Environnement et moteurs diesel : un pas de plus dans la taxation pour sauver le climat.

Capture d’écran 2017-09-05 à 08.48.24.png

La Commission de Bruxelles (encore elle !) a finalisé la législation sur les oxydes d’azote émis par les véhicules automobiles munis de moteurs diesel et une nouvelle fois la législation européenne a reculé les limites de l’invraisemblable avec la norme Euro6d. Le sujet concerne cette fois l’addition d’urée dans le pot d’échappement catalytique de ces véhicules. De plus en plus de voitures et de camions sont équipés – les gros camions depuis 2010, du moins aux USA – d’un réservoir supplémentaire contenant une solution d’urée ultra-pure ( 32,5 %, selon les normes) qui au contact d’un catalyseur spécifique va transformer les oxydes d’azote NOx en azote avec production d’eau et de CO2. La grande majorité des incinérateurs et des fours industriels pour la production de vapeur sont équipés de ce genre de système dit réduction catalytique sélective (SCR en anglais). Dans un véhicule automobile la situation est plus complexe pour diverses raisons. D’abord la température des gaz d’échappement provenant du moteur est peu élevée et il faut donc utiliser des catalyseurs coûteux constitués de métaux précieux, platine voire palladium, les catalyseurs vanadium-tungstène ayant une durée de vie limitée. De plus ces catalyseurs sont extrêmement sensibles à d’autres oxydes comme les oxydes de soufre pouvant être produits si le carburant est lui-même contaminé par des dérivés soufrés organiques. Enfin, compte tenu du prix élevé de ces catalyseurs (pots dits catalytiques), leur recyclage après remplacement exigé lors d’un contrôle technique du véhicule est économiquement nécessaire, ce qui naturellement aggrave et complique le coût de l’opération.

Tout ça pour quoi ? Pour réduire les émissions d’oxydes d’azote dans l’atmosphère ! Ah bon ? Et le CO2 dans toute cette histoire rocambolesque puisqu’il faut de l’énergie pour fabriquer l’urée à partir de gaz naturel et d’ammoniac, donc une production fatale de CO2 ? Si ce problème a été contourné, en partie seulement, en réutilisant le gaz carbonique issu des fours des installations industrielles, il en résulte tout de même une consommation nette d’énergie évaluée à environ 40 % en poids de CO2 produit par unité de masse d’urée produite. En effet l’autre matière première nécessaire pour la synthèse industrielle de l’urée est l’ammoniac également produit par synthèse à partir de l’azote de l’air avec une consommation d’énergie extravagante ( voir sur ce blog, lien en fin de billet). Dans ces pots d’échappement « catalytiques » l’urée produit du CO2, de l’azote et de l’eau et la boucle est bouclée !

SystèmeRCSAutomobile.jpg

Au final, l’automobiliste déja matraqué par les taxes sur les carburant va devoir acheter, conformément à la loi européenne, des bidons de solution d’urée pour ne pas polluer l’atmosphère, obligation bientôt légale qui surenchérira de 10 % le coût total du carburant. Il s’agit pour l’instant de la solution aqueuse d’urée « Adblue » dont la commercialisation est presque exclusivement contrôlée par la société Yara International basée à Oslo. L’activité de cette société était originellement la fourniture d’engrais azotés et d’urée comme complément alimentaire dans les élevages de bovins mais elle a trouvé une nouvelle poule aux oeufs d’or avec l’Adblue puisque 1 litre de solution d’urée à la concentration de 32,5 % pour les pots catalytiques coûte environ 2 euros. En estimant la consommation annuelle d’Adblue pour un véhicule diesel de tourisme à une trentaine de litres par an faites le calcul …

Voilà combien finit par coûter la protection de l’environnement et du climat et ce n’est pas encore terminé pour votre porte-monnaie. La directive européenne dite Euro6d applicable progressivement dès le 1er septembre 2017 et qui devra être généralisée à tous les véhicules diesel, quelle que soit la puissance du moteur, dès le 1er septembre 2020 va évidemment porter un coût sérieux aux constructeurs automobiles qui doivent dès à présent équiper les véhicules du système d’injection de l’urée dans les pots d’échappement et qui vont assister à une chute des ventes de véhicules diesel légers (voitures de tourisme : voir illustration, Wikipedia) car les associations de consommateurs conseillent vivement aux candidats à l’achat d’une voiture « diesel » de reporter leur décision … ou d’acheter un véhicule utilisant du gaz de pétrole liquéfié (GPL) qui ne génère ni poussières ni oxydes d’azote.

