SARS-CoV-2 et Japon : très révélateur

Depuis le début de la pandémie de SARS-CoV-2 les gouvernements en charge de la santé des citoyens ont contre toute attente déclaré que l’hydroxychloroquine était un produit toxique et que cette molécule ne devait en aucun cas être prescrite pour traiter précocement l’infection coronavirale. L’information passa presque inaperçue puisque la majorité de la population ne connaissait pas ce produit à l’exception des très rares aventuriers qui ont vécu dans des pays où la malaria est endémique. Dans ces pays la chloroquine puis maintenant l’hydroxychloroquine sont disponibles sans prescription et le plus souvent gratuitement et rares ont été les effets secondaires répertoriés en dehors des tentatives de suicide. Je n’invente rien puisque les dispensaires et les pharmaciens, par exemple au Vanuatu où j’ai vécu, ne confient que des quantités limitées pour éviter les suicides mais suffisantes pour traiter une crise de malaria. Depuis l’apparition du SARS-CoV-1 autour des années 2000 les biologistes chinois ont identifié l’effet anti-viral de cette molécule. En conséquence le lobby extrêmement puissant des laboratoires pharmaceutiques occidentaux n’a pas voulu entendre parler d’hydroxychloroquine. En médecin avisé et pragmatique le Professeur Didier Raoult de l’IHU de Marseille en France a repris les travaux des Chinois et promu le traitement préventif et précoce de l’infection par le SARS-CoV-2 au tout début de l’épidémie avec la combinaison hydroxychloroquine + azithromycine. Cet antibiotique de la famille des macrolides s’est révélé présenter également des propriétés antivirales.

Cet éminent infectiologue de réputation mondiale a tout de même persisté malgré une campagne de dénigrement orchestrée par les grands médias car il est aussi et surtout un médecin praticien. Il a été soutenu dans sa démarche par son collègue Christian Perronne qui s’est retrouvé ostracisé par ces mêmes acteurs soutenus par le gouvernement. Bref l’hydroxychloroquine a été prohibée en France mais également dans la plupart des pays occidentaux. Un autre « acteur » chimique également très dérangeant apparut fortuitement alors que l’épidémie en était au paroxysme de la première « vague ». Des personnes âgée résidentes d’un institut spécialisé souffraient de gale, une maladie parasitaire très contagieuse, alors que certaines d’entre elles commençaient à devenir malades en raison du SARS-CoV-2 importé par le personnel soignant. Elles furent guéries de la gale avec de l’ivermectine, c’est le traitement de choix et une pilule suffit le plus souvent, mais dans le même temps l’infection virale pour laquelle il n’existait pas de traitement autorisé disparut alors qu’une autre résidence pour personnes âgées pas très éloignée géographiquement vit ses pensionnaires décimés par le coronavirus alors qu’aucun cas de gale n’était à déplorer. Ce fut le début de la véritable saga de l’ivermectine pour traiter précocement mais également plus tardivement l’infection par le SARS-CoV-2. La réaction des politiciens ne se fit pas attendre : interdiction de traiter les malades présentant des symptômes coronaviraux avec de l’ivermectine.

Ces deux interdictions provenaient directement du lobby des BigPharma qui prônaient la stratégie « tout-vaccin » alors que les produits dont ils inondaient le marché n’avaient pas encore été totalement étudiés ni à l’évidence testés sur le long terme. Je passe sur les nombreux effets secondaires de ces pseudo-vaccins à ARN messager mais il en existe un, maintenant prouvé et largement étudié, qui mérite l’attention. Il s’agit de l’amplification de la réponse immunitaire provoquée par ces pseudo-vaccins. Ces grands laboratoires pharmaceutiques savaient qu’un tel risque pouvait exister après la lamentable expérience de Sanofi aux Philippines avec un vaccin contre la dengue. Ce vaccin provoquait une hypersensibilité au vrai virus et de nombreux enfants en sont morts alors que s’ils n’avaient pas reçu ce vaccin ils auraient probablement survécu. On assiste aujourd’hui dans de nombreux pays au même cas de figure qu’aux Philippines avec ce nouveau variant SARS-CoV-2Δ qui fait des ravages dans des tranches d’âge jusqu’alors épargnées, ces patients ayant été partiellement ou entièrement vaccinés. Ce phénomène nouveau est observé dans de nombreux pays, depuis l’Islande, la Grande-Bretagne, Gibraltar, les Seychelles ou encore Israël et maintenant le Japon.

