La corruption organisée par les « corporatocrates »

European_Central_Bank_-_building_under_construction_-_Frankfurt_-_Germany_-_13.jpg

Fort heureusement il y a les lanceurs d’alerte comme Julian Assange ou encore Edward Snowden pour nous informer car consulter la presse main-stream subventionnée et les chaines de télévision étatisées ou propriétés de grands groupes industriels ou commerciaux n’est qu’une perte de temps : nous sommes tous soumis à une désinformation systématique sous une avalanche continue de nouvelles sans aucune importance ou dont la véracité est contestable. Par exemple, la politique monétaire de la banque centrale européenne (BCE) dirigée par un ancien employé de Goldman-Sachs du nom de Mario Draghi échappe à tout contrôle tant de la Commission Européenne que du Parlement de Strasbourg. La BCE se trouve comme par hasard à Francfort, la capitale financière de l’Allemagne et Draghi fait sa petite cuisine sans rendre de comptes à qui que ce soit.

Depuis juillet 2016, pas satisfaite de racheter des obligations souveraines sur le second marché, cette institution a entrepris d’acheter des actions de grandes corporations européennes ainsi que des titres de dette de ces mêmes corporations dans la plus grande opacité. Draghi a insisté sur le fait que la BCE n’achetait que sur le second marché et ne participait donc pas directement au financement de la dette des Etats ni des entreprises. C’était une manoeuvre pour dissimuler ce qui se fait dans l’ombre, entre corporatocrates, un néologisme inventé par Wolf Richter sur son blog, entre coquins pour être plus précis ! Tout est secret et fort heureusement les lanceurs d’alerte que j’ai cité ci-dessus ont permis d’y voir un peu plus clair. Le Corporate Europe Observatory a craqué les codes utilisés par la BCE pour identifier les corporations (multinationales) européennes bénéficiant de ses largesses et le résultat est assez surprenant.

On trouve par exemple les grands du pétrole : Shell, financé 11 fois depuis juillet dernier, Eni (Italie) financé 16 fois, Repsol (Espagne) six fois, OMV (Autriche) six fois également, et enfin Total (France) financé 7 fois. Quant aux multinationales impliquées dans le gaz naturel c’est le même tableau. Mais il n’y a pas que le secteur énergétique qui intéresse la BCE. L’industrie automobile bénéficie aussi des largesses de la BCE avec en tête Daimler, BMW, Volkswagen malgré ses problèmes de trucage des émissions des moteurs diesel, et enfin Renault.

Ce n’est pas tout et le Corporate Europe Observatory a aussi découvert que la BCE était on ne peut plus généreuse avec les trois majors françaises de l’eau : Suez, Vivendi et Veolia. Vous en voulez encore ? LVMH est aussi un chouchou de la BCE, tout comme la société autrichienne Novomatic dont la spécialité est les jeux de hasard et propriété du milliardaire Johan Graf. Tous les dirigeants de ces sociétés sont des copains de Mario Draghi et se retrouvent régulièrement dans les salons feutrés des hôtels de luxe qui à Davos, qui au club de Bilderberg. L’objectif de Draghi est d’atteindre 125 milliards d’euros d’ici la fin de 2017 dans ce genre d’opération souterraine qui échappe à la sagacité et au contrôle des politiciens.

Mais il est inutile de penser un seul instant que Jean-Claude Junker, le président de la Commission européenne, ne soit pas au courant des agissements de son ami Draghi. Ces agissements sont en effet à la limite de la légalité, on pourrait dire totalement illégaux puisque la BCE, dans sa grande mansuétude, s’implique aussi dans les « placements privés », en d’autres termes des titres de dette des corporations multinationales qui échappent au marché financier traditionnel. Seule une petite poignée d’investisseurs est au parfum et la BCE, à l’évidence, a transgressé le cadre de son statut de banque centrale en se positionnant comme acheteur de dette, dans ce cas, en premier ressort. L’immense avantage offert aux grandes corporations est qu’elles disposent via la BCE et directement d’un accès rapide et peu coûteux à des capitaux qu’elles ne trouvent plus auprès des banques.

