La directive européenne « 20-20-20 » est une pure utopie, la preuve.

En faisant les comptes rapidement, pour atteindre le fameux 20-20-20 européen, l’objectif de la Commission européenne consistant à réduire de 20 % les émissions de CO2, d’atteindre 20 % de l’électricité produite avec les énergies renouvelables et de réduire la consommation d’électricité de 20 % en 2020, c’est-à-dire dans six ans, la part prépondérante des véhicules automobiles dans les émissions de carbone est tout simplement ignorée dans ce programme ambitieux et de toutes les façons utopique. En effet, dans la plupart des pays européens les émissions de carbone sont dues non seulement à la production d’énergie électrique mais aussi (et surtout) aux transports. Les différences en pourcentage entre les divers pays d’Europe tient au fait que la production d’électricité est soit entièrement tributaire des combustibles fossiles comme c’est le cas par exemple de la Pologne soit au contraire dans le cas de la France liée à plus de 95 % au nucléaire et à l’hydroélectricité. Et c’est là que réside l’erreur de cet objectif totalement hors de portée qui n’est encore, faut-il le rappeler, qu’une nouvelle manifestation des délires des écologistes qui ont fait passer cette lubie par la Commission et le Parlement européens à force de lobbying idéologique forcené. Il faut préciser que les fabricants d’automobiles européens, que ce soit les Allemands, les Français ou les Italiens et dans une moindre mesure les Espagnols ont fortement insisté pour que les automobiles ne soient même pas mentionnées dans les directives européenne du « trois fois 20 », chacun peut donc dormir sur ses deux oreilles, en particulier les syndicats, car mettre à mal l’industrie automobile pourrait provoquer un gros désordre social à l’échelle de l’Union.

Mais revenons aux paysages énergétiques, dans le cas de la Pologne une seule tentative de projet électronucléaire a échoué dans les années 80 sur le site de Elektrownia Jądrowa Żarnowiec et on n’en a plus jamais reparlé surtout après l’accident de Tchernobyl. L’objectif européen du 20-20-20 pour la Pologne consisterait donc à convertir une partie loin d’être négligeable du parc automobile en voitures électriques, à considérablement améliorer l’isolation des habitations et des locaux industriels et commerciaux et enfin à capter et piéger systématiquement le CO2 émis par les centrales électriques utilisant essentiellement du charbon et accessoirement du gaz. L’objectif d’amélioration de l’habitat concerne les particuliers en priorité et on ne voit pas clairement comment le gouvernement polonais pourra inciter la population à consentir à un effort aussi difficile à atteindre. Quant aux techniques de captage et de séquestration du CO2, autant dire que le surcoût sur la production d’électricité ne pourra jamais passer auprès des particuliers et encore moins auprès des industriels. La situation restera donc inchangée quels que soient les rappels à l’ordre de la Commission Européenne.

Dans le cas de la France la situation a le mérite d’être plus claire puisque la production d’électricité est essentiellement propre en termes d’émissions de carbone, la France est en effet une exception mondiale, avec peut-être la Belgique, en ce qui concerne les émissions de CO2 rapportées aux kW produits. Mais pour atteindre cet objectif des « trois fois 20 » en matière d’émissions de carbone il ne reste que le transport qui est le premier poste, et de très loin, de production de CO2 dans l’Hexagone. Pour les logements une majorité d’entre eux sont déjà isolés efficacement et il y aurait, certes, des améliorations à apporter mais encore une fois ce sont surtout les particuliers qui doivent mettre la main à la poche avec des retours sur investissements pouvant atteindre parfois plus de 30 ans, autant dire que la plupart des propriétaires de maisons ou d’appartements se posent la question, bien à propos d’ailleurs, de la justification de dépenses d’isolation afin de réaliser de maigres économies sur leurs factures d’électricité ou de gaz qui même si elles ne cessent d’augmenter ne réduira pas le temps d’amortissement très long de ces travaux.

Quant aux transports, c’est une toute autre histoire et l’aspect caricatural de l’objectif européen se révèle au grand jour. Prenons l’exemple de la Californie et c’est très révélateur de l’ineptie des directives européennes du « trois fois 20 ». Si vous vous promenez à Mountain View (Silicon Valley, près de Palo Alto) ou à La Jolla (banlieue nord high-tech de San Diego) vous verrez plus de Tesla, de Nissan Leaf ou de Toyota Prius que partout ailleurs dans le monde, tout simplement parce qu’il y a des bornes de rechargement partout qu’on paye avec sa carte de crédit, dans les parkings des supermarchés et des entreprises et chaque maison individuelle a aussi sa prise sur laquelle on « plug » sa voiture électrique. Mais attention, ce ne sont que de microscopiques exemples qui ne seront jamais une règle générale y compris dans l’Etat de Californie tout simplement parce que les infrastructures nécessaires pour atteindre ne serait-ce que 5 % de l’ensemble des véhicules automobiles circulant dans l’Etat n’existent pas. Qui plus est la production d’électricité actuelle ne pourrait même pas supporter un aussi infime pourcentage de conversion des automobiles de l’essence vers l’électricité.

