l’aide du Mossad – de Qasem Soleimani, un grand leader iranien, en effet, l’un des rares dirigeants de l’histoire du monde, a altéré le leadership de Trump et a mis la vedette sur Poutine. Les conditions sont donc réunies pour que Poutine et la Russie assument la remise en ordre du monde. Le meurtre de Soleimani par Washington est un acte criminel qui pourrait déclencher la Troisième Guerre mondiale, tout comme le meurtre serbe de l’archiduc autrichien a déclenché la Première Guerre mondiale. Seuls Poutine et la Russie avec l’aide de la Chine peuvent arrêter cette guerre que Washington a déclenchée.

Poutine a compris que la déstabilisation prévue par Washington et Israël de la Syrie visait la Russie (voir aussi la note en fin de traduction). Sans avertissement, la Russie est intervenue, a vaincu les forces mandées, financées et armées par Washington et a rétabli la stabilité en Syrie.

Vaincus en Syrie, Washington et Israël ont décidé de contourner la Syrie et de porter l’attaque contre la Russie en visant directement l’Iran. La déstabilisation de l’Iran sert à la fois Washington et Israël. Pour Israël, la disparition de l’Iran met fin à son soutien au Hezbollah, la milice libanaise qui a vaincu à deux reprises l’armée israélienne et empêché l’occupation par Israël du sud du Liban. Pour Washington, la disparition de l’Iran permettra aux djihadistes soutenus par la CIA de promouvoir une nouvelle instabilité en Fédération de Russie.

À moins que Poutine ne se soumette à la volonté des Américaine et des Israéliens, il n’a d’autre choix que de bloquer toute attaque conjointe de Washington et d’Israël contre l’Iran.

Le moyen le plus simple et le plus propre pour Poutine de le faire est d’annoncer que l’Iran est sous la protection de la Russie. Cette protection devrait être officialisée dans un traité de défense mutuelle entre la Russie, la Chine et l’Iran, avec peut-être l’Inde et la Turquie comme membres. C’est difficile à faire pour Poutine, car des historiens incompétents ont convaincu Poutine que les alliances ont toujours été des causes de guerre. Mais une alliance comme celle-ci empêcherait la guerre. Même le criminel fou Netanyahu et les néoconservateurs américains ne déclareraient pas la guerre à l’Iran, à la Russie et à la Chine en même temps, même s’ils étaient complètement ivres ou devenus fous, si de surcroit cette alliance incluait l’Inde et la Turquie. Cela signifierait la mort de l’Amérique, d’Israël et de tout pays européen suffisamment stupide pour participer à une agression israélo-américaine contre l’Iran.

Si Poutine n’est pas en mesure de se libérer de l’influence d’historiens incompétents, qui servent en fait les intérêts de Washington, et non ceux des Russes, il a d’autres options. Il peut calmer l’Iran en donnant à ce pays les meilleurs systèmes de défense aérienne russes avec des équipages russes pour former les Iraniens, présence qui servirait d’avertissement à Washington et à Israël qu’une attaque contre les forces russes est une attaque contre la Russie. Cela fait, Poutine peut alors insister pour atteindre une médiation. C’est le rôle de Poutine car il n’y a pas d’autres personnalité qui ait le pouvoir, l’influence et l’objectivité pour servir de médiateur. Le travail de Poutine n’est pas tant de sauver l’Iran que de sortir Trump d’une guerre perdue d’avance qui le détruirait. Poutine pourrait fixer son propre prix. Par exemple, le prix de Poutine peut être la renaissance du traité INF / START, le traité sur les missiles anti-balistiques, la suppression de l’OTAN des frontières russes. En effet, Poutine est bien placé pour exiger ce qu’il veut.

Les missiles iraniens peuvent couler n’importe quel navire américain n’importe où près de l’Iran. Les missiles chinois peuvent couler n’importe quelle flotte américaine n’importe où près de la Chine. Les missiles russes peuvent couler des flottes américaines partout dans le monde. La capacité de Washington à projeter le pouvoir au Moyen-Orient maintenant que tout le monde, les chiites et les sunnites et les anciens mandataires de Washington comme ISIS, détestent les Américains avec passion. Le Département d’État a ordonné aux Américains de quitter le Moyen-Orient. Sur combien d’hommes Washington peut-il compter au Moyen-Orient alors qu’aucun Américain n’y est en sécurité ?

Bien sûr, Washington a atteint un niveau d’arrogance stupide, et Poutine, la Chine et l’Iran doivent en tenir compte. Un gouvernement stupide est capable de se ruiner lui-même mais de ruiner aussi tous les autres. Il y a donc des risques à courir pour Poutine. Mais il existe également des risques pour Poutine de ne pas prendre les choses en main. Si Washington et Israël attaquent l’Iran, ce qu’Israël tentera de provoquer par un événement sous faux drapeau comme coulant un navire de guerre américain et blâmant l’Iran, la Russie sera de toute façon en guerre. Mieux vaut que l’initiative soit donc entre les mains de Poutine. Et c’est mieux pour le monde et la vie sur Terre que la Russie soit aux commandes.

Notes. Les habitants de la péninsule de Crimée ont voté librement pour être rattachés à la Russie. La Crimée était une province russe qui fut rattachée à l’Ukraine alors que ce dernier pays était partie intégrante du bloc soviétique. Alors que les pays occidentaux ont qualifié la décision du peuple de Crimée comme un annexion par la Russie méritant donc des sanctions commerciales il est surprenant de constater que jamais le Maroc n’a fait l’objet de sanctions de la part des Américains ou de leurs vassaux européens quand le Sahara Occidental a été annexé par Rabat. Il en est de même de l’île de Mayotte qui a été détachée de l’archipel des Comores à la suite d’un référendum – exactement comme en Crimée – pour être intégrée dans la République française, rattachement à la France qui ne fut jamais reconnu par l’ONU.

Pour ce qui concerne la Syrie, il existait un traité d’assistance liant la Russie à ce pays. La Russie a donc honoré ce traité en appuyant le gouvernement syrien pour combattre les terroristes financés par les puissances occidentales, puissances comprenant essentiellement les USA, la Grande-Bretagne et la France, qui ont illégalement foulé le sol syrien et ruiné ce pays. Dans la politique il ne peut pas y avoir deux poids et deux mesures.

Enfin, au niveau de la politique intérieure américaine, en cette période de campagne électorale, l’attitude du Président Trump vis-à-vis de son électorat évangéliste reste le problème majeur qui devra être suivi de très près au cours des prochains mois.

