Réflexions disparates sur le changement du climat.

Capture d’écran 2019-09-27 à 18.58.57.png

Mes lecteurs connaissent parfaitement ma position au sujet de cette histoire digne d’un roman de science-fiction qu’est le réchauffement du climat provoqué par l’activité humaine, c’est-à-dire la production de gaz carbonique rejeté dans l’atmosphère, gaz qui a été considéré comme présentant un effet de serre susceptible de provoquer une augmentation de la température au sol, du moins dans les zones dites « tempérées ». Je fais partie des 3 % de scientifiques ou d’ex-scientifiques (bien que n’ayant jamais été climatologue) qui ne croient pas aux théories de l’effet de serre et du réchauffement du climat d’origine humaine. Je suis donc condamné à l’enfer brûlant de l’Eglise de Scientologie Climatique.

Le CO2 d’origine « humaine » est différent du CO2 naturel

Dans une revue très bien documentée le Professeur émérite François Gervais, géophysicien de son état, a mentionné que ce CO2 avait une durée de vie (demi-vie) dans l’atmosphère de au plus 4,5 ans, ce qui a été bien démontré et de manière incontestable par plusieurs équipes de géophysiciens. Cette évidence est niée par l’IPCC qui appuie son dogme du réchauffement d’origine humaine sur le fait que le CO2 produit par l’activité humaine – et curieusement pas celui produit par l’activité naturelle de la biomasse végétale et animale – s’accumulera pendant des siècles. Cette affirmation qui n’est basée sur aucune évidence scientifique connue ni même rationnellement imaginable a permis à cet organisme politique (et non pas scientifique) de proclamer que l’utilisation des combustibles fossiles allait détruire l’équilibre planétaire du climat.

La fabrique de l’imposture

Comment un organisme onusien en est-il arrivé là ? C’est très simple à comprendre. Il s’agit en réalité d’un concours de circonstances habilement exploité. Comme je l’ai rappelé dans un précédent billet et dans bien d’autres billets de ce blog le « réchauffement » auquel on a assisté objectivement ces cent dernières années, c’est-à-dire en faisant abstraction des fluctuations météorologiques, ne date pas des années 1970-1990 mais de la fin des années 1920. Cet épisode climatique optimal, conséquence directe de l’évolution de l’activité solaire au cours de la même période, a provoqué le recul des glaciers alpins mais aussi de bien d’autres langues glaciaires de par le monde, et également le dégazage des océans qui renferment sous forme dissoute 60 fois la totalité de tout le CO2 atmosphérique. Pourtant le volume total des eaux océaniques est très inférieur à celui de l’atmosphère même en ne considérant que les 5000 premiers mètres de la couche gazeuse qui entoure la Terre. Ces deux phénomènes – recul des glaciers et augmentation du gaz carbonique atmosphérique – ont été presque simultanés et cette augmentation du CO2 atmosphérique a été imputée à tort à l’activité humaine. La théorie erronée de l’effet de serre a fait le reste.

Capture d’écran 2019-10-02 à 10.59.24.png

Si on reprend les deux graphiques qu’avait présenté il y a plus d’une décennie le géophysicien Willie Soon, on constate sur la partie gauche qui rapproche l’évolution des températures moyennes globales et celle de la teneur en CO2 atmosphérique que le premier épisode de l’optimum climatique moderne 1920-1960 est indépendant de cette teneur en CO2. Puis après les années 1960, compte tenu du dégazage océanique provoqué par ce réchauffement du climat on a assisté à une augmentation de cette teneur en CO2 dans l’atmosphère. Par pure coïncidence l’activité solaire a, à nouveau, connu un second optimum au cours de la période 1980-2010 et il a suffi d’ajuster les échelles des ordonnées de ce graphe pour faire ressortir une parfaite corrélation entre température et CO2. Soon a donc inséré sur la droite de cette même illustration la variation de l’activité solaire et la variation de la température moyenne globale. Où est l’effet du CO2 ?

La théorie de l’effet de serre du CO2

Aujourd’hui, cet après-midi même, j’ai écouté une interview de Piketty sur Mediapart qui est intimement convaincu que le réchauffement du climat est bien une réalité. Il ne s’est certainement pas plongé dans la lecture d’articles scientifiques relatant les recherches sérieuses de spécialistes de la géophysique. Si je parlais suffisamment bien l’espagnol je suis convaincu que mon dentiste que j’ai consulté il y a quelques jours m’aurait avoué que mes problèmes dentaires étaient une conséquence du réchauffement climatique si je lui avait posé la question orientée à dessein ! En fait ce que l’IPCC a exploité de façon presque obscène est la relation entre l’augmentation des températures de surface sur l’ensemble de la Terre superbement mesurée par des satellites depuis la fin des années 1970 et l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère, une coïncidence qui a été exploitée habilement pour diaboliser les combustibles fossiles.

Là où le bât blesse est ce fait suivant très bien documenté par les paléoclimatologues : jamais dans le passé une augmentation de la teneur en CO2 atmosphérique a provoqué une augmentation des températures, c’est exactement le contraire qui a toujours été observé. Quand le climat « se réchauffait » l’augmentation de la teneur en CO2 dans l’atmosphère suivait de quelques dizaines d’années ce réchauffement qui ne peut s’expliquer que par le dégazage des océans.

Cette observation pourtant vérifiée à de nombreuses reprises par des scientifiques honnêtes a été ignorée par les membres de l’IPCC car elle est contraire à leur thèse et à leur mission consistant à apporter sur un plateau aux gouvernements le prétexte incontournable d’imposer toutes les populations pour qu’elles versent leur dime afin de « sauver » le climat et restreindre leurs consommations de combustibles fossiles.

Les dangers du réchauffement du climat ?

Le fait est que l’IPCC n’est pas constitué de scientifiques mais de fonctionnaires politiques désignés par les gouvernements pour faire passer cette pilule amère auprès des populations afin que celles-ci soient consentantes. Il s’agit d’un cas typique de « fabrique du consentement » comme l’avait parfaitement décrit Gustave Le Bon, médecin, sociologue et anthropologue, dans son ouvrage « Psychologie des foules » paru en 1895 :

Capture d’écran 2019-09-29 à 21.19.53.png

Les peuples, soumis à une propagande incessante, sont devenus d’une naïveté incommensurable que je trouve personnellement étonnante. Ce phénomène de consentement des foules décrit par Le Bon a été admirablement exploité par Edward Berneys dès les années 1930. Edward Berneys était le neveu de Sigmund Freud puisque sa mère Anna Freud n’était autre que la soeur de ce dernier. Il adapta les thèses de Le Bon au cours de sa longue carrière de publiciste aux USA en « industrialisant » le comportement des foules. D’où cette attitude presque universelle de l’acceptation du changement climatique comme un fait réel suscitant la peur et l’angoisse rendant les foules (de contribuables) consentantes.

