Crise climatique (suite sans fin …) : le réchauffement récent ? Fraude !

Crise climatique (suite sans fin …) : le réchauffement récent ? Fraude !

C’est un article paru au début du mois de janvier de cette année 2017 qui nous promet des températures étouffantes … Il s’agit de l’explication détaillée de l’homogénéisation des données de températures des océans relevées par des bouées fixes ou dérivantes ainsi que par des bateaux commerciaux ou spécialisés. Dans le contexte du scandale du trucage des données météo par la NOAA (National Ocean & Atmosphere Administration) maintenant appelé « Climategate » (voir note en fin de billet) cet article donne du grain à moudre aux climato-sceptiques dont je fais partie. Selon des climatologues éminents des Universités de Berkeley et du Caltech à Pasadena travaillant en étroite collaboration avec la NOAA, traiter toutes ces données était un véritable foutoir, de quoi ne rien y comprendre puisque depuis la fin des années 1990, malgré tous les modèles climatiques de réchauffement possibles et imaginables, la température des océans restait anormalement stable. Il est donc apparu qu’il devenait urgent de faire quelque chose pour rassurer les décideurs et surtout le public (surtout avant la COP21 ayant lieu à Paris fin 2015) mais aussi pour maintenir une certaine pression psychologique sur les politiciens et le public en général aujourd’hui. En effet, comme il est maintenant « universellement » admis, tel un dogme religieux, que le climat se réchauffe en raison de l’activité humaine, le fameux « hiatus » de la pose de ce réchauffement faisait carrément désordre.

Ces éminents scientifiques dont personne ne mettrait en doute la probité ont donc remis de l’ordre dans le traitement de toutes ces données pour le moins disparates, en ignorant le plus possible, soit dit en passant, les données satellitaires dans les longueurs d’onde infra-rouges qui sont infiniment plus précises que les bouées marines. Et comme par miracle – la religion climatique reconnait aussi ses miracles – en réalité ça continue à se réchauffer et pas qu’un peu :

Capture d’écran 2017-02-09 à 10.38.11.png

La fameuse courbe en crosse de hockey qui avait un temps disparu des rapports de l’IPCC est réapparue … comme par miracle ! Et c’est presque pire que les prévisions de tous les modèles puisque la tendance est maintenant alarmante : plus de 1 °C de réchauffement chaque dix ans. On va tous être grillés comme des toasts (dixit Christine Lagarde à Davos il y a trois ans). Petite explication de ce graphique paru dans la revue Science Advance (voir le doi, disponible sans payer pour la bonne cause) : ERSSTv4 c’est la « reconstruction » étendue des températures de la surface des océans, ça veut tout dire, buoy ce sont les bouées dérivantes ou fixes et CCI les données rassemblées par l’ European Space Agency Climate Change Initiative, inutile de traduire en français, tous mes lecteurs comprendront quelle est la mission de cet organisme financé par les contribuables européens.

Ce n’est pas tout. Dans cet article confus la stabilisation des températures de surface, voire la décroissance de ces dernières est simplement le résultat d’une mauvaise interprétation des données, de la disparité de ces dernières – par exemple de nombreuses régions océaniques sont très peu équipées de bouées – et du fait que les bouées ARGO ne couvrent pas totalement la période considérée 1995-2016. De plus si le réchauffement du climat s’est stabilisé durant cette période c’est aussi parce que les analyses ont surévalué un trop fort réchauffement entre les années 1995 et 2005, tout ça parce qu’il y a trop d’incertitudes, raison pour laquelle une homogénéisation s’imposait. Il est dit en toutes lettres dans cet article que « il existait des tendances de refroidissements parasites présentes dans les dossiers des navires au cours des dernières années », je n’invente rien, je n’ai fait que traduire l’anglais « spurious cooling biases present in ship-based records in recent years » … Comme il est donc évident de le constater la science climatique a fait un grand bond en avant !