elon-musk-100

Prenons l’exemple de la Tesla, la voiture phare d’Elon Musk (photo Reuters) qui parie sur un développement rapide de ce type de véhicule dans les années à venir comme d’ailleurs Bolloré ou Renault en France. Cette voiture embarque une batterie de 300 kg logée sous le plancher de la voiture qui occupe un espace de deux mètres de long sur un mètre vingt de large lui permettant une autonomie de 480 kilomètres. Sur le papier c’est génial sauf qu’il faut environ 6 heures pour recharger ce monstre. Et pour pouvoir effectuer cette recharge il faut de l’électricité, et c’est là tout le problème. Si la Tesla est de plus en plus populaire, elle l’est surtout dans les milieux aisés et « branchés », sans aucun jeu de mot, car c’est un petit jouet plus coûteux encore que la Prius. C’est donc le prix de ces véhicules tout électrique qui freine leur succès ainsi que la régulation sur les types de batteries embarquées, les batteries lithium-ion sont interdites dans les voitures (aux USA) depuis les déboires du Dream Liner de Boeing.

p01wjh6x

Qu’à cela ne tienne, Tesla a décidé de construire une méga-usine pour produire des batteries traditionnelles qu’elle achète actuellement au prix fort au Japonais Panasonic compte tenu du succès relatif de la voiture mais il ne faut pas trop se réjouir car un engouement soudain pour les voitures tout électrique que ce soit en Californie ou en Europe, comme par exemple en France, mettrait le réseau électrique en grand danger et la raison est très simple à comprendre. Si l’objectif du « trois fois 20 » de la Commission européenne était appliqué, il faudrait en France convertir plus de 350000 véhicules automobiles à essence en tout électrique chaque année pour être en conformité avec les exigences irréalistes des écologistes. Charger ces véhicules lorsqu’ils sont à l’arrêt, cela va de soi, suppose qu’une très grande majorité d’entre eux seront branchés après les heures de travail. Pour satisfaire cette demande en énergie électrique il faudrait disposer chaque année d’une puissance supplémentaire d’environ 1500 MW électriques, le parc automobile français, 35 millions de véhicules, engouffre en effet l’équivalent, en puissance, d’environ 15000 MW électriques. C’est à peu près une tranche EPR par an qu’il faudrait mettre en chantier dès aujourd’hui pour atteindre l’objectif de réduction de 20 % d’émissions de CO2 non plus en 2020 mais en 2030, si tout se passe bien. Espérer que des moulins à vent feraient l’affaire relève du rêve … Elon Musk peut construire son usine de batteries à prix cassés, il pourra toujours en vendre en Europe à Bolloré ou Renault car avant que les nouvelles technologies type lithium-air soient commercialisées (voir le lien en fin de billet) après avoir été approuvées en termes de sécurité, il y a encore de beaux jours devant les batteries traditionnelles Ni-Cd ou même au plomb, pourquoi pas.

Capture d’écran 2014-05-28 à 17.27.36

Selon une estimation de Barclays (voir l’illustration ci-dessus) la construction de la méga-usine Tesla fournira également des batteries à un prix très inférieur à celui du marché actuel aux foyers équipés de panneaux photovoltaïques. En effet, si le coût du stockage de l’électricité d’origine solaire a déjà très significativement diminué ces dix dernières années, il faut toujours débourser près de 4000 euros pour s’équiper décemment en batteries pour l’éclairage et les petits appareils électriques hors investissement en régulateur et onduleur. Tesla prévoit de diminuer encore ce coût de moitié. Et pour une quinzaine de milliers d’euros, une maison de taille moyenne pourrait alors être totalement autonome avec des panneaux solaires de taille convenable hors chauffage et cuisson. Cependant il y a aussi un gros problème à venir et pas encore envisagé clairement, en particulier en Allemagne. La progression des installations solaires privées à usage domestique et déconnectées du réseau qui pourrait s’amplifier avec l’arrivée massive de batteries Tesla à bas coût aura son revers. Les compagnies d’électricité pourraient se voir privées d’une partie de la rente de situation que constituent les ménages et amenées à revoir l’ensemble de leurs projets d’investissements mais on n’en est pas encore là. En Europe l’incidence du photovoltaïque privé sur l’objectif « trois fois 20 » restera marginal.

En conclusion cet objectif européen du « trois fois 20 » est une pure utopie comme bien d’autres utopies exigées par les écologistes et relayées par des politiciens totalement déconnectés de la réalité.

Source : BBC News

http://www.greencarreports.com/news/1090854_volkswagen-to-triple-battery-capacity-with-lithium-air-technology 

L’homosexualité ? Une banale histoire de neurones …

Le trouble de l’identité sexuelle, pardon, du genre, c’est simple, c’est une manifestation du mécontentement de son propre sexe. Une fille aurait aimé être un garçon parce qu’elle est attirée par les filles, un garçon aurait préféré être une fille parce qu’il est attiré par les hommes mais c’est la nature qui choisit et non l’état civil qui n’est qu’une constatation lapidaire du sexe de l’enfant. Il y a des pays où il vaut mieux être un homme et user des prérogatives socio-culturelles procurées par ce simple fait. Au Pakistan, une femme enceinte des œuvres de l’homme qu’elle aimait a été lapidée à mort par les membres de sa famille qui lui destinaient un autre homme comme époux. En Inde deux jeunes filles ont été violées puis pendues par leurs violeurs car le viol est probablement une offense non pas pour l’homme mais pour la femme qui a subi cet outrage. Au moins dans ces deux pays et malheureusement dans bien d’autres les choses sont claires, il vaut mieux être né avec un paire de couilles et ne pas contester le fait qu’on est un homme. L’homme est supérieur à la femme dans ces pays, ce sont les lois, les religions et les traditions qui le veulent et l’homosexualité est un délit passible de la peine de mort.

