Noam Chomsky affirme qu’Israël s’est immiscé dans les élections américaines et déclare que l’ingérence russe est « une blague ».

Capture d’écran 2019-09-06 à 16.27.03.png

Traduction d’un article d’Arjun Walia paru sur le site Collective Evolution

Il est tout d’abord important de comprendre pourquoi Donald Trump, depuis qu’il a décidé de se présenter à la présidence américaine, a été diabolisé par les médias traditionnels. La réponse est simple, parce qu’il est un perturbateur. De nombreux esprits auront du mal à discerner cela en raison du pouvoir que les médias traditionnels ont sur l’esprit des masses depuis des années. Ce n’est pas difficile pour eux de programmer la perception d’un évènement ou d’une personne dans l’esprit de l’être humain moyen. Ces médias ont une très grande capacité à le faire et leur positionnement découle de leurs relation avec des agences de renseignement telles que la CIA. Ces médias sont simplement un outil pour laver le cerveau des masses.

Les efforts coordonnés dans principaux organes de presse, notamment CNN, le NYT, le WaPo, le HuffPo et USA Today, ne diffèrent pas des attaques médiatiques concertées contre la Brésilienne Dilma Rousseff, qui a eu pour résultat plus tôt en 2016 sa destitution et son retrait du pouvoir. Dans le cas de Rousseff, nous voyons ce qui a été décrit à tour de rôle comme un coup d’Etat doux ou un coup d’Etat de Wall Street, à l’instar des « révolutions de couleur » survenues quelques années plus tôt (qui sont maintenant largement considérées comme ayant été orchestrées par la CIA et certaines ONGs). Dans les deux cas de faux prétextes ont été martelés sur les écrans à la maison, ce qui a attisé l’opinion publique. Au Brésil cette stratégie a fonctionné. Il semblait que ce mécanisme fonctionnerait aussi aux Etats-Unis lors de la campagne des présidentielles.

Quant à Donald Trump, sa présidence s’apparente à bien des égards aux deux piliers de l’idéologie de l’élite dirigeante américaine : le néolibéralisme et le néoconservatisme. C’est pourquoi nous le voyons constamment « démonisé » et les efforts pour le destituer sont constants. C’est pour quoi il y a eu tout de suite cette histoire de collusion russe, ce que beaucoup auraient dû être en mesure de reconnaître comme étant complètement fausse. De fait, il y a clairement eu une attaque du « Deep State » dirigée contre Trump. Que vous détestiez ou non Trump, ce qui est exposé ici, bien au delà du but, est bien plus considérable qu’on ne peut le penser.

Bienvenue en Amérique, pays où les fausses nouvelles sont considérées comme exactes et les nouvelles réelles lourdement censurées et ridiculisées.

Il n’y a pas longtemps Noam Chomsky a présenté ses idées appuyées par d’excellents arguments. Chomsky est connu pour être un critique profond, un linguiste, philosophe, un scientifique cognitif, historien, critique social et activiste politique, entre autres qualités. Je suis un fan de longue date et une grande partie de son travail résonne en moi profondément, bien que d’autres de ses oeuvres me semblent sans importance. À mon avis il est en général bien positionné pour ses analyses de la politique moderne et il a récemment rendues publiques ses réflexions sur la débacle du « Russia Gate ». Dans une interview avec « Democracy Now » il a expliqué que l’attention des médias sur le « Russia Gate » lors de l’élection américaine de 2016 était une bouffonerie. Il n’a pas confirmé ou nié sa conviction quant à savoir si cela s’était même produit ou non, mais il a expliqué ceci :

« Tout d’abord, si vous vous intéressez à une ingérence étrangère dans nos élections, quoique les Russes aient pu faire compte à peine ou très peu dans la balance en regard de ce que fait un autre État, ouvertement, effrontément et avec un énorme soutien.

