Fraude climatique : corrélation n’est pas causalité

Nous savons tous (ou nous devrions tous savoir) qu’une corrélation entre deux phénomènes ne signifie en aucun cas que ces deux phénomènes ont une relation de causalité. Considérons par exemple le taux de divorces dans l’Etat du Maine (USA) et la consommation de margarine par habitant (illustration, source tylervigen.com) :

Le coefficient de corrélation entre ces deux évènements est de 0,992558 ! Est-ce pour autant que le taux de suicides dépend de la consommation de margarine ? Évidemment que la réponse est négative. J’ai pris cet exemple caricatural pour démontrer qu’une corrélation ne peut signifier une relation de causalité. Mais quand il s’agit d’établir des relations de causalité entre deux phénomènes qui vont déterminer une politique mondiale de lutte contre le changement du climat la situation est alors extrêmement préoccupante. C’est pourtant ce qu’a allègrement fait l’organisme onusien qui pilote les décisions des gouvernements pour lutter contre le changement ou le désordre du climat, appelez ça comme vous voudrez, je veux parler encore et encore de l’IPCC. Les fonctionnaires de l’IPCC sont vendus à la cause du grand capital apatride incarné par le World Economic Forum (WEF) sous la direction de Klaus Schwab. Cet organisme rêve d’une main-mise globale sur l’ensemble des peuples de la planète. Ils font n’importe quoi et détruisent l’équilibre du climat et de l’environnement, il faut donc les asservir pour mieux les punir. La stratégie pernicieuse de cet organisme prend un très bon départ à l’occasion de la gestion de l’épidémie de SARS-CoV-2 avec l’appui constant et tout aussi pernicieux des grands groupes pharmaceutiques occidentaux. La situation actuelle, avec des privations de liberté individuelle croissantes, préfigure ce qui va arriver dans les prochaines années, l’Europe et l’Amérique du Nord constituant un laboratoire idéal pour cette mise en place d’un nouvel ordre mondial.

Mais revenons à l’IPCC. Le point d’appui de toute la théorie de dérèglement du climat mis en avant par cet organisme est le fait, qui n’a toujours pas été prouvé dans la réalité tangible (et ne le sera jamais), que le gaz carbonique produit par l’activité humaine, et lui seul, provoque un effet de serre qui réchauffe la Terre. Il est donc nécessaire de réduire cette activité humaine si on veut sauver le climat, c’est aussi limpide que cela. Tous les arguments, tous aussi fallacieux les uns que les autres, ont été avancés pour conforter cette hypothèse (cette théorie), les fonctionnaires de l’IPCC réduisant au silence tout scientifique honnête contestataire et le privant de moyens financiers pour poursuivre ses travaux. Je rappelle à mes lecteurs que le WEF a ordonné aux gouvernements occidentaux d’adopter la même stratégie à l’encontre de tout médecin, infectiologue ou épidémiologiste, contestant les décisions gouvernementales de gestion de l’épidémie de coronavirus, allant jusqu’à les menacer physiquement. Le nombre de morts n’intéresse pas le WEF et ce modèle de futur asservissement des populations exclut tout traitement médicamenteux préventif ou curatif.

L’IPCC a trouvé un argument extraordinaire pour appuyer la théorie de l’effet de serre du CO2, argument auquel personne ne comprend rien puisqu’il fait appel à des notions complexes de spectroscopie. Les curieux ayant de solides connaissances en mathématique et en physique peuvent lire cet article du Docteur Hermann Harde de l’Université Helmut-Schmidt de Hambourg : https://downloads.hindawi.com/archive/2013/503727.pdf . Cette étude a ouvert la voie à une autre fraude de l’IPCC que personne n’a mentionné pour justifier la théorie de l’effet de serre du CO2. Pour rappel le principe de l’effet de serre stipule que les hautes couches de l’atmosphère, en raison de leur teneur en CO2 réfléchissent des photons infra-rouge vers les couches plus basses et par conséquent les réchauffent malgré le fait qu’il n’existe aucune barrière matérielle comme les vitres d’une serre. Or ce principe est en directe violation avec le second principe fondamental de la thermodynamique puisque l’atmosphère se refroidit d’environ un degré par 100 mètres quand on monte en altitude, par exemple dans une montagne mais la situation est identique si on s’élève en ballon dans les airs, la présence de la montagne n’intervient pas dans cet état de fait. Les photons infra-rouge émis vers le sol par les molécules de CO2 ne sont tout simplement pas assez énergétiques pour « réchauffer » les basses couches de l’atmosphère.

L’article de Harde balaye le spectre électromagnétique jusque dans les ondes radio et c’est là que réside la supercherie utilisée par l’IPCC pour conforter sa théorie de l’effet de serre. Les ondes électromagnétiques émises par le magnétron d’un four à micro-ondes ont une fréquence de 2,45 gigaHertz et donc une longueur d’onde de 12,2 centimètres. Ce sont des photons de très faible énergie, beaucoup plus faible que celle des photons infra-rouge qui, nonobstant la faible température du magnétron émetteur, vont néanmoins chauffer un corps contenant de l’eau introduit dans la cavité du four dont les dimensions sont calculées pour permettre à ce rayonnement d’être inévitablement piégé par le corps présent dans cette cavité. Les molécules d’eau constituent des dipôles et elles vont osciller dans le champ électromagnétique, c’est-à-dire tourner à la fréquence de 2,45 gigaHertz de l’onde électromagnétique appliquée à ce corps. Il y a donc perte d’énergie directement sous forme de chaleur au sein du corps introduit dans la cavité du four. L’énergie de l’onde électromagnétique en permanente oscillation est dissipée sous forme de chaleur. Ce phénomène est appelé chauffage diélectrique. Il n’a rien à voir avec le chauffage direct d’un corps par rayonnement infra-rouge bien qu’il s’agisse dans les deux cas de l’apparition de vibrations de molécules. En effet dans le cas du rayonnement infra-rouge l’absorption d’un photons provoque une vibration intra-moléculaire dans le cas de la molécule d’eau alors que les « micro-ondes » vont provoquer une rotation de l’ensemble de la molécule d’eau.

L’exemple des fours à micro-ondes constitue la preuve parfaite que le second principe de la thermodynamique peut être violé : la source des ondes se trouve à la température ambiante, certes, mais elle peut réchauffer un bol de soupe qui a trop refroidi dans une assiette et même le chauffer au point qu’il devient brûlant !