Capture d’écran 2019-09-30 à 14.15.44.png

Ceci étant et pour revenir au sujet de ce paragraphe quand je vois des Allemands vivre ici dans les Îles Canaries toute l’année ils sont passés d’un climat plutôt rude au nord et à l’est de leur pays à une contrée où la température moyenne est d’environ 20 degrés supérieure à celle de leur pays natal et ils n’ont pas l’air d’en souffrir, bien au contraire. En France, que des habitants de la région Nord-Pas de Calais aillent vivre dans la région Midi-Pyrénées subissant un température moyenne supérieure de 6°C à celle de leur région d’origine ont-ils des problèmes de santé dus au climat ? J’en doute. C’est pourtant ce qu’affirme l’IPCC dans sa diarrhée épistolaire idéologique à longueur d’année. Tout simplement étonnant …

L’autre imposture de l’IPCC : le mouvement perpétuel !

Puisque tout l’édifice intellectuel de l’IPCC est basé sur la théorie de l’effet de serre du CO2 provenant de l’activité humaine et que les spécialistes auto-proclamés de cet organisme ont soigneusement nié et l’activité solaire et le fait que l’atmosphère est soumise à la gravitation comme la pomme de Newton, il fallait inventer une autre théorie pour justifier celle de l’effet de serre. Il s’agit du « rétro-forcing » radiatif. D’une part cette notion consistant à affirmer que les couches supérieures de l’atmosphère réchauffent les couches inférieures de cette dernière est en totale contradiction avec le second principe de la thermodynamique et d’autre part ce rétro-forcing radiatif consiste à créer de l’énergie à partir de rien … belle prouesse pour des individus qui se considèrent comme des scientifiques de haut vol. De plus ce forcing radiatif a comme propriété étonnante de pouvoir s’auto-entretenir. D’où les prévisions délirantes de réchauffement affirmées par des modèles faux puisqu’ils sont adossés à des théories scientifiques fausses : comme l’affirment certains dictons populaires « un menteur est condamné à continuer à mentir car il n’avouera jamais son premier mensonge » …

(suite dans un prochain billet)

La chute des Etats-Unis

La chute des Etats-Unis

Emmanuel Todd qu’il est inutile de présenter sur ce blog a prédit, sur la base de données démographiques, la chute prochaine de l’empire américain. Les prémices de cette chute sont fort bien résumés dans un article de Paul Craig Roberts paru sur son blog le 3 août dernier et que j’ai traduit pour mes aimables lecteurs. J’ajouterai qu’il ne reste plus d’autre alternative pour ce pays que de fomenter encore une fois une guerre pour occuper le seul secteur qui fonctionne encore correctement le complexe sécuritaire militaro-industriel, un véritable état dans l’Etat qui dicte ses lois à la Maison-Blanche.

Les Américains vivent dans un monde de mensonges

Le gouvernement US et les « presstitutes » qui le servent continuent à nous mentire sur pratiquement tout. Aujourd’hui le bureau des statistiques du travail (BLS) a déclaré que le taux de chômage était de 3,9 %. Comment peut-il en être ainsi alors que ce même BLS rapporte que le taux de participation au travail a décru constamment depuis dix ans, période supposée de redressement économique (depuis la crise des subprimes), et qu’il n’y a aucune pression sur les salaires en raison de ce taux très bas de chômage. En effet, lorsqu’il y a beaucoup de créations d’emplois la tension sur les salaires augmente. Or un taux de chômage de 3,9 % signifie qu’il y a peu de demandeurs d’emploi et alors les entreprises doivent augmenter les salaires pour trouver des employés : un taux de chômage proche du plein emploi sans augmentation des salaires est donc antinomique.

Ce taux de 3,9 % ne reflète par la santé de l’emploi mais tout simplement que les demandeurs d’emploi n’en cherchent plus et ne sont donc plus comptabilisés par le BLS comme demandeurs d’emploi. Ce taux de chômage de 3,9 % est donc tout simplement un canular (hoax en anglais).

Le gouvernement nous dit qu’il n’y a essentiellement pas d’inflation en dépit du fait que les prix ont beaucoup augmenté, que ce soient les prix des denrées alimentaires, des réparations des maisons, des médicaments, de presque tous les produits. Il y a deux ans l’institut de politique publique des l’Association américaine des retraités a publié une étude indiquant que les prix de détails des médicaments avait augmenté de 10 % par an. Depuis décembre dernier seulement, les prix de 20 médicaments très utilisés a été multiplié par 4 et soixante autres médicaments ont vu leur prix doubler sur la même période. La société Turing Pharmaceuticals dirigée par Martin Shkreli constitue l’un des exemples emblématiques de cette dérive des prix. Cette société a racheté la licence d’un anticancéreux pour seulement faire passer son prix de 13,50 dollars à 750 dollars le comprimé.

Naturellement les salaires n’ont pas doublé. En tenant compte de l’inflation ils ont diminué sur la même période (depuis la crise de 2008). Les dépenses médicales des retraités et de ceux qui bénéficient du Medicare représentent une proportion non négligeable de leurs salaires ou pensions. Selon la Kaiser Family Foundation le coût des prescriptions médicales des retraités représente aujourd’hui les trois quarts de leur pension de sécurité sociale et la moitié des allocations moyennes que recoivent les personnes bénéficiant du Medicare.

Dans le même temps le nombre d’emplois réels a diminué. Les jobs dont parlent les presstitutes économiques et qui ne trouvent pas de candidats sont des emplois qui ne procurent même pas de quoi vivre. Le BLS a indiqué que durant ce mois de juillet 2018 le nombre de personnes occupant deux ou plusieurs emplois à temps partiel a augmenté de 453000 : le nombre total d’Américains travaillant à temps partiel est maintenant de 8072000. En examinant ce dernier rapport du BLS on constate une évolution du marché du travail américain vers une véritable tiers-mondialisation. Les supposés nouveaux emplois se situent dans les services domestiques à très bas salaire : aides temporaires, assistance aux personnes, serveuses et barmen. Certes il y a une maigre lueur d’amélioration de l’état de l’économie mais la dette est de partout. Cette dette augmente plus vite que les revenus ne le permettent. Le gouvernement américain va vers un déficit annuel de 1000 milliards de dollars. L’Etat fédéral, les Etats et la base des taxes locales ont été décimées par la délocalisation massive par les grandes corporations des emplois à haute valeur ajoutée et des savoir-faire. Au nom du libre-échange les impôts qui servaient à financer la sécurité sociale, le Medicare et les pensions publiques ont été transférés vers la Chine et d’autres pays d’Asie où les coûts salariaux sont dérisoires. En d’autres termes les grandes corporations américaines réalisent plus de profits en ruinant la base d’imposition américaine. Les brillants économistes défendent cette absurdité au nom du libre-échange qui profite à tous les Américains !