L’intervention israélienne dans les élections américaines dépasse de loin tout ce que les Russes ont pu faire, à tel point que le Premier ministre israélien Netanyahu s’est lui)même rendu directement au Congrès, sans même en informer le Président, pour s’adresser aux Représentants sous un tonnerre d’applaudissements pour tenter de saper la politique du Président – c’est ce qui s’est passé sous l’administration Obama en 2015. »

Autre point. Le Docteur Ron Paul, candidat à trois reprises à la présidence et ancien membre de la Chambre des représentants des Etats-Unis, s’est exprimé sans détour sur l’ingérence des USA lors d’élections dans d’autres pays. Il a souligné que, dans un monde idéal, les USA ne devraient pas s’inquiéter des autres pays en tentant de s’ingérer dans leurs élections, et la raison est que cela n’arrive pas parce que le gouvernement américain est complètement hypocrite car il fait exactement la même chose dont il accuse la Russie d’avoir fait. Ron Paul a déclaré que le peuple américain devrait s’inquiéter de l’influence de la CIA sur les élections dans d’autres pays, probablement une centaine, c’est une constante, sans oublier les assassinats politiques auxquels la CIA a contribué. Et Ron Paul de remuer la confiture encore plus loin en révélant l’existence d’un gouvernement fantôme, reprenant les propos de RT (Russia Today), gouvernement fantôme allié à de grands médias pour faire passer un discours anti-russe auprès du public afin de semer la peur et la haine et de susciter de nouveaux débats entre Républicains et Démocrates.

Il y a d’autres problèmes plus importants.

La présentation de l’interview de Chomsky et ce qu’elle soulève, c’est qu’il y a des problèmes beaucoup plus urgents. Le soi-disant piratage des élections américaines par la Russie n’est pas vraiment important, il est simplement utilisé à des fins politiques et pour justifier des assassinats. La politique moderne est extrêmement corrompue et à « Collective Evolution » (note en fin de billet) nous présentons depuis des années la preuve que nombre de nos dirigeants politiques sont activement impliqués dans un comportement immoral et sans éthique. Cela ne devrait pas vraiment surprendre de constater que si on regarde ce qui se passe sur notre planète, c’est le résultat de leaders politiques psychopathes à qui nous permettons de contrôler toutes nos ressources et des prendre des décisions à notre place. En outre Chomsky met également en évidence d’autres interférences dans les processus électoraux que les médias ne prennent pas en compte.

Qui a vraiment le pouvoir ? Vivons-nous dans une démocratie ?

L’une des nombreuses citations que nous utilisons ici à Collective Evolution est celle de John F. Hylan, le maire de New-York : « Telle une pieuvre géante qui étend ses tentacules sur les villes, les Etats et la Nation toute entière, une petite coterie de puissants banquiers internationaux dirige le gouvernement des Etats-Unis pour ses propres intérêts égoïstes. Ils contrôlent les deux partis (Républicains et Démocrates) et contrôlent la majorité des journaux et magazines de ce pays« . Cela soulève la question suivante : vivons-nous vraiment dans un système démocratique ? Les gens ont-ils vraiment une voix ? Il semble que les entreprises et les autres puissances supérieures contrôlent totalement la politique et la volonté du peuple n’est jamais prise en compte. Pour la plupart, en particulier aux Etats-Unis, les élections se résument à deux personnes qui n’ont pas vraiment à coeur les meilleurs intérêts du peuple ou de l’humanité. Malgré cela, nous continuons à voter ce qui nous donne l’illusion de vivre dans une démocratie. Voter ne fait absolument rien pour le changement, et pourtant beaucoup d’Américains accordent encore une grande importance au vote. Il semble que le parti démocrate et le parti républicain ne sont que les deux ailes du même oiseau.

