WWF et IPCC : curieux mélange

Capture d’écran 2018-03-21 à 12.14.38.png

Comme personne ne doit l’ignorer le siège social du WWF se trouve à Morges en Suisse non pas parce que la nature y est mieux préservée mais parce que le secret bancaire l’est encore très bien. L’appellation officielle du WWF est World Wide Fund for Nature (site officiel du WWF : http://wwf.panda.org/ ). Outre ses actions humanitaires et de protection de la nature le WWF est également un puissant organisme de lobbying qui embrasse un nouveau niveau de régulations, de bureaucratie et de lois internationales en un réseau global pour s’assurer que les gouvernements contrôlent mutuellement leurs actions de sauvetage de la planète afin de la rendre encore plus écolo-accueillante car le WWF sait de quoi il en retourne.

Et comme avec beaucoup d’argent on sait se faire entendre et imposer ses vues alors le WWF n’a pas hésité à s’immiscer dans les affaires de l’IPCC, l’organe onusien en charge de disperser les bons conseils aux gouvernements pour la sauvegarde du climat, organisme également basé en Suisse, plus précisément à Genève. Comme le climat fait évidemment partie intégrante de la nature le WWF a donc dès 2004 agi pour contrôler indirectement l’IPCC (GIEC pour les francophones).

En cette année 2004 Les Nations-Unies commandèrent le rapport qui sera appelé par la suite IPCC-2007 Report et qui constitue la base des actions pour le climat. Dès la fin de l’année 2004 le WWF créa une entité parallèle appelée Climate Witness Scientific Advisory Panel (Panel consultatif scientifique sur le climat) dont la mission fut tout de suite de contrôler tous les scientifiques ciblés par l’IPCC afin qu’ils soient si l’on peut dire les choses ainsi en conformité avec les missions du WWF. Le WWF n’a jamais dissimulé que le pouvoir de l’argent était un moyen de persuasion imparable comme par exemple en faisant miroiter à certains scientifiques des aides financières pour leurs travaux de recherche si ces derniers choisissaient les préoccupations conformes à son idéologie : l’état d’urgence de la protection de la planète. Le document datant de 2008 attestant de ces agissements est disponible auprès du WWF International Climate Witness basé à Sydney en Australie ( http://www.panda.org/climatewitness ). Les scientifiques « recrutés » par le WWF pour être ensuite choisis par l’IPCC devaient non plus vraiment réaliser des travaux de recherche pure et dure mais des sortes d’enquêtes sur le terrain afin de rédiger des articles aussi alarmistes que possible même au mépris de toute déontologie scientifique de base. Et c’est devenu courant que des articles supposés de haute tenue scientifique relatifs au changement du climat ne sont que des impressions recueillies oralement auprès de « l’homme de la rue » à la suite de questions du genre : « Avez-vous l’impressions que le climat change ? », « Avez-vous remarqué qu’en raison du changement climatique il y a moins d’insectes collés sur le pare-brise de votre voiture ? » ou enfin « Avez-vous remarqué un changement dans le rayonnement ultra-violet ? ».

« Pour se conformer au niveau de connaissances relatives au changement climatique la fonction première d’un membre du Scientific Advisory Panel (i.e. un scientifique recruté par le WWF) doit vérifier sur des bases scientifiques les histoires de changement climatique collectées par le WWF dans le monde entier et s’assurer qu’elles sont susceptibles de faire l’objet d’une publication dans une revue à comité de lecture dont le centre d’intérêt se situe au niveau des impacts du changement climatique dans une région du Globe particulièrement considérée » (sic, source : WWF). Inutile de dire qu’une telle démarche invalide totalement le résultat d’une telle « recherche scientifique ». Des scientifiques ont donc travaillé parfois dans des conditions difficiles pour finalement voir leurs travaux avalisés par un entrefilet dans une des nombreuses publication du WWF et pour le seul bénéfice de cette dernière organisation. Evidemment de nombreux scientifiques ont perdu leur âme dans ce genre d’opération à caractère plus politique et idéologique que scientifique et ils en ont été très souvent pour leurs frais parfois à titre personnel.

Si le WWF est un organisme à l’évidence politique, l’IPCC était supposé être neutre et être d’une objectivité scientifique ne pouvant pas être mise en doute. Dans un document datant de 2008 le WWF déclara que « ses » 130 climatologistes réputés (ceux qui avaient donc signé la charte d’enrôlement à cette organisation) faisaient aussi partie en majorité du panel des scientifiques de l’IPCC. Le rapport de l’IPCC de 2007 qui lui valut le Prix Nobel (faut-il le rappeler) comprenait 28 des 44 chapitres, soit 64 % de l’ensemble de cette prose, rédigés par au moins un signataire affilié au WWF et que la rédaction de tous les chapitres du groupe 2 de ce rapport furent tous supervisés par ces « scientifiques » affiliés au WWF.

Ceci veut tout simplement dire que l’IPCC a été entièrement infiltré par le WWF et qu’il est entièrement compromis de l’intérieur.

Source : Donna Laframboise (http://nofrakkingconsensus.com). Donna Laframboise est journaliste d’investigation canadienne indépendante. (À suivre)

IPCC-leaks

IPCC-leaks

Le journaliste allemand Axel Bojanowski du Spiegle s’est procuré une copie de la version préliminaire du sixième rapport de l’IPCC sur le climat d’ors et déjà appelé le « Rapport Climatique Spécial 1,5 °C » qui sera rendu public en octobre 2018. D’une manière générale, et c’est purement théorique, les fonctionnaires onusiens de l’IPCC basés à Genève en Suisse prennent en considération l’ensemble de la littérature scientifique relative au climat. La controverse apparait tout de suite car il existe un filtrage avant même que le résumé à l’intention des politiciens soit rendu public, c’est la procédure adoptée par le passé et qui le sera également pour le prochain rapport, selon toute vraisemblance. Pour Bojanowski ce qui résultera de ce sixième rapport « intergouvernemental » – il faut souligner cet adjectif – sera un débat « très chaud », ultra-politisé et préservant globalement la réputation de chacun des rapporteurs, cela va de soi aussi.

IPCC : 1,5°C de réchauffement dès 2043 !

Selon les documents qu’a pu consulter Bojanowski la planète ne pourra pas émettre d’ici 2043 plus de 600 milliards de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 12 ans des émissions moyennes actuelles. Le rapport dit avec une « certitude robuste » qu’un réchauffement de 1,5°C sera atteint si les émissions actuelles continuent à leur rythme actuel. Il faudra que l’utilisation du charbon soit réduite de 5 % par an, un objectif insoutenable pour nombre de pays pauvres ou en voie de développement y compris la Chine. Le « brouillon » du rapport mentionne qu’un réchauffement de 2°C sur cette période (d’aujourd’hui à 2043) conduira à des catastrophes dont spécialement une augmentation du niveau des mers de 10 cm « ou plus ».

L’IPCC l’admet : changer radicalement la société sera un véritable défi.

L’organisme onusien (que tous les contribuables financent et dont les membres disposent d’un passeport diplomatique et sont exonérés de tout impôt) admet ouvertement que changer le système de production d’énergie actuel vers du 100 % renouvelable sera un réel challenge en ce sens qu’un tel changement de société n’a jamais été envisagé dans le passé et qu’il n’existe pas dans l’histoire d’exemple d’une telle ampleur. Le rapport note aussi qu’il y a encore d’intenses discussions relatives à l’impact des conditions météorologiques extrêmes : « le document préparatoire sera modifié parfois très profondément selon les informations émanant de l’IPCC ».

Des négociations de « bazar ».