Source : Science Advance, doi : 10.1126/sciadv.1601207 et aussi au sujet du « climategate » : http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-4192182/World-leaders-duped-manipulated-global-warming-data.html

Capture d’écran 2017-02-10 à 17.10.30.png

Note : à propos de ce qui est maintenant appelé le « Climategate » les récentes révélations de John J Bates sont vraiment dérangeantes car elles remettent tout simplement en cause la validité de l’ensemble des accords conclus à l’occasion de la COP21. Tous les travaux de cette réunion onusienne sur le climat sont entachés de mensonges et de manipulations grossières de l’ensemble des données relatives à l’évolution du climat qui sont le fait de la NOAA et dans une moindre mesure de la NASA sur ordre d’Obama avec la bienveillance coupable de David Cameron et de François Hollande, ce dernier pour des raisons politiciennes évidentes. Au final cette COP21 qui conduisit aux accords sur le climat de Paris n’est que la validation d’une vaste escroquerie … (Illustration John J Bates qui a travaillé durant 30 ans à la NOAA et a révélé les manipulations frauduleuses des données climatiques au sein de cette administration qui est maintenant dans le collimateur du Président américain Donald Trump).

Crise climatique : propagande sanitaire truquée

Capture d’écran 2017-02-03 à 18.46.05.png

Le réchauffement global du climat provoqué (hypothétiquement) par le CO2 d’origine fossile (gaz, essence, charbon) émis en raison de l’activité humaine a eu comme conséquence de répandre une psychose mondiale organisée par des activistes manipulés par les grands groupes financiers au sujet de ses effets sur la faune terrestre et maritime, y compris pour les êtres humains et leur santé. Tout a été dit ou presque, depuis les coraux jusqu’aux ours polaires en passant par les moustiques, les vers de terre et les chauve-souris : le réchauffement va provoquer des disparitions massives d’espèces animales et l’homme n’est pas à l’abri de ces calamités annoncées quotidiennement par les médias au service de la « grande cause climatique ».

Des scientifiques japonais de la faculté de médecine de l’Université de Fukuoka ont voulu en avoir le coeur net et en toute honnêteté en ce qui concerne l’incidence de la température sur les crises cardiaques. Ils ont collecté les données fournies par le Ministère Japonais des Affaires Intérieures qui chapeaute les pompiers et les cellules de crise (surtout en cas de tremblement de terre) sur la période 2005-2014. Ces données ont recensé 650000 cas de crises cardiaques dans la rue ou à la maison réparties dans les 47 préfectures du pays. Les Docteurs Daizuke Onozuka et Akihito Hagihara de l’Université de Fukuoka ont rapproché ces données avec celles de l’Agence Météorologique Japonaise en ce qui concerne la température relevée au sol durant cette même période, été comme hiver.

L’étude a montré après une analyse statistique minutieuse qu’effectivement la température avait un effet sur l’incidence des crises cardiaques … mais pas comme aurait pu l’imaginer n’importe quel laboratoire à la solde du lobby du changement climatique, et il y en a des milliers qui profitent de confortables crédits de recherche pour confirmer les effets délétères multiples et variés du réchauffement climatique « d’origine humaine ».

En se limitant aux seuls accidents cardiaques hors de l’hôpital effectivement pris en charge par les pompiers ces universitaires ont montré sans ambiguïté que c’étaient les températures froides qui favorisaient les accidents cardiaques ! Les vieux dans la tranche d’age 75-110 ans étaient les plus vulnérables dans quelle préfecture que ce soit. Il est également ressorti de cette étude que les températures modérément froides étaient les plus dangereuses. Il est possible d’interpréter ce résultat en imaginant que quand il fait très froid on se protège mieux avec des vêtements appropriés. Au contraire de ce que prétendent les climato-alarmistes lorsque les températures sont modérément chaudes ou très élevées, leur incidence sur les accidents cardiaques est totalement négligeable. Encore une affirmation gratuite des climato-alarmistes réfutée sur des bases solides et incontestables.

