Billet d’humeur politique : Macron et les « Gilets Jaunes »

J’avoue avoir suivi de loin les rebondissements récents de la politique intérieure française en particulier en ce qui concerne les dérives anti-sémites supposées avoir été le fait des gilets jaunes. J’ai trouvé un article de Guy Millière paru sur le site du Gatestone Institute daté du 5 mars 2019 dont je traduis pour mes lecteurs le résumé comportant deux citations. Il m’a paru d’autant plus intéressant que la version en français de cet article ne semble pas disponible alors que ce site publie en 16 langues. Bonne lecture !

« Il nous appartient de donner un sens politique à révolte des « Gilets jaunes ». L’objectif n’est pas simplement de contester une augmentation des taxes mais de contester le système politique qui induit cette augmentation« . Elias D’Imzalene, prédicateur islamiste français, 23 Novembre 2018.

« Macron déteste les gilets jaunes et veut qu’ils disparaissent, il veut gagner les élections européennes et a besoin du vote des musulmans, il connaît parfaitement qui sont les anti-sémites mais il ne les attaquera pas, il a besoin d’eux. Il ne s’en prend qu’à ceux qui sont dangereux pour lui« . Eric Zemmour, auteur français, 19 Février 2019.

D’autres personnes ont déclaré qu’une manifestation excluant le parti « Rassemblement National » visait à détourner l’attention du réel danger antisémite. Ils ont également suggéré que les partis politiques qui soutiennent les meurtriers de Juifs soient précisément ceux qui nient que l’Islam radical soit un danger.

Aujourd’hui ce mouvement s’épuise et il est miné par des casseurs commandités par le Ministère de l’intérieur pour le décrédibiliser, une belle tactique totalitaire qui rappelle étrangement la « nuit de cristal » à Berlin.

Sans autre commentaire

Lettre ouverte à l’intention de Monsieur Charles Gave et à sa fille Emmanuelle

Cher Monsieur,

Depuis Tenerife où je vis depuis plus d’une décennie j’observe – de loin – les évolutions de la vie quotidienne, de l’économie, de la finance françaises. Je ne trouve rien de rassurant pour l’avenir et je m’inquiète de celui de mes petits-enfants.

Mon fils puiné a quitté la France et vit depuis plus de 12 ans au Japon. Il a fait le bon choix au bon moment. À Tokyo il y a un nombre croissant de Français qui ont choisi ce pays car il est au coeur de l’Asie et c’est là que tout arrivera sur le plan économique au cours des prochaines décennies, à n’en pas douter un instant.

Nous ne pouvons que constater le processus de déliquescence qui gangrène la France, dirigée par une caste de parasites prétendant être des technocrates omniscients alors qu’ils n’ont toujours pas compris qu’il n’étaient que de vulgaires pantins du pouvoir de Bruxelles, lui-même au service de Washington, gangrène à laquelle se surajoute la surenchère des écologistes, il ne faut pas l’oublier.

J’avoue ne pas avoir suivi le matraquage médiatique dont vous avez été victime ainsi que votre fille dont la clarté d’analyse est surprenante. j’ai vu avec beaucoup de plaisir une de ses apparitions sur une chaine Youtube parallèle et indépendante des puissances financières, puissances qui comme des chacals ou des hyènes se repaissent des restes encore tièdes de la France. Car la France est déjà perdue et comme beaucoup de commentateurs de sites internet variés la révolte actuelle se terminera par une révolution, et c’est inévitable. Le gouvernement français n’a plus que la violence policière pour contrer le mouvement populaire qui a surgi spontanément en France. La violence est l’argument des faibles qui ont peur et attaquent dans une tentative ultime de survie à court d’arguments pour défendre leurs privilèges.

