A propos jacqueshenry

Ecrivain.

Les chiens des villes, les politiciens et les simples citoyens

800px-Orwell_La_Ferme_des_Animaux.jpg

Dimanche dernier était le jour de la pleine lune et au matin des chiens, promenés par leurs maîtres allaient et venaient pour lever la patte ou déposer leurs étrons tout en s’échangeant des aboiements pas très cordiaux. Peut-être que ce jour de pleine lune rendait ces bêtes polluantes et malodorantes plus bruyantes. Depuis la fenêtre de mon modeste logement j’observais avec admiration avec quel dévouement à la limite de la servilité la plus totale les maîtres de ces quadrupèdes se pliaient pour ramasser les déjections nauséabondes de leurs animaux de compagnie chéris. Et si on remplaçait les politiciens par des chiens ? À observer à quel point des êtres humains se plient aux volontés de leur chien de compagnie ils pourraient tout aussi bien obéir à des chiens premiers-ministres ou présidents, ça ne changerait rien.

Les aboiements me dérangeaient mais ils ressemblaient étrangement aux débats entre députés qui crient sans entendre les cris des autres députés, de même que les chiens se moquent des autres chiens, ils aboient pour bien signifier qu’ils ont pris le pouvoir dans la rue et ont asservi leur maître. Dans le sud de l’île nous sommes allé rendre visite à des amis qui ont un chien, un petit chien. Il resta étrangement silencieux à notre arrivée. Normalement plus un chien est petit – et méprisable – plus il donne de la voix. Celui-ci resta silencieux et montra tranquillement quelque intérêt à l’égard des visiteurs qu’il ne connaissait pourtant pas. Je félicitais la maîtresse de ce quadrupède abondamment poilu en vantant la correction et l’éducation de son animal de compagnie. Elle me raconta que le collier électronique anti-aboiement que portait son chien était particulièrement efficace. Pour ceux de mes lecteurs qui ignorent la fonction de cet accessoire il s’agit d’une application directe des expériences classiques de Pavlov relatives aux réflexes conditionnés. Si le chien aboie il reçoit immédiatement une décharge électrique qui très vite le conditionne à ne plus aboyer. Émerveillé par l’efficacité de cet objet mes pensées allèrent vers des applications variées de ce type d’équipement. On pourrait imaginer que tous les politiciens soient contraints de porter un collier anti-aboiement intelligent connecté à un centre de collecte et de traitement des données reçus par tous ces colliers électroniques. Le robot, équipé d’un algorithme adéquat détecterait les mensonges des politiciens et chaque fois que ces derniers parleraient pour ne rien dire et/ou mentir ils recevraient une décharge électrique. Tout irait beaucoup mieux dans beaucoup de pays.

Il y a un autre aspect alarmant de la servitude des maîtres de ces chiens qui s’abaissent (au sens propre et au sens figuré) pour ramasser leurs étrons fûmants et odorants : l’élévation au niveau quasi humain des animaux. On leur reconnaît maintenant une âme et on leur doit le respect. Les mouvements animalistes soutenus par les « végans » militent pour reconnaître un statut social des animaux égal à celui des hommes. Nous sommes tous entrés dans l’univers de George Orwell qui publia en 1945 son fameux livre « La Ferme des Animaux » (https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ferme_des_animaux). Nous y sommes : un jour les êtres humains auront perdu toute dignité et les lois sociales les réduiront à l’état d’animaux tandis que les animaux auront pris le pouvoir …

Réflexions disparates sur le changement du climat (suite).

Le seul facteur agissant sur le climat est le Soleil

Capture d’écran 2019-09-21 à 18.49.20.png

Considérant, selon les études de nombreuses équipes de géophysiciens et de spécialistes du Soleil, que l’activité magnétique du Soleil va faiblir de manière spectaculaire et durable dans les prochaines années, quelles vont être les conséquences du refroidissement pourtant attendu mais nié par les instance onusiennes ? Ce qui est tout à fait surprenant est que l’IPCC n’a jamais pris en compte dans ses modèles les variations de l’activité magnétique solaire ni les variations de l’irradiance de l’astre atteignant la Terre. Il est maintenant prouvé sans ambiguité qu’une chute de l’activité magnétique du Soleil conduit à une diminution de la protection de la Terre contre les rayons cosmiques car le champ magnétique du Soleil devient moins robuste. Par voie de conséquence la couverture nuageuse de haute altitude augmente et elle réfléchit un partie croissance de l’énergie solaire incidente. La conséquence est un refroidissement général du climat.