Mais la théorie du genre s’appuie-t-elle sur des faits réels scientifiquement avérés ou est-elle seulement le résultat d’une idéologie égalitariste fumeuse, c’est ce qu’a tenté d’éclaircir une équipe de médecins des Universités d’Amsterdam et de Liège n’ayant strictement aucun a priori ni sur cette théorie lors de l’initiation leur étude ni sur les résultats qu’ils allaient obtenir. Toute leur recherche reposait sur le fait que le trouble dit de dysphorie du genre mentionné ci-dessus, il faut appeler les choses par leur nom, pouvait révéler quelques indications précieuses sur la perception du genre par les petites filles et les petits garçons avant la puberté puis lors de la puberté, période durant laquelle l’organisme, tant des filles que des garçons, subit un changement hormonal profond conformément au sexe, et il n’y a alors pas de théorie du genre qui tienne, il s’agit de physiologie pure et dure. L’étude s’est focalisée sur la réponse des garçons et des filles à l’androstadienone. J’ai déjà parlé de ce produit de dégradation de la testostérone dans un billet de ce blog à propos de l’odorat (voir le lien) le nez reconnaissant cette molécule excrétée par les glandes sudoripares des aisselles et se retrouvant aussi dans le sperme, l’urine et à un moindre degré dans la sueur et envoyant ensuite des signaux au cerveau. De nombreux travaux ont montré que la femme était sensible à l’androstadienone en subissant en quelque sorte une réponse physiologique influant sur ses états mentaux et hormonaux selon la phase de son cycle menstruel. Bref, il n’y a qu’un petit saut à franchir pour considérer que cette molécule est une phéromone sexuelle détectée par le nez mais qu’en est-il chez des pré-ados et des ados qui souffrent de dysphorie du genre ou en termes plus compréhensibles de trouble de l’identité sexuelle ? Il est utile de rappeler que l’androstadienone est produite par les testicules, la production de testostérone par les ovaires étant très faible. Au cours de la puberté les garçons s’immunisent en quelque sorte et leur cerveau, plus précisément l’hypothalamus, ne réagit plus du tout à l’androstadienone, ce qui n’est pas le cas chez les filles. Fort de ces constatations l’équipe dirigée par le Docteur Sarah Burke a donc entrepris une étude par imagerie fonctionnelle en résonance magnétique nucléaire (fMRI) chez quatre lots de pré-adolescents et d’adolescents, filles et garçons, les uns normaux et les autres diagnostiqués comme souffrant de dysphorie du genre. Pas facile de trouver 36 enfants pré-pubères et 38 adolescents diagnostiqués comme souffrant de dysphorie du genre puisque moins d’un enfant sur 2000 est considéré comme souffrant de ce syndrome dont il était évidemment intéressant d’élucider la cause mais au Centre de Dysphorie du Genre de l’Université d’Amsterdam ce fut chose facile.

On considère que les adultes souffrant de dysphorie du genre ont un cerveau qui a été mal programmé pour des raisons inconnues à accepter leur sexe, mâle ou femelle peu importe, tel qu’il est réellement et physiologiquement. Il existe des approches thérapeutiques tendant à redresser la réponse de l’hypothalamus à l’aide de traitements hormonaux pas toujours couronnés de succès pour traiter la dysphorie du genre mais il était intéressant de connaître ce qui évoluait dans le cerveau entre la pré-puberté et l’adolescence en comparant ces enfants et ces adolescents, diagnostiqués souffrant de dysphorie du genre, par rapport à des enfants et adolescents ne présentant pas ce type de trouble. Au total 153 enfants et adolescents répartis en 8 lots furent étudiés après avoir vérifié à l’aide de tests simples si leur capacité olfactive était intacte afin d’être certain que la stimulation par l’androstadienone serait effective. Pour être certain que de jeunes enfants souffraient bien de dysphorie du genre ils étaient soumis à un questionnaire très simple du genre s’ils étaient amoureux de quelqu’un de leur âge et si oui si c’était un garçon ou une fille, l’entourage familial ou scolaire permettant de vérifier l’orientation sexuelle (pardon, de genre) comportementale de ces jeunes enfants.

Chez les sujets servant de contrôles un premier résultat montra que déjà avant la puberté, la stimulation de l’hypothalamus par l’androstadienone est significativement différente entre filles et garçons en ce sens que la réponse au cours de stimulations successives répétées qui durent une seconde augmente chez les filles alors qu’elle reste constante ou a tendance à diminuer chez les garçons. Chez les sujets du même âge, garçons ou filles diagnostiqués « dysphoriques » (je viens d’inventer cet adjectif), aucune différence dans cette réponse n’a pu être observée. Quand la même investigation a été conduite avec des adolescents pubères, garçons ou filles, l’hypothalamus des filles « normales » était nettement plus stimulé que celui des filles diagnostiquées dysphoriques qui ne montraient qu’une stimulation comparable à celle des garçons témoins pubères. Dans le cas des garçons pubères, le résultat s’est révélé encore plus frappant car les « dysphoriques » réagissaient à l’androstadienone presque exactement comme les filles pubères « normales ». Les résultats de cette étude illustrés par la figure ci-dessous ( DOI: 10.3389/fendo.2014.00060) indiquent que les différences sont bien identifiées chez les enfants normaux pré-pubères ou pubères alors que cette différence s’estompe chez les filles pubères présentant une dysphorie du genre, comme si la différenciation neuronale liée au sexe avait été atypique. Par contre chez les garçons, si la réponse de l’hypothalamus est peu différente qu’ils soient normaux ou « dysphoriques » avant la puberté, cette réponse devient sensiblement identique à celle des filles normales à la fin de la puberté. Ce résultat indique également une différenciation neuronale atypique.