Donc la théorie de l’effet de serre est valable, donc les couches froides de l’atmosphère contenant du CO2 peuvent réchauffer le sol par rayonnement électromagnétique. Le tour de passe-passe est incontestable puisque n’importe qui peut en faire la démonstration chez lui dans sa cuisine. J’avoue que si je n’avais pas réfléchi en analysant les figures 17, 18 et 19 de l’article de Harde je ne me serais pas rendu compte de la supercherie, figures dans lesquelles les longueurs d’onde sont exprimées en nombres d’onde ou inverses de centimètres comme on a coutume de le faire en spectroscopie infra-rouge pour mieux confondre le lecteur. La conclusion de Harde est un chef-d’oeuvre de mauvaise foi, je laisse mes lecteurs apprécier :

C’est ainsi que la fausse théorie de l’effet de serre de l’IPCC a trouvé un appui inconditionnel en la personne d’un éminent physicien d’une éminente université allemande. Il faut donc croire les yeux fermés à l’effet de serre du CO2, cesser de consommer de manière outrancière, cesser de faire des enfants, tout cela sera réservé aux ultra-riches car eux seuls auront le droit de perturber le climat. C’est pour cette raison, aux yeux de Klaus Schwab, que la pandémie de SARS-CoV-2 a un bon coté car c’est un laboratoire d’expérience en grandeur nature : tous les vieux qui sont morts n’avaient plus de raison valable de continuer à respirer …

Traduction de l’encart : Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique et non de la chaleur. Par conséquent, de la même manière, les ondes radio peuvent se propager d’une antenne plus froide à un récepteur plus chaud, les micro-ondes peuvent être absorbées par un poulet chaud ou un rayonnement laser CO2 (10,6 𝜇m) peut être utilisé pour le soudage et la fusion des métaux à plusieurs milliers de degrés, donc tout rayonnement plus froid des couches atmosphériques supérieures peut être absorbé par les couches plus chaudes, et ce rétro-rayonnement peut également être absorbé par une surface plus chaude de la Terre sans violer la 2e loi de la thermodynamique. Tant que la surface est supposée être un absorbeur noir ou gris, il ne filtre aucune fréquence du rayonnement incident, de la même manière qu’il ne rejette pas toutes les fréquences du large spectre de Planck d’une source thermique radiative, indépendamment d’une température plus élevée ou plus basse que celle du sol. Le rayonnement se transforme en chaleur après une absorption, suivie d’une émission conformément à un nouveau réglage de l’équilibre thermodynamique, qui nécessite seulement que le transfert d’énergie net soit en équilibre.

Notes. Les lasers à CO2 rayonnent dans l’infra-rouge et délivrent une puissance thermique pouvant atteindre 1 MW/cm2. On se trouve là dans une échelle de grandeur qui n’a plus rien à voir avec les phénomènes atmosphériques. Et c’est aussi le cas pour les fours à micro-ondes qui inondent une cavité de volume limité avec une puissance de 1 à 1,5 kW. La conclusion de Harde est donc totalement fallacieuse. Qu’un physicien, professeur d’université, ose écrire de telles conclusions est pathétique. Faut-il qu’il ait été soudoyé par les fonctionnaires de l’IPCC pour écrire un tel document …

La parabole du football

Un match de football met en scène 11 joueurs par équipe. Lors d’un match il y a, disons, 5 remplaçants par équipe. Ajoutons les arbitres, disons 8, et des soigneurs qui ne sont pas visibles pour le public. Il y a donc approximativement 30 personnes qui se démènent sur la pelouse et 10 remplaçants qui font quelques exercices physiques pour se maintenir en forme. Autour de la pelouse il y a 100000 personnes assises qui profitent du spectacle. Ce sont tous des fanatiques de ce sport, ils sont complètement subjugués par le spectacle, ils crient, font du bruit avec des petites trompettes, c’est le délire à chaque action spectaculaire : 40 personnes sont capables de tenir en haleine, de surchauffer cent mille spectateurs. Changez la donne : les 22 joueurs, leurs remplaçants et les arbitres quittent la pelouse, se rhabillent et vont se disperser dans l’anonymat des 100000 spectateurs. Ils deviennent non reconnaissables dans cette foule. Que se passe-t-il alors ? La foule devient muette et elle se désintéresse du spectacle puisqu’il n’y a plus de spectacle.

Mes lecteurs doivent être circonspects surtout en ayant lu le titre de ce billet. Aurais-je perdu la tête ? J’avoue que je ne suis pas du tout un amateur de football et que je préfère de loin le rugby. Je m’explique donc maintenant. Les joueurs, les arbitres et les remplaçants, soit 40 personnes, représentent la teneur en CO2 de l’atmosphère : 40/100000 = 400 ppm. Les 22 joueurs et les arbitres sont capables d’exciter une foule de 100000 personnes d’une manière démesurée. C’est exactement ce qui se passe pour le CO2 : tout le monde en parle en continu, les uns alarmistes, les autres fatalistes et ceux qui veulent réaliser des fortunes avec les énergies nouvelles, de même que les chaines de télévision réalisent des fortunes avec la retransmission des matchs de football.

Quand tous ces acteurs ont disparu, 40 au total, dispersés parmi les 100000 spectateurs, l’hystérie collective retombe instantanément. C’est exactement comme si on dispersait 40 molécules de CO2 dans un mélange de 100000 molécules d’oxygène, d’azote et de vapeur d’eau : il ne se passe plus rien ou si peu. Mais quand ces 40 molécules sont rassemblées elles font la une de toutes les télévisions. Voilà dans une version footballistique ce qui se passe pour le climat : l’opinion se focalise sur les 400 parties par million de ce CO2 présent dans l’atmosphère. Cette opinion a tellement été forgée en répétant sans cesse le même discours que tout le monde a fini par acquiescer sans prendre la peine de réfléchir un instant. La science a toujours progressé avec le doute et la remise en cause des théories et des résultats expérimentaux. Dans le cas du climat, la « science climatique » est restée figée au stade du dogme de l’effet de serre du CO2 d’origine humaine décrété une fois pour toutes. Par conséquent ce n’est plus une science mais une relique du passé.

La propagande climatique a fait de véritables ravages dans les esprits et dans les pays aveuglés par cette propagande qui vont détruire leurs économies dans la poursuite d’une chimère. Par exemple, j’écoutais il y a peu une émissions rassemblant 4 protagonistes autour de Frédéric Taddeï, un des très rares journalistes laissant parler ses interlocuteurs sans les interrompre sans arrêt, au sujet des enjeux économiques de l’eau. L’un des intervenants a sorti son couplet sur les sécheresses qui menaceraient de nombreux pays en raison du réchauffement climatique. Ineptie totale ! Si les températures moyennes augmentaient de 2,5 degrés, ce qui fut le cas lors de l’optimum climatique médiéval, les océans s’évaporeraient plus intensément, il se formerait plus de nuages et il y aurait plus de précipitations donc une végétation plus abondante et même des pâturages verdoyants dans des régions où il n’y a aujourd’hui que des steppes arides à la suite de 6 siècles de climat plutôt froid. C’est précisément ce qui permit à Gengis Khan d’atteindre l’Europe occidentale au XIIe siècle. La propagande climatique est tellement intense que des spécialistes, droits dans leurs bottes, affirment des idioties tout en croyant à ce qu’ils disent. Je déteste le football mais je déteste aussi la fausse science …

Peut-on croire aux statistiques climatiques américaines ?

La NASA, avec ses multitudes de satellites de mesures, et la NOAA (National Ocean and Atmosphere Administration) avec sa gestion gigantesque de données fournies par les ballon-sonde, les bouées Argos et les stations météorologiques ne sont pas très regardantes en ce qui concerne l’honnêteté scientifique. Tony Heller, sur son site Real Climate Science, revient ce 7 avril 2021 sur les manipulations frauduleuses de la NOAA qui n’ont d’autre but que de servir la cause de l’IPCC et de sa mission inavouée de destruction des économies occidentales en mettant hors-la-loi les émissions carbonées. Il faut en effet conforter le consensus pseudo-scientifique du réchauffement (ou du dérèglement) du climat d’origine humaine et tous les moyens sont bons pour atteindre ce but. Il suffit de constater la perfection de ce « consensus » dans l’illustration ci-dessous :

La supercherie est vite dévoilée si, comme Tony Heller l’a fait, on reprend les données de la NOAA (disponibles publiquement, liens en fin de billet) et qu’elles sont reportées sur un graphique, ici les températures figurant en degrés F :

