La France est dirigée par des gérontocrates

À l’issue des élections présidentielles j’ai décidé de ne plus jamais voter, d’ailleurs j’ai une bonne excuse car je ne suis pas inscrit sur les listes électorales du consulat de France à Tokyo. Je ne m’intéresse plus qu’à l’actualité internationale et elle est suffisamment chargée pour négliger les magouilles électoralistes en vue des élections législatives qui aboutiront à choisir des députés n’ayant plus aucun pouvoir puisque le Président aux manettes pour 5 ans gouvernera par ordonnances téléguidé en cela par la Maison-Blanche, la Commission européenne et le Forum économique mondial. Les Français n’ont d’autre choix que de se taire et d’avaler toutes les couleuvres que leur serviront les décideurs politiques.

Comme je l’ai constaté ce matin en regardant un entretien d’Emmanuel Todd et d’Olivier Berruyer sur le site Blast la France est dirigée par des oligarques faisant partie des « boomers » et influençant le pouvoir politique sans jamais apparaître ouvertement sur la scène médiatique. Macron a été réélu par ces mêmes « boomers » car il font confiance à un gérontophile qui est donc l’un des leurs. Les deux intervenants de cet entretien sur Blast n’ont pas tenu le propos que je viens d’écrire. Il ressort que l’inflation, maintenant de l’ordre de 8 % en France va laminer les petits salaires puis les « boomers » suivront en constatant l’effondrement du pouvoir d’achat de leur retraite et ils n’apprécieront pas. Les augmentations de salaire ne sont pas à l’ordre du jour du moins dans l’esprit des dirigeants d’entreprise confrontés à une crise économique qui ne dit pas encore son nom. Celle-ci va arriver et quel que soit le nouveau gouvernement celui-ci n’aura plus aucun moyen pour stimuler l’économie sinon avoir recours à la dette.

Pendant les deux dernières années, 2020-2021 la France à réussi à augmenter sa dette de 650 milliards d’euros pour un résultat stupéfiant d’une augmentation du PIB de la nation d’à peine 50 milliards et ce n’est pas avec un tel résultat que la situation va s’améliorer, et ceci d’autant plus que les investisseurs étrangers se tournent vers d’autres pays après avoir constaté ce désastre. Il suffira d’un élément extérieur comme l’entrée en guerre de l’OTAN contre la Russie pour que la situation déjà catastrophique de la France s’aggrave et que les grincements de dents des « sans-dents » remontent jusqu’aux ors de la République. Tout concoure pour l’émergence d’une crise grave et durable. Et les retraités, les « boomers » dont je fais partie, regretteront d’avoir choisi Macron comme patron à l’autorité non partagée pour diriger le pays.

J’avoue que je suis heureux de me trouver au Japon maintenant et probablement jusqu’à la fin de mes jours selon le bon-vouloir des autorités japonaises (ce n’est pas encore gagné) car mon désir d’obtention d’un visa de longue durée pour vivre auprès de mon fils n’est pas prévu par la loi. Je reste optimiste dans la mesure où ma santé se dégrade en raison des effets à long terme du coronavirus. Alors la France, l’Europe, Ursula, Klaus et les autres, c’est bien loin. Qu’ils aillent affronter la Russie c’est leur problème sachant que le Président russe a bien prévenu : l’Europe peut être entièrement vitrifiée en moins d’une heure …

Lien d’inspiration : https://www.youtube.com/watch?v=yulAKGSFquE&ab_channel=BLAST%2CLesouffledel%27info

Réchauffement climatique : c’est à ne plus rien y comprendre !

Une nouvelle étude de la NOAA a trouvé qu’un air plus propre favorisait la formation de cyclones sur l’Atlantique Nord. Si vous avez fermé les yeux, vous n’avez peut-être pas encore remarqué que « la science » changeait sur une question clé. Cette fois, c’est la question des ouragans et de leurs causes. Comme tout écologiste ou activiste climatique «réveillé» vous le dira, le changement/réchauffement climatique d’origine humaine est certainement la seule, sinon la principale cause motrice derrière l’explication des ouragans qui se produisent avec une fréquence accrue et dans des tailles plus importantes.

À l’exception d’un petit détail : la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) vient de découvrir, à partir d’une nouvelle étude, qu’un air plus pur produit en fait davantage d’ouragans dans l’Atlantique. Cette nouvelle étude « relie les changements de la pollution atmosphérique régionalisée à travers le monde à l’activité des tempêtes qui monte et descend » et a constaté qu’une diminution de 50 % des particules et gouttelettes de pollution en Europe et aux États-Unis est liée à une augmentation de 33 % de la formation des tempêtes dans l’Atlantique au cours des deux dernières décennies.