De là à dire que l’homosexualité n’est qu’une affaire de neurones, il n’y a qu’un pas facile à franchir. Les auteurs parlent pudiquement d’androphilie et de gynéphilie compte tenu du fait que seulement 15 % des jeunes filles diagnostiquées avec une dysphorie du genre montreront un comportement sexuel « anormal » à l’âge adulte alors que ce pourcentage est plus élevé chez les hommes. La raison pour laquelle la différenciation neuronale orientée par les hormones sexuelles lors de la maturation du cerveau peut être altérée n’est pas connue, la puberté faisant seulement ressortir cette altération sans ambiguité.

Capture d’écran 2014-05-29 à 20.29.35

Dans cette figure, les diagrammes représentent des comparaisons pondérées des stimulations hypothalamiques pour les groupes d’enfants et d’adolescents étudiés. Cette représentation peut prêter à confusion car elle doit se conformer à un code international de quantification des réponses observées par fMRI permettant d’estimer le contraste de la réponse par imagerie fonctionnelle. Les curieux peuvent toujours aller sur le lien (DOI) mentionné plus haut pour se convaincre de la validité de l’étude.

En conclusion, pour ce qui est du comportement sexuel (pardon, vis-à-vis du genre), tout est affaire de neurones et Sigmund Freud aurait sauté de joie en lisant cet article qui pêche peut-être par le nombre limité de sujets étudiés mais qui présente un élément nouveau d’explication incontestable du comportement sexuel en regard du « genre », garçon ou fille, homme ou femme. Après tout l’homosexualité n’est peut-être qu’une histoire de neurones … mais il ne faut pas le dire, ça fait mauvais genre. Et pour enrichir son vocabulaire, ce diagramme trouvé sur Wikipedia :

Sex-sexuality-venn

Lien : https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/05/04/quel-que-soit-notre-genre-nous-sommes-a-la-merci-de-notre-nez/

Quand la Chine s’enfoncera … Le monde tremblera !

 

Les nouvelles en provenance de Chine se succèdent et se ressemblent. La croissance économique s’effondre, le shadow-banking favorisant une corruption généralisée du monde politique est sur le point d’imploser et l’insécurité devient une préoccupation de tous les instants. A tel point qu’il y a maintenant des portiques de détection de métaux à l’entrée des gares et des stations de métro comme dans n’importe quel aéroport. La chaleur estivale et la pollution (il y a eu des émeutes anti-pollution il y a quelques jours à Pékin quand on a interdit les barbecue en plein air … qui polluent trop) n’arrangent pas la situation et la moindre étincelle pourrait entrainer des mouvements de foule incontrôlables. La police a reçu de nouveaux équipements dissuasifs et le cas échéant n’hésitera pas à tirer dans la foule si la situation venait à se dégrader. Serait-ce le début de la fin du réveil chinois dont avait parlé Alain Peyrefitte en 1973 ? Il est vrai que gérer un milliard trois-cent millions de personnes, gestion confiée à 60 millions de cadres du parti tous sans exception corrompus, police comprise, n’est pas une mince affaire … Et si, de plus, les velléités territoriales (maritimes) et l’insécurité domestique deviennent récurrentes alors les investisseurs étrangers se détourneront de la Chine, le mouvement est déjà visible, et l’ensemble du pays sombrera dans la récession, le marasme et la misère, situation amplifiée par l’inexorable et violent vieillissement de la population.

BN-CY583_csubwa_G_20140527073106

Quand on voit cette photo prise à la station de train de Tiantongyuan Nord à Pékin à une heure d’affluence matinale on ne peut que penser à l’agressivité qui se développe naturellement dans un élevage intensif de poulets. On rabote le bec et les ongles des poulets et on coupe les plumes de leurs ailes pour réduire les conséquences de leur agressivité due au surpeuplement et parfois, bien que ce ne soit pas autorisé, on leur administre des calmants dans leur nourriture. Avec les humains, c’est exactement la même situation. L’émergence de troubles sociaux de grande ampleur en Chine systématiquement attribuée par le gouvernement central à des terroristes pour sauver la face et s’autoriser une répression implacable aura des conséquences incalculables sur l’ensemble de la planète s’il s’avère que ce ne sont pas des terroristes mais des citoyens ordinaires exaspérés par leurs conditions de vie d’esclaves du capitalisme étatique. Il faut se préparer à une telle éventualité mais la question sans réponse pour le moment est : « comment ? » …

Source : The Wall Street Journal China

Moins se laver pour moins attirer les moustiques ?

