France : Blanquer, un gauchiste en embuscade devenu fou

Le Ministre français de la propagande scolaire organisée a dépassé les limites du supportable. Il fallait être vraiment très créatif pour imaginer que l’enseignement de la théorie du genre devait être inscrite dans le cursus des élèves de CM2. Il fallait aussi être vraiment très imaginatif pour considérer que l’enseignement des mathématiques est machiste. Enfin il fallait s’appeler Blanquer pour martyriser les élèves âgés de 4 à 8 ans en les obligeant de porter un masque et de se faire ramoner les fosses nasales tous les deux jours. Cet homme a perdu la tête, il est tout simplement devenu fou.

En réalité ce ministricule suit les injonctions des fonctionnaire ultra-gauchistes et progressistes qui pourrissent l’éducation nationale française depuis les années Mitterand répandant en profondeur une modification progressive des programmes éducatifs dont le but final est d’atteindre une aliénation totale des élèves de l’enseignement primaire puis de l’enseignement secondaire. Résultat : on délivre le diplôme du baccalauréat à des élèves qui savent à peine lire, qui n’ont acquis aucune connaissance historique ou géographique et qui sont incapables d’écrire un texte de dix lignes sans décorer leur prose d’une dizaine de fautes d’orthographe ou de syntaxe. À se demander s’ils n’ont jamais lu un texte d’Hugo ou de Camus, que dis-je, certainement pas.

Et munis d’un diplôme dévalué ces élèves ayant acquis maintenant le statut d’étudiants se condamnent eux-mêmes à un constat terrible : ils sont inutiles pour la société car l’université n’est plus la porte ouverte vers la promotion sociale dont ils rêvaient faussement.

Pire encore Blanquer, dont j’ignore le « pedigree » universitaire, d’ailleurs je m’en moque, a décidé de détruire les derniers hauts lieux de l’enseignement parisien public conduisant vers les écoles prestigieuses d’ingénieurs ainsi qu’en province car quelques autres lycées prestigieux de province sont dans la ligne de mire de ce sombre individu, porte-parole de la mouvance gauchiste des dizaines de milliers de fonctionnaires administratifs du Ministère de l’éducation nationale qui sont pour la plupart tous aussi inutiles les uns que les autres. Les informations parues dans la presse (lien) ne sont pas nouvelles pour votre serviteur. Il existe une sélection dans les deux principaux lycées publics parisiens de haut niveau capables de concurrencer des écoles privées telles que Sainte-Geneviève en ce qui concerne les classes préparatoires aux grandes écoles, tant au niveau de l’entrée en classe de seconde qu’en classe préparatoire. Blanquer a mis fin à ce système car il le considère comme non démocratique et trop élitiste. Le niveau des élèves candidats aux concours d’entrée dans les grandes écoles va donc diminuer avec par conséquent un taux de réussite à l’entrée des grandes école plus faible.

La conséquence concoctée par Blanquer semble ainsi une dévalorisation des deux lycées en question : Louis-le-Grand et Henry IV. Les élèves n’auront alors plus d’autre solution que d’opter pour des écoles privées. Encore faudra-t-il que leurs parents aient les moyens financiers de payer la scolarité de leurs enfants. C’est donc une sorte de raffinement du nivellement par le bas imaginé par Blanquer. Lisez l’article de Jean-Yves Chevalier paru sur le site de Marianne, vous aurez tout compris.

https://www.marianne.net/agora/les-mediologues/affectation-des-lyceens-via-affelnet-parents-si-vous-saviez