Vous avez compris ? Air plus pur, plus d’ouragans, dans l’Atlantique. Dans le Pacifique, c’est l’inverse qui se produit : plus de pollution et moins de typhons. Hiroyuki Murakami, spécialiste des ouragans de la NOAA, a étayé les résultats par des simulations informatiques. Murakami a découvert que les réflexions précédentes sur la pollution par les aérosols refroidissant l’air étaient exactes et montraient un lien direct avec la formation d’ouragans. Les ouragans ont besoin d’eau chaude, réchauffée par l’air, comme « combustible » (https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abn9493 ).

La pollution par les aérosols a culminé vers 1980 et a diminué depuis. Cela signifie que le refroidissement qui masquait une partie du réchauffement des gaz à effet de serre disparaît et que les températures de surface de la mer augmentent à nouveau. Il a également poussé le jet stream vers le nord, indique cette étude. Le climatologue et spécialiste des ouragans Jim Kossin a déclaré « C’est pourquoi l’Atlantique est devenu à peu près fou depuis le milieu des années 90 et pourquoi il était si calme dans les années 70 et 80 ». Les années 70 et 80 sont une pause, mais nous en payons tous le prix maintenant. Alors que le refroidissement par les aérosols est peut-être de moitié à un tiers plus petit que le réchauffement des gaz à effet de serre, il est environ deux fois plus efficace pour réduire l’intensité des cyclones tropicaux par rapport au réchauffement qui l’augmente, a déclaré Adam Sobel, climatologue à l’Université de Columbia. Alors que la pollution par les aérosols reste à de faibles niveaux dans l’Atlantique et que les émissions de gaz à effet de serre augmentent, l’impact du changement climatique sur les tempêtes augmentera à l’avenir et deviendra plus important, a déclaré Murakami.

Dans le Pacifique, la pollution par les aérosols des pays asiatiques a augmenté de 50 % entre 1980 et 2010 et commence à baisser maintenant. La formation de cyclones tropicaux de 2001 à 2020 est inférieure de 14 % à celle de 1980 à 2000, a déclaré Murakami. Kristie Ebi, qui étudie la santé, le climat et les conditions météorologiques extrêmes, a conclu : « La pollution de l’air est un tueur majeur, il est donc essentiel de réduire les émissions, peu importe ce qui se passe avec le nombre de cyclones ». On peut se demander si une prochaine étude montrera que les aérosols transportent les virus d’un continent à un autre …

La pandémie de 1890-1892 revisitée

Une revue bibliographique réalisée par Harald et Lutz Brüssow, de l’Université de Louvain ( https://doi.org/10.1111/1751-7915.13889 ) présente divers arguments en faveur d’une épidémie en 1890-1892 provoquée par un coronavirus plutôt que par un virus influenza. Des symptômes tels que la perte d’odorat, la très grande sensibilité des personnes âgées souffrant de comorbidités et les rares cas d’enfants affectés rappellent ce qui a été décrit ces deux dernières années lors de la pandémie par SARS-CoV-2. Selon les descriptions cliniques des vétérinaires de l’époque, il y a donc 130 ans, l’une des hypothèses avancée par ces auteurs serait une zoonose transmise par les bovins ou peut-être par les chevaux. Cependant l’existence des virus était encore inconnue à cette époque. Une étude récente a montré que la séquence de nucléotides de l’ARN du HCoV-OC43, un coronavirus affectant les humains et provoquant un rhume banal et parfois des infections pulmonaires chez les personnes âgées, était très proche du coronavirus présent chez les bovins, leBCoV, un coronavirus affectant de nombreux ruminants. Une équipe de biologistes de l’Université de Louvain dirigée par le Docteur Marc Van Ranst, a donc déterminé la séquence complète de l’HCoV-OC43 ( HTTPS://doi.org/10.1128/JVI.79.3.1595-1604.2005 ) et déterminé la divergence entre ce virus et celui des bovins et le résultat obtenu est étonnant. En mettant à profit la disponibilité de diverses souches du virus humain et leur date précise de prélèvement il a été possible d’établir la date de l’ancêtre commun le plus récent (TMRCA, time of the most recent common ancestor) en établissant une corrélation entre ces dates de prélèvement et la probabilité de l’incidence des mutations accumulées. Un régression linéaire indique que cette divergence peut être datée de 1890.

