Une autre approche vers l’immortalité ? Pas pour tout de suite …

Capture d’écran 2015-01-28 à 15.14.32

Lorsque l’on cultive au laboratoire des cellules humaines comme par exemple des fibroblastes ces cellules finissent par mourir après une trentaine de divisions dans le meilleur des cas. Et on n’y peut rien parce que les cellules vieillissent comme notre organisme vieillit inexorablement. Il existe des lignées de cellules dites immortelles toutes dérivées de tumeurs cancéreuses. La lignée la plus connue est la cellule HeLa provenant d’un cancer du col de l’utérus d’une dénommée Henrietta Lacks qui fut établie en 1951. Ce sont ces cellules qui ont été utilisées par Jonas Salk pour mettre au point le vaccin contre la poliomyélite et ce sont également ces mêmes cellules qui furent les premières cultivées à grande échelle dans la production de ce vaccin. L’immortalité de ces cellules provient de l’activité anormale d’un enzyme particulier appelé télomérase dont l’expression a été perturbée par le virus du papillome 18 ayant provoqué ce cancer du col de l’utérus.

Telomere

 

Les extrémités des chromosomes sont protégées par ce petit appendice d’ADN constitué d’environ 10000 nucléotides. Or à chaque division cellulaire ce morceau d’ADN se raccourcit car les cellules autres que les cellules embryonnaires produisant les gamètes n’expriment pratiquement plus de télomérase et ce phénomène a été appelé l’horloge biologique de l’organisme qui décompte le temps nous séparant de notre mort certaine.

Ce n’est pas très réjouissant mais encore une fois on n’y peut rien. Nous savons tous que nous sommes mortels mais on ne sait pas quand nous mourront car si on ne meurt pas de maladie on meurt de vieillesse à cause de ce raccourcissement des télomères. On a bien essayé de rendre immortelle des cellules normales mais ça n’a jamais fonctionné correctement jusqu’à cette étude réalisée à la Faculté de Médecine de l’Université de Stanford dans la Silicon Valley qui semble lever le voile obscur sur le fonctionnement de la télomérase, cet enzyme particulier qui ressemble à certains enzymes viraux.

Il serait en effet très important de disposer de cellules normales pour toutes sortes de recherches en biologie et en pharmacologie. Si les cellules HeLa ont fait l’objet de plus de dix mille applications, la plupart brevetées, ces cellules sont tout de même cancéreuses et il faut les manipuler avec précaution. En modifiant de manière ciblée l’expression de la télomérase d’une cellule normale, il n’y aurait plus de problèmes tant aux niveaux éthique qu’expérimental. Mais l’approche obligeant une cellule à exprimer la télomérase n’est pas simple du tout. Il existe bien des techniques d’insertion de gènes dans l’ADN cellulaire à l’aide de virus mais on retombe sur des problèmes d’éthique même si cette approche est utilisée dans de rares cas de thérapies géniques. Pour ce qui concerne les cellules en culture, l’approche de l’équipe du Docteur Helen Blau à Stanford a consisté à utiliser l’ARN messager codant pour la télomérase et l’introduire dans les cellules à l’aide d’un virus qui ne sert en réalité que de seringue sans apporter d’autre perturbation que cette seule introduction d’ARN. L’ARN a été modifié afin de ne pas subir de dégradation intracellulaire mais ce changement n’a pas empêché la machinerie cellulaire de le traduire en télomérase fonctionnelle.