La politique étrangère américaine n’a jamais varié depuis 70 ans

J’ai bien spécifié dans le titre de ce billet 70 ans car la nouvelle histoire de la politique américaine contemporaine devrait en réalité débuter après l’épouvantable débâcle de l’armée américaine qui mit fin à la guerre du Vietnam. Depuis la capitulation du Japon et de l’Allemagne les Etats-Unis ont sévi dans 37 pays dans le monde et provoqué la mort de plus de 20 millions de personnes … Rien n’a en réalité changé depuis que les émigrants, au début de ce processus de transfert de populations de l’Europe anglophone vers l’Amérique du Nord. Ce fut d’abord le massacre systématique des indigènes amérindiens dont il ne reste que quelques communautés parquées dans des « réserves » dont il faut accélérer la disparition à coup de drogues, de pop-corn et d’alcool. La situation est exactement identique en Australie avec les Aborigènes qui sont encouragés dans une surconsommation d’alcool et de nourriture qui ne leur convient pas. J’ai vu des Aborigènes au nord du Queensland qui étaient déjà ivres à 10 heures du matin dans la banlieue de Bundaberg. L’horreur. Et c’est la même situation pour les Inuits qui se gavent aujourd’hui de coca-cola et de nourriture industrielle alors qu’ils ont survécu pendant des milliers d’années en se nourrissant de viande crue de phoque. Les Amérindiens d’Amérique du Nord, les Aborigènes d’Australie et les Inuits sont condamnés, c’est inscrit dans le programme d’épuration ethnique profondément inscrit dans le comportement des anglo-saxons.

Le titre de ce billet devrait en effet englober cette période d’invasion meurtrière de l’Amérique du Nord par des aventuriers sans foi ni loi et c’est toujours la même situation aujourd’hui. Je ne m’étendrai pas sur l’inique esclavagisme nord-américain avec des centaines de milliers de « noirs » traités comme des animaux qui ont sué et sont morts pour constituer d’immenses fortunes toujours existantes. Bref, quand on ose parler de la démocratie américaine, il faudrait se souvenir de ce peuple génocidaire et de ses exactions incessantes sur la scène internationale depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Après la Conférence Yalta la propension génocidaire des anglo-saxons nord-américains a prospéré avec la guerre froide d’une part et le projet dit « Opération Condor » en ce qui concerne le Continent américain dans son entier, c’est-à-dire l’Amérique centrale et l’Amérique du sud, comprenez un territoire habité par des sous-hommes comme les Noirs ou les Amérindiens et des « Chicanos » plus ou moins métissés.

Outre ce programme peu reluisant, la toute puissance américaine a combattu le communisme pendant toute la guerre froide, Corée puis Vietnam, Cuba, Allende au Chili, et encore aujourd’hui le Venezuela. Des épisodes maintenant oubliés comme le renversement du Président Sukarno en 1965 car il était un sympathisant du régime de Moscou, le renversement de Mossadegh en Iran, démocratiquement élu mais également proche de Moscou, bref la liste est longue et les bilans en pertes humaines parfois inimaginables. Puis arrivèrent les « guerres du pétrole » dont par exemple le coup d’Etat organisé en Angola pour nettoyer ce pays des troupes cubaines appelées par le Président de l’époque pour maintenir l’ordre, résultat près de 700000 morts. Inutile de rappeler ici les conflits en Irak et en Syrie qui sentent le pétrole. Les petits pays d’Amérique centrale ont été maintenus dans le giron du politiquement correct car les grandes compagnies fruitières comme Dole ou Chiquita avaient d’immenses intérêts dans ces pays, ce n’étaient des guerres pour le pétrole mais pour les bananes ou les ananas. Pour peu que ces petits pays expriment des velléités de réformes agraire alors c’était toute de suite la guerre.

Après la chute de l’URSS les Américains ont littéralement colonisé l’ensemble des pays de l’ex-pacte de Varsovie. L’article de Popular Resistance relate même le cas de la Hongrie dont la révolte contre l’Union soviétique fut largement encouragée par Radio Free Europe, un organisme de propagande américain qui ne dissimulait même pas son anti-communisme.

Aujourd’hui les USA cherchent un ennemi et n’en reste que deux, la Chine et la Russie. Ce sont deux pays nucléarisés et la situation se complique car tout conflit ne pourra que dégénérer en guerre nucléaire. L’Assemblée Générale de l’ONU est inopérante et encore moins le Conseil de Sécurité. L’humanité toute entière est donc menacée par le pays le plus dangereux du monde, les Etats-Unis d’Amérique.

