Billet d’humeur politique à chaud : Macron = marionnette

Capture d’écran 2017-09-19 à 18.54.38.png

À la tribune des Nations-Unies Macron n’a pas tourné sa langue trois fois dans sa bouche … Il avalise les délires et les mensonges du Pentagone et de la Maison-Blanche : Assad est un criminel. Macron travaille de toute évidence pour le complexe militaro-industriel américain et pour Wall Street. Au moins l’opinion sait à quoi s’en tenir, Macron est une marionnette des USA qui manipule et manipulera l’opinion sas aucune vergogne.

Billet d’humeur politique : les Rohingya et les médias occidentaux

Capture d’écran 2017-09-09 à 11.22.17.png

Après la démocratisation du Myanmar et l’accession de Madame Aung San Suu Kyi à la direction du pays, toute nobélisée pour la paix qu’elle était, celle-ci a libéralisé son pays. Il s’en est immédiatement suivi des exactions répétées de la minorité Rohingya musulmane à l’encontre des villages bouddhistes avec massacres, incendies, viols et autres horreurs. Cette région limitrophe du Bangladesh, à l’ouest du Myanmar, était auparavant étroitement surveillée et contrôlée par l’armée afin de prévenir ce genre d’incidents rampants et récurrents entre la minorité musulmane et le reste de la population essentiellement bouddhiste. Comme ses prédécesseurs Madame Suu Kyi a donc envoyé l’armée afin de réprimer la recrudescence de ces incidents inter-religionnels, un genre de guerre de religion qu’un pays comme la France a bien connu en son temps …

Les médias occidentaux se sont emparé de cet évènement en dénonçant la brutalité de Madame Suu Kyi : elle n’est plus digne de son Prix Nobel de la Paix ! La désinformation bat son plein, relayée et alimentée par des ONGs financées par les pays arabes au Bangladesh, reprise par les grandes chaines de télévision de l’Europe entière et les grands médias papier car il faut aussi ménager les minorités musulmanes d’Europe, ben voyons !

Et Obama, qui a financé ISIS en Syrie partant du principe tout aussi fallacieux que les fausses informations émanant en ce moment du Myanmar et du Bangladesh que Assad était un dictateur mangeur d’enfants qui gazait son propre peuple et qu’il fallait donc l’annihiler comme il l’a fait pour Khadaffi et comme son prédécesseur a assassiné proprement et sans état d’âme également Saddam Hussein, faut-il aussi le déchoir de son prix Nobel de la paix ? Il y a deux poids et deux mesures, c’est évident : les Bangladeshis sont sunnites, il faut donc les ménager comme l’Arabie Saoudite, le pays où on coupe les mains des voleurs et lapide les femmes adultères, et tant pis pour les bouddhistes qui sont fondamentalement pacifistes mais ont tout de même le droit de protester quand on les massacre, mais se doivent d’être des « amis » de l’Oncle Sam ». Peut-être bien que dans l’esprit obtus des Américains Madame Suu Kyi, libérale déclarée, est peut-être une crypto-communiste dont il faut ternir la réputation …

La presse occidentale a atteint un tel degré d’ignominie mensongère que c’est tout simplement écoeurant. Et les politiciens ont suivi le mouvement sans sourciller ni se poser la moindre question sur la cause originelle de ces évènements : des attaques systématiques des forces de sécurité, dont la police, par les musulmans dans le district de Rakhine après s’en être pris aux villageois. Les médias européens mentionnent-ils dans leurs colonnes ou sur les plateaux de télévision le fait qu’il existe également, comme dans ce district du Myanmar, des zones de non-droit dans un certain nombre de grandes villes d’Europe contrôlées par des salafistes qui ne tolèrent pas la présence de la police, des pompiers et encore moins des ambulances ? Encore un véritable scandale, faites votre travail correctement mesdames et messieurs les journalistes ! Je soutiens personnellement Madame Suu Kyi !

