L’Europe s’enfonce délibérément dans le totalitarisme vaccinal

L’OMS inféodée aux intérêts du lobby pharmaceutique a déclaré en utilisant sa boule de cristal que l’automne serait traversé par une horrible reprise de la pandémie coronavirale. En conséquence notre chère Ursula, mère de tous les Européens, a commandé de quoi injecter 9 fois tous ces Européens quel que soit leur âge. Ou bien la Commission européenne est complètement corrompue avec en premier lieu la Présidente de cette commission ou alors l’OMS dispose d’informations relatives à l’existence d’un nouveau coronavirus encore plus génialement manipulé en laboratoire. Dans cette perspective l’OMS prépare à la hâte un traité contraignant pour imposer ses directives sanitaires (voir la note en fin de billet).

Ce sont ainsi les bailleurs de fond de l’OMS qui dicteraient leur loi. Parmi ceux-ci on trouve Youtube filiale de Google qui, comme chacun sait, censure la moindre vidéo non conforme aux projets de domination du lobby pharmaceutique sur la santé des personnes. L’Open Society de George Soros, la Wellcome Foundation, la Fondation Rockefeller et la Ford Foundation, Microsoft, la Fondation Bill & Melinda Gates et … l’Union européenne comptent parmi les principaux contributeurs sans oublier le groupe Brunswick, société de conseil financier et social. Les Etats membres de l’ONU ne représentent plus que 20 % du financement de l’OMS. Par conséquent l’OMS, comme un quotidien papier appartenant à un oligarque, ne peut plus prendre de décisions objectives adossées à la science médicale. Et avec cette disposition que va prendre l’OMS il va sans dire que les libertés seront foulées aux pieds, qu’il n’existera plus que deux sortes de personnes : les « vaccinés » et les autres. Ces derniers seront traités comme des parasites ou pire encore n’auront plus accès aux systèmes de protection de santé qui existent dans les pays européens. Le terme « vacciné » n’est pas adéquat puisque la thérapie génique (Pfizer ou Moderna) n’a rien à voir avec un vaccin traditionnel. Il faut en effet des injections de rappel périodiques puisque cette thérapie est totalement inefficace ce qui n’a jamais été le cas pour tous les autres vaccins mis au point au cours du vingtième siècle.

Il apparaît en ce qui concerne le contrat européen d’achats de doses d’ARN messager que la Pologne et les Etats baltes refusent de suivre la Commission européenne et on les comprends puisque parmi les 9 milliards de doses d’ARN quelques 80 millions ont été proposés gratuitement à divers pays africains avant que ces doses soient périmées. Ces derniers pays ont manifesté leur étonnement puisque le coronavirus n’a tué que très peu de personnes chez eux car les populations prennent chaque jour leur dose de chloroquine ou d’hydroxychloroquine en raison de la malaria endémique si ce n’est de l’ivermectine en cas de cécité des rivières ou d’autres vers parasites ou encore si des protozoaires pathogènes sévissent dans une région ou une autre de ces pays. Bill Gates aura beau agiter les mains il ne pourra pas imposer une quelconque thérapie génique en Afrique. Il ne faut pas prendre les Africains pour des idiots.

Pour comprendre quelle est la pression exercée par les laboratoires pharmaceutiques sur les gouvernements et sur les instances internationales comme la Commission européenne ou encore l’OMS la seule commande de l’Europe via Madame Ursula von der Leyen, une proche du PDG de Pfizer, 4,2 milliards de doses à un prix moyen de 16 dollars représente, pour Pfizer seulement, la coquette somme de 67 milliards de dollars. Un milliard de dollars suffit à corrompre toutes les parties prenantes dans ce scandale.

Enfin derrière la carte d’identité sanitaire électronique à l’échelle européenne se dissimule le grand dessein des hommes de Davos, la réduction de la population en raison des multiples effets secondaires de la thérapie génique rendue de facto obligatoire pour tous, quel que soit l’âge ou l’état de santé. La fréquence et la gravité de ces effets secondaires croitront exponentiellement en faction des divers rappels qu’il est commun d’appeler « boosters ». Avec l’OMS on entre dans une ère totalitaire au cours de laquelle les libertés chèrement acquises au cours des siècles passés seront insidieusement abolies en quelques mois ou quelques années …

Note. Un récent article paru dans la revue Nature ( https://doi.org/10.1038/s41586-022-04788-w) indique que le changement climatique favorisera l’apparition de 5000 nouveaux virus pathogènes pour l’homme au cours des 50 prochaines années. Peut-être que l’OMS a été inspirée par cet article qui, à nouveau, n’est qu’une modélisation à laquelle il ne faut accorder qu’un crédit limité.

Les entreprises pharmaceutiques américaines se distinguent par des pratiques dignes d’Al Capone

J’ai capté ce tableau lors de la petite entrevue hebdomadaire du Professeur Raoult (lien) et j’ai cherché à comprendre quels agissements délictueux avaient conduit ces entreprises à être condamnées à payer des amendes faramineuses à la suite de de plaintes de patients ou de familles de patients. Elles s’en moquent car les amendes qui leur ont été infligées ne représente dans la majorité des cas de très faibles pourcentages de leur chiffre d’affaire ou même de leurs bénéfices nets. Il est très instructif de connaître les détails des déboires de ces entreprises qui réalisent souvent des chiffres d’affaire supérieurs au PIB de nombreux Etats.

Le cas de Johnson & Johnson est emblématique. En dix ans J&J a déboursé la bagatelle de 14,76 milliards de dollars, assez pour construire deux réacteurs nucléaires type EPR. J&J, dans l’épidémie des opioïdes, a payé 5 milliards de dollars. Ce n’est pas tout. Fin 2019 J&J fut condamné à une amende de 4,5 milliards de dollars pour une affaire relative à un talc que les femmes appliquent à leur parties intimes qui s’est révélé provoquer des cancers des ovaires. Heureusement que l’affaire a été dévoilée car ce talc était réservé aux fesses des bébés mais leur mère en utilisait la majeure partie pour ses propres soins. Toutes sortes d’autres affaires ont secoué modérément J&J dont des tampons périodiques irritants et démêlés avec des concurrents. Tant que l’argent rentre tout est permis.