Source et illustration : Scientific Reports, doi : 10.1038/srep39538

Crise climatique : démêlés juridiques et autres trucages grossiers

Capture d’écran 2017-02-02 à 18.28.00.png

La Cour d’appel de Washington instruit le dossier opposant Michael Mann et le Competitive Enterprise Institute. Mes lecteurs pourraient être désorientés par cette information car après tout ça se passe à Washington et qui se souvient de Michael Mann ? Pour rafraîchir les mémoires, Mann est ce climatologue qui eut l’audace de trafiquer des données incontestables sur la température moyenne au sol et dans les basses couches de l’atmosphère pour faire ressortir la fameuse courbe de réchauffement en forme de crosse de hockey (hockey-stick graph, illustration Wikipedia ci-dessus, voir note en fin de billet) qui fut largement reprise dans les compte-rendus de l’IPCC afin de sensibiliser l’ensemble de la planète sur les risques de réchauffement induits par l’activité humaine. Cette imposture grossière fut l’objet de vifs débats et finalement l’IPCC, après plusieurs années de propagande, fit en quelque sorte amende honorable en la supprimant de ses rapports.

Ce genre de courbe en trompe-l’oeil vient de ressortir quand la NOAA et la NASA ont décidé de standardiser toutes les mesures de températures tant satellitaires qu’au sol (stations météo) ou dans les océans (bouées) et comme on pouvait s’y attendre, jouant sur leur respectabilité, ces deux organismes ont fait ressortir une nouvelle courbe en crosse de hockey tout aussi fallacieuse que celle de Michael Mann mais n’émanant plus d’un individu car c’est toute une administration qui en est l’auteur.

L’affaire Mann contre le Competitive Enterprise Institute est toujours en cours d’instruction et l’éminente climatologue Judith A. Curry est venue déposer à Washington afin de contrecarrer la plainte en diffamation de Michael Mann qui considère que des scientifiques (ceux-là dignes de ce nom) l’ont calomnié en prétendant que la courbe qu’il avait publié était le résultat d’un trucage de données.

Le Docteur Curry a déclaré que « ni Galilée ni Einstein ont poursuivi en justice leurs détracteurs pour calomnie. Il ont laissé leurs travaux et leurs idées parler pour eux-mêmes en éteignant toute attaque vindicative ». Galilée, à la suite de son procès, vieux et affaibli, se rétracta et abonda dans le sens de l’héliocentrisme de la papauté d’alors par simple respect pour le Pape qui avait admiré en son temps ses découvertes. Quant à Einstein il ne compta pas que des adeptes inconditionnels de sa théorie de la relativité restreinte quand il publia ses résultats en 1905. Il ne s’en offusqua pas et poursuivit ses recherches qui ont été finalement et totalement vérifiées par l’expérience avec en couronnement la découverte des ondes gravitationnelles il n’y a que quelques mois …

Michael Mann a cru bon de trainer devant la justice ses détracteurs. N’est-ce pas là une attitude révélatrice de sa malhonnêteté ?

Venons-en maintenant à cette homogénéisation des relevés de températures que la NASA a entrepris de réaliser. Anthony Watts, originaire de Cape Town en Afrique du Sud, a donc pris l’exemple de sa ville natale pour illustrer la nouvelle imposture de la NASA, reprise par tous les organes d’information du monde entier pour faire ressortir que les années 2015 et 2016 ont été les plus chaudes depuis la disparition des dinosaures (c’est de l’humour …) et qu’il est donc urgent de faire face par tous les moyens au réchauffement du climat d’origine humaine. Les deux illustrations ci-dessous sont parlantes : avant et après « homogénéisation » des données.

Capture d’écran 2017-02-01 à 11.12.17.png

Capture d’écran 2017-02-01 à 11.13.07.png

À l’évidence « ça se réchauffe » comme on peut le constater plus encore que durant la période 1910-1960 ! Encore une fois la NASA s’illustre dans le truquage en tous genres de données pourtant toutes disponibles au public, mais c’est cet organisme qu’il faut croire car ses allégations pourtant anti-scientifiques vont dans le sens de la doxa du réchauffement climatique global d’origine humaine …

Pour conclure la Constitution américaine stipule clairement dans son Article 2 que le Président est de facto le « patron » de toutes les agences fédérales y compris la NASA, l’EPA (Environmental Protection Agency) et la NOAA. Or l’opinion du nouveau président américain au sujet du « réchauffement climatique » a le mérite d’être claire : il doute ! Il va donc remettre à plat l’ensemble de l’idéologie de son prédécesseur à propos du climat.