Sources : diverses. Note : la production mondiale d’urée est d’environ 190 millions de tonnes par an. Illustrations : bouchons de remplissage d’une voiture diesel de marque allemande, et 1 = réservoir d’urée, 2 = canalisation, 3 =calculateur, 4 = injecteur, 5 = pot catalytique. Et aussi sur ce blog :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/02/16/un-tout-petit-pas-vers-la-production-bio-dammoniac/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/10/08/crise-climatique-apres-la-taxe-carbone-la-taxe-azote/

Demain mercredi et le jour suivant je serai déconnecté : pas de billets.

Crise climatique : après la taxe carbone, la taxe azote ?

Après la taxe carbone, la taxe azote ?

La grande réunion mondaine de Paris-Le Bourget a accouché d’un enfant mal-formé qui va coûter une vraie fortune. S’il faut que le traité de taxation du carbone soit appliqué il faudra, de mémoire, que 55 % (ou 65 %, je ne sais plus) des pays représentant le même pourcentage de production mondiale de CO2 (55 ou 65 %, mes lecteurs corrigeront) ratifient ce traité. Le nouveau raout organisé au Maroc cette fin d’année devrait donc être éventuellement l’occasion de boire des milliers de litres de champagne pour fêter cet évènement planétaire si les objectifs de ratification ont été atteints. Les estimations du coût global de la « transition énergétique » varient entre 20 et 100 mille milliards de dollars, on est déjà en plein délire.

En parlant de champagne, ça tombe très bien puisque le raisin nécessite des apports d’engrais azotés et ça pollue les rivières et les nappes phréatiques et parfois ça explose comme à Toulouse.

Parlera-t-on de l’azote à Marrakech et de l’institution d’une taxe azote à l’échelle mondiale ? Les écologistes y pensent de plus en plus car non seulement l’azote sous toutes ses formes pollue et tue mais encore détruit la couche d’ozone, tout pour plaire et rendre ce problème urgent.

C’est une étude émanant du Département de l’Environnement de l’Université du Minnesota qui vient de le démontrer à l’aide de savants calculs plutôt abscons, il est urgent de penser à taxer l’azote car l’azote à un coût social loin d’être négligeable. Quelques exemples suffisent ( ? ) à convaincre le premier idiot. Le nitrate d’ammonium, un engrais, pollue les rivières, les nappes phréatiques, les lacs et au final la mer. L’ammoniac alcalinise l’atmosphère et les rivières. Les oxydes d’azote produits entre autre par les véhicules automobiles tuent parce qu’on les respire et de surcroit ils détruisent la couche d’ozone, en particulier le N2O. Bref, après le carbone voilà l’azote ! Peut-être qu’ensuite le soufre sera taxé et par exemple les pays qui ont le malheur de posséder des volcans sur leur territoire paieront une taxe pour tous les oxydes de soufre émis par ces volcans qui sont très mauvais pour la santé de Gaïa et accessoirement celle des hommes …

Ce sera surtout pour la santé de vos porte-monnaie qui garderont une taille de guêpe … Décidément on vit dans un monde bien étrange.

Source : soi: 10.1126/sciapode.1600219

Réchauffement climatique ? Erreur, il faut dire « Refroidissement climatique » !

