Climat : Pour comprendre le présent il faut connaître le passé

Le titre de ce billet n’a rien à voir avec le petit rappel de la naissance de la Commune de Paris pour imaginer des évènements à venir le 18 mars prochain (150e anniversaire) puisque cette date se situe dans l’avenir et n’existe pas encore. Encore une fois – et je ne me lasserai pas – ce billet rappelle des faits du passé relatifs à l’évolution du climat. Tous les spécialistes internationaux du climat se trouvant à Genève au siège de l’IPCC (des politiciens autoproclamés climatologues) ont été frappés collectivement d’amnésie involontaire (ou volontaire ?) en ignorant l’évolution du climat terrestre au cours du passé récent. Remontons donc dans le temps, vers 10000 ans avant l’ère commune, pas très loin en réalité, à une époque où la population humaine mondiale ne devait certainement pas dépasser le million d’individus, et je suis probablement très optimiste, répartis sur les 5 continents. Ils ne dégageaient que des traces de ce vilain gaz à effet de serre qu’est le CO2, et pourtant …

Les dernières traces de grands glaciers disparurent de Scandinavie et d’Ecosse il y a 8000-7000 ans avant l’ère commune alors que 10000 ans plus tôt ces glaciers recouvraient un grande partie de l’Europe et la chaine des Alpes n’était qu’un immense glacier. Vers 4000-3000 ans avant l’ère commune il y eut un brusque réchauffement du climat appelé l’Optimum post-glacial coïncidant avec l’âge du cuivre puis celui du bronze. Ce qui restait des glaciers alpins recula encore et la limite de la végétation arborée remonta en altitude à plus de 2000 mètres. Après l’apparition de l’agriculture et de l’élevage la population explosa en nombre et occupa tout l’espace disponible du continent eurasien, un immense mouvement de progrès techniques et l’apparition de peuples structurés qui agrandirent les surface arables disponibles en procédant à des déforestations à grande échelle, le bois étant utilisé pour construire des villes entières cuire les aliments et se chauffer. Durant cet optimum climatique la température moyenne globale de la Terre était de 2 à 3°C supérieure à celle d’aujourd’hui. Ce grand frémissement de l’humanité n’était pas unique à l’Europe car l’Empire chinois n’avait pas oublié de se développer de son côté et surpassait l’Europe dans de nombreux domaines technologiques et également par l’importance de sa population.

Cette longue période de prospérité généralisée liée à la clémence du climat finit par devenir un lointain souvenir avec une lente chute des températures. Des civilisations entières disparurent aux alentours de 500 avant l’ère commune. Il fallut que les hommes attendent 1000 ans pour que le climat redevienne clément entre 500 et 1200 ans de l’ère commune, un petit optimum de température aussi appelé Optimum climatique médiéval. À nouveau les températures furent de 2 degrés supérieures à celles d’aujourd’hui, et pourtant il n’y avait toujours pas de charbon en dehors de quelques exploitations minières anecdotiques essentiellement en Grande-Bretagne datant de l’occupation romaine mais le pétrole et le gaz naturel restaient encore inconnus, le combustible le plus utilisé restait le bois et les forêts européennes furent à nouveau exploitées intensivement. En dehors d’éruptions volcaniques lointaines qui perturbaient le climat seulement quelques années celui-ci fut d’une remarquable stabilité et cette période idyllique dura quelques 200 ans et durant les années 1200 à 1400 de l’ère commune le climat fut brusquement instable en Europe occidentale avec des alternances d’inondations, de sécheresses, des hivers parfois très cléments et d’autres années avec des hivers particulièrement froids et des épidémies meurtrières dont l’une décima plus de la moitié de la population européenne. Des guerres incessantes ravagèrent l’Europe : quand le climat est défavorable les êtres humains ont tendance à s’entretuer.

La mémoire humaine n’avait pas consigné dans les grimoires ces années de rêve précédant cette période agitée car le climat général commença de nouveau à s’orienter vers un répit malheureusement passager entre 1400 et 1550 de l’ère commune suivi par trois siècles plutôt froids jusqu’en 1850, le « petit âge glaciaire » qui favorisa une forte avancée des glaciers alpins jamais atteinte depuis 7000 ans avant l’ère commune. La banquise dans l’Atlantique nord atteignit certaines années les îles Faroe couvrant le nord de l’océan presque totalement depuis le Groenland. De 1890 à 1945 le climat européen fut à nouveau remarquablement clément. La mémoire humaine conduisit à analyser ces variations climatiques puisque depuis le début du XIXe siècle des relevés de température étaient disponibles et les chroniques tenues par les moines avaient consigné tous ces changements depuis le XIIIe siècle comme par exemple la date du début des vendanges dans diverses régions d’Europe ou encore le prix du pain qui constituait un indicateur indirect de l’abondance des récoltes de blé, elles-mêmes directement liée aux conditions climatiques.

Depuis 1945 les glaciers ont accéléré leur retrait et un nouvel optimum climatique contemporain s’est installé, jusqu’à quand, là est la question à laquelle les spécialistes onusiens du climat n’ont pas l’air de vouloir répondre, trop obnubilés par l’augmentation des teneurs en CO2 de l’atmosphère qu’ils considèrent comme la principale cause du « réchauffement climatique moderne », ignorant superbement toutes les fluctuations passées depuis 10000 ans alors que le début de l’ère industrielle ne date que de 200 ans justement à une époque où il faisait plutôt froid, lorsque l’exploitation du charbon puis du pétrole prirent de l’ampleur. Considérer l’ère préindustrielle comme référence pour se soucier du CO2 atmosphérique est tout simplement une vaste escroquerie. Le climat va continuer à fluctuer et on commence à comprendre quels sont les paramètres très complexes qui se superposent pour éventuellement prédire, cependant avec une large incertitude, à quelles températures les humains seront soumis durant les prochaines décennies : un refroidissement jusqu’aux alentours de 2060 puis un réchauffement sans en déterminer les amplitudes.

« Les changements du climat ont déjà eu lieu et continueront à apparaître souvent. Contrairement au message répandu durant les dernières trente dernières années, la vitesse du changement du climat est indiscernable de la variabilité naturelle. Ainsi, un phénomène parfaitement naturel est devenu la plus grande préoccupation à venir dans l’histoire ». Tim Ball

Source : Inspiré du préambule de « The Rational Climate e-Book » de Patrice Poyet paru le 22 décembre 2020 en libre accès sur internet. Tim Ball, l’un des plus grands opposants au consensus sur le réchauffement du climat est d’origine canadienne, titulaire d’un doctorat (PhD) de géographie soutenu à la Queen Mary University de Londres traitant de l’historique des changements du climat dans diverses régions du monde et leurs conséquences sociales et économiques (source Wikipedia).

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone sont au bord d’un long plateau …puis d’une décroissance

Avec tous les discours apocalyptiques et de catastrophiques associés au changement climatique, il serait facile de passer à côté d’un changement incroyable dans les attentes pour les futures émissions de dioxyde de carbone. Sur la base des projections que vient de publier l’Agence internationale de l’énergie (AIE), il apparaît maintenant que le monde a de très bonnes chances de voir le dioxyde de carbone provenant de la combustion de combustibles fossiles plafonner au cours des prochaines décennies. Le pic de dioxyde de carbone se profile peut être à l’horizon.

L’AIE, dans ses Perspectives énergétiques mondiales 2019 (lien), veille à ce que ses scénarios ne soient pas des prévisions. Les scénarios sont des projections conditionnelles à certaines hypothèses. L’AIE explique : « une prévision devrait essayer de remettre en question les réponses futures des décideurs si celles-ci sont motivées par des préoccupations concernant la sécurité énergétique ou l’accessibilité financière, ou par une réaction à l’augmentation des émissions de CO2 et à leurs impacts. Nous ne donnons pas aux décideurs le bénéfice du doute sur ces futures réponses » (lien).

L’un des scénarios produits par l’AIE se concentre sur des projections basées sur les politiques que les gouvernements ont effectivement adoptées à la mi-2019 et s’appelle le scénario des politiques actuelles (CPS, Current Policies Scenario). Un deuxième scénario met l’accent sur les engagements et les plans que les gouvernements ont annoncés, mais pas encore adoptés, et est appelé le scénario des politiques déclarées (SPS, State Policies Scenario). L’AIE projette les conséquences de ces scénarios jusqu’en 2040.

Justin Richie, chercheur à l’Université de Colombie-Britannique, a identifié une caractéristique remarquable des nouveaux scénarios de l’AIE. Le CPS et le SPS ont tous deux des émissions de dioxyde de carbone pour 2040 qui sont inférieures à la quasi-totalité des scénarios examinés dans l’évaluation la plus récente (AR5) du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, IPCC). Richie identifie une raison importante de la différence dans la façon dont l’AIE considère l’utilisation du charbon jusqu’en 2040 par rapport à la façon dont le charbon est traité dans les scénarios de l’IPCC : l’utilisation du charbon dans le CPS «est inférieure à 90% de tous les scénarios de l’IPCC, et le SPS de l’AIE est inférieur à 95% des scénarios de l’IPCC ».

