Chlorpyrifos, neurotoxines, Dow, Cruiser, JR Fourtoux, organophosphorés, xénobiotiques, Greenpeace …

Encore un autre scandale phytosanitaire !

Après le Cruiser (Syngenta) voilà maintenant le chlorpyrifos (Dow) à la sellette. On peut pas s’attendre à une série d’épisodes de plus en plus alarmantes sur les effets délétères des xénobiotiques sur la santé animale et humaine. Toutes ces molécules neurotoxiques ou supposées l’être selon le fameux « Pesticide Manual » présentent en effet des effets collatéraux qui n’ont jamais été étudiés en détail, et pour cause, ce type d’étude est extrêmement coûteux et doit être poursuivi pendant plusieurs années sur des animaux (mammifères) et cela pendant plusieurs générations. Ce qui n’est évidemment pas le cas car la rentabilité passe avant toute autre préoccupation éthique. Mais où est l’éthique, y-a-t’il un service d’éthique dans ces sociétés qui empoisonnent la totalité de la planète ? Non ! Il y a seulement un service financier et juridique qui emploie des centaines de scribes pour modifier les rapports de recherche et présenter des résultats truqués avec l’aval d’universitaires grassement payés afin de cautionner des études bâclées, conduites en dépit de tout protocole scientifique digne de ce nom.
Je me souviens avoir assisté à une démonstration d’une évidente mauvaise foi dans la ferme de recherche de Rhône-Poulenc Agrochimie, entité alors fleuron de la chimie française liquidée par Monsieur Fourtoux pour le grand profit des actionnaires. Les chercheurs prétendaient que leurs molécules n’avaient aucun effet sur l’environnement, montrant ostensiblement des ruches près des parcelles traitées avec des produits dont personne ne connaissait encore le mécanisme d’action et prétendre si besoin était devant la presse locale qu’il n’y avait aucun danger alors qu’il s’agissait d’organo-phosphorés inhibiteurs entre autres de l’acétyl-choline estérase comme la matière active objet de ce billet.
N’importe quoi pour n’importe quel biologiste !
Mais non, il fallait ouvrir le marché et vendre 1000 dollars le kilo de matière active qui ne coutait que 10 dollars à la production.
Il en résulte des malformations foetales, des retards dans le développement des enfants, des stérilités, des cancers variés, et je n’ose même pas m’aventurer dans le domaine des détergents, c’est pire !
La planète est en train de mourir mais personne ne se soucie de l’usage des xénobiotiques, GreenPeace est beaucoup trop occupé à dénoncer les effets de l’énergie nucléaire pour dénoncer l’usage des organophosphorés, c’est leur droit ! Mais combien de centaines de milliers de personnes meurent à cause de l’usage des pesticides chaque semaine ou chaque mois dans le monde, est-ce que Greenpeace s’en préoccupe ? Etrangement non …

Après le Déluge ? (Foreign Policy) et Back to Mesopotamia (Boston Consulting Group) : bonne lecture !

J’ai lu aujourd’hui un très intéressant article sur Foreign Policy intitulé « Après Moi le Déluge ? » en français dans le texte. Cet article est disponible en français pour les non-anglophones.

http://www.foreignpolicy.com/articles/2012/04/24/apres_moi_le_deluge?page=0,4

Il a été publié juste après le premier tour des élections présidentielles françaises et est bien révélateur du sentiment négatif des Américains vis-à-vis de Hollande et des dangers que son élection pourrait faire apparaître pour l’Europe, pour l’OTAN ou encore pour l’image même de la France dans le monde. Ce que fait remarquer l’auteur est la nouvelle image qu’a acquis la France dans le domaine de la politique extérieure sous l’impulsion du Président depuis ces cinq dernières années. L’auteur insiste sur le fait que non seulement le président sortant à impulsé un nouveau souffle à la politique extérieure de la France mais encore à celle de l’Europe par son interventionnisme dans toutes les directions, que ce soit sur les questions de la Libye, de l’Iran ou encore du conflit géorgien et quand (c’est moi qui ajoute ce commentaire) Kouchner a été remplacé par Juppé, le processus s’est très significativement accéléré.
Quant à François Hollande, l’auteur déplore que ce personnage a virtuellement aucune expérience diplomatique et qu’il ordonnera immédiatement le retrait des troupes françaises d’Afghanistan au mépris des accords passés avec les partenaires de la France dans cette organisation, préparant le déclin de la réputation de la France dans le monde mais aussi et surtout en Europe, avec l’hostilité affichée de Madame Merkel pour le projet de révision du pacte de stabilité européen reclamée par Hollande, le premier gros dossier de politique européenne qui risque d’entraîner une crise majeure de l’Union.
J’ose espérer que les lecteurs de mon blog liront cet article ainsi qu’un autre document dont je donne le lien ci-dessous issu du Boston Consulting Group et intitulé « Back to Mesopotamia » pour bien comprendre la gravité de la crise des dettes souveraines.
Bonne lecture !