Tous les Américains dont les emplois ont été perdus au profit de ces pays avec des salaires très bas savent très bien qu’il n’ont pas bénéficié de ce libre-échange. Ils savent aussi très bien que les économistes néo-libéraux et la presstitute financière leur ment. Bien sûr tous ces mensonges vont bien plus loin que le seul secteur économique. Le « Russiagate » qui a dominé la presse, la télévision et la NPR (National Public Radio) depuis la dernière élection présidentielle est un mensonge massif qui est encore entretenu jour après jour. Ce 3 août les journalistes de la NPR en bavaient d’apprendre que Paul Manafort allait peut-être faire des révélations au procureur spécial « Russiagate » Mueller qui pourrait aboutir à une procédure d’empêchement de Trump. Ces journalistes presstitutes spéculaient sur le fait que si Manafort faisait des révélations accablantes pour Trump sa peine serait allégée. Ils ont oublié de mentionner que Manafort n’étais pas devant la justice au sujet de quoi que ce soit lié de près ou de loin à l’affaire du Russiagate. Cet homme est poursuivi pour des faits d’évasion fiscale datant de dix ans lorsqu’il était consultant auprès du gouvernement ukrainien. Ces mensonges de la presstitute n’ont d’autre but que de pousser Manafort à faire de fausses déclarations pouvant porter préjudice à Trump. S’il est condamné ce sera sur la base d’aucune évidence sinon d’être « un de ces riches qui ne paient pas de taxes ».

Que le Président Trump permette que cette chasse aux sorcières de se poursuivre, une chasse aux sorcières qui dépasse de loin le mandat de Mueller dans son projet Russiagate pour lequel aucune preuve n’a été trouvée, montre à quel point les presstitutes travaillant avec le complexe sécuritaire militaro-industriel et le DNC (Democratic National Commitee) sont démunis de tout sens de jugement. Et pendant que les Américains restent assis en se suçant les pouces, ils voient sous leurs yeux le coup d’Etat qui se prépare contre leur Président.

Source : https://www.paulcraigroberts.org/2018/08/03/americans-live-in-a-world-of-lies/

Note. Les grands groupes de la Silicon Valley s’en prennent maintenant à ceux qui dérangent à l’approche des élections US de mi-mandat. Il s’agit par exemple d’Alex Jones, un journaliste polémiste qui s’en prend dans une réthorique ultra-conservatrice et violente à tous ceux qui dérangent. Ce journaliste est dorénavant interdit de séjour sur Facebook et iTunes. Inutile d’insister sur la collusion entre le DNC et ces deux géants des technologies de communication dans le but de fragiliser Donald Trump. À suivre. (Source ZeroHedge)

Crise climatique. CO2 : les mensonges délirants de l’IPCC (6)

Capture d’écran 2017-03-28 à 18.00.19.png

Dans son cinquième « Assessment Report AR5 (2013) l’IPCC a écrit (Chap.12-FAQ 12.3, p. 1107), je cite : « La température globale ne peut pas réagir rapidement aux changements de la concentration des gaz à effet de serre … L’élimination des émissions de CO2 conduirait à une température presque constante pendant de nombreux siècles (effet des émissions passées) … En raison de la grande inertie du climat et du cycle du carbone, la température globale à long terme est largement contrôlée par les émissions totales de CO2 accumulées au fil du temps, quel que soit le moment où elles ont été émises« . En soi cette affirmation est en conformité avec les observations déduites du changement de climat, c’est-à-dire du réchauffement au cours de la seconde moitié du XXe siècle, qui peut être rapproché directement de l’augmentation du CO2 durant cette période : en gros 100 ppm et 0,8 °C. L’IPCC ajoute que, je cite : « Ceci s’explique par le processus extrêmement long d’élimination du CO2 atmosphérique d’origine anthropogénique, ce qui signifie que le concept d’une durée de vie caractéristique et unique n’est pas applicable au CO2 » (AR5-Chap.6-Box-6.1).

Toute la supercherie de l’IPCC à propos du réchauffement climatique d’origine humaine repose essentiellement sur ces deux citations. En d’autres termes plus simples à comprendre pour un non-spécialiste que j’étais mais plus trop maintenant après avoir lu dans leurs moindres détails un nombre important d’articles scientifiques parus dans des revues à comités de lectures irréprochables : puisque la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est très longue – l’IPCC cite 1 voire plusieurs siècles sinon un millénaire – il faut tout faire pour réduire et pourquoi pas cesser toute émission de CO2 aussi rapidement que possible au risque d’être tous grillés comme des toasts (Christine Lagarde, Davos). C’est là le fondement même des accords sur le climat de Paris qui s’inspirent par ailleurs du fumeux principe de précaution.

Or cette estimation de la durée de vie du CO2 est totalement fantaisiste et encore une fois l’IPCC feint d’ignorer toutes informations ou résultats scientifiques qui contredisent cette allégation montée de toute pièce ne s’appuyant sur aucunes des données scientifiques vérifiables et vérifiées de nombreuses fois par diverses techniques. Plusieurs données irréfutables ont été utilisés pour déterminer la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère : la teneur en isotope 13 du carbone dans les combustibles fossiles et la disparition rapide de l’isotope 14 du carbone après 1980 (interdiction des essais nucléaires atmosphériques) provenant de ces essais entre les années 1950 et 1980 (illustration ci-dessous,Wikipedia) ainsi que les carottages dans les glaces du Groenland et de l’Antarctique qui ont toujours indiqué que l’augmentation du CO2 atmosphérique ne précédait jamais un réchauffement du climat et non pas l’inverse comme le prétend l’IPCC.