Il y a moins de dix ans, il était généralement admis que l’utilisation du charbon augmenterait considérablement au cours du XXIe siècle. Mais l’année dernière, l’AIE a suggéré que l’utilisation mondiale du charbon a peut-être atteint un sommet en 2014. Dans une analyse publiée il y a quelques jours dans la revue « Carbon Brief » (voir les liens en fin de billet), une équipe d’analystes énergétiques affirme que « la production mondiale d’électricité à partir du charbon est en passe de baisser d’environ 3% en 2019, la plus forte baisse jamais enregistrée ». Robbie Andrew, scientifique au Centre CICERO pour la recherche internationale sur le climat à Oslo, en Norvège, a publié des données indiquant que la production d’électricité au charbon en Inde est en baisse de 2,5% en 2019 par rapport à l’année précédente. La nouvelle sagesse conventionnelle est que pour une myriade de raisons – climat, pollution de l’air, économie, entre autres – le charbon est en voie de disparition. La fin du charbon ne se produira pas de sitôt, mais il semble que les scénarios cauchemardesques d’expansion non atténuée de la combustion du charbon soient beaucoup moins probables que ce que l’on pensait récemment. Il est difficile de surestimer l’importance du changement des attentes en matière d’émissions futures qui est représenté par la différence entre les nouveaux scénarios de l’AIE et ceux du GIEC. Une implication importante du changement de perspective est qu’il rend une grande partie de la littérature sur les impacts climatiques de la dernière décennie, et les reportages médiatiques qui l’ont accompagnée, comme obsolètes. La raison de cette obsolescence est que des milliers d’articles universitaires projetant les impacts climatiques futurs ont mis l’accent sur un scénario d’émissions de très haut niveau axé sur la combustion de quantités massives de charbon tout au long du XXIe siècle. Si les décideurs politiques des décennies à venir peuvent encore choisir de revenir au charbon, cela semble pour le moment plutôt improbable.

En termes techniques, sur la base du scénario CPS, en 2040 le monde aurait des émissions inférieures à celles prévues par le RCP4.5, et bien inférieures aux RCP6.0 et RCP8.5 (RCP = Représentative Concentration Pathway). Techniquement un « l’ensemble de ces scénarios considérant les émissions, leurs concentrations l’utilisation des terres conduisant à des niveaux de forçage radiatif de 8,5, 6,0, 4,5 et 2,6 W / m2 ». Alors que de nombreuses études d’impact climatique de la dernière décennie comprenaient également des projections axées sur le RCP4.5 en plus de scénarios plus extrêmes, ce sont souvent les résultats les plus extrêmes associés à des niveaux de forçage plus élevés qui ont été soulignés par l’IPCC (lien). Pour éviter une décennie perdue de recherche sur les impacts, il sera important de revoir la littérature en mettant l’accent sur le RCP4.5 plutôt que sur le RCP8.5. La conclusion inévitable d’un tel second regard est que le changement climatique paraîtra beaucoup moins effrayant et que les stratégies politiques cohérentes avec les mises à jour devront s’adapter en conséquence.

Une deuxième implication significative de la nouvelle perspective relative aux émissions de CO2 au cours des prochaines décennies est que le GIEC risque d’être déjà obsolète dans la mesure où son 6e rapport d’évaluation à paraître met l’accent sur des scénarios d’émissions de haut niveau. Bien entendu, les émissions de CO2 ne sont pas le seul facteur qui compte dans les projections du climat futur. Cependant, les émissions projetées jouent un rôle non seulement dans les projections climatiques et leur impact, mais également dans les analyses de la rentabilité de diverses politiques d’atténuation de ces émissions. Le fait de s’appuyer sur des scénarios obsolètes qui ne sont pas synchronisés avec les compréhensions actuelles pourrait fausser gravement la prochaine évaluation de l’IPCC, menaçant potentiellement sa crédibilité ou induisant en erreur les décideurs.

Un examen attentif de la nouvelle analyse de l’AIE suggère que même si le monde n’est peut-être pas encore au pic de CO2, le monde semble entrer dans un plateau prolongé des émissions. Il faut considérer que l’AIE dit que ses estimations d’émissions sont exactes à environ 5% pour les grandes économies et à environ 10% pour de nombreux autres pays. Cela signifie que les émissions projetées en 2040 du SPS ont des plages d’incertitude pour les émissions de dioxyde de carbone qui chevauchent celles de 2019. En d’autres termes, si les décideurs politiques respectent les engagements actuels déclarés, les émissions mondiales de CO2 dans deux décennies seront semblable à ce qu’elles sont aujourd’hui.

Il y a encore plus de raisons d’être optimiste quant au plafonnement des émissions. L’AIE prévoit que l’économie mondiale croîtra à un taux de 3,4% par an jusqu’en 2040, ce qui représente un taux de croissance par habitant d’environ 2,5% par an. Ce taux de croissance est supérieur à 95% des taux de croissance du PIB projetés de la base de données de scénarios AR5 de l’IPCC. Presque tous les scénarios de l’IPCC ont surestimé la croissance du PIB au cours de la dernière décennie. Le taux de croissance projeté du PIB mondial de l’AIE dépasse également celui récemment projeté par les principaux économistes.

Il y a donc de bonnes raisons de croire que la projection de l’AIE de la croissance du PIB jusqu’en 2040 est trop optimiste. Bien que la prévision de la croissance économique soit semée d’embûches, il est clair qu’une erreur de quelques dixièmes de point de pourcentage dans la projection de l’AIE de la croissance économique annuelle jusqu’en 2040 suffirait à empêcher le CPS d’afficher une augmentation modeste des émissions de dioxyde de carbone. à un plateau, et transformer le SPS d’un plateau vers une baisse modeste. La dernière mesure à examiner est les taux implicites de décarbonisation dans les scénarios de l’AIE. La décarbonisation fait référence au taux de déclin du ratio des émissions de dioxyde de carbone au PIB. Pendant une grande partie des deux dernières décennies, en utilisant les données de l’AIE, la décarbonisation mondiale a généralement été inférieure à 2% par an, bien que de 2014 à 2016, elle ait été en moyenne d’environ 3% par an, et de 2010 à 2018, elle était en moyenne de 2,4% par an.

Le CPS implique un taux de décarbonisation global d’environ 2,1% par an jusqu’en 2040, tandis que le SPS implique un taux d’environ 2,8% par an. Aucune de ces valeurs ne semble irréaliste, d’après l’expérience récente, et peut même être conservatrice selon le degré auquel les décideurs politiques agissent plus agressivement que les politiques déclarées auxquelles ils se sont déjà engagés. Mais ces chiffres restent loin de ce qui serait nécessaire si le monde veut parvenir à une décarbonisation profonde de 80% ou plus de réductions par rapport aux niveaux actuels. Pour atteindre un tel objectif, il faudrait des taux annuels de décarbonisation de 7,5% par an pour atteindre un objectif de 2 degrés Celsius et de 11,3% par an pour atteindre un objectif de 1,5 degré. Le défi de la réduction des émissions demeure plus redoutable que jamais (lien étude de Price,Waters,Cooper).

Mais ne vous y trompez pas, le changement de perspective qu’impliquent les attentes actuelles en matière de consommation d’énergie et le mix de technologies qui la composent, ainsi que les attentes de croissance économique, sont une bonne nouvelle pour le climat. Les pires scénarios qui ont dominé les discussions au cours de la dernière décennie ou plus sont hors de propos et y resteront à moins que nous choisissions activement de les suivre. Cela semble peu probable. Par conséquent, une nouvelle génération d’études d’impact sur le climat est nécessaire, ainsi qu’une nouvelle compréhension des coûts et des avantages des options politiques pour accélérer davantage la décarbonisation (lire l’article de Roger Pielke Jr à ce sujet, dernier lien). Nous avons atteint le plateau. Il est maintenant temps de découvrir comment commencer à aller vers la descente.