(illustration trouvée sur la conférence du Docteur Nir Shaviv présentée à la dernière conférence internationale sur le changement du climat, CN = condensation nucleus, CCN=cloud condensation nucleus)

Un avenir proche très sombre

Les conséquences du refroidissement du climat prédites avec précision par les géophysiciens et les spécialistes du Soleil seront tout simplement catastrophiques. En rassemblant un grand nombre d’études relatives au climat des siècles et millénaires passés il est possible de se faire une idée de la situation à venir que nous allons tous vivre peut-être dans toute son ampleur dans moins de 5 ans. Tout d’abord la chute de l’activité solaire va provoquer un refroidissement des eaux océaniques de surface, température pratiquement synchrone avec les variations de cette activité solaire qui a été mise en évidence en mesurant les variations du niveau des océans (cf. un précédent billet sur ce blog). Cette variation du niveau des océans est une conséquence directe des variations de température des couches supérieures de l’eau des océans mais l’autre effet est une moindre évaporation de cette eau, donc une augmentation et une aggravation des périodes de sécheresse dans les zones de la planète dites tempérées, en gros dans l’hémisphère nord entre 30 et 60 degrés de latitude, là où il y a la plus importante production agricole. Les régions inter-tropicales ne subiront pas de conséquences directes car elles resteront, comme elles le sont aujourd’hui, chaudes et humides. Il en sera de même dans l’hémisphère sud pour les mêmes latitudes dites tempérées mais il y a beaucoup moins de terres émergés au sud. L’inertie des océans retardera heureusement les effets délétères du refroidissement du climat. Bref, la première conséquence du refroidissement du climat sera la persistance d’épisodes de sécheresse durant plusieurs mois, un désastre économique et social rapidement hors de contrôle. Il apparaîtra alors que le Brésil et l’Argentine, relativement protégées par cette inertie thermique des océans, deviendront les garde-manger du monde occidental alors que ces mêmes pays occidentaux critiquent la politique agricole du Président Bolsonaro, curieux n’est-il pas ?

Un autre conséquence que les spécialistes n’ont pas analysés, obnubilés par leur dogme du réchauffement d’origine humaine, sera l’apparition d’épisodes météorologiques violents. Cs épisodes sont attribués à l’optimum climatique moderne attribué à tort à l’activité humaine. Il n’est pas permis de douter un instant que la chute du gradient de température existant entre les pôles et la région inter-tropicale, conséquence de l’optimum climatique moderne qui a pris fin ces dernières années, ne sera pas suffisante pour diminuer la fréquence et la violence des évènements météorologiques. Seuls les épisodes de sécheresse prolongée seront redoutables. Par exemple au XVIIe siècle, lors du minimum solaire et climatique de Maunder les îles Canaries furent dévastées par une invasion de criquets provenant d’Afrique qui cherchaient de la nourriture. Les îles de Lanzarote et Fuerteventura ne s’en sont jamais remises : elles sont restées depuis lors globalement désertiques.

Les combustibles fossiles les grands coupables ?

Le volet suivant de l’imposture de l’IPCC est la relation entre le CO2 atmosphérique (0,04 %) et le réchauffement du climat établie de manière mensongère qui a provoqué une levée de boucliers contre les combustibles fossiles non seulement de la part des organisations non gouvernementales mais aussi et surtout de la part des décideurs politiques qui ont adopté des plans de décarbonisation insensés pour juguler ce réchauffement du climat.

Capture d’écran 2019-10-02 à 10.58.32.png

Capture d’écran 2019-10-02 à 10.59.04.png

Les illustrations ci-dessus démontrent l’imposture de l’IPCC relative au rôle du CO2 dans le réchauffement contemporain et l’étrange concours de circonstances ayant permis la fabrique de cette fraude (voir le graphique CO2-temperature et Soleil-température dans le précédent billet, Willie Soon).

Le concept d’énergie verte ou renouvelable pour se passer des combustibles fossiles mais aussi de se passer de l’énergie nucléaire qui a été diabolisée par ces mêmes ONGs est un leurre, un doux rêve qui va paupériser en premier lieu les pays occidentaux dont les populations seront encouragées (et peut-être obligées par la loi) à moins consommer afin de réduire l’usage des combustibles fossiles selon la séquence : moins de consommation = moins d’énergie = moins de combustibles fossiles. Or l’énergie et son utilisation sont partout. Pour atteindre les objectifs irréalistes préconisés par l’IPCC il faudra se serrer la ceinture et vider nos poches, en d’autres termes devenir pauvres, très pauvres. Voilà ce qui attend les générations futures que nous, adultes et décideurs aujourd’hui, préparons pour ces générations futures si nous nous laissons encore manipuler par la propagande qui prétend que l’optimum climatique contemporain est (était) la conséquence d’une utilisation intensive des combustibles fossiles, un hoax en anglais, un mensonge entièrement construit par des fonctionnaires payés pour désinformer les peuples. L’énergie est le nerf central du développement, du développement sous toutes ses formes et dans tous les domaines. La Chine est devenue le premier consommateur d’énergie, conséquence de ses efforts pour avoir sorti en moins de 50 ans près de 900 millions de personnes de la pauvreté et leur procurer le statut de classe moyenne, une prouesse irréalisable sans énergie. Sans énergie la production agricole serait restée à des niveaux équivalents à celle du XIXe siècle. Toujours grâce à l’énergie la chimie et le bâtiment ont fait des progrès considérables.