On peut appeler ce genre de pratique de la corruption …

Source : wolfstreet.com

France : PIB et dette, dans les règles de l’art réthorique

France : PIB et dette, dans les règles de l’art réthorique

En France, on ne s’embarrasse pas du ridicule, c’est le moins qu’on puisse dire. Les Suisses, près de leurs sous comme chacun sait, observent avec amusement les annonces du ministre français des finances et de l’économie. Le fait que le PIB français aura finalement augmenté de 1,4 % en 2016 comme l’a claironné le sieur Sapin il y a quelques jours a laissé pantois les riverains du Léman ! Il faut tout de même remettre les pions en place sur l’échiquier financier de la France qui va droit à la faillite comme avait osé le dire François Fillon il y a quelques années. Pour obtenir péniblement, selon les statistiques hautement contestable du ministère des finances, un PIB culminant à + 1,4 %, soit une augmentation de 28 milliards d’euros environ, il aura fallu à la France emprunter sur les marché environ 300 milliards d’euros en 2016 pour rembourser ses créanciers sur des titres de dette arrivant à échéance (190 milliards) et aussi et surtout pour faire fonctionner la machine, soit 110 milliards environ injectés dans l’économie. Bel exemple de l’incurie totale du gouvernement socialiste qui a précipité la France dans un abime insondable de dette dont elle ne ressortira que dans une ou deux générations, si tout se passe bien.

En effet, comme d’ailleurs l’Espagne et l’Italie qui suivent la même stratégie suicidaire, pour tenir à bout de bras l’économie la France emprunte donc 10 euros pour créer 1 euro de PIB et créé des postes de fonctionnaires inutiles … C’est une réussite totale.

Aux USA, sous l’ère Obama, la stratégie était un QE (quantitative easing) de 3 dollars pour un dollar supplémentaire de PIB. L’économie américaine n’est pas vraiment en bonne santé avec près de 100 millions de personnes sans emploi ou avec des petits boulots précaires pour remplir une maigre gamelle quotidienne (et qui ont voté pour Trump, leur seul espoir) mais qu’en est-il de celle de la France, de l’Espagne et de l’Italie ? Faut-il selon cette arithmétique très simple en conclure que les économies des « cigales » sont trois fois plus dégradées que celle des Etats-Unis ?

Mon blog, contrairement à beaucoup de sites qui foisonnent sur internet, n’a pas pour mission de colporter de fausses informations car je me contente de recouper diverses données de nature irréfutable (voir note ci-dessous). Il faut se rendre à l’évidence : la France est aujourd’hui en cessation de paiement comme le disait, je le rappelle, François Fillon il y a 8 ans. S’il est élu (et je le souhaite de tout coeur) que va-t-il faire ?

Le cheval de bataille de Fillon est de réformer les collectivités territoriales en soumettant ce projet à référendum et consistant à réduire de moitié le mille-feuille administratif (et politique) en passant de 36000 à au maximum 7000 communes, ce qui réduira dans les mêmes proportions le nombre de parasites vivant de la manne des contribuables. Dans l’administration ce sera la même politique de réduction des effectifs de fonctionnaires (600000 de moins) pour atteindre un volume d’économies de 87 milliards par an tout en rétablissant le jour de carence pour maladie qui plombe totalement la fonction publique dans son ensemble en raison d’un absentéisme endémique pour convenance personnelle. Etc, etc …

Pour plus de détails sur le programme Fillon ce lien très bien documenté : http://www.ifrap.org/comparateur

Note : Je précise à mes lecteurs que les données ci-dessus relatives à l’émission de titres de dette sont très approximatives et si l’un d’entre eux peut m’en fournir de plus précises, je lui en serai reconnaissant.

Au Japon tout va mal : Ah bon ?

Capture d’écran 2016-10-24 à 21.02.24.png

Quand on a trouvé plus malheureux que soi, on se sent plus heureux ou encore quand on a côtoyé une personne en mauvaise santé on se sent mieux. Bref, ces adages sont stupides et pourtant ils font les gorges chaudes des commentateurs économiques quand ils parlent du Japon pour mieux masquer l’état de délabrement des économies des pays européens, y compris de l’Allemagne qui n’arrive pas à récupérer de l’effet des sanctions à l’encontre de la Russie décrétées par l’Union Européenne sous la pression de Washington. Finalement les Anglais ont peut-être fait le bon choix en quittant ce panier de crabes morts qu’est devenue l’UE.