Liens : https://www.iea.org/topics/world-energy-outlook

https://www.iea.org/reports/world-energy-model/stated-policies-scenario

https://link.springer.com/article/10.1007/s10584-011-0148-z

https://www.pwc.co.uk/services/sustainability-climate-change/insights/low-carbon-economy-index.html

Traduction d’un article de Roger Pielke Jr paru sur le site Forbes le 30 novembre 2020. Bref commentaire de votre serviteur : Pielke ne tient pas compte de la stabilisation du réchauffement du climat apparue depuis 20 ans, le fameux « hiatus » que les experts de l’IPCC ne peuvent pas expliquer, ni des scénarios de refroidissement à venir. Le scénario d’un refroidissement du climat dans les années à venir conduirait, selon la loi de Henry ( https://en.wikipedia.org/wiki/Henry%27s_law#Temperature_dependence ), à une diminution du taux de CO2 atmosphérique y compris si l’utilisation de combustibles fossiles augmentait. De toute évidence Pielke veut rester « fréquentable » aux yeux des médias.

Crise climatique : quelques précisions de pur bon sens

Je voudrais apporter quelques précisions au sujet du contenu de mon précédent billet relatif au nouveau cycle solaire. Diverses prédictions osées par des géophysiciens au sujet de l’intensité magnétique des futurs cycles solaires font état d’une série de cycles de faible intensité à venir. La mathématicienne Valentina Zharkova a écrit un modèle qui rend compte des fluctuations passées de l’intensité des cycles solaires, ce qui permet de valider son modèle et pour les quelques dizaines d’années à venir il ne faut pas, selon elle, s’attendre à un retour à la normale de cette activité solaire avant 2060. Madame Zharkova n’a pas inclus dans son modèle tout ce que l’on raconte au sujet du réchauffement présent du climat car elle ne s’est intéressée qu’aux fluctuations du champ magnétique du Soleil.

Carbone ou pas carbone le climat terrestre ne dépend que de l’activité solaire et des oscillations océaniques elles-mêmes assujetties à l’activité solaire. Cette affirmation contraire au dogme de l’effet de serre s’explique très facilement pour un ancien scientifique comme votre serviteur (je m’adresse à mes fidèles lecteurs) si on considère qu’on n’est pas obligé de croire que passer de 28 molécules de CO2 pour 100000 molécules d’azote et d’oxygène dans l’atmosphère, au début de la révolution industrielle, à 42 molécules pour 100000 aujourd’hui puisse avoir un effet notoire sur le climat. Personnellement j’ai de très gros doutes ! Le Professeur émérite François Gervais a insisté sur ce point qui n’a l’air de perturber ni les spécialistes de l’IPCC ni des centaines d’organisations non gouvernementales ni enfin des dizaines de milliers de décideurs politiques. Vous voulez une comparaison pour souligner la totale ineptie de cette sale histoire de réchauffement du climat essentiellement due au CO2 ? Prenez un sac de riz de 1 kg, enlevez 7 grains de riz, pesez-le puis enlevez à nouveau 3 grains de riz et pesez ce sac à nouveau. À moins d’avoir sous la main une balance sensible au cent-millième minimum, c’est-à-dire de mesurer de manière fiable une différence de poids de 12 milligrammes sur 1 kg vous ne noterez aucune différence ! D’ailleurs une telle micro-balance n’existe pas car elle est irréalisable d’un point de vue technologique, il s’agissait donc d’une expérience de pensée. Toute cette imposture climatique repose ainsi sur un mensonge.

Pire encore, pour faire passer ce mensonge comme un virus dans le cerveau des politiciens se propageant pour détruire leurs neurones les uns après les autres, les pseudo-scientifiques de l’IPCC ont osé inventer la rétro-radiation infra-rouge (illustration) qui s’auto-alimente comme une machine infernale pour réchauffer la planète parce que trois grains de riz dans un kilo risquaient de paraître suspects. Cette nouvelle imposture, outre le fait qu’elle défie les lois de la thermodynamique, épaissit le mensonge pour être bien certain que tout le monde y croira. Un coup monté d’une rare ingéniosité que n’aurait pas pu imaginer Goebbels en son temps. Il y a d’ailleurs beaucoup à dire au sujet de cette rétro-radiation supposée provoquée par des gaz à effet de serre.

Je ne suis ni un géophysicien ni un climatologue mais seulement un modeste ancien biologiste spécialisé dans l’étude des enzymes, cependant j’arrive à comprendre le contenu des publications scientifiques relatives au climat ou la la thermodynamique de l’atmosphère. Ce qui m’a toujours étonné est le fait que jamais dans aucun de ses modèles climatiques l’IPCC fait apparaître le gradient adiabatique ( https://en.wikipedia.org/wiki/Lapse_rate ) auquel est soumis l’atmosphère en raison du champ de gravité terrestre. Pour faire bref l’atmosphère est plus dense au niveau de la mer et en fonction de l’altitude sa densité diminue, diminution de densité qui s’accompagne d’une diminution de la température. Ce fait indéniable étant acquis comment peut-on persister à affirmer qu’il peut (qu’il doit) exister un effet de serre se matérialisant par des transferts d’énergie sous forme de rayonnement infra-rouge depuis les couches plus élevées de l’atmosphère, donc moins denses et plus froides, vers la surface du sol, où l’atmosphère est plus dense et plus chaude ? Avoir mis délibérément sous le tapis ce dernier point est non seulement un mensonge de plus, cette fois-ci par omission délibérée, mais c’est surtout une escroquerie scientifique.

CO2 : les multiples fraudes de l’IPCC

L’IPCC (International Panel on Climate Change, GIEC en français), est un organisme onusien en charge de répandre la bonne parole auprès des décideurs politiques. Il est nécessaire de faire la généalogie de la malhonnêteté de l’IPCC, en quelque sorte sa règle de conduite, pour en comprendre les raisons. Cet organisme onusien a été mis en place à la suite de la Conférence de Stockholm en 1971 quand Maurice Strong cosigna opportunément un rapport onusien qui remporta un succès mondial inattendu : « Only One Earth : The Care and Maintenance of a Small Planet ». Remontons donc à Maurice Strong pour bien comprendre la genèse de la lutte contre le changement du climat. Maurice Strong quitta l’école à l’âge de 14 ans, en 1943, et il survécut de petits boulots jusqu’en 1948, année où il fut embauché comme apprenti dans un cabinet de courtage à Winnipeg, capitale de l’Etat du Manitoba au Canada. Il s’intéressa très rapidement au business du pétrole et fut muté à Calgary dans l’Etat d’Alberta toujours chez le même courtier. Il eut l’occasion de rencontrer des gros bonnets de l’industrie pétrolière et c’est ainsi qu’il devint lui-même un investisseur dans le secteur pétrolier en pleine effervescence durant les années 1950. Il se constitua par la suite un solide carnet d’adresses dans ce milieu de l’industrie pétrolière.

Ceci amena Strong à mettre de côté ses scrupules et à utiliser ce carnet d’adresses pour fonder une entreprise, cette fois dans le Colorado, pour exploiter des aquifères (il devait confondre le pétrole et l’eau) au mépris des règlementations locales de protection de l’environnement. Son entreprise fut mise à mal par un long procès. Elle fut condamnée à de lourdes amendes et Strong l’abandonna pour rebondir rapidement en créant une autre entreprise « bidon » de technologie liée à l’environnement qu’il prétendait être innovante dans le recyclage des déchets dangereux. Strong bénéficia d’aides financières considérables de l’Etat fédéral américain pour le développement de cette entreprise qui en réalité ne fut jamais opérationnelle. Personne n’a pu savoir quelle somme d’argent Strong détourna quand sa société « Molten Metal Technology » fit faillite.

Dès le tout début de son activité professionnelle Strong avait établi des liens avec des officiels des Nations-Unies. C’est ainsi que Strong fut nommé directeur de l’Agence canadienne de développement international alors que parallèlement ses activités industrielles allaient de faillites frauduleuses en faillites frauduleuses. Bref, en 1971 Strong se retrouva à Stockholm puis il monta en grade au sein des Nations-Unies pour se retrouver cette fois à Rio de Janeiro au sommet de la Terre en 1992. Inutile de détailler ensuite sa carrière au sein d’une multitude de commissions et instituts affiliés de près ou de loin aux Nations-Unies et à la Banque Mondiale. Malgré ce vernis respectable, Strong ne put résister à tremper dans le scandale « Pétrole contre Nourriture » par l’intermédiaire de la mafia sud-coréenne qui pilotait les importations « illégales » de pétrole irakien.

Ce qui ressort de ce bref résumé de la carrière de Maurice Strong est qu’il était bien plus qu’un opportuniste, il était en réalité un escroc ! Et pourtant l’IPCC a repris à la lettre ses recommandations de sauvetage du climat sur la base d’un effet direct du CO2 d’origine anthropique, concept formulé pour la première fois par Strong à l’occasion de la Conférence de Stockholm, concept repris par une multitude d’organisations non gouvernementales en les agrémentant de la préservation de l’environnement et en particulier le « développement durable », autre concept qu’il avait formulé au cours de la splendeur de sa carrière au sein des Nations-Unies en relation étroite avec le World Economic Forum, comprenez le Forum de Davos. On peut se demander si toutes ces organisations internationales ne sont pas des nids d’opportunistes issus de la gauche ultra-radicale et d’escrocs de la carrure de Maurice Strong, toujours est-il que cette tradition d’escroquerie a perduré au sein de l’IPCC au sujet du CO2 comme je vais l’exposer brièvement ci-après.