Bojanowski décrit les pourparlers actuels au sein de l’IPCC de palabres de bazar. Ils veulent tous préserver leur réputation. Dès lors les membres de ce docte corpuscule onusien s’en référeront aux scientifiques affirmant la « connaissance standard » du climat. C’est essentiel. Les documents scientifiques supportant ce rapport devront être soumis avant le 15 mai 2018.

La validité des documents scientifiques est filtrée selon un processus politique adapté.

Le projet de document est décrit comme résultant d’une synthèse des vues divergentes de scientifiques mais que la rédaction du rapport final sera négociée avec des « représentants de tous les pays concernés ». À l’évidence le document final ne sera qu’une coquille vide de toute signification scientifique. Bojanowski alarme directement les membres de l’IPCC quand à leur crédibilité et aux engagements de l’organisme lui-même : « S’ils ne sont pas soutenus de manière adéquate par les évidences scientifiques, alors ils deviendront très vulnérables vis-à-vis de l’opinion publique« . Inutile de dire que tout est déjà « emballé » …

Source : Notrickzone

Crise climatique : Le rôle prépondérant mais indirect de l’activité magnétique solaire sur le climat terrestre est incontestable

Avant d’entamer la lecture de ce long billet assez technique, je voudrais mettre en garde mes fidèles lecteurs : il s’agit de réflexions apparues à la suite des nombreuses lectures d’articles scientifiques auxquels j’ai pu avoir accès, que ceux-ci soient en accès libre ou que j’en aie demandé expressément une copie auprès de l’auteur correspondant. Il m’est apparu qu’il y avait à l’évidence un « chainon manquant » dans toute cette histoire de climat qui est devenue la préoccupation majeure de l’ensemble de l’humanité. Ce chainon manquant largement ignoré sinon sciemment occulté nous allons le découvrir au cours de ce billet car il est difficile de le conceptualiser sans entrer dans des détails parfois arides. Il fait appel, en effet, à des études complexes que peu de non-spécialistes sont à même de comprendre et j’avoue humblement que j’ai du soumettre quelques-uns des auteurs des travaux cités au cours de ce billet à mes insistantes questions auxquelles ils m’ont aimablement répondu. Je les en remercie ici très vivement, en particulier le Docteur Henrik Svensmark.

Capture d’écran 2017-12-24 à 11.05.35.png

Quand on examine le graphique ci-dessus (source NASA, Solar Dynamics Observatory Mission) on se dit, à juste titre, que toute cette histoire d’activité solaire cyclique d’environ 11 années ne peut pas, en toute logique, avoir de répercussions sur les températures moyennes sur Terre et par conséquent le climat est bien déréglé par l’activité humaine avec ses émissions de carbone, de CFCs et d’aérosols variés. Cette figure résume l’ensemble des observations par satellite depuis 1978 (9 satellites sur cette période) de l’irradiance solaire totale (TSI : Total Solar Irradiance, essentiellement des photons s’étalant des ondes radio aux rayons X) atteignant la Terre ou plutôt d’abord les hautes couches de l’atmosphère et non pas le sol directement, une précision qui a son importance comme nous le découvrirons dans ce billet. Les points rouges (14187 au total) représentent les mesures physiques de cette irradiance sur tout le spectre électro-magnétique et la courbe noire est la moyenne de ces mesures. La ligne horizontale jaune est le seuil minimal moyen de cette irradiance.

Comme on peut le constater la variation d’irradiance au cours d’un cycle d’activité solaire est très faible et n’est que de 0,09 % de 1361 watts par m2 – la moyenne – soit la formidable valeur de 1,22 watt ou plus clairement encore 0,61 watt en plus ou en moins des 1361 watts totaux moyens de cette irradiance solaire. Rappelons ici que l’énergie solaire moyenne atteignant la surface de la Terre est d’environ 370 W par m2 car l’irradiance solaire totale brute mesurée par les satellites (voir le point de Lagrange L1 en fin de billet à ce sujet) est en effet fortement tronquée dans les longueurs d’onde précisément de haute énergie, UV en particulier, par l’oxygène atmosphérique. Il est donc très facile de comprendre que les spécialistes de l’IPCC ont franchement déclaré droits dans leurs bottes que les variations de l’activité solaire ne pouvaient en aucun cas avoir un effet direct sur le climat de la Terre et on ne peut que être d’accord avec eux … si on s’en tient à ces observations.

C’est un peu la raison pour laquelle Claude Allègre, géophysicien et géochimiste de son état, fut traité de vieux gâteux quand il osa déclarer que ce n’était QUE le Soleil qui pouvait influer sur le climat terrestre selon des mécanismes encore largement inconnus mais certainement pas l’activité humaine. C’était en 1987 et les écologistes inventèrent par la suite tout ce qu’il était imaginable de faire comme coups bas pour que Allègre soit définitivement écarté de la scène politique et scientifique, Nicolas Hulot en premier lieu. La controverse surgit donc en 1987 et les données satellitaires n’étaient pas à l’époque aussi étoffées qu’aujourd’hui car elles n’en étaient qu’à leurs balbutiements …

Après 40 années d’accumulation d’observations de toutes sortes de paramètres les spécialistes du Soleil commencent à se faire une idée précise du pourquoi et du comment de l’influence de l’activité magnétique de cet astre sur le climat de la Terre et partant du principe que puisque l’irradiance solaire arrivant vers la Terre varie trop peu pour expliquer une relation de cause à effet directe sur le climat il devrait exister une autre cause « cachée » ou pour dire les choses plus clairement une autre cause largement ignorée et mal explorée ou encore complexe à comprendre.

Les mesures satellitaires, outre celle de l’irradiance solaire, comprennent également celles des flux de particules chargées en provenance du Soleil – le vent solaire – mais provenant aussi de la Galaxie et de l’Univers entier (les rayons cosmiques), puis les mesures des variations des champs magnétiques tant du Soleil que de la Terre et l’étude de l’interaction très complexe entre ces deux champs magnétiques. Toujours dans l’illustration ci-dessus figure en bleu le nombre de taches solaires comptées depuis le sol terrestre moyennées sur un mois. Ces taches, et plus personne ne le conteste aujourd’hui, sont le reflet visuel direct des variations du champ magnétique du Soleil au niveau de l’astre lui-même, champ magnétique généré par les flux internes de matière des pôles vers l’équateur et de pôle à pôle. Les taches solaires sont en effet une manifestation à la surface du Soleil de ces flux internes de matière solaire qui sont à la source du champ magnétique de l’astre qui va s’étendre ensuite très loin dans l’espace entourant le Soleil. Ces taches solaires constituent une source non négligeable mais pas prépondérante de particules chargées qui sont éjectées dans l’espace entourant le Soleil et appelé l’héliosphère dans laquelle évolue justement la Terre. Pour se faire une idée de cet environnement spatial dans lequel évolue la Terre le diamètre de l’héliosphère est d’environ 100 fois la distance Terre-Soleil.

Capture d’écran 2017-12-23 à 23.41.56.png

J’ai remis ci-dessus l’illustration déjà insérée dans un précédent billet car elle est riche d’autres enseignements si on prend la peine de l’analyser. Passons sur la représentation de l’évolution des taches solaires au cours des cycles de 11 ans, dite en « aile de papillon », qui retrace la migration de ces taches des pôles vers l’équateur solaire. Le diagramme inférieur représente les sommes des superficies des taches sur la surface de l’hémisphère solaire observable depuis la Terre et non plus leur nombre. Cette mesure est plus proche, comme nous le verrons par la suite, de l’activité magnétique solaire et de ses conséquences sur la vigueur du vent solaire. Il faut remarquer également l’optimum climatique moderne correspondant aux cycles #17 à 19 et #21 à 23 et le cycle #24 franchement étriqué qui touche aujourd’hui à sa fin et qui signe donc la fin de l’optimum climatique moderne dont la cause a été considérée par l’IPCC comme résidant dans les émissions de CO2 dues à l’activité humaine.