À la suite de trois « injections », si l’on peut dire ainsi, les télomérases ont été allongées de 1000 nucléotides et les cellules ont continué à se diviser 28 fois supplémentaires en comparaison de cellules non transfectées. L’avantage considérable de cette technique réside dans le fait que cette stimulation s’évanouit avec le temps mais laisse tout de même une certaine latitude pour procéder à toutes sortes d’essais cliniques ou biologiques sans être pris par le temps. Les applications de cette technique nouvelle sont immenses car on travaille en réalité avec un matériel peu modifié et il pourra, peut-être, un jour être possible de comprendre les causes de maladies des muscles comme la maladie de Duchenne ou plus simplement traiter un jour les cellules de la peau pour combattre leur vieillissement à l’aide de produits agissant sur le promoteur de la télomérase. On peut toujours rêver d’immortalité mais ce n’est pas pour tout de suite …

Source : Stanford Medicine News Center

Voir aussi sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/01/22/limmortalite-peut-etre-pour-bientot/

Tokyo la ville la plus sure du monde

Capture d’écran 2015-01-27 à 18.29.47

Un classement des villes du monde où on se sent le plus en sécurité vient de paraître (voir le lien) comme chaque année. Il faut noter dans ce rapport que 453 millions de personnes vivent dans le monde dans des villes de plus de 10 millions d’habitants ou encore que 20 % de la population urbaine dans le monde, soit 827 millions, se retrouve dans des villes de un à cinq millions d’habitants. Le classement de la « sécurité » ne prend pas seulement en compte la criminalité mais aussi et surtout la sécurité informatique, la sécurité sanitaire, la sécurité et l’excellence des infrastructures urbaines, et en dernier lieu la criminalité.

Il ressort de ce classement que les trois premières ville sont Tokyo, suivi de Singapour et d’Osaka. Tokyo est la ville la plus peuplée de ce classement ( 13,3 millions) et la ville la plus sure du monde malgré une vie nocturne très intense. Revoir « Lost in Translation » est un véritable plaisir. Tokyo figure aussi au premier rang mondial pour les revenus moyens de ses habitants, entre 30 et 50000 dollars par an. Ici une rue du quartier de Ginza :

On peut apporter un petit correctif à ce classement qui n’inclut que Tokyo et non l’ensemble de la conurbation qui compte autour de la baie de Tokyo plus de 38 millions d’habitants.

En second rang arrive Singapour où la criminalité est sévèrement punie. Les deux endroits de la planète où la criminalité est encore inférieure sont Palau et Monaco, mais il faut comparer ce qui est comparable.

En troisième position, Osaka une autre grande ville japonaise … Puis on remarque les classement au top de Stockholm, Amsterdam, Sydney, Zürich, Toronto ou encore Melbourne. Parmi les 20 premières villes, Londres arrive en dix-huitième position suivie de Washington et enfin de Frankfort. Curieusement Paris ne figure pas dans le classement alors qu’il paraît que c’est la ville la plus touristique du monde. Je préfère pour ma part, et de loin, Tokyo …

Capture d’écran 2015-01-27 à 18.39.34

Source: http://safecities.economist.com/wp-content/uploads/2015/01/EIU_Safe_Cities_Index_2015_white_paper-1.pdf

Bill Murray et Scarlett Johanssson (Lost in Translation, 2003, crédit IMDB)

Suisse et Japon : même combat !

 

Il est très difficile d’émigrer au Japon et je connait en détail les arcanes de l’administration japonaise à ce sujet. Je suis allé plusieurs fois consulter les services de l’immigration pour tenter de trouver un moyen élégant et non réprouvé par la morale shinto-chrétienne afin d’obtenir le sésame que constitue le fameux visa de résident. Il y a environ deux années, une charmante fonctionnaire m’a, tout sourire, déclaré qu’une des façons d’obtenir ce permis était d’épouser une Japonaise. Où la trouver ? Dans les bars à entraineuses de Ginza que fréquentait assidûment l’ancien Président Jacques Chirac, pas vraiment mon style d’autant plus que je ne suis nullement un oiseau nocturne.

J’ai perdu le fil de mon propos … Ça me revient maintenant. Le Japon est confronté à une grave pénurie de main-d’oeuvre en particulier dans le secteur du bâtiment, ce qui n’est pas le cas de la France où cette activité économique essentielle a été profondément mise à mal par des lois inénarrables concoctées par la Miss Duflot. Dans les chantiers de construction, petits et discrets ou les grands chantiers comme celui, immense, en face du Palais Impérial, à Ginza, et dans une multitude d’autres endroits de cette immense ville, il y a des septuagénaires grassement payés pour réaliser des tâches au dessus de leurs forces car il n’y a plus de bras disponibles.