L’aspect le plus détestable dans cette histoire réside dans le fait que, sans reconnaître leurs erreurs voire leur amateurisme, les laboratoires pharmaceutiques occidentaux ont mis à profit cette situation pour promouvoir la nécessité d’un rappel vaccinal et peut-être bien d’autres rappels à venir. Pour enfin survoler la situation japonaise, il faut faire un petit rappel historique. Depuis 1945 ce pays est un vassal des Etats-Unis et toute décision prise par le gouvernement japonais est censée recevoir l’aval de Washington. Ce n’est pas officiel mais dans les faits c’est la réalité. En termes de politique de santé la situation est encore plus critique puisque ce sont les grands laboratoires pharmaceutiques nord-américains qui dictent leurs volontés. Ils n’ont pas voulu entendre parler d’HCQ ni d’ivermectine ni de vaccin chinois dans ce pays. Pourtant, devant les faits c’est-à-dire la recrudescence des « cas » et des malades il y a au Japon très peu de morts : 71 pour la seule journée du premier septembre alors que le nombre de morts quotidien toutes causes confondues est d’environ 3600. Ce variant SARS-CoV-2Δ est environ 7 fois moins létal que les souches les plus agressives que l’on a connu en 2020.

Qu’à cela ne tienne les laboratoires pharmaceutiques soutiennent que leur ARN messager contribue à cette faible létalité. De qui se moquent-ils ? Si le médecin traitant qu’ont vu mon fils et mes deux petits-enfants il y a 13 jours leur avait prescrit de l’ivermectine ma petite-fille et mon fils n’auraient pas perdu l’odorat. Ce médecin n’est pas un irresponsable puisqu’il a reçu des ordres du gouvernement. Ce n’est pas le gouvernement japonais qui est responsable mais ce sont encore et toujours les BigPharma occidentaux qui ont exigé que cette molécule soit interdite. Ce scandale sanitaire va continuer car il est entretenu par ce lobby et personne n’ose le dire clairement …

Pour être complet dans mon récit ma belle-fille japonaise travaille dans une entreprise américaine et elle s »est pliée à la « vaccination » comme le lui demandait son employeur. La deuxième dose lui a été injectée quelques jours avant que son époux et ses deux enfants ne soient malades. Si cette deuxième injection l’a considérablement fatiguée elle n’a cependant souffert d’aucun symptôme « covid » alors qu’elle était en contact avec trois personnes contagieuses : hasard ou effet protecteur du vaccin ? Bien malin celui qui pourra éclaircir cette question. Cet événement révèle néanmoins le fait que ce pseudo-vaccin est peut-être protecteur pendant quelques semaines ou quelques mois, ensuite c’est tout simplement une catastrophe. Le débat reste ouvert et il y a une liste de liens ci-dessous pour éclairer mes lecteurs …

https://www.francesoir.fr/politique-monde/le-japon-dans-la-tourmente-de-lepidemie-de-sars-cov-2

https://www.journalofinfection.com/article/S0163-4453(21)00392-3/fulltext#relatedArticles

Et aussi : https://hcqmeta.com et https://ivmmeta.com

Nouvelles du Japon. L’HTTR va être redémarré.

Le Japon ne dispose d’aucune source d’énergie fossile et ce pays trop respectueux de ses paysages admirables n’a pas l’intention de recouvrir ses montagnes, ses forêts ses vallées et ses bords de mer d’éoliennes. Depuis de nombreuses années le Japon a développé une énergie nucléaire susceptible de satisfaire en partie aux besoins en énergie du pays mais pas seulement pour la production d’électricité car, un peu comme la Chine aujourd’hui, ce pays a vite compris que l’énergie nucléaire ouvrait des possibilités technologiques qu’il était difficile d’atteindre par d’autres approches. D’ailleurs quand les ingénieurs nippons ont piloté la première montée en puissance du réacteur expérimental HTTR (High Temperature Test Reactor) en novembre 1998 ils ignoraient que 20 ans plus tard cette utilisation de l’énergie nucléaire allait devenir la préoccupation de plusieurs pays dans le cadre de la production industrielle et à bas coût d’hydrogène.

L’HTTR japonais est un petit réacteur expérimental de 30 MW thermiques situé près de la localité d’Oarai dans la préfecture d’Ibaraki au nord-est de Tokyo, près de l’océan. Cette installation fut mise à l’arrêt en février 2011 (quelques jours avant le grand tremblement de terre du 11 mars 2011) pour effectuer des travaux divers. Il s’agit d’un réacteur compact comprenant un modérateur de neutrons constitué de graphite refroidi avec de l’hélium. Les travaux réalisés ont surtout concerné la mise au point du combustible et l’étude de la résistance des matériaux et des composants mobiles de l’installation dont les pompes de circulation de l’hélium de refroidissement ainsi que la mise au point d’échangeurs à haute température. La mise au point du combustible constitué d’uranium enrichi à 6 % d’isotope 235 est le problème central qui a pu être résolu durant les années de fonctionnement de l’installation. Il s’agit de billes d’uranium recouvertes de céramique et incorporées dans des prismes hexagonaux de graphite constituant l’assemblage proprement dit de combustible. Le redémarrage de cette unité expérimentale le 30 juillet 2021 a surtout pour but d’étudier la faisabilité de l’adjonction d’une petite unité de production d’hydrogène et de tester des échangeurs hélium-hélium ou hélium-eau pour le fonctionnement d’une turbine. Ces travaux intéressent de nombreux pays et sont en partie financés par l’Agence de l’Energie Nucléaire de l’OCDE pour la production d’hydrogène par électrolyse à haute température ou par le cycle thermochimique soufre-iode.