2021: l’année où la liberté est morte

Le droit de prendre nos propres décisions médicales a disparu en 2021. Qu’enseignons à nos enfants ? Obéissez au gouvernement ou vous perdrez votre travail et ferez l’objet d’une arrestation à votre domicile. Aucun processus déterminé, aucune audience, aucune condamnation pénale n’est nécessaire. Donc l’urgence sanitaire a détruit l’Etat de droit, le fondement de toute démocratie

Analyste politique britannique Brendan O’Neill a écrit un brûlot intitulé « La Mort de l’Europe » (lien). Il aurait été préférable qu’il le titre « La mort de la Liberté », car ses remarques s’appliquent bien au-delà des frontières de l’Europe. Il décrit ce qui se passe dans une grande partie de l’Asie, une grande partie de l’Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande. En 1821, les gouvernements, en Amérique du Nord nous ont volé le droit de prendre nos propres décisions médicales en privé, en consultation avec notre médecin. Taille unique pour tous, la médecine est devenue normalisée.

En 2021, ces mêmes institutions qui ont survécu à des décennies, décidant de salaires plus élevés et de lois plus équitables du travail ont agité une baguette magique et ont décrété comme une infraction de prendre certains médicaments particuliers. Les médicaments qui sont totalement nouveaux, et pour lesquels aucune donnée de sécurité à long terme n’existe ne peuvent pas être remplacés par des vieux génériques.

Il est difficilement possible de mesurer la signification terrible de cette année 2021. Dans les mots d’O’Neill: « Ce qui se passe en Europe en ce moment n’a rien de moins terrifiant … Nous vivons une refonte de toute la relation entre l’État et l’individu, avec l’État habilité à un degré aussi extraordinaire qu’il peut désigner maintenant à ses citoyens ce sur quoi ils doivent se soumettre à une injection dans leur corps et l’individu est si politiquement émacié, donc dénudé de droits, qu’il ne peut plus apprécier sa propre souveraineté sur lui-même, sur ce qu’est son propre corps et son esprit ».

O’Neill continue ainsi : « Beaucoup semblent ne pas reconnaître à quel point une vaccination obligatoire en cours de développement est grave. Même ceux d’entre nous qui sont pro-vaccination, qui ont été heureusement « vaxxés » contre le Covid-19, devraient regarder sans rien de moins que l’horreur la proposition que devrait être une infraction à ne pas être vaccinée … Cela précise la fin de la liberté comme nous la connaissons. Si nous n’aimons pas ce pouvoir sur notre esprit et notre chair, alors nous ne sommes pas respectés et cela de manière significative ».

Ensuite, veuillez commencer à penser, très sobrement, à propos de ce que cela signifie. Chaque fois que vous montrez votre « pass » vaccinal afin d’accéder à un événement ou à un lieu de résidence dont d’autres sont exclus, vous participez à la tyrannie. Vous coopérez avec un système qui répudie la vie privée et l’individu. Un système qui exige une obéissance. Un système qui punit impitoyablement la non-conformité.

Inspiré d’un billet de Donna Laframboise, journaliste canadienne. Lien : https://www.spiked-online.com/2021/12/06/the-death-of-europe/

Et si l’ONU demandait à la France de restituer Mayotte à la République des Comores

En ces temps troublés qui par la force des choses trouveront une solution diplomatique il reste un litige entre l’Assemblée générale des Nations Unies et la France qui n’a jamais été clairement épuré si on peut dire les choses ainsi. La France, un pays qui vit un déclin sociétal, industriel et économique accéléré, qui n’est plus que la dixième puissance économique mondiale, et encore je suis optimiste, gonfle son jabot, tel un coq, en provoquant des navires turcs dans une zone qui n’a rien à voir avec l’espace maritime de son pays, masque de ce fait la vacuité affligeante de sa politique étrangère. On pourrait écrire des dizaines de pages au sujet la lente descente aux enfers de la France. À commencer par les gesticulations du Président français au sujet de l’avenir de l’Europe qui ne vont certainement pas plaire aux Américains. Supposons donc que l’Assemblée Générale des Nations Unies décide de rouvrir le dossier relatif à Mayotte, dossier qui a été enterré à la demande justement de la France, membre du Conseil de Sécurité et disposant donc d’un droit de veto, alors la réouverture d’un tel dossier ferait grand bruit et pourrait avoir des répercussions géopolitiques inattendues.