Mais revenons au Japon, peut-être le seul pays au monde qui ne trafique pas ses statistiques économiques comme je l’ai mentionné de nombreuses fois dans ce blog. Par exemple si on appliquait les méthodes de calcul de la dette utilisées au Japon à celle de la France celle-ci atteindrait allègrement trois fois le PIB, plus que les 2,9 fois officielles publiée par la BoJ. Je ne parle même pas de l’Italie et de l’Espagne, ce serait bien pire. Pour tout le reste c’est à l’avenant. J’ai parlé il y a quelques jours du taux de chômage et du taux d’embauche des jeunes diplômés au Japon. Qu’en est-il par exemple de l’Espagne, la quatrième économie de l’UE puisque le Royaume-Uni n’en fait plus virtuellement partie ? Ce sont près de 400000 jeunes diplômés, ingénieurs et ouvriers spécialisés qui quittent le pays chaque année depuis la crise de 2008. L’Espagne se vide de ses forces vives et obère gravement son avenir tout comme la France, pays où 40 % des diplômés ne trouvent pas d’embauche et quittent le pays définitivement. Au Japon 96,5 % des jeunes diplômés cru 2016 ont trouvé un travail …

Venons-en aux inégalités salariales en considérant d’abord les 1 % les plus aisés :
Capture d’écran 2016-10-25 à 17.07.17.png

Au Japon il ne dépassent pas 10 % de la totalité de la richesse créée alors qu’aux USA il atteint 17,5 %. J’ai tenté de trouver une telle statistique concernant l’UE, elle n’existe tout simplement pas car la disparité entre les pays composants cette Union ne conduiraient qu’à un chiffre sans signification. Pour les salaires, si on compare le salaire moyen d’un CEO (PDG en français) avec celui (moyen) d’un employé voici ce que ça donne : il n’y a pas de quoi pavoiser, le Japon est un pays plus égalitaire en ce qui concerne les salaires que bien d’autres pays de l’OCDE :
Capture d’écran 2016-10-25 à 17.07.41.png

Venons-en maintenant à l’emploi des femmes, cette fois comparé à la situation aux USA. En 2000 plus de 70 % des Américaines travaillaient. Aujourd’hui ce taux est tombé à 67 % alors que dans le même temps le nombre de Japonaises travaillant est passé de 60 à 67 %. Cette situation a gravement contribué au vieillissement de la population japonaise mais que dire à ce sujet de l’Italie, de l’Allemagne, de la Slovaquie ou encore et c’est récent de l’Espagne, pays où les taux de natalité sont en chute libre.
Capture d’écran 2016-10-25 à 17.08.02.png

En ce qui concerne l’innovation, le nerf de la création de richesse présente et à venir, les USA restent champions toutes catégories pour les entreprises innovantes – en considérant les 100 premières dans le monde – avec 49 entreprises. Vient ensuite le Japon avec 8 sociétés, suivi de la Chine et de la Grande-Bretagne :

Capture d’écran 2016-10-25 à 17.10.39.png

Juste un petit rappel de la créativité japonaise. Le train à grande vitesse Tokyo-Osaka fut mis sur les rails en octobre 1964. La première calculette de poche est originaire du Japon (1970) tout comme le walkman (1979). La LED bleue fut créée au Japon en 1990 et ouvrit la porte aux écrans de télévision plats. Le robot androïde apparut en 2003 tout comme les téléphones portables dits maintenant « smartphones » à écran tactile, les « kétaï » pour les Japonais.

L’opinion qu’ont les Américains des Japonais se résume en un tableau :

Capture d’écran 2016-10-26 à 09.43.52.png

Alors, que les analystes et les commentateurs économiques qui se complaisent à se faire interviewer sur les plateaux de télévision se ravisent : au Japon tout va beaucoup mieux que dans bien des pays européens. C’est le premier pays du monde pour la qualité de ses infrastructures, le deuxième du monde pour le nombre de brevets déposés. Quand le Japon s’ouvrira à une immigration contrôlée en accueillant des ressortissants étrangers respectueux des traditions du pays alors il sera envié par de nombreuses personnes …

Source : World Economic Forum, illustration quartier d’affaires de Shinjuku à Tokyo

 

 

Billet d’humeur politique : le déficit français

Billet d’humeur politique : le déficit français

La dernière trouvaille du capitaine de pédalo à 300 euros par jour de soins capillaires est, c’est promis-juré, de réduire le déficit en 2017 à 2,7 %. J’ai lu ça hier dans une dépêche d’agence que je n’ai pas pris la peine de mémoriser tant cette immense nouvelle me paraissait incongrue. Le « grand timonier du bateau France » (allusion à Mao) ne parle pas du déficit commercial récurrent qui a vidé les réserves de devises de la France, si tant est qu’il y en a eu un jour, mais bien du déficit de l’Etat. Est-ce bien raisonnable de faire une telle déclaration tonitruante reprise, bien naturellement, par les médias subventionnés par les contribuables … de qui se moque-t-on ?