Bayer s’est distingué aussi par l’énorme montant des amendes payées s’élevant à 13,7 milliards de dollars. Beaucoup d’affaires ayant secoué cette entreprise étaient liées à des non respects de droits de propriété. Mais le rachat de Monsanto en 2018 confronta Bayer à une suite de procès concernant le RoundUp et le Dicamba, deux herbicides controversés. Cette controverse a été alimentée par des organisations non gouvernementales opposées à la commercialisation des plantes de grande culture modifiées génétiquement pour être résistantes à ces herbicides. Il s’agissait de faux procès car ces deux herbicides ne présentent aucunes des toxicités prétendument affirmées par ces organisations. La FDA (Food and Drug Administration) et l’EPA (Environmental Protection Agency) ont par la suite convenu de la totale innocuité de ces deux molécules bien que Bayer ait été contraint de débourser 10 milliards de dollars quelques semaines avant la décision conjointe FDA-EPA pour mettre un terme aux poursuites judiciaires. L’affaire des facteurs de coagulation VIII et IX remontant aux années 1980 préparés à partir de sang humain se révélèrent, pour certains lots contaminés par le HIV. Dans de nombreux pays d’Amérique latine et d’Asie des milliers d’hémophiles souffrirent alors du SIDA. Les juristes de Bayer s’illustrèrent en mettant en avant le fait que les patients pouvaient avoir été contaminés lors de pratiques sexuelles non protégées. Comme pour Pfizer avec sa thérapie génique à ARN messager le dossier de sureté relatif à ces facteurs de coagulation présenté par Bayer était très mal étayé au niveau des contrôles de qualité.

Le cas de Merck est tout aussi édifiant. Au total cette société a payé 10,47 milliards de dollars d’amende dans le cadre de class-action diverses, le Vioxx censé traiter la polyarthrite conduisit à la mort d’au moins 45000 personnes car cette molécule provoquait des crises cardiaques mortelles. Merck a payé 4,85 milliards de dollars pour que toute poursuite cesse. Le Vioxx a été retiré du marché. Une multitude d’autres affaires a secoué la réputation de Merck y compris une affaire de fraude fiscale qui lui coûta à elle seule 2,3 milliards de dollars.

Pfizer, aujourd’hui bien connu pour son pseudo-vaccin à ARN messager supposé protéger contre le coronavirus, a payé au total 10,2 milliards de dollars d’amendes. La spécialité de Pfizer, pour gagner de l’argent, consistait à fabriquer et vendre des produits qui ne lui appartenaient pas sans autorisation de mise sur le marché pour des applications thérapeutiques non autorisées par le régulateur. Cette pratique était étayée en corrompant les médecins prescripteurs et en réalisant des essais cliniques bâclés comme par exemple celui qui fit scandale au Nigeria au sujet d’un antibiotique expérimental administré à 200 enfants lors d’une épidémie de méningite. Cinquante de ces enfant moururent et beaucoup d’autres souffrent toujours de séquelles mentales et locomotrices. Ça se passait en 1996. Le plus gros scandale reste à venir avec la thérapie génique anti-coronavirus qui aboutira probablement à la disparition de cette entreprise de gangsters quand la FDA, notoirement corrompue non seulement par Pfizer mais également par toute la corporation pharmaceutique, reconnaitra finalement le nombre astronomique de décès, d’avortements spontanés et d’invalidités provoqués par ce traitement toxique.

On arrive à Purdue Pharma dont a parlé longuement le Professeur Raoult. Ce laboratoire appartenant à la famille Sackler est le premier fabricant de l’antidouleur oxycontine. L’oxycontine est dérivée de la codéine, un antitussif très connu, molécule elle-même dérivée de la morphine. Purdue prépare aussi la codéine et la morphine à usage clinique. L’abus d’oxycontine a provoqué la mort par overdose de plus de 400000 personnes, cette molécule anti-douleur étant vendue sans ordonnance. Une multitude d’Etats des Etats-Unis ont poursuivi Purdue Pharma auxquels se sont joint un grand nombre de pays occidentaux, y compris le Japon et l’Australie. Purdue a payé une amende de 9,2 milliards de dollars et la famille Sackler, pour échapper à toute poursuite judiciaire, a abondé un trust à hauteur de 10 milliards de dollars pour dédommager les parents des victimes de l’oxycontine et la société a été mise en faillite.

Comme Pfizer GSK (Glaxo-SmithKline) est champion dans la corruption des médecins prescripteurs pour surtout prescrire hors autorisation de mise sur le marché toutes sortes de médicaments dont GSK n’était parfois même pas propriétaire. Ces exactions concernaient une bonne douzaine de spécialités et toutes ces occurrences ont été traitées par la justice américaine mais aussi à Hong-Kong où des hauts cadres de GSK se sont retrouvés en prison. Le cas du vaccin anti-influenza provoquant des narcolepsies irréversibles n’est qu’une goutte dans l’océan d’amendes qu’a payé GSK pour un montant total de 8,7 milliards de dollars.

Quels enseignements tirer de cette incroyable énumération ? C’est simple. Les laboratoires pharmaceutiques disposent de moyens financiers considérables. Dans ces conditions tous les coups pour réaliser encore plus de profits sont permis au détriment de la santé des populations. Ainsi la corruption des autorités de santé, des régulateurs, des médecins traitants et parfois des gouvernements eux-mêmes n’atteint même pas les budgets de publicité pour promouvoir un médicament nouveau dont les potentiels effets secondaires ont été à peine effleurés. Ces énormes entreprises n’ont ni foi ni loi et le récit ci-dessus l’illustre. Seul le profit est important, la science et la médecine sont très secondaires. Les gouvernements sont devenus des clients et les patients sont ignorés.

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=o8NdYfw2BoE à 8mn31

Scandale républicain à trois semaines de l’élection présidentielle !

Il s’agit d’un véritable scandale mais les grands médias n’en parleront pas. L’avocate au barreau de Paris Virginie de Araujo-Recchia a été arrêtée à son domicile ce mardi 22 mars 2022 et transférée dans les locaux de la DGSI à Levallois. Que lui reproche-t-on ? Spécialiste du droit constitutionnel Maître Araujo-Recchia a déposé une plainte contre les parlementaires faisant partie de la Commission mixte paritaire Sénat-Parlement ayant voté la loi du 5 août mettant en place le pass vaccinal pour non respect de la Constitution. Elle a également déposé une plainte au CSA contre les journalistes Emmanuel Lechypre et Martin Blachier pour affirmations mensongères sur les plateaux des grands médias au sujet de la « vaccination » devenue obligatoire pour plusieurs catégories professionnelles.

Maître Araujo-Recchia est également membre d’un collectif européen d’avocats mis en place par l’avocat allemand Reiner Fuellmich pour tenter d’élucider le scandale de la « vaccination » par ARN messager contrevenant aux dispositions du Code de Nuremberg. L’arrestation de Maître Araujo-Recchia a suscité une grande émotion dans de nombreux pays européens et au delà puisque des associations québecoises et même australiennes ont manifesté leur surprise et leur consternation.