http://www.bcg.com/documents/file87307.pdf

Le Meilleur des Mondes, possible !

Le Meilleur des Mondes ?

J’ai lu un article dans le Wall Street Journal de samedi qui m’a particulièrement intéressé et je vais faire un petit cours à l’intention de mes lecteurs. Il s’agit d’une étude réalisée par un scientifique américain sur l’ocytocine et le comportement.
L’ocytocine est un petit peptide de 9 aminoacides dont deux cystéines reliées par un pont disulfure. C’est donc une molécule relativement stable et compacte, synthétisée par l’hypothalamus sous l’influence de signaux externes aussi variés que la tendresse, les caresses, une simple embrassade ou un baiser, un mot gentil, une relation sexuelle satisfaisante ou encore chez les femmes allaitantes la succion du sein par l’enfant. Le rôle de l’ocytocine a été largement documenté dans l’allaitement et les contractions utérines et son mode d’action bien décrit sur la production d’inositol triphosphate, un signal chimique conduisant à la contraction musculaire dans le cas de l’utérus et de la glande mammaire. Mais là où le tableau devient intriguant c’est que l’homme en produit aussi et on pouvait à juste titre se poser la question de savoir à quoi sert chez l’homme cette hormone hypothalamique alors que l’homme n’a ni utérus ni seins.
C’est ce qu’a exposé Paul Zak de la Claremont University en Californie. L’ocytocine agit sur le comportement en catalysant en quelque sorte la bonne humeur et le bien-être ! Ce biologiste un peu fou a fait un test grandeur nature au cours d’un mariage, en soumettant tous les convives, même les serveurs du traiteur, à des prises de sang juste avant le début de la fête puis une heure après. Il avait amené tout le matériel nécessaire pour traiter immédiatement les échantillons de sang afin que les analyses soient fiables à une fraction de nanogramme près (milliardième de gramme) et stupeur ! Les convives heureux, souriants et amènes avaient tous trente pour cent d’ocytocine en supplément dans leur sang par rapport à la quantité basale appréciée lors de la première prise de sang.

L’auteur en a déduit à raison que l’ocytocine serait la molécule du bonheur social, de la convivialité et des bons comportements moraux en société, un peu comme si elle engendrait une impression de confiance comme la mère entoure son enfant de protection et de réconfort vocal ou tactile lors de la tétée.

Du coup ces résultats surprenants reliant une hormone peptidique hypothalamique et le comportement « bon » m’a rappelé le livre « Brave New World » (Le Meilleur des Mondes) d’Aldous Huxley paru en 1932, à une époque où on ignorait tout du mode d’action de l’ocytocine. Brave en anglais peut aussi se traduire par bon, gentil, courageux, convivial, comme on dit en français un brave homme, un chic type, à l’opposé d’un méchant, d’un hargneux plein de mépris …

Comme l’ocytocine est disponible en spray nasal, pour induire les contractions utérines dans les maternités, pourquoi ne pas généraliser son usage pour rendre les humains meilleurs. Je suis certain que Paul Zak a sa petite idée pour que l’humanité vive dans un état extatique permanent …

http://online.wsj.com/article/SB10001424052702304811304577365782995320366.html?mod=googlenews_wsj

La réforme de la retraite (des centrales nucléaires américaines et des salariés américains)