Pour ce faire la France emprunte chaque semaine sur les marchés entre 5 et 9 milliards d’euros, je répète chaque semaine, suivez l’actualité financière, parfois à des taux négatifs, parfois sur des durées atteignant 50 ans : après moi le déluge (et le naufrage du pédalo) doit se dire l’énergumène ignare qui est à la tête du pays.

Le petit Macron, sous prétexte de créer un parti politique nouveau, a en réalité quitté le navire car il savait parfaitement qu’il prenait l’eau de toutes parts. C’est un malin ce Macron, il a bluffé tout le monde !

Reprenons donc les calculs. Avec une dette qui augmente presque exponentiellement il est certain que le déficit de la France va s’améliorer comme le PIB. Prenez un ménage qui emprunte pour acheter une automobile, une télévision à écran ultra-plat dernier cri ou un iPhone 7, son train de vie s’est amélioré. Au final ce ménage a l’illusion qu’il est plus riche et que sa situation économique s’est améliorée puisqu’il dispose de biens dont il peut jouir mais qui appartiennent à ses créanciers. Mais ce n’est qu’une illusion passagère car, comme pour l’Etat français et tous les autres Etats « cigales » du ClubMed, et bien sûr les ménages, il faudra un jour rembourser cette dette car les banquiers sont loin d’être des philanthropes, une autre illusion des politiciens.

Ce seront vous, chers lecteurs pas encore à la retraite, contrairement à votre serviteur, qui verrez la retraite que vous espérez percevoir, car on vous l’a promise, amputée d’un bon tiers voire plus, ce seront aussi vos enfants et vos petits-enfants qui paieront la mauvaise gestion du pays depuis la fin du règne du Roi Giscard Premier. Comme tout bon auvergnat il comptait les sous et tout compte fait, restons dans le domaine financier, l’état de l’économie française était plutôt satisfaisant durant son règne, en tous les cas la France était respectée par les pays étrangers. Ensuite ce fut la débandade totale, Mitterand, le pire de tous les présidents français, Chirac, pas vraiment mieux, on pourrait dire aisément pire car il se moquait de la France, Sarkozy, un coquin patenté qui ose se représenter devant les citoyens, il faut dire que les électeurs sont tellement des veaux dociles et stupides (comme disait De Gaulle) qu’ils pourraient encore le placer au trône du Château de l’Elysée, puis le Capitaine de pédalo, un ineffable incompétent … Un bilan tout simplement désolant et presque kafkaïen !

Si vos petits-enfants trouvent un emploi, ce qui n’est pas du tout certain, plus de la moitié de leur salaire partira en impôts pour rembourser cette dette étatique qui dépasse les 250 % du PIB en ajoutant les « hors-bilan » créés par Juppé que des millions de cons pourraient aussi élire comme le prochain président, encore que ce fut une décision subreptice et hautement vicieuse de Chirac.

Les fameux « hors-bilan » ne sont pas pris en compte dans le calcul de la dette de l’Etat français alors qu’un pays comme le Japon, la proie des critiques les plus acerbes des commentateurs économiques, y compris des Econoclastes, inclue dans sa dette l’ensemble des dettes des services et entreprises gérées par l’Etat. C’est loin d’être le cas en France à la suite de l’entourloupe comptable de Juppé (de Chirac) : la dette d’EDF (avec Hinkley Point C et la fermeture de Fessenheim ça va s’améliorer, c’est certain), la dette de la SNCF ou de la RATP, la dette colossale des caisses de retraite des fonctionnaires qui n’est toujours pas financée, la dette des hôpitaux publics et de la sécurité sociale, un gouffre sans fond, la dette des municipalités, des départements, des régions et j’en passe, on arrive à plus de 250 % du PIB, c’est-à-dire en gros au niveau peu enviable du Japon tant décrié par des spécialistes comme Olivier Delamarche que j’apprécie par ailleurs pour ses analyses économique pointues. Marisol Machin a déclaré hier que le « trou » de la Sécu allait disparaître. Ah bon ? Avec quoi va-t-il être bouché, devinez : avec encore plus de dette émise sur les marchés !