La « vaccination » de masse avec un produit expérimental entre dans le cadre d’une conspiration criminelle car le simple fait que les gouvernements occidentaux aient garanti l’impunité judiciaire aux laboratoires pharmaceutiques produisant ces supposés vaccins constitue une grave anomalie juridique et éthique­. Au fur et à mesure que les informations permettent de reconstituer cette conspiration internationale il apparaît que l’objet de cette « vaccination » criminelle a pour but de réduire la population mondiale. À court terme les effets secondaires (mais sont-ils vraiment secondaires?) de cette thérapie génique a déjà conduit au décès de 14000 personnes seulement eu Europe. Or comme le signalement de la relation entre la « vaccination » et ces décès ne dépasse pas 1 %, les médecins étant réduits au silence sous la menace, le nombre de « morts par vaccin » serait plus proche de 1,4 million … et beaucoup de pays, dont la France, ont déjà planifié des injections de rappel. Sur le long terme il pourrait s’agir d’une chute vertigineuse de la fécondité. Pour plus d’indications afin de comprendre l’action de Maître Araujo-Recchia :https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/virginie-araujo-recchia-plainte-parlementaires

Note. Pourquoi ce fait divers révèle un énorme scandale ? Tout simplement parce qu’il montre que la France n’est plus une démocratie. Arrêter un journaliste ou dans le cas de ce que relate ce billet un avocat relève des pratiques communes dans l’Allemagne nazie ou la Russie soviétique. Sabs oublier les censures sur ordre du gouvernement. Je trouve comique qu’on mette en avant les algorithmes de Facebook ou de Google qui décrèteraient eux seuls ces censures. Ces censures sont demandées par le gouvernement car il a beaucoup trop de choses à dissimuler avec la mise en place de la « vaccination » et aussi la gestion de la crise sanitaire. En d’autres termes pour le gouvernement français Maître Araujo-Recchia se mêle de ce qui ne la regarde pas. Si Maître Araujo-Recchia ne réapparait pas rapidement alors le régime politique français entrera dans le domaine de l’arbitraire totalitaire, et Macron, réélu, se fera un plaisir de continuer son œuvre totalitaire.

Les hauts fonctionnaires français : à quoi servent-ils ?

L’Etat a dépensé en 2021 la coquette somme de 1,5 milliard d’euros en faisant appel à des cabinets de consultants, comprenez des vendeurs de vent (pour faire tourner les éoliennes ?) qui ne servent à strictement rien. Quand Pierre Mesmer et Marcel Boiteux ont mis en place la nucléarisation de la production d’électricité française avaient-ils fait appel à des consultants ? Non, car ils avaient su s’entourer d’ingénieurs de haut niveau pour les conseiller. C’est à croire qu’il n’existe plus aucun ingénieur de haut niveau ou même de médecin digne de ce nom pour appuyer le gouvernement dans ses décisions. Devant le déclin intellectuel des fonctionnaires et de la population éduquée en général le gouvernement doit faire appel à des cabinets de consultants, surtout aujourd’hui des consultants anglo-saxons. C’est inquiétant car on ne peut que constater que le pouvoir français est totalement déliquescent, mais ça ne date pas d’aujourd’hui.

Si le gouvernement français gouverne mal c’est parce qu’il est mal entouré par une administration au niveau intellectuel affligeant. Il ne faut pas s’étonner alors que ce pays régresse et n’ait plus rien à voir avec la France des « 30 Glorieuses ». Modeste blogueur j’ai encore une mémoire, un peu déclinante je l’avoue, l’ensemble des connaissances que j’ai acquis à l’Université. Mais aujourd’hui qu’enseigne-t-on à l’Université et dans les grandes écoles d’ingénieurs ?

Il ne faut pas s’étonner si la Chine est maintenant en avance sur tous les autres pays du monde dans le domaine scientifique. Il est vrai qu’il y a beaucoup de Chinois mais ce n’est pas une raison pour que le gouvernement français arnaque les contribuables en faisant appel à des « experts » étrangers. C’est inadmissible. À croire que tous les hauts-fonctionnaires grassement payés ne servent à rien … car ils sont incompétents. Dans les faits ils ne pensent qu’à leur porte-feuille. C’est la raison pour laquelle il leur arrive souvent d’aller proposer leurs services dans une grande entreprise privée puis réintégrer leur poste originel. On appelle ça des conflits d’intérêt. Ces portes tournantes devraient être interdites. Si un haut fonctionnaire obtient un détachement dans une entreprise privée il devrait perdre définitivement son statut de fonctionnaire et ne plus pouvoir réintégrer la fonction publique.

À propos de conflits d’intérêts il est tout à fait éloquent de constater qu’aucun des membres du fameux conseils scientifique de « guerre » qui se réunit à huis-clos régulièrement pour imaginer de nouveaux moyens de coercition de la population n’a déclaré ses conflits d’intérêt, c’est secret défense. Il ne faut pas prendre les contribuables pour des imbéciles. La Présidente de la Région Ile-de-France candidate à la présidence serait actionnaire d’Alstom-Energie via son époux. C’est elle qui signe les contrats pour la fourniture de tramways pour sa région et son époux n’a pas quitté son poste après la vente d’Alstom-Energie à GE. Il y a comme une forte odeur de conflit d’intérêt. Finalement le gouvernement français, tous ses conseillers, et la grande majorité des hauts-fonctionnaires sont tout aussi corrompus que les membre du monde politique ukrainien, un bel exemple de corruption. 

Lorsque Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV, à peu près l’équivalent de Bruno Lemaire, un homme hautement corrompu qui se servait abondamment dans les caisses de l’Etat fit de l’ombre au monarque avec son somptueux château de Vaux-le-Vicomte celui-ci l’enferma à Pignerol jusqu’à sa mort. Les temps ont changé depuis le Roi soleil, il est difficile d’imaginer le Président de la République jeter en prison un de ses plus proches collaborateurs, je pense par exemple au secrétaire général de l’Elysée, pour mélange des genres, c’est-à-dire pour prise illégale d’intérêt. Et d’alleurs jusqu’à quel point le Président lui-même n’est-il pas corrompu … Tout ce court récit pour faire ressortir que l’ensemble de la classe politique française avec tous ses hauts fonctionnaires mérite un « grand remplacement ». 