Alors pourquoi le climat ne varie-t-il pas au même rythme que le nombre ou l’étendue des taches solaires si c’est l’activité magnétique du Soleil qui a une influence primordiale ? Il n’est pas facile de répondre clairement à cette question et c’est la raison pour laquelle le champ magnétique du Soleil et ses conséquences ont été exclus des paramètres provoquant le réchauffement du climat par l’IPCC : trop compliqué à expliquer et à modéliser et surtout – surtout – indépendant de toute activité humaine !!! D’ailleurs quand la théorie de l’effet de serre du CO2 émergea c’était précisément au début des années 1980 et on ne connaissait pas grand-chose de ce qui se passait en détail au dessus de nos têtes …

Revenons donc un instant sur Terre et au sujet de son climat. Il y a un premier point qui ne peut pas être mis de coté d’un revers de la main : l’inertie des océans dont la masse constitue un volant thermique considérable aplanit les variations de température quotidiennes et saisonières. Les océans stockent plus de 93 % de toute l’énergie solaire atteignant la surface terrestre et non dissipée presque immédiatement vers l’espace (doi : 10.1029/2012GL051106), le reste est stocké temporairement dans l’atmosphère et renvoyé rapidement vers l’espace. Cette évaluation du stockage d’énergie par les océans est contestée par certains auteurs mais nous nous en tiendrons à cet ordre de grandeur. Les océans éliminent en permanence la chaleur emmagasinée par évaporation comme je l’avais expliqué dans un précédent billet ( https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/12/21/la-magie-de-leau/ ). De plus l’extrême complexité du mouvement des masses d’air dans l’atmosphère ne peut pas être mise en équations. J’ai un jour dénombré pas moins de 9 couches nuageuses distinctes en voyageant en avion entre le décollage de l’aéronef et l’altitude finale de croisière de 35000 pieds (11000 mètres). De gigantesques ordinateurs ne font que s’appuyer sur des observations antécédentes pour tenter de prévoir ce qui pourrait se passer dans un futur proche. Quant à faire des prédictions sur le long terme en ne prenant en considération que les océans et l’atmosphère est un exercice qui relève de la fiction, il n’est même pas possible de définir des grandes tendances ! Les mathématiciens ont inventé une discipline à part entière pour décrire ce genre de phénomène avec des équations et ils l’appellent le chaos … c’est dire à quel point c’est complexe. Ce qui signifie aussi que tous les modèles prédictifs d’évolution des températures ne sont que de la fiction.

Par contre l’activité magnétique du Soleil avec ses variations cycliques bien documentées en étudiant le climat passé est maintenant décrite avec des équations mathématiques certes pas parfaites mais qui atteignent un degré de fiabilité satisfaisant. Les travaux de la mathématicienne Valentina Zharkova dont j’ai souvent cité les publications sur ce blog sont là pour le prouver. Si, donc, l’irradiance solaire varie tellement peu qu’elle ne peut pas être invoquée pour expliquer les variations du climat terrestre alors que se passe-t-il au juste au dessus de nos têtes ? Si mes lecteurs ont l’impression que je me répète c’est à dessein car tout se passe en réalité très loin du plancher des vaches comme nous allons le découvrir …

C’est une question qui me hante depuis plusieurs années, en réalité depuis que je me suis intéressé au « réchauffement contemporain du climat d’origine humaine » car cette affirmation m’a toujours parue invraisemblable. Puisque le nombre de taches solaires a bien été corrélé à des variations du climat par le passé (minima de Maunder et Dalton) et que le modèle mathématique de V. Zharkova a parfaitement fonctionné en remontant dans le passé (contrairement à tous les modèles prédictifs de l’IPCC) en particulier en « retrouvant » les optima climatiques de l’époque romaine et du Moyen-Age et ce fameux minimum de Maunder c’est donc bien le champ magnétique solaire qui a une influence sur le climat terrestre. Peut-être que oui, mais alors comment ?

Ce champ magnétique n’a que très peu d’influence sur celui de la Terre mais il constitue une sorte de cocon qui piège en partie les rayons cosmiques provenant de la Galaxie et de l’Univers susceptibles d’atteindre la Terre. Et il a son importance malgré le fait qu’il n’atteigne qu’une intensité de quelques milliardièmes de Tesla près de la Terre alors qu’au niveau du sol le champ magnétique terrestre atteint au maximum une quarantaine de microTeslas, soit 8000 fois plus que l’intensité de celui du Soleil.

Il est néanmoins difficile d’admettre que ce champ magnétique solaire puisse efficacement détourner des rayons cosmiques de très haute énergie « voyageant » à des vitesses proches de celle de la lumière. Ce sont d’ailleurs des arguments de ce genre qui ont été encore une fois utilisés par les spécialistes de l’IPCC pour rejeter tout effet du champ magnétique du Soleil et également tout effet des rayons cosmiques sur le climat terrestre car ce champ magnétique est beaucoup trop faible du moins au niveau de la Terre. Si ce n’est le champ magnétique solaire alors quoi d’autre ?

Les mesures satellitaires réalisées ces dernières 40 années ont aussi mis en évidence un point qui ne peut plus être ignoré aujourd’hui : quand le champ magnétique du Soleil s’affaiblit ce que l’on a coutume d’appeler le « vent solaire » s’affaiblit aussi. Il s’agit du flux de particules ionisées en provenance du Soleil qui atteignent la Terre et les autres planètes du système solaire et sont fort heureusement en grande partie piégées, en ce qui nous concerne cette fois, par le champ magnétique de notre planète. Le vent solaire forme en réalité un gigantesque nuage de particules qui s’étend bien au delà de l’orbite de Neptune et la Terre se trouve baignée dans ce peuplement permanent de particules variées qui se déplacent dans l’espace proche, l’héliosphère. La densité du vent solaire est actuellement de l’ordre de 10000 noyaux d’hydrogène par m3 (source : Goddard laboratory « spatial weather » en temps réel quand j’ai écrit ce billet) et il arrive à proximité des hautes couches de l’atmosphère à une vitesse variant entre 400 et 600 km/seconde. Comme tout flux d’électrons, par exemple dans un fil électrique, le vent solaire créé lui-même un champ magnétique et il fait donc partie du champ magnétique solaire comme nous le verrons plus loin.

L’affaiblissement de l’intensité du champ magnétique solaire a donc une influence indirecte sur le climat de la Terre comme je vais tenter de l’exposer ci-après aussi clairement que possible. Quand le Soleil s’assoupit (« magnétiquement parlant » si on peut dire les choses ainsi) il émet moins de particules chargées dans toutes les directions mais aussi en direction de la Terre et des autres planètes, dans le plan de l’écliptique. Le « vent » solaire est constitué d’électrons, de protons (noyaux d’hydrogène) et dans une moindre mesure de particules alpha (noyaux d’hélium) qui quittent la couronne solaire avec une vitesse de l’ordre de 1000 km/seconde, rien à voir avec l’irradiance qui est constituée de photons voyageant à la vitesse de 300000 km/seconde. Ces particules atteignent l’immédiat environnement de la Terre en 4 jours environ, la distance Terre-Soleil étant de 150 millions de kilomètres. Toutes ces particules pourraient constituer d’excellentes cibles pour les rayons cosmiques d’autant plus que la densité des particules de ce vent solaire est infiniment plus élevée que celle des rayons cosmiques provenant de l’Espace. Le « cocon » du champ magnétique solaire s’affaiblit, certes, quand l’activité solaire décroit mais c’est aussi la densité du vent solaire qui s’affaiblit parallèlement. En effet le vent solaire fait partie intégrante du champ magnétique du même nom. Ses particules ionisées constituent ce que les spécialistes appellent un plasma car le vent solaire comporte aussi des électrons comme cela a déjà été mentionné et ce plasma entretient et stabilise le champ magnétique. Dans les hautes couches de l’atmosphère terrestre il se passe alors ce dont j’ai déjà disserté à plusieurs reprises sur ce blog : le rayonnement cosmique de haute énergie est (ou « serait », la controverse est ouverte) la cause majeure de l’apparition d’espèces atomiques chargées électriquement qui sont autant de points de condensation des rares molécules d’eau qui sont encore présentes aux altitudes élevées quand ces rayons cosmiques arrivent dans cet environnement.