À moins que l’Etat ne fasse défaut ce qui sera alors bien pire … Il ne reste donc plus qu’une issue et si on relit l’histoire passée et celle-ci est bien réelle puisqu’elle fait partie justement du passé : pour faire tourner la machine économique qui s’est grippée il faudra se résigner à faire la guerre comme l’envisage très sérieusement Hitlerie Clinton. Quel bel avenir ! Comptez vous sous, peut-être que dans quelques mois il n’y aura plus rien dans votre poche ni dans la mienne d’ailleurs …

Addendum au billet de ce jour

Pour une meilleure compréhension du contenu du billet mis en ligne ce matin 14 septembre, voici deux graphiques illustrant l’état de santé économique des pays de l’Union Européenne en anglais, tirés du blog mishtalk.com de Mike Shedlock. Seulement 4 pays de l’Union sont dans le « vert » … selon les règles Target2 définies par la Banque Centrale Européenne pour soutenir les banques en difficulté. Il apparaît évident que les banques de l’Espagne et de l’Italie « plongent » et sont devenues essentiellement dépendantes de l’Allemagne.

Capture d’écran 2016-09-14 à 18.29.42.png

Capture d’écran 2016-09-14 à 18.29.06.png

Finalement l’Allemagne a-t-elle gagné la guerre (économique) ? NON !

DEU-10m-anv.jpg

Pendant deux générations – ça fait beaucoup – les Allemands se sont serré la ceinture sur le plan salarial alors que tous les autres pays européens, subissant la pression des syndicats, constitutionalisaient qui un salaire minimum, qui les 35 heures (une connerie monstrueuse) pour au final, je parle des Allemands, dominer financièrement et économiquement l’Europe dans une sorte de partenariat infime avec les Pays-Bas, le Luxembourg et la Finlande, trois autres pays de l’Union Européenne qui ont également réalisé des réformes en profondeur maintenant reconnues comme salutaires.

Ajoutons à cela la politique monétaire de la Banque Centrale européenne dont les décisions sont largement influencées par le Ministre de l’Économie allemand Wolfgang Schaeuble, alors tous les autres pays de l’Union, en particulier les membres du « Club Med », n’ont plus d’autre choix que de se conformer aux décisions de politique économique de l’Allemagne. Ces pays du Club Med dont font partie la France, l’Italie et l’Espagne, les trois autres poids lourds de l’Union après l’Allemagne, n’ont plus d’autre issue que celle de se voir vassaliser par l’Allemagne et c’est ce qui est déjà en train de se passer, quelques que soient les gesticulations ridicules de leurs dirigeants. Les capitaux quittent ces pays et sont réinvestis dans les pays du nord de l’Europe, soucieux de l’avenir de leur citoyens en tentant avec plus ou moins de succès de minimiser les dettes qui seront tôt ou tard à la charge des générations à venir.

Mes chers lecteurs, je ne suis pas un économiste, loin de là, mais si j’avais 40 ans aujourd’hui je me poserais de très sérieuses questions quant à ma retraite future. Je fais partie de la génération hautement privilégiée qui a bénéficié d’une retraite décente aujourd’hui payée par les salariés de ce jour qui, paradoxalement, n’ont aucune espèce d’assurance qu’ils percevront une retraite lorsqu’ils auront atteint la limite légale qui sera problablement 70 ans dans pas très longtemps …

L’entourloupe de la banque centrale européenne est d’imprimer de la monnaie appuyée sur du vent, c’est-à-dire de la dette future qui ne sera jamais remboursée aux créanciers, et de rançonner subrepticement tous les Européens (excepté les plus riches, cela va de soi) en instituant des taux d’intérêt négatifs. Une sorte de cercle vicieux qui n’a vraiment rien de comique.