Source : World Nuclear News, illustration JAEA

Réflexions sur le coronavirus

J’ai été très préoccupé par le fait que mes petits-enfants franco-japonais puis leur père soient atteints par le coronavirus ces derniers jours et je voudrais ici livrer à mes lecteurs mes dernières impressions.

Dans le pays natal du Docteur Satoshi Omura, découvreur de l’ivermectine dans les années 1970, il paraît surréaliste que l’invermectine ne soit pas administrée à un malade souffrant à l’évidence d’une infection coronavirale et ceci dès l’apparition des premiers symptômes. Le docteur Omura a fait la promotion du traitement sur la chaine de télévision japonaise NHK au printemps 2021 lorsque les évidences se sont accumulées quant à l’efficacité de ce produit pour traiter l’infection coronavirale. Il a été immédiatement censuré ! Ces études en provenance de divers pays ont été bien entendu critiquées par les grands laboratoires pharmaceutiques car elle n’étaient pas conformes au principe des essais cliniques en double aveugle mis en place et promus par ces mêmes laboratoires. Plus d’une cinquantaine d’études réalisés dans des pays aussi divers que l’Iran, certains Etats de l’Inde, du Brésil ou encore du Mexique sont formelles : l’invermectine est efficace pour traiter l’infection coronavirale au stade précoce et est également efficace pour un traitement plus tardif. Devant le danger que représentait ce produit peu coûteux et aux effets secondaires nuls pour leur business-plan « tout-vaccin » les laboratoires pharmaceutiques occidentaux ont exigé des agences nationales de santé qu’il soit interdit à la vente.

Un médecin généraliste, y compris au Japon, n’a pas le droit de prescrire ce produit à un patient présentant tous les symptômes cliniques et les évidences analytiques d’une infection coronavirale. Cette interdiction de l’ivermectine rapprochée de celle de l’hydroxy-chloroquine a provoquée dans le monde entier des décès qui auraient pu être évités, peut-être 2,5 millions voire plus. Ce sont les laboratoires pharmaceutiques et les agences de santé complices de ces derniers qui sont donc des criminels. Qu’a suggéré le médecin que mon fils a consulté à Tokyo ce lundi 23 août : rester chez lui et prendre du paracétamol, en attendant de ne plus pouvoir respirer ? Où est passé le devoir de soigner et de sauver des vies des médecins. Les agences de santé nationales ont piétiné le droit de prescrire des médecins en leur âme et conscience dans le but de soigner leurs malades.

On a pu constater avec cette épidémie de coronavirus que la médecine n’est plus l’affaire des médecins traitants généralistes de ville mais des autorités gouvernementales qui reçoivent des ordres du cartel des BigPharma occidentaux, il faut le dire clairement malgré le fait que cette affirmation ne peut être étayée par des informations indubitables, et pour cause : tout s’est passé avec l’intervention bienveillante, en ce qui concerne la France, du cabinet de consulting McKinsey auquel a fait appel, ô surprise, le président français pour organiser la campagne de « vaccination » en France. Ignorant autoritairement l’efficacité maintenant prouvée des deux produits cités plus haut les gouvernements ont failli à leur mission de protection des personnes dont ils ont la responsabilité. Ils devront rendre compte devant la justice de leurs actes. Plutôt que d’encourager les médecins généralistes en première ligne à traiter précocement leurs malades avec l’un des deux produits cités plus haut ces décideurs politiques ont préféré la voie du « tout-vaccin » avec des produits dont l’efficacité n’est même pas prouvée mais dont la dangerosité devient de plus en plus évidente, en particulier en ce qui concerne l’ADE (Antibody Dependent Enhancement), une réaction immunitaire violente dont peut souffrir une personne « vaccinée » au contact du vrai virus. Rappelez-vous l’essai en phase III du vaccin expérimental contre la dengue organisé par Sanofi aux Philippines qui, pour cette raison, conduisit au décès de plus de 2000 enfants.

Il apparaît ainsi qu’en Israël la moitié très exactement des malades du coronavirus hospitalisés pour des formes graves ont pourtant été doublement « vaccinés » alors que les fabricants de ces potions prétendaient qu’elles protégeaient contre une nouvelle infection. Il en est de même pour la Grande-Bretagne … et on veut obliger toute la population à se plier à cette injection de poison ? Cette décision du « tout-vaccin » est donc également criminelle ! Nous vivons non plus dans un monde étrange mais maintenant dans un monde dangereux où la fraude généralisée au détriment de la santé et de la vie de centaines de millions de personnes n’a pas l’air de perturber les décideurs politiques, et cette situation exceptionnelle ressemble étrangement à la fraude climatique … Quelques liens ci-dessous.