Les rayons cosmiques sont constitués surtout de protons (noyaux d’hydrogène) mais aussi de particules parfois aussi lourdes que des noyaux d’uranium ( ! ), on ne sait pas trop d’où ils proviennent et ces particules « voyagent » à des vitesses dites « relativistes », en d’autres termes proches de la vitesse de la lumière. Ils sont donc infiniment plus énergétiques que les particules qui constituent le vent solaire et quand ils atteignent le système solaire puis les hautes couches de l’atmosphère terrestre, du moins ceux qui arrivent sans encombre jusque là comme nous le verrons plus loin, alors qu’ils sont bien moins bien freinés par le « nuage de particules » du vent solaire qui s’est affaibli il en résulte la formation continuelle d’un film de microcristaux de glace autour de ce que les spécialistes appellent des « noyaux de nucléation » et ces cristaux vont réfléchir le rayonnement solaire (augmentation de l’albédo). Plus en profondeur dans l’atmosphère ces même rayons cosmiques et toutes les particules secondaires apparues au cours de leurs collisions avec des atomes d’oxygène, d’azote ou d’argon, en particulier des neutrons, provoquent par le même mécanisme la formation de nuages, parfaitement visibles cette fois, qui vont à leur tour piéger le rayonnement solaire. Ce processus a été très bien identifié en mesurant la quantité de l’isotope radioactif du béryllium (Be-10) généré directement par les rayons cosmiques entrant en collision avec les noyaux d’oxygène et d’azote de l’atmosphère. Ce phénomène appellé spallation cosmique n’a été mis en évidence qu’au début des années 1970. Si donc les rayons cosmiques sont moins déviés par le champ magnétique solaire par voie de conséquence il paraît donc évident que la surface de la Terre va se refroidir car l’atmosphère va renvoyer vers l’espace beaucoup plus d’énergie solaire avec l’apparition et le maintien de ces nuages d’altitude.

C’est ainsi que la diminution de l’activité magnétique solaire a un effet indirect sur le climat terrestre et ce résultat n’a pu être pressenti sinon mis en évidence qu’à la suite, ces dernières années seulement, des observations satellitaires et de certains instruments de mesure installés à bord de la station spatiale internationale.

Le Docteur Henrik Svensmark a été le premier à postuler une influence directe des rayons cosmiques sur la formation des nuages et sur le climat terrestre en 1997. Il a été mis à l’époque au ban des scientifiques comme étant un « hérétique » à la cause climatique d’origine humaine défendue par l’IPCC … Il a cependant persisté dans ses travaux (Nature Communications, doi ci-dessous) finalement validés par les observations satellitaires.

Entrons maintenant dans le détail. Le paragraphe suivant est étroitement inspiré d’une communication personnelle du Docteur Svensmark quand je lui ai écrit que j’avais de la peine à comprendre comment des particules arrivant de la Galaxie à des vitesses proches de celle de la lumière pouvaient être déviés par le champ magnétique du Soleil. Je vais prendre une image pour expliquer l’objet de ma question. Prenez un fusil et tirez une balle dans un nuage de plumes de duvet d’eider, la balle ne sera pas déviée.

Dans le domaine de la physique des particules la masse, la vitesse et l’énergie sont liées (cf. la fameuse équation d’Einstein E = mc2). Prenons donc le cas d’un proton (noyau d’hydrogène) « cosmique » ayant une énergie de 1 milliard d’électron-volt (1 GeV) arrivant dans le champ magnétique du Soleil qui contient donc et est entretenu par des particules ionisées (plasma) du vent solaire. La trajectoire de ce proton cosmique qui était jusque là rectiligne va, selon des lois physiques décrivant le comportement de telles particules dans un champ magnétique coexistant avec un plasma, se trouver animé d’un mouvement de rotation. La trajectoire du proton va ressembler, pour prendre un image, à celle d’un ressort étiré. Le rayon r de cette trajectoire en tire-bouchon peut être calculée selon l’équation :

r = 3,3E/B

où E est l’énergie du proton et B le champ magnétique, ici le champ magnétique solaire. Prenons E égal à 1 GeV et B égal à 5 nano-tesla. Le « rayon de gyration » du proton le long de sa trajectoire est alors sensiblement égal à 1 milliard de mètres ou un million de kilomètres. Or, comme le diamètre de l’héliosphère est de l’ordre de 100 fois la distance Terre-Soleil, soit 150 milliards de kilomètres, il en résulte qu’avant d’arriver à proximité de la Terre ce proton a à peu près 10000 possibilités d’entrer en collision avec l’une des particules constituant le vent solaire. En d’autres termes l’entrée dans l’héliosphère de particules cosmiques – y compris très énergétiques – est un processus diffusif. Il est donc aisé de comprendre qu’un affaiblissement du champ magnétique solaire augmente les chances de ces particules cosmiques d’atteindre l’atmosphère terrestre et de créer par collision des noyaux de condensation de la vapeur d’eau. Le refroidissement du climat de la Terre est donc une conséquence indirecte de l’affaiblissement de l’activité magnétique du Soleil. Et le fait que ce soient les rayons cosmiques qui jouent un rôle majeur dans les variations du climat terrestre est tout à fait inattendu et maintenant prouvé mais a été largement ignoré et n’a jamais été pris en considération par l’IPCC !

Illustrations : NASA, Nature Communications (doi : 10.1038/s41467-017-02082-2 en accès libre) et Wikipedia. Pour les flux de neutrons générés par les rayons cosmiques voir aussi doi : 10.1177/0958305X16686488 et enfin pour les variations dans le temps de l’irradiance solaire et du vent solaire voir A. Ollila, doi : 10.9734/PSIJ/2017/34187 et les sites de la NASA et de la NOAA dédiés au vent solaire et à la « météorologie spatiale ».

Pour étayer ces propos voici quelques données supplémentaires et illustrations utiles pour comprendre ce phénomène du « vent solaire » dont les variations sont aussi appelées « spatial weather ». D’abord la variation des radiations mesurables par les satellites et au sol au cours des précédent cycles solaires jusqu’au 31 décembre 2014. Il n’y a pas eu de publications synoptiques plus récentes ( https://satdat.ngdc.noaa.gov/sem/goes/data/new_plots/special/Overview_19830101-00h_20141231-24h.png ) :

Overview_19830101-00h_20141231-24h.png

Les flux de neutrons (entre autres particules subatomiques) émanant des collisions des rayons cosmiques avec les molécules d’oxygène ou d’azote atmosphérique diminuent quand l’activité solaire est intense (sunspot numbers) et donc quand le vent solaire est puissant selon l’hypothèse de Svensmark exposée dans ce billet. Les rayons X d’origine solaire augmentent en intensité quand l’activité magnétique solaire est elle-même intense ainsi que le nombre de protons (noyaux d’hydrogène du vent solaire) qui est une bonne mesure de ce vent solaire. Enfin le champ magnétique solaire mesuré à la surface de la Terre avec des magnétomètres spéciaux ne varie pratiquement pas, tout au plus il ondule au rythme de la rotation de la Terre autour du Soleil. Ceci confirme aussi le peu d’effet direct du champ magnétique solaire sur le climat à la surface de la Terre.