Je discutais hier avec une amie Polonaise. Visiblement les Polonais détestent Poutine et cette attitude est révélatrice de la propagande américaine ominprésente dans tous les pays d’Europe de l’est où l’opinion publique a été formatée par les services américains qui ont oeuvré pour se constituer un nouvel ennemi : la Russie. La Chine est un beaucoup plus gros morceau … Comme l’avait pressenti PCR il y a quelques années dans un article que j’ai traduit et qui figure dans mon blog, Obama puis Trump ont tout fait pour que le monde ne devienne pas multipolaire. Comme PCR l’expliquait les USA ont besoin d’une guerre pour redresser leur économie déclinante (voir le billet sur ce blog https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/05/16/le-point-de-vue-geopolitique-de-paul-craig-roberts-pas-rejouissant/ ). Cependant un conflit bloquant les exportations de gaz et de pétrole depuis le Golfe Persique fera réagir la Chine, en premier lieu, mais aussi l’Inde et également le Japon dont tout le gaz naturel liquiéfié provient du Moyen-Orient. Le Japon, l’une des toutes première économies du monde, vassal numéro 1 des USA depuis Hiroshima et Nagasaki,ne pourra pas survivre plus d’un mois sans gaz et sans pétrole en provenance du Moyen-Orient. Est-ce que l’administration américaine est vraiment consciente de cette situation ? Enfin les alliés indéfectibles et contre nature des USA qui veulent imposer la démocratie – leur démocratie – dans le monde entier, c’est-à-dire Israël et l’Arabie saoudite, seront vitrifiés en quelques minutes. Israël n’est qu’un tout petit confetti dans le monde. Quelques bombes d’une puissance destructrice 100 fois supérieure à celle d’Hiroshima suffiront à rayer ce pays de la carte mondiale. Trump et Netanyau ont-ils vraiment apprécié le danger encourru en assassinant le numéro 2 du régime iranien ? On peut se poser de sérieuses questions. Quand un animal sauvage est blessé ses réactions deviennent imprévisibles, c’est le cas des Etats-Unis aujourd’hui.

Qui gouverne le monde ? Explications d’Hugo Salinas-Price

800px-Hugo_Salinas_Price_con_la_moneda_de_plata_libertad.jpg

Par souci de brièveté, et parce qu’il ne s’agit pas d’un article scientifique, mais de l’examen d’un thème qui doit être traité avec le moins de mots possible, il est nécessaire de procéder à des généralisations radicales.

Depuis l’aube de l’histoire jusqu’à des temps relativement récents, l’humanité était gouvernée par des rois dont la volonté était la loi. Les rois étaient soutenus par des prêtres qui affirmaient que le pouvoir royal était institué divinement. Ainsi, les rois étaient régulièrement considérés par leurs sujets comme des demi-dieux. L’un des droits exclusifs dont les rois ont joui au cours de l’histoire est la création de monnaie. Les historiens attribuent à Crésus, roi de Lydie (une région de l’actuelle Turquie) la frappe des premières pièces d’or, qu’il a utilisées pour inciter ses soldats à se battre. C’était aux alentours de 500 avant l’ère présente. L’or, et non l’argent, a été la première monnaie utilisée par l’humanité, car l’or était trouvé abondamment sous une forme presque pure dans certains lits de rivières, alors que l’argent devait être obtenu en transformant des minerais argentifères, activité qui a été postérieure à celle de l’utilisation de l’or. Aujourd’hui, de petites quantités d’or peuvent encore être trouvées dans les lits des rivières.

Dans l’Antiquité, la production d’or et d’argent était considérée comme une activité sacrée exercée par des prêtres. Par exemple, Jules César (100 – 44 avant JC) a obtenu son premier poste politique en tant que Pontifex Maximus, c’est-à-dire «Grand prêtre» chargé de la Monnaie romaine.

Le droit divin des rois de gouverner était incontesté jusqu’à la fin du Moyen-Âge en Europe. Les rois de France étaient devenus rois depuis des siècles par la cérémonie d’onction avec un baume sacré, qui leur était appliquée lors d’une cérémonie solennelle à la cathédrale de Reims. L’introduction de l’invention de l’imprimerie en Europe par Gutenberg en 1452 a été à l’origine de la lecture massive de livres, qui étaient auparavant le privilège du sacerdoce et des riches, qui ont pu acheter un petit nombre de livres manuscrits et très coûteux. L’une des conséquences de cette lecture des livres a été que l’autorité de l’Église catholique romaine a commencé à être mise en cause par certains penseurs, notamment par Martin Luther. Luther se déclara finalement tout à fait comme l’ennemi de l’Église catholique, ce qui conduisit à la création du protestantisme. La conséquence pour l’Europe a été une série de guerres sanglantes de religion.

Puisque c’était l’Église catholique qui « consacrait » les rois de l’Europe avec l’huile sainte et leur conférait le droit divin de régner, le schisme du christianisme a eu pour effet d’affaiblir le respect des populations d’Europe pour leurs rois. À tous les âges précédents, sous les «bons» rois et les «mauvais» rois, Leurs Altesses ne considéraient jamais comme sa mission de gouverner afin que la pauvreté et la misère soient éliminées de la vie humaine. C’est ainsi que le fameux Sir Thomas More, en désaccord avec son monarque Henri VIII, écrivit un livre, « Utopia », dans lequel il parlait d’un pays où l’or était éliminé en tant que monnaie et utilisé pour fabriquer des « pots de chambre ». Dans » Utopia « la joie et la prospérité universelles régnaient en maîtres. Cette fiction de Thomas More devenait ainsi l’une des premières remises en question de l’utilité de la monnaie.

Un exemple notable de l’effet du protestantisme sur le règne des rois est la révolution puritaine en Angleterre. Les puritains dirigés par Oliver Cromwell ont décapité leur roi, Charles Ier, en 1649. Entre autres raisons, il était méprisé par les puritains parce qu’il était trop conservateur à l’égard de la «prérogative royale» et les puritains voulaient quelque chose de nouveau, une «conscience sociale» et de meilleures institutions pour la promotion d’une société meilleure. Avec le temps, l’âge de la raison du XVIIIe siècle est apparu. Les grands penseurs de l’Europe – et des rebelles américains dans les colonies royales anglaises d’Amérique du Nord – ont examiné l’institution de la royauté et ont conclu que la raison devait être primordiale dans les affaires politiques et que les rois n’avaient aucun droit divin. C’était un point de vue rationnel.

La conséquence de cette «illumination» créée par le siècle de la raison, dit aussi « des lumières » a été la Révolution française de 1789, au cours de laquelle le roi de France Louis XVI et sa reine Marie-Antoinette ont été soigneusement décapités au moyen de la guillotine récemment inventée.

En dépit de la Révolution française, certaines parties de l’Europe ont continué à être gouvernées par des rois jusqu’en 1914. Cependant, la nouvelle façon de les considérer a progressivement réduit l’importance et le pouvoir des monarques restants de l’Europe. Ils n’étaient plus considérés avec la crainte indiscutable des populations qu’ils gouvernaient. La pensée des intellectuels de la Révolution française avait changé les choses pour toujours : les rois n’étaient plus des créatures semi-divines.

Il est important de comprendre la nature de la transformation politique survenue et que peu de penseurs ont peut-être remarquée : la Révolution française a changé la perception de l’origine de l’autorité. Dans toute l’histoire et jusqu’à la Révolution française de 1789, l’autorité était reconnue comme «originaire d’en haut», c’est-à-dire du souverain nommé par Dieu, qui gouvernait de droit divin et dont le moindre mot était « la » loi qui devait être respectée par les gens « en dessous » de lui. L’une des fonctions du souverain était de déterminer et de créer le système monétaire que son peuple devait utiliser. Il n’était nullement en son pouvoir de créer une situation dans laquelle la pauvreté et la misère devaient être éliminées parmi ses sujets, le peuple « d’en bas ».