Les américains ont mis de coté tellement peu d’argent pour s’assurer une retraite convenable qu’ils envisagent de travailler jusqu’à 80 ans, soit plus que l’espérance de vie ! La crise est passée par là et les fonds de pension américain ont pour certains tout perdu dans leurs spéculations hasardeuses. Du coup le rapprochement entre la durée de vie des centrales nucléaires américaines (80 ans, oui, vous avez bien lu : quatre-vingt ans, actuellement la durée de vie autorisée est de 60 ans) fait penser comme à une sorte de solidarité entre les salariés américains et leurs centrales nucléaires.
Je doute que ce rapprochement réjouisse les Français qui bénéficient (encore, mais pour combien de temps ?) d’une retraite dorée dès l’âge de 62 ans pour les gens normaux, plutôt 57 ans pour les fonctionnaires, bien plus tôt encore pour certaines catégories d’emplois comme les conducteurs de locomotive (voir La bête humaine avec Jean Gabin) et encore plus tôt pour les politiciens pour qui il suffit d’avoir montré son nez à l’Assemblée le temps d’une législature pour toucher sa retraite (et même la cumuler avec une retraite de ministre si ce député a été ministre ne serait-ce que six mois) sans parler des militaires (47 ans ou un peu plus, je ne sais pas trop précisément), ça c’est l’exception française. Quand je suis à Tokyo et que je vois l’inlassable couple d’octogénaires fabriquant du tofu à longueur de journée au coin de la rue, en face du Sunkus, ça c’est l’exception japonaise.
Mais pour en revenir aux réacteurs nucléaires, qui sont promis à une retraite bien méritée après 80 dans de carrière aux Etats-Unis, s’ils ne souffrent pas de sclérose en plaque ou de maladie de Parkinson, bien sûr, il ne faut pas douter un instant que ce sera le même cas de figure en France surtout quand le pétrole commencera à nous brûler tout notre argent, alors la durée de vie de nos réacteurs sera prolongée. L’exception japonaise (politique nucléaire actuelle post-tsunami) va aussi être remise en cause car les produits énergétiques commencent vraiment à brûler beaucoup trop de yens !

Liens :
http://www.thebulletin.org/web-edition/columnists/dawn-stover/the-new-retirement-nuclear-power-plants
http://money.cnn.com/2011/11/16/retirement/age/index.htm
http://www.japantimes.co.jp/text/nn20120428a4.html

Commentaire sur le rapport de la Royal Society « People and the Planet »

Atteindre une stabilisation de la population humaine à 10 milliards d’individus vers 2100.
Telle est la conclusion d’un rapport publié par la Royal Society intitulé People and the planet.

Passage traduit de ce rapport :

Ce but (population stabilisée à 10 milliards en 2100) sera nécessaire mais pas suffisant pour offrir un futur stable et soutenable (ou renouvelable, traduction de sustainable) où tous pourront vivre de manière harmonieuse.
Actuellement il n’y a pas de route vraiment tracée pour que 10 milliards d’individus puissent atteindre un mode de vie comparable à celui des pays développés parce que le seul moyen d’y accéder actuellement reconnu est la croissance économique et cela entrera inévitablement en conflit (collision) avec les ressources finies de la planète. La technologie pourra peut-être aider à atteindre ce but mais ne pourra résoudre tous les problèmes (dont la population) sans changement socio-politiques profonds.

Ce rapport préconise donc clairement un planning familial volontaire à l’échelle planétaire entre autres mesures qui ne pourra être appliqué que par une amélioration du niveau d’éducation des pays où la fertilité est la plus élevée, notamment en Afrique et certains pays d’Asie.
Ce rapport très bien documenté insiste sur les changements climatiques, conséquence directe de l’activité humaine et donc de son accroissement continu depuis la moitié du XXe siècle *, directement lié à l’accroissement de la population, et les conséquences corollaires sur l’équilibre des océans dont le plancton ce qui pourrait accélérer ce changement climatique.