https://blog-gerard.maudrux.fr/2021/04/27/covid-19-en-inde/

Brève. Nouvelles du Japon : le SARS-CoV2Δ

Il y a une dizaine de jours la petite famille de mon fils puiné s’est rendue à une manifestation pianistique organisée par le professeur de piano de mes deux petits-enfants. Chacun des élèves de ce professeur réputé dans la banlieue ouest de Tokyo a exécuté le morceau sur lequel il avait travaillé durant les précédentes semaines. Il y avait donc tous ces élèves, les parents, les grands-parents, des cousins et des amis. Quelques jours plus tard, mes deux petits-enfants ont eu un accès de fièvre pendant 48 heures. J’ai alors mis en garde mon fils en raison du risque que ces désagréments, certes légers, de ses enfants pouvaient être liés à une infection par le SARS-CoV2Δ maintenant prévalent au Japon.

J’ai conseillé à mon fils de se surveiller. Ce dimanche 22 août ce fut le tour de mon fils. Je signale ici que son épouse a reçu les deux doses de vaccin dont j’ignore l’identité du manufacturier. Elle ne présente, pour l’instant, aucun symptômes fiévreux. Ce lundi 23 août, souffrant d’une forte fièvre, mon fils s’est rendu à l’hôpital proche de son domicile et une analyse sanguine a révélé trois paramètres caractéristiques de l’infection par le SARS-CoV2Δ : taux élevé des transaminases hépatiques, chute sévère du taux de lymphocytes et CRP élevée. Ce sont trois paramètres maintenant reconnus comme étant des marqueurs de l’infection coronavirale. J’avais mentionné à mon fils l’intérêt de doser la présence de D-dimère, un marqueur des thromboses. Il a omis de demander d’inclure ce paramètre dans l’analyse. Dans l’ignorance de ce résultat j’ai conseillé à mon fils de prendre toutes les 12 heures un comprimé d’aspirine, une molécule connue pour présenter des propriétés thrombolytiques ou du moins préventives, au cas où …

J’ai presque convaincu mon fils de soumettre ses deux enfants à une analyse sérologique pour détecter la présence éventuelle d’anticorps anti-coronavirus. Le problème est la totale opacité relative à la nature de l’antigène utilisé pour le test ELISA. Quant au test RT-PCR n’en parlons même pas puisqu’il est couramment utilisé avec 45 cycles d’amplification, ce qui constitue une totale stupidité … mais c’est une source non négligeable de revenus pour les firmes produisant les substrats pour ce test. Si j’ai demandé à mon fils de surveiller l’état de santé de son épouse c’est en raison du manque presque total de protection du pseudo-vaccin à ARN messager. Pour vous en convaincre lisez ceci : https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/amies-vaccinees-prenez-garde . Pour conclure je dirai qu’il faut un vieux con comme votre serviteur pour mettre en garde son propre fils devant l’évidence de l’infection coronavirale dont il souffre alors que je ne suis pas médecin. Selon les dernières nouvelles reçues ce jour à 11h30 GMT mes deux petits-enfants et mon fils sont « coronavirus-positifs ». Le corps médical n’a pas cru opportun de prescrire de l’ivermectine alors que je Japon est le pays du découvreur de cette molécule. Je laisserai quelques remarques à ce sujet dans un prochain billet.

Nouvelles du Japon : Kodokushi

Alors que les JO se déroulent à Tokyo plutôt bien malgré l’arrivée de fortes pluies qui ne dureront que deux ou trois jours le nombre de vieillards mourant seuls chez eux atteindra chaque jour, dans cette ville, une douzaine dans l’indifférence générale. Le kodokushi (孤独死) ou mort solitaire est bien là et JO ou pas il ne perturbe même pas la population. C’est un phénomène normal. En France, lors des gesticulations gouvernementales pour juguler l’épidémie coronavirale, combien de « vieux » sont morts chez eux ou dans les mouroirs pudiquement appelés EHPAD sans avoir revu leurs proches ? On peut presque dire que kodokushi n’est pas unique au Japon.

Le vieillissement de la population japonaise n’explique pas tout. Si en 2003 il n’y eut que 1451 cas de kodokushi à Tokyo, en 2018 il y eut 3882 kodokushi. Les autorités sanitaires japonaises ont suggéré de munir tous les vieillards esseulés d’un bracelet électronique qui transmets les informations en temps réel et qui autorise le porteur du bracelet à alerter les services d’urgence. Ce sont surtout les sociétés qui louent de modestes appartements qui le réclament car les frais de nettoyage après kodokushi sont considérables … Ça laisse songeur. Cependant la loi japonaise interdit d’imposer ce type d’appareil car il s’agirait alors d’une atteinte aux libertés individuelles, sous-entendu si un vieillard veut mourir seul c’est son droit le plus strict. La situation va donc perdurer. Une analyse de ce phénomène a été réalisée et elle indique bien qu’il touche autant les femmes que les hommes ( https://doi.org/10.1186/s12910-021-00657-9 en accès libre). Pour les curieux voici un reportage très éclairant sur ce phénomène de société :