Sources : Competitive Enterprise Institute (cei.org), Climate Etc (judithcurry.com) et Anthony Watts (wattsupwiththat.com)

Note : la courbe originale de Michael Mann est devenue difficile à trouver sur Google ou Wikipedia. Elle a été « barbouillée » en bleu, figurant l’incertitude des mesures, pour mieux faire passer cette imposture grossière où ne figure pas l’optimum climatique médiéval qui selon Mann n’aurait jamais existé. Un bel exemple de propagande mensongère et de pseudo-science …

Crise climatique : la fin ?

Capture d’écran 2017-01-21 à 22.19.47.png

Si ma mémoire est encore bonne, le nobélisé de la paix Al Gore était bien vice-président de Bill Clinton. J’ai appris le samedi 21 janvier de l’an nouveau 2017 que la fondation « caritative » Clinton venait de mettre la clé sous le paillasson. Bill Clinton a licencié sans préavis 22 personnes et tout simplement fermé la porte à double tour car la fondation n’a plus un cent (de dollar) sur son compte. Alimentée par un scandaleux trafic d’influence lorsque l’épouse de Bill était à la tête de la diplomatie américaine sous la législature d’Obama (qui a fermé les yeux sur les turpitudes d’Hillary) cette fondation dont a largement profité Al Gore pour promouvoir la véracité mensongère du réchauffement climatique d’origine humaine est devenue une coquille vide. Il est tout à fait vraisemblable que le sinistre Al Gore soit poursuivi par le FBI dans les prochaines semaines, sinon les prochains jours. L’arrivée de Donald Trump dans le bureau oval de la Maison-Blanche promet un développement très intéressant. Le nouveau président américain a bien précisé qu’il ne croyait pas un mot de la théorie du réchauffement climatique d’origine humaine et il va certainement faire le ménage en profondeur.

Ce sera une occasion inespérée de dévoiler l’imposture mondiale de ce supposé réchauffement que tous les Européens sont en train à l’évidence de constater …

Source partielle : investors.com, illustration : AP

Crise climatique : L’incohérence des partis écolos allemands

Capture d’écran 2017-01-21 à 11.23.09.png

À la suite du grand tsunami qui dévasta le 11 mars 2011 un grande partie des zones côtières de l’île de Honshu au Japon faisant plus de 20000 morts et disparus et provoquant l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, l’Allemagne décida sous l’impulsion des partis écologistes de fermer dans un délai de dix ans toutes ses installations électronucléaires qui fournissaient le cinquième de l’électricité du pays fin 2010. En 2022 et selon les décisions du gouvernement de Madame Merkel prises en 2011 toutes les centrales nucléaires du pays seront définitivement à l’arrêt. Or l’Allemagne a aussi ratifié le protocole de Paris issu de la COP21 de 2015. Il est donc devenu urgent pour le pays de développer de manière aussi rapide et massive que possible des installations de production électrique dites propres. Parmi ces énergies « vertes » ou propres (comme vous l’entendez) renouvelables de surcroît et sans danger pour l’atmosphère et le climat, selon les directives de l’IPCC, il y a les moulins à vent. Or l’Allemagne se trouve face à un problème toujours pas résolu et qui ne le sera jamais : il y a du vent « exploitable » dans les länders proches de la Mer du Nord alors que l’industrie est essentiellement concentrée au sud du pays, là où le vent est beaucoup plus capricieux.

De plus, en 5 ans le prix du kWh pour les particuliers a doublé en raison du coût exorbitant des sources d’énergie verte, particuliers qui se trouvent donc de facto pénalisés pour maintenir une industrie, nerf de l’économie allemande, à qui les compagnies d’électricité octroient des tarifs préférentiels sur ordre du gouvernement de Berlin. L’ensemble des consommateurs allemands financent donc l’industrie indirectement. Mais ce n’est pas tout ! Les grandes firmes industrielles impliquées dans les énergies vertes comme par exemple Siemens (qui a totalement abandonné ses activités nucléaires) maintiennent une pression constante pour installer le plus possible de moulins à vent, épaulés en ce sens par les partis verts ultra-puissants en Allemagne.