« Et c’est ainsi que fonctionne le système, c’est un système pourri, et je vois les élections comme une sorte de mascarade. Il y a tellement de duperies en tous genres, qu’il s’agisse d’un président démocrate ou d’un président républicain, ceux qui veulent maintenir un certain statut quo font semblant d’être aux manettes et de contrôler la situation. Ils deviennent un peu trop nerveux quand un indépendant comme Bernie Sanders, ou Ron Paul ou même Trump veulent changer les choses. Il y a tellement de gens qui pensent que le système est truqué et que voter est là seulement pour calmer les électeurs alors que ça n’a aucune importance » selon Ron Paul.

Il y a des dizaines et des dizaines de politiciens qui ont mentionné le « Deep State » et pas seulement Donald Trump. Malgré le fait que les médias traditionnels aient qualifié Trump de « complôtiste » il fait partie de ces politiciens qui ont exprimé les mêmes idées. Un autre excellent exemple vient de Theodore Roosevelt :

« Les partis politiques existent pour s’assurer d’un gouvernement responsable et pour exécuter la volonté du peuple. De ce personnel supérieur les deux grands partis politiques se sont séparé. Au lieu d’être les instruments de promotion du bien-être général, ils sont devenus les outils des intérêts corrompus qui les utilisent comme des armes au service de leurs objectifs. Derrière le gouvernement visible se trouve le siège du gouvernement invisible qui ne doit aucune allégeance ni aucune responsabilité envers le peuple. Détruire ce gouvernement invisible, contrecarrer l’alliance impie des entreprises corrompues et de la politique corrompue est la première tâche de l’homme politique » . Le fait est que la politique n’est pas ce que nous pensons. Tout ce qui nous est présenté n’est pas la réalité et nous sommes loin ici de la théorie du complot. Nous ne pouvons pas continuer à suivre le même processus tous les quatre ans en pensant qu’une différence sera apportée via le système politique moderne. Quelque chose doit changer car l’homme a beaucoup de potentiel et malheureusement il est gaspillé.

Au final la politique a clairement été présentée par Chomsky comme une sorte de jeu dans lequel un groupe tente de calomnier un autre groupe pour défendre ses propres intérêts. Il est rare que des décisions soient prises dans l’intérêt des peuples ou de la planète. La politique ne concerne pas la volonté du peuple, mais c’est plutôt un moyen d’inciter la population à penser d’une certaine manière tout en profitant à un petit groupe de l’élite financière. C’est devenu complètement inutile et participer à la vie politique devrait être déconseillé.

Notes. Traduction d’un article d’Arjun Walia paru sur le site Collective Evolution (collective-evolution.com) relative à une interview de Noam Chomsky : https://www.youtube.com/watch?v=x6qk01yq-dY ou encore https://www.youtube.com/watch?v=P2lsEVlqts0 et sur le site Democracy Now ! ( https://democracynow.org ). Les amateurs de Noam Chomsky peuvent aussi voir cette lecture donnée à l’Université d’Heidelberg en 2016 :

https://www.youtube.com/watch?v=OEoVvOh1qbw

Noam Chomsky est né en 1928

Brève. Pour un milliard de dollars de plus ?

Alstom.svg.png

Ce n’est pas le titre d’un film hollywoodien qui vient de sortir mais la question que vont bientôt se poser beaucoup de Français depuis la parution du livre de Frédéric Pierucci qui narre ce qu’il convient aujourd’hui d’appeler en France un scandale au sommet de l’Etat. Quand un grand commis de l’Etat, conseiller du Président français, puis ministre concerné directement par des cessions d’actifs industriels français, hautement stratégiques de surcroît, à des investisseurs étrangers « laisse faire », alors qu’il était fraîchement arrivé dans cette position de grand fonctionnaire depuis une banque privé, on peut se poser la question que probablement beaucoup de Français se posent : Où est passée la commission, disons de 5 à 6 % du montant de la transaction d’un montant de 13 milliards de dollars, qui s’élève, peu ou prou, à un petit milliard de dollars ?

