Emmanuel Macron et l’idéologie du Club de Rome

Capture d’écran 2017-07-12 à 16.46.26.png

C’est une information un peu réchauffée mais je n’ai pas pu résister à la commenter …

Droit dans ses bottes le monarque Macron a parlé au nom de la France au sujet des problèmes de l’Afrique lors d’une conférence de presse en marge du G20 à Hambourg. Pour lui ces problèmes résident dans le fait que les femmes font trop d’enfants, je cite : « Quand des pays ont encore 7 à 8 enfants par femme, vous pouvez décider d’injecter des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien« . L’URL de la vidéo, sous toute réserve est https://www.facebook.com/first … mais je ne me suis pas connecté à Facebook, ce site mensonger (j’ai pourtant un compte depuis plus de dix ans), pour obtenir l’URL entière. La vidéo a été publiée par FIRST Magazine.

Capture d’écran 2017-07-11 à 20.57.56.png

 

On voit donc que Macron suit scrupuleusement les injonctions du Club de Bilderberg et du Forum de Davos. Il dévoile donc sa face cachée, c’est un pur instrument de la finance mondiale, méprisant comme d’ailleurs tous les énarques, terrorisé à la simple idée d’appliquer son programme électoral (s’il en avait réellement un) pour ne pas provoquer des soulèvements populaires incontrôlables, adoptant la valse hésitation dans ses décisions comme son prédécesseur, un individu aussi exécrable que son ministre d’Etat chéri Hulot.

Capture d’écran 2017-07-11 à 20.57.09.png

Quelle belle paire d’imposteurs ! J’ai fait une capture d’écran de deux commentaires parus sur la toile au sujet de sa conférence de presse controversée. Macron doit être perturbé par son ménage stérile : normal son épouse est ménopausée …

La source d’inspiration de Macron réside probablement dans le document ci-dessous.

Capture d’écran 2017-07-12 à 16.23.51.png

Qui est réellement Emmanuel Macron ?

Capture d’écran 2017-06-28 à 20.27.59.png

Comme je l’avais annoncé à mes lecteurs je voulais écrire un article sur le véritable coup d’Etat qui a secoué la France avec l’élection présidentielle de cette année 2017. Jamais la politique française n’avait été avec autant d’évidence prise en otage par le milieu des affaires, la finance apatride et les médias. Macron a été littéralement vendu aux électeurs comme un produit de consommation … Et quel produit puisqu’il représente les intérêts de la finance qui remontent jusqu’à Washington et Wall Street en passant par la City. Il y eut au cours de cette exécrable campagne d’incroyables rebondissements comme l’affaire Fillon débusquée au bon moment par le journal satirique bien connu. Il fallait que l’establishment trans-atlantique cloue au pilori cet empêcheur de tourner en rond. Puis ce fut la diabolisation de Marine Le Pen pour reprendre les termes utilisés jadis contre son père. Marine Le Pen, pour faire court, est une nationaliste, donc elle est fasciste. Puisqu’elle prônait la sortie de la France de l’euro et surtout de l’OTAN (elle n’a pas l’envergure charismatique du Général de Gaulle) et ses prises de positions incluant un rapprochement avec la Russie, elle ne pouvait que déplaire au « Deep State » américain, la Russie étant le nouvel ennemi déclaré des USA. Ne parlons même pas de Mélenchon : un autre Maduro, ennemi des Etats-Unis, à l’Elysée ? Impossible.

Car il ne faut pas se méprendre, Macron a été mis sur les rails par l’intelligentsia de la finance internationale et il devra, en gouvernant, se plier aux exigences de cette dernière. Qui est Macron ? En 2007, à 29 ans, tout frais inspecteur des finances sorti de l’ENA, Jacques Attali le convie à participer à la commission mise en place pour pondre l’ouvrage commandé par Sarkozy « 300 propositions pour changer la France ». Sarkozy a mis ce document dans la corbeille à papier craignant de catalyser des révoltes populaires … Il organisa pour mieux capter l’opinion le fameux (et fumeux) Grenelle de l’Environnement dont l’une des rares mesures préconisées par ce coûteux exercice (pour le contribuable) et effectivement appliquée est la taxe sur le kérosène que les passagers d’Air France paient sans le savoir.