Court billet d’humeur politique

n-nkkim-a-20170831-870x580.jpg

Finalement le Général De Gaulle a fait un adepte en la personne du petit-fils du premier dictateur militaire de la Corée du Nord. Si le pays « ermite » dont tout un pan de l’économie est considérée comme délictuelle, nommément l’impression de faux dollars ou la production de toutes sortes de drogues illicites selon certaines sources de renseignement qui n’ont jamais spécifié les débouchés précis à l’export, il survit depuis la fin de la guerre de Corée qui ne fut jamais conclue par un traité de paix. Et c’est là qu’il est intéressant de mentionner l’enrichissement d’uranium ou la purification (c’est beaucoup moins coûteux) de plutonium à des fins militaires. Nul ne sait exactement comment ce pays a pu en arriver à maîtriser une technologie militaire aussi sophistiquée, probablement avec l’aide de la Chine ou encore de la Russie et auparavant du Pakistan mais peut-être bien que des démocraties occidentales « bon chic, bon genre » ont aussi contribué à la mise en place de ces technologies sur le sol nord-coréen.

Toujours est-il que la PRNK dispose, sur le papier du moins comme le montre l’illustration ci-dessus (source KCNA, Korean Central News Agency, agence nord-coréenne d’informations via Japan Times, 29 août 2017), d’une force nucléaire de dissuasion. Osaka, Séoul, Pusan, Tokyo, … d’immenses grands centres urbains et industriels, sont à portée de fusée depuis Pyongyang et malheur à celui qui osera attaquer ce pays : c’était exactement la doctrine de De Gaulle …

L’Afghanistan : un eldorado minier

Capture d’écran 2017-08-23 à 13.00.14.png

Lors de leur séjour pas très touristique en Afghanistan qui dure maintenant depuis plus de 15 ans, la plus longue guerre dans laquelle se sont hasardé les USA depuis leur création, tourisme qui a coûté la vie à plus de 2500 soldats – un détail en comparaison des victimes collatérales le plus souvent civiles de ce pays qui ne demandait rien à personne – les Américains ont rétabli la culture du pavot (revoir l’article sur ce blog) mais les spécialistes de l’USGS (Geological Survey) ont mis les bouchées doubles pour identifier le potentiel du sous-sol afghan et ils n’ont pas été déçus, c’est le moins que l’on puisse dire. Ayant déjà dépensé plus de 1000 milliards de dollars dans ce conflit et envisageant de passer définitivement la main à des milices privées du genre Blackwater pour réaliser quelques économies il faudra bien que le Pentagone, les parasites de Wall Street et la CIA se remboursent, en quelque sorte, et puissent réaliser des profits car l’appétit de ces hautes autorités du « Deep State » américain en veulent encore plus que le trafic d’héroïne. C’est la raison pour laquelle le Président Trump a été expressément prié de ne plus envisager de retirer les Américains d’Afghanistan !

Du coup les ressources minières variées de l’Afghanistan sont maintenant la cible du pillage organisé de ce pays par les Américains. Il fallait s’y attendre un peu. L’illustration ci-dessus se passe de commentaires. Les montants estimés par l’USGS sont exprimés en milliards de dollars hors dépôts de lithium, un métal qui pourrait bien dans un proche avenir être classé comme stratégique. Mais ces montants peuvent être falsifiés pour dissimuler le véritable eldorado afghan. Finalement c’est surtout l’appât du gain qui a conduit les Américains à s’implanter en Afghanistan, pays aussi limitrophe de l’Iran, et pas seulement pour l’opium.

Sources : diverses, illustration pêchée sur le site thesaker.is

Note : Le niobium se trouve associé au fer dans certains minerais. Ce métal est utilisé en alliage dans les aciers spéciaux et pour la fabrication de fils supraconducteurs.

https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/07/01/la-cia-et-lopium-dafghanistan-un-gros-business/

Donald ou Vladimir ?

Donald ou Vladimir ?