Je n’ai pas d’éléments de réponse mais je salue l’action du député LR Olivier Marleix qui a déposé une plainte auprès de la justice pour peut-être obtenir quelques informations. Il serait souhaitable que des journalistes téméraires osent s’intéresser à ce sombre dossier. La justice française étant soumise au bon vouloir des dirigeants politiques, inutile d’en attendre quoi que ce soit car il n’y a plus de séparation des pouvoirs en France. En d’autres termes la France n’est plus une démocratie. D’ailleurs dans un pays où il est possible pour des hauts fonctionnaires de faire des aller-retour entre les postes gouvernementaux et les entreprises privées (ou publiques) comment peut-on encore espérer se trouver dans un pays qui défend les principes de l’égalité entre les citoyens.

Il reste donc un petit espoir : une dénonciation anonyme, on appelle maintenant ça « un lançeur d’alerte », un « whistleblower », comme Edward Snowden, provenant de la haute fonction publique de l’Etat français et qui ait encore un soupçon de respect de sa nation. Depuis les sous-marins jusqu’aux centrales nucléaires et les centrales hydro-électriques la France est maintenant dépendante du bon-vouloir d’une entreprise américaine … Avoir cédé Alstom-Energie à une entreprise américaine est un acte de haute trahison, il faut appeler les choses par leur nom ! Et ce n’est qu’un début car le gouvernement français veut « liquider » les barrages hydro-électriques, une erreur également statégique qui mettra en péril la stabilité du réseau électrique français, la Française des Jeux, une des rares entreprises rentables appartenant à l’Etat français, ou encore les aéroports de Paris. Qui va acheter ces pépites ? Les copains de celui qui a vendu Alstom aux Américains ? Comme le dit si justement H16 ce pays est définitivement foutu !

Lettre ouverte à Monsieur François Asselineau

Cher Monsieur,

Au cours de vos interventions sur le plateau de studios alternatifs diffusées sur internet, quand vous mentionnez les régulations et décisions de la Commission de Bruxelles, abstenez-vous de mentionner celles concernant le glyphosate. Pour une fois les instances bruxelloises ont repoussé l’interdiction d’utilisation de ce produit en se fiant à des études indépendantes et d’une haute valeur scientifique qui ont montré que ce produit n’était pas cancérigène. La France a décidé de n’interdire ce produit que dans trois ans attendant de plus amples informations. Elles sont pourtant disponibles et accessibles au public. Gangrénée par le cancer de l’écologie politique outrancière l’administration de Macron et de Hollande avant lui ont été aveuglés par les décisions approximatives du Centre International de Recherche sur le Cancer, un organisme onusien parmi tant d’autres.

Au cours des années passées le glyphosate a évolué du statut de cancérigène possible, statut assigné à tous les composés chimiques de synthèse quels qu’ils soient, puis au statut de cancérigène probable et les médias ont transformé ce dernier statut de cancérigène probable à simplement cancérigène. Je voudrais ici vous rappeler la définition de « cancérigène ». Il s’agit d’une molécule chimique qui interagit directement avec l’ADN, support de l’hérédité. Or le glyphosate ne peut pas interagir avec l’ADN de par sa structure chimique.

Ce n’est pas parce que le Vietnam a interdit le glyphosate pour une raison qui m’est étrangère qu’il faudrait aussi exiger de la Commission Européenne qu’elle prenne la même décision. Il existe en France comme dans de nombreux pays de par le monde l’odieux « principe de précaution » mis en place en France par Michel Barnier et Simone Veil. Ce principe détestable paralyse toute recherche en biologie comme en pharmacologie. C’est sur la base de ce principe aussi inique que stupide que les écologistes politiques ont exigé le retrait du glyphosate sans jamais en mesurer les conséquences économiques. Le nettoyage des bordures des voies de chemin de fer est un aspect de l’utilisation de ce produit, anecdotique certes, mais l’utilisation de cette molécule dans l’agriculture n’a pas d’alternative fiable et économique. Si les agriculteurs se voient privés de ce produit ils se retrouveront tout simplement en danger de mort, non pas à cause de celui-ci mais parce qu’ils seront immédiatement en faillite.

