Nouvelles du Japon : une histoire de bananes

Capture d’écran 2018-02-26 à 16.30.51.png

Après les avocats sans noyaux voilà maintenant les bananes avec une peau comestible : la banane Mongee, mot japonais qui se traduit par « Incroyable ». D’abord pour pouvoir manger leur peau ces bananes sont produites sans pesticides dans une ferme située dans le sud de l’île japonaise principale de Honshu. L’un des collaborateurs de cette ferme (D&T Farm) s’est amusé à soumettre les bananes à divers traitements physiques pour rendre la peau comestible et il a trouvé après de nombreuses tentatives qu’en refroidissant le fruit lentement jusqu’à la température de moins 60 °C, à peu près celle de la neige carbonique, puis en laissant décongeler lentement la peau s’amincit et elle peut être ingérée sans encombre.

Capture d’écran 2018-02-25 à 11.31.49.png

Il faut tout de même attendre que cette peau se recouvre de petites taches brunes ce qui signifie alors qu’elle est « à point ». Il paraît selon des dégustateurs que le fruit a acquis un goût d’ananas. Mais pour s’offrir un tel délice il faudra tout de même débourser entre 5 et 10 euros par banane …

Source et illustrations : D&T Farm ( https://www.dt-farm.com/media )

Explication du culte apocalyptique du réchauffement global

Capture d’écran 2018-02-15 à 12.58.06.png

Traduction la plus fidèle possible d’un article paru sur le site healthwyze.com sous la plume de « The Angry White Man ».

« Les cultes apocalyptiques existent depuis la nuit des temps, et la panique du réchauffement global fait figure de culte apocalyptique le plus répandu aujourd’hui. Nos anciens ont porté des bures et des silex en signe de repentance, ont enduit leur face avec de la cendre purificatrice ou ont pris une retraite purgatoire dans le désert pour échapper à la furie d’un cataclysme qui n’est jamais arrivé. Les grands médias aiment montrer les prêcheurs religieux qui sillonnent les routes et les villes avec des douzaines d’admirateurs en particulier en Californie ou encore David Koresh au Texas dans son église emplie de fidèles. Pourtant le plus grand culte apocalyptique, tellement répandu qu’il n’apparaît même plus comme un culte mais une normalité contemporaine, c’est cette folie du monde qui va brûler si nous tous ne nous repentons pas et ne changeons pas notre style de vie, le culte du réchauffement global.

Ce culte s’est amplifié et est devenu vraiment convaincant pour plusieurs raisons. La première tient au fait que nous sommes sans cesse encouragés par les médias pour nous émanciper des religions établies, pour devenir agnostiques ou athéistes. Nous devons devenir spirituels avec une autre approche. La majorité des Américains ont fait ce chemin sous l’influence de la culture populaire ou de l’éducation qu’ils ont reçu. Par voie de conséquence beaucoup d’entre nous recherchons un autre « appel » inconsciemment car ce désir est inscrit dans nos gènes, un appel amplifié d’autant plus que nous ne fréquentons plus les lieux de culte. Ce vide existentiel est vite comblé par n’importe quoi, depuis le yoga, les salles de fitness, les régimes alimentaires « tendance », les compétitions d’athlétisme (les jeux olympiques aussi), le show-biz ou plus inquiétant encore plus de gouvernement … À la place de Saint Ignace il y a maintenant Brad et Angelina. À la place de Jésus il y a Obama. Ce désir d’appartenir à quelque chose de plus grand que nous et que nous pouvons facilement identifier avec notre entourage sans avoir un seul instant fait l’effort d’en connaître la signification, est un comportement en contradiction avec la nature humaine fondamentale. C’est pourquoi de nombreux sondages d’opinion révèlent que nous ne sommes pas réellement religieux mais que nous ressentons un vide qui ne demande qu’à être comblé.

Au centre de ces instincts humains archétypiques qui ont ouvert la porte à l’incroyable et toujours plus raffinée religion est la croyance primitive, dérivée de l’autorité parentale, qu’il existe un être supérieur à qui nous devrons rendre compte de nos actes. Le christianisme, qui selon moi est la forme la plus élaborée des religions, a trouvé une solution à cette peur viscérale avec le concept d’apocalypse en offrant un salut de l’âme par la foi. Et cette foi assure durant la vie terrestre l’ordre, la rationalité et la sérénité. C’est la grâce contre l’acceptation du pardon et une humble reconnaissance du statut éternel de nos âmes.