Un récent sondage du Pew Research Center est révélateur :

Capture d’écran 2017-08-17 à 16.16.33.png

Les totaux ne sont pas égaux à 100 mais le sondage illustre avec une étonnante fidélité la tendance politique des pays endoctrinés par la propagande américaine. Par exemple le score de la Pologne est évocateur comme celui de la Jordanie, de facto une colonie américaine. L’Allemagne se distingue par sa position pro-Poutine, non pas la position officielle de Merkel mais celle de la population en général. Quant à la France elle affiche encore une fois une position sibylline comme il se doit depuis que le pays a réintégré l’OTAN, une catastrophe géopolitique qu’a provoqué Sarkozy. Rien que pour cela ce triste individu devrait se faire oublier … lui qui a activement collaboré à la destruction de la Libye.

Source et illustration : Pew Research Center

L’Apocalypse selon Saint Donald …

Capture d’écran 2017-08-09 à 10.47.07.png

Depuis la fin de la Guerre de Sécession (1861-1865) il n’y a plus jamais eu de conflit armé sur le sol américain et pourtant, comme je l’avais rappelé dans un billet de ce blog il y a quelques semaines, les USA n’ont jamais cessé de s’impliquer dans des conflits armés dans le monde entier, conflits souvent créés de toute pièce par les agissements des services secrets américains. Le peuple américain est, depuis l’enseignement de l’histoire à l’école, formaté par l’idéologie impérialiste de son pays. L’un des exemples le plus caricatural de cette désinformation est le récit de la guerre du Vietnam, un pays qui mettait en danger la sécurité américaine ! Près de 60000 soldats américains y laissèrent leur vie mais les livres d’histoire oublient de mentionner que ce pays essentiellement rural et paisible fut ruiné, des millions de Vietnamiens périrent brûlés vifs par le napalm, empoisonnés par l’agent orange ou encore torturés et assassinés au nom de la liberté américaine. Cette attitude consistant à réécrire l’histoire n’est pas une caractéristique unique des Américains mais elle atteint un tel degré de sophistication pour la plus grande gloire du pays que le citoyen américain moyen est littéralement sous hypnose et qu’il est incapable de comprendre que la politique de l’aristocratie néoconservatrice américaine qui a de facto ôté tout pouvoir décisionnel au Président actuel est suicidaire et apocalyptique.

C’est ce qu’expose en substance John Pilger (johnpilger.com) dans un récent éditorial de son blog daté du 4 août 2017 rappelant que le Prix Nobel de la Paix Barack Obama alloua quelques jours avant de quitter la Maison-Blanche 618 milliards de dollars au Pentagone pour moderniser son arsenal nucléaire et que durant sa dernière année de mandat présidentiel l’armée américaine largua 26171 bombes sur les pays – tous des dangers pour la sécurité américaine – où ses troupes étaient engagées, Afghanistan, Irak, Syrie, Yémen, Somalie, …

Un décompte assourdissant de trois bombes par heure, 24 heures sur 24 alors qu’Obama se déclarait ouvertement hostile à toute forme de conflit armé, approuvant par ailleurs les assassinats systématiques d’innocents à l’aide de drones pilotés depuis le Nebraska, une arme de destruction massive et de terreur qui n’a jamais fait l’objet d’un quelconque traité international relatif à son utilisation …

La position des USA vient de franchir le seuil de non-retour en réactualisant, depuis l’élection du nouveau président les sanctions contre la Russie décidées par le Congrès et le Sénat à l’unanimité, le concept de frappes nucléaires préventives contre ce même pays, concept si cher aux généraux du Pentagone depuis … la guerre du Vietnam pour annihiler l’aide chinoise au Vietcong qui fut finalement abandonné fort heureusement. Une telle décision revient à condamner l’humanité toute entière. Curieusement l’homme de la rue des deux côtés de l’Atlantique n’a pas vraiment l’air de se soucier de cette décision sous le prétexte de défendre la liberté et la sécurité de la Grande Amérique. L’Apocalypse nucléaire approche et si cet homme de la rue ne réagit pas ses jours sont comptés. C’est la conclusion de John Pilger.

