Billet d’humeur politique

C’est vraiment la fin de la fin pour les USA, le dernier combat dans le dernier carré pour tenter de défendre le dollar et les détenteurs de la monnaie verte, ces fonds vautours qui veulent faire plier le gouvernement populiste argentin de Kristina Kirshner, une sorte de remake d’Hugo Chavez qui a précipité le Venezuela dans une triste situation. Les mêmes causes produisent les mêmes effets : les USA sont toujours à l’affut de la moindre erreur d’un gouvernement classé comme non amical pour le faire plonger. L’affaire des fonds vautours, essentiellement américains comme la banque Mellon basée à New-York, qui ont acquis en 2001 des titres de dettes de l’Argentine à moins de 10 % de leur valeur nominale réclament maintenant leur dû. Mais c’est maintenant une rémunération correspondant à 900 % de leur mise de fond initiale. Et c’est un juge de New-York qui en a décidé ainsi. Après l’affaire de la BNP et d’autres banques européennes, ça commence à bien faire. Que croient encore les Américains ? Etre les maitres du monde tant que leur dollar pourri sera utilisé dans le monde entier ? Mais ils devraient comprendre que ce temps est révolu et les avocats de Wall Street n’y pourront rien. Mettre à genoux un pays pour 539 millions de dollars, c’est surréaliste.

Le souci est que cette situation pourrait très bientôt arriver à d’autres pays comme l’Italie, l’Espagne ou la France.

Un conseil, surtout ne laissez pas trop d’argent en compte courant auprès de votre banque, la France se trouve dans une situation presque aussi critique que l’Argentine et vous risquez de vous voir délesté de vos modestes économies car il se pourrait bien que ces mêmes fonds vautours viennent à Bercy racheter à bas prix des titres de dette française, si ce n’est déjà le cas, l’Agence France Trésor ne dit pas tout, loin de là, et réclamer leur dû dans quelques mois.

Facile d’imaginer la panique qui prendra tous les Français aux tripes !