Il ne faut pas se leurrer, ces taux d’intérêt négatifs sont une sorte d’impôt déguisé qui va encore plus appauvrir les classes moyennes, le ventre mou encore « corvéable » des pays européens ainsi que les entreprises, mais jusqu’à quand ? Pour Mario Draghi les taux d’intérêt négatifs doivent pousser les citoyens à consommer puisque selon son raisonnement l’épargne n’a plus de raison d’être : il faut dépenser son argent pour relancer l’activité économique. Cet individu sans foi ni loi, sorti des hautes sphères de Goldman-Sachs (c’est dire), considère que c’est le seul chemin possible pour relancer la consommation. Il rêve les yeux ouverts !

J’ai décidé de suivre les conseils de Charles Sannat, allez sur internet vous trouverez son site, et je vais louer une petite ferme et cultiver mes poireaux, pommes de terre, oignons et autres délicatesses. Ma copine m’a suggéré d’élever deux cochons et quelques chèvres, pourquoi pas !

Si demain une crise monétaire mondiale surgissait, l’ensemble des pays européens seraient logés à la même enseigne, comme au Vénézuela mais pour d’autres raisons : en quelques jours il n’y aura plus rien dans les supermarchés, les distributeurs de billets répondront aux abonnés absents avant même que le cash ne soit tout simplement supprimé, une autre trouvaille de Mario.

Ce matin (hier mardi 13 septembre) je suis allé retirer l’essentiel du contenu de mon compte en banque (Deutsche Bank, DB) en cash, une toute petite liasse de billets de 100 euros, la caissière n’avait pas l’air étonnée … Et pour cause, la rumeur est que cette banque allemande en très grande difficulté va fermer toutes ses agences dans les îles Canaries. C’est un très mauvais signe ! Si la Deutsche Bank se retrouve en banqueroute, ce qui sur le papier ne fait aucun doute, alors l’Allemagne plongera aussi et toute l’Union européenne suivra ainsi que bien d’autres pays de par le monde. Au final, l’Allemagne aura-t-elle gagné la guerre économique ? Pas vraiment ! Avec les errements insensés des dirigeants de DB, la deuxième plus grosse banque européenne après HSBC, l’Allemagne se retrouve incroyablement, mais c’est la réalité, au temps de la République de Weimar. Inutile d’insister : c’est aussi un très mauvais signe …

Le totalitarisme économique se met en place …

Si j’ai mentionné hier dans ce blog le totalitarisme rampant qui se met progressivement en place dans les soit-disantes démocraties occidentales je n’ai cependant pas précisé quelles raisons me poussent à dénoncer – et je ne suis pas le seul – une telle évolution. Il ne s’agit pas d’un totalitarisme à la Staline ou à la Maduro (hier en Union-Soviétique et aujourd’hui au Vénézuela) mais d’une forme beaucoup plus insidieuse de la main-mise des puissances financières sur l’ensemble des populations. Les acteurs de ce lent processus imparable sont les banques centrales qui échappent à toute législation et sont contrôlées par ce que les Américains appellent le « Deep State », une petite poignée d’individus richissimes qui infléchissent pour leurs propres intérêts la politique économique mondiale *. Les deux premiers signes avant-coureurs de cette privation de liberté de chaque individu sont les taux d’intérêt négatifs et la suppression déjà programmée de l’argent liquide.

Les Etats sont eux-mêmes devenus prisonniers de cette situation aberrante : les obligations émises par ces Etats ont maintenant des rendements négatifs. En d’autres termes – et c’est du jamais vu dans l’histoire de l’humanité – si vous prêtez de l’argent à votre banque, votre compte courant en banque est un prêt consenti à celle-ci, il vous en coûtera de l’argent ! Sous l’impulsion de la Banque Centrale Européenne et pour le Japon de la BoJ, les banques commerciales ont tout simplement décidé de taxer les comptes courants et de dépôt de leurs clients. C’est déjà le cas en Europe de la Royal Bank of Scotland, de Postbank, une filiale de Deutsche Bank, de Reiffeisen également en Allemagne, de Ulster Bank, de HSBC et encore de Alternative Bank Schweiz. À n’en pas douter un seul instant toutes les autres banques vont suivre ce mouvement avant la fin de l’année, tant en Europe qu’au Japon : il faut bien que les banques réalisent des profits, elles prennent donc l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire dans les comptes de leurs clients, petits et grands …

Comme les obligations des Etats ne rapportent plus rien du tout et au contraire coûtent de l’argent aux banques prêteuses, entre le Japon et l’Europe ce sont aujourd’hui quelques 10000 milliards de dollars de dettes des Etats qui coûtent de l’argent aux banques :