Si la France en tant que nation veut se sauver du chaos il lui faut réformer en profondeur les fondements de la République. La constitution de la Ve république convenait à un grand homme comme De Gaulle, constitution taillée à sa mesure, mais elle est inapplicable pour les médiocres et tous les successeurs de De Gaulle ont été tous aussi médiocres les uns que les autres. Il faudra réaliser un audit des finances publiques et réformer l’ensemble du système fiscal, établir une séparation totale entre le pouvoir et la justice. Il est inadmissible qu’il y ait un ministre de la justice en France, la justice doit être autonome et indépendante du pouvoir. Il faut que la France quitte l’euro, il y a urgence, Qu’elle quitte l’OTAN et le Conseil atlantique, l’urgence est la même. Puis dans l’organisation du monde politique français il faut interdire le cumul des mandats et le cumul des retraites, obliger les fonctionnaires à démissionner irréversiblement de leur poste s’ils deviennent des dirigeants politiques, qu’ils soient élus ou fassent partie d’un quelconque ministère et il faut par conséquent interdire les allées et venues entre le pouvoir politique et la société civile comme le font tous les politiciens français. Il faut installer dans les instances gouvernementales des techniciens de cette société civile.

Tout celà ne pourra se faire qu’en abolissant les privilèges extravagants du monde politique qu’il s’est octroyé au fil des républiques et des années. En ce sens il faut limiter les pouvoirs de l’Etat à ses fonctions régaliennes et laisser la société civile s’occuper des affaires du pays.

Jamais Monsieur Gave, jamais Mademoiselle Gave, vous auriez du vous rapprocher de ces parasites politiciens qui ne savent même pas qu’ils ont un cerveau sinon pour profiter de leurs privilèges indus, car ils sont bien incapables d’exercer un autre métier que la politique tant ils sont incompétents. Il n’y a à mon humble avis qu’un seul politicien capable de diriger la France c’est Monsieur François Asselineau. Il connaît les lois et le fonctionnement de la République ainsi que les traités. Mais, comme vous, il est muselé par le pouvoir en place parce qu’il dit la vérité dérangeante.

À mon humble avis à nouveau je verrais bien un haut gradé de l’armée prendre le pouvoir à la faveur d’un mouvement révolutionnaire qui est imminent et je ne pourrai que m’en réjouir.

La mise à pied honteuse du Général de Villiers est restée dans la mémoire de l’armée, tous grades confondus, et ce fut la première grande erreur du Président. Allez solliciter ces deux personnalités, vous aurez peut-être trouvé en eux les seuls capables d’éviter le chaos qui menace la France. Car comme le dit H16 à la fin de ses chroniques, ce pays est foutu … sauf si des personnalités de grande qualité se préoccupent de son redressement.

Depuis Santa Cruz de Tenerife

Brève réflexion au sujet de la Syrie : les djihadistes de retour

Après le refus de Washington d’accueillir une djihadiste de retour de Syrie je me suis posé une question que nulle part les médias ont avancé. Pourquoi en 1939 les pays européens ont accueilli à bras ouverts les combattants des brigades internationales qui étaient intervenus en Espagne. Il s’agissait bien, si je ne me trompe pas, de troupes non officielles intervenant dans un pays étranger comme ceux qu’on appelle des djihadistes sont intervenus en Syrie sans mandat officiel.

L’histoire se répète … Certes Franco est devenu par la suite un dictateur, mais je me permets de douter qu’Assad devienne lui aussi un dictateur sanguinaire puisqu’il est soutenu par une grande majorité de la population syrienne. À moins que je sois mal informé Franco était un militaire ambitieux voulant débarrasser son pays des exactions des Républicains qui tuaient des prêtres, violaient des religieuses, massacraient des propriétaires terriens et mettaient à sac des monastères en brûlant des bibliothèques irremplaçables. À ma connaissance Assad ne fit rien de tout cela avec son peuple. De plus ce n’est pas un militaire mais un médecin.

Les gouvernements de pays occidentaux alliés des Américains sont de sales faux-culs !

La « soviétisation » des médias occidentaux, cui bono ? Les USA …

Capture d’écran 2019-02-13 à 17.25.12.png

Voici la traduction aussi fidèle que possible d’un article de Patrick Armstrong paru sur le site Strategic Culture le 8 janvier 2019. Patrick Armstrong fut entre 1984 et 2008 analyste auprès du Département de la Défense nationale canadien et conseiller à l’Ambassade du Canada à Moscou. Il est un des meilleurs spécialistes occidentaux de l’ex-URSS et de la Russie.