Tout le monde ne voit pas ainsi les choses. Beaucoup de chrétiens révèrent les révélations de l’apôtre Jean (Les Révélations ou l’Apocalypse) par dessus tout et pour eux n’importe quelle voiture qui passe dans la rue en klaxonnant ce sont les trompettes du jugement dernier. Ils sont dressés sur la pointe des pieds prêts à endurer la fin du monde et à appeler Jesus pour les secourir alors que leurs ennemis ne feront que respirer du soufre et brûler.

Je ne suis pas vraiment ce type de chrétien. Pourtant bien des personnes s’inspirent de ce genre de discours : la croyance conventionnelle chrétienne a été remplacée par la peur apocalyptique du réchauffement climatique. La vieille peur de l’enfer et de la damnation a été remplacée aujourd’hui par un Jesus du bien-être qui ne veut qu’une chose, que nous soyons des entrepreneurs prospères comme ceux qui vendent des stades de football. Et c’est ainsi qu’ils n’ont plus d’autre choix pour expurger leur peur du jugement dernier que de vénérer Al Gore et la chaine météo (Weather Channel). À la place des prédicateurs qui nous enseignaient la peur du jugement dernier il y a maintenant les médias omniprésents qui nous abreuvent d’images de typhons dévastateurs, de tornades, de tremblements de terre, tout ça parce que nous roulons avec des 4×4 gros consommateurs de carburant. Pour ces médias, quelque part nous avons énervé la « Mère Nature » … et elle se vengera.

Si on s’en tient aux faits, il n’y a aucun doute, le réchauffement climatique ne se produit pas, il n’y a pas de réchauffement planétaire important d’origine humaine, il n’y en a pas eu dans le passé pour la même raison et il ne faut pas s’y attendre dans le futur. Ce ne sont que des foutaises. Alors pour quelle raison 97 % des rapports scientifiques soutiennent le réchauffement du climat d’origine humaine ? Parce que ces rapports sont commandés et payés par les gouvernements et c’est là que se trouve l’argent !« 

John Coleman, fondateur de The Weather Channel (https://weather.com) disait :

« Ce que je propose est que chaque fois qu’une personne paniquée par le culte du changement climatique vous avertira que, si vous ne réutilisez pas votre sac pour faire vos courses, le monde va fondre comme un glaçon dans une poêle à frire brûlante, prenez cette personne calmement par la main et dites lui tout aussi calmement : « c’est un monde sans fin, amen ». L’ordre sera rétabli et nous pourrons vivre dans la paix et la joie.« 

Source et illustration : The Health Wyze Report ( healthwyze.org )

Et maintenant des avions électriques !

Capture d’écran 2018-02-21 à 15.34.01.png

Il y avait les voitures électriques qui ne datent pas d’aujourd’hui, j’ai d’ailleurs écrit plusieurs billets à ce sujet. Il y a aussi les scooters électriques et le ministre de l’énergie à pédale douce en possède un. Un modèle correct de ce genre de gadget coûte au moins 4500 euros pour ceux qui seraient tentés. Enfin il y a les vélos électriques de plus en plus populaires dont le modèle de base muni d’une batterie permettant une autonomie de 20 kilomètres environ sur terrain plat revient à environ 1000 euros. Ce prix comprend pour moitié celui de la batteries Li-ion. Puisque la centrale électrique de Fessenheim va être fermée alors qu’elle aurait pu permettre la charge de 400000 véhicules automobiles bas de gamme par jour, c’est théorique je sais, mais quand il n’y a pas de vent il faut bien trouver une autre source d’énergie fiable et en France, le pays qui veut montrer l’exemple en matière d’énergie verte, il n’y a pas vraiment d’autre choix que l’énergie nucléaire pour faire face à la demande croissante en électricité de tous ces véhicules à empreinte carbone nulle à condition naturellement que l’on ne brûle ni charbon ni gaz pour les recharger.

La Suisse qui a décidé d’abandonner le nucléaire à la suite d’une votation il y a près d’une année se lance dans l’avion électrique. Le monde entier connait le Solar Impulse qui a fait l’objet d’un battage médiatique insensé mais il ne s’agit pas d’un avion se rapprochant du Soleil pour voler et qui, comme Icare, a subi des avaries notoires lors de son tour du monde peu reluisant. Il s’agit bel et bien d’un avion de tourisme électrique embarquant son énergie sous forme de batteries, un projet développé par la société suisse H55 (www.h55.ch/) avec la collaboration de Siemens et de l’école polytechnique fédérale de Lausanne. H55 située à Sion est le développeur du Solar Impulse et avec une profusion d’aides fédérales et cantonales (canton du Valais) dans la droite ligne de la bien-pensance écologique le petit avion de tourisme (illustration) va faire de nombreux adeptes y compris le laryngophonique Nicolas qui veut pourtant quoiqu’il en coûte fermer toutes les plus vieilles centrales nucléaires françaises. J’ai beau me gratter le cuir chevelu je ne comprend plus rien aux tergiversations des écologistes car ce ne sont pas des moulins à vent qui pourront recharger tous ces gadgets réservés aux riches en dehors des vélos.