Brillant économiste Macron fit des prodiges après avoir été sollicité par la Banque d’affaires Rothschild ce qui ne passa pas inaperçu aux oreilles du Président François Hollande qui avait pourtant clamé lors de sa propre campagne électorale, propulsé candidat par défaut à la suite de l’affaire Strauss-Kahn : « mon réel ennemi est le monde de la finance ». Par précaution et afin de ne pas semer la panique à la City Hollande y dépêcha Macron dans le but de rassurer l’élite financière pour bien insister sur le fait que les déclarations tonitruantes du Président français n’avaient été que des arguments électoralistes, ben voyons ! Après son élection Hollande appointa Macron au Château avec un titre plutôt ronflant de secrétaire adjoint et en 2014, devenu le poulain de l’Elysée, Macron fut propulsé Ministre de l’Économie, de l’Industrie et des affaires digitales. À ce poste Macron fit en sorte de ternir Manuel Valls (devenu premier ministre) en décidant quelques mesures directement sorties du programma Attali dont par exemple la libéralisation des transports en autobus.

Cette histoire d’autobus qui paraît anecdotique n’est l’est pas du tout : l’idée fondamentale était en effet de mettre en concurrence directe les transports publics nationaux, SNCF, Air France et autres régies crées à la fin de la seconde guerre mondiale comme la RATP à Paris et contrôlées par l’Etat et largement financées par les contribuables. Il fallait inciter des entrepreneurs à créer leur entreprise et que celle-ci soit compétitive et profitable dans le but d’attirer les investisseurs. N’est-ce pas là le plus basique raisonnement d’un banquier qui n’est attiré que par le profit ?

À la fin de l’année 2016, ayant fait le constat que ses chances de gravir les échelons de la hiérarchie politique étaient réunies favorablement – selon ses conseillers – Macron créa « son » mouvement En Marche et démissionna de ses responsabilités gouvernementales.

Épaulé par ses amis financiers et investisseurs il concocta une organisation médiatique de sa campagne électorale calculée avec la précision d’une partition de J-S Bach car il s’agissait pour lui et ses soutiens occultes de se vendre à l’opinion publique. Jamais la France n’a vécu un tel matraquage médiatique aussi bien réglé à la seconde près ! Macron a tout pour plaire comme le mannequin d’un rayon de mode d’une boutique de luxe. Il parle anglais parfaitement, il adore les prouesses économiques de l’Allemagne, il est partisan d’un renforcement des pouvoirs de l’OTAN, en un mot c’est le politicien du « renouveau » de la France qu’attendaient l’Europe et Washington.

Il ne faut pourtant pas s’y méprendre, Macron n’est que l’instrument des médias contrôlés par de grandes fortunes industrielles et commerciales comme Dassault, Berger, Drahi, Niel ou encore Bolloré : il n’y a plus de presse indépendante en France et pour la télévision c’est presque aussi catastrophique qu’aux USA et dans bien d’autres pays occidentaux, c’est la même situation. Les Français ont été pris au piège du marketing trans-atlantique car derrière toute cette machination il ne faut pas oublier la CIA qui a aussi joué un rôle central de contrôle continu des médias français et également étrangers.