Je conseille vivement à toute personne intéressée par ce très grave problème de la surpopulation de lire ce rapport qui ose, peut-être pour la première fois, clamer arguments à l’appui que l’humanité va inéluctablement à sa perte si un effort international n’est pas entrepris pour réguler en profondeur les taux de natalité.

http://royalsociety.org/policy/projects/people-planet/report/

* En 1977, le directeur du Department of Biological Chemistry de la UCLA School of Medicine où je séjournais comme post-doc, nommément le Professeur Emil L. Smith, m’expliquait que les productions d’antibiotiques, de vaccins et d’engrais azotés étaient toutes décrites par une courbe superposable à celle de l’augmentation de la population. Et d’ajouter que l’humanité toute entière allait à sa perte à plus ou moins court terme car la planète ne pourrait pas supporter un accroissement indéfini de la population. Trente cinq ans après, il est peut-être déjà trop tard …

Les îles Canaries et le pactole pétrolier, mode d’emploi.

J’ai assisté il y a quelques semaines à une manifestation à Arrecife (Lanzarote) où j’habite contre l’exploitation pétrolière au large de l’archipel des Canaries. Cette exploitation pourrait rapporter à chacune des îles concernées la coquette somme de 2 millions d’euros par jour (Fuerteventura et Lanzarote). Le contrat d’exploitation a été négocié et signé entre Repsol et le PP (Rajoy, actuel président du conseil quand il l’était avant avant Zapatero) et les clauses de ce contrat qui sont pour le moins obscures devraient naturellement être révisées afin que l’exploitation profite directement aux riverains du gisement. J’ai fait part de mon opinion à certains Canariens anglophones puisque mon espagnol est insuffisant pour exprimer mon opinion. Et voici ce que je préconisais :
1 – demander auprès de l’ONU l’indépendance de l’archipel.
2 – mettre en place un gouvernement de techniciens et d’économistes.
3 – créer comme en Norvège un fond spécial pour gérer les ressources pétrolières.
4 – déclarer la neutralité de l’archipel et se mettre sous la protection de l’OTAN.
Mes interlocuteurs ont cru que leurs cheveux se dressaient sur leur tête !
Et pourtant, ces mêmes manifestants iront dans la rue quand l’essence passera à 1,5 euros (actuellement le 98 sans plomb coûte seulement 1 euro le litre) !
Conclusion : quand on propose quelque chose de concret pour changer les choses, qui qu’on soit et dans quelle direction que ce soit, on se fait rattraper par l’immobilisme, la chose politique toute puissante et la peur de la nouveauté.

(commentaire laissé aussi sur l’Express.fr)

Black-out et double-dip, effet de l’huile d’origan, des diamants dans l’espace …

La Grande-Bretagne est de nouveau en récession et les prévisions pour les USA et même la Chine sont alarmantes à en croire Marc Faber, le « docteur catastrophe ».
http://www.youtube.com/watch?v=rKIhIxfPyy4&feature=related

Très curieusement, alors que la Grande-Bretagne publie ses statistiques, la France traine à rendre les siennes publiques, ça pourrait vouloir dire qu’on entre en récession aussi ? Ou bien que la période électorale n’autorise pas pour le moment ce genre de révélation qui pourrait être un instrument électoraliste supplémentaire pour la gauche comme pour le président sortant à condition qu’il dise enfin la vérité sur ce qui attend chacun des Français. Mais il est permis de rêver de jours meilleurs dans une autre vie …
C’est donc le black-out sur le double-dip ou récession en W comme on veut.
Les nuages s’amoncellent sur l’Europe au sens propre et au sens figuré. Une bonne chose au moins, les pluies incessantes vont alimenter les nappes phréatiques.
Une bonne nouvelle aussi, Google va investir dans l’exploitation minière des astéroïdes avec comme première étape une base lunaire pour lancer des véhicules spatiaux vers ces astéroïdes, les enlacer et les ramener sur la lune. Il paraitrait qu’un astéroïde est riche en diamants. On a le droit de rêver aussi.

Enfin, pour me remonter le moral, et celui de tous les hommes vieillissants et qui pratiquent de moins en moins le sexe, j’ai lu que l’origan présente des propriétés intéressantes pour combattre le cancer de la prostate. La molécule active est le carvacrol ou 5-isopropyl,2-methyl phenol, un composé facile à synthétiser qui accélère l’apoptose des cellules cancéreuses.