Source et illustration : Le Nouvelliste

Les Américains sont des criminels !

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.11.01.png

La compagnie aérienne iranienne Aseman Airlines dont un avion (vol 3704) s’est écrasé dans la région montagneuse de Zagros à environ 500 kilomètres au sud de Téhéran avait été mise en 2012 sur la liste noire des compagnies interdites de vol en Europe en raison des mauvaises conditions de sécurité de ses aéronefs. L’avion qui s’est écrasé avec 66 personnes à bord était un ATR 72 bien connu ici dans l’archipel des Canaries pour assurer les liaisons inter-îles. La compagnie franco-italienne ATR est cotée à la bourse de New-York et a de ce fait souffert de l’embargo décrété unilatéralement par les USA avec le soutien forcé des Nations-Unis et de l’Union Européenne, laquais des USA en matière de politique étrangère, pour punir l’Iran afin que ce pays cesse son programme d’enrichissement d’uranium. En raison de cet embargo l’Iran a souffert ces dernières années de nombreux problèmes aéronautiques car l’entretien des avions ne pouvait plus être assuré dans cette situation de blocus économique inique.

En 2013 l’Iran a fait une réclamation auprès de l’organisation internationale de l’aviation civile, un organisme dépendant de l’ONU, car l’embargo datant de 1995 mettait en danger la sécurité des passagers de ses compagnies aériennes. L’accord conclu en 2015 aurait du permettre de lever les sanctions prioritairement pour les pièces de rechange des avions, nombre d’entre eux étant cloués au sol par manque d’entretien obligatoire pour avoir l’autorisation de voler. Mais les Américains qui veulent faire la loi et imposer la leur dans le monde entier se sont fait tirer l’oreille et les pièces de rechange arrivent au compte-goutte dans le pays. À la suite de l’accord sur le nucléaire conclu entre l’Iran et le « Groupe des six » Aseman Airlines a passé une commande auprès de Boeing portant sur l’achat de 30 appareils 737-max pour renouveler la flotte d’ATRs mal entretenus et vieillissants. La Maison-Blanche se fait encore tirer l’oreille d’autant plus que l’Iran est dans le collimateur des néo-conservateurs et que Boeing fait partie du complexe militaro-industriel américain qui est seul maître à la Maison-Blanche quoiqu’on en pense.

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.57.46.png

Ce sont donc des innocents qui sont victimes de la politique hégémonique des USA. Ce vieux contentieux entre les USA et l’Iran ne date pas d’hier ni d’avant-hier, il faut remonter à la destitution de Mossadegh organisée par la CIA pour mettre en place une marionnette au service des Etats-Unis en la personne du Shah. Depuis la chute de ce dictateur sanguinaire que la presse people encensait car il fallait dissimuler aux yeux du public occidental sa vraie nature puis la mise en place par Khomeny d’une république théocratique les Américains ont toujours cherché à déstabiliser l’Iran pour faire main-mise sur les nombreuses richesses de son sous-sol et pas seulement le pétrole.

Sources diverses, illustration : familles de victimes du crash le 18 février à Téhéran, un ATR d’Aseman Airlines.

Nouvelles du Japon : des opportunités d’investissement

Capture d’écran 2018-02-17 à 12.35.10.png

C’est l’institut international de management et de développement (IMD, Lausanne, Suisse et Singapour) qui l’affirme : il est opportun d’investir au Japon. Le Professeur Dominique Turpin fait l’analyse suivante parue dans le bulletin mensuel de l’IMD et dont voici une traduction par mes soins. Illustration Tokyo, Shinjuku et le Mont Fuji en arrière plan. Source IMD ( https://www.imd.org/publications/articles/time-to-invest-in-japan )

Plusieurs facteurs convergent pour créer un environnement économique au pays du Soleil Levant

La confiance en l’économie s’est récemment accrue parmi les compagnies japonaises ainsi que chez les consommateurs. Le plus récent ‘Tankan », en d’autres termes la dernière enquête auprès des entreprises réalisée par la Banque du Japon en décembre 2017, a révélé un niveau de confiance des corporations japonaises le plus élevé depuis août 1991. Selon l’enquête annuelle, réalisée pour les services du Premier Ministre au cours de l’années 2017, 73,8 % des Japonais étaient globalement satisfaits de leurs standard de vie quotidienne, le plus fort pourcentage depuis que cette enquête a été mise en place il y a plus de 50 ans. Merrill Lynch indique en outre que le produit intérieur brut réel du Japon a augmenté de 1,8 % en 2017 et qu’il est prévu d’augmenter de 1,7 % en 2018. C’est une hausse modeste si on la compare à celle d’autres pays de la région, cependant ce sera avec 2018 inclus la plus longue période d’amélioration économique depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Cinq raisons clé pour l’optimisme et la confiance.