C’est assez curieux pour ne pas dire surprenant qu’un rapport de la NASA datant de mars 2012 puisse avoir été complètement ignoré des tenants du réchauffement climatique, mais c’est bien sûr ! Ce rapport vient contredire frontalement les allégations du GIEC à propos des effets potentiellement dévastateurs de l’augmentation du CO2 dû à l’activité humaine dans l’atmosphère. C’est tout le contraire que la NASA a incidemment découvert à la suite d’une importante éruption solaire qui eut lieu en mars 2012. Grâce aux effets combinés du CO2 et des oxydes d’azote qui se trouvent dans la thermosphère, la couche supérieure de l’atmosphère située entre 95 et 600 km d’altitude, l’énergie solaire est plus efficacement repoussée dans l’espace. La NASA compte pourtant dans son staff le Docteur James Hansen, un fervent défenseur de la théorie du réchauffement climatique dont les idées ont inspiré la mascarade filmographique d’Al Gore que tout le monde a gobé sans moufter.

Bref, pour dire les choses plus clairement, la thermosphère joue le rôle de miroir pour les effluves constantes de chaleur provenant du soleil, miroir d’autant plus efficient que l’atmosphère s’enrichit en CO2. Juste un petit rappel, le soleil inonde littéralement la terre d’énergie, plus de dix mille fois ce que l’homme produit en brûlant des combustibles fossiles ou de l’uranium créant ce que l’on appelle le réchauffement d’origine humaine, autant dire que les alarmistes prennent vraiment les gens pour des cons, surtout les politiciens, qui comme je me plais à le répéter dans mes billets n’y comprennent rien du tout et en particulier les écologistes prisonniers de leur idéologie sectaire, ce qui est pire encore. La découverte de la NASA remet donc tout en question. La supercherie dont je parlais dans un précédent billet est enfin découverte, preuves à l’appui, et comme l’année 2013 sera celle d’un paroxysme d’activité solaire avant un nouveau cycle d’endormissement -les cycles solaires durent 11 ans – la NASA aura tout le loisir de vérifier cette découverte. Seul Contrepoints effleure cette information parce qu’il est gravement politiquement incorrect de contester l’effroyable effet des gaz à effet de serre (voir les liens ci-dessous) puisque c’est d’abord du business (les éoliennes, les panneaux solaires, la taxe carbone), ça donne aussi et surtout du grain à moudre aux écolos (on devrait maintenant plutôt dire « escrologistes » pour reprendre l’expression d’un commentateur de Contrepoints dont je vous laisse trouver l’identité en allant sur le site) et enfin ça occupe notre sémillante ministre de l’énergie et de l’environnement Delphine qui dirige doctement (alors qu’elle n’y connait rien) une énième commission pompeusement appelée à statuer – en toute objectivité naturellement – sur le paysage énergético-visuel de la France pour les prochaines décennies. Quel ambitieux programme voué à l’échec surtout si l’accumulation ce CO2 dans la thermosphère venait à entrainer un refroidissement climatique ! Mais je m’excuse auprès des bien-climato-pensants, je viens de mentionner une horreur. Heureusement qu’une des orientations qui sera préconisée par cette commission sera une amélioration de l’isolation des logements. Au moins mes petits enfants seront protégés des hivers glacés, des printemps non moins réfrigérés et des été totalement pourris dans des logements douillets grâce à la prévoyante mansuétude de notre Delphine nationale. Je doute d’une quelconque mention de la découverte de la NASA au cours des débats qui ont déjà lieu sur le package énergétique français car remplacer les centrales nucléaires par des fours à charbon ou à gaz, ce sera aggraver le refroidissement climatique ! Il faudra alors encore plus de centrales nucléaires non polluantes (donc non refroidissantes) pour satisfaire les consommateurs frigorifiés. Un vrai casse-tête pour cette tête de linotte anti-nucléaire !

http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2012/22mar_saber/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/05/20/encore-une-autre-supercherie/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/05/21/gaz-a-effet-de-serre-evenements-climatiques-catastrophiques-la-reponse-est-non/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/05/17/un-quelconque-debat-sur-le-climat-est-indesirable-en-allemagne-mais-bientot-aussi-en-france/

http://www.contrepoints.org/2013/05/23/125229-le-rechauffement-climatique-responsable-de-notre-hiver-glacial