L’IPCC reconnaît que le CO2 issu des activités humaines, essentiellement l’utilisation de combustibles fossiles, ne représente que 5 % de la totalité du CO2 atmosphérique. En conséquence ce rapport devrait être constant au cours du temps. Or l’IPCC clame par ailleurs que ce CO2 produit par les activités humaines représente la totalité de l’augmentation du CO2 atmosphérique au delà de 280 ppm, en gros la valeur « préindustrielle ». Une simple soustraction montre que 130 ppm, soit 32 % du total du CO2 atmosphérique proviendrait de l’activité humaine. L’escroquerie réside dans le fait que l’IPCC réserve un traitement différent pour le CO2 issu de l’activité humaine en regard du même gaz d’origine naturelle, en tous points indiscernable de celui issu de l’usage des combustibles fossiles. Mises à part d’infimes variations isotopiques ces deux gaz carboniques sont indiscernables sur le plan physicochimique. Les modèles prévisionnels de l’IPCC sont adossés à cette escroquerie.

Cette malversation de l’IPCC sert de référence à toutes les politiques énergétiques prônées aujourd’hui par les adeptes d’un ordre écologique nouveau. Mais il y a pire encore. Lorsque les essais nucléaires atmosphériques ont été interdits la teneur en carbone-14, sous forme de CO2 générés par les explosions a suivi une loi de décroissance qui a permis de calculer avec précision un temps de résidence du CO2 de 16,5 ans. D’autres études ont montré une demi-vie du CO2 atmosphérique de quelque source que ce soit de l’ordre de 5 ans. Ces évidences expérimentales viennent contrarier les théories de l’IPCC au sujet de la persistance spécifique du CO2 généré par l’activité humaine. Pour contourner ce problème l’IPCC a inventé de toute pièce une nouvelle propriété nouvelle de ce CO2 d’origine humaine : il provoquerait un blocage spécifique de la dissolution du CO2 par les océans. Il s’agit d’une escroquerie supplémentaire d’un tout autre ordre de grandeur puisque les océans représentent les 4/5e de la surface de la Terre et sont le principal réservoir de CO2 terrestre. Pour faire passer son escroquerie l’IPCC a mandaté toutes sortes d’organisations non gouvernementales pour faire l’information du blanchissement des coraux comme conséquence de l’acidification des océans à cause du surplus de CO2.

Il est donc évident que l’IPCC invente des nouvelles lois physiques qui lui sont propres (inutile de rappeler ici l’effet de serre contraire aux lois fondamentales de la thermodynamique) permettant de faire une distinction physicochimique entre le CO2 naturel et le CO2 « humain », de faire également une distinction entre les différentes variétés isotopiques de ce CO2, ce qui n’a jamais été montré par les études réalisées jusqu’à ce jour. L’IPCC s’est pris les pieds dans le tapis d’escroqueries scientifiques toutes aussi grossières les unes que les autres. C’est bien le digne successeur de Maurice Strong.

Sources : Wikipedia et doi : 10.11648/j.ijaos.20190301.13

Climat et dérive idéologique : Un éminent météorologiste admet que le débat sur le climat concerne aussi la justice sociale.

Eric Holthaus, un éminent activiste climatique et météorologue, a admis que l’activisme pour le changement climatique ne concerne pas la science du climat, mais vraiment la « justice ». Cet aveu de Holthaus n’est que le dernier de ceux d’une longue lignée de « scientifiques » et d’autres personnalités admettant que le radicalisme politique de gauche est le véritable objectif de la crise climatique affirmée.

Dans un Tweet, Holthaus a rejoint ces alarmistes climatiques de gauche, admettant désormais pleinement qu’après tout la « crise » ou « l’urgence » climatique n’est pas une question de science :

Capture d’écran 2020-09-06 à 11.52.57.png

« L’urgence climatique n’est pas une question de science, mais de justice ».

Ce n’est pas la première fois que Holthaus révèle que la révolution sociale guide son plaidoyer, le changement climatique servant de cheval de Troie à la révolution sociale. Holthaus avait précédemment affirmé que les rapports climatiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC/GIEC) des Nations Unies nécessitaient d’imposer « un soutien rigoureux pour démanteler systématiquement le capitalisme ».

Dans le monde de Holthaus, c’est aussi la « suprématie blanche » qui doit également être démantelée sous prétexte de lutter contre le changement climatique. Kate Marvel, une militante pour le climat également scientifique de la NASA, a fait cette affirmation farfelue le 1er juin 2020: « La justice climatique et la justice raciale sont la même chose … nous ne pourrons jamais éviter une catastrophe climatique sans démanteler la suprématie blanche ».

Mais attendez, il y en a plus!

La députée Alexandria Ocasio-Cortez a commis des erreurs similaires sur la vraie raison du « Green New Deal ». Le chef de cabinet d’AOC a reconnu que le Green New Deal n’était pas conçu pour faire face au changement climatique. « Ce qui est intéressant à propos du Green New Deal, c’est que ce n’était pas du tout une question climatique à l’origine », a déclaré le chef de cabinet de l’AOC, Saikat Chakrabarti, au Washington Post.

« Pensez-vous que c’est un problème climatique ? » a-t-on à Chakrabarti clairement. Sa réponse a été : « Parce que nous pensons vraiment à cela comme à la façon de changer l’économie dans son ensemble ».

En outre, l’ancien assistant de campagne de l’AOC, Waleed Shahid, a admis que le Green New Deal est une « proposition de redistribution de la richesse et du pouvoir des gens d’en haut vers ceux d’en bas ».

La chef des Nations Unies pour le climat, Christiana Figueres, déclarait déjà en 2012 qu’elle cherchait une « transformation centralisée » qui « rendre la vie de chacun sur la planète très différente ».

L’éminente militante pour le climat chez les adolescents Greta Thunberg a déclaré lors de la conférence de Madrid sur le climat en 2019 : « La crise climatique ne concerne pas seulement l’environnement. C’est une crise des droits de l’homme, de la justice et de la volonté politique. Des systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux l’ont créée et alimentée. Nous devons tous les démanteler. Nos dirigeants politiques ne peuvent plus se soustraire à leurs responsabilités ».On peut se demander qui a écrit cela pour elle, car elle avait 16 ans à l’époque.

Il est clair que les hurlements d’une catastrophe planétaire imminente et les revendications d’une « urgence climatique» sont simplement un moyen de contraindre les politiciens et les bureaucrates en charge de notre économie à prendre le contrôle de l’énergie. Leur programme a perdu tout semblant de science et n’est plus qu’un outil pour prendre aussi le contrôle de nos vies.

Article paru sur le site Wattsupwiththat. Note : Eric Holthaus est météorologiste. Il écrit des articles pour Grist, Slate et le Wall Street Journal. Il a récemment publié fin Juin 2020 un essai intitulé « The Future Earth » qui est un exposé des méthodes radicales pour changer les effets adverses sur le climat de l’activité humaine comme par exemple instituer un contrôle généralisé des naissances, une limitation des transports aériens et maritimes et un « retour à la terre ». Dans son article Antony Watts ne mentionne pas la pandémie coronavirale qui a été mise à profit par les mêmes radicaux de gauche pour accélérer la mise en place d’un gouvernement mondial. En Europe nous souffrons déjà tous de privations de liberté individuelle et la situation ne pourra qu’empirer. Triste avenir pour mes petits-enfants …

Le réchauffement du climat est virtuel, selon Vijay Jayaraj

Capture d’écran 2020-07-18 à 12.05.34.png

Les États-Unis sont le seul grand pays occidental à ne pas faire partie officiellement de l’accord de Paris sur le climat, accord qui vise à limiter et à réduire la consommation de combustibles fossiles dans le monde. Mais ce pays n’est pas à l’abri des effets des politiques énergétiques restrictives que l’accord impose à ses partenaires commerciaux. L’un d’eux est mon propre pays, l’Inde.

L’Inde importe de grandes quantités de charbon, de pétrole et de gaz naturel des États-Unis et d’autres pays, principalement pour produire une électricité à un prix abordable pour son réseau électrique. Ce réseau doit se développer rapidement pour répondre aux besoins de plus de 1,3 milliard de personnes. Plus de 300 millions d’entre elles – comparables à l’ensemble de la population américaine – n’ont actuellement pas d’électricité. Mais ils en ont désespérément besoin pour leur santé et pour échapper à une pauvreté extrême.