1. Durant les 18 derniers mois le Japon a vécu sa plus longue période de croissance depuis 1945. Même si on ne peut pas prédire l’avenir en examinant le passé la bonne humeur générale favorise une spirale d’optimisme mesuré auprès des entrepreneurs confirmée par les récentes enquêtes mentionnées ci-dessus.

2. Les compagnies japonaises disposent toutes d’importantes réserves de trésorerie et ont été encouragées par le gouvernement à relever les salaires et à investir afin d’assurer l’augmentation de leurs capacités de production et d’améliorer leur productivité. Etant donné la faiblesse criante de main-d’oeuvre domestique une augmentation des salaires est prévisible durant le printemps prochain, ce qui encouragera les consommateurs japonais à augmenter leurs dépenses et ce qui permettra d’atteindre une inflation de 2 % par an, l’objectif du gouvernement. L’administration Abe a annoncé que si les grandes corporations augmentent les salaires de 3 % et investissent jusqu’à 90 % de leurs coûts de dépréciation ils pourront bénéficier d’une déduction de 20 % des taxes générées par l’augmentation des salaires.

3. L’année dernière l’environnement économique global a été très favorable aux compagnies japonaises. Les autres économies asiatiques sont attendues pour faire aussi bien en 2018 et l’environnement économique chinois s’améliore. la probabilité d’une récession chinoise majeure s’évanouit dans la mesure où les analystes économiques japonais prévoient un ralentissement progressif de leur puissant voisin plutôt qu’un atterrissage brutal..

4. Le Premier Ministre Abe ne sera pas confronté à de nouvelles élections générales avant 2021 et il est pressenti pour être le Premier Ministre le plus longtemps en exercice depuis l’année 1945 favorisant ainsi une stabilité politique favorable pour le pays. Confronté à une opposition affaiblie, Abe dispose de toute la liberté pour continuer ses réformes politiques et économiques. Depuis qu’il a accédé au pouvoir en décembre 2012, le yen s’est replié de 20 % par rapport aux autres principales devises. Dans le même temps l’indice Nikkei a doublé, deux facteurs qui ont grandement amélioré la compétitivité des entreprises japonaises.

5. Finalement, le secteur de la construction, en particulier dans l’hôtellerie et les infrastructures va continuer en 2018 en prévision des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Les grands défis futurs pour le Japon en trois points.

1. La grande majorité des problèmes internes au Japon réside dans le vieillissement de la population, un taux de natalité faible et des ressources humaines qui s’effondrent. Ces trois paramètres constituent un casse-tête pour la compétitivité du Japon sur le long terme. Dans le même temps certains économistes avec des chefs d’entreprise considèrent qu’il s’agit de vastes opportunités tant pour les entreprises nippones qu’étrangères dans les domaines de la santé et de la robotique, pour ne donner que deux exemples.

2. La définition d’un nouveau modèle industriel et le développement d’une approche globale autant par l’exécutif que les grands groupes industriels seront déterminants pour que l’économie japonaise devienne effectivement compétitive à l’échelle globale. Avec une croissance limitée du marché domestique les firmes japonaises n’ont pas d’autre choix que d’accroitre leur compétitivité sur les marchés étrangers. Jusqu’à récemment les entreprises nippones étaient globalement très compétitives dans des secteurs manufacturiers clé comme l’automobile, l’électronique ou encore les machines-outil. Cependant ces secteurs industriels sont en cours d’évolution, par de nouveaux acteurs comme par exemple Tesla, ou diminuent en croissance comme l’électronique grand-public. Et si l’on s’intéresse à des secteurs comme l’hôtellerie, l’assurance ou les logiciels peu d’entreprises industrielles japonaises sont réellement globalisées.

3. Dans le domaine de la politique étrangère la menace nord-coréenne reste une préoccupation majeure. Kim Jong-Un a récemment déclaré qu’il était prêt à « faire plonger le Japon au fond de la mer », ce qui reste un sujet de préoccupation majeure pour le public japonais. Dans le même temps cette menace nord-coréenne encourage l’agenda de Abe consistant à revisiter la constitution japonaise et à renforcer le secteur militaire du pays.