Le spectre du manque d’énergies fossiles.

Je discutais il y a quelques jours avec un haut diplomate titulaire d’un PhD de l’Université de Stanford ayant effectué une grande partie de sa carrière au sein d’institutions financières internationales. Il pensait que le réchauffement du climat et le combat mondial contre ce réchauffement était une opportunité inespérée pour que les peuples prennent conscience des quantités limitées et donc nécessairement finies des énergies fossiles et qu’il fallait changer de paradigme civilisationnel. D’abord je lui rétorquais qu’il existe encore des réserves de gaz et de pétrole pour environ 80 ans et que seul le coût de l’extraction obligerait les populations à freiner l’utilisation de cette forme d’énergie. De plus les réserves de charbon sont suffisantes pour assurer une fourniture en énergie pour les 200 années à venir. Cependant, je lui faisait remarquer que le développement de l’énergie nucléaire pour produire de l’électricité, d’ailleurs préconisée par l’IPCC, était impératif afin de diminuer l’utilisation des énergies carbonées fossiles. Et puis j’ajoutais que j’étais optimiste en ce qui concerne la créativité humaine. Par conséquent il était hautement hasardeux de faire des prévisions sur le long terme. Il fut particulièrement surpris par mon optimisme.

Retour au XVIIIe siècle ?

Ce que prônent les organisations « non gouvernementales » (c’est faux elles sont toutes infiltré les gouvernements) est tout simplement un retour au style de vie du XVIIIe siècle, avant même l’invention de la machine à vapeur. Un retour en arrière tel que celui que veulent imposer ces ONGs n’est à l’évidence pas possible. L’explosion technologique et démographique qu’a connu le XXe siècle a été en majeure partie favorisée par l’optimum climatique contemporain exactement comme ce fut le cas aux XIe et XIIe siècles lors de l’optimum climatique médiéval qui vit l’édification des cathédrales. Le retour vers une période civilisationnelle sombre en raison d’un refroidissement du climat pourra être évité en mettant à profit les progrès technologiques récents. La créativité humaine fera le reste. Comme je disais à ce diplomate : il faut rester optimiste et rester sourd aux incantations des idéologues malthusiens qui veulent gouverner le monde par la force.

Mes lecteurs anglophones peuvent consacrer 12,5 minutes pour visionner ce documentaire de Tony Heller sur la fraude systématique et très bien organisée de l’IPCC : youtube.com/watch?v=8455KEDitpU&feature=youtu.be

et ceux qui ont apprécié peuvent voir cet autre documentaire :

youtube.com/watch?v=oYhCQv5tNsQ&feature=youtu.be

Aux dernières nouvelles, Madame Zharkova, dans un article récent paru dans la revue Nature, confirme que le climat va brutalement se refroidir dès 2020 et ce petit épisode « glaciaire » ne durera que … jusqu’en 2050-2060 ! De quoi provoquer d’immenses troubles planétaires dont tous les gouvernements du monde devraient se préoccuper dans l’urgence, l’urgence absolue.

Le féminisme a ruiné l’équilibre sociétal des femmes et déstabilisé les hommes.

Deuxième billet de Paul Craig Roberts au sujet du féminisme et de ses effets pervers sur la société.

Outre le féminisme, l’équilibre familial est attaqué par bien d’autres causes idéologiques. Les pressions économiques ont forcé les épouses et mères à entrer sur le marché du travail. Auparavant les règle qui prévalaient était que les entreprises avaient les mêmes responsabilités vis-à-vis de la maind’oeuvre, des clients, de la communauté et des actionnaires. Ces règles ont fait place à la seule responsabilité des entreprises envers leurs actionnaires, une attitude qui trouve sa source dans les menaces des milieux financiers de financer les prises de contrôle de toute entreprise qui n’a pas fait tout ce dont elle était capable pour maximiser ses profits pour le seul bénéfice des actionnaires. L’une des conséquences est la suppression, autant que faire se peut, des salaires en délocalisant les emplois et en accordant des « visas de travail » précaires tout en rognant sur les avantages sociaux. Dès lors le poste de travail peut disparaître du jour au lendemain sans préavis. Cette insécurité économique grandissante oblige les épouses et mères à délaisser leur rôle « femme à la maison » et à entrer dans le marché de l’emploi.

Les services de protection de l’enfance, une organisation type gestapo créée par les « méchants défenseurs des enfants » ont ruiné l’autorité parentale. Tellement de faits relèvent maintenant de la maltraitance d’enfants que ces derniers peuvent exercer des représailles contre l’autorité parentale en appelant ces services étatiques. Il existe un numéro d’urgence accessible aux enfants qui peuvent faire appel aux services de police s’ils considèrent qu’ils sont maltraités par leurs parents. Conséquence : ce sont les enfants qui ont pris de pouvoir !