La justification de la réduction de l’utilisation des combustibles fossiles est l’affirmation selon laquelle le changement climatique créera des ravages à l’avenir à moins que nous ne réduisions nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais cette affirmation n’est pas aussi claire que les médias traditionnels et les politiciens le prétendent.

En fait, les données sur la température suggèrent que l’allégation est exagérée et tend à répandre des informations basées sur des interprétations incorrectes de modèles défectueux.

Le problème sans fin des modèles

L’accord de Paris sur le climat et d’autres recommandations climatiques majeures des Nations-Unies sont strictement basés sur les lignes directrices fournies par les rapports d’évaluation produits par une aile climatique connue sous le nom de Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC ou IPCC).

Le GIEC utilise des données de prévision traitées par un vaste ensemble de modèles informatiques du climat pour arriver aux recommandations politiques dans ses rapports d’évaluation.

Parmi celles-ci figurent les prévisions du Projet d’intercomparaison de modèles couplés (CMIP : https://pcmdi.llnl.gov/mips/cmip5/ ). Le CMIP utilise une centaine de modèles climatiques distincts, gérés par les principaux groupes de modélisation du monde entier. Ces prévisions orientent les rapports du GIEC. En 2013, le cinquième rapport d’évaluation (AR5) du GIEC présentait des modèles climatiques du CMIP5 de cinquième génération.

Mais les prévisions de ces modèles se sont révélées fausses. Ils ont exagéré la tendance de l’évolution de la température et ils diffèrent sensiblement des données de température dérivées des thermomètres au sol, des capteurs sur les ballons météorologiques, des navires et des bouées, de la télédétection par satellite. De plus les «réanalyses» intègrent l’entrée de nombreuses sources de données différentes selon des protocoles dits de normalisation qui sont contestables.

Pourtant, les responsables politiques chargés de déterminer la politique climatique et énergétique dans le monde ont utilisé ces prévisions pour justifier des accords internationaux sur le climat comme l’accord de Paris et ils n’ont jamais remis en question ces modélisations.

Le sixième rapport d’évaluation du GIEC (AR6) à venir, dont la publication est prévue en 2021, présente les prévisions de la CMIP6. Mais les modèles CMIP6 ne sont pas meilleurs que les modèles CMIP5. En fait ces modèles CMIP6 sont encore pires !

Le Dr Roy Spencer, climatologue de réputation mondiale, a observé que «les modèles CMIP6 montrent 50% plus de réchauffement net de surface de 1979 à avril 2020 (+1,08 degré Celsius) que les observations réelles depuis le sol (+0,72 degré Celsius).

Il ne fait aucun doute que la comparaison des prévisions CMIP5 et CMIP6 aux ensembles de données de température officiels révèle une histoire très ancienne : les modèles sont toujours loin de la réalité et, étrangement, toujours dans la même direction, à savoir vers le haut, pour prédire les températures réelles.

Donc, non seulement on nous a menti sur le climat, mais nous allons à nouveau être induits en erreur par le prochain rapport d’évaluation du GIEC. Et avec des prévisions fausses encore plus extrêmes, il y aura des appels à des politiques énergétiques encore plus restrictives.

Il est assez étonnant de voir comment les politiciens non élus à l’ONU peuvent convaincre et persuader les dirigeants mondiaux d’adopter des politiques climatiques fondées sur des conclusions non scientifiques issues de modèles défectueux ( https://science.house.gov/imo/media/doc/Christy%20Testimony_1.pdf?1 ).

Les médias grand public ont également joué leur rôle. La perception du public sur le changement climatique a été fortement influencée par une couverture biaisée sur la question climatique, sans prêter la moindre attention aux énormes écarts entre les prévisions du modèle et les observations du monde réel.

On ne sait pas dans quelle mesure les projections deviendront encore plus erronées au moment où le nouveau rapport d’évaluation sera finalement publié. Mais une chose est claire : les secteurs énergétiques du monde entier sont pris en otage par les interprétations pseudo-scientifiques de l’aile climatique phare des Nations Unies.

Vijay Jayaraj (M.Sc., Sciences de l’environnement, Université d’East Anglia, Angleterre), est un collaborateur de recherche pour la Cornwall Alliance for the Stewardship of Creation ( https://cornwallalliance.org/ ). Il a collaboré au projet HadCRUT ( https://crudata.uea.ac.uk/cru/data/temperature/ ). Il vit aujourd’hui à New Delhi, en Inde.

Comment le plus repoussant conte de fée climatique a gagné la bataille

La science n’est pas censée induire en erreur. Elle est censée être précise, rigoureuse et circonspecte.

Article de Donna Laframboise paru sur son site nofrakkingconsensus.com/

Ces dernières années, quelque chose de sournois et dénué d’éthique s’est produit. Les autorités ont commencé à parler du pire scénario climatique comme si c’était notre avenir probable.

Il y a plus d’une décennie, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a élaboré quatre contes de fées pour décrire comment les humains pourraient avoir un impact sur le climat d’ici 2100. Il y avait un scénario optimiste, deux scénarios de milieu de gamme et un scénario pessimiste. Ce dernier est connu sous le nom de RCP8.5 (je le pense comme Ridiculous Climate Prophecy 8 point 5).

Capture d’écran 2020-07-02 à 15.32.05.png

En janvier, Zeke Hausfather et Glenn Peters ont publié un commentaire dans Nature rappelant à tous que le RCP8.5 n’est pas une vision réaliste de l’avenir. Il représente un monde dystopique improbable et à haut risque (ce sont leurs mots) dans lequel « les dés sont chargés des pires résultats ». Cela ne peut pas devenir une réalité, soulignent-ils, à moins que l’humanité ne brûle cinq fois plus de charbon que nous ne le faisons actuellement, « un montant supérieur à certaines estimations des réserves de charbon récupérables ». Chaque fois que le RCP8.5 est mentionné, disent-ils, il devrait être clairement étiqueté comme un «pire cas improbable».

Leur plaidoyer est sans équivoque.

Nous devons tous – des spécialistes des sciences physiques et des modélisateurs de l’impact climatique aux communicateurs et décideurs – cesser de présenter le pire des scénarios comme le plus probable. L’analyste climatique américain Roger Pielke Jr. a également écrit trois articles qui documentent comment le RCP8.5 « a fait passer une valeur llimite extrême au centre des discussions sur les politiques climatiques », corrompant au passage de grandes parties de la littérature scientifique (voir les liens en fin de billet). Lui aussi appelle la vision RCP8.5 du futur imaginaire et impossible.

L’économiste canadien Ross McKitrick sonne également la sonnette d’alarme. Le RCP8.5, dit-il, est « un brûlot qui prédit des augmentations historiquement sans précédent des émissions mondiales de CO2 ». En utilisant des mots comme invraisemblable, improbable, exagéré et distorsion, il indique clairement que le seul endroit où cette vision de l’avenir existe est dans les imaginations délirantes.

« Personne ne croit sérieusement », dit-il, « que l’augmentation de la consommation de charbon décrite par le RCP8.5 soit même possible ».

Même les journalistes qui ont médité sur la menace climatique se réveillent. Dans un article intitulé « Nous obtenons une image plus claire de l’avenir climatique – et ce n’est pas aussi mauvais qu’il le paraissait autrefois » (lien), David Wallace-Wells rapporte que la plupart des experts qu’il a interviewés «m’ont dit qu’ils ne considéraient pas le RCP8.5 comme un scénario plausible. » D’ici 2100, rappelez-vous, l’adolescente Greta Thunberg aura 97 ans. Wallace-Wells observe que toute tentative de prédire à quoi ressemblera le monde dans un avenir proche n’est en réalité qu’un « jeu insensé ». Dans ses mots : La projection de la consommation mondiale d’énergie en 2100 équivaut à des projections en lesquelles ont devait croire faites en 1940 sur notre situation actuelle.

Pourtant, c’est à cela que sert en grande partie la «science» du climat – et le «journalisme» sur le climat. En 2018, la première page du New York Times annonçait : le rapport américain sur le climat met en garde contre les dommages causés à l’environnement et la contraction de l’économie. Cela a commencé ainsi : Un important rapport scientifique publié (lien) par 13 agences fédérales présente les avertissements les plus frappants à ce jour sur les conséquences du changement climatique pour les États-Unis, prévoyant que si des mesures importantes ne sont pas prises pour freiner le réchauffement climatique, les dégâts vont frapper jusqu’à 10 pour cent de la taille de l’économie américaine à la fin du siècle.

Plus incroyable, ce « rapport scientifique majeur » prend le RCP8.5 au sérieux. Appelant cela un « scénario de base », la page 6 du rapport le présente comme une possibilité réaliste plutôt que comme une hallucination farfelue : Le RCP8.5 est généralement associé à une croissance démographique plus élevée, à moins d’innovations technologiques et à une intensité carbone plus élevée du mix énergétique mondial.

