Smartphones et arythmie cardiaque

Smartphones et arythmie cardiaque

La fibrillation atriale, appelée aussi fibrillation auriculaire ou encore arythmie cardiaque, est un trouble du rythme cardiaque qui n’est détecté qu’en procédant à un électrocardiogramme avant que les symptômes graves d’arythmie apparaissent. Je ne suis pas médecin et je n’en dirai pas plus. C’est en lisant un communiqué de la Société Européenne de Cardiologie que j’ai découvert que la plupart des smartphones étaient équipés d’un capteur d’inertie et d’un gyroscope. Qu’ils soient équipés d’un capteur d’inertie est facile à comprendre dans la mesure où en tournant le smartphone l’écran se met en position horizontale, la seule configuration qui me permet tant bien que mal et au prix de fortes transpirations à réussir à envoyer un whatsap de deux mots. Vous aurez compris que je hais mon téléphone portable et que je m’en sers au mieux 30 secondes par jours. La présence d’un gyroscope participe également à la détection par le smartphone du changement de position du smartphone. Les derniers modèles de téléphone portable sont également équipés de détecteurs du champ magnétique et du champ gravitationel terrestre et ces détecteurs sont d’une sensibilité tout à fait remarquable.

Ce communiqué de la Société Européenne de Cardiologie fait état d’une application pour smartphone capable de détecter la fibrillation atriale en utilisant ces composants du téléphone. Comme l’apparition de cette maladie est le plus souvent indétectable à moins de suivre en permanence, chez soi, l’activité cardiaque à l’aide d’un électro-cardiogramme portable, autant dire que l’utilisation d’un smartphone pour procéder à ce genre d’examen est un espoir pour un diagnostic précoce. L’application a été développé au Département de Biotechnologie de l’Université de Turku en Finlande et elle consiste en un algorithme de traitement de signaux qui détecte et analyse ceux du détecteur d’inertie et du gyroscope en appliquant le smartphone au niveau du coeur en position couchée. L’enregistrement des signaux est alors envoyé dans le centre de cardiologie (dans le cadre de cette étude, la faculté de médecine de la même université) pour y être analysé afin de déterminer la présence de fibrillation. Mais cette application doit ensuite fonctionner indépendamment d’un centre de retraitement et donner une réponse oui/non presque instantanément avec une certitude de plus de 95 %. L’application a été testée avec succès sur 16 patients souffrant de fibrillation atriale avérée en regard de 20 personnes saines.

Il est bon de rappeler qu’environ 2 % de la population souffre de fibrillation atriale qui provoque au final 7 millions d’accidents cardio-vasculaires chaque année.

Source : European Society of Cardiology

Pour les curieux l’équipement inclus dans les smartphones et connu sous le nom de LSM9DS0 miniaturisé ou module iNEMO incluant un accéléromètre, un gyroscope et un magnétomètre.

Une « app » pour prévoir la date des règles !

Capture d’écran 2016-05-13 à 13.33.11.png

Je suppose que la plupart des femmes savent compter jusqu’à 28 et qu’elles n’ont de ce fait pas besoin de se confier à leur téléphone cellulaire pour prévoir la date de leurs prochaines règles. Pourtant c’est ce qu’a imaginé la cofondatrice de la société Clue, une dénommée Ida Tin. À l’évidence cette application disponible pour téléphone portable et smart-watch va considérablement aider les femmes à ne pas oublier de mettre un petit point rouge discret sur le calendrier qui se trouve le plus souvent dans leur cuisine.

D’ailleurs, plus besoin de petit point rouge, l’application fait tout ! Elle calcule la durée moyenne du cycle et prévient l’utilisatrice du jour des prochaines règles, du jour de l’ovulation et également, le cas échéant, d’un retard par une alarme personnalisée.

Capture d’écran 2016-05-13 à 13.30.51.png

Le téléphone portable, c’est magique !

Ce que le site helloclue ne dit pas, c’est comment le téléphone portable peut prendre toutes ces responsabilités …

Source : https://www.helloclue.com/fr/index.html via The Independent

Les appareils connectés envahissent aussi l’intimité féminine

Capture d’écran 2015-10-12 à 13.31.46

Ça vient de sortir et c’est tout simplement un constat de la créativité sans limite pour exploiter au mieux les possibilités de son smartphone. Le créneau juteux, sans faire de jeu de mots, se trouve au plus profond de l’intimité féminine. De nombreux accessoires connectés sont maintenant disponibles, les uns pour améliorer le confort de la femme, les autres pour atteindre une satisfaction assurée. Il y a d’abord le petit truc connecté qui s’insère délicatement dans le vagin et qui prévient l’utilisatrice quand elle a ses règles qu’il faudra bientôt qu’elle le vide car il est presque plein. Elle reçoit un message d’alerte sur son smartphone (premier lien). Le Looncup est un réceptacle en silicone qui remplace le tampon périodique qui sera bientôt relégué aux accessoires hygiéniques féminins démodés.

Dans le registre de l’hygiène très intime de la femme il y a aussi un petit accessoire connecté placé dans le vagin qui contrôle en temps réel l’acidité qui ne doit ni descendre en dessous de pH 6 ni monter au dessus de pH 6,8 (voir le deuxième lien sur ce blog) et tout écart est signalé sur le smartphone ou encore une smart watch (c’est plus discret) : il prévient l’utilisatrice d’un éventuel risque de vaginite provoqué par une prolifération bactérienne indésirable. Mais dans le genre créativité on a atteint, toujours dans le même registre, un sommet avec le « Kgoal ». Il s’agit d’un accessoire dérivé du « vibro » maintenant devenu un objet ludique classique apprécié par beaucoup de femmes seules ou accompagnées mais ici dont la fonction est de préparer cette fois la femme à des orgasmes futurs (voir le troisième lien). Je n’ai pu m’empêcher d’insérer ici à quoi ressemble cet objet insolite qui est une aide à la musculation du plancher pelvien et du vagin :

Capture d’écran 2015-10-12 à 17.24.05

Il se commande avec un smartphone et une femme peut faire ses exercices de musculation au bureau ou dans sa cuisine en toute sérénité, à un détail près, l’autonomie de la batterie rechargeable avec un câble USB n’est que de deux heures. Le Kgoal est supposé procurer un « feed-back biovibrationnel » à l’utilisatrice. Je n’ai pas trop compris ce que ça signifiait …

Pour en terminer avec cette revue des objets connectés exclusivement réservés aux femmes, celles d’entre elles qui sont des passionnées du selfie peuvent se procurer des godemichés solidaires du mât au bout duquel on attache son smartphone (quatrième lien) … C’est juste pour l’utilisatrice de ce genre d’accessoire de lui permettre d’immortaliser l’expression de son visage quand elle atteint un orgasme, un miroir ne remplit pas la même fonction. Mesdames, ne ratez pas ces objets connectés, ils ont été créés pour vous !

Source : The Daily Beast

http://techcrunch.com/2015/10/08/looncup/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/01/25/le-microbiome-vaginal-un-precieux-bien-a-preserver/

http://www.minnalife.com/products/kgoal

https://www.youtube.com/watch?v=rOs8vIa7dl8&feature=youtu.be