Je suis allé plusieurs fois à Mayotte pour acheter des fleurs d’ylang-ylang à Combani il y a 20 ans, et cet ensemble de deux îles n’était pas encore un département français. La vie y était paisible, la présence militaire française était discrète, les Mahorais étaient jaloux de leur appartenance à la République française. Aujourd’hui Mayotte, devenue département français, faisant donc partie de l’Union européenne, est la porte d’entrée que choisissent les Comoriens pour arriver en Europe, mais l’Europe c’est loin et c’est là le problème. Plus de la moitié de la population, estimée à 700000 habitants, sur un territoire à peine plus grand qu’un petit département de la France métropolitaine, est d’origine immigrée en provenance des îles de la République des Comores, ancien protectorat français. Quelques rappels historiques permettront de situer le problème de Mayotte. En 1974, sous l’influence des mouvements indépendantistes mahorais (les habitants de Mayotte) vis-à-vis des autres îles des Comores, la France organise un référendum et Mayotte vote pour son maintien au sein de la République française. En dépit du fait que la Charte des Nations-Unies reconnaît le droit des peuples à disposer de leur destin par des voies légales, comprenez une requête déposée auprès de l’ONU, cet organisme n’a jamais reconnu la validité du scrutin du référendum organisé par la France. L’affaire en est restée là.

Passons maintenant à la Crimée. À la suite des événements dits de Maidan le Parlement de la région autonome de Crimée, statut d’autonomie datant de 1991, organise un référendum auprès de la population en 2014. Le résultat était prévisible car la population de cette péninsule est largement russophone et de plus la Russie dispose de l’immense base militaire et navale de Sebastopol qui ne faisait pas partie de l’Ukraine ni de la région autonome de Crimée. La population de la Crimée vote massivement pour le rattachement à la Russie, comme Mayotte l’avait fait en 1974, quarante ans plus tôt. La communauté internationale n’a jamais reconnu la validité de ce référendum. Parce qu’aucune demande n’avait été déposée auprès des Nations-Unies ? Non bien sûr car les USA, instigateurs des évènements de Maidan, et les Européens, considérant que c’était un coup monté par la Russie exigèrent de l’Ukraine qu’elle ne reconnaisse pas ce référendum. La situation n’a pas évolué depuis et les sanctions décrétées par les USA et l’Europe à l’encontre de la Russie sont toujours appliquées.

Il y a donc clairement deux poids et deux mesures. La France n’aurait jamais dû « s’approprier » Mayotte et la Russie n’aurait jamais dû « annexer » la Crimée. Les Nations-Unies ont fermé les yeux sur le cas de Mayotte. En toute logique la communauté internationale devrait aussi fermer les yeux sur le cas de la Crimée, les sanctions iniques dont est victime la Russie devraient être levées car pourquoi pas aussi des sanctions contre la France qui a « annexé » Mayotte à l’issue d’un référendum jamais approuvé par l’ONU ! Puisque la France n’a plus aucun pouvoir géopolitique, l’Europe étant gouvernée par les Etats-Unis et l’OTAN, les deux dossiers épineux de Mayotte et de la Crimée devraient être déposés sur le bureau de l’Assemblée générale des Nations-Unies, Assemblée qui devrait selon toute logique et en vertu de la Charte de cet organisme statuer sur les cas de Mayotte et de la Crimée indépendamment du Conseil de sécurité. Mais j’ai du rêver les yeux ouverts en écrivant ce billet …

Pour info ce documentaire réalisé il y a quelques jours à Mayotte qui a en partie motivé ce billet : https://www.youtube.com/watch?v=TmfiRT-vFE8&ab_channel=RTFrance

Coronavirus : que se passe-t-il en Israël ?

Je sais que je ne vais pas me faire d’amis avec ce billet mais il est important d’attirer l’attention des lecteurs de ce blog. Israël est le pays le plus « vacciné » dans le monde dit occidental. Tant qu’il y aura des « cas » et des hospitalisations dues à une infection par le coronavirus, quel que soit le mutant, l’ensemble de la population résidente devra subir des rappels. Malgré les évidences scientifiques indiquant que les anticorps dirigés contre la protéine de la spicule du virus reconnaissent également la syncytine, les autorités israéliennes continuent à encourager par des moyens souvent coercitifs cette injection d’ARN messager codant pour la protéine dite Spike. De plus la protéine produite par les cellules du sujet ayant subi cette injection perturbe profondément le système immunitaire, provoque des thromboses et des péricardites souvent mortelles et rend paradoxalement les sujets plus sensibles aux infections par le coronavirus. Mais il ne faut pas en parler car ça énerve les dirigeants des grandes firmes pharmaceutiques ainsi que les dirigeants politiques.