Or c’est précisément la date de l’apparition de la grippe dite de Russie attribuée à un Influenza. Une coïncidence n’étant pas une preuve il a fallu attendre le remarquable travail effectué au sein de l’IHU de Marseille en France sous la direction du Docteur Michel Drancourt qui peut être classé dans une nouvelle discipline appelée « paléosérologie » utilisant une technique développée par le Professeur Didier Raoult en 1989 dans le cadre de l’étude de la fièvre boutonneuse dont l’agent infectieux est un parasite intracellulaire, la Rickettsia coronii, transmise par les tiques des chiens. Cette technique dérive des Western blots, une technique immunologique dont la finalité est de déterminer la nature d’une protéine séparée des autres par électrophorèse à l’aide d’anticorps spécifiques https://doi.org/10.1111/1751-7915.14058

Le matériel d’étude était la pulpe dentaires de cadavres de soldats français tombés au front en août 1914. Il fallut d’abord déterminer l’âge de ces soldats découverts dans un charnier à Spincourt dans la Meuse puis extraire la pulpe dentaire et appliquer cette technique dite « mini-blot » mise au point par le Professeur Raoult 30 ans plus tôt. Sur les dents de 29 soldats examinées au cours de cette étude, cinq contenaient des anticorps anti-coronavirus et étaient nés avant 1890, un soldat possédait également des anticorps anti-influenza. La pulpe dentaire du soldat « 528 » contenait des anticorps réagissant avec trois souches de coronavirus dont le SARS-CoV-2 :

Ces travaux montrent que ces soldats furent en contact durant leur enfance avec un coronavirus, lequel ? Probablement l’HCoV-OC43. Des études de paléo-génomique sont difficiles à réaliser en raison de l’instabilité de l’ARN viral. Cette étude confirme donc clairement la nature de l’agent viral ayant causé la pandémie de 1890-1893 qui conduisit à la mort d’environ un million de personnes alors que l’Europe ne comptait alors que 175 millions d’habitants, une mortalité qui serait aujourd’hui de près de 3 millions. Cette pandémie comporta cinq « vagues » successives puis disparut pour ne resurgir qu’autour des années 2000 avec le SARS puis le MERS et enfin le SARS-CoV-2 et comme toute épidémie cette dernière disparaitra aussi.

À quoi joue la Chine ? À « nous emmerder » et elle va réussir …

Le 28 avril de cette glorieuse année 2022 j’avais laissé sur ce blog un billet commentant le véritable blocus organisé par le gouvernement central chinois sur la ville la plus occidentale du pays. Le port de Shanghai est le premier du monde en terme de tonnage et il est toujours totalement bloqué: https://jacqueshenry.wordpress.com/2022/04/28/je-suis-toujours-aussi-complotiste-que-se-passe-t-il-en-chine/ . J’expliquais dans ce billet que cette décision stupide revêtait d’autres desseins n’ayant rien à voir avec la supposée résurgence de l’épidémie de SARS-CoV-2. Le port de cette ville est bloqué, ce qui va provoquer dans quelques jours en Europe et en Amérique du Nord une grave pénurie de toutes sortes de biens. La Chine a donc bien pris conscience que le monde ne peut pas se passer de ses usines et qu’il suffit de fermer un port ou deux pour que les économies occidentales se retrouvent en crise.

Il se trouve que je viens à l’instant de voir une interview de l’irremplaçable André Berkoff avec Jean Robin, journaliste indépendant, qui corrobore mes allégations complotistes au sujet de ce blocage incroyable d’une ville de près de 30 millions d’habitants dont les effets ne sont pour l’instant pas encore évalués : https://www.youtube.com/watch?v=sSPXnuxpXMc . Un collègue français de mon fils habite à Shanghai et il a été confiné de force. Heureuse surprise pour lui (?) les autorités l’ont enfermé dans son appartement (payé par la société pour laquelle il travaille) avec une jeune femme, chinoise, qui devait aussi être enfermée au sens littéral du terme et les autorités ont imposé à ce français cette compagnie puisqu’au début de ce confinement, il y a 41 jours, ces deux personnes se trouvaient au même endroit dans un restaurant (je crois me souvenir des dires de mon fils) et qu’ils n’avaient jusqu’alors échangé que quelques mots, ne se connaissant pas. Quand une femme et un homme, en bonne santé, sont condamnés à rester dans le même appartement autoritairement que font-ils ? Rien, ils observent les papillons (allusion à Pierre Desproges). Je n’ai pas de nouvelles récentes par le canal de mon fils malgré le fait qu’ils disposent d’une connexion sécurisée pour des raisons professionnelles.

Toujours avec mon fils nous discutions de la suite des effets de ce blocus de Shanghai et de son port. Si le confinement de la ville est levé le 15 mai, dans deux jours, l’activité portuaire ne retrouvera sa normalité au mieux que vers le milieu du mois de juin et il faudra aux Européens et aux autres pays attendre la fin du mois de juillet pour retrouver leurs approvisionnements normaux ou presque. Le Japon est également impacté et je relate une anecdote domestique. L’un des « washlet » de la maison de mon fils souffre d’une petite panne : quand on entre dans ce lieu particulier le couvercle de la cuvette ne se relève pas automatiquement. C’est presque catastrophique et anti-hygiénique puisqu’il faut relever manuellement ce couvercle et le rabattre en fin d’opération. La société de maintenance a prévenu qu’il n’était pas possible d’intervenir pour l’instant puisque les pièces de rechange attendues étaient bloquées …à Shanghai. Il n’y a certainement pas que la société Toto qui souffre du confinement du port de Shanghai. Pour les curieux : https://www.toto.com/en/washlet/