Cela signifie que le rapport est dénué de toute qualité, peu importe le nombre d’organismes fédéraux impliqués dans sa création. Mais le Times n’a pas dit cela aux lecteurs.

LIENS:

https://nofrakkingconsensus.com/wp-content/uploads/2020/06/NCA2018_page6_RCP8dot5.pdf

Le Times n’a pas non plus informé pleinement les lecteurs de Michael Oppenheimer, cité dans cet article. Il n’est pas seulement « un professeur de géosciences et d’affaires internationales à Princeton », comme le Times le décrit. Au contraire, comme le montre clairement sa biographie en ligne, il « a rejoint l’Université de Princeton après plus de deux décennies avec l’Environmental Defence Fund (EDF), une organisation environnementale non gouvernementale, où il a été chef scientifique et directeur du « Climate and Air Program ». Un homme qui a passé deux décennies sur la masse salariale d’une riche organisation militante dominée par des avocats ne peut pas être considéré comme un scientifique impartial. Il a un point de vue précis, un objectif. Le public a le droit de le savoir. Autres liens

Hausfather & Peters, Emissions – the ‘business as usual’ story is misleading

Les mensonges des médias dévoilés : coronavirus, pandémies et changement climatique

Capture d’écran 2020-03-29 à 17.08.33.png

Les alarmistes climatiques et les principaux médias exploitent frauduleusement la pandémie de coronavirus pour dire au public que le changement climatique rend les pandémies plus probables et plus graves. En réalité, les preuves sont assez claires pour indiquer que les températures plus chaudes rendent les pandémies et les épidémies sous-jacentes de virus comme la grippe moins fréquentes et moins graves.

Dans un éditorial du 24 mars dans The Hill, Vinod Thomas, ancien directeur général du Groupe indépendant d’évaluation du Groupe de la Banque mondiale, écrit: «Il existe un lien avec des pandémies, comme COVID-19, et un monde plus chaud…» (Liens en fin de billet).

L’affirmation de Thomas en suit bien d’autres dans les médias. Par exemple, un récent article du magazine Time déclare: «Je n’ai aucune preuve que le changement climatique a déclenché ce virus particulier pour passer des animaux aux humains à ce moment particulier, ou qu’une planète plus chaude l’a aidé à se propager. Cela dit, il est assez clair que, de manière générale, le changement climatique est susceptible de conduire à une augmentation des futures épidémies causées par des virus et d’autres agents pathogènes. « 

Les deux auteurs savent ou, du moins devraient savoir, qu’ils disent des mensonges. De nombreuses études démontrent que les maladies transmissibles comme la grippe et le coronavirus sont beaucoup plus répandues et mortelles à la fin de l’automne, en hiver et au début du printemps, lorsque le temps est froid et humide, plutôt que pendant les mois d’été quand il fait chaud et sec. C’est la raison pour laquelle la saison de la grippe va de l’automne au début du printemps, puis se termine. Et les rhumes, bien qu’ils ne soient pas inconnus, sont également moins courants en été.

Le chapitre 7 du rapport non-gouvernemental du Panel international sur les changements climatiques (IPCC) intitulé « Climate Change Reconsidered: Biological Impacts » détaille les résultats de dizaines d’études et de rapports examinés par des pairs montrant que les décès prématurés dus à la maladie sont beaucoup plus répandus pendant les saisons plus froides et les époques climatiques plus froides, plutôt que pendant les saisons plus chaudes et les époques de climat plus chaud.

En 2010, la correspondante de la santé de la BBC, Clare Murphy, a analysé les statistiques de mortalité de l’Office of National Statistics du Royaume-Uni de 1950 à 2007 et a constaté: « Pour chaque degré, quand la température descend en dessous de 18°C [64 degrés Fahrenheit], les décès au Royaume-Uni augmentent de près de 1,5 pour cent. »

L’analyste du département américain de l’Intérieur Indur Goklany a étudié les statistiques officielles de mortalité aux États-Unis et a trouvé des résultats similaires. Selon les statistiques officielles de mortalité aux États-Unis, 7 200 Américains en moyenne meurent chaque jour au cours des mois de décembre, janvier, février et mars, contre 6 400 chaque jour pendant le reste de l’année.

Dans un article publié dans le Southern Medical Journal en 2004, WR Keatinge et GC Donaldson ont noté: «Les décès liés au froid sont beaucoup plus nombreux que les décès liés à la chaleur aux États-Unis, en Europe et dans presque tous les pays hors des tropiques, ils sont tous dus à des maladies courantes qui augmentent avec le froid. »

Plus récemment, dans une étude publiée dans le Lancet en 2015, les chercheurs ont examiné les données de santé de 384 sites dans 13 pays, représentant plus de 74 millions de décès – un énorme échantillon à partir duquel on peut tirer des conclusions solides – et ils ont trouvé que une température plus froide, directement ou indirectement, a tué 1 700% de personnes de plus que par temps chaud. Non, ce n’est pas une faute de frappe – 1 700% plus de personnes meurent de températures froides que de températures plus chaudes.

Contrairement aux affirmations alarmistes de The Hill et de Time magazine, les preuves scientifiques accablantes montrent que c’est le froid, pas la chaleur, qui tue. Par conséquent, un monde légèrement plus chaud, avec des hivers plus courts et moins sévères, devrait entraîner moins de décès prématurés dus à des maladies, des virus, des pandémies, la faim et d’autres causes naturelles.

Liens.

https://thehill.com/opinion/energy-environment/489273-limiting-our-carbon-footprint-in-a-post-covid-19-world-we-shouldnt

https://time.com/5779156/wuhan-coronavirus-climate-change/

https://www.heartland.org/_template-assets/documents/CCR/CCR-IIb/Chapter-7-Human-Health.pdf

https://www.heartland.org/news-opinion/news/cold-is-deadlier-than-heat-say-new-reports

https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736(14)62114-0.pdf

Source : climaterealism.com

Commentaire. Entre juillet et décembre 2019 plus de 400 articles scientifiques publiés dans des revues à comités de lecture ont montré que la Terre entrait dans une phase climatique froide qui sera ressentie au moins jusqu’en 2050 et peut-être jusqu’en 2100, l’incertitude étant liée aux effets d’albedo dans les hautes altitudes pouvant être provoqués par l’augmentation du rayonnement cosmique, cette augmentation du rayonnement cosmique étant le résultat d’un effondrement de l’activité magnétique du Soleil. Cet effondrement a déjà été bien observé depuis les deux derniers cycles solaires avec un arrêt de l’évolution vers le haut des températures moyennes observées. En dehors des pays des régions inter-tropicales les dirigeants politiques devraient, au lieu de se focaliser sur un réchauffement du climat qui n’aura pas lieu, se préoccuper du refroidissement annoncé par ces nombreuses publications qui sont soigneusement ignorées par les instances onusiennes en charge du climat et de l’environnement.

Crise climatique : À travers le miroir de « l’injustice climatique »

Aliceroom3.jpg

Quand Alice a traversé le miroir, elle a trouvé un monde où les choses étaient complètement l’inverse de ce qu’elles sont dans le monde réel. Bien sûr, le chef-d’œuvre de Lewis Carroll était destiné à être une parodie des politiciens mensongers de l’époque.

Aujourd’hui, nous avons quelque chose du même genre mais au-delà de la parodie, et c’est la bureaucratie climatique de l’ONU et de ses acolytes. Parce que les agences des Nations Unies sont des bureaucraties, il est peut-être compréhensible qu’elles cherchent à tout moment à accroître leur propre pouvoir et leur contrôle sur les peuples du monde. Mais ce qui est incompréhensible, c’est quand cette quête du pouvoir se transforme en campagne pour maintenir les pauvres du monde dans la pauvreté. Pourtant, c’est exactement là où l’ONU se trouve maintenant avec la campagne pour ce qu’elle appelle la «justice climatique». Cette campagne est basée sur des prémisses complètement fausses et n’aurait pas pu être mieux conçue pour garder les pauvres toujours aussi pauvres que si cela avait été le principal et unique but. Les partisans de la prétendue «justice climatique» semblent ignorer totalement la moralité répréhensible de leur campagne. Au lieu de cela, ils affichent leurs propres niveaux élevés de consommation et considèrent comme des leaders ceux aux niveaux les plus extrêmes de consommation élevée.