Le cas de la syncytine est plus préoccupant car l’administration de cet ARN messager provoque chez les femmes devenues enceintes après cette injection un risque de fausse-couche dont la fréquence inquiétante et jamais observée auparavant est soigneusement dissimulée par les gouvernements. Il n’existe aucune statistique précise et fiable à ce sujet y compris en Israël. Pourtant le gouvernement de ce pays doit être aujourd’hui très inquiet car si les femmes israéliennes qui ont déjà à ce jour subi en moyenne 4 injections de ce poison ne peuvent plus porter un enfant en toute sécurité il en va de l’avenir du pays. Et c’est sur ce point précis qu’il est intéressant de rapprocher une autre information également en provenance d’Israël.

La loi israélienne vient d’être modifiée en ce qui concerne les mères porteuses pour autrui (surrogacy en anglais). Jusqu’au 11 janvier 2022, date à laquelle la nouvelle loi concernant les mères porteuses a été mise en application, les dispositions légales israéliennes étaient très strictes. D’un seul coup elles viennent d’être libéralisées en élargissant le service des mères porteuses aux femmes célibataires, aux couples homosexuels quel que soit leur sexe et aux couples non mariés officiellement. L’aspect financier ne tardera pas à apparaître car un mère porteuse c’est aussi le service d’une clinique de fécondation in vitro ainsi que le suivi de la santé de la mère porteuse. La facture s’élève à environ 50000 dollars, somme partagée pour moitié respectivement entre la mère porteuse et la clinique. S’il faut une donneuse d’ovules ou un donneur de sperme, la facture augmente, c’est normal.

Il est intéressant de rapprocher cette information de la frénésie de « vaccination » que connaît depuis une année l’Etat d’Israël. Si l’injection de cet ARN messager risque de provoquer des fausses-couches autant ne pas prendre de risque au sujet de la pérennité du pays lui-même. Partant du principe que les gamètes sont à l’abri, ce qui n’est pas encore prouvé, alors le recours à une mère porteuse est tout à fait indiqué. Des pays comme le Mexique, le Portugal ou encore l’Ukraine proposent ce genre de service en toute légalité.

Pour conclure ce billet je voudrais à nouveau insister sur le fait que les laboratoires pharmaceutiques n’ont pas effectué une recherche élémentaire sur le plan technique au sujet des éventuelles réactions croisées entre les anticorps anti-Spike et d’autres protéines humaines. Il suffisait de réaliser un « western-blot », une technique connue de tous les laboratoires de biologie depuis des années. C’est incompréhensible. Il est certain que des biologistes israéliens ont lancé l’alerte auprès de leur gouvernement afin de prendre des mesures sérieuses pour sauver le « Peuple élu ». Bienvenue dans un monde hostile à la Bill Gates, un individu peut-être opposé à la prospérité de l’Etat d’Israël … mais je m’égare.

Lien : https://www.health.gov.il/English/Topics/fertility/Surrogacy/Pages/default.aspx

Brève. Chronique politique et littéraire (française)

Les candidats à la présidentielle parlent de l’éducation des petites têtes blondes et moins blondes, il faut dire les choses ainsi, c’est d’ailleurs presque le seul domaine qui échappe aux diktats de la Commission européenne avec peut-être la force de frappe nucléaire qui est française et restera une prérogative française quoiqu’il arrive en dépit des tentatives défaitistes de l’actuel président français de partager avec l’Allemagne le siège au Conseil de Sécurité de l’ONU dont dispose la France avec 4 autres puissances du monde. Pour reprendre un mot du Président Rodrigo Duterte Macron est vraiment un « fils de pute », il parlait alors de Barack Obama. Le parc nucléaire français est dénigré par les Allemands car ils savent sans le clamer que leur politique du tout renouvelable n’est pas tenable. Cette première puissance industrielle et commerciale européenne veut faire la loi, c’est évident, et tous les candidats à la présidence de la République semblent ignorer que c’est l’Allemagne qui décide du sort de la France comme de l’Italie ou de l’Espagne.