Climat : La peur, toujours la peur …

De même que l’épidémie de coronavirus a été utilisée pour répandre la panique et la peur afin de maîtriser le peuple et lui faire avaler toutes les couleuvres imaginables, de même la psychose climatique est là depuis plus de 30 ans pour alimenter la même panique et instiller dans le mécanisme déjà complexe de la finance internationale encore plus de régulations appelées critères ESG. Ces critères interdisent aux investisseurs disposant de capitaux à la recherche de rentabilité d’investir dans toute entreprise qui, par exemple, dégage du CO2 car ce gaz est mauvais pour le climat … Et quoiqu’il arrive il faut entretenir cette peur auprès du public, des autorités gouvernementales et des entreprises. On en arrive ainsi à un tarissement des financements de la recherche pétrolière et le contre-coup de cet état de fait se concrétisera dans quelques années par un renchérissement considérable de l’énergie carbonée. Comme chacun sait les décisions politiques sont dictées par des idéologues au mépris de toute réalité économique, sociale et plus grave encore scientifique.

Le Time Magazine consacre ainsi un numéro spécial à paraître le 23 mai 2022 dont le sujet est une fonte des glaces polaires et une montée dramatique du niveau des océans atteignant jusqu’à 200 pieds, c’est-à-dire 45 mètres. Selon le Time il est grand temps de prendre les choses au sérieux. Pour les anglophones voici le lien : https://time.com/6174966/north-south-pole-melting-climate-change/ . Et pourtant plusieurs stations scientifiques de l’Antarctique ont enregistré ce dernier hiver austral des températures jamais aussi basses, jusqu’à moins 61 degrés C. Les banquises tant au nord qu’au sud se portent bien, merci. Le passage du nord-ouest n’est plus praticable depuis plusieurs années, quant à la route du nord, longeant les côtes de la Sibérie, elle nécessite des brise-glace en permanence pour qu’elle puisse être praticable, y compris en plein été. Pour les propagandistes du climat c’est difficile à admettre mais c’est un fait : l’étendue des banquises nord et sud se trouve dans la moyenne 1981-2010. En d’autres termes il n’y a pas de fonte notoire des banquises qui d’ailleurs n’affectent pas le niveau des océans. La banquise antarctique montre une stabilité surprenante compte tenu de la propagande réchauffiste incessante :

Alors qui croire ? Les observations satellitaires et sur le terrain ou les journalistes du Time ? Le 24 juin 1974 ce même Time titrait : « Another Ice Age » (https://web.archive.org/web/20060812025725/http://time-proxy.yaga.com/time/archive/printout/0,23657,944914,00.html ). En conséquence il ne faut pas croire aux oiseaux de malheur et surtout pas en ce qu’écrivent des journalistes qui ne savent pas de quoi ils parlent. Le climat est dépendant de deux paramètres : l’activité solaire et la mécanique céleste à laquelle est soumise la planète Terre. Et ces deux paramètres sont indépendants de la volonté humaine. Depuis le Dryas récent l’humanité a parcouru plus d’un dixième de la durée d’un épisode glaciaire et il ne faut pas faire les clowns cette évolution vers un refroidissement du climat est inexorable. Certes la folie humaine peut accélérer ce processus naturel comme par exemple un échange d’engins explosifs nucléaires entre la Russie et les forces otaniennes qui conduirait à un hiver nucléaire dont l’ensemble de l’humanité ne se remettrait pas. C’est sur ce seul point que l’humanité peut durablement modifier le climat, car pour le gaz carbonique il ne s’agit que de conjectures sans aucune évidence scientifique.

Les alarmistes du genre IPCC croient les yeux fermés en la modélisation du climat. Il faut avoir la foi, comme on disait autrefois, pour admettre que tous ces modèles peuvent prédire l’avenir mais il faut reconnaître que leur puissance de prédiction est limitée. Après la période d’accalmie qui suivit la grande vague de réchauffement des années 1930-1940 la modélisation a occupé les esprits et pratiquement aucun modèle n’a été satisfaisant pour décrire la réalité ( https://doi.org/10.1029/2022GL097716 ) comme on peut le constater avec l’illustration ci-dessous :

Pour dire vrai la science climatique actuelle est une fausse science manipulée par le pouvoir politique dont l’objectif est de continuer à terroriser les peuples en présentant des prédictions apocalyptiques, « nous allons tous griller comme des toasts », les ours blancs vont disparaître, les coraux vont mourir, des dizaines de milliers d’espèces animales et végétales vont également disparaître, des villes côtières seront submergées par les flots, la météorologie deviendra chaotique, oui certes des animaux volants vont disparaître avec les moulins à vent qui déciment les oiseaux migrateurs et les chauve-souris, mais quoi de plus ?