Relire : https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/07/13/les-americains-pretendent-etre-un-exemple-de-democratie-de-paix-et-de-liberte-et-nont-cesse-de-promouvoir-les-droits-des-hommes-ah-bon/

Note 1. Illustration du film « On The Beach » de Stanley Cramer (1959) décrivant l’hiver nucléaire vécu depuis l’Australie après un conflit généralisé ayant détruit toute forme de vie dans l’hémisphère nord.

Note 2. L’armée américaine est présente dans plus de 160 pays dans le monde, depuis la Norvège ou l’Estonie jusqu’aux Philippines, l’Australie, le Japon (occupé de facto depuis 72 ans) ou encore le Chili. Rien qu’en Europe, plus de 250 missiles nucléaires multi-charges, chacune ayant 20 fois la puissance destructrice de la bombe d’Hiroshima, sont déployés, en Allemagne, Turquie, Espagne, Italie, pour ne citer que les pays hébergeant officiellement des bases militaires américaines. Depuis l’élection de Donald Trump, le nombre d’assassinats à l’aide de drones a augmenté de 432 % tant en Syrie qu’en Irak ou au Yémen en appui des forces saoudiennes qui combattent une « rébellion » chiite supposée être financée par l’Iran. Les mouvements djihadistes servent de prétexte aux USA pour s’imposer dans de nombreux pays du monde, en particulier ces dernières semaines dans la province philippine de Mindanao. Il n’y a plus que la guerre qui permet encore à l’économie américaine de fonctionner tant bien que mal, alors que plus de 100 millions de personnes n’ont pas d’emploi et plus de 50 millions d’entre eux se nourrissent grâce à l’aide publique … beaucoup de chair à canons pour la prochaine guerre qui se profile. Mais où ?

Note 3. Selon les dernières informations le Président américain a donné le feu vert à l’Air Force basée à Guam pour des frappes préventives sur le territoire de la Corée du Nord : on s’achemine donc lentement mais sûrement vers un conflit généralisé. Inutile de faire des provisions de nourriture et de se munir de masques à gaz, nous mourrons tous, sans exception.

Géopolitique : avec les sanctions US contre la Corée du Nord, l’Iran et la Russie qui va sortir gagnant ?

Capture d’écran 2017-08-02 à 12.31.59.png

Pour se faire une idée du vent de folie qui souffle sur Washington il suffit de constater le vote des deux chambres en faveur des sanctions économiques qui ont pour but d’isoler la Russie, l’Iran et dans une moindre mesure la Corée du Nord du marché économique mondial puisque c’est le dollar qui est utilisé pour la très grande majorité des échanges commerciaux dans le monde. Un vent de folie à Washington devenu caricatural avec l’affaire de l’interférence russe dans le processus électoral américain, une psychose montée de toutes pièces par la CIA avec le concours inconditionnel des médias pour satisfaire la doctrine des néoconservateurs à savoir maintenir l’hégémonie américaine sur les sources d’énergie mondiales. Les conflits soigneusement organisés par les USA en Irak puis en Libye et enfin en Syrie n’étaient motivés que par ce souci géopolitique de maintien de cette hégémonie américaine sur le pétrole et le gaz de ces pays. La levée de façade des sanctions contre l’Iran, un autre pays très riche en hydrocarbures, à la suite de l’accord relatif au programme nucléaire iranien, a donc été remise en cause par le Congrès et le Sénat américains dans un vote unanime (moins 5 voix) digne d’un pays totalitaire, c’est presque risible. Ce n’est pas la première fois que les USA dénoncent ignominieusement des accords passés et c’est déplorable, plus aucun pays ne peut leur faire confiance.