Macron révèle à petites doses sa duplicité quand il a déclaré que jamais il n’accepterait « l’annexion » de la Crimée par la Russie ou quand il a déploré l’interférence de la Russie dans la campagne électorale française pour favoriser Marine Le Pen. Ses déclarations sont dans la droite ligne des desseins du « Deep State » derrière lequel se trouve la CIA et les médias français (comme américains) impriment ce que le Deep State leur dit d’imprimer. Macron est un atlantiste, un globaliste, un mondialiste, il est sous le contrôle des innombrables agences d’espionnage américaines qui collaborent avec le complexe militaro-sécuritaire américain pour le plus grand bénéfice de la finance internationale. En conséquence tout opposant aux décisions politiques que prendra Macron sera considéré comme un agent de Moscou à commencer par les syndicats qui vont certainement voir d’un très mauvais oeil les projets (pourtant nécessaires et urgents) de réforme en profondeur du code du travail et non pas par petites touches pointillistes.

Mais ce qui attend réellement la France est la privatisation rampante de services publics dans la droite ligne du libéralisme prôné par Bruxelles selon les désirs des financiers de Wall Street et de la City (Brexit ou pas) là où il y aura des profits à réaliser. On ne peut que suggérer ici la santé, les retraites, les transports ou encore l’énergie et ultimement l’éducation qui n’est après tout qu’un service comme un autre. Et pour un financier il y a gros à gagner car ce seront plus de 45 millions de contribuables qui seront pris en otage. Macron, prisonnier de la finance, ne peut qu’accorder son blanc-seing sans état d’âme à cette évolution de la politique française quelles que puissent être les conséquences sur le bien-être des citoyens français, car il s’en moque totalement. Pour rajouter une autre évidence de l’atlantisme inconditionnel de Macron, il a invité le Président Donald Trump à assister au défilé militariste du 14 juillet. Celui-ci viendra avec quelques GIs qui marcheront à pas cadencés sur les Champs-Elysées avec l’armée française … Voilà qui est Macron.

Largement inspiré d’un article paru originellement dans Foreign Policy et repris par CounterPunch avant le deuxième tour des élections présidentielles françaises.

Brève : Olivier Delamarche a disparu des écrans !

Capture d’écran 2017-06-26 à 21.42.21.png

Depuis plusieurs années j’avais pour habitude de voir Olivier Delamarche débattre d’économie sur le plateau de BFMTV en différé puisque je n’ai pas de télévision chez moi (et je m’en passe très bien, merci). Il a disparu des écrans de cette chaine la semaine suivant l’élection de Macron … Tiens, tiens ?

BFMTV, je le rappelle, appartient à Mickael Bloomberg, magnat de la presse au service du « Deep State » américain, et accessoirement, un temps, maire de la ville de New-York. BFMTV a purement et simplement viré Olivier ainsi que tous les autres intervenants affiliés au très célèbre groupe des Econoclastes : ils tenaient des propos dérangeants !

Ce fait est révélateur de ce qui est en train de se passer en France depuis l’élection du Sieur Macron à la présidence de la république. Je n’ai pas mis de majuscule à « république » car elle n’existe d’ors-et déjà plus et je vous en donnerai, chers lecteurs, quelques explications dans un prochain billet, juste le temps de faire quelques recherches et de le rédiger pour vous. Illustration capture d’écran d’Olivier sur la chaine Boursorama.

Billet d’humeur politique : financement de campagne(s) électorale(s) en France

Billet d’humeur politique : financement de campagne(s) électorale(s) en France

Le fils de Khadaffi, Saïf Al-Islam est recherché par toutes les polices du monde. Fils du défunt mangeur d’enfants lâchement assassiné par une coalition aérienne franco-américaine qui a ruiné la Libye, jadis le pays le plus prospère d’Afrique, Saïf aurait-il des révélations sulfureuses à livrer sur le financement de la campagne présidentielle de Sarkozy par son père Muhamar ? D’ailleurs cette action judiciaire savamment orchestrée par la justice française vendue au pouvoir en place (Hollande) va-t-elle faire long feu ? On peut se poser la question, en tous les cas je me la pose ici le long des lignes de ce billet.