https://youtu.be/gep6UGZm6h4 , source : BioEdge

Brève. La coulée de boue mortelle d’Atami au Japon

Cet événement fait toujours la une des journaux télévisés nippons. Voici les dernières nouvelles. Le terrain ayant fait l’objet de remblais massifs a changé en quelques années par trois fois de propriétaire. Le premier voulait bien créer une petite opération immobilière comprenant maisonnettes avec des panneaux solaires. Ce projet n’a pas été réalisé et le propriétaire a revendu ce terrain à une autre personne qui l’a, à son tour vendu. La parcelle vallonnée et couverte de bambous impénétrables a alors été utilisée comme décharge de gravats d’origine industrielle. Des riverains se sont plaint des multitudes de gros camions qui détérioraient la route d’accès étroite ainsi que d’une pollution d’origine inconnue de la rivière drainant les eaux de pluie de ce massif escarpé. L’activité de transport de matières variées a alors cessé.

Il semblerait qu’une sombre histoire de gestion de déchets soit à l’origine du glissement de terrain. Au Japon de nombreuses opérations immobilières sont contrôlées par la mafia qui n’a pas pour habitude de s’embarrasser de régulations contraignantes surtout quand il s’agit de gravats car c’est une activité qui rapporte très gros. L’affaire est entre les mains de la justice et de la police. Prochain billet dans quelques heures

Nouvelles du Japon : le désastre d’Atami

Atami est une petite ville tranquille en bord de mer dans la préfecture de Shizuoka à une heure à peine de Tokyo en shinkansen. J’étais au printemps 2019 dans cette ville avec mon fils et sa petite famille pour rendre la voiture de location après une merveilleuse escapade dans les environs d’Atami puis prendre le train de retour. Quand j’ai appris qu’il y avait eu le 3 juillet de ce mois un glissement de terrain meurtrier en pleine ville j’ai naturellement prêté mon attention à cet événement. Au cours de la saison des pluies au Japon il y a toujours des glissements de terrain et comme l’indique l’illustration ci-dessous (capture d’écran du site du Parisien daté du 4 juillet) les zones dangereuses sont très bien répertoriées. La géologie des collines surplombant la ville est de type volcanique détritique. Ces collines sont recouvertes de massifs presque impénétrables de bambous qui stabilisent les sols. Bien qu’il soit tombé près de 300 litres d’eau au m2 en 48 heures cette végétation très dense aurait du protéger la ville contre tout glissement de terrain. Or il n’en fut rien et le résultat a été catastrophique, pour l’instant quelques morts et plusieurs dizaines de disparus.

Pourquoi un tel glissement de terrain a-t-il parcouru le centre de la ville semant la désolation et la mort sur son passage ? L’explication vient d’être trouvée. Un entrepreneur peu scrupuleux à l’égard de la nature et de son utilité pour préserver l’équilibre naturel a obtenu un permis il y a quelques années pour s’approprier quelques hectares de forêt qu’il a défriché ignorant à l’évidence que les bambous sont un facteur sécurisant extraordinaire avec leurs rhizomes gigantesques qui stabilisent des sols. Cet entrepreneur a apporté des remblais par camions entiers pour constituer des terrasses afin d’y installer des panneaux solaires. Apparemment les autorités des services géologiques de la préfecture de Shizuoka ont donné leur feu vert pour ce projet. Il faut signaler ici que si les éoliennes sont pratiquement bannies du paysage au Japon parce qu’elles portent atteinte à l’harmonie des paysages lorsqu’un entrepreneur détecte un site favorable pour l’installation de panneaux solaires, beaucoup plus discret, il obtient un permis car il collabore à la décarbonatisation de l’atmosphère. Bref, cet entrepreneur a déposé le bilan et a disparu après avoir probablement empoché de rondelettes subventions en laissant les terrasses artificielles représentant près de 50000 m3 de remblais et les voies d’accès en l’état, c’est-à-dire à l’abandon.

Les fortes pluies de ces derniers jours ont emporté cet édifice instable de remblais récents ravageant la ville d’Atami. Naturellement la presse occidentale a immédiatement incriminé le dérèglement du climat provoquant ces fortes pluies. Les autorité préfectorales japonaises locales ont vite expliqué la cause première de ce glissement de terrain particulièrement spectaculaire et meurtrier. Il est évident qu’y compris au Japon quand il s’agit d’énergies renouvelables la corruption est présente. Des têtes vont tomber et se retrouver en prison, qu’il s’agisse des fonctionnaires qui ont accordé le permis pour le développement de ce projet et l’entrepreneur lui-même et ses complices s’ils sont retrouvés par la police. L’implantation de panneaux solaires est courante au Japon et se situe toujours dans des zones souvent difficilement accessibles mais nécessitant automatiquement des bouleversements majeurs de la configuration naturelle des terrains. Ce précédent pourrait conduire le gouvernement central du Japon à revoir sa copie au sujet des énergies photovoltaïques. Morale de cette histoire, énergies renouvelables = corruption et morts d’hommes et pas seulement au Japon. Source : NHK