Un lissage sur 5 années glissantes montre une tendance vers un refroidissement qui est moins évident si on ne considère que les données brutes collectées à partir des stations météorologiques terrestres sans aucune espèce d’ajustement ouvrant toute grande la porte aux manipulations frauduleuses. C’est pourtant ce que fait la NOAA avec strictement les mêmes données brutes :

Quel est le but de ces manipulations ? Conforter le consensus du réchauffement global du climat en faisant disparaître la période « chaude » 1930-1950 qui a provoqué dès le début des années 1960 un recul des glaciers alpins en Europe ou des Rocky Mountains, par exemple. Cet « ajustement » est de plus de 2 degrés ! Énorme fraude … et tout le monde trouve cela normal, c’est le consensus ! Si j’avais manipulé les résultats expérimentaux qui m’ont conduit à soutenir une thèse de doctorat d’Etat j’aurais peut-être eu le Prix Nobel … Personne ne semble éprouver de malaise en ingurgitant ces beaux graphiques de la NOAA alors qu’il s’agit de fausse science, de « fake-news » comme on le dit maintenant. Personne n’ose contester un telle fraude car le risque encouru est d’être traité de fasciste pour oser contester le fameux « consensus ». La NOAA est contrainte d’en arriver à ce niveau de fraude car le consensus est fondé sur l’hypothèse jamais prouvée et jamais observée de l’effet de serre du CO2 supposé être la cause première du réchauffement du climat. Par conséquent toute observation contredisant cette hypothèse doit être dissimulée. Ça c’est la science climatique moderne !

https://realclimatescience.com/2021/04/are-government-temperature-graphs-credible/

ftp://ftp.ncdc.noaa.gov/pub/data/ushcn/v2.5/

Et si on parlait à nouveau de CO2 pour innover

Depuis quelques semaines je constate que les nouvelles scientifiques, à nouveau, se concentrent toutes vers le réchauffement du climat dont le moteur exclusif est le CO2 selon les experts onusiens de l’IPCC. Le SARS-CoV-2 est presque passé au second plan et cette recrudescence de propagande climatique n’est là que pour maintenir l’angoisse dans ce qui reste de cerveau des Européens, car la plus grande majorité des pays autres que les pays occidentaux se moquent complètement de cette histoire de climat. Ce dogme qui comme tous les dogmes religieux n’a encore jamais été vérifié ni expérimentalement ni par l’observatio est devenu en une trentaine d’années la base d’une nouvelle religion : le réchauffement du climat, que l’on appelle pudiquement aujourd’hui le dérèglement climatique. Ces experts de l’IPCC ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour construire cette croyance et en particulier l’usage abusif de modèles quitte à déformer les données provenant d’observations minutieusement consignées depuis le XIe siècle par les moines comme par exemple l’évolution du prix du pain et jusqu’à ce jour avec les observations satellitaires ou au sol. L’IPCC, pour faire passer auprès des décideurs politiques son dogme, a sciemment ignoré des dizaines de milliers d’archives qui existent pourtant et sont disponibles pour n’importe quel scientifique honnête, non inféodé aux positions onusiennes dominantes relatives au climat. Comme le socle du dogme de l’IPCC est l’évolution de la teneur atmosphérique en CO2 exprimée en ppmv (parties par million par unité de volume) il était fondamental pour ces fonctionnaires de trier soigneusement toutes les données relatives à ce gaz.

La teneur en ce gaz a toujours varié dans des proportions inattendues, et au cours des 200 dernières années de 300 à 450 ppmv. Entre les années 1800 et 1960 la spectrométrie infra-rouge n’existait pas ou était trop peu sensible pour déterminer correctement cette teneur en CO2 . La seule technique disponible était le dosage chimique ou volumétrique en piégeant le CO2 avec de la soude, de la potasse ou de la baryte et un dosage en retour du carbonate formé. Cette technique était fiable à 0,0006 % dans le cas des dosages volumétriques et de +/- 0,0003 % dans le cas du dosage en retour du carbonate formé. Pourtant l’IPCC a ignoré la totalité des mesures de CO2 atmosphérique effectuées entre 1800 et 1960, c’est-à-dire plus de 100000 mesures effectuées avec le plus grand soin dans de nombreux pays occidentaux (cf. le lien en fin de billet).

Pourquoi l’IPCC, comme d’ailleurs de nombreux acteurs de la protection du climat et de l’environnement, ont-ils ignoré ces précieuses données ? Tout simplement parce qu’elles remettent en question la théorie de l’effet de serre du CO2 qui est devenue un dogme auquel tout le monde doit croire. Il est intéressant de faire ici quelques rappels historiques. Au début du XVIe siècle des ecclésiastiques comme Martin Luther puis Jean Calvin contestent le système des indulgences mis en place par l’Eglise de Rome. L’avènement de l’imprimerie va grandement favoriser les idées de la Réforme dont le principe fondateur est la seule Bible et rien d’autre. Le document accompagnant la Bible de Luther traduite en allemand ne fait pas mention des saints de l’Eglise de Rome ni du culte de la Vierge, ni du purgatoire, trois dogmes démolis par ces réformateurs de langue allemande et pour Calvin de langue française. La Réforme conduira à des conflits sanglants, guerres civiles et guerres entre Etats, qui perdureront pendant 5 siècles jusqu’à la véritable guerre civile de l’Ulster. C’est dire à quel point ces histoires de dogmes rendent les êtres humains complètement fous, je veux dire incapables de raisonner.

On en est exactement au même point aujourd’hui avec le dogme de l’effet de serre du CO2. Tout opposant au dogme de l’IPCC n’est plus brûlé sur la place publique mais malicieusement ostracisé par la vindicte populaire et médiatique. Finalement la nature humaine n’a pas changé, son fond de violence est toujours présent mais durant les quelques années qui me restent à vivre je continuerai à combattre cette imposture climatique. Toutes les mesures économiques et sociétales décidées aujourd’hui par les dirigeants politiques occidentaux pour combattre ce soit-disant réchauffement du climat d’origine humaine ne conduiront pas à des guerres civiles et des massacres mais le résultat sera le même. Nous assisterons progressivement à une paupérisation des populations et une destruction généralisée des économies.

En conclusion il est encore temps de supprimer l’IPCC, organisme soumis aux plans fascistes et totalitaires du World Economic Forum et de laisser s’exprimer les vrais scientifiques non politisés. Mais je dois rêver …

Source de l’illustration : Ernst-Georg Beck, Energy & Environment, Vol. 18, n°2, 2007, pp.259-282 que je tiens à la disposition de mes lecteurs.

La controverse Claude Allègre et ses conséquences

Au début de l’année 1998 le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche vint visiter le laboratoire mixte CNRS-Rhône-Poulenc Agrochimie où je terminais mes derniers travaux puisque j’allais quelques mois plus tard démissionner du CNRS. J’effectuais des mesures de cinétique enzymatique et Claude Allègre, curieux, me demanda de lui expliquer dans le détail ce que je faisais précisément. Je garde le souvenir d’un homme affable, pas du tout auréolé de sa superbe de Ministre et encore moins de son passé de prestigieux géophysicien mondialement célèbre. Pour la bonne compréhension du texte qui suit, tirée de l’oeuvre de Patrice Poyet (lien en fin de billet), il faut également rappeler ici brièvement les carrières de Claude Lorius et de Jean Jouzel. Lorius, glaciologue, a été l’un des premiers scientifiques à s’intéresser aux gaz emprisonnés dans les glaces du Groenland et de l’Antarctique et Jouzel débuta sa carrière de climatologue aux côtés de Lorius à la fin des années 1960. La suite de ce billet est largement inspirée de l’ouvrage de P.Poyet.