L’avocat allemand Reiner Fuellmich se bat pour notre bien !

Lorsqu’on tente de trouver des renseignements d’ordre professionnel relatifs à l’avocat allemand Reiner Fuellmich sur le site Google on est confronté à une multitude de critiques émanant de « fact-checkers » vendus à la cause mercantile des fabricants de « vaccins » anti-coronavirus. Reiner Fuellmich a eu l’audace d’organiser une sorte de tribunal Nuremberg 2.0 pour élucider la part de vérité et de mensonges au sujet de l’épidémie de coronavirus et des effets des « vaccins ». Reiner Fuellmich est membre du Comité d’Investigation Allemand Corona, un organisme indépendant collectant toutes les informations disponibles pour en réaliser une analyse objective hors de tout conflit d’intérêt. Ce n’est pas le cas des « fact-checkers » dont on peut douter de la probité intellectuelle ou scientifique.

Entouré de spécialistes d’origine internationale Fuellmich est convaincu que les fabricants de « vaccins » et de test RT-PCR peuvent être poursuivis pour fraude, une fraude qui constitue à ses yeux le plus grand scandale sanitaire que l’humanité ait jamais connu. Les soit-disant vaccins ne sont pas efficaces, ils perturbent le système immunitaire et provoquent un ensemble d’effets secondaires pouvant provoquer la mort des personnes s’étant pliées sous la contrainte à ce traitement toxique. Les tests RT-PCR (reverse transcriptase-polymerase chain reaction) ne sont pas spécifiques et le sont d’autant moins que le nombre de cycles d’amplification défie le bon sens scientifique pour des spécialistes habitués à ce genre de technique.

En outre Fuellmich met en doute les statistiques relatives au nombre de « morts par Covid » et son argumentation permet d’affirmer qu’il s’agit d’une épidémie dont la gravité est comparable à des grippes à Influenza telles que l’humanité en a connu à la fin du vingtième siècle. Tous ces arguments constituent un pavé dans l’océan de profits réalisés par les fabricants de « vaccins » et de tests RT-PCR. Fuellmich est convaincu qu’il faut agir et que la partie n’est pas perdue. Les laboratoires pharmaceutiques devront payer et les décideurs politiques, complices de ces derniers, en particulier le nouvel empereur allemand Ursula première, devront payer également pour imposture, fraude, et complicité de génocide. Regardez l’intervention (encore non censurée et sous-titrée en français) de Reiner Fuellmich et faites-la circuler :

Si les peuples continuent à accepter toutes les vexations et les privations de liberté que les décideurs politiques leur infligent depuis deux ans avec un développement comme le carnet social européen à la chinoise alors ils n’auront plus le droit de se plaindre puisqu’ils seront eux-mêmes complices de la mafia pharmaceutique internationale et ils accepteront volontairement cette servitude (allusion à Estienne de la Boétie), servitude qu’il est plus approprié d’appeler une dictature, dont ils ne pourront plus se délivrer. Reiner Fuellmich est un avocat courageux qu’il faut encourager dans sa démarche de « class-action » à l’échelle de l’Europe. Pour se faire une idée des projets européens mes lecteurs peuvent s’en rendre compte au travers des propos de Virginie Joron ici : https://www.youtube.com/watch?v=Qx5azgpe26Q

Ceux qui contrôlent la disponibilité en nourriture contrôlent les peuples

C’est d’une longue enquête de Corey Lynn, journaliste d’investigation, parue sur son site coreysdigs.com que je présente ici avec quelques passages qui en sont extraits. Les anglophones peuvent se plonger dans cette enquête riche en informations qui glacent le sang. La nouvelle organisation occidentale (les continents Africain et Sud-Américain et une grande partie de l’Asie du Sud-Est n’y participeront pas) qui se dessine sous les radars a pour objectif clair de dominer les peuples. C’est l’objectif du Club de Davos, des grands fonds d’investissement, de la Fondation B&M. Gates et de l’agenda 2030 des Nations-Unies. Toutes les grandes organisations internationales sont partie prenante. Il est déjà trop tard pour réagir. Quelques extraits ci-dessous, source : https://www.coreysdigs.com/global/new-controlled-food-system-is-now-in-place-and-they-will-stop-at-nothing-to-accelerate-their-control/

« Qui contrôle l’approvisionnement alimentaire contrôle les gens ; qui contrôle l’énergie peut contrôler des continents entiers ; qui contrôle l’argent peut contrôler le monde ». Cette célèbre citation d’Henry Kissinger sonne de plus en plus vrai de semaine en semaine. Les mondialistes contrôlent déjà la majorité de l’argent, se déplacent très rapidement pour convertir le système énergétique en systèmes dans lesquels ils investissent tous et ont pris des mesures drastiques pour contrôler l’industrie alimentaire tout en en faisant passer une grande partie sous le radar. S’ils contrôlent les graines, ils contrôlent la nourriture, et s’ils contrôlent la nourriture, ils peuvent utiliser l’identification numérique pour contrôler l’accès des consommateurs à la nourriture. Alors qu’une vague d’incendies détruit soudainement les usines de transformation des aliments, de viande et d’engrais, à une époque où les agriculteurs souffrent et où les problèmes de chaîne d’approvisionnement se manifestent, un système complet d’infrastructure alimentaire traçable a déjà été construit dans plusieurs villes et fait son chemin à travers le globe.