 

mosquito-10

L’été arrive avec la chaleur et l’humidité et c’est synonyme de moustiques, ces charmantes petites bêtes, nocturnes pour la plupart, et qui émettent un son à peine audible et parfaitement désagréable quand elles volent près de nous à la recherche de sang. Les moustiques sont attirés par les infra-rouges que nous dégageons autour de nous et aussi par le gaz carbonique que nous exhalons et enfin par nos odeurs. Et nous avons tous une odeur particulière, ce qui pourrait expliquer que certaines personnes n’attirent pas les moustiques alors que d’autres sont leur cible préférée. Bien qu’on ait observé cette différence, encore fallait-il en trouver la raison exacte car un scientifique ne peut pas se contenter d’une simple impression déduite d’une observation par trop suggestive. J’ai été saigné des milliers de fois par des moustiques variés qui m’ont laissé des souvenirs désagréables comme la dengue ou la malaria et depuis quelques années si ces petites bêtes continuent à s’abreuver de mon sang impur (que la Croix-rouge refuse de me prélever) je n’éprouve plus aucune réaction cutanée. Si l’hypothèse des odeurs attirantes pour les moustiques était vérifiée, je n’entrerais pas dans la catégorie des personnes qui ne se font pas piquer parce qu’elles repoussent les moustiques et pourtant ces spécimens humains privilégiés existent !

Une équipe pluridisciplinaire de l’Université de Wageningen aux Pays-Bas a voulu en savoir plus sur cette différence entre les individus et ils ont procédé à une étude détaillée de la flore bactérienne qui fleurit sur notre corps, en particulier dans les parties humides de notre anatomie, les pieds et les aisselles notamment. Qu’on le veuille ou non, qu’on se lave trois fois par jour en se brossant vigoureusement, il reste des milliards de bactéries et des champignons microscopiques sur notre peau qui vivent heureusement en bonne harmonie avec nous et ne nous procurent aucun désagrément sinon que notre transpiration peut parfois être particulièrement odorante. Et ce n’est pas la transpiration en soi qui sent puisque c’est pratiquement de l’eau distillée mais les éléments chimiques produits par les bactéries qui vivent dans les moindres recoins de notre épiderme et de notre appareil pileux. Chaque personne dégage une odeur particulière qui lui est propre tout simplement parce que chaque individu transporte sur lui une panoplie de bactéries qui lui est unique en termes de diversité de cette flore microbienne cutanée.

L’équipe de l’université batave a réuni 48 volontaires mâles acceptant de se plier à l’expérience dont le but était d’élucider la raison pour laquelle les moustiques sont attirés par certains hommes et pas par d’autres. On leur a demandé de s’abstenir durant les quelques jours précédant l’expérience de boire des boissons alcoolisées en particulier de la bière, de bannir l’ail, les oignions et les plats épicées, également de s’abstenir d’utiliser un savon ou un détergent en se douchant, un simple rinçage, de ne pas utiliser un déodorant quelconque et pour parachever leur préparation de s’obliger à porter pendant deux jours des chaussettes de nylon que leur fournissait le laboratoires après avoir stérilisé les dites chaussettes, sans se laver les pieds. Pour les odeurs de pieds, les chaussettes en nylon, il n’y a pas mieux. Pour tester si les odeurs des pieds attiraient les moustiques, les pieds de ces volontaires ayant bien mariné dans leurs chaussettes en nylon ont été frottés avec des petites billes de verre pour absorber les bactéries et les petits tas de billes ont été placés au centre de sortes d’enclos surmontés d’un filet et légèrement ventilés pour dissiper ces odeurs. Un système permettait d’observer par quel échantillon d’odeurs de pied les moustiques étaient attirés et avec quelle intensité simplement en piégeant les moustiques attirés par cet appareillage rudimentaire mais efficace. Les mêmes prélèvements ont été utilisés pour identifier la flore bactérienne par séquençage de l’ARN 16S des ribosomes. Juste une brève explication, l’ARN 16S est une molécule d’acide ribonucléique qui fait partie de la grosse machinerie impliquée dans la synthèse des protéines, les ribosomes, et chaque espèce vivante possède son propre ARN 16S. L’ARN 16S de dizaines de milliers de bactéries différentes est connu et il est alors très facile d’identifier une bactérie par ce simple séquençage. Il ne faut pas oublier de mentionner que c’est le moustique vecteur de la malaria (Anopheles gambiae) qui a été utilisé au cours de cette étude.

Premier résultat intéressant, sur les 48 volontaires, six d’entre eux n’attiraient pas ou très peu les moustiques. Pourtant la plante des pieds, près des orteils, est colonisée en moyenne par un demi million de bactéries par centimètre carré dans les conditions de l’expérimentation, mais dans la vie courante ce doit être sensiblement la même situation. Il faut dire que les bactéries ont tendance à se multiplier en moyenne en moins d’une heure et si le matin, après une vigoureuse douche, on a encore deux cent mille bactéries par centimètre carré de peau, à la fin de la journée on a atteint aisément plusieurs millions, mais pas de souci, nos pieds sont toujours en bon état, du moins dans la plupart des cas.