La pauvreté, dans le sens de la privation de biens et services de base, est en très grande partie le résultat d’un accès insuffisant à l’énergie. L’accès à l’énergie signifie l’électricité pour nos maisons, nos entreprises et nos ordinateurs. Cela signifie le transport, sous forme d’automobiles, de trains et d’avions. Cela signifie se chauffer par temps froid et se refroidir par temps chaud. Cela signifie des hôpitaux et des établissements de santé qui fonctionnent. Cela signifie des méthodes agricoles mécanisées qui améliorent les effets des intempéries et des ravageurs. Cela signifie l’accès à l’information … et bien d’autres choses tout aussi importantes. Sans accès à l’énergie, les gens sont piégés dans des zones locales isolées pour mener une vie de subsistance de base, sinon une faim et une famine périodiques.

Les données actuelles publiées par la Banque mondiale sur l’accès à l’énergie montrent qu’aujourd’hui encore plus de 1,2 milliard de personnes, soit près de 20% de la population mondiale, n’ont pas accès à l’électricité. Cela comprend environ 550 millions de personnes en Afrique et plus de 400 millions en Inde. Voici la description par la Banque mondiale de ce que signifie le manque d’accès à l’électricité :

Sans accès aux services énergétiques, les pauvres sont privés des droits humains les plus élémentaires et des opportunités économiques pour améliorer leur niveau de vie. Les gens ne peuvent pas accéder aux services hospitaliers modernes sans électricité, ni ressentir un soulagement de la chaleur étouffante avec des conditionneurs d’air. Les aliments ne peuvent pas être réfrigérés et les entreprises ne peuvent pas fonctionner. Les enfants ne peuvent pas aller à l’école dans les forêts tropicales où l’éclairage est nécessaire pendant la journée. La liste des privations est sans fin.

La Banque mondiale prévoit en effet que le nombre de personnes en Afrique sans accès à l’électricité augmentera mais ne diminuera pas d’ici 2030 !

Et l’électricité n’est qu’une pièce du puzzle de l’accès à l’énergie. Le chiffre de 1,2 milliard de personnes qui manquent d’électricité est largement dépassé par le nombre de personnes qui n’ont pas accès aux transports modernes (automobiles, trains, avions), à la climatisation, au chauffage, aux hôpitaux, aux équipements agricoles mécanisés et à Internet. Par exemple, selon les données de 2013 de l’Union internationale des télécommunications à Genève, seulement environ 2,4 milliards de personnes sur les 7,0 milliards dans le monde (34,3%) avaient accès à Internet, ce qui laisse quelque 5,6 milliards de personnes sans accès à internet. En Afrique, seulement 16,3% des personnes avaient à cette date accès à Internet et seulement 6,7% avaient accès à Internet à la maison.

Compte tenu des graves difficultés auxquelles sont confrontés les pauvres du monde en l’absence d’accès à l’énergie, on pourrait penser qu’une priorité absolue de l’ONU serait de trouver les moyens de réaliser cet accès le plus rapidement, le moins cher et le plus sûrement possible. Mais en fait, sous la bannière de la soi-disant «justice climatique», l’ONU fait exactement le contraire. Il fait de son mieux pour entraver, entraver et entraver encore le développement des sources d’énergie les moins chères et les plus fiables du tiers monde, tout en plaidant pour des transferts massifs de richesses des pays riches, non pas vers les pauvres eux-mêmes, mais vers les gouvernants, les cliques et les élites riches des pays pauvres.

Alors, quelle est cette campagne de l’ONU sur la «justice climatique»? Sur sa face publique, c’est une campagne pour que les pays riches transfèrent de l’argent aux gouvernements des pays pauvres comme compensation pour ces pays pauvres des prétendus dommages résultant du «changement climatique». Une agence des Nations Unies appelée UN-NGLS (UN Non-Governmental Liaison Service) mène la charge. La page d’accueil pour «Justice climatique pour une planète en évolution» peut être consultée à l’adresse http://www.un-ngls.org/spip.php?page=climatejustice . L’idée de base de la campagne est que le grand problème auquel sont confrontés les pays pauvres n’est pas la pauvreté ou le manque d’accès à l’énergie, mais plutôt le changement climatique, et que la solution au changement climatique est que les contribuables des pays riches transfèrent de l’argent aux gouvernements des pays pauvres afin qu’ils puissent soi-disant dépenser de l’argent pour améliorer le changement climatique. Voici un extrait de la page d’accueil de Climate Justice de UN-NGLS :

Il ne fait aucun doute que le changement climatique entraînera des changements sans précédent dans l’environnement naturel, qui affecteront à leur tour notre mode de vie, avec des conséquences potentiellement dramatiques sur notre santé, nos sources d’énergie et nos systèmes de production alimentaire. Il est également de plus en plus reconnu que ces impacts seront ressentis de manière disproportionnée par les pauvres qui vivent déjà dans des conditions précaires. Le changement climatique, avec ses multiples facettes, aggravera encore les inégalités existantes auxquelles sont déjà confrontés ces groupes vulnérables.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC/GIEC) de l’ONU est également impliqué, dont le cinquième rapport d’évaluation (disponible sur http://www.ipcc.ch/report/ar5/ ) a été publié fin mars 2014. Le rapport du GIEC prévoit une liste des catastrophes naturelles horribles qui seraient liées au changement climatique, mais qui ne se sont pas encore produites, notamment l’augmentation des sécheresses, des inondations, des ouragans et des tornades. Avec ces munitions, les militants mondiaux pour la «justice climatique» vont de l’avant pour plaider en faveur du transfert de richesse aux gouvernements des pays pauvres. Par exemple, la grande organisation connue sous le nom de CARE a publié un communiqué (https://www.careinternational.org.uk/news-and-press/latest-press-releases/2610-ipcc-impacts-report-global-injustice-of-climate-change-is-unfolding-before-our-eyes-says-care ) rapidement après le rapport du GIEC. Voici quelques extraits :

« Des catastrophes météorologiques plus extrêmes et plus intenses contribueront à la réduction de la sécurité alimentaire en passant par l’élévation du niveau de la mer, le changement climatique deviendra rapidement un scandale aux proportions épiques pour les plus pauvres du monde – et il se déroule sous nos yeux. Mais vaincre la pauvreté climatique n’est pas une tâche de charité, c’est un acte de justice … »

« Le dernier rapport du GIEC, compilé par des centaines des plus grands experts mondiaux du climat au nom de l’ONU, décrit comment le changement climatique constitue un fardeau supplémentaire pour les pauvres des zones rurales et urbaines et a le potentiel de précipiter les gens dans la pauvreté chronique, sapant et inversant les gains de développement faits sur plusieurs années. Cela montre également que, à mesure que la température mondiale augmente, il y a un risque croissant de franchir des «points de basculement» critiques qui peuvent entraîner des changements brusques et irréversibles à grande échelle des principaux écosystèmes dont dépendent des millions de personnes. »

Décrivant le dernier rapport du GIEC comme «un nouvel appel clair à l’action», CARE veut constater que :

1. Les gouvernements s’efforcent plus que jamais de maintenir le réchauffement climatique à un niveau aussi proche que possible de 1,5 degrés Celsius pour éviter les changements climatiques extrêmes.

2. Les pays développés fournissent un soutien financier beaucoup plus important pour aider les pays pauvres à faire face aux impacts climatiques, avec des actions visant à aider les personnes et les communautés les plus vulnérables à renforcer leur résilience face aux perturbations climatiques croissantes, et un soutien accru pour aider les gens à faire face aux pertes et dommages déjà en cours.

D’autres voix pour la «justice climatique» se sont exprimées lors d’une conférence des Nations Unies sur le changement climatique tenue à Varsovie, en Pologne, en novembre 2013. Le New York Times a rendu compte de cette conférence dans un article du 18 novembre 2013 intitulé «Growing Clamor About Inequities of Climate Crisis».  » ( http://mobile.nytimes.com/2013/11/17/world/growing-clamor-about-inequities-of-climate-crisis.html?nl=todaysheadlines&emc=edit_th_20131117 ) Par exemple, le N-Times a cité John Kioli du Kenya comme suit :

John Kioli, président du Kenya Climate Change Working Group, un consortium d’organisations non gouvernementales, a qualifié le changement climatique de «plus grand ennemi de son pays». Le Kenya, qui chevauche l’équateur, fait face à certains des plus grands défis de la hausse des températures. Les terres arables disparaissent et des maladies comme le paludisme font leur apparition dans les régions montagneuses où elles n’avaient encore jamais été vues. Les pays développés, a déclaré M. Kioli, ont une obligation morale d’en assumer les coûts, compte tenu de la quantité de pollution qu’ils ont émise depuis la révolution industrielle. « Si les pays développés sont suffisamment raisonnables, ils peuvent comprendre qu’ils ont une certaine responsabilité« , a-t-il déclaré.