Les principaux personnages des Pickwick Papers de Charles Dickens se rendent dans le comté fictif d’Eatanswill comme observateurs lors d’une élection que se disputent les candidats du Parti bleu et du Parti buff. La ville est passionnément divisée sur tous les sujets possible entre les deux candidats. Chaque parti a son propre journal : la Gazette d’Eatanswill est bleue et entièrement consacrée à l’éloge des Bleus et au dénigrement des Buffs qui sont perfides et méchants. L’Indépendant d’Eatanswill est tout aussi passionné. Aucun pro-Buff ne supporte de lire la Gazette calomnieuse et aucun pro-Bleu n’osera lire cet imprimé vil et faux qu’est l’Indépendant. Comme c’est toujours le cas avec Dickens tout est exagéré mais précis. Les journaux étaient outrancièrement partisans avant que le « journalisme » ne fut inventé. Puis advinrent les écoles de journalisme, l’éthique journalistique et l’objectivité journalistique : le « real-journalism » comme jes journalistes l’appellent. Le « Journalisme » est devenu une profession de diplômés. Il n’accepte plus les amateurs, les dilettantes ou les romanciers en herbe ni les magnats comme Lord Copper qui savait ce qu’il voulait et payait pour que ce soit imprimé.

Mais en dépit de cette prétention d’objectivité et d’éthique de la profession il y avait toujours des Lord Copper comme il y en avait à Eatanswill. D’autres Lord Copper sont arrivé puis partis, des grands empires de presse ont apparu puis disparurent et il y avait une grande variété de propriétaires de presse et de médias. Et les lecteurs qui étaient ni Bleu ni Buff pouvaient facilement se forger une opinion sur ce qui se passait réellement.

À l’époque de l’Union Soviétique la presse était sous contrôle, il n’y avait pas de presse libre, il y avait un seul propriétaire. Les tendances variaient légèrement entre le journal de l’armée, le journal du Parti, le journal du gouvernement et le journal pour la population qui était consacré à la littérature et au sport et ils disaient tous la même chose à propos des sujets importants. Les deux principaux journaux étaient la Pravda (« la vérité ») et les Izvestiya (« les nouvelles »). Cette situation a rapidement conduit à ce trait d’humour : « pas de vérité dans la Pravda et pas de nouvelles dans les Izvestiya ». Toutes les informations étaient assez grossières, il y avait beaucoup de gros capitalistes avec des chapeaux haut-de-forme et des sacs de pièces d’or dans chaque main. Les vêtements de l’Oncle Sam étaient dégoulinants de bombes et la devise était : « pas de problèmes ici, des problèmes là-bas ». La propagande n’était pas vraiment couronnée de succès et la plupart des lecteurs de ces deux journaux en étaient arrivés à penser que les médias soviétiques mentaient à la fois au sujet de l’URSS et au sujet de l’Occident.

Mais les temps ont changé. Alors qu’il y a encore 30 ans 50 sociétés contrôlaient 90 % des médias américains, aujourd’hui ce ne sont plus que 6 sociétés qui contrôlent les médias papier, électronique et télévisuel américains. Il en résulte que sur de nombreux sujets d’actualité il y a une totale uniformité d’analyse. Quel média occidental a affirmé que les dix points suivants sont exacts ?

1. Le peuple de Crimée est plutôt heureux de faire partie de la Russie.

2. Les USA et leurs alliés ont fourni d’énormes quantités d’armes aux djihadistes.

3. Les élections en Russie sont le reflet des sondages d’opinion.

4. Il y a un nombre effrayant de nazis bien armés en Ukraine.

5. Assad est très populaire en Syrie.

6. Les USA et leurs alliés ont détruit Raqqa.

7. La version officielle de l’affaire Skripal est dénuée de signification.

8. la situation en Ukraine est bien pire qu’avant Maidan.