Réflexions sur la démographie

Je vais bientôt avoir 76 ans et je profite toujours de toutes mes facultés intellectuelles. Je serais certainement mort du coronavirus si je n’avais pas disposé à portée de la main d’une boite de chloroquine et je continuerai à écrire sur mon blog car c’est presque ma seule raison de vivre aujourd’hui puisque depuis 18 mois il est difficile de voyager. J’ai l’honneur d’avoir d’une manière improbable et indépendante de ma volonté dix petits-enfants et je suis persuadé que je mourrai avant d’être arrière-grand-père et cette introspection m’a décidé à disserter ici sur l’avenir de l’humanité, du moins l’avenir de l’Occident dont la France fait partie. À l’âge de 26 ans j’ai été pour la première fois père d’un enfant. Aujourd’hui mon petit-fils le plus âgé a dépassé cette borne et il n’a toujours pas l’intention de procréer ni la plus âgée de mes petites-filles. Je me suis donc résigné à attendre la mort sans avoir atteint ce statut particulier d’arrière-grand-père. Ce n’est pas du tout ce qui me pousserait à déprimer car après tout cette désaffection pour la procréation n’est pas seulement un problème majeur pour la France mais ce phénomène est beaucoup plus prégnant en Extrême-Orient où vivent justement deux de mes petits-enfants, je veux parler du Japon.

Comme l’Italie, l’Espagne, la Grèce, l’Allemagne et bien d’autres pays européens le taux de fécondité est au Japon de moins de 1,4 enfant par femme en âge de procréer. Et pourtant dans certains pays d’Afrique les femmes ont allègrement plus de 5 enfants. Leur situation ne peut pas être comparée à celle de femmes occidentales car une famille nombreuse est synonyme d’un capital humain en termes de main d’oeuvre alors que dans les pays occidentaux procréer est plutôt synonyme d’une entrave à la réussite professionnelle. On se trouve dans deux mondes, deux cultures différentes.

Ma belle-fille japonaise a fait les frais de ses deux grossesses sur le plan professionnel et comme la promotion sociale est un objectif majeur au Japon comme en Corée ou en Chine pour une femme avoir des enfants est incompatible avec cet objectif. Ma belle-fille japonaise n’a pu retrouver un emploi correspondant à ses diplômes et son expérience professionnelle que plus de dix ans après sa première grossesse. En Espagne un couple préfère acheter un animal de compagnie plutôt que d’avoir au moins un enfant. Ici à Tenerife il y a maintenant plus de petites boutiques d’accessoires pour chien que de magasins de poussettes, et dans les linéaires des supermarchés celui des nourritures pour animaux est plus important que celui des nourritures pour bébé, c’est grave ! Le cas de la France mérite une analyse plus détaillée. Compte tenu du fait qu’en France les statistiques ethniques sont interdites alors que c’est le cas en Amérique du Nord le taux de natalité est artificiellement élevé car les familles d’immigrés installées sur le territoire français depuis moins de 20 ans considèrent que les enfants représentent un capital comme c’était le cas dans leur pays d’origine. En France cette notion de capital humain a pris pour elles une toute autre signification avec les diverses aides sociales qu’accorde l’administration française. Ce ne sont plus les corvées d’eau ou de collecte de bois pour la cuisine mais les allocations familiales, les aides au logement et autres prestations sociales.

Je mentionnais au début de ce billet que j’avais 10 petits-enfants mais c’est une exception qui en quelque sorte confirme la règle : mes deux aînés sont employés de l’Etat et disposent de revenus substantiels, ceci explique cela, car le jeu des prestations sociales est également valable pour les couples aisés ayant plusieurs enfants jusqu’à il y a encore quelques années. Le quotient familial a en effet été remis en cause pour les ménages dits aisés. La situation pour les couples français « de souche » va donc se modifier avec le temps. Ce phénomène va aggraver ce différentiel de fécondité, du moins pour la France.

Le Japon est un pays insulaire et ses habitants sont très attachés à leurs traditions et à leur insularité. Malgré le fait que la situation démographique est très grave, les autorités japonaises n’envisagent pas d’immigration massive y compris en provenance de Taïwan ou de Corée, des territoires longuement occupés par le Japon. Trente pour cent de la population japonaise est âgée de plus de 65 ans et seulement un quart de cette population est âgée de moins de 24 ans. Dans quelques années, moins de dix ans, il n’y aura plus assez de personnes actives pour prendre soins des seniors. En France les politiciens débattent de l’âge légal de départ à la retraite. Au Japon de nombreuses personnes continuent à travailler malgré leur âge avancé. Tous ces seniors sont recherchés pour leur savoir-faire et les entreprises ne rechignent pas à leur proposer des heures de travail à temps partiel rémunérées dans la limite des dispositions légales pour qu’ils ne perdent pas leurs droits à la retraite, une retraite souvent minime. Les ingénieurs japonais oeuvrent pour inventer des robots assistants-à-domicile pour les « vieux » mais ça ne suffira pas.