Capture d’écran 2017-12-24 à 15.12.16.png

Une autre observation récente réalisée par la NASA à l’aide de ballons sonde largués depuis le désert de Mojave en Californie ne manque pas d’intérêt et vient également valider l’hypothèse de Svensmark. Ces ballons mesurent les radiations globales atteignant les hautes couches de l’atmosphère dans des plages d’énergie identiques à celles d’un portique de sécurité d’aéroport ou d’un examen radiologique à l’hôpital. Ces radiations sont exprimées en Gray c’est-à-dire en joules absorbés par kilogramme de matière, ici en microGray par heure. Depuis trois ans ces radiations augmentent de manière continue alors que l’activité solaire a décru de manière continue dans le même temps (voir les deux premières illustrations de ce billet). Or ces radiations constituent aussi une signature de l’effet du bombardement cosmique qui augmente donc sensiblement depuis que l’activité magnétique solaire a commencé à chuter très fortement ces dernières trois années.

Il reste enfin à l’appui de cette hypothèse d’un effet prépondérant des rayons cosmiques sur le climat de la Terre lorsque l’activité magnétique du Soleil diminue ce que les spécialistes appellent la décroissance de Forbush, et qui est d’ailleurs liée aux remarques précédentes. Il s’agit d’observations satellitaires et à partir du sol avec des ballons sonde reliant les émissions de particules par le Soleil lors d’éruptions massives de matière dites coronales avec la soudaine décroissance de l’intensité du bombardement cosmique au niveau de la Terre observée 4 jours plus tard. Pour rappel les photons permettent d’observer ces éruptions coronales depuis la Terre après seulement 8 minutes car ils « voyagent » à la vitesse de la lumière alors que le vent solaire, lui, « voyage » durant 4 jours pour atteindre la Terre. Dans l’environnement immédiat de la Terre l’explication de ce phénomène réside dans le fait que le plasma du vent solaire soudainement enrichi en espèces ioniques, et partie intégrante du champ magnétique solaire, dévie plus efficacement mais temporairement les rayons cosmiques (voir à ce sujet http://en.wikipedia.org/wiki/Forbush_decrease et H. Svensmark, doi en fin de billet) tout en contribuant à l’effet diffusif du plasma que j’ai mentionné plus haut. Cette remarque constitue la pierre angulaire de l’hypothèse émise au sujet de l’effet indirect de l’activité magnétique du Soleil sur le climat terrestre que je me suis permis d’exposer ici. Enfin pour les curieux il existe plusieurs objets spatiaux d’observation du Soleil en orbite autour du point de Lagrange L1 qui ne sont donc jamais « à l’ombre » de la Terre ou de la Lune ( https://en.wikipedia.org/wiki/Lagrangian_point ).

Faut-il encore d’autres preuves que tout est en train de changer très loin au dessus de nos têtes, que nous n’en sommes pas la cause, que nous ne pouvons rien y faire quelles que soient les quantités de CO2 que l’activité humaine puisse produire en plus ou en moins chaque jour et que le climat va fatalement se refroidir avec l’affaissement de l’activité magnétique du Soleil qui est en cours et qui va, selon les experts en ce domaine, durer une soixantaine d’années au moins, voire beaucoup plus ?

Notes à l’attention de mes lecteurs qui ont eu le courage de terminer la lecture de ce long billet.

1. Ce billet très technique relatif au climat est probablement l’un des derniers figurant dans ce blog sous cette rubrique. Je considère en effet inutile de continuer à me battre contre les forces obscures et apatrides qui ont décidé d’asservir l’ensemble de l’humanité sous le prétexte fallacieux que l’activité humaine dérègle le climat et d’essuyer de surcroit des insultes de la part de certains commentateurs à l’évidence par trop perméables à la propagande incessante de l’IPCC, du World Economic Forum et des organisations écologistes militant pour le plus grand profit de ces financiers qui ont pris le contrôle des politiciens. Je ne suis pas Don Qixote de la Mancha et dorénavant je ne me battrai donc plus qu’exceptionnellement contre les moulins à vent « climatiques » d’une valeur scientifique douteuse …

2. L’IPCC est un groupement artificiel de personnalités mandatées par divers gouvernements pour fournir sur les recommandations de ces derniers des rapports qui n’ont plus rien de scientifique afin que ces mêmes gouvernements se donnent carte blanche pour asservir l’humanité toute entière. Il est important de noter que ces personnalités bénéficient d’un passeport diplomatique et qu’elles agissent en toute impunité : ce sont des fonctionnaires de l’ONU. Le volet dit scientifique de l’IPCC est constitué d’universitaires pour la plupart à la recherche de subventions pour financer leurs travaux si tant est qu’ils concernent le réchauffement climatique. Aucun universitaire osant contredire les thèses de l’IPCC n’est admis dans ce cercle. Enfin le « sauvetage du climat » est une opportunité créée de toute pièce pour que les grands groupes financiers et industriels s’enrichissent au détriment du niveau de vie de tous les autres bipèdes de la planète. Il s’agit peut-être là du plus grand scandale politico-économique que l’humanité ait jamais connu dans son histoire. Comme le dit très justement sur son blog Donna Laframboise « Les politiciens gagnent toujours ».

Autres liens et sources : H. Svensmark, doi : 10.1002/2016JA022689 , doi : 10.1051/epn/2015204 et nombreuses communications personnelles pour lesquelles il est très vivement remercié ici.

L’origine du consensus sur le changement climatique d’origine anthropique

Capture d’écran 2018-01-27 à 18.01.01.png

Il faut remonter au début des années 1970 pour comprendre la genèse des thèses défendues par l’organisme onusien en charge du climat – l’IPCC – qui font aujourd’hui force de loi ou du moins mobilisent l’opinion dans le monde entier. La guerre du Yom Kippour provoqua en 1973 l’embargo pétrolier mis en place par les pays de l’OPEP. Ce fut le « premier choc pétrolier » suivi en 1979 d’un second choc lorsqu’advint la révolution iranienne. Ces deux évènements géopolitiques sensibilisèrent l’opinion sur la sécurité et la pérennité des approvisionnements en pétrole. C’est à cette époque qu’émergèrent les premiers travaux universitaires sur le gaz carbonique, un résidu fatal de la combustion des dérivés du pétrole, dont en particulier le carburant pour les automobiles. Le débat se focalisa sur l’éventualité de développer soit le nucléaire soit le charbon pour assurer cette sécurité énergétique. Il apparut donc la nécessité d’identifier les retombées sur l’environnement de la production de ce gaz carbonique provenant du pétrole ou du charbon. Pour que les « laboratoires nationaux » américains puissent bénéficier des subsides du gouvernement il leur fallait imaginer un nouveau programme de recherches. Ce fut la création du GARP – Global Atmospheric Research Program – en 1973 à la suite de la Conférence des Nations-Unies sur l’environnement qui eut lieu à Stockholm en 1972.

Dans les résolutions mises en place lors de cette conférence on retrouve l’ensemble des motivations présentes des Nations-Unies relatives au changement climatique d’origine humaine. Mes lecteurs peuvent consulter l’article de Wikipedia détaillant ces résolutions (https://en.wikipedia.org/wiki/United_Nations_Conference_on_the_Human_environment). Il y était mentionné que la pollution ne devait pas excéder les capacités de l’environnement à s’en accommoder par lui-même. Les préoccupations relatives à l’approvisionnement en pétrole – surtout des USA, faut-il le rappeler ici – conduisirent donc ces laboratoires nationaux américains à orienter leurs travaux relatifs au CO2 et trouver un prétexte pour alimenter leurs laboratoires et rémunérer leurs chercheurs. Le GARP (américain) fit en sorte que les Nations-Unies mettent en place un programme spécifique de recherche sur le climat et ce fut fait lors de la première conférence sur le climat organisée par l’ONU qui eut lieu en 1979 (12-13 février) à Genève. C’est au cours de cette conférence que furent créés l’IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change, basé à Genève) et l’UNFCCC (United Nations Framework Convention on Climate Change) qui conduisirent pas la suite au Protocole de Kyoto.