Si des raisonnements douteux voire tordus peuvent conduire à la réussite académique et à la visibilité dans les prétendues meilleures revues, dire la vérité n’a pas beaucoup de succès. Par exemple Allègre a été indûment critiqué pour avoir osé mettre par écrit ce qui apparaît cette fois comme un raisonnement scientifique clair mais qui ne correspond à rien de politiquement correct et qui n’aide pas les laboratoires impliqués dans ces recherches à se financer, ainsi que toutes les ONG, associations comme le WWF ou bien à continuer à injecter de l’argent dans leurs affaires, ni aider les bureaucrates à renforcer leur emprise et leur pouvoir sur la population mondiale et mettre la main sur le précieux butin dont ils ont besoin, disent-ils, pour éviter la crise et la catastrophe qu’ils annoncent et qui les rendront indispensables (Poyet, pp.280 sq., lien en fin de billet).

« La teneur en CO2 de l’atmosphère a augmenté au cours des 100 dernières années, et en revanche la température mondiale a fluctué au cours des 100 dernières années, tout comme elle a fluctué au cours des derniers millénaires, à des moments où le CO2 atmosphérique était hors de question. Les températures de surface fluctuent avec des oscillations de l’ordre de trente ans, tandis que les niveaux de CO2 augmentent de façon monotone depuis la fin du XXe siècle, avec des variations saisonnières. La fameuse égalité chère aux tenants du réchauffement climatique – variation de température = variation de teneur en CO2 atmosphérique – est donc tout simplement fausse. La fameuse courbe en crosse de hockey est fausse. L’argument massue d’Al Gore qui a frappé le plus durement les politiciens et les médias est faux. Les affirmations d’Al Gore, qu’il a présentées comme … des évidences, sont toutes fausses. Pour autant, cela ne veut pas dire, dites-vous, qu’il n’y a pas de relation entre la teneur en CO2 et la température moyenne du globe … Précision importante : aux teneurs actuelles de 380 ppm de CO! … Si cette relation existe, elle est complexe, avec des phénomènes de retard, de décalage, de déphasage. Peut-être qu’il n’y a pas non plus de relation ! Utiliser une fausse corrélation pour promouvoir une idée est une imposture. J’assume ce mot parce que c’est un abus de la confiance du public par les scientifiques. Les données historiques pour tenter de démontrer l’existence d’un réchauffement climatique continu clairement lié à l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère sont donc, en l’état actuel des choses, nulles et non avenues. Je fais valoir cela depuis plus d’une décennie, simplement en regardant comment ces données ont été obtenues et en utilisant mon expertise en traitement de données géophysiques ou géochimiques », Claude Allègre (2010).

Enfin, nous allons voir comment le récit est écrit et en quoi cela n’a rien à voir avec la science. Gérard Mégie était à la tête du CNRS jusqu’à sa mort prématurée en 2004 et promouvait de manière très agressive la théorie AGW (anthropogenic global warming). Rappelons comment Allègre (2010) rappelle la manière dont Jouzel a reçu la médaille d’or CNRS en 2002 : « Spécialiste de l’atmosphère, Gérard Megie est devenu président du CNRS en 2000. Il veut honorer sa discipline de la médaille d’or du CNRS, la plus haute distinction scientifique décernée à un Français. C’est humain. Il a choisi Claude Lorius, mais ce dernier est à la retraite. Il a donc nommé Jean Jouzel, qui travaillait avec Lorius depuis dix ans, mais qui appartenait à son propre laboratoire ! Mais quand on donne une médaille scientifique, l’habitude est de dire pourquoi. C’est ce qu’on appelle « écrire une citation ». Gérard Megie écrit donc la citation suivante: «… Pour avoir montré l’influence de l’homme sur le climat ». Ce prix associe de manière irréversible Jean Jouzel à la « cause » du réchauffement climatique provoqué par l’homme via le CO2. Supposons que l’on montre que le CO2 d’origine humaine n’a aucune influence sur le climat : cette médaille d’or serait injustement sous-estimée. Jouzel se croit donc lié à la théorie dominante, et il va désormais la défendre contre toute attente. C’est-à-dire, même contre les preuves. Qu’a dit Jouzel alors? Il a signé un papier, ajoutant que le résultat ne prouvait pas que le CO2 n’avait aucune influence (ce qui est bien sûr évident). Il cherchait des explications exagérées. Et le malheureux chercheur qui avait fait cette découverte essentielle a été versé dans le corps des techniciens et ingénieurs de recherche. Jouzel, pour sa part, continue à ce jour, sur toutes les télévision, de proclamer la coïncidence entre le CO2 et les fluctuations de température, le tout présenté comme la preuve que le CO2 est bien la première cause des variations climatiques ». Claude Allègre (2010).

De manière assez drôle, dans les années 1970, Jean Jouzel et Claude Lorius pensaient plutôt que la Terre était au début d’une nouvelle période de glaciation. Selon Jouzel, « les trois périodes interglaciaires précédentes avaient duré environ 10 000 ans, la nôtre approchait de 12 000 ans, et depuis qu’il y avait eu un léger déclin dans les années 60-70, on envisageait de se refroidir ». Lorius aussi d’ailleurs. Au moins ils auront eu raison une fois, reste à voir quand.

Que nous apprend le graphique ci-dessus (P. Poyet, page 98, référence en fin de billet) ? Il s’agit de la représentation de l’ensoleillement à 70 degrés de latitude nord exprimée en giga-Joules par mètre carré reconstituée à partir des études isotopiques des sédiments marins depuis huit-cent mille ans dont ont été définis des stades isotopiques (MIS, marine isotopic stage), les abondances d’isotopes carbone-13 et surtout oxygène-18 étant étroitement dépendants de l’ensoleillement qui détermine la croissance du plancton photosynthétique. Ces travaux pour lesquels Claude Allègre fut l’un des précurseurs ont permis de déterminer avec précision qu’au cours d’un cycle de Milankovitch, soit 100000 ans, il y avait en moyenne deux périodes de glaciation. Oubliez le CO2 d’origine humaine, ces cycles sont une conséquence de la mécanique céleste ! Il ressort de ces études que le début d’une nouvelle ère glaciale est corrélé au seuil de l’énergie solaire reçue à 70°N, seuil égal à 250 Watts par mètre carré ou 4,96 GJ par mètre carré. Or la période interglaciaire MIS1 (Holocène) que nous vivons aujourd’hui a déjà dépassé ce seuil. En d’autres termes nous sommes déjà entré dans une nouvelle ère glaciaire. C’est une vérité dérangeante dont il ne faut pas parler. Rien ne pourra arrêter le refroidissement du climat fort heureusement progressif permettant à l’humanité de s’y préparer. Seule la région terrestre intertropicale sera épargnée