Selon l’analyse d’un archiprêtre russe la structure familiale et le mariage ont été détruits par le féminisme qui a transformé le couple en une lutte pour le pouvoir. La femme – et mère – a accaparé le pouvoir en élevant l’enfant au statut d’idole dont elle devient la prêtresse et reléguant l’homme – le père – à un statut purement économique. Il en résulte que la cellule familiale est alors complêtement détruite et l’homme n’a plus d’autre choix que de quitter sa famille pour trouver des jours meilleurs en dehors de cet enfer. C’est l’une des raisons pour lesquelles il y a de plus en plus de femmes mères célibataires ou divorcées dans les classes moyennes et pas seulement en Russie.

Dans une vidéo Stefan Molyneux décrit la nature du féminisme ( http://www.unz.com/video/stefanmolyneux_sugar-baby-feminism/ ). Il insiste cependant trop sur le fait que la propagande féministe considère que l’homme n’est intéressé chez les femmes que par le sexe. C’est peut-être en partie le cas avec les « hommes à femmes » mais dans la réalité la majorité des hommes recherchent l’amour et une relation mutuellement harmonieuse. Il est important de noter que l’homme est réellement heureux quand c’est la femme, sa compagne ou épouse, qui prend l’initiative dans le registre sexuel. Il n’apparaît plus alors comme celui qui est toujours dans une attitude suppliante si son épouse ou compagne éprouve de la passion lors de la relation physique. Le féminisme a donc eu pour résultat pervers de rendre de plus en plus difficile une telle relation pourtant idéale et souhaitée par les hommes. Endoctrinée par le féminisme, la femme considère donc son sexe comme la source de son pouvoir. Dès lors elle espère être rémunérée pour que l’homme puisse avoir accès à son sexe, qu’elle soit une femme anonyme ou l’une ce des millions d’étudiantes servant de concubines à des hommes économiquement prospères (Cf. les propos de Molyneux) en échange du prix de leurs études et de leur vie de tous les jours. Les étudiantes vendent leurs services sexuels mais les femmes au foyer sont également rémunérées. Par exemple le salaire de l’époux constitue l’acceptation par ce dernier que sa femme ait le pouvoir de décision en matière familiale. C’est alors la femme (au foyer) qui décide de l’endroit où partir en vacances, dans quelle maison vivre, dans quelles écoles iront les enfants, quelle sera la couleur de la cuisine rénovée, quels amis ils fréquenteront. Le prix de cette « résistance » est la rigidité de la femme-épouse au foyer.

Quelle est la compréhension du mariage aujourd’hui ? Autrefois (du moins à l’époque où j’ai épousé la mère de mes enfants) le mariage était compris comme un « contrat sexuel » à vie assurant la fidélité dans le couple et la légitimité des enfants. Aujourd’hui il n’y a plus vraiment de « contrat sexuel » car si la femme refuse d’avoir une relation sexuelle avec son époux elle peut le poursuivre pour viol. Autrefois le « viol de sa propre femme » n’était même pas considéré car il ne s’agissait pas d’un délit. C’est un nouveau crime inventé par le féminisme ! Il procure à la femme mariée une certaine autonomie sexuelle. Impensable il y a encore 30 ou 40 ans. Le féminisme a tellement endommagé la relation entre hommes et femmes que l’institution du mariage est devenue défaillante alors que c’est le pilier fondamental de la cohésion sociale.

Cette cohésion sociale est en train d’être détruite par le féminisme, par l’immigration à grande échelle depuis les pays du sud et les politiques identitaires mises en place pour préserver la paix sociale dans le monde occidental. La civilisation est vraiment en train de s’effondrer. Beaucoup de gens en sont conscients, ils ont les chiffres sous les yeux mais ils n’ont pas de responsables politiques pour organiser une résistance massive contre le féminisme et aux politiques identitaires (le féminisme est également une politique identitaire) qui ont pris le contrôle du système éducatif et inculturent les jeunes en les précipitant dans des attitudes socialement destructrices. Pour la totalité du monde occidental la fin semble proche à bien des égards…

Brève humoristique. « Étude de cas »

Il y a quelques jours une ami Française vivant ici à Tenerife à l’autre bout de l’île me téléphona. Elle m’apprit qu’elle souffrait d’une très mauvaise grippe ce que tout je suite je constatais en écoutant le bruit rauque de sa toux grasse et simultanément sifflante, terrifiant. En forme de boutade, peut-être pout tenter de la faire rire, je lui dis que j’espérais que sa grippe n’était pas transmissible via les fibres optiques qui nous reliaient temporairement l’un auprès de l’autre. Que n’ai-je pas dit ! Trois jours plus tard c’était à mon tour de me retrouver au lit avec une fièvre de cheval, une toux de cheval, des douleurs de cheval, une gorge horriblement douloureuse transformant ma toux en hennissements … de cheval. Que mes lecteurs n’aillent pas s’imaginer que je nourris une aversion pour l’espèce équine, encore que … J’en ai donc déduit que la grippe était donc bien transmissible par le téléphone et j’ai également constaté que plus on avance vers une espérance de vie nulle, ce qui est mon cas, plus ce genre de désagrément devient insupportable.