Avant la tenue de cette conférence il fallait absolument trouver une raison pour inclure l’effet du CO2 comme polluant dans la problématique climatique. Ce fut l’occasion de la création de toutes pièces de la plus grande supercherie scientifique de la fin du XXe siècle.

Les préoccupations du GARP n’avaient pas pu établir de lien entre le réchauffement auquel on assistait depuis les années 1940 et le CO2. Ce ne fut que fortuitement que les chercheurs du GARP rapprochèrent l’évolution des températures relevées par les stations météorologiques et l’augmentation du CO2 atmosphérique mais ils n’avaient aucune preuve du lien de cause à effet et il fallait absolument en trouver une sinon en inventer une !

Capture d’écran 2018-01-28 à 10.31.14.png

Faire un tel rapprochement relevait de la même démarche consistant à rapprocher la consommation de fromage par personne au nombre de gens mourant étranglés par leurs draps en dormant (illustration : tylervigen.com ci-dessus). Plus de 40 scientifiques s’intéressant de près ou de loin au climat furent priés de se pencher sur cette question. La plupart de ces éminents membres des plus prestigieux laboratoires universitaires ne purent se mettre d’accord au sujet d’un effet de l’activité humaine sur le climat, en particulier sur un effet du CO2. Seul ou presque dans ce groupe James Hansen, alors spécialiste de l’atmosphère de la planète Vénus au Goddard Observatory de la NASA (GISS), émit l’hypothèse de l’effet de serre du CO2 comme il l’avait formulé au sujet de cette planète dont l’atmosphère est majoritairement constitué de ce gaz. Il réarrangea donc la théorie d’Arrhenius (illustration) sur l’effet de serre, pourtant dénoncée à plusieurs reprises comme étant sans signification scientifique précédemment et par la suite, pour présenter le CO2 comme le principal facteur du réchauffement du climat observé lors des décennies passées.

En effet Hansen rapprocha l’augmentation des températures observée depuis les années 1940 avec l’augmentation de la teneur en gaz carbonique dans l’atmosphère : on appelle ça une corrélation parasite (spurious en anglais, voir l’illustration ci-dessus) établissant un lien de cause à effet totalement faux.

Inutile de mentionner ce qui se passa à la suite de ces années pionnières : tout fut « bouclé » pour les conférences suivantes sur le climat organisées par les Nations-Unies et les divers rapports entièrement truqués de l’IPCC, du pain béni pour les écologistes et les grands groupes financiers et industriels qui y trouvèrent une occasion unique pour réaliser dans le futur d’immenses profits. À la suite d’une imposture scientifique invraisemblable on se trouve aujourd’hui à l’aube d’un totalitarisme climatique planétaire …

Sources : diverses dont blog de Judith Curry, illustration : Svente Arrhenius (1859-1927)

Climat. Le Forum de Davos maintient la pression : retour du « Hockey Stick »

Capture d’écran 2018-01-07 à 19.34.14.png

J’ai pris soin d’enregistrer le lien du document émanant du WEF (World Economic Forum) alias Forum de Davos toujours au sujet du changement climatique d’origine humaine pour ne pas faire nerveux certains de mes lecteurs. Il faut maintenir la pression sur les esprits en particulier sur ceux des politiciens et des financiers car il y a très gros à gagner. Et ce n’est pas un hasard si cette institution basée à Genève comme l’IPCC continue sa propagande presque obscène sur ce sujet en se référant d’ailleurs à des documents qui n’ont rien de scientifique (voir les liens). Les contribuables et consommateurs de kWh apprécieront en constatant que leur consommation d’énergie va leur coûter toujours plus et qu’ainsi ils contribuent en silence à l’enrichissement des riches, eux les pauvres qui n’ont pas droit à la parole. Voici donc la traduction mot pour mot de ce nouveau pamphlet paru le 20 décembre 2017 en liaison avec le site Business Insider qui s’appuie sur une publication récente dans le périodique scientifique Nature que je n’ai pas pris la peine d’aller lire, me limitant à lire quelques-uns des 485 articles scientifiques publiés en 2017 qui nient toute cause humaine dans ce réchauffement que pourtant le Forum de Davos continue à mettre en avant ainsi que la presse main-stream.

« La Terre se réchauffera bien au delà de la limite cruciale fixée par l’Accord de Paris à ne pas dépasser »

« Il y a 2 ans le monde s’est réuni à Paris pour signer un accord remarquable dans le but de mettre un terme à l’augmentation dangereuse de la température. Pourtant une récente étude du groupe de recherche indépendant Climate Tracker nous sommes très loin de la voie permettant de satisfaire le but de l’accord de Paris. Cet accord pousse les nations à diminuer leurs émissions de carbone et de méthane afin d’éviter que la température globale de la Terre augmente de plus de 2°C par rapport aux valeurs préindustrielles. Chaque pays a donc soumis son programme de réduction de ses émissions qui font que l’atmosphère emprisonne plus de chaleur. Mais si tous les signataires remplissent leurs objectifs – et c’est un gros « si » – les températures augmenteront tout de même de 3,2°C par rapport à ces températures préindustrielles à la fin du XXIe siècle selon le dernier rapport de Climate Tracker (voir les liens en fin de billet).

Le Président Trump s’est engagé à retirer les USA de l’Accord de Paris invoquant qu’il nuirait à l’industrie américaine et si les Etats-Unis se retirent de cet accors ce sera le seul pays au monde à le faire.

Qu’est-ce qui pourrait arriver si la planète dépasse la limite de 2°C ?

Selon l’IPCC (lien) si l’augmentation de température dépasse 2 degrés les risques liés au climat comme les incendies, la montée du niveau des océans et les catastrophes agricoles augmenteront. Cette limite de 2°C fut établie en 1970 par un économiste et non pas un climatologue et cette étude (lien) a prouvé son utilité en ralliant la communauté internationale. D’autre part les scientifiques ont insisté sur le fait que des émissions continues pourraient conduire à la fonte totale des glaces du Groenland (lien) au cours des prochains siècles ce qui conduirait à une montée de 7 mètres du niveau des océans submergeant des villes comme New-York ou Miami. Dans certaines régions une augmentation des températures de 2°C pourrait diminuer le rendement des cultures de 25 % et tous ces effets s’accroissent à mesure que la température augmente. Il faut cependant noter que la modélisation du climat est un processus très complexe et qu’en conséquence tous ces effets sont probables mais pas absolument certains.

L’éventuel renoncement des USA aux accords de Paris augmenterait la température globale de 0,3 degrés, toujours selon l’étude de Climate Tracker aux alentours de l’année 2100. Ce rapport note aussi qu’en dépit d’une diminution des émissions de CO2 ces dernières années il est trop tôt pour considérer que les émissions globales ont atteint leur maximum. Cette étude table sur une augmentation des gaz à effet de serre de 9 à 13 % au cours de la décennie 2020-2030 en se basant sur les tendances actuelles. Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris il faut que d’ici 2020 ce pic soit atteint et qu’ensuite les émissions chutent rapidement.

malgré tout il y a quelques signes positifs. Climate Tracker considère que les politiques énergétiques décidées en 2017 permettent de réduire dès aujourd’hui les prédictions d’augmentation de la température de 0,2 degrés par rapport aux prédictions de 2016. L’Inde et la Chine ont déjà pris des engagements dans ce sens. Néanmoins Climate Tracker constate qu’au cours de la décennie 2020-2030 les émissions de l’Inde et de la Chine augmenteront respectivement de 7 et 51 %. Et ce rapport note enfin que la modélisation climatique est un travail complexe qui comporte une très grande marge d’erreurs. Enfin une étude paru récemment dans la revue Nature (lien) précise que le monde sera plus chaud de 15 % en 2100 que les prévisions de l’IPCC ne le prétendent alors que les travaux de l’IPCC ont servi de base aux Accords de Paris. Ce qui signifie que l’ensemble de l’humanité devra réduire ses émissions encore plus rapidement pour éviter de dépasser le seuil arrêté par les Accords de Paris sur le climat. »

Illustration : figurant dans ce document du WEF dont je n’ai pas pu retrouver l’origine (peut-être issue de l’article de Nature, voir le doi) … Le retour du Hockey Stick !