Retour sur la chloroquine

En 2005 le CDC (Center for Disease Control, Atlanta Georgia) publia un article dans le Virology Journal (doi : 10.1186/1743-422X-2-69 ) dans lequel il était précisé que la chloroquine était un inhibiteur de l’infection et de la dissémination du SARS coronavirus. Cet article est en accès libre et peut être consulté par n’importe qui. En 2014 une équipe de biologistes du NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) publia un intéressant article relatif cette fois à l’application de « vieilles molécules » pour le traitement du MERS (Middle East Respiratory Syndrome) provoqué par un coronavirus très proche du SARS-CoV-2 d’aujourd’hui (doi : 10.1128/AAC.03036-14 ) également en accès libre. Cette étude réalisée dans l’institut dirigé par Antony Fauci que tout le monde connaît de nom fait état de 66 vieilles molécules actives pour neutraliser le SARS-CoV, le MERS-CoV ou les deux.

Bien avant l’explosion de l’épidémie de SARS-CoV-2 en 2020 le gouvernement américain savait qu’il existait de vieilles molécules éprouvées sur le plan de la toxicité pour traiter cette maladie virale. Les autorités médicales européennes étaient également informées puisqu’un groupe de biologistes des Universités de Leiden aux Pays-Bas et de Louvain en Belgique confirmaient également en 2014 ce que leurs homologues du NIAID avaient démontré (doi : 10.1128/AAC.03011-14, en accès libre). Dans ces trois études l’Ivermectine n’apparaissait pas. Pourquoi la chloroquine, entre autres vieilles molécules éprouvées mais dont l’autorisation de mise sur le marché ne concernait pas un traitement antiviral, fut-elle immédiatement interdite de vente et de prescription par les médecins de premières ligne ? D’où provenait cette interdiction toujours de rigueur dans les pays occidentaux ? Un incroyable enchainement d’évènements liés les uns aux autres conduisit à l’interdiction de la chloroquine et de sa version moins toxique sur le long terme, l’hydroxychloroquine, dont le point culminant fut la publication par The Lancet d’une étude complètement frauduleuse dont les auteurs étaient des inconnus dans la sphère scientifique. Des essais cliniques furent bâclés pour ne surtout pas arriver à la conclusion que l’hydroxychloroquine, associée ou non à l’azithromycine, était efficace comme par exemple en traitant des malades presque mourants ou en utilisant des posologies hautement toxiques.

Tout fut donc méthodiquement organisé pour interdire cette molécule et le même sort fut réservé à l’Ivermectine quand son efficacité fut démontrée par hasard lorsque des vieillards souffrant de la gale furent traités dans des hospices de la région parisienne. Qui sont les instigateurs de ces interdictions ? Personne n’ose le dire. Il me faudra attendre d’être à Tokyo, peut-être au mois d’avril, pour lire l’opus de Robert F. Kennedy,Jr qui sera disponible en français dans quelques jours car Amazon est inopérant à Tenerife. Antony Fauci connaissait les travaux de gain de fonction réalisés sur les coronavirus, il connaissait également les travaux réalisés au NIAID relatifs à la chloroquine et il savait que la séquence de l’ARN du coronavirus était connue bien avant sa publication par les Chinois au début de l’année 2020. Fauci a-t-il subi la pression des laboratoires pharmaceutiques qui « planchaient » déjà sur un « vaccin » à ARN messager ? C’est l’hypothèse la plus vraisemblable car les laboratoires pharmaceutiques américains, en particulier Pfizer, connaissaient de graves difficultés financières et l’opportunité d’inonder le monde entier, sans faire de jeu de mots, avec une mixture qui se révélera toxique et inutile contre argent sonnant et trébuchant, des centaines de milliards de dollars, était la bien venue. Au cours d’une entrevue avec la journaliste Catherine Austin Fitts le Sénateur Robert F. Kennedy,Jr a exposé le détail de ses investigations : la corruption est omniprésente aux Etats-Unis qu’il s’agisse de la FDA, des agences de santé HHS, du CDC et de la NIH. Selon le Sénateur Fauci a transformé la NIH en incubateur pour les produits pharmaceutiques des grandes firmes américaines. Par un effet miroir tous les organismes européens et des nations européennes ont subi la même corruption et enfin l’OMS n’est qu’une marionnette tant des laboratoires pharmaceutiques américains que du GAVI, une émanation de la fondation Bill & Melinda Gates. Enfin un autre aspect paraissant inattendu est la censure systématique de toutes les interventions médiatisées hostiles à ces « vaccins » ou qui concernent l’hydroxychloroquine et l’Ivermectione. Les « GAFAM » ont subi la gentille pression des laboratoires pharmaceutiques pour collaborer. Après plus d’un million de morts qui auraient pu être sauvés la justice, s’il y en a encore une, devra s’intéresser de très près à cette affaire, un sacrifice sur l’autel du profit des grands laboratoires pharmaceutiques.

Quelles que soient les manifestations de rue dans les villes ou de routes comme au Canada et maintenant en Europe on ne remarque qu’une forte mobilisation policière qui est le signe d’une dérive des démocraties européennes vers le totalitarisme généralisé. Des blindés dans les rues de Paris : il faut remonter à l’occupation allemande pour retrouver un tel spectacle ! 

Un lien pour les anglophones : https://doctors4covidethics.org/d4ce-symposium-ii-video-replay-the-real-anthony-fauci-catherine-austin-fitts-talks-with-robert-f-kennedy-jr/

La fausse « pandémie de Covid »

La fausse pandémie de Covid a été orchestrée pour détruire la santé, les libertés civiles, la relation médecin/patient et imposer la tyrannie. Paul Craig Roberts (mis en ligne le premier décembre 2021 sur son blog)

Chers lecteurs, réfléchissez à l’extraordinaire programme coercitif de vaccination contre le Covid. Qu’est-ce qui explique l’accent, voire l’utilisation de méthodes tyranniques dans les sociétés libres, pour forcer la vaccination des populations alors que même Big Pharma et l’establishment médical corrompu ne revendiquent qu’une protection à court terme et en forte baisse contre le vaccin ? Selon les autorités médicales elles-mêmes la double « vaccination » n’est même plus une protection. Des injections de rappel sont nécessaires tous les six mois pour le reste de votre vie.