Demain vendredi je ne suis pas certain de remplir mon devoir de blogger auprès de mes lecteurs. Tenerife est une grande île et il y a un grand nombre d’endroits à visiter en particulier le massif du Teide, le point culminant de l’Espagne et le plus haut volcan d’Europe ou encore la plus vieille forêt primaire d’Europe dans le massif d’Anaga. Je serai donc très occupé …

Pas de mères, pas de peuples !

Je suis un fanatique des analyses de Paul Craig Roberts et je me suis permis de proposer à mes lecteurs les traductions successives de deux articles de ce fameux commentateur américain au sujet du féminisme (paulcraigroberts.org).

Il est tout à fait paradoxal que le féminisme, avec d’autres mouvements idéologiques, ait détruit la féminité naturelle des femmes et les ait transformées en articles sexuels. Par exemple cette jeune fille de 19 ans qui a décidé de se faire ligaturer les trompes est en train de devenir un pur produit sexuel ( http://www.spiked-online.com/2019/08/02/the-turn-against-motherhood ). Le fait que les femmes décident de se transformer en poupées sexuelles est un résultat paradoxal après des décennies de propagande féministe qui ont réduit la relation sexuelle entre les hommes et les femmes d’une relation amoureuse à l’ « utilisation du corps des femmes par les hommes ».

En d’autres termes le féminisme n’a pas libéré les femmes, il les a libérées de leur rôle biologique d’épouses, de femmes et de mère. Le type de relations stables et engagées que les femmes et les hommes avaient naguère est difficile à retrouver aujourd’hui sinon chez la génération la plus âgée. Comme cela a été récemment exposé dans un article de The Saker nous sommes confrontés à « la non-pertinence progressive d’une civilisation entière », une civilisation qui a été vidée de son histoire, de son objectif fondamental, de son intégrité, de sa spiritualité et de sa conscience morale. Après des décennies de propagande anti-masculine, il est douteux que les relations entre hommes et femmes puissent être restaurées. Ainsi la famille a été minée. Les ethnies blanches disparaissent de la Terre car le taux de natalité est inférieur au taux de mortalité et les femmes de 19 ans se font ligaturer les trompes !

Les civilisations occidentales ont commis de nombreux actes pervers, le plus souvent de la part de gouvernements dissimulant leurs propres projets aux peuples. Pourtant, des décisions perverses peut aussi être trouvées parmi toutes les ethnies de la Terre. Il est difficile d’imaginer pire mal que ce que les Israéliens ont infligé aux Palestiniens ou le génocide au Rwanda lorsque les Hutus ont massacré un million de Tutsis. Le seul mal reconnu et diabolisé est celui commis par des Blancs. On entend toujours dire que l’histoire de l’Amérique se résume à un asservissement des Noirs par les Blancs. En réalité l’histoire a été réécrite pour alimenter les désunions et les conflits. L’esclavage des Noirs a pour origine la guerre des esclaves du Roi noir du Dahomey. Lorsque ce despote tout puissant accumula plus d’esclaves qu’il n’en avait besoin il commenca à les vendre aux marchands arabes et plus tard aux colons européens du Nouveau-Monde. Au lieu d’exposer des faits historiques aux élèves des écoles on apprend aux petits Blancs à perdre confiance en eux et aux Noirs à haïr les Blancs.

Une poignée d’idéologues s’attache aujourd’hui à détruire la civilisation occidentale et dans la même veine l’agence nationale suédoise de l’éducation a décidé de supprimer des programmes scolaires toute l’histoire occidentale antérieure à 1700 pour ne laisser qu’une place au rôle des sexes (des genres) et de l’immigration afin de faire oublier toute mémoire de l’histoire du peuple suédois. Comme George Orwell l’avait si justement écrit :  » le moyen de plus efficace de détruire l’identité des peuples est de nier et effacer leur propre compréhension de leur histoire « .

Une poignée de féministes fanatisées a réussi malgré l’opposition des femmes qu’elles prétendent défendre à les soustraire des activités qu’elles aimaient et des emplois qui leur donnaient une certaine visibilité sociale. Il y a d’innombrables exemples en ce sens. Par exemple les danseuses Alba du club de basket-ball de Berlin en Allemagne ont été remerciées ce mois-ci parce qu’elles « ne correspondent plus à notre époque ». Les supporters du club ont baissé les bras devant une poignée de féministes enragées qui ont affirmé que ces danseuses promouvaient les mauvaises valeurs des femmes et que le club devait plutôt les encourager à pratiquer le basket-ball. L’Australie a interdit aux femmes les sports de combat car des idéologues féministes considèrent que c’est transformer ces femmes en objets. De même lors des grands prix de F1 les « girls » ont été écartées, des associations féministes considérant que c’était dégradant et sexiste malgré les protestations des intéressées. Et même combat contre les pom-pom girls, les danseuses de bar … Les féministes ne seront pleinement satisfaites que lorsque toutes les femmes occidentales seront vêtues d’une burqa alors que les intéressées n’ont pas droit au chapitre, les féministes considérant que les femmes qui s’opposeraient à cet agenda ont subi un lavage de cerveau pour qu’elles soient persuadées que ce ne sont que des objets sexuels destinés aux hommes.