Source et autres liens :

https://www.weforum.org/agenda/2017/12/earth-will-likely-warm-way-beyond-the-crucial-tipping-point-that-the-paris-agreement-was-meant-to-avoid-634d280d-d2fb-4714-8274-ea952badb08c?utm_content=buffer927ef&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

http://climateactiontracker.org/assets/publications/briefing_papers/CAT_2017-11-15_Improvement-in-warming-outlook.pdf

http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg2/ar5_wgII_spm_en.pdf

http://pure.iiasa.ac.at/365/1/WP-75-063.pdf

http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg2/ar5_wgII_spm_en.pdf

http://www.businessinsider.com/climate-may-be-15-warmer-than-previously-thought-by-2100-2017-12

doi : 10.1038/nature24672

Le très gros mensonge des tenants du réchauffement climatique d’origine humaine

Le très gros mensonge des tenants du réchauffement climatique d’origine humaine

Ce billet est un peu technique mais il démontre que les hypothèses de réchauffement du climat formulées par l’IPCC liées au gaz carbonique atmosphérique (CO2) sont non seulement extravagante mais de plus erronées. La Terre n’est pas un disque orienté vers le Soleil mais une sphère et l’énergie sous forme de photons provenant du Soleil se répartit donc pour atteindre une valeur moyenne de 340 Watt par mètre-carré à la surface de la Terre. Les photons infra-rouges réémis par le sol ne parcourent qu’au plus une soixantaine de mètres en direction du ciel car ils sont piégés par les molécules de gaz atmosphériques, que ce soient l’oxygène, l’azote, la vapeur d’eau et dans une bien moindre mesure le CO2. Ces mêmes molécules, après avoir été excitées par un photon infra-rouge réémettent un autre photon infra-rouge de plus grande longueur d’onde, donc de moindre énergie, dans toutes les directions car une partie de l’énergie des premiers photons a été dissipée sous forme de mouvement de ces molécules lors de la collision initiale. Les photons dirigés vers l’espace vont à leur tour exciter d’autres molécules de gaz et ainsi de suite. Quant aux photons qui reviennent vers le sol il n’ont que peu de chance d’interagir avec des molécules de gaz déja dans un état excité trop énergétique. Quand bien même ils interagiraient avec ces dernières il y aurait à nouveau perte d’énergie et ce processus en cascade résulte finalement en une perte d’environ 50 % de l’énergie de chaque photon.

À cette dynamique concernant strictement les seuls photons infra-rouges l’énergie thermique est évacuée vers les plus hautes couches de l’atmosphère par la vapeur d’eau. L’eau, compte tenu de ses caractéristiques physiques, change d’état avec l’altitude et le gradient adiabatique résultant de la gravitation terrestre qui induit un gradient de température décroissant avec l’altitude. La vapeur d’eau en se condensant libère de l’énergie qui va à son tour exciter les molécules d’azote et d’oxygène. Ces molécules émettront à leur tour un photon infra-rouge et le processus continue jusqu’à atteindre les hautes couches de l’atmosphère où il ne reste plus que de rares micro-cristaux de glace qui ne participent plus à cet échange d’énergie bien que pouvant encore capter un photon infra-rouge d’énergie trop faible pour modifier l’état de la glace, c’est-à-dire de la faire fondre dans un environnement atmosphérique où les températures atteignent des valeurs avoisinnant les moins 50 degrés centigrade.

Tous ces processus sont connus et bien étudiés. Les vents et les mouvements de vapeur d’eau ainsi que les changements d’état de l’eau de vapeur en goutelettes constituent un puissant véhicule de dissipation de l’énergie thermique atteignant la surface terrestre. L’IPCC a sciemment ignoré les effets de la vapeur d’eau sur l’équilibre thermique de la Terre. Qui plus est, les proportions entre eau et gaz carbonique atmosphériques sont telles – un rapport d’environ 8 à 10 pour 1 selon l’endroit où on se trouve – que si la teneur en CO2 doublait la température moyenne à la surface de la Terre n’augmenterait que de 0,01 degrés !

La Terre, chauffée par le Soleil en moyenne 12 heures par jour, est donc du fait de la présence de vapeur d’eau dans l’atmosphère en équilibre thermique avec l’espace. « L’impression » de chaleur au sol est seulement la résultante du gradient adiabatique gravitationnel sur la colonne d’air pesant environ 10 tonnes par mètre-carré et la conséquence des radiations infra-rouges émanant du sol. Sans surprise et pour ces deux raisons les basses couches de l’atmosphère sont plus chaudes que les plus hautes couches de celle-ci. Introduire la notion d’effet de serre est donc erroné car ce n’est pas ainsi que l’atmosphère fonctionne. Les théoriciens de l’effet de serre ont oublié la dynamique de l’atmosphère, les vents et surtout la vapeur d’eau ! Avec une planète dont près de 70 % de la surface est recouverte d’océans c’est tout de même grossier comme mensonge si on se place du point de vue strictement scientifique. N’importe quel enfant pourra constater lui-même qu’en regardant une mappemonde il en est ainsi. S’il était encore nécessaire d’apporter une autre preuve de la non-incidence du gaz carbonique sur le climat pourquoi a-t-il fait si chaud au Moyen-Age, vers les années 1000-1100, alors que la concentration en CO2 atmosphérique n’était que de 280 parties par million ? Quel scientifique auto-proclamé de l’IPCC peut donner une explication à cette simple constatation déduite de diverses analyses incontestables des proxys « climatiques » dont j’ai dit à de nombreuses reprises un mot dans ce blog ?

Le Docteur Dai Davies de l’Université de Canberra dont je me suis largement inspiré pour écrire ce billet est formel, le CO2 n’a qu’un effet négligeable sur le climat terrestre et ce gaz n’est pas toxique mais éminemment bénéfique pour la biosphère. Dit plus abruptement sans CO2 dans l’atmosphère il n’y aurait aucune vie sur la Terre. Les principaux processus d’immobilisation du CO2 atmosphérique sont l’eau des océans et le phytoplancton, source de toute la chaine alimentaire marine. Au sol, ce sont les végétaux qui sont la source de toute vie et sont à la racine de la chaine alimentaire terrestre. Et le Docteur Davies de préconiser avec vigueur que les protagonistes du débat relatif au climat « suivent la science afin que nous puissions rapidement mettre une fin à cette débacle climatique« . Il s’agit bien en effet d’une débacle économique qui attend de nombreux pays soumis à cette propagande incessante et mensongère au sujet du CO2. Malgré mes réflexions je n’ai pas pu identifier clairement à qui va profiter ce véritable crime contre l’humanité …

Crise climatique : les incroyables magouilles de l’IPCC

Crise climatique : les incroyables magouilles de l’IPCC

Pour faire passer la toxicité du CO2 vis-à-vis du climat l’IPCC a d’abord construit la courbe de réchauffement dite en crosse de hockey, une fabuleuse escroquerie, qui a été ensuite effacée des rapports annuels (Assessment Reports) destinés aux décideurs politiques et aux parasites qui veulent se goinfrer avec toutes les technologies dites « vertes » en passant par les universitaires pas très scrupuleux travaillant peu ou prou sur des sujets ayant une liaison directe ou très indirecte avec le « changement climatique ». Ces climatologues d’opérette, plus motivés par leur idéologie que par la déontologie scientifique de base, ont donc « trafiqué », comme on dirait dans n’importe quel laboratoire de recherche en mal de notoriété, les données existantes et bien réelles pour masquer l’effet du Soleil sur le climat et faire ainsi ressortir artificiellement celui du CO2. C’était le but de la magouille qui après une propagande internationale fantastiquement bien organisée a été imprimée dans les esprits tant des politiciens que du grand public qui de toutes les façons sont perméables à toutes sortes de racontars puisqu’ils n’y comprennent rien du tout.