Capture d’écran 2016-08-21 à 12.02.24.png

Rançonner tout le monde est donc la seule alternative qui reste aux banques pour survivre ! Avec la mise en place d’une société sans cash le piège se refermera donc sur tous les citoyens qui n’auront même plus aucun droit de propriété sur leurs biens car il ne faut pas se faire d’illusion ce mouvement totalitaire d’un nouveau genre ne s’arrêtera pas au cash mais touchera tous les biens, l’épargne, les retraites constituées par capitalisation qu’on appelle pudiquement assurances-vie dans certains pays et au final … le patrimoine immobilier et la liberté des individus. Tout s’organise pour que des milliards de personnes soient réduites à une sorte de nouvel esclavage par un capitalisme supranational qui ne veut pas dire son nom. Il ne faut pas se méprendre, le monde politique est complice de cette évolution contre laquelle personne ne dispose d’armes efficaces pour la contrer tout simplement parce qu’il n’y en a pas. Ce ne sera pas une répression par les armes, les camps d’internement et les déportations des récalcitrants (comme dans le bon « vieux » temps) mais une répression financière qui ne veut pas avouer publiquement ses desseins finaux.

Oh certes, de nombreuses personnes commencent à comprendre que si l’économie stagne lamentablement c’est parce que les faux-billets de banque mis en circulation par les banques centrales sont détournés au profit de l’élite, le « Deep State », les 0,01 %. Mais combien de politiciens sont prêts à avouer qu’ils sont complices de cet état de fait : aucun. En tous les cas certainement pas la Chancelière Merkel qui s’en lave les mains et n’hésitera pas à rançonner la population de son pays pour éviter la faillite de Deutsche Bank dont le montant des produits financiers dérivés figurant dans son bilan est supérieur au PIB de toute l’Europe. Ça ressemble à la République de Weimar : l’hyperinflation des produits dérivés, le seul outil qui restait aux banques pour réaliser quelques profits avant de se servir directement dans les comptes de leurs clients.

On en est là. Cette situation ne peut qu’empirer au détriment de tous !

Il est aussi intéressant de relever qu’ici ou là, à l’occasion d’élections variées, les partis extrêmes – de droite comme de gauche – émergent et ce phénomène est très révélateur de l’anxiété de la population qui n’est pas toujours consciente de ce qui se trame sans qu’elle en soit informée. Les TTP et TTIP, dont j’ai dénoncé la finalité dans ce blog, font partie de cette stratégie de main-mise totalitaire des 0,01 % sur le maximum de pays de par le monde sans que jamais un vote démocratique du genre référendum ne soit organisé pour avaliser ces traités.

Que le climat vienne à se refroidir comme le prévoient de nombreux scientifiques, alors la coupe sera pleine et un chaos indescriptible s’en suivra. Et puisque je viens de mentionner le climat cette imposture de réchauffement créé par les émissions de CO2 a été depuis le tout début organisée par les membres du Club de Bilderberg, c’est-à-dire les 0,01 %, la parasitocratie apatride, que dénoncent à longueur de commentaires la Chronique Agora et bien d’autres commentateurs non inféodés au système.

Source : inspiré d’un article de mishtalk.com . Le néologisme « Hitlery » est de son cru …

* Note : L’un des acteurs les plus actifs du « Deep State » est la firme Goldman-Sachs qui place ses éléments à tous les postes stratégiques dans le monde. L’embauche de Manuel Barroso en est l’illustration récente. Un autre acteur est le Club de Bilderberg. On peut aussi mentionner le complexe militaro-industriel américain, Raytheon, Martin-Marietta, General-Dynamics, Boeing, Lockheed-Martin et même Google qui a conclu des contrats très juteux avec le Pentagone … toutes ces entités financent la campagne électorale d’Hitlery Clinton qui brigue la présidence des USA afin que ses amis, les 0,01 %, organisent une bonne et belle guerre mondiale pour redonner un peu de vigueur à l’économie américaine et au passage récolter des milliers de milliards de dollars de la poche des contribuables, pas seulement des USA mais immanquablement des Etats vassaux de l’Amérique, je veux parler de l’Europe, de la Corée, du Japon et aussi des Philippines, de l’Australie, de l’Afrique du Sud ou encore du Canada.