Les fondements même de la civilisation occidentale ont été fragilisés et tout l’édifice est en voie d’effondrement. Le gouvernement des Etats-Unis et la police locale appliquent le principe selon lequel « on pourrait rémédier à cette situation » or la majorité des jeunes générations sont incapables de se forger une opinion à partir des faits. S’intégrer dans cette sorte de moule civilisationnel est, pour cette jeunesse, la seule voie vers le succès. Or le succès se mesure maintenant uniquement par l’argent, on ne peut plus rien croire ni personne. La démocratie est devenue impuissante car tout est sous contrôle, par exemple la liberté d’expression pourtant inscrite dans la Constitution est en voie de disparition. Dans les universités les seuls financements accordés le sont pour appuyer les thèses officielles des élites dirigeantes. N’y a-t-il pas plus préoccupant que cette politisation de la science et des comportements humains ?

(suite dans un prochain billet)

Les centrales nucléaires flottantes : un bel avenir potentiel.

Capture d’écran 2019-10-06 à 12.36.55.png

Le 14 septembre dernier l’Akademik Lomonosov, parti de Mourmansk, a atteint Pevek, son port de destination dans la Chukotka à l’extrême nord-est de la Sibérie parcourant 4700 kilomètres dans les eaux glacées de l’Arctique. L’Akademik Lomonosov est une centrale nucléaire flottante constituée de deux réacteurs KLT-40S du même type que ceux se trouvant dans les brise-glace à propulsion nucléaire capable de générer 70 MW électriques et 50 Gcalories/heure d’énergie thermique ce qui est suffisant pour assurer la consommation électrique d’une ville de 100000 habitants ainsi que le chauffage de l’ensemble des habitations.

L’A. Lomonosov, vaisseau de 144 mètres de long et 30 mètres de large, déplace 21500 tonnes et comprend un équipage de 69 personnes. Les deux réacteurs conçus par OKBM Afrikantov ont été assemblés à l’institut de recherche et développement de Nizhniy Novgorod. Les cuves, générateurs de vapeur et turbines sont de conception russe. La durée de vie prévue de cette centrale électrique flottante et prévue être d’au moins 40 ans. Le rechargement en combustible – de l’uranium enrichi – s’effectuera tous les 12 ans ce qui nécessitera le retour du navire à Mourmansk, son port d’attache, qui dispose d’installations spécialisées pour gérer et retraiter le combustible des quelques 12 brise-glace nucléaires russes.

La compagnie d’énergie nucléaire russe Rosatom étudie déjà une deuxième génération de centrales nucléaires flottantes équipées de deux réacteurs RITM-200M d’une puissance totale de 100Me. La Russie opère 41 réacteurs nucléaires répartis sur 9 sites. Onze de ces réacteurs sont du type Chernobyl et deux autres, opérationnels, sont des surrégénérateurs, un troisième réacteur de ce type étant en construction. Sept autres réacteurs seront bientôt opérationnels. L’A. Lomonosov s’ajoute donc à cette liste et place la Russie parmi les leaders mondiaux de l’énergie nucléaire civile. L’avantage du réacteur nucléaire flottant réside en trois points. D’une part il s’agit de l’application directe d’une technologie éprouvée avec les brise-glace nucléaires, d’autre part la mobilité de ce type de source d’énergie présente de nombreux avantages. Par exemple ce type de petite centrale nucléaire modulaire (la production en série de tels réacteurs peut être envisagée) peut être installé sur un fleuve, par exemple parmi ceux traversés par la ligne ferroviaire du trans-sibérien, dans une région trop sismique pour envisager la construction d’une centrale nucléaire comme dans la péninsule du Kamtchatka à très forte sismicité ou encore pour suppléer en énergie des villes isolées des réseaux existants comme le gisement de gaz Shtokman dans la mer de Barentz ou encore le développement des sites gaziers et pétroliers de la Péninsule de Yamal. Mais Rosatom pourrait aussi équiper des villes comme Sebastopol, Novorossiysk ou Vladivostok avec de telles installions en supplément des infrastructures existantes.

Les applications de tels réacteurs modulaires flottants sont multiples comme par exemple dans l’archipel du Cap Vert en fournissant, outre de l’électricité, de l’eau par dessalage de l’eau de mer. En effet le A. Lomonosov dispose à bord de sa propre unité de dessalage d’eau de mer et l’archipel du Cap Vert souffre cruellement du manque d’électricité mais également d’eau potable et pour l’irrigation. Ce type de petite unité de production électrique est donc promis à un avenir non négligeable qui pourrait changer profondément la perception de la production d’énergie dans de nombreuses parties du monde.