Deuxième résultat, l’attractivité de chaque individu volontaire pour l’expérience s’est révélée ne pas être directement corrélée avec la densité bactérienne mais plutôt avec la diversité de leur « microbiome » ou population microbienne. Plus le nombre d’ARN 16S différents était élevé, donc plus il y avait de bactéries différentes dans les prélèvements, moins les individus attiraient les moustiques ou plutôt les petits tas de billes odoriférants disposés au milieu des pièges, on n’a tout de même pas exposé ces volontaires à des attaques répétées d’essaims de femelles de moustiques assoiffées de sang. L’illustration ci-dessous montre une corrélation statistique entre les différentes bactéries identifiées et le pouvoir attractif ou non attractif rapporté aux sujets volontaires de l’expérience.

journal.pone.0028991.g004

On remarque d’abord que plus la flore bactérienne est diversifiée moins les moustiques sont attirés (partie gauche du diagramme) et au contraire quelques bactéries seulement sont particulièrement responsables de cette attractivité (en bleu dans partie supérieure droite du diagramme) comme Leptotrichia, une bactérie communément trouvée dans la bouche ou Delftia, une bactérie commune que l’on trouve sur la peau et les cheveux alors qu’à l’opposé Variovorax, proche cousine de Delftia, également commune sur la peau, ne relâche pas les mêmes substances volatiles. Comme on peut le voir le microbiome de l’épiderme est très complexe et certaines bactéries se nourrissent des excrétions d’autres de leurs congénères et transforment ces substances volatiles en permanence. Parmi ces substances on peut citer des acides, comme l’acide octanoïque ou l’acide caprylique, qui sent la chèvre, ou encore des aldéhydes et des esters variés. L’identification précise de l’ensemble de ces molécules est en cours dans le laboratoire de l’Université de Wageningen dans le but de mettre au point des pièges attirant les moustiques de manière spécifique. En effet, le moustique vecteur de la fièvre jaune, Aedes aegypti, n’est pas attiré par les mêmes odeurs et il en est de même pour le vulgaire Culex pipiens de nos villes qui heureusement n’est pas normalement un vecteur de maladies parasitaires ou virales. Quand on pourra piéger ces sales bêtes avec ces substances naturelles qui font que nous sentons parfois un peu fort surtout au cœur de l’été, ce sera « le pied » et peut-être pourrons-nous nous en débarrasser pour notre plus grand confort au cours d’une calme nuit de juillet et on peut se poser la question de l’opportunité de se laver souvent ou au contraire moins souvent pour moins attirer les moustiques …

Lien : http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0028991

 

OGM en Europe, n’en parlons plus !

foll-2663663-jpg_2302390

L’Europe a donc choisi la voie de l’interdiction optionnelle de la culture des plantes transgéniques. A chaque Etat d’en décider, après tout la Commission Européenne se désolidarise des états d’âme des divers ministres de l’agriculture, car il s’agit bien d’états d’âme. Je cite Le Foll qui porte bien son patronyme (lepoint.fr) : « Le Foll ouvert aux OGM de seconde génération :« Avec ce nouveau cadre, les débats peuvent avoir lieu », a promis Stéphane Le Foll rappelant toutefois qu’il restait farouchement opposé aux OGM résistants aux herbicides ou aux ravageurs comme le Mon810 parce qu’ils « posent d’énormes problèmes« . Si ce n’est pas un « état d’âme » il faut qu’on me décrypte la déclaration de Le Foll. Quand il mentionne les « énormes problèmes » que « posent » les plantes transgéniques comme les maïs Bt ou RoundUp Ready, qu’il ait la délicatesse d’avouer qu’il est farouchement opposé à l’intrusion sur le territoire français des semenciers américains comme Pioneer ou Monsanto, point à la ligne.

Les agriculteurs français ne peuvent pas de passer de ces semenciers car ils leurs achètent déjà des semences hybrides F1 à haut rendement puisque Limagrain n’a pas l’envergure technique et commerciale pour satisfaire l’ensemble de la demande domestique. Est-ce que ce ministre sait au moins de quoi il parle quand il déclare que les plantes transgéniques posent d’ « énormes problèmes ». Plutôt que d’utiliser un langage sibyllin il pourrait préciser sa pensée ou plutôt, pardon, son état d’âme. Mais ses « états d’âme » ne sont pas exclusifs, ça rassure, car il se déclare franchement partisan des « OGM de deuxième génération » en mentionnant le riz doré. De quoi peut-il bien parler en déclarant que le riz doré est un « OGM » de deuxième génération ? Visiblement il ne sait pas de quoi il parle, CQFD. J’ai disserté à plusieurs reprises au sujet du riz doré sur ce blog et objectivement et scientifiquement on ne peut pas attribuer le qualificatif de deuxième génération à ce riz si ce n’est qu’il est dans le domaine public et que ni Monsanto, ni Pioneer (DuPont) ne sont impliqués dans la commercialisation des semences. On comprend donc le raisonnement tant du ministre français de l’agriculture que de la Commission Européenne, les politiciens européens sont non pas opposés aux plantes transgéniques mais à l’intrusion dans l’industrie agricole de l’Union des firmes américaines. C’est on ne peut plus clair ! Et comme les arguments scientifiques et techniques font cruellement défaut, le même Le Foll a obtenu des instances de Bruxelles de stipuler au sujet des plantes transgéniques que chaque Etat de l’Union pourra à discrétion interdire sur son territoire, en quelque sorte à la carte, la culture de plantes transgéniques en provenance des USA pour des raisons « autres que la santé et l’environnement, comme l’ordre public, l’aménagement du territoire ou la lutte contre la dissémination ». Je cite ici un article paru dans lepoints.fr. On ne peut pas faire mieux comme dissémination de la connerie !