Ceci est particulièrement déroutant lorsque l’on considère les faits connus que (1) La mortalité par Covid est très faible. Ce virus tue principalement ceux qui présentent des comorbidités et ceux qui ne sont pas traités ou mal traités. (2) Le vaccin réduit notre immunité naturelle. (3) Le vaccin provoque un grand nombre d’effets indésirables, notamment des décès et des incapacités permanentes. Le CDC et l’OMS admettent que le système de notification des effets indésirables sous-estimait largement les décès et les effets indésirables du vaccin. Aucun vaccin ou médicament jamais dans l’histoire n’a été utilisé pour produire ne serait-ce qu’une infime fraction des décès et des blessures signalés. (4) Le vaccin provoque des variants qui sont résistants au vaccin et au système immunitaire affaibli du vacciné. De nouveaux vaccins sont nécessaires pour faire face aux nouveaux variants, produisant encore plus de nouveaux variants. (5) L’établissement médical a bloqué dans la mesure de ses capacités le traitement de Covid avec deux médicaments connus, sûrs, efficaces et peu coûteux : l’ivermectine et l’HCQ. Les médecins qui ont sauvé des vies avec ces médicaments ont été licenciés pour les avoir utilisés. (6) Des experts scientifiques et médicaux éminents et renommés, y compris des lauréats du prix Nobel, ont été censurés et leurs propos déformés pour avoir mis en garde contre le vaccin dangereux et préconisé un traitement efficace à la place. (7) Les médias disent d’une seule voix mensongère que la vaccination est notre seul espoir. (8) Les preuves d’un certain nombre de pays (je l’ai signalé) démontrent que les cas et les décès de Covid augmentent avec la vaccination et que la majorité des cas et des décès pour la plupart des groupes d’âge sont des vaccinés. (9) La science montre clairement que les vaccinés propagent le virus aussi facilement, voire plus, que les non vaccinés. (10) En effet, la preuve est claire que les non vaccinés s’appuyant sur l’immunité naturelle sont mieux protégés que les vaccinés.

Avec ces faits scientifiques connus et établis, quelle est la justification de la vaccination de masse ? Pourquoi mettre l’accent sur la vaccination des enfants alors que l’on sait que la protéine « spike » attaque les ovaires et les testicules à moins que le plan ne soit de réduire la fertilité ? Pourquoi des personnalités de plateau télé ignorantes qui peuvent à peine épeler leur propre nom se sentent-elles en sécurité en attaquant des scientifiques renommés qui nous disent la vérité ?

Il y a certainement de nombreuses raisons valables de conclure que la « pandémie de Covid » est un complot orchestré.

Quels sont les éléments évidents de l’intrigue ? (1) Bénéfices éternels pour Big Pharma, les écoles de médecine récipiendaires des subventions Big Pharma, les bénéfices des brevets partagés avec le personnel du NIH et du NIH, les contributions de campagne pour les sénateurs, les représentants et les candidats présidentiels. (2) L’utilisation de la peur pour supprimer les protections des libertés civiles et étendre le contrôle sur les personnes. Ces deux éléments sont évidents.

Le troisième élément de l’intrigue est presque aussi évident mais beaucoup plus difficile à croire pour beaucoup de gens : la réduction de la population. Avant de vous moquer, demandez-vous : (1) pourquoi vacciner des enfants, qui ne sont pratiquement pas affectés par le Covid, avec un vaccin connu pour attaquer le système reproducteur et provoquer des avortements ? (2) Pourquoi vacciner quelqu’un alors qu’il existe des remèdes connus, sûrs et peu coûteux ? (3) Pourquoi attaquer ces remèdes comme dangereux et s’efforcer d’empêcher leur utilisation ? Comment l’établissement médical peut-il revendiquer la sécurité et la prudence pour bloquer l’ivermectine et l’HCQ alors qu’il a déclenché un vaccin expérimental dangereux pour la population mondiale ? (4) Pourquoi supprimer les avertissements d’experts renommés ? Si le vaccin était la seule solution ou même une solution, il pourrait être soumis au débat public.

Considérez que le Forum économique mondial a eu un demi-siècle pour endoctriner et laver le cerveau des entreprises et autres dirigeants. Fondée le 24 janvier 1971, la réunion annuelle de Davos est devenue un événement prestigieux. Les dirigeants se disputent les invitations car la présence est un signe de prestige. Le Forum économique mondial est financé par 1000 entreprises mondiales de plusieurs milliards de dollars de capitalisation dont les dirigeants ont été vendus sur la « grande réinitialisation » comprenant la réduction de la population et la fin de la souveraineté nationale et de l’autonomie humaine. La « grande réinitialisation » est une prescription pour la tyrannie.

La poussée orchestrée pour la vaccination universelle est si extrême que des pays autrefois considérés comme faisant partie du « monde libre » sont désormais des États totalitaires – comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Italie. L’effort pour étendre la tyrannie en France et en Allemagne rencontre une forte résistance publique. En Amérique, la principale résistance vient des infirmières et autres personnels médicaux qui ont été témoins de l’impact dévastateur du vaccin sur les personnes injectées.

Chaque personne doit considérer l’implication de faire taire les experts indépendants qui connaissent la vérité tandis que des têtes parlantes ignorantes dictent le récit officiel.

Quand la vérité est assassinée, toute liberté, toute morale, toute justice le sont aussi. Allez-vous simplement vous asseoir là et laisser faire ?

Le « test Covid » PCR a été utilisé pour créer l’apparence d’une pandémie

Le lauréat du prix Nobel Kary B. Mullis est l’inventeur de la technique de réaction en chaîne par polymérase, qui est analysée dans cet article.

Le Dr Kary B. Mullis, décédé le 7 août 2019 à l’âge de 74 ans, a déclaré avec insistance qu’aucune infection ou maladie ne peut être diagnostiquée avec précision avec la RT-PCR. « La PCR est un processus. Il ne vous dit pas que vous êtes malade. … La mesure n’est pas précise ». Mullis a décrit la PCR-RT comme une « technique » plutôt qu’un « test ».

Notes de votre serviteur. Tout est dit et le vieux Paul n’a rien à perdre, il faut le féliciter. Comme je l’ai déjà mentionné sur ce blog la technique PCR ne m’est pas inconnue puisque je l’ai utilisée lorsque je sévissais toujours en recherche biologique. Le nombre de cycles d’amplification était limité à 16 car au delà une électrophorèse des ADNs amplifiés montrait une progression d’impuretés, comprenez une amplification non spécifique. Avec 45 cycles d’amplification autant dire que c’est du grand n’importe quoi que les décideurs politiques utilisent pour maintenir l’angoisse et la peur dans la population afin de mieux l’asservir en imposant des mesures coercitives contraires à la loi. Ce seul « détail » de l’utilisation généralisée du dépistage par RT-PCR, RT abréviation de « reverse transcriptase », car dans le cas du coronavirus qui est un virus à ARN, cet ARN doit d’abord être converti en ADN double brin pour que la technique de Mullis soit applicable, montre l’imposture de ce coup monté par les politiques et les puissantes entreprises pharmaceutiques occidentales. Il est grand temps pour les peuples de prendre conscience qu’ils ont été trompés.