Ce problème de main-d’oeuvre n’est pas une exception japonaise, un pays dont on sait que la population vieillit, il en est de même tout près des frontières de l’Hexagone, tout simplement en Suisse. Outre-Jura on n’est tout de même pas encore arrivé au stade de la Thaïlande ou des mères de famille transportent au milieu de la nuit des seaux de béton en effectuant des acrobaties sur des échafaudages en bambou pour nourrir leurs enfants, j’ai vu ce genre de spectacle. La Suisse est un pays (comme le Japon) où on respecte l’individu quitte à l’allécher avec des émoluments confortables pour le convaincre malgré son statut déjà enviable de retraité officiel à continuer à exercer son activité professionnelle afin de transmettre son savoir comme il l’entend avec une flexibilité dans les horaires, pas de pression sur la performance, un respect de la part de la hiérarchie, etc.

C’est ainsi que la Suisse a de facto opté pour un départ à la retraite à la carte, une conséquence directe du vieillissement alarmant de la population, sans pour autant aggraver le chômage qui reste de toutes les façons négligeable dans ce pays, comme d’ailleurs au Japon. Les restrictions récentes relatives à l’immigration ont en quelque sorte aggravé la situation économique. Il est certain que le renchérissement de la valeur du franc suisse va favoriser l’afflux de candidats frontaliers, Français, Italiens ou même Allemands vers le pays, mais la culture et les principes nationaux suisses que ne maîtrisent pas forcément les candidats frontaliers constituera toujours un handicap.

Il en est exactement de même au Japon, un pays avec une population vieillissante qui devrait en toute logique ouvrir ses frontières et accueillir une main-d’oeuvre qualifiée ou encore de simples agriculteurs susceptibles de remettre en exploitation des rizières à l’abandon. Les économies de la Suisse comme du Japon seraient largement bénéficiaires si les gouvernements de ces deux pays ouvraient plus largement leurs frontières. Il en va presque de leur survie.

Billet inspiré d’une dépêche d’ATS (ats / 27.01.2015 21H53)

CGT et réchauffement climatique, ça va chauffer !

 

J’adore ce genre d’information que je communique brute d’agence à mes lecteurs, l’AFP est pourtant carrément orientée écolo !

Un meeting avec Valls retardé par une panne de secteur revendiquée par la CGT mines-énergie

AUDINCOURT – Un meeting de soutien au candidat socialiste Frédéric Barbier à la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs, en présence du Premier ministre Manuel Valls, a été retardé mardi soir à Audincourt, près de Montbéliard, par une panne de secteur revendiquée par la CGT-Mines-énergie, a constaté l’AFP.

Arrivé sur place peu après 19H00, Manuel Valls venait d’engager un point de presse en compagnie de Frédéric Barbier, lorsque la salle a été plongée dans la pénombre et le son coupé.

Plusieurs centaines de personnes, bientôt un millier de militants PS et de citoyens déclarant être venus par curiosité, attendaient entretemps dans une vaste salle à proximité que le courant soit rétabli, ce qui s’est produit au bout d’une heure environ.

Le Premier ministre avait pour sa part pris son mal en patience, échangeant avec Frédéric Barbier et le sénateur-maire PS de Montbéliard, Martial Bourquin.

Dans un communiqué, la CGT a indiqué que la Fédération Nationale des Mines Energie (FNME) CGT et ses syndicats (présents à Audincourt) soutiennent la coupure d’électricité réalisée par les électriciens et gaziers.

Cette action vise à rappeler que cette loi de transition énergétique est une bonne idée, mais avec de très mauvaises solutions, ajoute le communiqué.

Cette loi, poursuit notamment le document, achèverait le processus de casse du service public de l’électricité.