Préférant les honneurs et la renommée pour satisfaire les attentes des dominants , se conformer à des contorsions à la pensée unilatérale est un terrible compromis car cela sacrifie un héritage scientifique sur l’altération de l’intégrité intellectuelle. Il est si typiquement humain de préférer une récompense immédiate que d’avoir des ennuis et des problèmes durables pour contredire le pouvoir dirigeant, rappelant que non, l’influence de l’homme sur le climat n’a jamais été démontrée et pas seulement cela, mais l’article de Caillon et al. (2003) que Jouzel a signé et était à juste titre considéré comme une découverte importante, montre juste le contraire du postulat de base de la théorie de l’AGW, en démontrant que le CO2 suit la température d’environ 800 ans (voir note à la fin de ce billet). Ce fait ne surprendra certainement pas le lecteur attentif de ce livre électronique. Le CO2 est toujours en retard par rapport à la température à toutes les échelles de temps (selon et en fonction des résolutions disponibles des processus observés). William Henry, auteur de la loi de dissolution des gaz dans l’eau, restera longtemps dans les mémoires pour avoir fourni la bonne réponse en 1803 à cette question, tandis que d’autres et leurs positions opportunistes s’évanouiront dans l’oubli des idées incongrues qui auront déclenché à un moment donné la colère des citoyens victimes de ces stupidités. L’histoire pourrait même s’en souvenir davantage pour la dernière raison que pour toute autre …

Largement inspiré de PoyeetP.2020. TheRationalClimatee-Book-ISBN978-99957-1-929-6.pdf disponible en ligne

Autres références. Allègre, C., 2010. L’imposture climatique ou la fausse écologie – Conversations avec Dominique de Montvalon. Plon, http://www.plon.fr, ISBN : 978-2-259-20985-4, 295 pp.

Caillon, N., Jeffrey, P., Severinghaus, P., Jouzel, J., Barnola, JM., Kang, J., and Lipenkov, V. Y., 2003. Timing of Atmospheric CO2 and Antarctic Temperature Changes Across Termination III. Science, vol. 299, n°5613, p. 1728-1731, DOI: 10.1126/science.1078758

https://en.wikipedia.org/wiki/Milankovitch_cycles

Note. Selon Caillon et al (ref. ci-dessus) le délai entre réchauffement du climat et augmentation de la teneur en CO2 atmosphérique est de 800 ans. Ce délai est largement le fait de l’inertie thermique des océans. Il y a 800 ans le Terre vivait un optimum climatique dit médiéval et les températures moyennes étaient de plus de 2 degrés supérieures à celles d’aujourd’hui. L’augmentation actuelle du CO2 atmosphérique ne serait-elle pas une conséquence de cet optimum climatique médiéval ?

Où est passé le réchauffement du climat tant attendu depuis 30 ans ?

Comme a coutume de s’y conformer la blogueuse climatique nippone Kirye il est approprié de ne considérer que les données de température réelles brutes et non de se limiter à celles communiquées par des organismes inféodées aux organisations onusiennes qui ajustent, normalisent ou, pire, corrigent ces données des variations climatiques cycliques comme les statisticiens publient des chiffres relatifs au chômage « corrigés des variations saisonnières ». Le pire dans cet exercice de style consiste à représenter les déviations des températures par rapport à une moyenne souvent choisie pour faire apparaître un réchauffement plutôt qu’une stagnation de l’évolution de ces températures. In fine ce n’est plus de la sciences mais de la pseudo-science.

Prenons le cas de la station météo de l’aéroport du Bourget dans la banlieue nord parisienne, près de Garges-lès-Gonesse. Cette station a archivé les températures relevées par exemple le premier avril depuis l’année 1900. Pour une plus grande clarté ces relevés des moyennes ont été effectuées afin de ne rendre pas trop inextricable la représentation graphique :

Il paraît évident qu’il est impossible de déceler dans cette représentation une quelconque tendance sinon qu’entre 1940 et 2020 les températures du premier avril dans cette banlieue nord de Paris n’ont pas évolué. Où se trouve le réchauffement du climat ?

Vous n’êtes pas convaincu, alors prenons l’exemple de la station météo de l’aéroport de Lyon-Bron situé à l’est de l’agglomération. Cette station située hors de toute emprise urbaine dispose de données de température depuis 1921 et il est possible de puiser dans ce thesaurus par exemple, ci-dessous, les températures relevées au cours du mois de janvier et d’en réaliser une représentation graphique faisant apparaître les températures minimales et maximales.

Dans ce graphique apparaît aussi une série de barres vertes matérialisant l’écart entre températures maximales et températures minimales. L’hiver 1962-1963 particulièrement rigoureux dont je me souviens très bien apparaît clairement. Les point rouges et bleus sont les températures extrêmes hautes et basses respectivement (source www.infoclimat.fr ) Question à nouveau : où se trouve le réchauffement du climat ?

Source : https://onedrive.live.com/?authkey=%21AKMmmcfwuLsSkT4&cid=DDC6747C11603709&id=DDC6747C11603709%214080&parId=DDC6747C11603709%213313&o=OneUp

L’énorme fraude cachée de l’IPCC au sujet du CO2 ?

Lorsque j’ai fait mes premières armes dans le domaine de la recherche en biologie l’une des techniques les plus fastidieuses et avec laquelle il fallait prendre le maximum de précautions consistait à mesurer la « respiration » des mitochondries et établir un bilan pondéral, au sens chimique du terme, de cette respiration. L’appareillage comprenait des cellules de Warburg dans lesquelles on disposait l’échantillon à étudier auquel on pouvait avoir accès pour ajouter un « substrat » oxydable, tout processus de respiration d’origine biologique commençant par l’oxydation d’un substrat en utilisant l’oxygène de l’air. Pour obtenir un bilan on mesurait la quantité d’oxygène consommée en suivant la diminution de la pression d’air à l’intérieur de la cellule de Warburg mais pour bien évaluer cette consommation d’oxygène, l’oxydation faisant apparaître du CO2, il fallait donc se débarrasser de ce CO2. Par exemple pour l’oxydation d’une molécule de glucose : C6H12O6 + 6 O2 → 6 CO2 + 6 H2O le bilan du volume gazeux est nul. Les cellules de Warburg comprenaient donc un puits central dans lequel était ajoutée une solution concentrée de soude. La soude piège très efficacement le CO2 et il était alors possible de mesurer la vraie consommation d’oxygène puisque : 2 NaOH + CO2 → Na2CO3 + H2O Cette technique de piégeage du CO2 est classique et date du début du XIXe siècle. En biologie elle présente d’autant plus d’intérêt qu’il est possible de suivre l’oxydation d’un substrat marqué avec du carbone-14 au cours d’un processus de respiration en comptant ensuite le carbone-14 dégagé sous forme de CO2 et piégé par la soude. C’est par cette approche que la majeure partie du cycle des acides tricarboxyliques fut mise en place et finalement élucidée par Hans Krebs, un élève de Otto Warburg, au cours des années 1930 à 1960, bien que l’usage de radio-isotopes ne fut introduit que de nombreuses années plus tard.

Sans entrer dans le détail des mesures de CO2 à partir des carottes glaciaires l’étude de l’évolution de la teneur en CO2 de l’atmosphère ne date pas des observatoires comme celui de Mona Loa sur l’île de Hawaii dont les mesures effectuées maintenant par spectrométrie infra-rouge sont instantanées, mesures auxquelles se réfère exclusivement le fameux organisme onusien en charge du réchauffement climatique, je veux nommer l’IPCC. Dès le début du XIXe siècle, en effet, divers laboratoires utilisaient la même technique que celle mise en œuvre dans les respiromètres de Warburg. Un échantillon d’air était recueilli dans un récipient clos pouvant être connecté à un système simple de mesure de la variation de volume comme par exemple un fin tube en U gradué partiellement rempli d’eau. Il suffisait alors d’injecter dans ce récipient de la soude dont la préparation très coûteuse en énergie thermique au début du XIXe siècle consistait à décarbonater le carbonate de sodium trouvé dans les cendres de plantes halophytes comme la salicorne par calcination à cet effet en présence d’eau, la réaction inverse de celle mentionnée ci-dessus décrivant la capture du CO2 par la soude. Entre 1812 et 1961 plus de 90000 mesures directes du CO2 atmosphérique ont été effectuées dans le monde tant en Asie qu’en Europe ou en Amérique du Nord dans une cinquantaine de stations d’étude en utilisant cette méthode volumétrique très précise. Les mesures faisaient état de teneurs en CO2 atmosphérique variant entre 290 et 440 ppmv (parties par million en volume) avec une moyenne située entre 335 et 348 ppmv. L’IPCC a toujours fermement refusé de s’intéresser à ce trésor de données qui existent pourtant dans les archives des observatoires d’analyse.