Source : ZeroHedge

Notes. Les réacteurs KLT-40S sont des réacteurs à eau pressurisée utilisant de l’uranium enrichi à 14,1 % pour se conformer aux traités de non-prolifération des armements nucléaires. Les réacteurs utilisant de l’uranium enrichi jusqu’à 90 % sont réservés aux sous-marins car ils sont très compacts.

Accueillant des visiteurs je ne pourrai peut-être pas assurer une mise en ligne régulière de billets sur ce blog dans les prochains jours. Que mes fidèles lecteurs m’en excusent.

Réflexions disparates sur le changement du climat.

Capture d’écran 2019-09-27 à 18.58.57.png

Mes lecteurs connaissent parfaitement ma position au sujet de cette histoire digne d’un roman de science-fiction qu’est le réchauffement du climat provoqué par l’activité humaine, c’est-à-dire la production de gaz carbonique rejeté dans l’atmosphère, gaz qui a été considéré comme présentant un effet de serre susceptible de provoquer une augmentation de la température au sol, du moins dans les zones dites « tempérées ». Je fais partie des 3 % de scientifiques ou d’ex-scientifiques (bien que n’ayant jamais été climatologue) qui ne croient pas aux théories de l’effet de serre et du réchauffement du climat d’origine humaine. Je suis donc condamné à l’enfer brûlant de l’Eglise de Scientologie Climatique.

Le CO2 d’origine « humaine » est différent du CO2 naturel

Dans une revue très bien documentée le Professeur émérite François Gervais, géophysicien de son état, a mentionné que ce CO2 avait une durée de vie (demi-vie) dans l’atmosphère de au plus 4,5 ans, ce qui a été bien démontré et de manière incontestable par plusieurs équipes de géophysiciens. Cette évidence est niée par l’IPCC qui appuie son dogme du réchauffement d’origine humaine sur le fait que le CO2 produit par l’activité humaine – et curieusement pas celui produit par l’activité naturelle de la biomasse végétale et animale – s’accumulera pendant des siècles. Cette affirmation qui n’est basée sur aucune évidence scientifique connue ni même rationnellement imaginable a permis à cet organisme politique (et non pas scientifique) de proclamer que l’utilisation des combustibles fossiles allait détruire l’équilibre planétaire du climat.

La fabrique de l’imposture

Comment un organisme onusien en est-il arrivé là ? C’est très simple à comprendre. Il s’agit en réalité d’un concours de circonstances habilement exploité. Comme je l’ai rappelé dans un précédent billet et dans bien d’autres billets de ce blog le « réchauffement » auquel on a assisté objectivement ces cent dernières années, c’est-à-dire en faisant abstraction des fluctuations météorologiques, ne date pas des années 1970-1990 mais de la fin des années 1920. Cet épisode climatique optimal, conséquence directe de l’évolution de l’activité solaire au cours de la même période, a provoqué le recul des glaciers alpins mais aussi de bien d’autres langues glaciaires de par le monde, et également le dégazage des océans qui renferment sous forme dissoute 60 fois la totalité de tout le CO2 atmosphérique. Pourtant le volume total des eaux océaniques est très inférieur à celui de l’atmosphère même en ne considérant que les 5000 premiers mètres de la couche gazeuse qui entoure la Terre. Ces deux phénomènes – recul des glaciers et augmentation du gaz carbonique atmosphérique – ont été presque simultanés et cette augmentation du CO2 atmosphérique a été imputée à tort à l’activité humaine. La théorie erronée de l’effet de serre a fait le reste.

Capture d’écran 2019-10-02 à 10.59.24.png

Si on reprend les deux graphiques qu’avait présenté il y a plus d’une décennie le géophysicien Willie Soon, on constate sur la partie gauche qui rapproche l’évolution des températures moyennes globales et celle de la teneur en CO2 atmosphérique que le premier épisode de l’optimum climatique moderne 1920-1960 est indépendant de cette teneur en CO2. Puis après les années 1960, compte tenu du dégazage océanique provoqué par ce réchauffement du climat on a assisté à une augmentation de cette teneur en CO2 dans l’atmosphère. Par pure coïncidence l’activité solaire a, à nouveau, connu un second optimum au cours de la période 1980-2010 et il a suffi d’ajuster les échelles des ordonnées de ce graphe pour faire ressortir une parfaite corrélation entre température et CO2. Soon a donc inséré sur la droite de cette même illustration la variation de l’activité solaire et la variation de la température moyenne globale. Où est l’effet du CO2 ?