9. La Russie, en réalité, avait déjà des milliers de militaires en Crimée avant Maidan.

10. Il existe un documentaire au sujet de Browder dont il a censuré la divulgation (voir le lien en fin de billet).

Je n’ai cité que ces dix points mais en cherchant un peu il en existe de dizaines d’autres. Parfois un entrefilet en sixième page sauve l’objectivité des journalistes mais la majorité de l’opinion occidentale répond qu’il ne croit pas à cette objectivité. Les sujets d’actualité sont couverts d’une seule voix par les médias occidentaux. Sans cesse un scandale révèle que des « journalistes » sont généreusement remerciés pour écrire des histoires qui conviennent. Mais après des révélations, ces derniers avouent leur partialité ou prétendent que leur histoire révélait des faits qui ne s’étaient jamais produit et le navire médiatique continue à voguer calmement en passant parfois par dessus bord des passagers. La couverture de certains sujets est presque fausse à 100 %. Et là la Russie, Poutine, la Syrie et l’Ukraine se distinguent avec une grande partie de la couverture médiatique de la Chine et de la Russie. Beaucoup d’informations concernant Israël ne sont pas autorisées. L’histoire de la collusion de la Russie dans les élections américaines est admise comme fictive mais en privé seulement par un organe de presse qui couvre ce sujet en permanence. Tout ce qui concerne Donald Trump est tellement aromatisé que c’est devenu immangeable. Les médias américains répètent sans cesse qu’il faut rester vigilants « contre la guerre de désinformation en Russie » et chaque jour on s’approche du mono-média « One correct opinion » et ceci pour les meilleures motivations possibles. Les médias occidentaux ont plutôt acquis un parfum soviétique.

Ainsi donc, dans un pays (le Canada mais aussi la plupart des pays occidentaux, au sens large l’Europe et l’Amérique du Nord) où l’initiative d’intégrité utilise nos impôts pour nous assurer que nous n’ayons plus jamais de pensées imprécises ou que nous n’ayons plus de pensées répréhensibles (dans l’affaire Skripal les révélations apparaissaient presque à chaque minute) nous devons totalement nous fier à « Free Media TM« . Tout dépend de ce qui vous intéresse. S’il s’agit de sports ces médias mentionnent les athlètes russes drogués à la différence des braves asthmatiques occidentaux ou des corps préparés pour la plage, pas des toxicomanes russes bien sûr mais uniquement des Américains en bonne santé, le signaler semble assez raisonnable comme de signaler dans la page météo qu’il y a eu une explosion de gaz en Sibérie ou encore dans la page spectacles les critiques de films mais surtout pas ceux de ces méchants russes. La presse occidentale est devenue une fusion étrange de l’Eatansville Gazette et de l’Indépendant d’Eatanswill : les Bleus et les Buffs sont des bons et les autres, surtout les Russes, sont des mauvais !

Donc comme on dit en Russie Что делать ? Que faire ? Eh bien je suggère que nous tirions un enseignement de l’Union soviétique : les citoyens de l’URSS étaient beaucoup plus sceptiques au sujet de leurs médias que ne le sont mes voisins, mes amis, les membres de ma famille aujourd’hui à propos des médias occidentaux. Je formule donc trois suggestions.

1. Il faut lire entre les lignes et c’est un art difficile qui demande beaucoup d’apprentissage et de pratique. Les dissidents peuvent envoyer des indices de l’intérieur du Ministère de la Vérité (Minitrue dans le roman de George Orwell). Par exemple il est difficile d’imaginer que quelqu’un puisse dire sérieusement « comment la Russie de Poutine a changé l’humour en arme offensive ». Ce truc a probablement été écrit pour se moquer de la panique des « officiels russes ». J’ai déjà spéculé sur le fait que les rapports de renseignements sur l’ingérence de la Russie étaient truqués.

2. Tentez de déceler ce que l’on ne vous dit pas. Souvenez-vous qu’il y a 2 ans Alep était une énorme histoire alors que plus personne n’en parle aujourd’hui. On devrait se demander pourquoi il n’y a plus aucunes informations au sujet d’Alep. Ah ! Il y a celle-ci ( https://www.youtube.com/watch?v=TZqQO1_HUc4 ). Houps, c’est une source russe, ce n’est pas du vrai journalisme ! En voici une sur Euronews : https://www.youtube.com/watch?v=Ey8DgEcEPws . Visiblement aucune de ces deux vidéos ne coïncide avec la destruction du dernier hôpital d’Alep ni avec l’affirmation de la brutalité d’Assad il y a 2 ans :

Capture d’écran 2019-02-13 à 16.50.56.png

(capture d’écran d’un titre de The Sun du 9 décembre 2016)

Voilà pourquoi la ville d’Alep n’est plus d’actualité dans les médias occidentaux. Il faut toujours se demander pourquoi un « grand évènement » disparaît soudainement : c’est une preuve très solide qu’il s’agissait d’un mensonge ou d’un non-sens.