Il n’y a plus de démocratie aux USA, c’est le complexe militaro-industriel et l’intelligentsia néoconservatrice qui dirigent le pays. Le président Trump a été relégué au rôle de marionnette et il ne dispose dorénavant d’aucun pouvoir. Ce vote l’a réduit au silence et il a signé, un couteau sous la gorge, la décision de Capitol Hill. Il lui reste trois ans et six mois à faire les cent pas dans le bureau oval …

Mais qui va bénéficier de ce coup stratégique foireux américain ? De toute évidence les deux pays les plus friands en hydrocarbures, la Chine et l’Inde, vont tout naturellement se tourner vers la Russie. Il existe déjà des accords de swap yuan-rouble et les exportations de pétrole et de gaz russes vers la Chine ne passeront pas par la case dollar. Il est évident qu’il va en être de même avec l’Inde dans un très proche avenir. Le projet en cours de réalisation de la nouvelle route de la soie ne bénéficiera pas à l’Europe qui se trouvera de plus en plus isolée et vassalisée par Washington. C’est aussi ce que veulent les néocons américains : que l’Europe, incontestablement la première puissance économique mondiale, ne porte pas ombrage à la « Grande Amérique Démocratique » montrée en exemple à tous les pays du monde. Quelle mascarade !

Restent les mesures de rétorsion que peut décider Vladimir Poutine. Il y a par exemple le titane : Boeing importe plus du tiers du titane nécessaire à la construction des avions depuis la Russie. L’uranium (voir note en fin de billet), c’est encore plus critique puisque les capacités d’enrichissement américaines ne suffisent tout simplement pas à assurer le rechargement des réacteurs nucléaires et les USA importent du combustible enrichi made in Russia. Le zirconium et le tantale font également partie des exportations russes vers les USA comme les diamants industriels, la Russie étant le premier producteur de diamants noirs du monde. Plus de diamants, plus de trépans, plus de forages pour le fracking, plus de gaz, plus de pétrole de schiste … Il se trouve qu’Airbus et Areva ou encore Total en France vont également souffrir d’un embargo sur les exportations russes vers l’Europe et des sanctions contre l’Iran. Les médias n’ont retenu que la première mesure prise par Poutine, à savoir expulser des diplomates américains, ce n’était qu’un rideau de fumée car si Poutine décide d’un embargo total vers l’Europe sur de nombreuses matières premières essentielles pour l’économie européenne et en particulier allemande, le prochain hiver va être très rude, surtout sans gaz naturel !

Finalement c’est Poutine – le pragmatique – qui sortira gagnant dans cette histoire. Quant à imaginer un conflit nucléaire nul n’y songe vraiment car en quelques heures seulement l’humanité, les grenouilles, les hirondelles et les pandas seraient totalement anéantis.

Source et illustration : inspiré d’un article de Pepe Escobar paru sur le site informationclearinghouse.com .

Note : Dans l’illustration en tête de billet ne figurent que les importations d’hydrocarbures russes par l’Europe. Le cas de l’uranium est pourtant hautement significatif puisqu’il s’agit d’une ressource énergétique au même titre que le gaz naturel et le pétrole ou le charbon. Pour information la Russie est le plus important producteur mondial de SWUs, terme technique acronyme de Single Work Unit ou Separative Work Unit qui se réfère à la quantité d’énergie nécessaire pour produire de l’uranium enrichi à 3,75 % d’isotope 235 et qui fixe le prix de l’uranium enrichi sur le marché. À titre d’exemple le rechargement en combustible d’un réacteur d’une puissance électrique de 1300 MW nécessite 1 million de SWUs par an. La Russie, bien que n’arrivant qu’en sixième position dans le monde pour la production d’uranium naturel sous forme de « yellow cake » loin derrière le Kazakhstan, le Canada et l’Australie est cependant le premier pays du monde pour l’enrichissement et la production d’uranium combustible devant l’Europe (Allemagne, Pays-Bas et Grande-Bretagne), la Chine, la France – pour ses besoins domestiques – et les USA. La Russie contrôle 45 % des SWUs produites dans le monde et les USA importent 90 % de l’uranium combustible de leurs réacteurs nucléaires qui produisent plus de 20 % de l’électricité consommée dans le pays. Pour information également l’uranium extrait au Canada ou au Kazakhstan est majoritairement enrichi en Russie et dans une moindre mesure en Allemagne et aux Pays-Bas. Le vote des deux assemblées de Capitol Hill a été acquis sous le coup de l’émotion entretenue par les médias mais les conséquences risquent d’être très douloureuses pour le secteur énergétique américain. (Source : World Nuclear Association)