Radiocarbon_bomb_spike.png

Il apparait sans contestation possible que la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est précisément de 4,1 années soit 49 mois ! De plus l’augmentation de 0,8 °C de la température moyenne à la surface des océans et du sol (notion très discutable) depuis les années 1850 et accentuée au cours de la seconde moitié du XXe siècle lors du « Golden Spike » solaire appelé aussi optimum solaire moderne a provoqué un dégazage des océans conduisant à une augmentation du CO2 atmosphérique de 100 ppm alors que l’activité humaine (utilisation de combustibles fossiles) n’a contribué qu’à hauteur de 17 ppm sur une augmentation totale d’environ 120 ppm ! L’activité humaine représente donc aujourd’hui environ 4 % de la totalité du CO2 atmosphérique à n’importe quel instant de l’année et tout CO2 émis aujourd’hui par l’activité humaine aura disparu dans 49 mois

Il est donc évident que nous nous sommes tous fait rouler dans la farine par l’IPCC, y compris et surtout les décideurs politiques, avec des mensonges tous aussi grossiers les uns que les autres. Il reste cependant un point à éclaircir : pourquoi un organisme onusien s’est-il arrogé le droit de tromper l’ensemble des pays du monde ? Par qui a-t-il été mandaté pour organiser une duperie d’une telle ampleur ?

Source et illustration : Article aimablement communiqué par le Dr Hermann Harde, Helmut-Schmidt-University Hamburg, paru dans le périodique Global Planetary Change, qui est vivement remercié ici.

doi : 10.1016/j.gloplacha.2017.02.009. Le prochain et dernier article de cette série concernant le climat sera relatif aux cycles climatiques et il montrera qu’on s’achemine vers des temps de froidure exceptionnelle.

Les nouveaux dogmes et les nouvelles croyances

André_Malraux,_Pic,_22.jpg

Il y a quelques jours, comme à mon habitude vers midi, je me trouvais devant un bar à tapas que j’affectionne particulièrement car ces tapas sont préparées avec application par un jeune chef français qui a su introduire une note de fantaisie culinaire dans ses œuvres. Je buvais un verre d’un excellent vin rouge local et deux Espagnols, également friands des délices gastronomiques de cet endroit, m’offrirent un autre verre de vin parce que j’étais Français et que je méritais bien ça après les attentats de Paris. Je fus ému, l’un de mes fils a perdu une collègue de travail lors de cette sombre soirée du 13 novembre …

Nous partîmes dans une discussion (en français) sur la politique en général qui fut rapidement teintée de philosophie. Je rappelais de mémoire à ces deux personnes, probablement au fait de l’histoire et de la politique française, qu’André Malraux avait déclaré (de mémoire) que « le XXIe siècle serait religieux ou ne serait pas ».

À quoi assistons-nous aujourd’hui, témoins abasourdis par une propagande incessante, sinon à une sorte de conspiration qui répand en nous tous des dogmes, simplement que nous devons admettre comme telles les idées, rumeurs et fausses informations colportées par des médias parfaitement bien organisés dans le seul but de nous faire perdre tout sens critique !

Ces deux Espagnols furent éberlués quand je tentais de leur faire admettre que la Vierge Marie avait eu des relations sexuelles comme n’importe quelle autre femme pour se retrouver embarrassée (enceinte en français) et que sa virginité avait été décrétée comme un dogme lors de je ne sais plus quel concile vaticanesque, virginité à laquelle tout chrétien et encore plus tout catholique doit croire comme une vérité première fondatrice de l’Eglise sainte, apostolique et romaine.

Nous partîmes alors dans une discussion très intéressante sur la recrudescence des dogmes – les dogmes sont les piliers de toute croyance religieuse – dans ce monde moderne où tout est devenu informatisé, un monde dans lequel chaque personne dispose en permanence d’une sorte d’alter ego, son téléphone portable et à la maison son ordinateur pour y puiser toutes les informations dont il a besoin. Pourtant les progrès techniques et pas seulement dans l’informatique et l’information auraient pu faire croire que cette obsession pour les croyances dogmatiques auraient eu tendance à s’estomper voire à disparaître, pas du tout ! La virginité de Marie est profondément ancrée dans l’esprit des croyants comme le paradis éternel promis à tout musulman entouré de soixante-douze vierges lui offrant du vin pour son plus grand plaisir.

Le dogme de l’existence de l’âme est l’un des plus difficiles à démonter. En effet, la peur de la mort a créé ce dogme d’une âme immortelle et on en a rajouté une couche de ridicule, la résurrection des corps, encore un autre dogme totalement absurde. Même Marc-Aurèle il y a près de 2000 ans considérait déjà cette croyance en la résurrection comme ridicule.

Bref, toute religion quelle qu’elle soit est assise sur un ensemble de dogmes qui sont par définition des affirmations improbables et impossibles à prouver, c’est la même chose. Toucher à la virginité de la Vierge Marie pour un Espagnol relève presque du blasphème mais je ne me suis pas avoué vaincu.

Mes deux interlocuteurs semblaient stupéfaits et je continuais ma démonstration, il y a en effet matière presque infinie à argumenter dans le registre des dogmes car il semblerait que répandre des dogmes avec les outils modernes de communication que sont les télévisions, les radios et internet soit un jeu d’enfant pour les politiciens et une multitude d’organisations non gouvernementales toutes aussi opaques les unes que les autres.

L’objet de ce billet est donc de confirmer ce qu’avait déclaré Malraux (je n’ai pas pu retrouver la source de sa citation) le XXIe siècle sera envahi par des dogmes, des croyances pseudo-religieuses, des peurs et des philosophies extrémistes par voie de conséquence des régimes politiques totalitaires.

« Si l’on y réfléchit bien, le Christ est le seul anarchiste qui ait vraiment réussi » (Malraux).

Le souci présent est que la dissémination des dogmes dans le monde moderne n’est plus le fait d’anarchistes mais d’institutions nationales et internationales soumises au pouvoir de lobbys économiques, financiers ou tout simplement idéologiques. Il y a une très grande différence entre l’expansion du christianisme (essentiellement basé sur des dogmes invérifiables par définition) et la situation géopolitique et économique actuelle. Toutes les idées reçues sont devenues imperceptiblement des dogmes qu’il faut gober toutes crues en raison de la puissance omniprésente des médias contrôlés par des puissances financières qui ne veulent pas révéler leur identité. Les chrétiens de la première heure n’avaient pas beaucoup d’arguments pour prouver que Lazare avait bel et bien ressuscité, il fallait les croire sur parole …

Aujourd’hui, on est tous soumis à un matraquage idéologique incessant et à la longue chacun d’entre nous finit par admettre, par une espèce de lassitude lobotomisante, que ce qu’on raconte est la réalité et qu’il faut y croire comme les premiers chrétiens ont fini par faire croire aux païens qu’il n’existait qu’un seul dieu divisé en trois personnes, c’était vraiment n’importe quoi ! Et pourtant en 2000 ans la bêtise humaine n’a pas régressé, elle a au contraire amplifié … Vous voulez une petite énumération des dogmes modernes qui constituent la base du fonctionnement de la politique au jour le jour dans le monde ? Alors allons-y au risque de vous choquer.