Globalement le monde occidental va vivre un changement de civilisation et sera confronté à des choix difficiles : ou bien il acceptera une immigration massive ou alors il acceptera un vieillissement sordide de sa population. Difficile d’imaginer que sera devenue la grande mégalopole de Tokyo dans quarante ans … ou Paris avec l’Eglise saint-Sulpice transformée en mosquée et Unter den Linden à Berlin peuplée de femmes voilées. Allez savoir.

La transition énergétique ou écologique sans uranium : une lubie !

L’IPCC, organe onusien en charge du changement du climat a préconisé, afin de décarboner la production d’énergie électrique de développer l’énergie nucléaire, seule et unique source d’énergie totalement décarbonée avec l’hydraulique. Les sites susceptibles d’être aménagés pour produire de l’électricité « hydraulique » sont limités. Il suffit de constater l’imbroglio naissant entre l’Egypte et l’Ethiopie ou encore l’immense barrage chinois qui a nécessité le déplacement de dizaines de millions de personnes. Il ne reste donc qu’une seule solution : l’énergie nucléaire. Au cours de l’automne 2020 l’Agence internationale de l’énergie (IEA) mit en garde la Commission européenne sur la nécessité d’inclure l’énergie nucléaire dans la politique du Green-Deal bas carbone, les énergies renouvelables instables risquant de provoquer une dépression économique incontrôlable conduisant à la ruine irréversible de l’Europe. Pour le Directeur exécutif d’EDF, Jean-Bernard Levy le gouvernement français et également les autres pays européens avancés sur le plan technologique doivent impérativement mettre en place un plan de production industrielle de petits réacteurs nucléaires modulaires (SMR, smal modular reactor) en lieu et place des grandes installations telles que les EPRs.

La pression des écologistes, paradoxalement opposés à l’énergie nucléaire, a conduit la Commission européenne à ne pas prendre en considération les recommandations de l’IEA présentées par son Directeur Fatih Birol. Si l’Europe a échappé à un black-out généralisé au cours de l’hiver 2020-2021, ce n’est pas en raison du ralentissement de l’activité industrielle, conséquence de la pandémie coronavirale, mais parce que l’Allemagne a autoritairement limité les activités industrielles grosses consommatrices d’électricité. La raison en est le retard pris depuis plus d’une année dans l’achèvement du gazoduc NordStream-2 sous la pression américaine, gazoduc qui devait être raccordé au réseau gazier allemand au cours de l’automne 2020. En décidant après l’accident de la centrale de Fukushima-Daiichi de « dénuclariser » le pays l’Allemagne se retrouve aujourd’hui dans une impasse et la pression du parti vert allemand refusant de reconsidérer les critères ESG au sujet de l’énergie nucléaire ne pourra qu’aggraver cette situation. L’avenir énergétique de l’Europe est ainsi compromis.

Le gouvernement japonais, plus pragmatique, subit la pression des lobbys industriels du pays pour réactiver l’énergie nucléaire, seule issue pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050. Très gros importateur de charbon et de gaz naturel liquéfié le Japon est très réticent pour tout projet d’installation de moulins à vent sur son territoire, la population japonaise étant traditionnellement attachée à l’harmonie de ses paysages. De plus ce pays est régulièrement traversé par des typhons, ce qui complique sérieusement la mise en place de grandes éoliennes, y compris en mer pour les mêmes raisons météorologiques. Le JAIF (Japanese Atomic Industry Forum) et le JISF (Japan Iron and Steel Federation) exercent une pression constante sur le gouvernement pour réactiver le programme nucléaire. Actuellement 16 unités, entendez réacteurs, sont prêtes pour un redémarrage sans délai, les compagnies d’électricité propriétaires de ces unités ayant effectué tous les travaux de consolidation de sécurité post-Fukushima. L’immense traumatisme provoqué par l’accident de la centrale de Fukushima-Daiichi est toujours présent dans les esprits et les populations restent réticentes quant à la réactivation de ces installations, pour certaines presque neuves.

Le ministère japonais de l’industrie est très attentif aux développements de l’industrie nucléaire chinoise dans deux domaines très précis : les SMRs et les réacteurs à très haute température (HTR, High Temperature Reactor). Pour ce ministère l’HTR est la seule source économiquement viable de production d’hydrogène. Or l’hydrogène a été incluse dans le « Basic Energy Plan » japonais de neutralité carbone et les grands constructeurs automobiles japonais exercent aussi un pression constante sur le gouvernement japonais pour développer la production d’hydrogène avec des HTRs. Le Japon devra donc coopérer étroitement avec la Chine pour développer sur son territoire cette technologie nucléaire de quatrième génération.