Vous avez suivi le mouvement général de la propagande écologique en reprenant sans les étudier certains de leurs arguments et c’est bien regrettable. Je souhaite un bel avenir à votre mouvement aux idées duquel j’adhère à quelques détails près.

Veuillez agréer Cher Monsieur en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Nouvelles du Japon : les prémonitions du Général Ishiwara Kanji

Kanji_Ishiwara.jpg

Je suis plongé dans la lecture d’un livre passionnant que m’ envoyé un vieux copain qui est également un ami de Pierre Sevaistre, un Français ayant longtemps vécu au Japon, auteur de ce livre intitulé « Le Japon face au monde extérieur, une histoire revisitée » paru aux Editions Les Indes Savantes en 2017. L’auteur m’ayant dédicacé cet ouvrage, je pense qu’il ne me tiendra pas rigueur du fait que je cite un passage relatant les opinions incroyablement visionnaires de Ishiwara Kanji, en quelque sorte l’éminence grise de l’Empereur de l’ère Showa plus connu sous le nom de Hirohito. L’Empereur était devenu sous la pression des militaires chef suprême de l’armée japonaise, un long processus parfaitement bien décrit dans cet ouvrage.

Voici le passage relatif aux prises de position d’Ishiwara figurant à la page 144 de ce livre (illustration Wikipedia).

Ishiwara était un personnage tout à fait hors du commun, l’élite de l’élite comme aiment à le dire les Japonais, un intellectuel qui mettait en pratique ses théories. Il venait d’une famille samouraï du nord-est, c’est-à-dire du mauvais côté lors de la guerre du Boshin mais pour sa promotion à l’académie militaire impériale, la vingt et unième, cela n’était plus un problème. Comme beaucoup de ses congénères il pensait que le monde se dirigeait vers la guerre (on était en 1931) mais il allait plus loin que la plupart en prévoyant que cette guerre serait totale et finale et que c’était le destin du Japon à la tête d’un groupe asiatique incluant la Mandchourie, la Corée et la Chine de mener le monde et de lui imposer la paix impériale et l’essence nationale japonaise, le kokutai. Il y avait une base religieuse à cette idéologie puisque Ishiwara était bouddhiste de la secte Nichiren et que l’extension mondiale de cette croyance faisait aussi partie de son credo.

La création d’un Etat marionnette en Mandchourie était le premier pas afin de s’assurer les ressources nécessaires contre l’URSS. Il pensait que la Chine accepterait de se séparer de ce territoire qui était ethniquement différent et c’est pour cela que selon lui, l’armée japonaise ne devait pas aller plus au sud que la Grande Muraille. Avec le soutien des pays asiatiques, la guerre avec l’URSS pourrait durer des dizaines d’années et quant à celle contre l’Occident, et plus particulièrement contre l’Amérique, compte tenu de l’éloignement géographique, elle devrait attendre le développement de nouvelles armes, des bombes dont une seule pourrait détruire une ville entière, une précoce préfiguration de l’arme nucléaire, des avions capables de faire le tour du monde. Avec un mélange de prescience et de naïveté confondante, c’est l’homme qui a lancé son pays dans des opérations armées qui allaient le conduire de façon irrésistible à la guerre, même si c’était par le biais de chemins qu’il n’avait pas prévu.

Note. La guerre du Boshin (1869) fut une guerre civile qui opposa différents clans de samouraïs, les uns fidèles au Shogun d’Edo (ancien nom de Tokyo) et les autres proches de l’Empereur qui résidait à Kyoto. Cette guerre civile fut le point de départ de l’ère Meiji qui vit la fin des clans de samouraïs et pacifia et réunifia le Japon.

Le kokutai est une philosophie politique, culturelle et spirituelle qui englobe une série de notions dont celle d’une seule nation réunie autour de l’Empereur, garant de la morale nationale.