L’activité du Soleil se manifeste par ce que les spécialistes appellent l’irradiance c’est-à-dire l’énergie sous forme de radiations électromagnétiques, ultra-violet, visible et infra-rouge atteignant la surface de la Terre en provenance du Soleil. Il existe toutes sortes d’indices appelés « proxys » pour recalculer ce flux d’énergie exprimé en watt par mètre-carré durant les années passées et depuis l’arrivée des satellites il est encore plus facile de mesurer cette énergie à une distance du Soleil de une unité astronomique, la distance moyenne entre la Terre et le Soleil. Cette reconstruction a aussi pu être corrélée au nombre de taches solaires depuis que l’on dispose d’observations fiables et régulières depuis le début du XVIIIe siècle. L’irradiance solaire a ainsi pu être rapprochée de ce nombre de taches solaires et des proxys, que ce soient les cernes de croissance des arbres, l’abondance en carbone-14 et béryllium-10 (pour l’activité magnétique solaire) et oxygène-18 (pour les températures) dans les carottes de glace, les concrétions calcaires ou encore les coraux et les coquilles de mollusques. Bref, le scientifique dispose d’une quantité immense de données toutes disponibles au public.

Il suffit donc pour un scientifique un tant soit peu honnête d’analyser ces données et de constater que le climat est intimement dépendant de l’activité du Soleil et par voie de conséquence de l’irradiance solaire qui varie en gros entre 1364 et 1367 W/m2 à la surface de la Terre dans la zone intertropicale, par temps clair et quand le Soleil est au zénith. Il est intéressant de noter ici que la mission satellitaire SORCE a mesuré l’irradiance solaire dans l’espace à une distance de une unité astronomique du Soleil entre les années 2003 et 2013 et est arrivée à la conclusion qu’au cours d’une année cette grandeur varie entre 1319 et 1407 W/m2 soit un variation de 6,5 % par rapport à la moyenne de 1360 W/m2 pour deux raisons : l’orbite de la Terre est une ellipse et l’axe de rotation de la Terre n’est pas perpendiculaire au plan de son orbite autour du Soleil. Néanmoins une grande partie de cette énergie est captée par les hautes couches de l’atmosphère, en particulier par l’ozone, dans les longueurs d’onde de l’ultra-violet lointain, le rayonnement le plus énergétique provenant du Soleil, puis elle se dissipe dans l’espace.

Capture d’écran 2017-09-19 à 11.46.15.png

Les variations passées du climat depuis le début du XVIIe siècle sont bien documentées et elle suivent très fidèlement les variations de l’irradiance solaire telle qu’elle a pu être reconstruite à l’aide de ces proxys. Malheureusement pour les fonctionnaires de l’IPCC ces observations allaient à l’encontre de l’hypothèse de l’effet de serre du CO2 et des conséquences de cet effet de serre sur l’évolution du climat. Ces spécialistes, ou auto-proclamés comme tels, ont donc tout fait pour masquer l’effet de l’activité solaire sur le climat terrestre, quitte à carrément devenir malhonnêtes. Ce fut le cas grossier de la courbe en forme de crosse de hockey mais quel a été le cheminement de cette incroyable imposture ? Elle date de la fin des années 1990 et a été constamment modifiée pour satisfaire la mise en place du forcing radiatif provoqué par le CO2. Les curieux peuvent aller se délecter en lisant le rapport décrivant le « Coupled Model Intercomparison Project Phase 5 » (CMIP5) utilisé dans les rapports de l’IPCC (voir le lien). Pour établir une comparaison et faire ressortir cette imposture le Docteur Willie Soon du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, en collaboration avec deux scientifiques irlandais indépendants (voir le lien) ont pris la peine de mettre dans une même illustration les évolutions réelles de l’irradiance solaire en regard des données trafiquées par les sbires de l’IPCC en normalisant à la même échelle toutes ces représentations et c’est tout à fait clair : il y a eu de la grosse magouille, une grosse magouille inacceptable pour n’importe quelle personne ayant un tant soit peu d’esprit critique mais que les politiciens du monde entier ont pris pour argent comptant !

L’autre falsification sciemment organisée a concerné le choix à faire par l’IPCC entre deux cas de figure : un Soleil avec une variabilité réelle – telle qu’elle a été déduite de tous ces proxys mentionnés ci-dessus – ou une activité solaire réduite. Car pour faire « passer » l’effet de serre du CO2 et le forcing radiatif en résultant, l’activité solaire sous forme d’irradiance totale (TSI) réelle et telle que mesurée par ces proxys et rapprochée du comptage des taches solaires constituait une véritable épine dans le pied de ces menteurs patentés et mandatés par les Nations-Unies. Même chose ! Ils ont falsifié toutes les données en mettant au point des modèles uniquement écrits pour cette falsification finale.

Capture d’écran 2017-09-19 à 10.04.48.png

L’illustration ci-dessus demande quelques explications. Les tracés en rouge représentent l’irradiance solaire totale telle que reconstruite à partir des divers proxys disponibles et en pointillés bleus le nombre de taches solaires (SSN) selon les observations disponibles. La courbe supérieure est la plus proche de la réalité. Elle a pourtant été réactualisée par le même auteur entre les années 1995 et 2000 pour des raisons obscures. Ces même données ont été à leur tour reprises par Wang et collaborateurs en 2005 et n’importe quel enfant de 5 ans dira que ce ne sont pas les mêmes courbes alors que les mêmes données ont été utilisées pour en arriver à ces représentations graphiques très différentes les unes des autres. La courbe de Wang et al. est plus conforme aux hypothèses de l’IPCC car un quelconque effet significatif de l’activité solaire sur les variations du climat terrestre ne peut plus être invoqué.

Toute cette histoire rocambolesque de réchauffement climatique provoqué par le CO2 est basée sur des mensonges réitérés et ça n’a pas l’air de déranger qui que ce soit, en tous les cas certainement pas le ministre français de pacotille en charge de la transition énergétique solidaire, je crois que c’est à peu près le libellé de son maroquin, qui prend des décisions totalement injustifiées quand les mensonges de l’IPCC sont ainsi dévoilés clairement, que ce soient les primes à la casse pour les vieilles voitures, la construction de milliers d’éoliennes dans la campagne profonde française ou encore le combat contre le chocolat qui provoque la disparition des forêts tropicales humides de la Côte-d’Ivoire (objet d’un prochain article) entrainant donc une insupportable augmentation du CO2 atmosphérique. Pour un ancien scientifique que je fus j’en reste ahuri de stupeur …

Source : Willie Soon, Ronan Connolly, Michael Conolly, Earth-Science Reviews (2015) « Re-evaluating the role of solar variability on northern hemisphere temperature trends since the 19th century« , article aimablement fourni par les auteurs qui sont chaleureusement remerciés ici et que je tiens aimablement à la disposition de mes lecteurs curieux, https://doi.org/10.1016/j.earscirev.2015.08.010 , accès payant.

http://solarisheppa.geomar.de/cmip5