L’éducation nationale est peut-être le seul domaine qui échappe aux lois écrites par la Commission de Bruxelles, un Berlin bis, il faut dire les choses clairement. Est-ce que ce 15 janvier 2022 on va célébrer dans les écoles de France le quatre-centième anniversaire de la naissance de Molière ? J’en doute puisque les écoles sont fermées contrairement à celles du Japon. Il faut dire que Molière, un pseudonyme cachant l’identité de Jean-Baptiste Poquelin, était avant tout un acteur qui vivait pleinement sur la scène. Une longue controverse a occupé les esprits s’agissant de débusquer qui était derrière les textes des comédies souvent acerbes et ironiques que jouait Molière sur scène avec sa troupe. Il apparaît aujourd’hui qu’après de longues études tous les textes attribués à Molière étaient écrits en réalité par Pierre Corneille, beaucoup plus connu pour ses tragédies et qui, selon certains auteurs, s’amusait de ses textes comme Racine s’amusa de son unique comédies « Les Plaideurs ».

Pour en revenir aux candidats à l’élection présidentielle, ils oublient tous qu’ils ont les pieds et les poings liés par la Commission de Bruxelles, elle-même, je le répète, contrôlée par l’Allemagne. Pour augmenter le salaire minimum c’est Bruxelles qui décide, pour diminuer la TVA ou l’augmenter c’est Bruxelles qui décide, pour la politique énergétique c’est Bruxelles qui décide, … Les seuls acteurs qui sont indépendants des humeurs de Madame von der Leyen sont les marchés financiers qui ont décidé d’une augmentation des taux d’intérêts des titres de dette émis par la France à dix ans. Rassurez vous la Banque Centrale européenne les rachète et les revend tout de suite sur le second marché au Qatar et à l’Arabie saoudite. Tous ces candidats à la présidence ignorent ou feignent d’ignorer qu’ils ne peuvent rien faire sans l’accord de la BCE et de la Commission. Alors ils parlent de virus, de start-up nation, ça fait bien quand c’est du globish, mais ils oublient que la monnaie française c’est l’euro depuis 20 ans et que l’économie française plonge parce que l’Etat n’a plus de pouvoir sur sa propre monnaie.

Je pense qu’aujourd’hui si Molière était réincarné il écrirait une nouvelle version de l’Avare qui serait tout simplement décoiffante. La cassette dissimulée par Harpagon serait peut-être les millions de dollars de corruption mal acquis par tous les ministres de l’actuel gouvernement français et le plus gros du trésor serait détenu par le Président lui-même … 

L’Europe va devoir réaliser d’immenses investissements dans le nucléaire

Des investissements dans le nucléaire d’un montant d’environ 500 milliards d’euros (565 milliards de dollars) d’ici 2050 seront nécessaires pour atteindre l’objectif de neutralité carbone de l’Union européenne, a déclaré le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton dans une interview au Journal du Dimanche. 

Breton, s’exprimant après que l’UE ait proposé d’inclure le nucléaire et le gaz naturel dans la taxonomie, a déclaré que l’énergie nucléaire avait un rôle fondamental à jouer si l’UE voulait atteindre le zéro carbone net.

« Pour atteindre la neutralité carbone, il faut vraiment passer à la vitesse supérieure dans la production d’électricité décarbonée en Europe, sachant que la demande d’électricité elle-même va doubler dans 30 ans ».

l a déclaré que la taxonomie, qui est conçue pour permettre l’accès au capital à des conditions favorables s’ils ont un « label vert », serait cruciale pour que le nucléaire attire les financements nécessaires, ajoutant que « l’objectif de zéro émission implique la mobilisation de colossaux investissements ». Il a déclaré que les centrales nucléaires existantes nécessitent un investissement de 50 milliards d’euros d’ici 2030, dont 500 milliards d’euros d’ici 2050 pour la nouvelle génération.

« La transition verte conduira à une révolution industrielle d’une ampleur sans précédent », a déclaré Breton.

Il a ajouté que si chacun des 27 États membres de l’UE est responsable de son propre mix énergétique, « la responsabilité collective doit se concentrer sur les moyens à déployer dans toute l’Union européenne pour atteindre collectivement l’objectif fixé par tous les États : zéro carbone net en 2050 ».