Les penseurs de la Révolution française ont renversé cet ancien système royal en déclarant que l’Autorité ne pouvait provenir d’aucun être humain considéré comme un roi. Ils ont maintenu – et c’est une position qui subsiste encore aujourd’hui – que « l’autorité vient d’en bas », c’est-à-dire du peuple, qui institue des gouvernements afin d’améliorer les conditions sociales et d’éliminer progressivement la souffrance et le désir parmi eux, le « peuple d’en bas ». C’est l’acceptation de l’autorité comme émanant d’en bas qui valide toutes les lois du monde aujourd’hui, par le décompte des voix. Le pouvoir de légiférer émane de la majorité des voix des électeurs inscrits, favorisant les candidats aux élections.

«L’autorité provenant d’en bas» est le principe de la démocratie et, aujourd’hui, pour qu’une nation soit acceptée par les autres nations du monde, elle doit être une démocratie. Il ne reste que quelques rois dans le monde, mais ce ne sont guère que des têtes bien-aimées, sans aucun pouvoir. Il y a peut-être aussi quelques dictateurs, mais ils se retrouvent vite ostracisés et ont tendance à avoir une vie courte.

Tous les gouvernements, quelles que soient les conséquences de leurs actions, sont aujourd’hui fondés sur le principe suivant: «L’autorité provient d’en bas». Telle est la situation du monde d’aujourd’hui, et c’est l’héritage que nous ont laissé les penseurs du 18ème siècle.

Une conséquence énorme de cet héritage a été peu notée, voire pas du tout :

Les rois régnaient de manière absolue, par droit divin. et leur règne ne cessait qu’avec leur mort. D’autre part, les gouvernements élus vont et viennent, car ils répondent aux caprices des électeurs. Les présidents entrent en fonction et quittent leurs fonctions après la fin de leur mandat. La présence des hommes et des femmes au Congrès est transitoire : les politiques validées par un Congrès sont régulièrement rejetées par le Congrès suivant. De par leur nature même, les gouvernements du monde entier sont aujourd’hui composés de personnes élues dont la présence est transitoire et les décisions politiques des congrès ne peuvent en aucun cas aboutir à une législation cohérente et permanente.

«La nature a horreur du vide» est un principe de physique qui s’applique également en politique, car le vide de l’autorité qui caractérise la démocratie est comblé par une autre puissance, une puissance non élue dont la présence est mondiale et dont les intérêts sont permanents. Les penseurs éminemment raisonnables et bien intentionnés de «l’âge de la raison» qui ont éliminé les rois, ne se sont apparemment pas souciés de l’existence et des intérêts permanents et pernicieux de cette puissance, la puissance qui régit notre monde aujourd’hui.

Quelle est cette mystérieuse puissance qui annule en silence tous les congrès élus du monde et veille à ce qu’aucune législation ne puisse mettre en péril ses propres intérêts? Ce pouvoir est dévolu aux banques internationales du monde. Les présidents vont et viennent et sont oubliés, les législateurs vont et viennent et sont oubliés, les ministres vont et viennent et sont oubliés, mais les banques internationales restent, leur personnel change avec le temps, mais pas leurs intérêts. Toutes les institutions ont tendance à changer pour s’adapter aux changements dans les institutions sociales de l’époque. Mais pas les banques internationales.

Grâce à l’élimination des rois et à leur droit royal de créer de l’argent, et à leur substitution par des démocraties faibles et vacillantes à travers le monde, les banques internationales se frayèrent un chemin vers la souveraineté réelle aux XIXe et XXe siècles. Ce sont les banques internationales qui gouvernent aujourd’hui notre monde. Les gouvernements démocratiques ne sont rien de plus que des institutions décoratives pour masquer la véritable autorité qui réside dans les banques internationales. Fidèles à leur fonction de souverains, de fait, de notre monde, les banques internationales décident quel est l’argent que le monde utilisera, et elles le publient elles-mêmes à leur guise, pour conserver et accroître leur pouvoir. Bien sûr, elles font tout cela dans le but évident d’améliorer les conditions économiques des multitudes.

L’histoire raconte qu’il y a eu dans le passé de « mauvais » rois et de « bons » rois – ceux qui veillaient au bien-être de leurs sujets, dans la mesure de leurs moyens. Mais les banques internationales sont des monstres impersonnels, en ce sens qu’elles n’ont aucun respect pour les intérêts de l’humanité : elles ne se soucient que de leur propre intérêt, qui est de conserver le plus de pouvoir possible.

L’argent réel – en or et / ou en argent – s’est révélé au fil du temps comme un obstacle au pouvoir illimité dont jouissent les banques internationales. Elles ont donc éliminé l’argent réel et se sont endettées dans le monde entier avec de la fausse monnaie. À tel point que la dette mondiale risque de s’effondrer – tout en affirmant que leurs programmes inflationnistes sont essentiels au «progrès et au développement économique». La cupidité sans restriction des banques internationales sera leur perte et laissera notre monde totalement prostré et appauvri.

Notes. Hugo Salinas-Price, né en 1932, est un affairiste mexicain qui a créé la chaine de vente de détail d’appareillages électriques et électroniques Elektra. Il est, outre un grand philanthrope dans son pays, un analyste financier très écouté au Mexique et également aux USA (illustration). Article de Salinas-Price repris par Paul Craig Roberts sur son blog.

Géopolitique : la guerre du lithium a déjà commencé

220px-Evo_Morales_2017.jpg

Pour équiper une voiture électrique Tesla modèle S de batteries délivrant une puissance de 70 kWh il faut 63 kilos de lithium. La firme américaine Tesla produit aujourd’hui des voitures électriques en Chine contribuant de ce fait aux quelques 1 million et demi de ce type de voiture déjà fabriquées dans ce pays, le premier producteur du monde. En outre la Chine prévoit qu’en 2040 toutes les voitures neuves vendues dans son pays seront électriques. La demande en lithium va donc croître exponentiellement ainsi que la consommation d’électricité et dès 2025 la Chine aura besoin de 800000 tonnes de lithium puis cette demande continuera à augmenter. La principale préoccupation de la Chine est donc d’assurer ses sources d’approvisionnement en dépit du fait que ce pays compte parmi les rares pays possédant des gisements de lithium avec le Chili, la Bolivie, l’Argentine et l’Australie. La Chine a donc ces dernières années mis en place des contrats d’exploitation avec la plupart de ces pays, dont en particulier le Chili et la Bolivie.

Avec la Bolivie qui possède près de 60 % des réserves mondiales de lithium connues la Chine était sur le point de finaliser un contrat d’exploitation du haut plateau d’Uyuni à l’extrême sud-est du pays à 4000 mètres d’altitude, une étendue de désert salé de près de 10000 km2. La NSA, organisme d’écoute américain, a constitué un solide dossier relatif aux tractations entre l’administration chinoise et le gouvernement bolivien d’Evo Morales qui avaient été initiées dès le début de l’année 2018. Il s’agissait d’un accord gagnant-gagnant entre la Bolivie et la Chine puisque ce dernier pays s’engageait à investir dans une usine de production de lithium métal et ultérieurement dans une unité de production d’accumulateur Li-ion en Bolivie. Comme il est facile de l’imaginer tout ceci n’a pas vraiment plu à l’administration américaine. La CIA a donc financé l’opposition politique bolivienne essentiellement d’origine hispanique pour fragiliser le gouvernement d’Evo Morales d’origine aymara amérindienne, les Amérindiens étant largement majoritaires dans la population bolivienne. De plus le passé de syndicaliste de Morales et sa politique socialiste ouvertement affichée dans le pays le plus pauvre d’Amérique latine a aggravé son cas. Le véritable coup d’Etat organisé par la CIA a conduit Morales à l’exil et à l’annulation de tous les contrats miniers passés ou sur le point d’être conclus avec la Chine.