Un temps pour investir

Etant donné cet environnement japonais, le temps est venu pour les étrangers d’investir au Japon. À court terme le marché boursier devrait continuer à performer. le Nikkei vient d’atteindre son plus-haut depuis 26 ans et les analystes prévoient encore une progression. À l’ouverture après le Nouvel an le Nikkei affichait 23952 points (21720 le vendredi 16 février 2018). Après une longue période d’hésitations de nombreuses corporations approchent des réformes structurelles. Par exemple Sony entreprend une restructuration majeure en s’orientant résolument vers la détection et l’analyse d’images et les plateformes de jeux. Les prévisions de profit opérationnel de la société atteignent une augmentation de 25 % sur un an ce qui sera supérieur au record de 1998.

Sur les moyen et long termes, le Japon offre de formidables opportunités pour les entreprises étrangères. Le vieillissement de la population peut ouvrir des marchés considérables pour les sociétés spécialisées dans la santé et l’assistance à la personne et c’est le cas aussi pour la robotique. Le domaine offrant les plus belles opportunités est incontestablement le développement de logiciels. Si on prend le cas de l’industrie automobile le modèle de fabrication « à l’ancienne » d’une voiture repose sur l’acier et l’ingénierie et fit la fortune de compagnies comme Toyota. Cependant avec l’avènement de la voiture autonome le véhicule automobile deviendra de plus en plus dépendant d’une multitude de logiciels et cette industrie n’est pas la spécialité du Japon. Malgré une tentative de répliquer les modèles de Google, Amazon et Apple, peu d’entreprises japonaises ont réussi à prendre des parts de marché au niveau local comme au niveau international à ces trois géants américains.

Pour conclure l’évolution digitale redistribue les cartes parmi les acteurs internationaux et peut donner un nouvel élan à la troisième économie mondiale. Dans le même temps les firmes nippones se réinventent pour combler les fossés de compétitivité dont elles souffrent. Et tous ces éléments se conjuguent pour offrir les plus importantes opportunités d’investissement étranger en Japon depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

 

Kim Dotcom a frappé fort

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.27.47.png

De son gros poing aux doigts boudinés le sieur Kim Dotcom, qui pèse 162 kilos, a frappé très fort en démontrant preuves d’informaticien chevronné à l’appui que les Russes n’avaient pas pu interférer dans la compagne électorale américaine et qu’ils ne pouvaient pas être les auteurs du « hacking » du comité soutenant Hillary Clinton, le DNC.

En effet, et ni la CIA, ni la NSA, ni le FBI et encore moins le département de la justice américaine n’ont l’air de compter parmi leurs personnels un informaticien capable de fournir une preuve qu’il y a bien eu une interférence russe dans ce processus électoral télécommandée par l’équipe de Donald Trump. Il se trouve qu’il n’y a pas eu d’infiltration russe mais une fuite de la part d’un des membres du DNC, fuite immédiatement imputée par le clan Clinton aux services d’espionnage russes.

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.33.09.png

Dotcom s’appuie sur une information élémentaire pour un informaticien qui a été rendue publique après inspection des ordinateurs du DNC et qui a été soigneusement passée sous silence. La copie des fichiers de l’ordinateur a été effectuée à la vitesse de 22,6 MB/seconde (méga-bytes/seconde) et cette vitesse de transfert ne peut être atteinte qu’avec une mémoire flash, clé USB ou disque dur flash.

Comme l’indique le tableau ci-dessus la vitesse de transfert entre deux ordinateurs proches l’un de l’autre n’est plus que de 14,2 MB/s et vers un serveur proxy elle tombe à 6,3 MB/s et enfin de la cote est des USA vers la cote ouest cette vitesse est alors de 2,0 MB/s. Autant dire que pour aller jusqu’en Russie … Le hacker du DNC ne pouvait donc pas se trouver en Russie ni ailleurs. C’était un membre du DNC ! Cette information d’une limpidité arithmétique qu’un enfant de 5 ans comprendrait rend caduques toutes les accusations formulées par les Démocrates au sujet de la Russie ainsi que celles portées à l’encontre de Julian Assange qui a publié les centaines de milliers de messages d’Hillary Clinton depuis un serveur non sécurisée alors qu’elle était à la tête du Département d’Etat. Le suspect a été identifié par Kim Dotcom comme étant Seth Rich mais le Département de la Justice, en la personne de Mueller, fait toujours la sourde oreille car s’il se rend officiellement à l’évidence la Miss Clinton ira probablement en prison ainsi que son époux et bien d’autres personnalités démocrates …

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.45.52.png

Source et illustrations : ZeroHedge 19 février 2018