Imaginez un jour où les marchés de producteurs n’existent plus, vous ne pouvez pas vous rendre chez votre agriculteur local pour acheter des produits ou des coupes de viande, et le seul aliment qui pousse en dehors des installations d’agriculture verticale intérieure et de viande cultivée en laboratoire sécurisés par les mondialistes se trouve dans votre rebord de fenêtre, jardin ou serre.

Forbes estime que plus de 20 000 milliards de dollars d’investissements suivent les facteurs ESG et le style d’investissement socialement responsable, tandis que le PDG de BlackRock, Larry Fink, insiste sur le fait qu’ « il est temps de forcer le comportement des gens à changer », pour étendre encore plus les investissements ESG. Malgré l’éclairage LED, la robotique, l’analyse des données informatiques et les systèmes de ventilation nécessaires pour alimenter des installations de croissance verticale de cette ampleur, étant donné que l’eau est économisée et que la masse terrestre de Bill Gates est moins utilisée, les investissements affluent dans ces prétendus projets durables et respectueux de l’environnement, des installations « conviviales », ainsi que des serres verticales massives.

Note. L’article dont il est fait mention dans ce billet révèle la vraie signification de ces fameux critères ESG. Il ne s’agit plus seulement des éoliennes et des panneaux solaires mais bien d’un ensemble de recommandations destinées à orienter les investissements vers des domaines dont la finalité est de dominer les peuples. Je suis toujours complotiste et fier de l’être mais il me paraissait urgent d’informer mes lecteurs de l’état d’avancement de la prise de contrôle de la disponibilité en nourriture pour les populations. Le grand dessein hégémonique de Davos apparaît avec clarté dans cette investigation de grande qualité.

Notre monde de mensonges

Si le discours sur l’inflation dont nous sommes nourris est vrai, la politique de sanctions du gouvernement américain n’a aucun sens car les pires victimes sont les populations américaines et européennes qui paient les restrictions d’approvisionnement par des prix et des taux d’intérêt plus élevés.

Comme la Russie est un exportateur d’énergie et de minéraux, des prix plus élevés se traduisent par une augmentation des recettes d’exportation. Ce sont les Américains et les Européens frappés par les prix élevés qui subissent les sanctions.

Demandez-vous pourquoi, avec les pénuries d’approvisionnement, les chaînes d’approvisionnement perturbées par la politique de verrouillage insensée et la hausse de l’inflation, le gouvernement américain a fait grimper l’inflation en inhibant l’approvisionnement avec des sanctions. La cause de l’inflation actuelle est-elle l’impression d’argent par la Réserve fédérale ou la réduction de l’offre de biens et de services causée par le protocole Covid de Washington et les « sanctions russes » ?

Demandez-vous pourquoi le régime Biden est plus préoccupé par l’État gangster ukrainien que par le taux d’inflation américain et le bien-être des citoyens américains.

Demandez-vous si le prix élevé actuel de l’essence est vraiment le résultat de sanctions empêchant le pétrole d’arriver sur le marché. Autant que je sache, la Russie continue de vendre du pétrole et du gaz naturel. Seuls les petits achats américains de pétrole russe ont cessé. La faible quantité de pétrole en cause ne peut expliquer la hausse des prix. Ce sont très probablement les compagnies pétrolières qui utilisent le récit de la « crise » pour augmenter les prix.

Demandez-vous si une hausse des taux d’intérêt d’un demi-point de pourcentage est suffisante pour provoquer une baisse de 1 000 du Dow Jones. Vraisemblablement, l’argument est qu’un taux d’intérêt plus élevé augmente les coûts et fait baisser les bénéfices, donc le déclin du marché boursier. Mais si des taux d’intérêt plus élevés augmentent les coûts, comment sont-ils anti-inflationnistes ? Très probablement, le marché boursier a chuté parce que la Réserve fédérale a déclaré qu’elle mettait fin à sa politique d’impression de monnaie pour soutenir les cours des actions et des obligations. Au lieu de cela, la Réserve fédérale va vendre des actions et des obligations de son portefeuille de 9 billions de dollars construit en achetant des actions et des obligations pendant plus d’une décennie afin de soutenir les banques de New York et Wall Street. Lorsque l’assouplissement quantitatif a commencé, le portefeuille de la Réserve fédérale était de 800 milliards de dollars. Aujourd’hui, il est 11 fois plus grand. Cette énorme augmentation du portefeuille de la Réserve fédérale explique la longue ascension du Dow Jones et les fortunes faites à Wall Street.