Il a déclaré qu’environ la moitié des États membres de l’UE avaient décidé d’inclure l’énergie nucléaire dans leur mix énergétique tandis que « certains préfèrent miser sur le gaz ».

« Je ne porte pas de jugement sur les choix souverains faits par les États », a-t-il ajouté. « L’essentiel est que l’effort du continent européen, de loin le plus engagé au monde pour la protection de la planète, puisse aboutir dans le temps imparti ».

La Commission a entamé le 31 décembre des consultations avec le groupe d’experts des États membres sur la finance durable et la plateforme Finance durable sur un projet de texte d’acte délégué complémentaire (Complementary Delegated Act, CDA) taxonomique couvrant certaines activités gazières et nucléaires. Ce document a ensuite été divulgué et publié par le réseau médiatique européen indépendant Euractiv. Dans un geste inattendu, la Commission a décidé de ne pas publier ce CDA proposé pour consultation publique, affirmant qu’une consultation suffisante avait déjà eu lieu.

Le Parlement européen et le Conseil auront quatre mois pour examiner le document. Conformément au règlement de taxonomie, les deux institutions peuvent demander un délai d’examen supplémentaire de deux mois.

Brève. Nouveau traitement contre les coronavirus ?

J’ai « ramassé » un « moco feroce », en français un très gros rhume. Je ne voulais pas ouvrir l’une des bouteilles de rhum que m’a offert ma fille, le meilleur rhum en provenance de la distillerie Bielle à Marie-Galante. Finalement après deux jours dans un état second, le nez transformé en fontaine intarissable, j’ai décidé de me traiter avec ce rhum dont les propriétés thérapeutiques m’avaient été vantées par le vieux Père Thierry, patron de la distillerie lorsque j’habitais à Marie-Galante. Il me disait : « mon rhum soigne tous les maux mais il ne faut pas en abuser ». Avec ses 59 degrés d’alcool ce breuvage tue tous les virus. Or une rhinite « féroce » comme disent les Espagnols, moco voulant dire littéralement morve, est le plus souvent une maladie bénigne provoquée par un coronavirus plus ou moins cousin de celui qui a rendu les politiciens complètement fous. Je me suis donc résigné à un lavage nasal avec ce rhum. Il faut être vraiment courageux car un tel geste est particulièrement douloureux !

En moins d’une heure le flot de « moco » s’est tari. J’ai pu profiter d’une nuit calme et réparatrice et ce matin 31 décembre tout est revenu dans l’ordre. Pour les Parisiens on trouve ce rhum dans le supermarché situé au terminus de la ligne de métro n°3 Galliéni, un endroit tout à fait surréaliste. Bonne fête de fin d’année, coronavirus ou pas …

Retour à la normale …

Après une semaine agitée comme l’océan l’était il y a quelques jours j’accuse le coup et indéniablement mes 20 ans sont bien loin. J’admire ces Parisiens dociles qui ont reçu trois doses d’ARN messager. Sans l’avouer clairement mes quatre petits-enfants et leurs parents ont admis que cette thérapie génique ne servait à rien puisque, selon les informations dont ils disposaient, à leur arrivée à Orly (l’aéroport sud de Paris) ils devraient se soumettre à un test RT-PCR qui, comme chacun le sait, n’est pas fiable. D’où la vraie question : « à quoi sert ce pseudo-vaccin ? »

Mon cadeau de Noël consistait en deux bouteilles de rhum Bielle, beaucoup plus efficace que les gels hydro-alcooliques pour se désinfecter les mains mais ce serait un véritable gâchis d’en faire cet usage. Et aussi deux livres : « La religion écologiste » de Christian Gerondeau et « Enquête sur un virus » de Philippe Aimar. Intellectuellement ce fut un plaisir car parmi nous sept il y avait votre serviteur, titulaire de deux doctorats, deux normaliens, ma fille, docteur en mathématiques, et son époux, agrégé de mathématiques, et deux polytechniciennes, les deux plus jeunes attendant leur tour … Nous avons naturellement parlé de la catastrophe du système dit de l’Éducation nationale française et je reconnais que des enfants vivant dans un environnement familial de hauts diplômés sont naturellement favorisés sans entrer dans des considérations d’élitisme stupides. Il est vrai que le proverbe « les chats ne font pas des chiens » ou l’inverse, je ne sais plus, s’applique clairement.