De plus, en prenant en compte le fait qu’un moulin à vent off-shore coûte 5 fois plus cher que son équivalent terrestre et que les espaces disponibles pour installer de nouveaux moulins sur la terre ferme s’est considérablement réduit il va falloir trouver une solution rapidement et ce d’ici la fin de l’année 2022. Il reste en effet aujourd’hui 8 réacteurs de 1300 MW électriques en fonctionnement ayant tous été construits entre 1984 et 1988, deux BWR et 6 PWR. Selon les critères de sécurité américains ces installations pourraient sans danger fonctionner encore 40 ans. Il faut donc remplacer 10900 MW électriques par des sources d’énergie propre et fiable avant 2022.

La loi allemande de protection de la faune interdit l’utilisation des moulins à vent entre le 1er mars et le 30 août afin de préserver la vie des oiseaux migrateurs dans les zones, plutôt mal définies, de passage de ces oiseaux, mouvements migratoires vers la Scandinavie justement très intenses dans les régions septentrionales de l’Allemagne. En dépit du fait que les observateurs de la Deutsche Wildtier Stiftung, La Fondation Allemande pour la Nature, a répertorié la mort de 250000 chauve-souris et 12000 rapaces chaque année y compris dans les zones où les moulins à vent sont interdits de fonctionnement entre les dates précisées ci-dessus, qu’à cela ne tienne, les Verts font paradoxalement pression pour que cette interdiction de fonctionnement ( loi fédérale de protection de la nature § 44, section 1 No.1) soit aménagée pour assurer une plus importante production d’électricité éolienne ! De plus, et en Allemagne on n’est plus à un paradoxe près, la destruction de forêts entières a été autorisée, comme par exemple dans le Schleswig-Holstein et le Mecklenburg, deux länders du nord du pays particulièrement boisés, pour y installer des moulins à vent (illustration).

Plus paradoxal encore, les partis verts s’opposent à la construction de lignes électriques à très haute tension pour acheminer l’énergie « verte » depuis les länders du nord vers ceux, industriels, du sud, Rhénanie, Bade-Würtenberg et Bavière. Tous ces exemples illustrent donc l’incohérence totale de la politique énergétique allemande et les dégâts irréversibles sur l’environnement qui en résultent.

Les générations futures apprécieront d’autant plus que l’énergie nucléaire est considérée à juste titre comme la seule alternative à la consommation de combustibles fossiles et malgré le fait que de plus en plus de scientifiques de valeur incontestable s’accordent pour affirmer que le CO2 n’a aucun effet notoire sur le climat et que l’optimum climatique moderne est maintenant terminé …

Source partielle et illustration : blog de Pierre Gosselin (notrickszone.com) avec sa permission.

Crise climatique : ça se réchauffe

Capture d’écran 2016-12-03 à 18.06.17.png

Le réchauffement climatique dont les grands de ce monde (être au moins milliardaire et arriver en jet privé) vont abondamment discuter ce week-end à Davos puisqu’il s’agit de l’une de leurs préoccupations majeures, ce réchauffement climatique, donc, est à l’origine de la vague de froid exceptionnelle (?) qui, selon la propagande qu’ils ont organisé, s’abat sur l’Europe depuis quelques jours.

Puisque le climat se réchauffe en raison de l’activité humaine les hivers deviennent plus froids et deviendront encore plus froids à l’avenir : c’est à n’y rien comprendre, un enfant de 7 ans se poserait la question.

Pourquoi les grands argentiers, les politiciens et les CEOs des grandes multinationales vont entrer dans le vif (comme le froid) du sujet du réchauffement climatique dans cette station de montagne huppée, tout simplement parce qu’il y a très gros à gagner sur le dos de tous les contribuables du monde entier qui sont par ailleurs friands d’une énergie dont le prix ne pourra qu’augmenter inexorablement pour financer des projets renouvelables débiles. Ils vont tous s’en mettre plein les poches avec l’aval des Nations-Unies et des écologistes qui n’ont eu de cesse depuis maintenant plus de 20 ans d’organiser minutieusement ce racket à l’échelle mondiale pour enrichir les plus riches et appauvrir le reste de l’humanité.