Aucun des récits dont nous sommes nourris n’est vrai. Les récits servent des agendas qui ne sont pas divulgués au public.

C’est une fiction que les « démocraties occidentales » sont autonomes. Comment les gens peuvent-ils s’autogouverner alors qu’ils vivent dans un monde gouverné par de fausses explications au service d’agendas cachés ?

Article de Paul Craig Roberts. Note de votre serviteur. Paul C. Roberts est un vieux renard ayant servi l’administration américaine depuis Ronald Reagan. Il fait toujours des analyses avec un recul admirable et ce billet paru sur son blog il y a quelques jours dit tout, il n’y a rien à ajouter. Remplacez la Réserve fédérale par la Banque Centrale européenne, songez au taux d’inflation en Europe qui flirte aujourd’hui avec les 11 % par an, il ne faut pas se voiler la face, et enfin il ne faut pas ignorer que le taux des obligations à 10 ans est maintenant positif dans tous les pays d’Europe, y compris la Suisse ! La note de la France va être dégradée dans les prochains jours et elle ne pourra plus alors emprunter à très court terme avec des taux négatifs pour rouler sa dette, elle en est là, mais l’Agence France-Trésor ne trouve plus de souscripteurs. Conclusion : bientôt le FMI viendra mettre le nez dans les finances de la France.

Ukraine : suite …

En discutant avec mon fils qui sévit dans un organisme financier et se trouvant de facto informé des évènements géopolitiques dans le cadre de son activité il m’a éclairé sur la genèse des évènements ukrainiens. Les évènements de Maïdan que l’on peut considérer comme l’étincelle qui a tout fait basculer sont en réalité l’aboutissement d’une longue négociation d’entrée de l’Ukraine dans la communauté européenne. Au cours de ces négociations l’Europe précisa ses conditions bien avant qu’elle se voile les yeux pour ne pas reconnaître la présence de bataillons néo-nazis collaborant avec l’armée régulière de Kiev. Il s’agissait d’intégrer l’Ukraine dans la communauté européenne à condition que ce pays coupe toute relation commerciale avec la Russie. Ces négociations avaient atteint leur intensité au début du mandat de Donald Trump, personnalité décoiffante qui ne plaisait pas du tout au clan Clinton qui fit tout pour construire une complot dans lequel aurait trempé Trump, complot organisé par la Russie. Par conséquent l’Ukraine devait couper tout lien avec la Russie et ensuite le dossier serait examiné plus en profondeur.

Pour la Russie, qui démentit toute intervention dans l’élection de Donald Trump (ce qui fut confirmé par la justice américaine plus tard), l’intégration de l’Ukraine dans la communauté européenne signifiait également une intégration dans l’OTAN. Or ce sujet était inacceptable pour la Russie et l’est toujours. D’où les évènements de Maïdan fomentés par la CIA, sentant que l’intégration probable de l’Ukraine dans la communauté européenne était une occasion inespérée de précipiter les évènements en mettant hors jeu le président ukrainien d’alors, pro-russe, en le remplaçant par un extrémiste anti-russe notoire afin de faciliter le rapprochement de l’Ukraine avec l’OTAN. On connait la suite. Je déplore qu’un analyste réputé en géopolitique comme Pascal Boniface soit totalement aveuglé par la propagande occidentale et qu’il persiste à clamer que Poutine est un malade agresseur qu’il faut condamner.

Je voudrais reprendre un exemple que j’ai déjà cité dans ce blog et qui concernerait vraiment les Français devenus globalement opposés à la Russie. Imaginons que les Flamands de Belgique, protestants et néerlandophones agressent les Wallons francophones et majoritairement catholiques. Comment la France réagirait-elle ? Je me suis posé la question et je la pose à nouveau à mes fidèles lecteurs. Il existe en Belgique une vraie frontière entre Flamands et Wallons. Ils se haïssent mais ne coexistent qu’à Bruxelles, la ville probablement la plus corrompue du monde occidental. Si les Flamands bombardaient les grandes villes de Wallonie on pourrait dire que c’est un conflit interne qui ne regarde pas les Français. Et si les Wallons demandent de l’aide à la France que se passerait-il ? Exactement ce qu’a fait le Président russe pour protéger et même sauver la vie des ukrainiens russophones. 