Est-ce qu’une enquête sur les sources de financement de la campagne électorale de Macron sera ouverte ? Une campagne ultra-médiatisée et judicieusement truquée par les médias et les instituts de sondage pour infléchir l’opinion des électeurs français toujours indécrottablement bovins (cf. le Général De Gaulle qui considérait les Français comme des veaux), je dirais plutôt ovins de Panurge, mais bref, le sage du Béarn a qui a été confiée l’écurie de la magistrature française minée de l’intérieur par un syndicat gauchiste va-t-il pose la question ouvertement ?

Il y a tout de même des zones de mystère quant à ce financement. Je veux bien que Rothschild et Drahi aient mis quelques paquets de millions d’euros dans le pot, mais selon les lois françaises votées par des politiciens tous aussi corrompus les uns que les autres, est-ce légal ? Et comment est financée la campagne des élections législatives ? Avec les impôts des contribuables rétro-activement après les résultats des élections ?

Voilà beaucoup de points d’interrogations qu’il me paraissait important de mettre le long des lignes de ce court billet quelques heures avant le deuxième tour de mascarade des législatives françaises.

Billet d’humeur politique : Trump renvoyé dans sa tour ?

homepage-bg-tower.jpg

Aux USA le Président, contrairement aux dispositions françaises iniques, est responsable devant la loi et il peut à tout moment être poursuivi par la justice qui reste encore, du moins en apparence (comme en France), indépendante. À ce propos espérons que le « Sage » du Béarn saura redonner à la justice l’image qui en a été ternie en profondeur par sa prédécesseure qui ne s’embarrassait pas de scrupules. Bref, ce qui se passe en ce moment à Washington est soit un mélodrame ridicule soit une action en profondeur destinée à « empêcher » Donald Trump de perdurer dans ses fonctions de Président. Le New York Times que les Français peuvent comparer au Monde en termes de prises de position gauchistes se glorifiait hier (ou avant-hier, je ne sais plus) dans ses lignes en Une de la nomination du dénommé Robert Mueller, ancien directeur du FBI, comme procureur spécial dont la mission sera de garantir l’indépendance de l’enquête relative à la « Russian connection » du Donald et de certains membres de sa famille dont son gendre.

Mueller n’a pas été mandaté par Trump mais par la Chambre des Représentants, c’est aussi une preuve de démocratie (en apparence aussi). Cependant la mission de Mueller pourrait bien faire pssschitttt (cf. Jacques Chirac) car pour prouver que des mensonges sont vrais il n’y a pas d’autre alternative que de mentir encore et toujours plus.

Depuis l’élection libre et démocratique des habitants de la Crimée pour être rattachés à la Russie, les USA n’ont jamais cessé de mentir au sujet de Poutine et de son pays, lui trouvant toutes sortes de travers extravagants comme par exemple d’avoir délibérément abattu le vol MH17 de Malaysia Airlines et envahi le Donbass. Poutine n’est pas dans les petits papiers de l’agenda néo-con américain comme l’Iran et ses dirigeants (ça remonte à Mossadegh, 1953), comme Assad qui est un tyran bien pire que Saddam Hussein qui disposait de milliers de tonnes de gaz de combat …

Les mensonges du « marigot » du Potomac ont été utilisés comme armes de destruction massive à travers le monde par le Pentagone et la CIA pour tuer froidement et lâchement, le plus souvent, plus de 20 millions de personnes dans 37 pays différents dans le monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale * et faire plus de 200 millions de blessés afin d’établir la suprématie américaine dans le monde entier entrainant souvent les membres de l’OTAN dans ces exactions sanguinaires sans aucune justification morale autre que cet impérialisme dont aucune administration américaine n’a pu se défaire car elle est menottée par le complexe militaro-industriel.