3. La plupart du temps, après avoir vu, entendu ou lu une information dites-vous que la vérité c’est probablement le contraire, en particulier quand tous les médias dispensent la même information. C’est toujours bon de vous poser la question : cui bono ? Qui va profiter du fait que vous allez croire à une fausse information ? Il est déprimant de constater le succès d’un bon gros mensonge universellement repris par tous les médias. Milosevic, incroyablement diabolisé, a finalement été reconnu comme innocent, de même que Qaddafi n’a jamais bombardé son propre peuple, et les mêmes sortes de mensonges se répandent pour les ennemis du moment comme Assad. Croyez toujours l’opposé à moins d’avoir de très bonnes raisons.

Durant la Guerre Froide on croyait que les systèmes occidental et soviétique convergeaient et qu’ils se rencontreraient au centre, pour ainsi dire. Peut-être qu’ils se sont rencontrés mais ils se sont surtout croisés. Ainsi les médias occidentaux, jadis raisonnablement libres et multiples ressemblent maintenant aux médias soviétiques contrôlés et uniformisés et nous, Occidentaux, nous devons utiliser les méthodes des citoyens soviétiques d’alors pour comprendre le monde. Souvenez-vous toujours que les dirigeants soviétiques affirmaient que leurs médias étaient libres, libres de « fake-news qui plus est !

Commentaire de ma part et que j’assume totalement . Je regarde les titres du Figaro, du Monde, du Guardian, du Telegraph, du Temps, de la Libre Belgique ou encore des Echos chaque jour et je tente de retrouver le contenu de ces titres sur des sites alternatifs comme WolfStreet, ZeroHedge, MishTalk, le Réseau Voltaire que l’on m’a reproché de consulter (et c’est significatif de l’intoxication omniprésente par les médias en Europe) et RT.News en anglais ou RT.France. Enfin je regarde Mediapart et Lemedia et bien d’autres blogs. Au final j’arrive à me faire une idée et discerner ce qui est vrai de ce qui est faux. L’exposé de Patrick Armstrong est édifiant et il fait apparaître le totalitarisme orchestré par les USA pour prendre possession de l’Europe, le gros morceau, et de tous les autres états qui sont déclarés par Washington des menaces pour la sécurité intérieure américaine, c’est facile comme prétexte. Usant de son extraterritorialité juridique – contraire à la Charte des Nations-Unies – en prétextant que le dollar en circulation dans le monde entier est la monnaie des USA, Washington asservit le plus de pays possible pour s’opposer en premier lieu à la Russie, à l’Iran et à la Chine. Il faut rester lucide et comprendre et oser le dire ce sont les évangélico-sionistes ( excusez le pléonasme) qui dirigent la politique américaine. C’est en réalisant des recoupements d’informations que j’en suis arrivé à cette conclusion. Les démocraties sont en danger et il est urgent de réagir. Souvenons-nous de l’affaire Pierucci qui a abouti à la vente d’Alstom-énergie aux Américains, transaction ignominieuse chapeautée par Macron. Sous un faux prétexte – une fake-news, la justice américaine extraterritorialisée a fait plonger le cours de l’action d’Alstom en se basant sur de fausses informations soigneusement concoctées par la justice américaine. Les Français ont ensuite élu le traître à la nation, qui a cautionné cette honteuse transaction, à la tête de l’Etat !

https://en.wikipedia.org/wiki/Bill_Browder

L’honnêteté intellectuelle est-elle aussi respectée par les politiciens et les journalistes ? C’est une blague !

Capture d’écran 2019-01-22 à 11.30.21.png

Au hasard de mes lectures sur le Web, pas vraiment parce que je suis un habitué du réseau Voltaire, j’ai capturé ces quelques passages au sein d’une interview de Thierry Meyssan à propos de son dernier ouvrage « L’effroyable Imposture« . Je n’en dirai pas plus ! Thierry Meyssan est peut-être le journaliste le plus extraordinaire sur la Terre aujourd’hui et je conseille à mes lecteurs d’aller surfer sur son site voltairenet.org celà les changera de CNN, de TF1, de BFMTV, du Guardian ou du Monde …

Lorsque j’étais chercheur en biologie j’ai toujours remis en cause mes convictions du moment car cette attitude faisait partie de l’éthique scientifique. Aujourd’hui les journalistes mais aussi les politiciens ignorent délibérément cette disposition d’honnêteté fondamentale. Et depuis la mise en place du principe de précaution institué par cet individu exécrable qu’est Michel Barnier (relisez l’histoire, je n’invente rien) au nom de ce principe il n’est plus nécessaire de remettre dans le débat une vérité parfois acquise sous la pression de groupes d’activistes décidés à en découdre. L’exemple le plus caricatural est la position adoptée par la Commission européenne au sujet du glyphosate, tout simplement désespérant !