Enfin, malgré des cerveaux bien remplis, toute cette petite famille aime bien ripailler, avec une tendance vers les fruits de la mer, lotte, soles, coquilles Saint-Jacques et les bons vins espagnols qui n’ont rien à envier aux vins français.

Que présage la restructuration des « fonderies » ?

Que mes lecteurs se rassurent ce billet ne va pas concerner les fonderies telles qu’on les entendait à la fin du dix-neuvième siècle mais des entreprises industrielles d’une sophistication inimaginable que sont les fabriques de circuits intégrés. Le leader mondial dans ce domaine est TSMC (Taiwan Semiconductors Manufacturing Company) et cette entreprise, depuis le grand tsunami du 11 mars 2011 qui détruisit les installations de Panasonic en particulier, est devenue en raison de cet événement le leader mondial dans ce domaine. Après avoir signé une déclaration d’intention avec Motorola pour la construction d’une giga-usine dans l’Arizona (USA) TSMC vient de signer un accord de coopération avec Panasonic et Fujitsu au Japon.

Pour expliquer cette ouverture vers le Japon dans une première approche il faut rappeler que la totalité des robots capables d’opérer à 4 microns près, une véritable prouesse technologique, utilisés par TSMC ont été fabriqués par des firmes japonaises. Malgré le tsunami ces sociétés ont été les principaux acteurs pour l’extension de TSMC et n’ont donc pas perdu leur savoir-faire. L’objectif de cette joint-venture nippo-taïwanaise est d’opérer à 4 microns de résolution et les Japonais sont capables d’atteindre cette définition. Ce projet va se dérouler en des temps records, beaucoup plus rapidement que le projet américain.

Quel est alors la raison de cette précipitation ? Tout simplement l’incertitude géopolitique dans la région car un conflit sino-taïwanais mettrait en péril l’ensemble des économies occidentales au cas où TSMC cesse toute production. Un tel scenario serait insupportable pour l’économie chinoise mais dans le doute autant les Américains que les Japonais ont préféré considérer la situation avec recul. Le Japon dispose d’un atout non partagé : la sophistication inégalée dans le monde de ses robots et les Chinois le savent comme d’ailleurs les Américains. Par conséquent qui va contrôler cette industrie des nouveaux fondeurs ? Le Japon, naturellement.

Si mes lecteurs se demandent pourquoi j’ai choisi ce terme de fonderies pour classer les producteurs de circuits intégrés c’est simplement parce qu’en amont de la fabrication de ces circuits intégrés de très haute technologie consistant à imprimer, le terme est abusif, actuellement à 6 microns de définition, des circuits intégrés sur jusqu’à six couches différentes, elles-mêmes connectées entre elles, utilisent un substrat noble pourtant constitué essentiellement de silicium. Il s’agit de disques très fins faisant appel à des techniques de fabrication de cylindres de silicium micro-cristallin éventuellement dopés avec des impuretés savamment choisies. Cette étape consiste initialement à « fondre » ce cylindre de silicium au cours duquel des étapes de purification par exemple par fusion de zone sont d’une extrême importance pour la qualité finale des produits. C’est pourquoi une usine comme celle de TSMC est une fonderie …

Pour conclure ce billet il faut mentionner le fait que la Chine ne maîtrise pas la technologie de TSMC et il faudra à ce pays au moins dix ans pour envisager la mise en place d’une installation industrielle de production de circuits intégrés certainement pas avec 4 microns de définition alors que le projet nippo-taïwanais pourrait être opérationnel dans moins de 5 ans. Dans cinq ans la Chine n’aura toujours pas un quelconque intérêt à attaquer Taïwan et aller s’aventurer au Japon relève de la fiction. Ces grandes manœuvres actuelles dans le domaine des circuits intégrés échappent totalement à la bureaucratie stérilisante de l’Europe et à nouveau l’Union européenne restera en retrait de cette industrie essentielle pour son développement qui apparaît maintenant compromis.

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=lJ4LK5V_O1Y d