Ce que ce monsieur n’a pas vraiment compris c’est qu’en réalité les Américains ont gagné la partie : leur maïs, leur soja, leurs pommes de terre, leurs tomates, leur coton et bien d’autres grandes cultures transgéniques, une quinzaine environ, reviennent beaucoup moins cher à produire quand elles ont été modifiées génétiquement non pas pour arrondir les profits des semenciers mais en permettant de réduire les intrants au niveau des agriculteurs et en particulier des pesticides. Le travail de sape des écologistes, encore une fois, au niveau tant des gouvernements des Etats de l’Union Européenne que des instances dirigeantes de Bruxelles a finalement payé, à terme l’agriculture européenne sera globalement perdante et l’industrie agro-alimentaire et l’élevage européens deviendront de plus en plus dépendants des USA.

Voilà donc où on en est et c’est tellement caricatural qu’on a presque envie d’en rire !

Photo du Ministre pêchée sur lepoint.fr

Quand la théorie du genre en prend un coup !

Capture d’écran 2014-05-26 à 18.39.54

Il y a environ un an les laboratoires Sanofi ont émis un avis repris par la FDA signalant que le Zolpidem (Ambien, Stilnox, Intermezzo, …), un somnifère bien connu, n’avait pas la même durée de vie chez les hommes et les femmes et qu’il était préférable que ces dernières réduisent la dose habituellement prise de moitié pour favoriser le sommeil. Un véritable pavé dans la mare des adeptes de la théorie du genre car jusque là hommes et femmes étaient traités sur un plan d’égalité, quel que soit leur poids puisque le Zolpidem agit sur le cerveau et à quelques cuillères à soupe près les hommes et les femmes ont un cerveau de taille équivalente. Mais pour ce dernier organe seul l’usage qui en est fait peut peut-être différencier les hommes et les femmes, surtout dans le monde politique.

Mais revenons au Stilnox (ou Ambien), c’est aujourd’hui le seul médicament dont la dose prescrite est différente selon le sexe. Cette décision de la FDA a fait grand bruit aux USA car des associations féministes ont considéré que cette position était sexiste pour ne pas dire discriminatoire. Or on sait que l’aspirine n’a pas le même effet chez la femme et chez l’homme, et pour ne citer que cet exemple l’aspirine à faible dose diminue les risques de crise cardiaque chez l’homme alors que la même prescription aux mêmes doses ne protège que très modérément les femmes de ce même risque. Et ce n’est pas un hasard puisqu’il existe une différence significative dans la panoplie des enzymes du foie entre l’homme et la femme, enzymes impliqués dans la dégradation des médicaments.

Ce qui est incroyable dans cette histoire qui a provoqué une intervention véhémente de féministes jusque sur les plateaux de télévision, au moins aux USA, c’est que l’information était connue de la FDA dès 1992 quand les documents fournis pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché avaient été communiqués aux régulateurs. Il était mentionné clairement que le Zolpidem persistait deux fois plus longtemps dans le sang des femmes. La FDA n’a jamais tenu compte de cette information, et pour cause, différencier la posologie entre hommes et femmes revenait à introduire une mesure discriminatoire. Or dans le pays champion de l’égalité des sexes pas question de prendre une telle décision ! Le problème qui ne fut donc jamais éventé pendant plus de 20 ans, à savoir que les femmes sont deux fois plus sensibles que les hommes au Zolpidem, provient du fait que seules quelques rares études furent conduites avec des femmes car à l’époque les essais cliniques comportaient toujours une majorité d’hommes, les études sur les femmes se limitaient à la « médecine bikini », c’est-à-dire la poitrine, les ovaires, l’utérus, la grossesse, la ménopause et les règles. Les pharmaciens considéraient que pour le reste du corps, les femmes et les hommes étaient en tous points égaux et pour les médicaments nouveaux concernant le cœur, les reins, l’estomac ou le cerveau, les essais cliniques étaient majoritairement conduits avec des hommes.

De même qu’au laboratoire la majorité des essais sur les animaux, rats ou souris, singes ou porcs, est réalisée avec des mâles, pas de problèmes de genres avec ces bestioles !

Et pourtant, malgré de nombreuses différences entre les femmes et les hommes, il a fallu attendre l’avènement des nouvelles thérapies à l’aide de cellules souches transformées dans un but thérapeutique, au moins au laboratoire, pour se rendre compte qu’en réalité il existait une différence selon qu’on utilisait des cellules issues de mâles ou de femelles. On s’est rendu compte au Texas Heart Institute de Houston qu’en traitant des rats mâles avec des cellules souches issues de femelles, le traitement était beaucoup plus satisfaisant alors qu’à l’inverse, des souris femelles traitées avec le même type de cellules provenant de mâles ne montraient aucune amélioration. Il s’agissait ici d’une thérapie à l’aide de cellules souches modifiées qui diminue l’étendue des plaques d’athérome.