La raison en est simple : l’IPCC a fixé une fois pour toutes la teneur en CO2 atmosphérique à atteindre pour éviter tout réchauffement du climat à 280 ppmv dite pré-industrielle. Cette valeur a été arbitrairement fixée à partir des données obtenues avec les carottages glaciaires au Groenland et dans l’Antarctique. Or la précision de l’évaluation des teneurs en CO2 pour la période historique proche, disons depuis 200 ans, à partir des carottages glaciaires est très incertaine pour ne pas dire fantaisiste. Il faut en effet plusieurs milliers d’années pour que la glace soit parfaitement stabilisée et que les mesures soient considérées comme parfaitement fiables. Pour les 200 dernières années les résultats obtenus n’ont rien à voir avec la réalité. Les fluctuations observées par les dosages du CO2 ne peuvent s’expliquer que par des phénomènes de dégazage des océans mais ils sont d’une complexité telle qu’ils ne sont pas encore totalement compris à ce jour.

Note. L’échelle des ordonnées couvre l’intervalle 270-450 ppm de CO2

Pourquoi l’IPCC a sciemment ignoré toutes ces données ? Tout simplement parce que le fondement de la fraude de cet organisme qu’est l’IPCC est la culpabilité du CO2 d’origine anthropique expliquant le réchauffement du climat tel qu’il a été observé depuis le début du vingtième siècle, c’est-à-dire quand l’utilisation du pétrole a débuté et s’est ajoutée à celle du charbon. Que la teneur en CO2 atmosphérique passe de 340 ppmv à 410 aujourd’hui ne suffit pas pour incriminer ce CO2 dans le réchauffement du climat qui, comme il faut le rappeler, était plus froid au XIXe qu’aujourd’hui. L’optimum climatique moderne scindé en deux périodes, 1900-1945 et 1970-2000, que l’IPCC considère comme une conséquence de l’augmentation du CO2 atmosphérique provoqué par l’activité industrielle n’est pas le fait de cette augmentation dite anthropique. L’augmentation de la teneur en CO2 dans l’atmosphère est le résultat du dégazage superficiel des océans du fait de cet optimum climatique moderne car ces océans ont piégé des quantités considérables de CO2 au cours du « petit âge glaciaire » conformément à la loi de Henry ( https://en.wikipedia.org/wiki/Henry%27s_law ).

La fraude de l’IPCC est donc double : 1) La limite à atteindre pour éviter tout réchauffement n’est pas de 280 ppmv mais serait plus raisonnablement 340 ppmv peut-être même plus et 2) l’IPCC a allègrement confondu cause et effet : l’augmentation de la teneur en CO2 atmosphérique n’a pas provoqué de réchauffement climatique depuis le début du vingtième siècle, c’est tout simplement l’inverse. En 2007 Zbigniew Jaworowski déclarait que ces manipulations de l’IPCC constituaient peut-être le plus grand scandale scientifique de notre temps. Jaworowski concluait son article de synthèse ainsi : « Ce n’est pas l’homme mais la nature qui influe sur le climat. Le Protocole de Kyoto et les rapports de l’IPCC, en accord avec des idées malthusiennes, peuvent certainement faire beaucoup de bruit et créer d’énormes dommages à l’économie et au bien-être de milliards de personnes. Mais ils ne peuvent rien pour le climat. Nous l’apprendrons dans un futur proche ». Jaworowski avait aussi déclaré en 2004 que « La base de toutes les conclusions de l’IPCC relatives aux causes anthropogéniques et aux projections faites sur le changement du climat est celle d’un faible niveau du CO2 atmosphérique à l’ère pré-industrielle. Cette affirmation, basée sur les études de glaciologie, est fausse. Par conséquent les projections de l’IPCC ne devraient pas être utilisées pour planifier les économies nationales ou globales ».

Mais à qui profitent ces mensonges ? J’en ai déjà dit un mot dans un précédent billet : aux puissances financières qui gouvernent le monde appuyées dans leur agenda par des idiots utiles que sont les écologistes politisés, un doux mélange contre nature car ces derniers sont tous des gauchistes et pourtant ils soutiennent l’agenda de la puissance financière globale sans état d’âme.

Source partielle et illustration : http://www.warwickhughes.com/icecore/zjmar07.pdf

Note. À la suite de sa publication dans la revue Energy & Environment en mars 2007 Ernst Beck (voir la figure ci-dessus) fut accusé de fraude et il disparut du monde scientifique, une preuve supplémentaire du pouvoir de nuisance des spécialistes auto-proclamés de l’IPCC qui veulent dissimuler leurs propres fraudes. Les données rassemblées par Beck et dont il n’était pas l’auteur ont été immédiatement considérées comme non fiables et fantaisistes. La controverse d’éteignit avec le « silence scientifique » de Beck et il est aujourd’hui impossible d’accéder aux publications de Ernst Beck.

SARS-CoV-2 et climat, même combat ?

Lorsque le très éminent épidémiologiste John Ioannidis a présenté une conférence en vidéo à l’IHU de Marseille il y a quelques jours (lien), le Professeur Didier Raoult lui a demandé ce qu’il pensait en tant qu’épidémiologiste des traitements précoces de la maladie liée au SARS-CoV-2 et quelles pourraient être les infléchissements que de tels traitements pourraient apporter à l’évolution de l’épidémie il a « botté en touche » comme le font les joueurs de rugby. Les joueurs de rugby bottent en touche pour faire progresser le jeu dans l’espoir qu’ils garderont le ballon oval lorsque la touche sera jouée. Ioannidis a répondu évasivement considérant qu’il n’était pas un spécialiste dans ce domaine. S’il a adopté cette attitude un peu déconcertante c’est tout simplement parce qu’il a peur de voir ses crédits de recherche alloués par le NIH (National Institute of health) réduits pour une prise de position qui n’est pas admise par le pouvoir politique, pieds et poings liés par le gigantesque lobby pharmaceutique qui veut, quelles que soient les conséquences, vendre ses vaccins à ARN messager et par conséquent que l’épidémie aussi longtemps que possible. Voilà où on en est avec le SARS-CoV-2. Peu importe la santé des populations c’est le lobby pharmaceutique qui dirige à tous les étages.

Quand le Docteur Henrik Svensmark a émis l’hypothèse d’un effet des rayons cosmiques sur la formation de nuages de haute et moyenne altitude et par conséquent pouvant avoir une influence sur le climat, on ne l’a pas pris au sérieux. Il a renchéri en clamant qu’une diminution de l’activité magnétique du Soleil, le facteur permettant de dévier la majeure partie de ces rayons cosmiques, allait précipiter un changement du climat il a été carrément exclu de la communauté scientifique pour apostat, pour négation frontale des thèses mensongères soutenues par les fonctionnaires onusiens de l’IPCC mettant en avant l’effet prioritaire du CO2 sur le climat. Lors de mes derniers échanges de mail avec Svensmark il m’a fait comprendre qu’il songeait à abandonner la recherche sur les rayons cosmiques car il n’avait plus aucune aide financière.