La théorie des genres est devenue un dogme. Il n’y a plus d’inégalité entre les femmes et les hommes ni d’ailleurs avec les LGBT. Le « genre » est devenu un dogme qui est même inscrit dans les lois. C’est nouveau, c’est tendance et il faut donc le croire.

Le climat se réchauffe car c’est ce qu’affirment 99,5 % de pseudo-scientifiques appointés par les Nations-Unies pour répandre la peur dans le monde afin que les politiques prennent des mesures contraignantes qui mettront à genoux toutes les économies du monde. Tout hérétique qui ne reconnaît pas ses fautes risque d’être écartelé en public.

Les plantes transgéniques sont mauvaises pour la santé, il faut le croire alors que cette affirmation n’a jamais pu être prouvée.

La vaccination est mauvaise pour la santé et cette affirmation sans fondement a abouti à des épidémies de rougeole, aux USA en particulier, où près du tiers des enfants scolarisés ne sont plus vaccinés pour des raisons dogmatiques ridicules.

Les ondes électro-magnétiques sont mauvaises pour la santé, on ne sait pas qui a inventé cette histoire mais c’est maintenant un dogme auquel il faut croire. Il y a même eu une jurisprudence en France, le pays des lumières (les « lumières » c’était il y a bien longtemps) …

L’énergie nucléaire dégage du CO2, je ne me souviens plus où j’ai lu cette information illustrée par des tours réfrigérantes …

L’aluminium provoque la maladie d’Alzheimer (voir la phobie des vaccins) … etc, etc

En politique c’est pire encore car les affirmations deviennent des croyances scandaleuses et dangereuses. Je n’en citerai que quelques-unes qui sont d’actualité en ces temps troublés.

Saddam Hussein possédait des quantités massives d’armes de destruction massive et en plus c’était un méchant. Ah bon ? Il faisait pourtant régner l’ordre dans son pays et était respecté par les Irakiens. Khadaffi était un dictateur sanguinaire sans foi ni loi qu’il fallait à tout prix assassiner. Ah bon ? Il était aussi respecté dans son pays et faisait régner l’ordre … Bachar El Assad est l’incarnation du diable ! Ah bon ? Lui aussi faisait régner l’ordre dans son pays. Le Général Sisi est un gentil, il achète des armes aux Américains mais il a passé par les armes des dizaines sinon des centaines de milliers d’opposants, c’est un gentil puisqu’on vous le dit, il faut le croire, point barre. Poutine est un méchant ! Ah bon ? Oui, c’est un méchant car il a annexé la Crimée au mépris du suffrage populaire des habitants de cette péninsule qu’ils avaient pourtant eux-mêmes organisé.

L’humanité n’a à l’évidence pas évolué dans le bon sens. Les hommes ont toujours et de plus en plus besoin de croyances et de dogmes pour se rassurer. On a inventé de nouvelles religions, le XXIe siècle est déjà et sera encore plus une période baignant dans des mensonges et des croyances irraisonnées organisés par des groupes de pression financiers, politiques et idéologiques et même religieux (il n’y a qu’à constater l’attitude équivoque du pape à propos du climat) qui au final manipuleront les populations pour leur plus grand malheur. Triste avenir, Malraux ne s’était pas trompé !

Changement climatique, épisode 12. Les calottes glaciaires ne fondent plus, le niveau des océans baisse !

Capture d’écran 2015-10-05 à 18.25.02

Le titre de ce billet met encore une fois en évidence les mensonges réitérés de l’Eglise de Scientologie Climatique devenue maintenant une organisation planétaire et bientôt totalitaire. Il ne se passe pas un jour sans qu’apparaisse dans la presse un entrefilet alarmant au sujet du niveau des océans qui monte à la vitesse exponentielle de plusieurs millimètres par an, au sujet également de la température (moyenne) qui a atteint ces derniers mois des sommets absolus depuis, depuis quand ? On ne sait plus trop. Car il s’agit de maintenir la pression sur l’opinion publique et surtout politique car le COP21, le grand raout organisé par Ségolène, se rapproche dangereusement et il faut vite que tous les pays du monde adhèrent aux directives des 97,5 % de climatologues qui ont d’un commun accord décidé que ça se réchauffait dangereusement et qu’il fallait cette fois, et une bonne fois pour toutes, prendre des décisions vraiment décisives et irrévocables. Tant pis pour les oiseaux de nuit qui se font couper en deux par les éoliennes, tant pis pour les infra-sons que subissent les riverains des moulins à vent, c’est leur effort demandé pour sauver l’humanité, une infime contribution en définitive.

Parlons donc des glaciers ou plutôt des calottes glaciaires boréales. Il n’y en a pas beaucoup car il s’agit essentiellement du Groenland, du grand nord canadien, des glaciers de l’Alaska et des pays scandinaves et aussi de l’Islande. Les climatologues de l’IPCC, cet organisme politique mandaté par les Nations-Unies pour répandre la peur (et la terreur) sur la planète entière, répètent sans cesse que les glaces du Groenland fondent à une vitesse alarmante depuis, depuis ? Ils ne savent plus trop non plus … En effet les plus récentes études des scientifiques danois impliqués dans la surveillance de la calotte glaciaire groenlandaise contredisent les déclamations tonitruantes de ces scientifiques d’opérette pour qui le mensonge est devenu aussi impérieux que de respirer car s’ils reconnaissaient honnêtement leurs multiples mensonges, tout le montage du changement climatique s’effondrerait.