Pour l’administration américaine le lithium est considéré comme un métal stratégique et toute tentative d’exploitation échappant au contrôle de Washington met en danger la sécurité des Etats-Unis. La population bolivienne d’origine amérindienne est la première à en subir les conséquences et ses espoirs d’amélioration de son niveau de vie ont disparu. Les troubles que vit actuellement le Chili sont du même ordre et sont également organisés par la CIA, sous le faux prétexte que tous les pays de la sphère d’influence américaine sur les deux partie du continent doivent être des pays « démocratiques » et si ce n’est pas le cas ils sont considérés comme des menaces pour la sécurité des USA. La guerre du lithium a bel et bien commencé …

Source partielle : globalresearch.ca, illustration Wikipedia

L’imbroglio Ukraine-Parti Démocrate trop glauque pour être vrai !

Capture d’écran 2019-10-29 à 09.23.04.png

Je suis de près l’évolution des évènements en Ukraine depuis les évènements de Maiden. À propos du vol MH17 j’ai écrit en son temps plusieurs articles sur ce blog ainsi que quelques billets sur la soit-disant annexion de la Crimée par la Russie. Le récent « scandale » – tel qu’il fut perçu par les Démocrates – de la conversation entre Donald Trump et le nouveau président de l’Ukraine Zelensky a de nouveau éveillé ma curiosité. C’est la raison pour laquelle je livre ci-après à mes lecteurs une interview donnée par Oleg Tsarev au journaliste d’investigation Israel Shamir parue sur le site LewRockwell.com (initialement publiée sur le site unz.com). Note pour la bonne compréhension de ce texte. Oleg Tsarev est un oligarque ukrainien russophile qui a toujours combattu l’accession au pouvoir, pour lui illégale, de l’ex-président Poroshenko. De ce fait la propagande occidentale viscéralement anti-russe considère toujours que Tsarev est un traitre à la cause « démocratique » de l’Ukraine. Bonne lecture !

Des personnalités de haut rang du parti démocrate américain sont impliquées dans le pillage de l’Ukraine et chaque jour apparaissent des nouveaux noms et des rapports ahurissants. Le mystérieux lanceur d’alarme dont le rapport à déclenché la procédure d’ « impeachment » de l’actuel président américain est cité dans l’entretien exclusif accordé au journaliste Israel Shamir par un éminent politicien ukrainien, ancien député et candidat à la présidentielle face à Monsieur Proshenko en 2014. Il est resté en Ukraine après la fuite du président Yanoukovitch et a finalement choisi l’exil en raison de multiples menaces de mort dont il était la cible. Lors de l’échec de la tentative de sécession de la partie est de l’Ukraine il était président élu du parlement de la Novorossia, au sud-est de l’Ukraine. Je l’ai rencontré en Crimée où il vit sous protection dans la ville de Yalta. Tsarev a toujours de nombreux partisans en Ukraine et a été un chef de l’opposition au régime de Kiev.

Oleg, vous avez suivi les démêlés de Biden depuis le début. Biden n’est pas le seul homme politique démocrate américain impliqué dans les stratagèmes de corruption en Ukraine, n’est-ce- pas ?

En effet, John Kerry, secrétaire d’Etat sous l’administration Obama, était son complice. Mais Joe Biden était le numéro un. Pendant la présidence Obama, Biden était le « proconsul » américain pour l’Ukraine et il était impliqué dans de nombreux stratagèmes de corruption. Il a autorisé le transfert de trois milliards de dollars de l’argent des contribuables américains au gouvernement ukrainien après le coup d’Etat. L’argent a été volé et Biden a pris un grande part du butin. C’est une histoire d’arnaque du contribuable américain et du client ukrainien au profit de quelques corrupteurs, américains et ukrainiens. Et c’est aussi une histoire relevant des relations de dépendance du régime ukrainien vis-à-vis des Etats-Unis et du FMI. L’Ukraine dispose de quelques gisements de gaz naturel de taille moyenne qui suffisent à la consommation des ménages. Le coût de sa production est assez faible et les Ukrainiens se sont habitués à payer presque rien pour leur gaz. À vrai dire le coût de production de ce gaz est tellement faible que l’Ukraine aurait pu fournir du gaz naturel gratuitement à tous les ménages pour le chauffage et la cuisine, comme le faisait la Libye. De ce fait et les bas prix pratiqués pour les consommateurs les sociétés gazières (comme Burisma) ont réalisé des bénéfices astronomiques en raison de ces coûts de production dérisoires.

Après le coup d’Etat de 2014, le FMI a exigé que le prix du gaz pour le consommateur national atteigne le niveau européen et le nouveau président Petro Poroshenko l’a exigé. Les prix ont donc grimpé en flêche car les Ukrainiens ont du payer leur gaz beaucoup plus cher et par conséquent les bénéfices des sociétés gazières ont explosé. Au lieu d’augmenter les taxes sur ces sociétés ou de leur demander d’abaisser les prix Poroshenko a demandé à ces sociétés gazières de le « rémunérer » pour son laisser-faire et de subventionner ses projets d’investissement. Comme il avait dit à ces sociétés gazières d’augmenter leurs tarifs il était de fait considéré comme un partenaire. La société Burisma a donc satisfait les exigences de Poroshenko, ça s’appelle de l’extorsion de fonds. Le fondateur de cette société, Nicolai Zlochevsky, a décidé d’inviter des personnalités occidentales importantes dans son conseil d’administration dans l’espoir que cela modèrerait les appétits de Poroshenko. Il avait fait venir Hunter, le fils de Joe Biden, John Kerry, l’ancien président polonais Kwasniewski. Mais cela ne l’a pas aidé.

Ces manoeuvres ont rendu Poroshenko furieux quand il a constaté que le veau gras risquait de lui échapper. Il a alors demandé au procureur général ukrainien Shokin d’enquêter sur Burisma, estimant qu’il pouvait exister des irrégularités. Shokin a immédiatement découvert que Burisma avait versé à ces « stars » entre 50000 et 100000 dollars par mois juste pour figurer sur la liste des administrateurs. Ceci est illégal selon le code des impôts ukrainien et ne peut être reconnu comme une dépense légitime. À ce moment-là le père Biden entra dans le mêlée. Il a appellé Poroshenko et lui a donné six heures pour clore le dossier concernant son fils. Dans le cas contraire le milliard de dollars de l’argent des contribuables américains ne serait pas versé à l’Ukraine. Zlochevsky a rétribué Joe Biden pour cette conversation avec Poroshenko : il a reçu entre 3 et 10 millions de dollars selon les sources d’information. Shokin a déclaré qu’il lui était impossible de clore cette affaire en 6 heures. Poroshenko l’a alors limogé et a installé Mr Loutsenko à sa place. Ce dernier était disposé à écarter le cas Burisma mais il ne pouvait pas non plus clore le dossier en une journée ni même en une semaine. Comme nous le savons Biden ne pouvait pas garder son piège fermé et c’est en parlant de la pression qu’il avait exercé sur Poroshenko qu’il s’est lui-même incriminé. Depuis lors Shokin a déclaré que Biden avait fait pression pour le renvoyer, ce qui a maintenant été confirmé. Les preuves de cette histoire ont été présentées aux avocats américains dans le cadre d’une autre affaire, l’affaire Firtash.