Lorsque le Docteur Vijay Kumar Raina, un éminent glaciologiste indien et spécialiste des glaciers de l’Himalaya, déclara en 2009 qu’il était prématuré d’affirmer que les glaciers de l’Himalaya reculent anormalement en raison du réchauffement climatique global en précisant que les glaciers sont soumis à de complexes influences qui diffèrent selon les glaciers (il y en a des milliers dans la chaine montagneuse de l’Himalaya) et que certains avancent alors que d’autres reculent, rendant toute conclusion sinon erronée du moins non scientifique au sujet de l’influence de ce réchauffement sur l’état des glaciers, il a été tout simplement exclu de la communauté scientifique (lien). La propagande climatique est largement soutenue par des organisations non gouvernementales qui répandent de fausses nouvelles en pratiquant systématiquement le « cherry-picking », comprenez : on ramasse les plus belles cerises, afin d’argumenter les thèses du réchauffement climatique. On peut citer des milliers d’exemples de ce genre de pratique totalement anti-scientifique. De belles photos de coraux récemment ravagés par des étoiles de mer mangeuses de corail (Acanthaster placi, note en fin de billet) font l’affaire pour affirmer que l’acidification des océans provoquée par un surcroit de CO2 atmosphérique d’origine anthropique va détruire tous les coraux. Les scientifiques honnêtes qui soutiennent que certains coraux blanchissent en raison d’attaques virales sont traités de négationistes, de menteurs indignes de poursuivre leurs travaux pourtant objectifs et incontestables.

L’affaire Didier Raoult relative au traitement strictement préventif de la maladie liée au SARS-CoV-2 au stade précoce a défrayé la chronique en particulier en France. Les pourfendeurs de cet illustre infectiologue de renommée mondiale ont avancé deux arguments totalement mensongers. D’abord l’étude de l’effet de l’hydroxychloroquine n’a pas été soumis aux Fourches Caudines du test randomisé en double-aveugle pour une application autre que le traitement de la malaria. Ce type de test a été mis au point par les laboratoires pharmaceutiques, encore eux, pour déceler l’efficacité d’une nouvelle molécule afin de détrôner un médicament existant qui n’est plus protégé par un brevet. Cette amélioration d’efficacité se mesure en quelques points de pourcentage et il faut des milliers de volontaires participant à un essai clinique du type double-aveugle pour prouver qu’il existe bien un avantage pour cette nouvelle molécule. Le deuxième argument avancé est que l’hydroxychloroquine, associée ou non à l’azithromycine, n’est pas curative. Il est normal que ces arguments aient reçu une fin de non-recevoir de la part du Professeur Raoult puisqu’il a précisé que l’HCQ réduisait pratiquement à zéro la charge virale après une semaine de traitement mais qu’aucun effet clinique favorable n’avait été observé lorsque la maladie s’était installée 10 à 12 jours après le début de l’infection alors que la charge virale avait elle-même disparu. Enfin procéder à des essais cliniques en double-aveugle avec des malades est contraire à l’éthique médicale fondamentale.

Henrik Svensmark et Vijay Kumar Raina ont disparu du paysage scientifique mais le Professeur Raoult a démontré que le traitement préventif appliqué à des milliers malades en ambulatoire avait considérablement réduit l’évolution de la maladie du SARS-CoV-2 vers des formes graves et cette observation clinique factuelle lui a permis de résister à tous les coups tordus qu’il a subi comme l’interdiction de l’HCQ considérée du jour au lendemain comme toxique par les autorités gouvernementales françaises et l’interdiction de prescrire ce médicament, du jamais vu dans l’histoire de la médecine.

Alors me direz-vous, chers lecteur, pourquoi rapprocher le coronavirus et le climat ? Tout simplement parce que le CO2 est un outil pour modifier le fonctionnement de la civilisation moderne et le comportement de l’ensemble des peuples afin de « décarboner » la planète. Il y a d’immenses intérêts industriels et financiers derrière ce que je n’hésite pas nommer un complot, depuis les moulins à vent, les voitures électriques et l’hydrogène, trois exemples de catastrophes annoncées. Il en est de même avec le coronavirus : il faut modifier nos habitudes quotidiennes et se soumettre à une vaccination de masse pour éradiquer le virus pour le plus grand profit du lobby pharmaceutique qui s’est constitué une rente puisque des société comme Pfizer déclarent déjà qu’il faudra se faire vacciner avec un nouvel ARNm tous les six mois en raison de l’apparition de virus mutants. Virus et climat, deux thèmes qui font peur aux peuples et qui les terrorisent sans aucune raison scientifique valable. Dans les deux cas la science a été politisée et les rares vrais scientifiques qui osent agir contre le pouvoir politique sont dénigrés, humiliés, insultés car ils oeuvrent contre les agenda des puissances financières qui ont désormais pris le pouvoir, étant encouragées dans leur agenda par la gauche progressiste …

https://www.desmogblog.com/vijay-kumar-raina

Inspiré aussi du livre de Patrice Poyet : PoyetP.2020.TheRationalClimatee-Book-ISBN978-99957-1-929-6.pdf , page 162, disponible en ligne, une bible indispensable pour comprendre le climat terrestre.

Crown of Thorns

Note. L’étoile de mer mangeuse de corail était la cible des jeunes des villages au Vanuatu qui les chassaient munis d’un masque et d’un harpon. Chaque étoile de mer rapportée aux autorités faisait l’objet d’une récompense d’environ 1 dollar, un pactole pour ces enfants et leur famille. Cette étoile de mer n’a pas de prédateurs et elle prospère dans les massifs de coraux.

Des pervers narcissiques au pouvoir ?

L’une des caractéristiques des pervers narcissiques est de mentir et de considérer que leurs mensonges reflètent la vérité. Le nid de pervers narcissiques le plus emblématique dans le monde est l’IPCC, un organisme international qui accumule mensonges après mensonges car ce processus est sans fin. Neil Ferguson fait partie de cette catégorie d’individus dangereux. Jamais il ne s’abaissera à reconnaître que ses prédictions relatives à la pandémie de SARS-CoV-2 étaient une imposture mathématique. Son modèle comportait plus de 900 paramètres tous interdépendants. Demandez à un mathématicien de traiter un tel modèle : c’est tout simplement impossible au delà de 6 variables interdépendantes. L’exemple de la mécanique céleste en est une démonstration évidente. Le fameux problème des trois corps célestes posé par Poincaré (le mathématicien et non pas le politicien) n’a jamais été résolu. Ce ne sont que des calculs par itération qui ont permis de prédire le mouvement des planètes et non pas des équations. La frustration des mathématiciens est toujours là … Quand Ferguson a simulé l’encéphalite spongiforme bovine, la « vache folle », il s’est complètement trompé. Il a réitéré ses mensonges avec le coronavirus en prédisant des millions de morts en Europe occidentale et ces mensonges ont été vérifiés par l’expérience. Neil Ferguson est un pervers narcissique, il a menti et il continuera à mentir.