Ce type de résultat a alerté la communauté scientifique médicale et il s’avère que dans de nombreux cas femmes et hommes ne réagissent pas de la même façon. Par exemple, entre 1997 et 2001, huit médicaments sur les dix qui furent retirés du marché présentaient un risque élevé chez les femmes alors qu’ils étaient plutôt bien tolérés chez les hommes. Il semblerait que cette affaire du Zolpidem ait fait prendre conscience aux régulateurs que les essais cliniques ne doivent pas agréger les deux sexes mais être effectués sur l’un et l’autre séparément afin de déterminer plus finement les effets secondaires et les posologies. A n’en pas douter les laboratoires pharmaceutiques ne vont pas apprécier car une décision dans ce sens augmentera considérablement les coûts des études. Il faudra peut-être aussi revoir les posologies de milliers de médicaments mais un grand nombre d’associations prônant la théorie du genre ne voudront pas en entendre parler. Physiologiquement et génétiquement parlant, malgré l’agitation véhémente des politiciens, l’égalité des sexes ce n’est pas pour demain !

Source : CBS News

Le réchauffement climatique ? C’est du poulet !

Female_pair

L’hypothèse du réchauffement climatique à venir est une véritable poule aux œufs d’or pour qui sait présenter un projet de recherche politiquement correct, c’est-à-dire conforme aux récentes argumentations incantatoires de Barak Obama. Le Président américain a bien déclaré haut et fort que le « réchauffement » affectait déjà les Américains et qu’il fallait tout de suite agir. L’un des arguments avancés par certains scientifiques est la directe conséquence des fameuses courbes en crosse de hockey décrivant le réchauffement tel qu’il devrait être dans les prochaines années selon les modèles ultra-sophistiqués des climatologues. Par exemple, selon ces modèles, il y aura en 2060 douze fois plus de jours d’été qu’aujourd’hui durant lesquels la température atteindra la fatidique valeur de 37,7 degrés Celsius, soit 100 degrés Fahrenheit, ça sonne mieux dans les esprits ! Et des petits malins de l’Université du Delaware ont tiré la sonnette d’alarme et obtenu illico des financements généreux octroyés sans rechigner par l’Administration américaine (FDA) pour sélectionner des poulets résistants à la chaleur. Et ils ne manquent pas d’arguments puisque seulement dans le Delaware et le Maryland, un état voisin, l’une des principales productions est le poulet d’élevage avec 600 millions de volatiles produits chaque année. Les enjeux économiques justifient donc le financement de tels projets, qui plus est de telles recherches sont politiquement correctes et ne font que conforter les décisions d’Obama. Comme ça tout les monde est content, les universitaires opportunistes en mal d’inspiration sont financés, les agriculteurs et les éleveurs peuvent dormir sur leurs deux oreilles, les compagnies d’assurance n’auront plus à indemniser les éleveurs en cas de vagues de chaleur dévastatrices et la Maison-Blanche se félicitera de son impulsion décisive pour la recherche de solution pouvant contrecarrer les effets du « réchauffement ».

Le Professeur Carl Schmidt (U. Delaware, Newark) a obtenu un million de dollars de crédits de recherche pour dans un premier temps aller se promener dans les pays chauds, en Afrique et en Amérique du Sud, afin d’effectuer des prélèvements sanguins chez des poulets élevés en plein air, sans protection contre le soleil tropical ou équatorial et également sans protection contre les multiples maladies dont ces volatiles sont susceptibles de souffrir dans un élevage industriel. Ces échantillons sanguins seront ensuite analysés en détail pour trouver les gènes impliqués dans la résistance à la chaleur et aux maladies. C’est là que le programme risque de se corser parce que la soit-disant résistance à la chaleur résulte très probablement d’une modification multi-factorielle du patrimoine génétique. Pour énoncer le problème différemment, dans l’hypothèse (improbable) où quelques gènes impliqués dans cette résistance seraient clairement identifiés, l’étape suivante consistera à interférer sur l’expression des dits gènes pour prouver qu’ils sont en effet impliqués dans ce caractère, puis identifier les gènes équivalents chez les poulets d’élevage de race bien définie et modifier éventuellement l’expression de ces derniers gènes pour rendre les poulets résistants aux coups de chaleur. Un programme monstrueusement complexe aboutissant à des poulets soit transgéniques, ce que les écologistes climatologues à leurs heures refuseront, soit des poulets dépendants de drogues activant l’expression d’un ou plusieurs gènes ou inhibant celle d’autres gènes. Et pour atteindre ce but, ce n’est pas un malheureux petit million de dollars qui sera suffisant mais d’autres dizaines de millions pour un résultat tout aussi aléatoire que les prévisions des climatologues. Autant dire que ce projet coûteux et hasardeux n’a pas d’autre finalité que de satisfaire les politiciens et les scientifiques politisés à outrance qui ne développent plus que des programmes de recherche politiquement corrects sans aucun espoir au fond d’eux-mêmes de voir leurs efforts aboutir. Mais si rien n’est entrepris dans ce sens, alors les politiciens n’auront qu’un mot à la bouche répété à l’envi : « on vous avait prévenu » … Triste tournure prise par la science quand celle-ci est dévoyée à des fins idéologiques !

Source : News Room de l’USDA National Institute for Food and Agriculture ( http://www.nifa.usda.gov/newsroom/blogs/posted_may2014/blog_animal_pro_4_3_2014.html )