Qu’est-ce que cette affaire Firtash ?

Le parti démocrate américain voulait attirer un autre oligarque ukrainien aux Etats-Unis et lui faire avouer qu’il soutenait illégalement la campagne présidentielle de Trump pour le bien de la Russie. Firtash a été intercepté à Vienne, en Autriche. Là, il s’est élevé contre son extradition aux Etats-Unis. Ses avocats ont affirmé qu’il s’agissait d’une machination purement politique et ils ont utilisé la déposition de Mr Shokin pour étayer leur demande. Pour cette raison les preuves fournies par Shokin ne sont pas facilement réfutables même si Shokin l’aurait bien voulu. De plus il a déclaré sous serment que les démocrates l’avaient pressé de les aider pour l’extradition de Firtash vers les USA alors que cette histoire américaine ne le concernait en rien. Il semble que Madame Clinton est persuadée que les aides financières provenant de Firtash ont contribué à l’élection de Trump, un fait qui est extrêmement improbable.

En parlant de Burisma et Biden : c’est quoi ce milliard de dollars d’aide qui Biden pouvait donner ou au contraire retenir ?

Il s’agit de l’argent USAID, le principal canal de l’aide américaine pour le « soutien de la démocratie ». Un premier milliard de dollars d’USAID est arrivé en Ukraine en 2014 avec l’autorisation de Joe Biden alors que les documents, côté ukrainien, ont été signés par Mr Turchinov, le « président par intérim ». La constitution ukrainienne ne prévoit pas une telle disposition et le président par interim Turchinov n’avait pas le droit de signer de tels documents, qu’ils soient juridiques ou financiers. Ainsi tous les documents signés par Turchinov n’avaient aucune valeur légale. Malgré cela Joe Biden a contresigné les papiers signés par Turchinov et alloué cette somme d’argent à l’Ukraine. Le problème est que cet argent a été volé par les démocrates américains et leur contre-partie ukrainienne. Il y a deux ans (donc sous la présidence de Trump) les Etats-Unis ont commencé à enquêter sur l’allocation de 3 milliards de dollars : en 2014, 2015 et 2016 un milliard de dollars par an. L’enquête a montré que les documents avaient été falsifiés et que l’argent transféré en Ukraine avait disparu.

En octobre 2018, le ministère de la justice américain a donc ouvert une procédure pénale pour « Abus de pouvoir et détournement de fonds des contribuables américains ». Parmi les accusés il y a deux ministres des finances ukrainiens successifs, Madame Natalie Ann Jaresko, qui a exercé ses fonctions au cours de la période 2014-2016, et Mr Alexander Daniluk, en service de 2016 à 2018 ainsi que trois banques américaines. L’enquête a amené l’USAID à cesser d’octroyer une quelconque subvention depuis août 2019. Comme l’a dit Trump très justement « à présent les Etats-Unis ne donnent plus d’argent pour imposer la démocratie« . Cet argent d’USAID a été alloué à l’Ukraine en violation flagrante de la loi américaine. Il n’y a eu aucune évaluation des risques ni aucun rapport d’audit alors que normalement quand l’USAID décide d’allouer une aide financière à un pays elle doit préparer un important dossier. Les milliards « donnés » à l’Ukraine l’ont été sans documents. Ce détournement de fonds avait été contre-signé, donc avalisé, par le procureur général des USA . On est donc bien dans le vif du sujet. Sam Kislin a été impliqué dans cette enquête du ministère de la justice américain. C’est un très bon ami et associé de Giuliani, l’avocat de Trump et ex-maire de New-York. Kislin est bien connu à Kiev et j’ai des amis qui sont aussi des amis de Kislin (c’est Tsarev qui parle). J’ai appris qu’il avait progressé dans son enquête parce que certains de mes amis avaient été arrêtés aux Etats-Unis ou interrogés en Ukraine. Ils m’informent à ce sujet. Il semble que Burisma ne soit que la pointe du scandale, la pointe de l’icerberg. Si Trump persévère et utilise ce qui a déjà été lancé et fait l’objet d’une enquête, tout le siège du parti démocrate s’effondrera. Ils ne pourront pas se présenter aux élections prochaines. Je n’ai pas le droit de donner des noms mais croyez-moi des hauts fonctionnaires du parti démocrate sont directement impliqués. Poroshenko était parfaitement au courant de tout celà. Il a ordonné de déclarer Sam Kislin persona non grata en Ukraine. Quand Sam Kislin, un vieil homme de plus de 80 ans, a atterri à l’aéroport de Kiev il n’a pas été autorisé à entrer dans le pays, il a passé la nuit en détention et a été rapatrié le lendemain aux Etats-Unis.

Et le Président Zelinsky ? Est-il libre de toute influence des démocrates clintoniens ?

S’il l’était vraiment il n’y aurait pas eu ce scandale de l’appel téléphonique de Trump. Comment les démocrates ont-ils pu apprendre l’existence de cet appel et son contenu présumé ? La version officielle dit qu’il y avait un homme de la CIA présent, un dénonciateur à la solde des démocrates. Ce que la version des faits ne précise pas est OÙ ce dénonciateur se trouvait lors de l’appel. Je vous le dit : il se trouvait à Kiev et il était présent lors de la conversation entre le président Zelenski et Donald Trump. Cet homme est (peut-être) un agent de la CIA mais il est aussi un proche collaborateur de George Soros et également un haut responsable ukrainien. Il s’appelle Alexander Daniluk. Il est également l’homme que l’enquête de Sam Kislin et du Département de la Justice américain (DoJ) ont identifié comme ayant détourné les trois milliards de dollars des meilleurs contribuables américains. Le DoJ a ordonné son arrestation. Naturellement il est tout dévoué à Joe Biden, personnellement, et aux démocrates, en général. Je ne ferais pas du tout confiance à sa version de l’appel téléphonique.

Alexander Daniluk devait accompagner le président Zelensky lors de sa visite à Washington, mais il a été informé qu’il existe à son encontre un ordre d’arrestation émanant du DoJ. Il est donc resté à Kiev. Peut de temps après l’enfer de l’appel téléphonique prétendument divulgué a éclaté. L’administration Zelensky a diligenté une enquête et conclu que la fuite avait été effectuée par Daniluk, connu pour ses relation étroites avec Georg Soros et Joe Biden. Daniluk a été renvoyé. Cependant il n’a pas reconnu sa responsabilité et a déclaré que la fuite avait été le fait de son ennemi juré, le chef du bureau de l’administration du président Trump, Mr Andrey Bogdan, celui qui aurait inculpé Daniluk.