Crise climatique. Les ETS, vous connaissez ? Votre porte-monnaie va vite comprendre ce que c’est …

Capture d’écran 2016-12-12 à 12.33.33.png

C’est un rapport du Corporate Europe Observatory qui vient de paraître qui l’affirme les taxes sur l’énergie, dans le cadre européen des ETS ou Emission Trading System, iront du porte-monnaie des contribuables directement sur les comptes des grandes entreprises ! Et ce ne sont pas quelques milliers ou millions d’euros qui sont en jeu mais des centaines de milliards de ces mêmes euros. Et toute cette arnaque est organisée en haut lieu pour soit dit en passant « sauver le climat ». Le Parlement européen et la Commission de Bruxelles sont deux organismes censés gérer au mieux la destinée des citoyens européens et leur porte-monnaie, c’est tout le contraire qui se dessine clairement pour les années à venir. Les contribuables de toute la zone économique européenne seront mis à contribution pour que les grandes industries friandes en énergie et donc productrices de CO2, compagnies d’électricité, industrie pétrolière, cimenteries, papeteries, transformation des métaux ferreux et non ferreux, industries chimiques, industrie automobile et producteurs d’engrais … puissent supporter sans frais supplémentaires les taxes dites « carbone ».

Les lobbyistes de ces secteurs ont bien fait leur travail, ces industriels peuvent se rassurer, ils seront dédommagés avec des espèces sonnantes et trébuchantes pour ne pas délocaliser leurs usines et préserver les emplois. Le chantage, dans une zone économique où le chômage est endémique, a finalement payé. Le fonctionnement des ETS a été très bien pensé par les fonctionnaires de Bruxelles, nous allons tous payer pour les grandes entreprises, pour la plupart des multinationales qui s’arrangent par ailleurs pour payer le moins de taxes possibles comme ArcelorMittal, Shell, Lafarge ou encore Respol pour n’en citer que quelques-unes. Le consommateur final va donc payer sous forme de taxes « vertes » sur toutes sortes de produits, depuis le gaz naturel jusqu’au kWh, en passant par l’essence mais aussi le ciment, le papier, le rouleau de papier « alu » de sa cuisine ou de « PQ » ou l’engrais pour les plantes vertes de son appartement ou de son balcon ! Ce sera invisible, presque indolore, pourquoi ne pas en profiter parce que tout à fait légalement des transferts massifs d’argent seront effectués vers ces grandes multinationales. Ces transferts ont été évalués par Corporate Europe Observatory à plus de 250 milliards d’euros par décennie, je n’invente rien c’est écrit noir sur blanc dans ce rapport …

Voilà le résultat tangible de la mafia qui est supposée préserver la planète d’un réchauffement torride qui n’arrivera très probablement jamais. Il s’agit bien en effet d’une mafia : tout est organisé depuis déjà de nombreuses années, au nom du sauvetage du climat, depuis les réunions de Davos ou encore du très sélect Club de Bilderberg sans oublier les chantages incessants de Greenpeace et autres ONGs auprès des entreprises en tous genre *, pour rançonner le citoyen moyen qui a été conditionné par une propagande incessante afin de payer sans protester tout en ayant la satisfaction de faire quelque chose de bon pour Gaïa et en enrichissant au final les grandes corporations et les politiciens qui ont mis au point ce système tout simplement scandaleux.

Source : https://corporateeurope.org/climate-and-energy/2016/12/carbon-welfare

Note : J’ai mentionné le « PQ », le papier hygiénique pour les non-initiés, car j’ai eu la surprise de découvrir dans mon petit super-marché local une mention sur l’emballage contenant 6 rouleaux triple-épaisseur spécialement conçus pour le confort anal qui dit ceci : « papier élaboré dans des conditions contrôlées pour sauvegarder l’environnement, les forêts et le climat » avec le logo du WWF ! Greenpeace se garde bien de faire de la publicité ouvertement car le WWF avec son panda est bien mieux toléré par le public … Nous payons donc bien une dime aux écolos chaque que nous allons déféquer, CQFD !