La FNME CGT considère que l’on est face à une loi de +transaction énergétique+ visant à remercier les écologistes pour leur apport de voix aux dernières élections présidentielles, au détriment de l’avenir de la planète et de l’intérêt collectif, souligne encore le communiqué.

(©AFP / 27 janvier 2015 22h24)

Ça promet ! La CGT va mettre la pression sur Mademoiselle Ségolène Royal au sujet de la fermeture des centrales nucléaires, et je m’en réjouis ! La CGT n’acceptera jamais le démantèlement programmé et exigé par les écologistes du parc électronucléaire français. Non seulement ce serait une monumentale erreur qui précipiterait le pays dans une crise dont il ne pourrait pas se relever, mais ce serait l’arrêt de mort de la filière nucléaire française qui est encore (mais pour combien de temps) le seul fleuron industriel du pays. Areva, censé investir dans des moulins à vent pour satisfaire les rêves insensés des écologistes, perd de l’argent et va écrémer dans ses effectifs, en particulier ceux qui maîtrisent les technologies du nucléaire, on hallucine … Tout ça pour des moulins à vent ! EDF est contraint de surtaxer ses clients, particuliers et industriels, pour financer ces mêmes moulins à vent parce que des écologistes totalement déconnectés des réalités économiques prétendent que le climat va se réchauffer. On patauge dans une politique de mauvaise facture et de connivences qui va aboutir à la ruine pure et simple du pays tout entier. La France est peut-être le pays de l’OCDE le plus « propre » en termes d’émission de CO2 et les écologistes veulent réduire la contribution de l’électronucléaire dans la fourniture d’électricité pour le remplacer par de la tourbe importée d’Allemagne, quel bel avenir. Il est difficile de comprendre leur démarche qui n’est guidée que par des théories politiques opportunistes à la Nicolas Hulot, un imposteur du genre Al Gore en pire. Ce triste individu donne de la voix pour appuyer les thèses de Mademoiselle Royal dans sa démarche climato-compatible consistant à privilégier les moulins à vent à l’uranium.

Il faut tout de même se souvenir que ce triste sire, je parle de Hulot, un pote de Bové, a fait fortune en réalisant des émissions télévisuelles financées par Rhône-Poulenc, l’un des principaux pollueurs français de l’époque qui n’en avait rien à foutre des rejets de produits polluants dans les rivières et dans l’atmosphère. Hulot était la vitrine de RP, la belle entreprise capitalistique respectueuse de l’environnement ! Je sais exactement de quoi je parle puisque j’ai travaillé pendant 13 ans dans cette entreprise et on ne cessait de vanter les reportages de cette marionnette qui permettait de vendre plus de pesticides et plus de médicaments. N’importe quoi !

En conclusion, il faut que la CGT-MINES-ÉNERGIE continue son combat contre les décisions insensées du gouvernement de démantèlement du patrimoine industriel français et j’espère qu’elle réussira à faire plier Mademoiselle Royal et le Premier Ministre.

Les anticonceptionnels : un autre gigantesque scandale sanitaire à l’horizon ?

Patricia-Hunt

Cette fois, le scandale pourrait être d’ampleur planétaire et les malthusiens de tous bords, y compris les écologistes, Greenpeace en tête, vont pouvoir se réjouir ! La fertilité masculine diminue dramatiquement et les ovules des femmes sont tout simplement inutiles car de moins en moins capables de produire un embryon viable. Parallèlement l’ensemble de la population se dégrade au niveau des facultés intellectuelles en raison d’interconnexions neuronales défectueuses, tout pour plaire !

C’est en étudiant l’effet du bisphénol A (BPA) sur la maturation des gonades au cours de la vie foetale et leur fonctionnement durant l’âge adulte qu’une équipe du Centre de Biologie Reproductive de l’Université de l’Etat de Washington à Pullman dirigée par le Docteur Patricia Hunt que l’idée lui est venue de comparer les effets de cet additif universellement utilisé pour la production de matières plastiques et de films à usage alimentaire ainsi que de papier thermosensible avec les effets du 17-alpha-ethynyl-estradiol (EE), l’un des anticonceptionnels les plus utilisés dans le monde.