Le tort de Trump, et il risque de le payer très cher, a été d’envisager un rapprochement avec la Russie …

* Thème d’un prochain billet

Dimanche je voterai 

Capture d’écran 2017-05-04 à 05.45.44.png

J’ai visionné le déjeuner des Éconoclastes au Crabe-marteau, un restaurant parisien, qui fut enregistré le lendemain du premier tour des élections présidentielles. L’invité du jour était Charles Gave, connu pour ses analyses économiques percutantes. Olivier Delamarche était présent à ce déjeuner-débat et quand il a dit que Macron était l’ « hologramme » de Hollande – j’ai apprécié ce trait d’humour – j’ai décidé d’aller voter dimanche prochain pour le deuxième tour des élections présidentielles pour trois raisons.

La première motivation est que je ne supporte pas l’arrogance et la vacuité de Macron, le poulain du président sortant qui s’est lui-même effacé pour lui laisser la place et qui a de ce fait détruit le PS. Je n’ai jamais eu de sympathie pour les socialistes mais la magouille politicienne de Hollande a atteint des limites inimaginables. Lui qui déclarait que le monde de la finance était son ennemi s’est pour ainsi dire réincarné dans la peau de Macron, une sorte de coup d’Etat préparé de longue date. La triste affaire du « pénélopegate » a été orchestrée par l’Elysée pour également détruire le parti politique de Fillon. Je pense que Hollande est un fervent lecteur de Machiavel.

Capture d’écran 2017-05-04 à 05.41.23.png

La deuxième raison qui motive ma décision de voter est la tournure qu’a pris la campagne électorale, détestable en tous points. Chaque candidat a eu droit à des injures, des allégations non fondées et des révélations sur leur vie privée qui ont nui à l’image de la France à l’étranger. Faire la part du vrai et du faux dans toutes ces informations est difficile car il faut mettre en oeuvre de lourds moyens d’investigation. En une du site Zerohedge du 3 mai 2017 une information fait état de l’existence d’un compte off-shore au nom de La Providence LLC ouvert en 2012 par Emmanuel Macron à Nevis (St Kitts & Nevis). La Providence est le nom du lycée où Macron a rencontré sa professeur de français qu’il a ensuite épousé. Une autre raison de ne pas voter pour cet escroc. Si l’authenticité de ce document est prouvée le Sieur Macron pourrait ne faire qu’une rapide visite du Château de l’Elysée si les Français l’élisent ce dimanche …

Je voterai pour une troisième raison car bien que je me sois expatrié il y a près de 20 ans maintenant, vingt années parsemées de quelques brefs séjours dans mon pays natal. J’aime encore ce pays qui est à la dérive depuis 1981, prisonnier de ses paradoxes issus des ordonnances de 1945 que jamais aucun gouvernement n’a pu abroger, pays qui de ce fait est tourné vers un passé de plus en plus lointain et totalement inadapté au présent et encore moins au futur à moins d’entreprendre des changements en profondeur. Et ce n’est pas Macron, avec son incompétence en politique et sa subordination aux intérêts de la finance internationale qui prendra une quelconque mesure dans ce sens, jamais il n’incarnera un projet nouveau, lui qui a été formé dans le moule de l’ENA et dans l’idéologie socialiste bien qu’il s’en défende, le croira qui veut.

C’est donc avec réticence et une certaine nostalgie du passé de gaulliste que je suis que je voterai pour Marine Le Pen en laquelle je retrouve malgré ses travers un peu de ce « respect de la France » qui pour moi constituait la grandeur du général De Gaulle …

Pour visionner ce déjeuner-débat : https://youtu.be/abp1Z_J3GOY illustration : RTSinfo

Autre source et illustration : ZeroHedge, http://www.zerohedge.com/news/2017-05-03/documents-indicate-emmanuel-macron-may-be-engaging-tax-evasion 