En ce qui concerne ce troublant « secret défense », une chape de plomb sur toutes les délibérations et décisions du comité de guerre contre le coronavirus mis en place par Macron, pourquoi est-il impossible de savoir quelles sont les raisons qui conduisent à ces décisions stupides et souvent contradictoires relatives à la maîtrise de l’épidémie ? Comme par exemple le pass sanitaire, illégal en Espagne, pays où la justice est entièrement indépendante ce qui n’est plus le cas de la France. La CNIL demande sans succès au gouvernement quelques clarifications au sujet de ce pass : non, rien, nada, c’est secret défense. Cette attitude est d’autant plus inquiétante qu’elle ouvre la porte à un gouvernement autoritaire à la limite du nazisme, on s’y achemine à la grande satisfaction de Klaus Schwab qui doit vraiment jouir de constater le grégarisme des pays européens.

Piqûre de rappel …

Il ne s’agit pas d’une fausse information de ma part puisqu’elle a été publiée il y a 18 mois par le respectable quotidien France-Soir. Il serait particulièrement intéressant de connaître une mise à jour de cette liste non plus concernant seulement les médecins mais également les hommes politiques. La question qui préoccupe votre serviteur est la suivante : combien de millions de dollars le chef de l’Etat français a perçu comme commission pour avoir souscrit à l’achat de 160 millions de doses de mixture d’ARN messager à 18 euros la dose pour « protéger » la population dont il est responsable ? Près de 3 milliards ça se rémunère à juste titre pour un individu qui gouverne le pays comme s’il était encore en fonction chez Rothschild après avoir vidé la France de tous ses fleurons industriels en proposant – naturellement – toutes les transactions qu’il a effectué au nom du gouvernement français à son ancien employeur. On se trouve dans la situation d’un conflit d’intérêt caractéristique et quand il s’agit du président de la République ça fait désordre. Il serait urgent, en pleine période électorale, que des journalistes courageux s’intéressent au « désintéressement » de Macron et de ses acolytes malgré le fait que dans les pays occidentaux tous les décideurs politiques sans exception sont corrompus …

Revenus versés par BigPharma. À partir de 12 on a un foyer épidémique de conflits d’intérêts?

Publié le 24/06/2020 à 17:12 – Mise à jour à 17:31

La crise récente a fait ressortir les polarités ainsi les décisions parfois surprenantes de médecins qui tiennent aussi des rôles consultatifs ou exécutifs dans les hautes instances (Conseil Scientifique, Haut Conseil de la Santé Publique)

Le Professeur Perronne a rappelé avoir mis en place un système de déclaration des conflits d’intérêts avant toute prise de décisions, allant jusqu’à exclure les personnes des décisions ou débats si besoin est.

Début 2020, le collectif Data+Local recoupait les données de la base Transparence Santé, mise en place après le scandale du Médiator. Les 30 000 praticiens répartis en 32 CHU du territoire se sont partagés plus de 92 millions, auxquels s’ajoutent quelque 78 millions d’euros versés au titre notamment de conventions passées entre les CHU et les laboratoires. Tout cela ne prend bien sûr pas en compte les aides versées aux associations de victimes et ou patients.

Voici le Top 13 du classement des revenus récents versés par l’industrie pharmaceutique

N°1. La Palme d’Or revient au Pr François Raffi de Nantes. 541.729 €, dont 52.812 € de Gilead. Est-ce un hasard si on nous apprend que le coup de téléphone anonyme pour menacer Didier Raoult, s’il persistait avec l’hydroxychloroquine, est parti du téléphone portable du service d’infectiologie du CHU de Nantes, dont François Raffi est chef de service ? Sûrement une pure coïncidence.

N°2. Le Pr Jacques Reynes de Montpellier. 291.741 €, dont 48.006 € de Gilead et 64.493 € d’Abbvie. Or Jacques Reynes a été sollicité par Olivier Véran pour piloter l’essai clinique du protocole Raoult à Montpellier alors qu’il est en même temps le coordinateur national de deux études sur le remdesivir pour le compte de Gilead. Il n’avait sûrement pas eu le temps d’envoyer au Ministre sa Déclaration publique d’intérêts (DPI).

N°3. La Pr Karine Lacombe de Paris – Saint Antoine. 212.209 €, dont 28.412 € de Gilead. Elle est sur la dernière marche du podium, mais l’essentiel est d’y être. Il n’y a pas que le podium avec les Ministres à Matignon.

N°4. Le Pr Jean Michel Molina de Paris – Saint Louis. 184.034 €, dont 26.950 € de Gilead et 22.864 € d’Abbvie. Or Jean-Michel Molina est co-auteur d’un article publié dans Médecine et Maladies Infectieuses sur quelques cas, pour dire que l’hydroxychloroquine ne marche pas. Médecine et Maladies Infectieuses est le journal officiel de la SPILF (Société de Pathologie infectieuse de Langue Française).

N°5. Le Pr Gilbert Deray de Paris. 160.649€. Une belle somme pour un néphrologue qui très présent sur les plateaux télés. Attention le remdesivir peut être très toxique pour les reins.

N°6. Le Pr Jean-Paul Stahl de Grenoble. 100.358 €, dont 4.552 € d’Abbvie. A noter que cette somme n’a pas été déclarée sur sa DPI. Or Jean-Paul Stahl est rédacteur en chef du journal Médecine et Maladies Infectieuses. C’est lui qui a comparé le Plaquénil* au papier toilette.

N°7. Le Pr Christian Chidiac de Lyon. 90.741 €, dont 16.563 € de Gilead. Or Christian Chidiac est président de la Commission Maladies transmissibles du Haut Conseil de la Santé Publique qui a rendu le fameux Avis interdisant l’hydroxychloroquine, sauf aux mourants et demandant d’inclure les malades dans les essais officiels (donc Discovery). Son adjointe, la Pr Florence Ader, citée ci-dessous, est l’investigatrice principale de Discovery. Pure coïncidence.

N°8. Le Pr Bruno Hoen de l’Institut Pasteur. 82.610 €, dont 52.012 € de Gilead. A noter que sur sa DPI, il a noté n’avoir reçu que 1000 € de Gilead ! Or Bruno Hoen a attaqué l’équipe de Marseille dans un courriel du 18 mars 2020, partagé avec tous les infectiologues.