Car la situation est devenue plus qu’alarmante. Par exemple au Danemark, plus de 40 % des hommes produisent un sperme qui fait qu’ils sont tout simplement stériles. Non seulement les spermatozoïdes sont déficients mais leur nombre est devenu ridiculement faible. Tout ça parce que durant la vie foetale, c’est-à-dire lors de la formation des testicules, ces derniers ont été exposés à des perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A mais pire encore par l’EE résiduel qui se retrouve maintenant partout sur la planète y compris dans les eaux dites minérales conditionnées dans des bouteilles qui, en plus, dégagent du BPA, car ce produit de synthèse, je veux parler de l’EE qui enrichit les laboratoires pharmaceutiques n’est pas dégradé par le traitement des eaux résiduaires.

Pour comprendre comment cette catastrophe sanitaire planétaire a pu apparaître, il faut faire un petit retour sur le processus de la conception. Les gamètes femelles sont constitués d’ovules qui ne possèdent que la moitié du patrimoine génétique. Ces ovules en nombre limité se forment au cours de la croissance foetale. Du côté des gamètes mâles, et c’est là où se situe le problème le plus critique, les spermatozoïdes proviennent de cellules germinales diploïdes et un processus appelé méiose réduit de moitié le nombre de chromosomes lors de la maturation des spermatozoïdes. Au moment de la conception chaque moitié des chromosomes s’apparie avec son correspondant pour former un embryon avec ce qui est communément appelé un œuf qui aura 2n chromosomes.

Or les perturbateurs endocriniens genre bisphénol A ou EE perturbent aussi durablement la méiose testiculaire. Il y a tout lieu de penser que le bisphénol S présente la même activité monstrueusement délétère pour l’avenir de l’humanité. Pour les femmes, le mal est déjà fait dès la naissance et avec un peu de chance, au moins un ou deux ovules sont encore en bon état. Mais chez les hommes la situation ne fait que s’aggraver avec le temps : la qualité du sperme diminue de 2 à 3 % chaque année, que ce soit en Europe, au Japon ou aux USA … Tout simplement effrayant. Le syndrome s’appelle la dysgenèse testiculaire et il semble maintenant prouvé qu’il soit acquis durant le développement foetal et qu’il soit irréversible. C’est en tous les cas ce qu’a montré l’étude très détaillée dirigée par le Professeur Hunt parue dans la revue à comité de lecture PlosOne (voir le DOI) en utilisant des souris. Comme certaines lignées de souris utilisées en laboratoire sont apparues insensibles aux perturbateurs endocriniens des souris « sauvages » ont aussi été utilisées dans cette étude. La différence réside dans le fait que les lignées de souris établies pour les études scientifiques sont le plus souvent des animaux ayant subi durant des successions de générations une endogamie intense. Les souris « sauvages » constituent donc un modèle plus proche de l’homme car l’endogamie chez l’homme est proscrite en raison d’un certain nombre de tabous parfaitement justifiés. L’effet des perturbateurs endocriniens se fait sentir non seulement au cours de la maturation des spermatozoïdes mais il induit l’apparition de nombreux défauts au cours de la recombinaison des gamètes avec des appariements des chromosomes totalement erratiques. Les effets de l’éthynyl-estradiol sont décelables à des doses inférieures au milliardième de gramme, ce n’est pas encore homéopathique mais presque !!!