En ce qui concerne la politique étrangère de la France, la Constitution française avait été taillée sur mesure pour une grande personnalité exceptionnelle comme De Gaulle. Depuis le départ de De Gaulle la France a vu se succéder des présidents tous aussi médiocres les uns que les autres. La constitution française n’est pas adaptée à la médiocrité d’un président car le Parlement ne peut pas contrôler le Président. C’est ce que réclament les « Gilets jaunes » et je les approuve entièrement :

Capture d’écran 2019-01-22 à 11.29.44.png

Juste un lien sur ce blog pour situer la personnalité de Michel Barnier :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/07/04/le-principe-de-precaution-et-simone-veil-une-catastrophe/

Politique. Le traité d’Aix-la-Chapelle mardi 22 janvier 2018 : un nouveau Rethondes ?

Capture d’écran 2019-01-19 à 12.21.15.png

Une autre interprétation du « rapprochement » entre la France et l’Allemagne émane du journaliste et écrivain Charles Hugh Smith qu’il a laissé sur son blog le 14 janvier 2019 dans l’hypothèse d’une fracture entre ces deux pays et le reste de l’Europe qui entrainerait la disparition de l’Union Européenne. Pour C.H. Smith c’est sur la France et l’Allemagne que repose l’avenir de cette Union mais il ressort d’une analyse approfondie que même avec un traité rapprochant ces deux pays à l’intérieur de l’Union Européenne l’avenir n’est pas aussi rose qu’il semble l’être.

La désagrégation de l’économie allemande est généralement considérée comme invraisemblable sinon impossible et la même attitude s’applique à l’alliance renforcée germano-française au sein de l’Union car pour l’opinion l’euro et l’Union Européenne sont considérés comme aussi solides que du roc. Or ce n’est pas tout à fait le cas pour les raisons suivantes quand on considère les Etats constituant l’Union.

1. Il n’existe pas de force militaire effective et unie dans chacun des pays, et en particulier en Allemagne sinon celle de l’OTAN contrôlée par Washington.

2. Les pays de l’Union ne contrôlent pas leurs propres frontières.

3. Les pays n’ont aucun pouvoir de contrôle de leur monnaie et de leur système bancaire.

4. En Allemagne en particulier, mais également en France, la diversité des populations constituant ces pays s’est exacerbée avec l’arrivée récente de migrants provenant du Proche-Orient mais aussi des pays situés à l’est, dans le cas de l’Allemagne. Par exemple en Bavière ou dans le Baden-Wurttemberg la population est devenue franchement hostile aux immigrés. Cette hostilité se retrouve parmi les « Gilets jaunes » en France. Ces derniers considèrent à juste titre que leurs impôts sont en partie utilisés pour accorder des aides sociales à ces immigrés récents qui n’ont jamais contribué au fonctionnement de l’Etat.

5. La criminalité croissante et le non-respect des lois nationales par ces immigrés pudiquement appelés « réfugiés », tant en Allemagne qu’en France, un fait parfaitement connu de la population mais soigneusement occulté par les médias et les gouvernements, augmente cette fracture sociale. Les gouvernements, les force de police et la justice ont reçu l’ordre de minimiser les statistiques de la criminalité provoquée par les immigrés.

6. La conséquence de cette fracture sociale est une dislocation de l’équilibre traditionnel des partis politiques qui existait depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Même en Grande-Bretagne les Conservateurs ne sont plus qu’un cadavre politique.

La conséquence évidente tant en Allemagne qu’en France ou encore dans d’autres pays de l’Union est une amplification de ce phénomène de fracture sociale malgré le fait que la propagande des élites politiques tente d’ignorer ce fait 24/24 h et 7/7 jours. L’usage de la force contre les Gilets jaunes en France est délibérée et l’ordre a été donné aux 80000 policiers mobilisés d’amplifier cette violence dans le but de briser le mouvement populaire. Certains médias anglo-saxons considèrent déjà que la France n’est plus une démocratie ( http://www.unz.com/article/french-democracy-dead-or-alive/ ).