L’évolution jour après jour de la calotte glaciaire du Groenland est l’affaire de l’Institut météorologique danois au Niels Bohr Institute à Copenhague et elle est conduite presque en temps réel. Le 31 août dernier cet institut a déclaré que l’hiver avait débuté dans cette zone avec des températures largement en dessous de zéro à tel point qu’on peut observer l’expansion de la masse glaciaire presque heure par heure :

Capture d’écran 2015-09-18 à 19.42.52

Entre le 16 et le 17 septembre 2015, les surfaces fondant encore ont régressé de 50 % (en rouge sur les cartes) en l’espace de 24 heures. Mais ce n’est qu’un instantané qui illustre la précision des mesures, précision qui a permis à cet institut de démentir ce qu’on raconte dans la presse main-stream et divers plateaux télévisuels : le Groenland ne perd plus de glace depuis plusieurs années ! Comme on peut le constater ci-dessous seule une infime partie de la calotte glaciaire a « perdu » de la matière gelée (en rouge) et le bilan est évalué à un gain de glace de 200 kilomètres cube, soit 200 milliards de tonnes depuis le premier septembre 2013. Ce n’est pas une estimation à l’emporte pièce mais la réalité et cette accumulation de glace en quelques années correspond à une diminution du niveau des océans, ce n’est pas moi qui l’affirme mais les glaciologues de Copenhagen, de presque 2 millimètres :

Capture d’écran 2015-09-18 à 19.59.14

L’échelle de droite est exprimée en millimètres d’eau équivalents.

Alors qui faut-il croire ? Il faut tout de même garder en mémoire que depuis dix ans, c’est-à-dire depuis la fin de l’optimum solaire moderne, la perte de glace au Groenland était de l’ordre de 20 à 50 milliards de tonnes par an, un fait non contesté essentiellement dû à l’inertie thermique de l’Océan Atlantique, mais on ne peut que se rendre à l’évidence : le refroidissement climatique a bel et bien commencé puisque ce processus s’est brutalement inversé. Au cours de cet été 2015 aucune tentative de passage par le nord-ouest n’a pu être envisagée car la mer est restée en permanence prise par les glaces dans le grand-nord canadien. Comme l’indique la figure ci-dessous, publiée par la NOAA, l’anomalie des températures au sol observées entre le premier janvier et le 23 août 2015 rend compte du refroidissement qui se profile sérieusement.

Capture d’écran 2015-09-18 à 20.20.25

Mais on continue à parler de réchauffement pour la bonne cause, celle de l’enrichissement des plus riches au détriment des plus pauvres. Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire ce sont en effet les puissances financières qui seront les premières bénéficiaires (et le sont déjà) des investissements massifs (financés par les impôts) décidés par les politiciens pour juguler le réchauffement climatique à grands coups de moulins à vent, de panneaux solaires et de trafic à grande échelle de quotas de carbone dans la plus pure opacité. Ces puissances financières anonymes contrôlent également les grandes firmes automobiles ainsi que les compagnies pétrolières de par leur participation dans le capital de ces sociétés. C’est pour ces raisons qu’on évite de trop mentionner que l’essentiel de la pollution atmosphérique (plus de 35%) provient des véhicules automobiles et non pas des usines de production d’électricité car il y a un mélange évident d’intérêts tant pour les gouvernements au travers de taxes nombreuses et variées sur les automobiles et les carburants que pour les détenteurs anonymes des capitaux de ce secteur industriel pour la plupart domiciliés aux Bahamas et dans les Iles Vierges.

Avec la collaboration des politiciens qui n’ont naturellement rien à perdre mais tout à gagner le paquet est déjà ficelé : c’est le peuple qui va payer très cher, et pourtant ça va se refroidir et ce sera bien pire … Il a fallu 350 ans à l’Eglise de Rome pour réhabiliter Galilée, combien faudra-t-il de temps pour que l’ONU et les écologistes reconnaissent leurs mensonges ? Peut-être quelques années seulement si le refroidissement du climat annoncé par quelques scientifiques encore honnêtes s’installe rapidement et durablement … au moins jusqu’en 2060.

Aux dernières nouvelles il paraît que l’hiver est déjà arrivé en Europe depuis plus d’un mois (première illustration)  et que le mois de septembre a été le plus froid en Suisse et en Autriche depuis 50 ans, évidemment puisqu’on vous le dit : c’est parce que ça se réchauffe !!!

Prochain billet sur le climat : conclusion de cette série.

Source : http://www.dmi.dk/en/groenland/maalinger/greenland-ice-sheet-surface-mass-budget/

Et toujours sur ce blog :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/07/29/science-et-religion-nont-jamais-fait-bon-menage-retour-sur-la-theorie-de-leffet-de-serre-et-le-rechauffement-climatique-episode-1/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/02/rechauffement-climatique-global-episode-2-riz-et-methane/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/10/climat-episode-3-une-canette-de-biere-un-modele-de-latmosphere-terrestre/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/17/perturbation-climatique-globale-episode-4-la-science-revue-et-corrigee-pour-la-bonne-cause/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/26/perturbation-climatique-globale-episode-5-lorigine-philosophique-de-la-supercherie-et-ses-retombees-politiques-planetaires/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/05/rechauffement-climatique-episode-6-fraude-scientifique-par-omission-leffet-du-soleil/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/13/changement-climatique-episode-7-quand-la-nasa-confirme-le-refroidissement-climatique-a-son-insu/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/19/changement-climatique-episode-8-quest-devenue-lintegrite-des-scientifiques-climatologues/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/21/changement-climatique-episode-9-les-fraudes-repetees-de-la-nasa-et-de-la-noaa/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/26/crise-climatique-episode-10-et-si-le-mouvement-ecolo-malthusien-avait-tout-faux/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/10/02/changement-climatique-episode-11-quand-les-banquiers-centraux-sinteressent-au-climat/

L’AFP pris encore une fois en flagrant délit de désinformation

ALERTE – L’intensité de l’ouragan Joaquin augmente d’un cran et passe en catégorie 4

(©AFP / 03 octobre 2015 19h32)

Voici la carte météo avec les prévisions en provenance du site http://tropic.ssec.wisc.edu/# .

Capture d’écran 2015-10-03 à 19.07.05

De toute évidence il y a un problème et même un gros problème : l’AFP désinforme systématiquement quand il s’agit de phénomènes météorologiques. Comme on peut le constater l’oeil de l’ouragan Joaquin passera dans 48 heures à plus de 1000 km à l’est des côtes de Caroline du Sud … Merci à l’AFP pour ses informations hautement fiables car il y a une deuxième erreur : il y a deux jours cet ouragan était déjà classé catégorie 4 quand il était sur les Bermudes. Il a été rétrogradé à 3 et s’est renforcé depuis pour se maintenir en catégorie 4 pendant les 36 heures à venir. Les prévisions de ce site sont d’une précision diabolique mais pas du tout les dépêches de l’AFP …

Les plans secrets de Washington

 

Ceci est une traduction aussi fidèle que possible d’un billet du blog de Paul Craig Roberts « Washington’s Secret Agendas » http://www.paulcraigroberts.org/ paru ce 28 septembre 2014 sur son blog.