Les questions qui se posent à la lecture de cet article de PlosOne, disponible en ligne, sont très dérangeantes. Qu’on interdise les bisphénol A et S ainsi que les phtalates largement utilisés pour les bouteilles en plastique dites polyéthylène-téréphtalates (PET) de qualité supposée alimentaire pourrait remettre en question et très profondément l’ensemble de l’organisation de l’industrie agro-alimentaire. Quelques exemples permettent de situer l’ampleur du problème : interdire les canettes métalliques, les emballages de lait, de jus de fruits et de bien d’autres aliments et boissons en carton comportant un liner intérieur contenant du BPA, interdire les pots de yaourt en plastique, interdire les films recouvrant les pizzas congelées et de multitudes autres aliments, le BPA se dissout tout simplement dans les graisses du fromage râpé et du jambon … et la liste est immensément longue, ce jusqu’aux bouteilles de shampooing ! Qu’on interdise les anticonceptionnels est une autre histoire qui risque de créer de profonds remous auprès de la gent féminine (et féministe) qui s’est habituée à ce confort promu par des Simone Weil par exemple (responsable mais pas coupable) mais il apparaît urgent d’y songer.

Dans les deux cas de figure il s’agit quelque part de l’avenir de l’humanité et c’est beaucoup plus préoccupant que le réchauffement climatique global ou les OGMs ou encore l’énergie nucléaire et bien d’autres avancées technologiques, il s’agit tout simplement de la mise en danger de la perpétuation de l’espèce humaine, et pas seulement, car de nombreux animaux dont en particulier les poissons de rivière sont aussi concernés par cette pollution dévastatrice à l’échelle planétaire …

Source : PLOS Genetics, 2015; 11 (1): e1004949 DOI: 10.1371/journal.pgen.1004949 , illustration Docteur Patricia Hunt ( https://news.wsu.edu/2015/01/22/wsu-researchers-see-effect-of-bpa-and-estradiol-on-sperm-development/#.VMaeJlvUfIN )

Billet d’humeur politique

Billet d’humeur politique

Qui bombarde qui à Mariupol, ce port sur la Mer d’Azov d’une grande importance stratégique et de plus en majorité russophone et orthodoxe ?

Je me demande pourquoi je me pose la question car à l’évidence, ce ne sont pas les habitants de cette ville dévastée depuis 48 heures par un véritable déluge de bombes en tous genres, à fragmentation, incendiaires, au phosphore et peut-être bien biologiques (mais il n’y a encore aucune confirmation dans les médias non politiquement corrects), et d’où provient tout cet arsenal ?

Encore une autre question embarrassante, bien gênante à laquelle le Capitaine de pédalo dont la côte de popularité est remontée avec Charlie ou encore Angela qui n’en a plus rien à foutre de toutes ces histoires, déterminée à quitter la zone euro le plus vite possible pour le bien de son peuple, et elle a parfaitement raison, ne peuvent répondre ou en tous les cas se garderont bien de répondre. Surtout que le parti Syriza est donné gagnant à 0,5 contre un ce soir (dimanche) en Grèce et que les Espagnols frémissent à la simple (et stupide) idée que Podemos balaiera autant le PP que le PSOE en juin prochain. On ne peut que constater que la débandade est bien engagée en Europe et les évènements sanglants ukrainiens arrivent à propos pour rappeler aux démocraties européennes, s’il en existe encore, que l’heure est grave ! Qui sait exactement qui bombarde qui à Mariupol en ce moment ? L’armée « régulière » ukrainienne financée en sous-main par les Américains ou les « rebelles » financés par la Russie ? On nage dans la désinformation. C’est un remake du Kosovo en beaucoup plus sordide !

Les Américains ont gagné, ils ont réussi à détruire l’Europe en montant de toute pièce, sur la base de mensonges incroyables mais que tous les gouvernements européens ont gobé sans dire ouf, que le nouvel ennemi était la Russie alors que le véritable ennemi se trouve parmi nous tous en Europe, l’islam fanatique financé par l’Arabie Saoudite et les Emirats avec le soutien américain. Car en effet, qui est le meilleur allié des Américains au Moyen-Orient sinon l’Arabie Saoudite ? Les Allemands commencent à se rebiffer, ce sera bientôt des ratonnades à Paris …

Décidément l’histoire se réécrit années après années sans que la bêtise humaine basale n’ait reculé d’un millimètre. Bien triste perspective !