Ce n’est pas le seul cas de corruption liée aux Etats-Unis en Ukraine. Il y a aussi Amos J. Hochstein, un protégé de l’ancien vice-président Joe Biden qui a servi dans l’administration Obama en tant que secrétaire d’Etat adjoint aux ressources énergétiques. Il est toujours recherché par l’Ukraine. Avec le citoyen américain Andrew Favorov, directeur adjoint de Naftogas, il a organisé une « importation inversée de gaz » très coûteuse pour l’Ukraine. Dans ce schéma, le gaz russe est acheté par l’Europe et ensuite revendu à l’Ukraine avec une marge extraordinaire. En réalité ce gaz provient directement de Russie mais les paiement passent par Hochstein. C’est beaucoup plus coûteux que d’acheter ce gaz directement à la Russie. Les Ukrainiens paient tandis que la marge est collectée par Hochstein et Favorov. Ils envisagent maintenant d’importer du gaz liquéfié des Etats-Unis à un prix encore plus élevé. Encore une fois le prix fort sera payé par les Ukrainiens tandis que les profits iront dans les poches de Hochstein et Favorov.

Dans toutes ces affaires d’escroquerie il y a des gens du clan Clinton et des fantômes pleinement intégrés au parti démocrate. Un ancien chef de la CIA, Robert James Woolsey, siège maintenant au conseil d’administration de Velta, qui produit du titane ukrainien. Woolsey est un néo-conservateur membre du PNAC (Project for the New American Century), un groupe de réflexion pro-israélien et c’est aussi un homme qui a sans cesse poussé à la guerre en Irak. Un fantasme démocrate typique. Il tire maintenant des profits des gisements de minerais ukrainiens. Andrius Butkevicius, ancien ministre de la défense (1996-2000) et membre du Seimas, le parlement de la Lituanie post-soviétique est l’un des meilleurs cas de corruption en Ukraine. Mr « AB » est suspecté de travailler pour le MI6 et fait maintenant partie du tristement célèbre Institute for Statecraft, une organisation de propagande étatique du Royaume-Uni impliquée dans des opérations de désinformation, de promotion de la russophobie et de l’idée d’une nouvelle guerre froide. En 1991 cette organisation a commandité des tireurs d’élite pour abattre des manifestants lituaniens. Les assassinats ont été imputés aux forces armées soviétiques et le dernier président soviétique Gorbatchev a ordonné le retrait rapide des troupes soviétiques de Lituanie. Mr « AB » est devenu ministre de la défense de son pays devenu indépendant. En 1997, l’honorable ministre de la défense avait sollicité une aide de 300000 dollars d’un haut responsable d’une compagnie pétrolière en difficultés pour aider cette dernière à être disculpée en ce qui concernait ses lourdes dettes financières, selon les termes de la décision de justice. Il a été arrêté à la réception du pot-de-vin et condamné à 5 ans de prison mais un homme aussi qualifié n’a pas été laissé pourrir en prison très longtemps. En 2003, en Géorgie, il a commandité des snipers lors de la révolution des roses. En 2005 il a répété ses exploits en commanditant des snipers qui ont tué des manifestants au Kirghizistan. En 2014 il l’a fait de nouveau à Kiev où ses tireurs d’élite on tué une centaine d’hommes, manifestants et policiers. Il a été approché pour les évènement de Kiev par Mr Turchinov qui s’appelait lui-même « président par intérim », celui-là même qui a contresigné la subvention d’un milliard de dollars de Joe Biden. En 2018 le nom de « AB » est ressorti. Les entrepôts militaires de Tchernigov avaient pris feu. Des milliers d’obus entreposés pour combattre les séparatistes auraient été détruits par l’incendie. Et ce n’était pas le premier incendie de ce type, un autre incendie, également immense, avait ravagé des entrepôts de l’armée ukrainienne à Vinnitsa en 2017. Au total il y a eu 12 énormes incendies de dépôts d’armes et de munitions de l’armée au cours des dernières années. Rien qu’en 2018 les dégâts se sont chiffré à plus de 2 milliards de dollars.

Lorsque le procureur militaire en chef d’Ukraine, Anatoly Matios, a enquêté sur ces incendies il a découvert que 80 % des armes et des obus manquaient. Ils n’avaient pas été détruits par le feu tout simplement parce qu’ils n’étaient pas là au début des incendies. Au lieu d’être utilisés pour tuer les Ukrainiens russophones du Donetsk, les matériels avaient été expédiés du port de Nikolaev vers la Syrie pour les rebelles islamiques et l’ISIS. Et l’homme qui a organisé cette gigantesque opération n’était autre qu’un certain Andrius Butkevicius, l’ancien combattant de la démocratie pour le compte du MI6, agissant de concert avec le ministre de la défense, Poltorak, et Turchinov, l’ami de Joe Biden. On raconte que Matios aurait reçu dix millions de dollars pour acheter son silence.

Les pertes reviennent à la population ukrainienne et aux contribuables américains tandis que les bénéficiaires de toute cette corruption sont le Deep State américain, ce qui n’est probablement qu’un autre nom pour ce mélange mortel de fantômes, de médias et de politiciens corrompus.

Note de votre serviteur. À propos de l’ « annexion » de la Crimée par la Russie à la suite d’un référendum populaire qui n’a pas été reconnu par Poroshenko, il est opportun de rapprocher l’annexion de Mayotte par la France à la suite, également, d’un référendum, annexion qui n’a jamais été reconnue par les Nations-Unis. Enfin l’annexion, sans autre forme qu’une invasion armée, du Sahara Occidental par le Maroc n’a curieusement jamais fait l’objet d’un débat ni de campagne de presse de dénigrement du régime marocain. Comme on peut le remarquer il y a deux poids et deux mesures.

Le chef-d’oeuvre russe en Syrie : tout le monde sort gagnant du conflit.

Il y a quelques jours, peu après l’intervention de la Turquie au delà de sa frontière avec la Syrie, je discutais avec un ami au sujet des évènements de Syrie et j’ajoutais en conclusion que je ne comprenais plus rien, tout paraissait trop complexe pour moi. Fort heureusement un article de Federico Pieraccini (journaliste et écrivain free-lance) paru sur le site Strategic Culture (strategic-culture.org) m’a permis d’y voir un peu plus clair. Voici donc une traduction de cet article qui, je pense, éclairera aussi mes fidèles lecteurs.

Capture d’écran 2019-10-19 à 19.05.48.png

« Moscou et Damas ont toujours affirmé qu’ils s’opposaient à toute forme de partition ou à toute présence étrangère illégale en Syrie ».

Moscou a réussi à maintenir des contacts avec toutes les parties impliquées dans le conflit syrien, même en dépit de sa position contre la partition du pays et la présence étrangère illégale. Des pourparler trilatéraux entre l’Iran, la Turquie et la Russie ont eu lieu à Astana, à l’invitation de Moscou. Poutine a réussi à réunir à Sotchi le gouvernement syrien et des groupes d’opposition pour discuter de l’avenir de la Syrie. À Genève Moscou a réussi à jouer un rôle de médiateur entre Damas et la communauté internationale, protégeant ainsi la Syrie de la corruption diplomatique des États-Unis et des autres ennemis de la Syrie. La Turquie, uniquement à la suite de sa défaite en Syrie, se trouve maintenant dans un dialogue actif avec Moscou et Téhéran. Alors qu’Ankara endure une détérioration de ses relations avec Washington et d’autres capitales européennes, Moscou voit là une grande opportunité de rapprocher la Turquie de Damas.