N°9. Le Pr Pierre Tattevin de Rennes. 79.956 €, dont 15.028 € de Gilead. A noter que sur sa DPI, comme son prédécesseur, il a noté n’avoir reçu que 1000 € de Gilead ! Ca doit être le surmenage. Or Pierre Tattevin est président de la SPILF. Cette Société savante a attaqué l’hydroxychloroquine pour encourager les inclusions dans Discovery, ainsi que dans les autres études par tirage au sort avec des groupes de patients non traités (études randomisées).

N°10. Le Pr Vincent Le Moing de Montpellier. 68.435 €, dont 4.776 € de Gilead et 9.642 € d’Abbvie. Or Vincent Le Moing pilote, avec son patron Jacques Reynes cité ci-dessus, l’essai clinique de Montpellier.

N°11. Le Dr Alain Makinson de Montpellier. 63.873 €, dont 15.054 € de Gilead. Or Alain Makinson participe à l’étude de Montpellier avec Jacques Reynes et Vincent Le Moing. Un beau trio. Montpellier est très bien représentée.

N°12François-Xavier Lescure de Paris – Bichat. 28.929 €, dont 8.621 € de Gilead. Or François-Xavier Lescure est l’adjoint de notre célèbre Yazdan Yazdanpanah qui est dans le Conseil scientifique Covid-19. Il a publiquement critiqué l’équipe de Marseille pour discréditer l’hydroxychloroquine. Il est co-auteur de l’étude très contestable sur le remdésivir de Gilead, publiée dans le New England Journal of Medicine. Or cette étude n’a aucune méthodologie.

N°13. La Pr Florence Ader de Lyon. 11.842 € , dont 3.750 € de Gilead. Or Florence Ader est l’investigatrice principale de Discovery.

A partir de douze, ça commence à faire un foyer épidémique !

Auteur(s): FranceSoir

Brève. Indéniable collusion entre « BigPharma » et les gouvernements

Au Canada la bataille est engagée pour que les gros laboratoires pharmaceutiques élargissent leur clientèle aux enfants âgés de 5 à 11 ans. Le Ministère de la santé canadien a donc commandé une étude à un dénommé James D. Kellner, conseiller du ministre de la santé, pour évaluer le bien-fondé d’une vaccination des enfants. Dans un article vide de sens paru dans le Canadian Medical Association Journal Kellner s’appuie sur des arguments sans aucun caractère factuel pour vivement conseiller, voire promouvoir, la vaccination des enfants pour « les protéger contre le variant delta » : www.cmaj.ca/lookup/doi/10.1503/cmaj.210053 . Dans les notes en fin d’article il apparaît que les auteurs n’ont pas de conflits d’intérêts, c’est clair puisqu’ils travaillent dans un environnement universitaire et sont rétribués par l’Etat fédéral ou les Etats du Saskatchewan ou de l’Alberta.

Pourtant à la fin de ces notes de fin d’article il est précisé que Kellner et son assistant S.B. Freedman ont été financés pour cette étude (qui n’en est pas une stricto sensu) par Pfizer, GlaxoSmithKline, Merck et Moderna alors qu’il déclaraient n’avoir aucun conflit d’intérêts quelques lignes plus haut.

Donc la vaccination des enfants de 5 à 11 ans est une affaire de gros sous et ces deux tristes sires, comme le Ministre de la santé lui-même, sont corrompus. Cette situation canadienne n’est pas unique et les mêmes tractations frauduleuses ont lieu au sein de tous les gouvernements occidentaux. Il est en effet difficile de résister au gigantesque pouvoir financier de ces entreprises pharmaceutiques pour qui la corruption fait partie du quotidien et représente un argument de vente incontournable.

Didier Raoult : un gravier dans la chaussure du VRP de Pfizer

Il faudra bien rendre publique un jour la vraie raison des prises de décisions délirantes du gouvernement français dès le tout début de l’épidémie de SARS-CoV-2. Une véritable salve de décisions mettant à l’évidence en danger les malades : pour les vieux (ils ne servent plus à rien et ils coûtent cher à la société) du Rivotril, ça les tue, très bien. Pour les moins vieux : restez chez vous et prenez du paracétamol mais n’allez surtout pas voir votre médecin généraliste et si vous vous sentez mal, très mal, appelez une ambulance pour être hospitalisé à l’article de la mort. Les médecins généralistes ont été interdits de prescription d’un médicament hors AMM pourtant, dès le début de l’épidémie, décrit par les Chinois comme très efficace pour traiter l’infection par le SARS-CoV-2 au stade précoce. Il s’agit de la chloroquine ou de son dérivé l’hydroxychloroquine. Même interdiction de prescrire l’Ivermectine lorsqu’il fut prouvé que ce produit était très satisfaisant pour soigner l’infection virale. Du jamais vu depuis l’élaboration du code de Nuremberg qui stipule que les médecins, en leur âme et conscience, ont le droit de prescrire des médicaments hors AMM s’ils jugent que ces produits peuvent améliorer les conditions de leur malade sans nuire à leur santé.

Les médecins de plateau télé français, encouragés par le Président de la République, tous aussi corrompus les uns que les autres, ont ensuite fait la promotion de la thérapie génique comprenant un ARN messager capable de diriger les cellules humaines vers la synthèse d’une des protéines de surface du SARS-CoV-2 afin que le système immunitaire produise alors des anticorps supposés protéger les « vaccinés ». Aucune étude de moyen terme et encore moins de long terme n’a été effectuée quant aux effets secondaires potentiels de cette thérapie génique. Il y avait un caractère d’urgence et dans l’urgence la santé du public passe au second plan. La véritable urgence était et est toujours d’une toute autre nature : le profit ! Tous les conseillers du Président français et le Président lui-même, mais pas seulement en France, ont été achetés par les laboratoires pharmaceutiques pour qu’ils écoulent des centaines de millions de doses de cette thérapie génique.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a décidé d’acheter pour 1 milliard d’euros un produit inutile et toxique pour les reins, probablement grassement payée par le laboratoire Gilead. Non contente d’avoir bénéficié d’une aumône de ce laboratoire comme Karine Lacombe en France qui vantait le caractère magique du Remdesivir, Ursula s’est rendu aux USA, fastueusement reçue par l’Atlantic Council, pour chaleureusement remercier le CEO de Pfizer, Albert Bourla, ou plutôt pour que ce dernier la remercie chaleureusement pour avoir accepté de signer les contrats de fourniture de thérapie génique à l’Europe, contrats que jamais personne n’a pu consulter. Etrange de constater qu’Ursula et Albert étaient sur le point de se faire rouler un patin en public, tout le pognon derrière les agissements de Madame von der Leyen valait bien une belle embrassade …

Il est apparu ensuite que cette thérapie ne protégeait pas les sujets, qu’ils pouvaient souffrir de l’infection à SARS-CoV-2 et en mourir. Affirmer que cette thérapie réduit les risque de formes graves est du foutage de gueule, excusez cette expression de cour de récréation. Car ces tristes personnages qui constituent les gouvernements jouent comme des gamins dans la cour de récréation, leur jeu favori étant d’amasser le plus de commissions de la part des laboratoires pharmaceutiques.