Capture d’écran 2014-09-29 à 21.16.38

On pourrait être en droit de penser que le peuple américain a fini par comprendre que les fausses alarmes que Washington répand n’ont d’autre but que de dissimuler ses intentions cachées. Pas vraiment ! L’opinion publique (américaine) n’a pas compris que prétendre que les Talibans en Afghanistan étaient des terroristes affiliés à Al Qaeda était un mensonge. Les Américains ont financé une guerre de 13 ans qui a enrichi la firme de Dick Cheney, Halliburton, et d’autres firmes privées pour finir par devenir un autre échec de Washington.

L’opinion publique n’a pas compris le mensonge consistant à prétendre que Saddam Hussein en Irak disposait d’ « armes de destruction massive » qui pouvaient constituer une menace pour la nation Américaine et que si les Américains n’envahissaient pas l’Irak ils risquaient un nuage toxique au dessus de n’importe quelle ville des USA. Avec la montée en puissance de l’Etat Islamique (IS, ISIS ou EI) cette guerre (d’Irak) est loin d’être terminée. Des milliards de dollars supplémentaires rempliront les coffres du complexe militaro-industriel américain en combattant des gens qui veulent retracer les fausses frontières du Moyen-Orient créées par les Anglais et les Français à la fin de la première guerre mondiale quand la France et l’Angleterre se sont saisi des territoires de l’ancien Empire Ottoman. L’opinion publique n’a pas compris les mensonges répandus au sujet de Kaddafi en Libye, un pays prospère et stable qui est devenu depuis un immense chaos. L’opinion publique américaine n’a pas compris le mensonge au sujet du programme nucléaire iranien supposé orienté vers des usages militaires. Sanctionné et sous embargo par les Occidentaux l’Iran s’est naturellement tourné vers l’Est privant ainsi un des principaux producteurs de pétrole de la région de la sphère d’influence occidentale. L’opinion n’a pas non plus compris que l’allégation prétendant que Assad utilisait des armes chimiques contre son propre peuple était un mensonge. Les djihadistes que Washington a financé et envoyé en Syrie pour tenter de déchoir Assad se sont révélés par la suite, selon la propagande de Washington, une menace pour l’Amérique.

La plus grande menace pour le monde est la volonté d’hégémonie de Washington. L’idéologie d’une poignée de néo-conservateurs est le ferment de cette idéologie d’hégémonie. On se trouve en face d’une situation dans laquelle une poignée de ces néo-conservateurs psychopathes américains prétendent déterminer la destinée d’un grand nombre de pays. Beaucoup de gens croient encore aux mensonges de Washington mais de plus en plus d’individus considèrent que les USA constituent la plus grande menace pour la paix et tout simplement la vie sur Terre. Considérer que les USA sont « exceptionnels et indispensables » est utilisé pour justifier le droit de Washington à dicter ses volontés à d’autres pays.

Les victimes des bombardements américains sont invariablement des victimes civiles et les morts ne feront qu’intensifier les recrutements de l’Etat Islamique. Il y a déjà des appels pour que des troupes terrestres reviennent en Irak, sinon la civilisation occidentale sera menacée et on finira par avoir la tête coupée. La nouvelle propagande créée de toute pièce à propos de la « menace russe » nécessite plus de dépenses de la part de l’OTAN, plus de bases militaires proches des frontières avec la Russie. Une « force d’intervention rapide » est en cours de création pour répondre à une menace inexistante d’une invasion par la Russie des Etats Baltes, de la Pologne et du reste de l’Europe. En général il faut au public américain trois à quatre ans pour réaliser qu’il a été floué par la propagande mensongère mais pendant cette période ce même public a été abreuvé de nouveaux mensonges et il est sous le choc des nouvelles menaces. L’opinion publique américaine semble incapable de comprendre que comme le premier mensonge, le second, le troisième, le quatrième ou le cinquième étaient bien des mensonges, les suivants seront aussi des mensonges. De plus aucunes des interventions militaires américaines n’ont résulté en une amélioration de la situation des pays attaqués comme Vladimir Poutine l’a fait très justement remarquer. Et le public (américain) et ses représentants au Congrès approuvent chaque nouvelle aventure militaire en dépit des déceptions et des échecs répétés.

Peut-être que si on enseignait aux Américains la vraie histoire au lieu de les abreuver de contes de fées ils deviendraient moins crédules et moins naïfs devant la propagande de Washington. J’ai conseillé la lecture du livre d’Oliver Stone et Peter Kuznick « The Untold History of the US », je recommande maintenant le livre de Stephen Kinzer « The Brothers », la longue histoire des deux frères Dulles John Foster et Allen respectivement au Département d’Etat et à la CIA et leur diabolisation des gouvernements étrangers réformistes qu’ils ont réussi à renverser. Cette histoire des complots répétés des frères Dulles pour renverser successivement 6 gouvernements est révélatrice de la manière d’agir de Washington aujourd’hui.

Senator_John_Foster_Dulles_(R-NY)