L’opération diplomatique russe était complexe et demandait beaucoup de patience mais grâce aux négociations supervisées par la Russie ainsi qu’au courage des soldats syriens la quasi-totalité des poches terroristes disséminées sur le territoires syrien ont été progressivement annihilées. Outre la province d’Idlib, le principal problème de Damas résidait dans l’occupation américaine dans le nord-est du pays, sous prétexte de protéger les Kurdes (SDF) du « régime Assad » ainsi que de « combattre Daesh ».

Erdogan se trouve actuellement coincé dans une économie en déclin, menacé par ses alliés – l’achat de systèmes anti-missile russes S-400 a irrité beaucoup de gens à Washington et à l’OTAN – et il a désespérément besoin de présenter à sa population une sortie du conflit syrien en forme de victoire. C’est peut-être la principale raison justifiant la décision d’Erdogan d’intervenir en Syrie sous prétexte que le YPG est une organisation terroriste liée au PKK afin de créer une zone tampon le long de la frontière turquo-syrienne puis de déclarer « missions accomplie » pour redorer sa popularité. Avec Trump, Erdogan cherche à détourner l’attention du Président trop occupé par la procédure de destitution (encore un autre canular). C’est ainsi que Trump a décidé d’un mini-retrait des troupes américaines stationnées dans les zones syriennes à majorité kurde, laissant ces derniers à leur destin. Il est vrai que Trump ne prête que peu d’attention à SDF – c’était plutôt l’affaire du parti démocrate américain – et il a ainsi retiré une partie des troupes américaines en déclarant au passage que l’Amérique avait remporté une victoire, pour la énième fois, contre Daesh.

Trump, à longueur de tweets rageurs, dénonce les folles dépenses du Pentagone et le coût exorbitant des conflits passés dans lesquels l’Amérique était impliquée pour justifier le retrait des troupes américaines de Syrie pour justifier son objectif « Amérique d’abord » à l’approche des élections. Et malgré les propos très durs de la Maison-Blanche l’administration américaine a résolu le conflit interne au sein de l’OTAN en rétablissant un dialogue lors de la visite du vice-Président accompagné du secrétaire d’Etat Pompeo à Ankara. En réalité l’accord entre les Kurdes (SDF) et Damas est la conclusion du long travail diplomatique orchestré par Moscou qui avait pour but de favoriser cette réconciliation pour parachever la reconquête de l’ensemble du territoire syrien par Damas. De fait ni Washington ni Ankara n’ont eu l’occasion d’empêcher Damas de réunifier le pays. Moscou a toujours pensé que les États-Unis et la Turquie chercheraient un moyen de se sortir du problème syrien tout en déclarant une semi-victoire. C’est ce que Poutine et Lavrov ont concocté pour donner à leur sortie un semblant de victoire. Diplomatiquement c’est un véritable chef-d’oeuvre.

Trump déclarera certainement qu’il ne s’intéresse que très peu à un pays situé à 11000 kilomètres de Washington et Erdogan se déclarera satisfait, mais avec un peu de réticence, que la frontière turquo-syrienne soit tenue par l’armée syrienne garantissant ainsi la sécurité de son pays vis-à-vis des Kurdes. Poutine a sans doute conseillé à Assad et aux Kurdes d’entamer un dialogue dans l’intérêt commun de la Syrie. Il aurait probablement convaincu Erdogan et Trump de la nécessité d’accepter ce plan. Cet accord récompense donc Damas et Moscou en sauvant les Kurdes tout en laissant à Erdogan et à Trump un semblant de dignité en s’extrayant d’une situation difficile à expliquer aux citoyens américains et turcs.

L’armée russe conjointement avec l’armée arabe syrienne a entamé des patrouilles le long de la frontière turquo-syrienne, surtout dans le but d’éviter tout affrontement direct entre les armées turque et syrienne. Si Ankara met fin dans les prochains jours à ses opérations militaires Damas reprendra le contrôle des champs de pétrole.

Le monde aura alors assisté à l’un des plus grands chefs-d’oeuvre diplomatiques jamais connus en se rapprochant d’une issue au conflit syrien qui ravage le pays depuis sept ans.

Bref commentaire. Que font encore les quelques soldats des armées française et britannique en Syrie ? Jamais Assad n’a demandé l’assistance militaire de la France ou le la Grande-Bretagne. Il n’y a jamais eu d’accord d’assistance mutuelle entre la France et la Syrie contrairement aux accords avec la Russie. La présence de la France et de la Grande-Bretagne sur le sol syrien est donc illégale. Ces deux pays devront un jour rendre des comptes devant l’opinion internationale de même que les USA …

Notes. YPG : organisation kurde de protection du peuple, FDS (SDF en anglais) : forces démocratiques syriennes kurdes dont le bras armé est l’YPG, PKK : parti des travailleurs du Kurdistan officiant en Turquie, lié à l’YPG. Il est facile de comprendre que le rapprochement récent entre Damas et les Kurdes signe la fin prochaine du conflit. Subissant la pression de Moscou l’YPG a donc été contraint de déposer les armes et le PKK se trouvera ainsi isolé en Turquie. Il y aura certainement encore quelques soubresauts mais la marche vers la paix est engagée et ne peut plus être arrêtée.

Pour se faire une autre idée de la complexité des questions syrienne et kurde je conseille à mes lecteurs de lire les trois articles de Thierry Meyssan parus ces derniers jours sur son site voltairenet.org où on comprendra l’implication française dans cette région, implication plutôt malsaine : https://www.voltairenet.org/article207884.html

Depuis 75 ans le dilemme américain c’est le dollar

Capture d’écran 2019-07-25 à 16.24.00.png

En lisant une interview de Paul Craig Roberts, à l’occasion du 75e anniversaire de la signature des accords de Bretton Woods, et qui fut l’un des principaux conseillers économiques de Donald Reagan, j’ai compris quel était le problème des Etats-Unis d’Amérique, un problème sans solution dans lequel tous les pays occidentaux sont plongés. Ce problème est le maintien de la puissance impériale américaine. Cette puissance est, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, basée sur deux pivots, le dollar et l’OTAN. L’OTAN qui n’a plus lieu d’être en théorie ne sert qu’à asservir l’Europe mais le dollar est le principal fondement de la suprématie américaine sur le monde entier.

Le billet vert fut, après la deuxième guerre mondiale, institué comme la monnaie de référence – et de réserve pour les banques – dans toutes les transactions commerciales. La demande en dollars n’a donc jamais cessé d’augmenter et pourtant il était adossé à l’or, mais la disponibilité en or physique est par essence limitée. En 1971 Richard Nixon, d’un trait de plume, rompit le contrat tacite de Bretton Woods qui liait le dollar à l’or et avait conféré au billet vert le statut de monnaie de référence mondiale. Depuis lors les pays ont accumulé des dollars en commerçant avec les USA et en commerçant entre eux en libellant leurs transactions en dollars. Naturellement, et n’importe quel économiste avisé aurait pu le prédire, le dollar perdit donc sa valeur de 35 dollars l’once (avant 1971) pour ne devoir aujourd’hui qu’environ 1400 dollars pour une once. Ce n’est pas l’or qui s’est renchéri mais le dollar qui s’est dévalué.