La théorie de l’effet de serre du CO2

Aujourd’hui, cet après-midi même, j’ai écouté une interview de Piketty sur Mediapart qui est intimement convaincu que le réchauffement du climat est bien une réalité. Il ne s’est certainement pas plongé dans la lecture d’articles scientifiques relatant les recherches sérieuses de spécialistes de la géophysique. Si je parlais suffisamment bien l’espagnol je suis convaincu que mon dentiste que j’ai consulté il y a quelques jours m’aurait avoué que mes problèmes dentaires étaient une conséquence du réchauffement climatique si je lui avait posé la question orientée à dessein ! En fait ce que l’IPCC a exploité de façon presque obscène est la relation entre l’augmentation des températures de surface sur l’ensemble de la Terre superbement mesurée par des satellites depuis la fin des années 1970 et l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère, une coïncidence qui a été exploitée habilement pour diaboliser les combustibles fossiles.

Là où le bât blesse est ce fait suivant très bien documenté par les paléoclimatologues : jamais dans le passé une augmentation de la teneur en CO2 atmosphérique a provoqué une augmentation des températures, c’est exactement le contraire qui a toujours été observé. Quand le climat « se réchauffait » l’augmentation de la teneur en CO2 dans l’atmosphère suivait de quelques dizaines d’années ce réchauffement qui ne peut s’expliquer que par le dégazage des océans.

Cette observation pourtant vérifiée à de nombreuses reprises par des scientifiques honnêtes a été ignorée par les membres de l’IPCC car elle est contraire à leur thèse et à leur mission consistant à apporter sur un plateau aux gouvernements le prétexte incontournable d’imposer toutes les populations pour qu’elles versent leur dime afin de « sauver » le climat et restreindre leurs consommations de combustibles fossiles.

Les dangers du réchauffement du climat ?

Le fait est que l’IPCC n’est pas constitué de scientifiques mais de fonctionnaires politiques désignés par les gouvernements pour faire passer cette pilule amère auprès des populations afin que celles-ci soient consentantes. Il s’agit d’un cas typique de « fabrique du consentement » comme l’avait parfaitement décrit Gustave Le Bon, médecin, sociologue et anthropologue, dans son ouvrage « Psychologie des foules » paru en 1895 :

Capture d’écran 2019-09-29 à 21.19.53.png

Les peuples, soumis à une propagande incessante, sont devenus d’une naïveté incommensurable que je trouve personnellement étonnante. Ce phénomène de consentement des foules décrit par Le Bon a été admirablement exploité par Edward Berneys dès les années 1930. Edward Berneys était le neveu de Sigmund Freud puisque sa mère Anna Freud n’était autre que la soeur de ce dernier. Il adapta les thèses de Le Bon au cours de sa longue carrière de publiciste aux USA en « industrialisant » le comportement des foules. D’où cette attitude presque universelle de l’acceptation du changement climatique comme un fait réel suscitant la peur et l’angoisse rendant les foules (de contribuables) consentantes.

Capture d’écran 2019-09-30 à 14.15.44.png

Ceci étant et pour revenir au sujet de ce paragraphe quand je vois des Allemands vivre ici dans les Îles Canaries toute l’année ils sont passés d’un climat plutôt rude au nord et à l’est de leur pays à une contrée où la température moyenne est d’environ 20 degrés supérieure à celle de leur pays natal et ils n’ont pas l’air d’en souffrir, bien au contraire. En France, que des habitants de la région Nord-Pas de Calais aillent vivre dans la région Midi-Pyrénées subissant un température moyenne supérieure de 6°C à celle de leur région d’origine ont-ils des problèmes de santé dus au climat ? J’en doute. C’est pourtant ce qu’affirme l’IPCC dans sa diarrhée épistolaire idéologique à longueur d’année. Tout simplement étonnant …

L’autre imposture de l’IPCC : le mouvement perpétuel !

Puisque tout l’édifice intellectuel de l’IPCC est basé sur la théorie de l’effet de serre du CO2 provenant de l’activité humaine et que les spécialistes auto-proclamés de cet organisme ont soigneusement nié et l’activité solaire et le fait que l’atmosphère est soumise à la gravitation comme la pomme de Newton, il fallait inventer une autre théorie pour justifier celle de l’effet de serre. Il s’agit du « rétro-forcing » radiatif. D’une part cette notion consistant à affirmer que les couches supérieures de l’atmosphère réchauffent les couches inférieures de cette dernière est en totale contradiction avec le second principe de la thermodynamique et d’autre part ce rétro-forcing radiatif consiste à créer de l’énergie à partir de rien … belle prouesse pour des individus qui se considèrent comme des scientifiques de haut vol. De plus ce forcing radiatif a comme propriété étonnante de pouvoir s’auto-entretenir. D’où les prévisions délirantes de réchauffement affirmées par des modèles faux puisqu’ils sont adossés à des théories scientifiques fausses : comme l’affirment certains dictons populaires « un menteur est condamné à continuer à mentir car il n’avouera jamais son premier mensonge » …

(suite dans un prochain billet)