On ne peut que constater que l’Europe et en particulier l’Allemagne accentuent leur retard en refusant d’admettre que l’énergie nucléaire est la seule issue possible pour arriver avant 2050 à une totale neutralité carbone. Certains mauvais esprits prétendent toujours que le nucléaire est « has-been ». Il n’y aura jamais, contrairement au charbon, au pétrole et au gaz, de rupture d’approvisionnement en uranium, les océans constituant le plus grand gisement d’ors et déjà exploitable. Si l’humanité veut survivre elle n’a pas d’autre choix car toutes les matières premières utilisées pour les énergies dites renouvelables et pour les véhicules électriques, sans exception, se tariront rapidement, probablement avant l’horizon 2050, alors tout projet de transition énergétique faisant abstraction de l’énergie nucléaire se terminera par un échec.

Source IEA. Illustration Centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa en attente de redémarrage, source TEPCO.

Nouvelles du Japon. Comment l’épidémie de SARS-CoV-2 a été gérée.

C’est tout à fait fortuitement que j’ai découvert comment le Japon a géré l’épidémie coronavirale avec succès. Les écoles ont été fermées pendant quelques mois en 2020, certes, mais l’activité quotidienne, qu’elle soit industrielle ou commerciale, n’a jamais été mise à l’arrêt. Les Japonais n’ont jamais été confinés, il n’y a jamais eu de couvre-feu et le port du masque a été laissé à l’appréciation de chaque citoyen car toute décision autoritaire émanant du gouvernement et restreignant les libertés individuelles aurait été contraire à la Constitution. On ne plaisante pas au Japon avec les libertés individuelles et c’est facile car les Japonais respectent le bien commun et la santé de tous fait partie de cette éducation du respect. En conséquence dans les centres commerciaux tout le monde porte un masque alors que ce n’est pas obligatoire …

Il y a d’autres informations qui fusent au sujet du Japon qui a, quoiqu’on en dise en Occident, remarquablement bien géré cette épidémie compte tenu du fait que plus de 90 % de la population vit en milieu urbain. De surcroit la population japonaise est considérée du point de vue démographique comme « la plus vieille » dans le monde. Dans un esprit de respect des libertés les médecins de ville n’ont pas été découragés par des directives gouvernementales ineptes comme en Europe occidentale ou en Amérique du Nord. Ils ont toujours pu prescrire en leur âme et conscience les médicaments qu’ils jugeaient utiles et efficaces pour soigner les malades qui les consultaient en présentant des symptômes ressemblant à une grippe virale d’un nouveau type. Suivant l’expérience de la Chine ils ont prescrit de l’hydroxychloroquine puis lorsque les propriétés antivirales de l’ivermectine ont été découvertes puis établies dès la fin du printemps 2020 alors ces médecins ont prescrit cet « anti-parasite » presque systématiquement. Le gouvernement japonais a malgré cela tardé à officiellement donner son feu vert pour l’utilisation de cette molécule mais les médecins de ville n’ont pas attendu cette décision gouvernementale.

Il est vrai que l’ivermectine est largement utilisée depuis 1981, que le retour d’expérience n’a jamais montré d’effets secondaires néfastes et surtout que cette molécule a été découverte en 1970 par un Japonais, le Docteur Satoshi Ômura, ce qui lui a valu d’être honoré du prix Nobel de médecine partagé avec le Docteur William Campbell avec qui il collabora pour en déterminer la structure. Si les propriétés anti-rétrovirales de l’ivermectine restent controversées malgré l’accumulation de résultats cliniques en double aveugle concluants il apparaît que son utilisation est prometteuse car cette molécule agit sur la pénétration du coronavirus dans la cellules en modifiant le pH des endosomes, un processus similaire à celui de l’hydroxychloroquine mais qui n’est pas encore totalement élucidé. Ce mode d’action pourrait rappeler l’effet sur les vers parasites, l’application originelle de la molécule, en provoquant une hyper-polarisation des membranes cellulaires du parasite. Dans un très proche avenir la communauté scientifique connaîtra en détail ce mode d’action mais l’ivermectine comme l’hydroxychloroquine resteront les bêtes noires des laboratoires pharmaceutiques et la grande presse, aux ordres des puissances financières et du pouvoir politique, continuera à dénigrer ces deux produits, et des centaines de milliers de personnes continueront à mourir avec par conséquent des mesures stupides des autorités politiques et une descente aux enfers de l’économie …

Voir aussi : https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/paul-marik-une-faillite-totale-de-nos-systemes-de-sante

Note. J’avais écrit ce billet avant mon escapade dans l’Espagne péninsulaire. En rentrant tardivement chez moi ce 19 mars j’ai découvert après un sevrage « internetique » total que le « Professeur Castex » avait encore décidé de malmener les Français. Par contre je dois me plier à ce stupide test RT-PCR au plus tard lundi 22 (gratuit pour les résidents) puisque je suis revenu d’une contrée contaminée. N’importe quoi !