Ce qui a maintenu le statut de référence du dollar dans le monde est que la plupart des pays occidentaux ont cru bon de « coller » leur monnaie au dollar après sa déconnexion avec l’or. Ces pays ont donc également choisi la perte de valeur de leur monnaie, c’est paradoxal mais pourtant vrai !

La majorité des principales monnaies dans le monde, livre sterling, yen, euro, et dans une certaine mesure le yuan, sont maintenues par les banques centrales dans un étroit intervalle de change avec le dollar. Ceci évite d’exposer les économies de ces pays à ce que l’on pourrait appeler des risques de change dans les transactions commerciales. Après la crise des sub-primes américaine de 2008, une crise domestique exportée par les banques américaines qui ont inondé les marchés de titres sans valeur mais supposés à haut rendement dans le but de maintenir la dépendance des autres pays au dollar, la réserve fédérale américaine n’a pas eu d’autre choix que de renflouer ses propres banques en créant de la monnaie à partir de rien. La conséquence perverse de cet état de fait a conduit les banques centrales des autres pays, Europe, Grande-Bretagne et Japon, à également créer de la monnaie « papier », ne mâchons pas les mots, pour aider leurs banques à se refinancer puisqu’elles avaient toutes été piégées par l’escroquerie américaine des sub-primes.

En d’autres termes les USA ont exporté leur fraude dans l’ensemble des pays occidentaux et ont fait payer à ces derniers un lourd tribut, tout simplement parce que le dollar est resté la monnaie de référence internationale. Pour les grands argentiers américains le problème de l’or n’avait pas perdu de son actualité depuis 1971 et c’est toujours le cas aujourd’hui. Il ne faut surtout pas que la valeur de l’or, libellée en dollars, ne monte trop haut. Comme la disponibilité en métal jaune est limitée, la réserve fédérale américaine a autorisé les transactions sur l’or non plus physique, mais papier, une autre escroquerie organisée par l’administration américaine à l’échelle mondiale, escroquerie pire encore que celle des sub-primes. Il s’agit du marché des « futures » sur l’or, le Comex Gold Futures, qui autorise les acteurs de ce marché à vendre jusqu’à 60 fois une once d’or. Dès lors le prix de l’or, théorique naturellement, reste relativement stable alors qu’en réalité, avec ce système frauduleux il aurait du atteindre si la loi basique de l’offre et de la demande n’était pas détournée une valeur d’environ 85500 dollars pour une once ! Faites vous-même le calcul 1425 x 60 = l’escroquerie américaine.

Pourquoi est-ce une escroquerie organisée par la FED et naturellement par l’administration américaine ? Tout simplement parce que les « futures » sur l’or, contrairement au marché des actions ou des obligations ne doit pas nécessairement être adossé sur une contre-partie physique : les positions « short » sur l’or n’exigent pas que la transaction soit « physique », l’administration américaine a réalisé là la plus incroyable escroquerie de tous les temps, la dématérialisation de l’or. L’or est devenu du papier au même titre que le dollar, l’euro ou encore le yen, sans valeur aucune, du moins aux yeux des Américains. Par voie de conséquence toutes les monnaies occidentales sont profondément surévaluées artificiellement par rapport à l’or. La conséquence est naturellement une perte du pouvoir d’achat tant du dollar sur son marché domestique qu’également au niveau international, chute qui entraine aussi toutes les autres monnaies liées au billet vert. Cette situation semblerait être paradoxale pour l’homme de la rue puisqu’il n’a pas encore ressenti les effets pervers de l’inflation, conséquence normale d’une perte de valeur de la monnaie. Que ce dernier se détrompe car il ne voit que le bout de son doigt quand son banquier lui montre la lune, c’est-à-dire, revenons sur Terre, le prix de son chariot de courses au supermarché. Ce prix est aussi manipulé au détriment de la qualité des produits proposés à la vente, mais le consommateur ne s’en rend pas encore compte. Cette qualité suit la dégradation de celle de la monnaie !

Un autre facteur de fragilisation de la suprématie du dollar réside dans la mise en oeuvre de l’extraterritorialité de la loi américaine s’appliquant à l’usage qui est fait du dollar hors du territoire américain. Toute entreprise non américaine côtée à la bourse de New-York, toute entreprise non américaine utilisant le système SWIFT de paiement en dollar US est tenue de se conformer à la législation américaine. Il s’agit d’un corollaire à la domination du dollar comme monnaie d’échange mondiale. Si les USA ont utilisé cet outil terrifiant pour faire respecter leurs prises de position politique à l’égard de certains pays il bafoue tous les traités internationaux. Cette attitude peut être comparée à de la piraterie : au XVIIIe siècle les pirates rançonnaient les navires marchands pour renflouer le Trésor britannique …

Cette extraterritorialité des lois américaines est le signe évident d’une fin de règne du dollar qui va s’accélérer dans les prochaines années avec la « dédollarisation » des économies de nombreux pays, à commencer par la Chine et la Russie. Le fait que ces pays, suivis – et c’est significatif – par l’Inde, le Qatar ou encore la Turquie, mettent en place des mécanismes de swap entre leurs monnaies nationales, va inexorablement affaiblir le dollar, d’autant plus rapidement que ces mêmes pays achètent tout l’or disponible sur les marchés afin d’adosser leurs transactions sur le métal jaune. Dès lors la suprématie du dollar s’effondrera et l’or, cette monnaie « primitive », retrouvera son statut d’étalon international.

Comme l’a déclaré récemment le Ministre des finances français Bruno Le Maire : « L’organisation de Bretton Woods telle qu’on la connait a atteint ses limites. À moins d’être capables de réinventer un nouveau Bretton Woods, les Nouvelles Routes de la Soie pourraient devenir le nouvel ordre mondial. Alors les standards de gouvernance chinois, les aides de l’Etat, l’accès aux contrats gouvernementaux, la gestion de la propriété intellectuelle … pourraient devenir les nouvelles règles globales« .

Il faut ajouter pour conclure ce billet que le vice-ministre des affaires étrangères de Russie Sergeï Ryabkov a enjoint il y a quelques jours les pays « non-alignés » à adhérer à l’initiative INSTEX, pleinement opérationnelle depuis quelques jours seulement. L’INSTEX est une chambre de compensation, alternative au SWIFT, initialement créée pour faciliter les échanges commerciaux entre l’Europe et l’Iran, pays étranglé par les sanctions américaines unilatéralement décidées par la Maison-Blanche. Cet organisme siège à Paris et ses trois actionnaires créateurs, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, sont en théorie ouverts à l’adhésion d’autres pays. Si Monsieur Ryabkov a fait cette déclaration, cela veut signifier que Moscou est prêt à collaborer avec les autres pays signataires du traité de contrôle des activités nucléaires de l’Iran et le mécanisme INSTEX pourrait être la porte ouverte à une dédollarisation accélérée de l’économie mondiale. Il reste à espérer que le Président français et le nouveau locataire du 10 Downing Street oeuvreront dans ce sens mais ce n’est pas tout à fait acquis.