Sur le long terme l’Union Européenne, qui est une construction artificielle mise en place pour rapprocher des peuples disparates aux langues et traditions différentes et les homogénéiser, a nécessité près de 40 ans d’efforts pour devenir effective, mais elle ne résistera pas aux mouvements des peuples soumis à un stress croissant tant politique que financier et fiscal. L’Union européenne pourrait alors se désagréger brutalement.

Inspiré de : charleshughsmith.blogspot.com/2019/01/as-germany-and-france-come-apart-so-too.html

France : Le retour de Louis XVI

Capture d’écran 2018-12-31 à 15.36.23.png

Traduction d’un billet du journaliste Martin Sieff paru sur le site strategic-culture.org le 29 décembre 2018. Bonne lecture pour bien commencer l’année : il ne faut jamais oublier l’histoire passée. En caractères italiques en français dans le texte original.

Le Retour de Louis XVI : Emmanuel Macron, Roi de l’Ancien Régime

Il est facile de confondre le jeune et ridicule Président français Emmanuel Macron au Roi de France Louis XVI, libéral et adepte du marché libéral. Les extraordinaires prétentions de Macron à la dignité et à être un roi, loin de l’élever, lui ont ôté toute la crédibilité que les médias traditionnels, serviles, stupides et corrompus tant de l’Europe que des Etats-Unis ont voulu lui attribuer. Loin d’amener la Cinquième République à de nouveaux sommets et réalisations il est déjà tout à fait clair que Le Jeune Macron est en train de la détruire. Le contraste avec le fondateur de cette Cinquième République, le grand et vraiment régalien Charles de Gaulle ne pouvait pas être plus marqué.

Du haut de ses 1,96 mètres De Gaulle dominait son pays de plusieurs manières. Deux fois il fut littéralement le sauveur de la France, d’abord en tant que chef de la résistance française libre contre les Nazis et Président de la France de 1944 à 1946. Puis de retour au pouvoir en 1958 De Gaulle sauva son pays de la désintégration et de la guerre civile. Il mit fin au long et sanglant conflit algérien, il survécut à au moins 6 tentatives d’assassinat et a fait de son pays le plus puissant et le plus prospère d’Europe Occidentale. Il a également défié les USA à plusieurs reprises en critiquant la guerre du Vietnam et établi une relation durable d’amitié et de compréhension mutuelle avec l’Union Soviétique.

Physiquement Macron n’est pas petit de par sa taille de 1,78 mètres mais il agit petitement. Un an seulement après son entrée en fonction il est devenu irréfutable que je jeune Macron se moque de toutes les grandes réalisations de De Gaulle, Le Vieux, y compris la Ve République elle-même. Le jeune Macron, ridiculement, a infligé de nouvelles difficultés ruineuses au peuple français qui a déjà trop longtemps souffert pour satisfaire ses maîtres financiers mondiaux. Il a loyalement prouvé qu’il est le toutou de Washington dans ses décisions mesquines et destructrices d’imposer encore plus de sanctions économiques à la Russie. Loin de soustraire la France à des guerres ruineuses et inutiles dans le monde arabe ou musulman comme Le Grand Charles l’a fait en Algérie, Macron continue de soutenir et de promouvoir avec enthousiasme les interventions désastreuses de l’Occident en Syrie et en Libye.

Le vrai parallèle avec Macron ce n’est pas De Gaulle qui a restauré la richesse, la stabilité, la dignité et la fierté de la France mais Louis XVI, le dernier roi du régime monarchiste mais aussi personnage très internationaliste et libéral. Comme Macron Louis le seizième était un jeune technocrate enthousiaste, arrogant et idiot. Comme Macron il était un révolutionnaire internationaliste et un adepte du libre-échange. Il a soutenu les colonies américaines dans leur révolution réussie contre l’Empire britannique. Comme pour Macron et ses prédécesseurs Sarkozy et Hollande, Louis XVI n’a jamais compris que soutenir des mouvements révolutionnaires à des milliers de kilomètres de son pays pourrait revenir le hanter chez lui. C’est pourtant exactement ce qui est arrivé.