Nouvelles du Japon : le Soka Gakkai

DSCF5622.jpg

Puisque je suis en villégiature chez mon fils à Tokyo en ce moment je me devais de relater quelques impressions fortuitement recueillies au cours de mes flâneries dans les ruelles paisibles des quartiers résidentiels qui s’étendent à perte de vue dans cette immense ville sans limites apparentes. J’ai été surpris qu’en dehors d’une période électorale certains habitants de ces quartiers fleuris, arborés et calmes épinglent sur le mur de leur maison l’affiche d’un politicien, un peu comme si j’habitais la Lozère et que sur le mur de ma maison, en plein village, j’avais collé le portrait de Macron pour bien signifier au passant que je suis un partisan de cet individu venu de nulle part sinon placé sur la scène politique par des marionnettistes placés bien au dessus de lui et qui tirent les ficelles avec son consentement intéressé, cela va de soi.

Je sens que je viens de m’égarer alors que je voulais parler du Japon.

Dans ces quartiers résidentiels de Tokyo il y a un nombre incroyable de chantiers de construction. On dirait que le pays est pris dans une frénésie de rénovation foncière, taux d’intérêt très bas aidant. La maison jouxtant celle de mon fils a été démolie la semaine précédant mon arrivée et ce matin une pelleteuse commençait à creuser des tranchées pour les fondations, et puis ce sera l’autre maison visiblement abandonnée se trouvant tout près et ainsi de suite.

Dans une rue proche de celle où habite mon fils il y a donc une maison avec une affiche toute fraiche d’un politicien, un élu local, pas un membre de la Diète ou de la Chambre Haute. J’ai demandé à mon fils de quoi il s’agissait. Il m’a répondu que la personne habitant cette maison est membre du Komeito puisqu’il a reconnu le visage de la femme figurant sur l’affiche. Elle se trouvait sur les panneaux électoraux il y a quelques mois lors des élections locales.

Le Komeito est un petit parti en apparence puisqu’il a 25 élus à la Diète (le Parlement) et 14 à la Chambre Haute (en France le Sénat), mais petit en apparence seulement car le système électoral japonais fait que pour gouverner le Premier Ministre, issu du parti le plus représenté (relativement) doit obligatoirement s’ « arranger » avec un certain nombre de petits partis pour constituer une majorité de coalition solide. Le Komeito joue donc un rôle pivot dans la vie politique japonaise quelle que soit d’ailleurs la couleur du gouvernement si tant est qu’on puisse parler de couleur au Japon car tout se joue dans la nuance et les compromis. Il se trouve que le Komeito est officieusement l’émanation du Soka Gakkai et tout le monde le sait sans le dire ouvertement.

Le Soka Gakkai est une secte bouddhiste créée au Japon avant la deuxième guerre mondiale répandue maintenant dans le monde entier et extrêmement active au Japon. Cette organisation est immensément riche et par conséquent très influente politiquement dans le pays. Etre affilié à cette organisation ouvre toutes sortes de portes dans les secteurs financiers, commerciaux et naturellement politiques. La seule comparaison qui puisse être établie pour décrire le Soka Gakkai est la franc-maçonnerie avec en plus une multitude d’oeuvres humanitaires et éducatives dont les budgets globaux se chiffrent en dizaines de milliards de dollars (ou trillions de yens).

Le Soka Gakkai contrôle des écoles et des universités, des crèches pour les enfants et est répandu dans le monde entier sous forme d’aides humanitaires mais il faut avouer que le prosélytisme est aussi facilité par ces activités parfaitement honnêtes et habilitées par les gouvernements des pays où il opère. Une sorte d’organisation encore plus tentaculaire que Greenpeace mais qui ne joue pas sur le chantage et l’intimidation comme le fait cette dernière ONG, bien au contraire puisque les préceptes fondamentaux du bouddhisme sont mis en avant et respectés.

Mais au final le Japon reste – du moins en apparence – une démocratie. J’ai dit en apparence car comme dans toutes les démocraties ce sont les lobbys financiers et industriels qui gouvernent et en réalité le mot démocratie y a perdu toute sa signification …