L’apparition de mutants du SARS-CoV-2 a compliqué la situation. Le Professeur Raoult a été l’un des tout premiers scientifiques à alerter sur cette apparition de mutants. Il a fait la promotion de l’hydroxychloroquine contre vents et marées gouvernementales orchestrés par des ignorants dans l’entourage du Président de la République. Ce n’est pas terminé car il faut faire durer cette situation, ça peut encore rapporter gros ! Toutes les mesures prises sans aucune évidence scientifique ont considérablement réduit voire annihilé, peut-être irréversiblement, les libertés individuelles. La dernière en date est la forme déguisée de l’obligation de « vaccination » avec le pass sanitaire qui viole lui-même le secret médical. L’un des très rares pays européens à avoir déclaré le pass sanitaire illégal est l’Espagne. L’Espagne est également l’un des rares pays européens à avoir toujours respecté la séparation du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire.

Cette épidémie est donc depuis son apparition une mascarade organisée par un pouvoir politique corrompu. Il faut que le peuple exige que tous les acteurs de ce jeu de cours de récréation soient poursuivis devant la justice, si tant est que cette justice prendra ses responsabilité, et ils devront rendre compte de leurs agissements devant le peuple. À ce stade de l’imposture je ne dirai pas que le pays France est foutu (cf. H16) mais qu’il est urgent de faire la révolution.

La corruption de l’OMS enfin dévoilée au grand jour !

Pourquoi l’OMS a interdit l’hydroxychloroquine en 2020 et plus récemment l’ivermectine pour le traitement précoce et la prophylaxie contre le SARS-CoV-2 ? C’est une grave question que chacun est en droit de se poser. À cette question il est opportun d’en adjoindre une autre : les Etats, souverains, sont-ils tenus de suivre à la lettre les recommandations de l’OMS ? J’ignore quels sont en détail les statuts de l’OMS mais compte tenu de l’opacité entourant les décisions de cet organisme et la participation à hauteur de 15 % de la Fondation Gates associée au GAVI l’activité de l’OMS est par conséquent contestable. Les recommandations de l’OMS au sujet des traitements précoces contre le SARS-CoV-2 ont été contestées officiellement par le Ministère de la santé du Sénégal mais de nombreux pays ont autorisé la prescription par les médecins traitants de l’hydroxychloroquine, au Mexique, dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, en Afrique et en Extrême-Orient. Il y a une nuance de taille entre la recommandation et l’interdiction. L’OMS a recommandé le Remdesivir et s’est ravisée quelques mois plus tard en déclarant que ce produit était « déconseillé », un épisode qui révèle à quel point cet organisme est corrompu ou, dans un langage plus diplomatique, perméable aux pressions des laboratoires pharmaceutiques. Il est nécessaire de rappeler ici que l’Union européenne a commandé pour un milliard d’euros de doses de cet antiviral fantôme quelques heures avant que l’OMS n’en déconseille l’utilisation. Il faut être aveugle pour ne pas se rendre compte que cet organisme est complètement pourri de l’intérieur.

L’Inde est une fédération d’Etats et le gouvernement central dispose de peu de pouvoirs en matière de santé car ce sont les Etats qui prennent les dispositions adéquates pour la santé de leurs populations. Il en est de même au Mexique ou encore au Brésil. Au niveau des actions en justice l’Inde a nettement pris de l’avant attaque l’OMS. La cour de justice de l’Etat du Maharashtra dont la capitale est Mumbai a donc décidé d’attaquer l’OMS non seulement au sujet de l’interdiction de la prescription de l’hydroxychloroquine mais également de celle de l’ivermectine. C’est une première depuis que cet organisme supranational existe car il a été créé en 1947 et bien que sous son impulsion de grandes réussites aient été achevées comme l’éradication de la variole ou la quasi élimination de la polyomyélite le vieillissement aidant cet organisme est maintenant totalement corrompu par les laboratoires pharmaceutiques.

Ces interdictions des traitements précoces du SRAS-CoV-2 sont à l’évidence téléphonées par ces laboratoires qui ont réalisé à ce jour 400 milliards de dollars de profits. Ces profits sont réalisés avec un produit expérimental dont ils ignorent les effets sur la durée. De plus ils ont obtenu des gouvernements occidentaux qu’ils soient lavés de toute responsabilité juridique mettant en avant le caractère d’urgence pour immuniser massivement les populations afin d’éradiquer le virus. C’est tout simplement de l’escroquerie, un scandale planétaire qu’il faut dénoncer. Une multitude d’avocats s’occupent de ce scandale et je suis impatient d’assister au résultat de ces actions.

L’enseignement à tirer de cette affaire est clair : il ne faut pas politiser la santé, ce domaine est du ressort des médecins et d’eux seuls. Dans cette corporation il y a aussi des brebis galeuses vendues au lobby pharaceutique. Il faut les poursuivre en justice également et faire en sorte qu’elles soient emprisonnées pour des motifs très évidents : mise en danger d’autrui et non respect des principes fondamentaux de la médecine ayant entrainé la mort. Peut-être qu’en France, seulement, 50000 morts auraient pu être sauvés et dans le monde des centaines de milliers des vies auraient pu été épargnées. C’est une attitude massivement criminelle qu’il est urgent de dénoncer. L’OMS est complice dans cette sombre histoire mais également les gouvernements. Les mois à venir vont être passionnants …

Inspiré d’un article paru sur le site de France-Soir ( https://www.francesoir.fr/politique-monde/livermectine-utilisee-en-inde-avec-succes-confirmee-comme-traitement-contre-la-covid ). Prochain article sur ce sujet, le cas du Texas. Je rappelle à mes lecteurs que j’exprime mes propres opinions mais qu’en aucun cas on peut me qualifier de « complotiste ».