L’effondrement de sociétés ordonnées en Syrie et en Libye a entraîné l’afflux de millions d’immigrants en France et dans d’autres pays européens avec des conséquences sociales désastreuses. Louis XVI a aussi été victime de ce retour de flamme. Le révolutionnaire américain Benjamin Franklin a créé en France des sociétés clandestines qui en moins de dix ans ont renversé le royaume le plus puissant d’Europe. Loin d’être le réactionnaire qui a été qualifié ainsi pendant plus de 200 ans, le Roi Louis faisait partie du club des libéraux et des technocrates à la mode à son époque. Il vénérait en particulier Adam Smith, un économiste britannique partisan du libre échange dont le livre « The Wealth of Nations » (La Richesse des Nations) fut publié en 1776, la même année que celle de la révolution américaine. Dix ans plus tard Louis XVI signa alors le traité de libre-échange d’Eden (1786) avec la Grande-Bretagne voisine.

Comme je l’avais écrit dans ma propre histoire de l’économie en 2012 « That Should Be Still Us » (Ça devrait encore être nous) ce traité s’est avéré être une catastrophe : des produits manufacturés bon marché provenant de l’économie industrialisée britannique plus avancée ont envahi la France tandis que les Britanniques ont maintenu leurs propres barrières douanières pour contrer les importations d’Europe continentale. L’économie française s’est alors effondrée et des millions de personnes se sont retrouvées au chômage et affamées. En trois ans la révolution a éclaté et la monarchie a été renversée.

Louis XVI, comme Macron aujourd’hui, était convaincu que ses théories économiques avancées étaient plus importantes que les petites souffrances du peuple. Il a fallu la Révolution française et la perte de sa couronne puis de sa tête pour qu’il comprenne son erreur. Comme Louis XVI Macron n’a fait preuve d’aucune compréhension ni de sympathie pour les souffrances des gens ordinaires écrasés par sa politique absurde et inutile. Comme le Roi Louis le masque de libéralisme et de compassion de Macron s’est évanoui dès que son propre peuple a osé s’opposer à lui. Comme pour le Roi Louis sa seule réponse est maintenant la répression. Comme pour le Roi Louis il ne lui reste plus aucune idée en tête.

Les « Gilets Jaunes » ne vont pas disparaître. Les Français en ont assez du taux ce chômage réel de 50 % *(voir note), des frontières largement ouvertes à l’immigration, de la réduction des programmes d’assistance sociale et du non-respect des lois et de l’ordre que Macron et l’élite de Bruxelles leur ont imposé. La dernière révolution française n’est pas terminée, elle ne fait que commencer. Macron n’a rien appris de l’histoire, il est condamné à répéter les mêmes erreurs du passé, ce qui précipitera sa chute.

Note. Les statistiques du chômage que ce soit en France ou d’autres pays européens sont extensivement trafiquées. Pour la France officiellement il y a environ 10 % de la population active qui est sans travail. Cette statistique provient des ordinateurs de l’organisme étatique dit Pôle Emploi qui ne comptabilise que les demandeurs d’emploi officiels afin qu’ils disposent d’aides sociales. Il faudrait ajouter à cette statistique officielle toutes les personnes qui ne travaillent pas du tout, du moins officiellement, car ils subsistent gràce à des « petits boulots au noir », ça existe aussi en Espagne, ou bien qui travaillent « à l’essai » pendant 24 jours ouvrés durant un mois et sont gentiment congédiés avec un salaire payé en espèces pour que l’employeur échappe à toute charge sociale, ça existe aussi ici aux Canaries. Enfin il y a tous ces esclaves qui livrent par exemple des pizzas en vélo et reçoivent la prochaine tournée urgente sur leur téléphone portable dont l’abonnement est payé par leur père ou leur mère. En comptant toute cette classe de travailleurs à l’heure, à la journée ou à la semaine pour simplement survivre parce que les employeurs potentiels ne peuvent pas se permettre de payer des charges sociales exorbitantes alors on arrive comme l’écrivait Martin Sieff à près de 50 %. À cette énumération il faudrait ajouter tous ceux que les bobos du XIIIe arrondissement de Paris veulent avec pudeur ignorer : les adolescents et les anciens adolescents qui vivent de toutes sortes de trafics dans les banlieues des grandes villes de France. N’y a-t-il pas là le ferment pour une révolution violente qui pourrait emporter la démocratie française ? L’année 2019 pourrait bien être surprenante pour la France.