En 1953 les frères Dulles ont renversé le leader iranien démocratiquement élu Mossadegh et ont imposé le Shah, empoisonnant ainsi les relations entre les USA et l’Iran jusqu’à aujourd’hui. Les Américains pourraient très bien entrer en guerre contre l’Iran à cause des agissements des frères Dulles. Les Dulles ont renversé le président très populaire guatémaltèque Arbenz parce que sa réforme agraire menaçait leur cabinet juridique Sullivan & Cromwell, l’un de ses principaux clients étant la compagnie United Fruit ! Les deux frères Dulles ont lancé une extraordinaire campagne de désinformation dépeignant Arbenz comme un dangereux communiste étant une menace pour la civilisation occidentale. Ils ont mis en place des dictateurs comme Somoza au Nicaragua et Batista à Cuba pour contrecarrer les projets d’Arbenz. La CIA organisa des bombardements et une force d’invasion. Mais rien ne pouvait être concrètement décidé tant que l’opinion publique nicaraguayenne maintenait son soutien sans faille à Arbenz. Les frères Dulles trouvèrent la solution en contraignant le Cardinal (Francis) Spellman (archevêque de New-York) de convaincre le Cardinal du Nicaragua Rossell y Arellano de faire lire le 9 avril 1954 une « lettre pastorale » dans toutes les églises du pays. Un chef-d’oeuvre de propagande, cette lettre décrivait le Président Arbenz comme un dangereux communiste ennemi de tous les citoyens du Guatemala. Des émissions radiodiffusées truquées décrivirent des victoires imaginaires de combattants de la liberté et des défections de l’armée régulière. Le Président Arbenz demanda au Nations-Unies d’envoyer des observateurs mais Washington fit en sorte qu’aucun observateur ne puisse arriver au Guatemala. L’ensemble de la presse américaine reprit les informations, à l’exception de James Reston. Washington menaça et acheta les hauts gradés de l’armée du Guatemala qui poussèrent Arbenz à la démission. Le « libérateur » choisi par la CIA, le Colonel Castillo Armas, fut installé à la place d’Arbenz. Inutile de dire que c’est à peu de choses près ce qui s’est passé depuis le début de cette année en Ukraine. Le Président Eisenhower remercia la CIA d’avoir évité l’installation d’une tête de pont communiste en Amérique latine et John Foster Dulles fit une déclaration télévisée montrant que les récents évènements du Guatemala révélaient bien « les plans démoniaques du Kremlin » (sic) en dépit du fait que la seule influence étrangère au Guatemala était les deux frères Dulles et seulement eux. Ce qui était réellement arrivé était qu’un gouvernement démocratiquement élu et réformiste avait été renversé parce qu’il dédommagerait United Fruit pour la nationalisation de ses terres en jachère au Guatemala à une valeur enregistrée par cette compagnie pour obtenir des remboursements de taxes (du gouvernement américain) ! L’un des tous premiers cabinets d’avocats, Sullivan & Cromwell, ou plutôt (on devrait dire) l’un des acteurs de la politique étrangère américaine, ne pouvait pas accepter qu’un gouvernement démocratiquement élu nuise aux intérêts de son client d’autant plus que cette firme (United Fruit) était contrôlée par la famille Dulles. Les deux frères ont tout simplement mis en œuvre la CIA, le Département d’Etat et les médias américains pour protéger leurs intérêts privés. L’extraordinaire crédulité du peuple américain, les médias corrompus et le Congrès endoctriné et impuissant ont contribué au succès des frères Dulles pour renverser une démocratie. Il faut remarquer ici que ces événement eurent lieu il y a 60 ans, bien avant les administrations corrompues de Clinton, Bush et Obama comme sans doute les précédentes administrations.

La victime suivante des frères Dulles fut Ho Chi Minh. Ho, un leader nationaliste, demanda aux Américains de l’aide pour libérer le Vietnam de l’oppressante administration colonialiste française. Mais John Foster Dulles, un anti-communiste viscéral, considéra que Ho était au contraire une menace communiste qui voulait appliquer la théorie des dominos sur des innocents occidentaux (en l’occurrence les Français) et Foster Dulles déclara que le nationalisme et l’anti-colonialisme étaient les bases de la subversion communiste. Paul Kattenburg, alors en charge au Département d’Etat des affaires vietnamiennes, suggéra que plutôt que d’entrer en guerre contre les communistes vietnamiens, une aide de 500 millions de dollars pour aider à la reconstruction du pays après la guerre avec la France et les exactions françaises libérerait Ho Chi Minh des supports russes et chinois et par voie de conséquence de leurs influences. Ho réitéra ses demandes d’aide mais l’inflexibilité des frères Dulles clamant une menace communiste prévalut ce qui entraina l’Amérique dans un long et coûteux fiasco appelé depuis lors « la Guerre du Vietnam ». Kattenberg déclara plus tard qu’il était suicidaire pour les USA « de se crever les yeux, de se couper les oreilles, de castrer sa capacité analytique et de refuser la réalité à cause de préjugés aveugles » (sic). Malheureusement pour les Américains et pour le monde entier cette capacité de Washington à « castrer » ses capacités analytiques est une pratique courante.

Les cibles suivantes des frères Dulles furent le Président Sukarno d’Indonésie, le Premier Ministre Patrice Lumumba du Congo et Fidel Castro. Le complot contre Castro fut un tel désastre (la Baie des Cochons) qu’Allen Dulles (patron de la CIA) fut remercié. Kennedy perdit toute confiance en la CIA et promit à son frère Bob que s’il était réélu il atomiserait la CIA en des milliers de morceaux. Quand Kennedy limogea Dulles, la CIA comprit la menace et frappa la première.

Remarque personnelle : serait-ce la CIA qui commandita l’assassinat de Kennedy ? Dans le billet de Paul Craig Roberts il est écrit : When President Kennedy removed Allen Dulles, the CIA understood the threat and struck first. Lire plus loin, il semblerait que Roberts en est convaincu.

Warren Nutter, directeur de thèse de Paul Craig Roberts puis Secrétaire Adjoint à la Défense et à la Sécurité Internationale, enseignait à ses étudiants que pour maintenir sa crédibilité auprès du public, ce que toute démocratie exige, le gouvernement américain devait répéter sans cesse que son action était conforme aux principes fondateurs du pays et devait être ouvertement exposée au peuple. Les desseins cachés des frères Dulles puis des administrations Clinton, Bush et Obama doivent s’appuyer sur le secret et la manipulation et par conséquent minent la crédulité du peuple. Si beaucoup d’Américains sont trop endoctrinés pour comprendre ça, ce n’est pas le cas pour beaucoup d’étrangers (d’autres pays).

Les desseins cachés de la Maison-Blanche ont coûté une fortune en vies humaines et en argent à beaucoup de pays. Essentiellement ce sont les frères Dulles qui créèrent la Guerre Froide avec leur hystérie anti-communiste. Les programmes secrets ont engagé les USA dans des guerres longues, coûteuses et inutiles au Vietnam et au Moyen-Orient. Les desseins secrets de la CIA et de l’armée américaine furent bloqués par John Kennedy qui paya de sa vie cette décision alors qu’il aurait pu mettre fin à la Guerre Froide 20 ans avant que Ronald en saisisse l’opportunité.

Ces desseins secrets ont fait autorité pendant tellement longtemps que le peuple américain est lui-même corrompu et comme on dit « un poisson commence à pourrir par la tête ». La pourriture de Washington envahit maintenant toute l’Amérique.

Note : Washington’s Secret Agendas supporte plusieurs traductions en français ordres du jour, desseins, projets, et bien d’autres … Les ajouts entre parenthèses permettent un meilleure compréhension du texte. Pour l’anecdote l’aéroport international de Washington s’appelle Dulles Airport comme pour honorer les sombres agissements de ce sombre personnage. Illustration John Foster Dulles, Wikipedia. Autre lien : Times BooksISBN 0-805-09497-0