Billet d’humeur politique : Macron et les « Gilets Jaunes »

J’avoue avoir suivi de loin les rebondissements récents de la politique intérieure française en particulier en ce qui concerne les dérives anti-sémites supposées avoir été le fait des gilets jaunes. J’ai trouvé un article de Guy Millière paru sur le site du Gatestone Institute daté du 5 mars 2019 dont je traduis pour mes lecteurs le résumé comportant deux citations. Il m’a paru d’autant plus intéressant que la version en français de cet article ne semble pas disponible alors que ce site publie en 16 langues. Bonne lecture !

« Il nous appartient de donner un sens politique à révolte des « Gilets jaunes ». L’objectif n’est pas simplement de contester une augmentation des taxes mais de contester le système politique qui induit cette augmentation« . Elias D’Imzalene, prédicateur islamiste français, 23 Novembre 2018.

« Macron déteste les gilets jaunes et veut qu’ils disparaissent, il veut gagner les élections européennes et a besoin du vote des musulmans, il connaît parfaitement qui sont les anti-sémites mais il ne les attaquera pas, il a besoin d’eux. Il ne s’en prend qu’à ceux qui sont dangereux pour lui« . Eric Zemmour, auteur français, 19 Février 2019.

D’autres personnes ont déclaré qu’une manifestation excluant le parti « Rassemblement National » visait à détourner l’attention du réel danger antisémite. Ils ont également suggéré que les partis politiques qui soutiennent les meurtriers de Juifs soient précisément ceux qui nient que l’Islam radical soit un danger.

Aujourd’hui ce mouvement s’épuise et il est miné par des casseurs commandités par le Ministère de l’intérieur pour le décrédibiliser, une belle tactique totalitaire qui rappelle étrangement la « nuit de cristal » à Berlin.

Sans autre commentaire

Lettre ouverte à l’intention de Monsieur Charles Gave et à sa fille Emmanuelle

Cher Monsieur,

Depuis Tenerife où je vis depuis plus d’une décennie j’observe – de loin – les évolutions de la vie quotidienne, de l’économie, de la finance françaises. Je ne trouve rien de rassurant pour l’avenir et je m’inquiète de celui de mes petits-enfants.

Mon fils puiné a quitté la France et vit depuis plus de 12 ans au Japon. Il a fait le bon choix au bon moment. À Tokyo il y a un nombre croissant de Français qui ont choisi ce pays car il est au coeur de l’Asie et c’est là que tout arrivera sur le plan économique au cours des prochaines décennies, à n’en pas douter un instant.

Nous ne pouvons que constater le processus de déliquescence qui gangrène la France, dirigée par une caste de parasites prétendant être des technocrates omniscients alors qu’ils n’ont toujours pas compris qu’il n’étaient que de vulgaires pantins du pouvoir de Bruxelles, lui-même au service de Washington, gangrène à laquelle se surajoute la surenchère des écologistes, il ne faut pas l’oublier.

J’avoue ne pas avoir suivi le matraquage médiatique dont vous avez été victime ainsi que votre fille dont la clarté d’analyse est surprenante. j’ai vu avec beaucoup de plaisir une de ses apparitions sur une chaine Youtube parallèle et indépendante des puissances financières, puissances qui comme des chacals ou des hyènes se repaissent des restes encore tièdes de la France. Car la France est déjà perdue et comme beaucoup de commentateurs de sites internet variés la révolte actuelle se terminera par une révolution, et c’est inévitable. Le gouvernement français n’a plus que la violence policière pour contrer le mouvement populaire qui a surgi spontanément en France. La violence est l’argument des faibles qui ont peur et attaquent dans une tentative ultime de survie à court d’arguments pour défendre leurs privilèges.