Les mensonges, on pourrait dire les fantasmes mathématiques, de Ferguson ont malheureusement provoqué des réactions parmi les décideurs politiques européens qui sont lourdes de conséquences. Ces derniers ont été pris de panique, comme cela leur était arrivé pour la « vache folle », et ils ont décidé de mesures moyenâgeuses contraires aux principes élémentaires du respect des droits des citoyens induisant par voie de conséquence une ruine de l’économie de la plupart des pays d’Europe occidentale. En effet, tous les gouvernements européens ont suivi les injonctions mensongères de Ferguson. Les chefs de gouvernement des pays européens, présidents du Conseils, leaders d’une majorité ou d’une coalition politique, parfois président de république, ont suivi les conseils de Ferguson et d’autres prospectivistes auto-proclamés et se sont enferrés dans des décisions qui ont révélé leur propre nature de pervers narcissiques, pratiquant le mensonge systématique comme règle basique de gouvernance, et se sont enlisé dans un tourbillon mouvant de décisions le plus souvent contradictoire et sans aucun fondement scientifique pour tenter, sans illusion, de juguler la pandémie coronavirale tout en déstabilisant l’opinion des citoyens dont ils ont la charge. Fatalement leurs errements décisionnels ont désorienté les populations qui, au fil des semaines et des mois, ont perdu tout repère rationnel, devenus comme un troupeau de moutons poussé dans les alpages par des chiens de berger devenus fous et précipité, selon leur perception, dans le danger permanent du saut vers le précipice.

C’est là où la plupart des populations européennes se trouvent aujourd’hui. La pandémie, dont la létalité a été amplifiée à l’extrême sans aucune mesure avec la réalité, a été perçue par les peuples comme quelque chose de fatal, d’inévitable, La propagande médiatique a fait admirablement son travail, et pour cause, tous les médias, dans tous les pays d’Europe occidentale, sont contrôlés par les gouvernements ou des individualités privées intimes des gouvernements. La situation est pliée. Les mensonges réitérés des dirigeants politiques sont devenus une réalité à laquelle il faut croire sans plus se poser la moindre question. Il est frappant de constater qu’il en est exactement de même pour la problématique climatique : un mensonge devenu réalité de laquelle il est devenu impossible d’échapper. Les peuples, assénés depuis des mois de coups de massues mensongères soigneusement relayés par les médias aux ordres des pouvoirs politiques, sont devenus progressivement décérébrés, incapables de réagir, ayant acquis une sorte de peur de la mort devenue avec le coronavirus une réalité.

Comme si la mort était devenue, par magie, par un mensonge, un événement de la vie qui pouvait être évité. Comme si le virus allait tuer des millions de personnes selon Neil Ferguson alors que la simple constatation de l’évolution de la démographie de tous les pays d’Europe occidentale converge vers le fait qu’elle est vieillissante et que fatalement la mortalité va augmenter alors que l’espérance de vie a atteint son maximum. Un autre mensonge des dirigeants politiques entourés de tout un essaim de conseillers vendus aux intérêts du gigantesque pouvoir financier des industriels de la pharmacie est de tout faire pour dissimuler cette alliance contre nature d’un pouvoir censé protéger les citoyens avec des puissances industrielles qui ne se soucient pas de ces mêmes citoyens une seule minute et n’ont qu’une seule préoccupation, réaliser des profits. Tous ces conseillers ont menti et continueront à mentir, du moins à dissimuler leurs prises d’intérêts dans tel ou tel laboratoire pharmaceutique.

Faut-il admettre que tous les pays européens sont gouvernés par des narcissiques pervers ou que devenir dirigeant politique rend ces personnalités des pervers narcissiques, on peut se poser la question. En ce qui concerne Neil Ferguson, il faudra que cet individu soit condamné pour crime organisé, il faudra que tous les dirigeants politiques ayant aveuglément suivi les affirmations mensongères de Ferguson soient également poursuivis pour crime organisé et enfin que les médias soient poursuivis pour complicité de crime organisé. Je ne parle même pas des privations de liberté individuelle contraires aux lois des Etats et de la constitution européenne. Par conséquent les décideurs politiques dans leur ensemble devront rendre compte par devant les cours de justice de leurs crimes, pas vraiment en ce qui concerne les « morts du covid » qui tous sans exception n’avaient qu’une espérance de vie limitée à quelques mois avec une moyenne d’âge de plus de 82 ans, mais pour toutes les victimes de leur paranoïa de pervers narcissiques ayant conduit à une ruine des économies. Et puisque la crise économique est maintenant là, nous les moutons dociles, prostrés et attendant de vivre dans l’incertitude « de l’après », nous allons tous nous faire tondre car crise il y a et qu’il faut, qu’il est urgent, de mettre la main dans le porte-monnaie. Pire encore, à défaut de mourir du virus, nous allons mourir de dépression, de désintérêt total, c’est un peu ce que je ressens aujourd’hui. Il ne faut pas se faire d’illusion, le « Great reset », la grande remise à zéro, le monde d’après que tous ces menteurs nous promettent sera un monde de désillusion et de misère, de moutons tondus … qui n’auront plus la force de bêler. Merci à tous les pervers narcissiques qui gouvernent les pays européens !

Au Texas c’est la panique climatique …

Des chutes de neige et un froid polaire jamais vus au Texas ont semé une gigantesque panique ces derniers jours. En raison du réchauffement climatique d’origine humaine cet Etat américain riche de son pétrole était montré du doigt par les Démocrates car il est l’un des principaux contributeurs à l’augmentation du CO2 atmosphérique, un gaz à « effet de serre » (bien connu) qui perturbe le climat. Ces derniers jours le Texas est montré du doigt parce qu’il n’a pas su anticiper la crise coronavirale ni su prévoir une vague de froid intense. Naturellement la consommation électrique a atteint des sommets et les compagnies productrices et distributrices de cette énergie ont était contraintes de procéder à des centaines de milliers de coupures sectorielles à tel point que beaucoup de personnes n’ont pas pu se chauffer et que des milliers de doses de vaccins ont été perdues car les réfrigérateurs n’ont pas pu maintenir une température adéquate pour leur conservation. Ces deux effets combinés ont aggravé la situation sanitaire déjà critique. Il a neigé au bord du Golfe du Mexique pour la première fois depuis que cet Etat tient des registres météorologiques. Naturellement c’est à cause du réchauffement climatique, mais pas seulement. La particularisme du Texas est de ne pas être interconnecté avec le reste des Etats-Unis. Le réseau électrique ERCOT (Electric Reliability Council Of Texas) est vieux et mal entretenu et les gouverneurs texans successifs ont toujours refusé d’être dépendants du reste des Etats américains.

Un autre facteur aggravant a résidé dans une alimentation en gaz naturel pour les centrales électriques à turbines à gaz complètement désorganisée, en raison des températures anormalement basses et des abondantes chutes de neige. Pire encore, les compagnies de distribution d’eau n’ont pas pu assurer correctement la purification de ce fluide essentiel à la vie. Les autorités ont vivement conseillé aux populations de faire bouillir l’eau avant de l’utiliser mais avec des coupures d’électricité à répétition il est facile d’imaginer les conséquences sanitaires. Voici la carte de l’enneigement de l’hémisphère nord datant du 16 février (source : Rutgers University) et comme on peut le constater pratiquement la totalité de l’Etat du Texas est recouverte de neige :

La perturbation hivernale Uri laissera des traces dans la mémoire des Texans avec des conséquences inattendues comme la remise en cause de la gestion de cet Etat par les Républicains, du pain béni pour l’Administration Biden …

Sources : https://consortiumnews.com/2021/02/16/texas-becoming-failed-state-amid-historic-winter-storm/ et

https://weather.com/news/news/2021-02-16-winter-storm-uri-impacts-power-outages-boil-water