Conclusion de ce billet : les intérêts en jeu en Ukraine dépassent les Européens. Il s’agit avant toute chose d’une redéfinition de la politique internationale avec comme conséquence la disparition du dollar en tant que monnaie de référence, le probable démantèlement de l’Union européenne et son repli vers un protectionnisme forcené pour faire face à une inflation couplée à une récession, deux phénomènes durables. Et ce ne sera pas la Russie qu’il faudra incriminer mais la politique stupide qu’a choisi l’Europe en se soumettant aveuglément aux visées hégémoniques des Etats-Unis. Pour appuyer mes propos voici par exemple ceci ;https://www.youtube.com/watch?v=_P2Kjea2YEQ ou encore cela :

Ukraine : le domaine du mensonge et de la réécriture de l’histoire en temps réel

En 2014 Victoria Nulland organisa avec le concours de la CIA les « évènements de Maïdan » dont le seul but était de faire fuir le Président élu pro-russe qui fut contraint de s’exiler en Russie. Son successeur mis en place par les Américains, un dénommé Porochenko qui porte bien son nom, et qui interdit l’enseignement du russe dans les écoles, mit fin au paiement des retraites dans les oblasts russophones, ne rétribua les fonctionnaires locaux que s’ils étaient ukrainophones et ordonna à son armée noyautée par des brigades non officielles ouvertement nazies de commencer à bombarder les villes du Donbass. Peu après ces évènements et ces mesures vexatoires mises en application, les russophones du Donbass et de la péninsule de Crimée organisèrent des « votations » comme on dit en Suisse pour connaître l’opinion populaire. Les habitants de la péninsule de Crimée votèrent massivement pour un rattachement immédiat à la fédération de Russie. La Crimée est hautement stratégique et immédiatement les Occidentaux réagirent en sanctionnant la Russie.

Les habitants du Donbass subirent des bombardements incessants occasionnant la mort de plus de 13000 personnes. On a en Occident tendance à occulter cette partie de l’histoire récente de l’Ukraine. À la fin de l’année 2021 il y eut d’importants mouvements de troupes à l’ouest du Donbass laissant présager une véritable boucherie car le pouvoir politique de Kiev, refusant toute négociation dans le cadre des accords de Minsk, voulaient en finir avec ces « porcs de russophones ». Que fit le Président russe ? Sentant un génocide se préparer il organisa une remise en ordre du Donbass, une opération spéciale pour garantir la sécurité des populations civiles de cette partie de l’Ukraine répondant à l’appel de ces dernières. Des familles entières vivaient leur quotidien dans des caves pour échapper aux bombardements quotidiens, les rares personnes courageuses s’aventurant des la rue étaient abattues par des snipers, si les occidentaux, confortablement installés dans leur salon pour voir défiler la propagande occidentale ne comprennent pas ce que cela signifie, ils sont irrécupérables.

Quand le Président russe a proposé au parlement la reconnaissance des républiques autoproclamées du Donbass il n’y avait plus place pour la moindre hésitation, les bataillons ukronazis étaient prêts à la boucherie.

Voilà la genèse du conflit ukrainien actuel qui a été largement documentée par des journalistes françaises courageuses, je cite, Chrystèle Néant et Anne-Laure Bonnel qui ont fait leur travail sur le terrain au péril de leur vie. Et l’Occident dans cette histoire : une monstrueuse suite de mensonges, c’est Poutine l’agresseur, c’est Poutine le mangeur d’enfants alors que les nazis ukrainiens éventraient sans hésiter des femmes enceintes sous prétexte qu’elles étaient russophones.

Les pays occidentaux, à commencer par la France et l’Allemagne qui n’ont strictement rien fait pour faire appliquer les accords de Minsk, mentent chaque jour, chaque minute. Ils ont sanctionné la Russie. Pas de chance le peuple russe a su s’organiser depuis les premières sanctions relatives au rattachement de la Crimée. Les Occidentaux otaniens paieront pour leurs mensonges et ils en subissent déjà les conséquences. Jamais Vladimir Poutine ne reculera. Les quelques rares politiciens européens restants le savent. Ils devront se rendre à la raison ou accepter le délabrement attendu de l’Europe, de son euro artificiel, de sa Commission aussi corrompue que les gouvernements successifs de Kiev. Et l’effet en retour de ces sanctions envers la Russie sera tout simplement dévastateur. Personnellement je souhaite que l’Europe souffre, comme une punition d’avoir soutenu un régime ukrainien à la tête duquel se trouve un individu drogué et corrompu, d’avoir armé les yeux fermés des bataillons de fanatiques nazis qui n’ont qu’une idée, massacrer des russophones. Honte à l’Europe, honte aux Etats-Unis, Honte à l’Allemagne et à la France qui n’ont pas fait respecter les accords de Minsk, honte à tous les idiots qui regardent les journaux télévisés chaque jour pour se donner bonne conscience. Les Occidentaux emmenés par les Américains sont des spécialistes de la réécriture de l’histoire et aujourd’hui cette attitude scandaleuse s’effectue en temps réel. Cette histoire, dans 50 ou 100 ans révèlera les turpitudes hégémoniques des Américains. Ce sera un mauvais souvenir car l’empire américain aura disparu comme l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui, vouée à l’échec …