Si la France en tant que nation veut se sauver du chaos il lui faut réformer en profondeur les fondements de la République. La constitution de la Ve république convenait à un grand homme comme De Gaulle, constitution taillée à sa mesure, mais elle est inapplicable pour les médiocres et tous les successeurs de De Gaulle ont été tous aussi médiocres les uns que les autres. Il faudra réaliser un audit des finances publiques et réformer l’ensemble du système fiscal, établir une séparation totale entre le pouvoir et la justice. Il est inadmissible qu’il y ait un ministre de la justice en France, la justice doit être autonome et indépendante du pouvoir. Il faut que la France quitte l’euro, il y a urgence, Qu’elle quitte l’OTAN et le Conseil atlantique, l’urgence est la même. Puis dans l’organisation du monde politique français il faut interdire le cumul des mandats et le cumul des retraites, obliger les fonctionnaires à démissionner irréversiblement de leur poste s’ils deviennent des dirigeants politiques, qu’ils soient élus ou fassent partie d’un quelconque ministère et il faut par conséquent interdire les allées et venues entre le pouvoir politique et la société civile comme le font tous les politiciens français. Il faut installer dans les instances gouvernementales des techniciens de cette société civile.

Tout celà ne pourra se faire qu’en abolissant les privilèges extravagants du monde politique qu’il s’est octroyé au fil des républiques et des années. En ce sens il faut limiter les pouvoirs de l’Etat à ses fonctions régaliennes et laisser la société civile s’occuper des affaires du pays.

Jamais Monsieur Gave, jamais Mademoiselle Gave, vous auriez du vous rapprocher de ces parasites politiciens qui ne savent même pas qu’ils ont un cerveau sinon pour profiter de leurs privilèges indus, car ils sont bien incapables d’exercer un autre métier que la politique tant ils sont incompétents. Il n’y a à mon humble avis qu’un seul politicien capable de diriger la France c’est Monsieur François Asselineau. Il connaît les lois et le fonctionnement de la République ainsi que les traités. Mais, comme vous, il est muselé par le pouvoir en place parce qu’il dit la vérité dérangeante.

À mon humble avis à nouveau je verrais bien un haut gradé de l’armée prendre le pouvoir à la faveur d’un mouvement révolutionnaire qui est imminent et je ne pourrai que m’en réjouir.

La mise à pied honteuse du Général de Villiers est restée dans la mémoire de l’armée, tous grades confondus, et ce fut la première grande erreur du Président. Allez solliciter ces deux personnalités, vous aurez peut-être trouvé en eux les seuls capables d’éviter le chaos qui menace la France. Car comme le dit H16 à la fin de ses chroniques, ce pays est foutu … sauf si des personnalités de grande qualité se préoccupent de son redressement.

Depuis Santa Cruz de Tenerife

Brève réflexion au sujet de la Syrie : les djihadistes de retour

Après le refus de Washington d’accueillir une djihadiste de retour de Syrie je me suis posé une question que nulle part les médias ont avancé. Pourquoi en 1939 les pays européens ont accueilli à bras ouverts les combattants des brigades internationales qui étaient intervenus en Espagne. Il s’agissait bien, si je ne me trompe pas, de troupes non officielles intervenant dans un pays étranger comme ceux qu’on appelle des djihadistes sont intervenus en Syrie sans mandat officiel.

L’histoire se répète … Certes Franco est devenu par la suite un dictateur, mais je me permets de douter qu’Assad devienne lui aussi un dictateur sanguinaire puisqu’il est soutenu par une grande majorité de la population syrienne. À moins que je sois mal informé Franco était un militaire ambitieux voulant débarrasser son pays des exactions des Républicains qui tuaient des prêtres, violaient des religieuses, massacraient des propriétaires terriens et mettaient à sac des monastères en brûlant des bibliothèques irremplaçables. À ma connaissance Assad ne fit rien de tout cela avec son peuple. De plus ce n’est pas un militaire mais un médecin.

Les gouvernements de pays occidentaux alliés des Américains sont de sales faux-culs !