Mais existe-t-il des preuves réelles d’un lien entre l’activité industrielle des pays riches et les catastrophes naturelles ou même le mauvais temps dans les pays pauvres ? La réponse est simplement non. En effet, pour ceux qui souhaitent parcourir le cinquième rapport d’évaluation complet du GIEC, l’admission du manque de relation de cause à effet est en fait là, bien que profondément enfouie dans le rapport de plusieurs centaines de pages et formulée dans un charabia bureaucratique. Un scientifique du nom de Roger Pielke, Jr. a compilé bon nombre des déclarations de la section du rapport connue sous le nom de Groupe de travail I, chapitre 2, aux fins de témoignages devant le Sénat et il en a également publié beaucoup d’extraits dans un article de blog (http://rogerpielkejr.blogspot.com/2013/10/coverage-of-extreme-events-in-ipcc-ar5.html ) :

· « Il existe des preuves limitées de changements dans les extrêmes associés à d’autres variables climatiques depuis le milieu du XXe siècle »

« Les ensembles de données actuels n’indiquent aucune tendance significative observée dans la fréquence mondiale des cyclones tropicaux au cours du siècle dernier… Aucune tendance robuste dans le nombre annuel de tempêtes tropicales, d’ouragans et de grands ouragans n’a été identifiée au cours des 100 dernières années dans le bassin de l’Atlantique Nord. »

· « En résumé, il y a toujours un manque de preuves et donc une faible confiance concernant le signe d’une tendance dans l’ampleur et/ou la fréquence des inondations à l’échelle mondiale ».

· « En résumé, la confiance dans les tendances observées dans les phénomènes météorologiques violents à petite échelle tels que la grêle et les orages est faible en raison du manque d’homogénéité des données historiques et des insuffisances des systèmes de surveillance ».

· « En résumé, l’évaluation actuelle conclut qu’il n’y a pas suffisamment de preuves à l’heure actuelle pour suggérer une confiance plus que faible dans une tendance observée à l’échelle mondiale de la sécheresse ou de déficits de précipitations depuis le milieu du XXe siècle en raison du manque de observations directes, d’incohérences géographiques dans les tendances et dépendances des tendances inférées sur le choix de l’indice. Sur la base d’études mises à jour, les conclusions de l’AR4 concernant les tendances mondiales à la hausse de la sécheresse depuis les années 1970 ont probablement été surestimées. Cependant, il est probable que la fréquence et l’intensité de la sécheresse ont augmenté en Méditerranée et en Afrique de l’Ouest et diminué dans le centre de l’Amérique du Nord et du nord-ouest de l’Australie depuis 1950 ».

· « En résumé, la confiance dans les changements à grande échelle de l’intensité des cyclones extratropicaux extrêmes depuis 1900 est faible ».

Pielke continue d’appeler cette tentative d’associer des choses comme les inondations, les sécheresses, les ouragans et les tornades au changement climatique «la science des zombies», et dit que « les militants pour le climat rendraient service à leur mouvement en se plaçant du bon côté des preuves ».

Mais la campagne «justice climatique» se poursuit et s’accélère même, basée entièrement sur la science Zombie. Et également à cause de la science des zombies, l’idée corollaire que l’utilisation de l’énergie fossile nuit aux pauvres est un obstacle sérieux aux efforts pour leur donner accès à l’énergie. Ainsi, par exemple, les États-Unis ont fortement restreint la capacité de leurs agences d’aide internationales à participer au financement des développements de combustibles fossiles, et les ont plutôt limités strictement aux soi-disant «énergies renouvelables» qui sont plus chères et moins fiables. Voici un extrait du témoignage de Todd Moss du Center for Global Development donné devant le House Energy and Commerce Committee le 27 février 2014 :

Tout comme les États-Unis cherchent à élargir l’accès à l’énergie, d’autres politiques augmentent les restrictions sur le financement du gaz naturel et de l’hydroélectricité. Cela survient au moment exact où de nombreux pays africains découvrent le gaz naturel et souhaitent utiliser une partie de leurs réserves pour produire de l’électricité à domicile. En effet, les six pays cibles de Power Africa produisent, développent ou explorent du pétrole et du gaz.

Le Ghana en est un bon exemple. Le pays est un proche allié des États-Unis qui a récemment découvert le gaz naturel et souhaite utiliser cette ressource pour élargir l’accès et développer son industrie. Pourtant, la politique actuelle des États-Unis restreint notre capacité à les aider à construire de nouvelles usines à gaz et de nombreux groupes de défense veulent empêcher le Ghana de produire de l’électricité supplémentaire via le gaz naturel par crainte des émissions potentielles de gaz à effet de serre. Alors que nous examinons la position des États-Unis à ce sujet, il convient de garder à l’esprit que nous avons actuellement plus de 3400 centrales électriques fonctionnant aux combustibles fossiles aux États-Unis. Le Ghana en a deux.

Séparément sur le site Web du Center for Global Development, Moss calcule une petite partie de l’effet sur les pauvres de restreindre le développement de nouvelles énergies dans les pays pauvres aux énergies renouvelables au lieu d’alternatives écologiquement incorrectes comme le gaz naturel et l’hydroélectricité. Sur la base des engagements de l’OPIC des États-Unis (Overseas Private Investment Corporation) de 10 milliards de dollars, Moss a calculé que l’accès à l’électricité pourrait être fourni à 60 millions de personnes supplémentaires si l’investissement dans le gaz naturel et l’hydroélectricité était autorisé, par opposition aux énergies renouvelables uniquement. (http://www.cgdev.org/blog/natural-gas-vs-renewables-opic-whats-tradeoff )

Pendant ce temps, les partisans de la «justice climatique» considèrent Al Gore comme l’un de leurs dirigeants, qui prêche l’abstinence pour les autres, tout en vivant dans de nombreuses demeures immenses à forte empreinte carbone (http://www.snopes.com/politics/business/gorehome.asp ) (http://www.huffingtonpost.com/2010/05/17/photos-al-goree-new-8875_n_579286.html ) et continuant à voler à travers le monde en jets privés.

Il est temps que les partisans de la «justice climatique» reconnaissent l’immoralité de leur campagne pour garder les pauvres toujours pauvres.

Un refroidissement imminent du climat serait-il devenu officiellement admis ?

Capture d’écran 2020-02-06 à 13.31.28.png

La NASA vient de prévenir les autorités américaines que l’année 2020 marquera le début d’un petit âge glaciaire qui devrait durer au moins 35 ans. Cette constatation remet en cause le projet de la NASA d’envoyer un homme et une femme sur la Lune dans quelques années, respect de l’égalité des genres oblige. En effet l’activité du Soleil diminue à tel point – du jamais vu depuis plus de 200 ans – que le champ magnétique de l’astre sera trop faible pour protéger efficacement les deux explorateurs lunaires des radiations cosmiques. C’est donc du très sérieux. Pire encore, les experts de la NASA prévoient une chute brutale des températures moyennes pouvant atteindre un degré, seulement au cours de l’année 2020, après c’est l’inconnu. Certes, penserez-vous, un degré ce n’est rien … et pourtant la NASA insiste sur le fait qu’il serait prudent de se préparer à des pénuries de nourriture à l’échelle mondiale, n’osant pas se prononcer sur les conséquences d’une telle situation. D’ailleurs ce n’est pas dans le cadre de la mission de cette administration américaine.

Depuis 3 ans déjà l’activité du Soleil est au point mort et curieusement la teneur en gaz carbonique dans l’atmosphère a tendance à rester stable ou du moins à ne plus augmenter conformément aux modèles de prévision de l’organisme onusien en charge de surveiller et prévenir le changement du climat, l’IPCC. La stagnation de l’économie mondiale a de ce fait été immédiatement invoquée comme étant responsable de cette soudaine situation totalement imprévue par ce même organisme compte tenu des prédictions de ses modèles mathématiques comptant parmi les plus sophistiqués que l’on peut se permettre d’imaginer. Puisque la croissance économique stagne il semble normal que la consommation d’énergie stagne également. Par voie de conséquence les émissions de CO2 diminuent. Pourtant cette approche peut être contestée.

Le Docteur Valentina Zharkova, interviewée par le journal britannique The Sun, a rappelé que depuis quelques années des gelées tardives et des chutes de neige en avril et en mai ont ruiné la production de légumes tant en Espagne qu’en Grèce et qu’au cours de l’année 2019 près de 20 % de la récolte de maïs a été perdue aux USA dans certains Etats ainsi qu’au Canada en raison de conditions climatiques calamiteuses. Selon cette spécialiste de l’activité magnétique du Soleil il est opportun de rapprocher ces évènements météorologiques ponctuels avec la très faible activité de cet astre dont les effets consécutifs à sa profonde torpeur se manifestent déjà.

Et si la NASA en rajoute c’est donc bien du très sérieux. Mais alors pourquoi cette atténuation de la teneur en CO2 ne serait-elle pas aussi liée à cette activité solaire déprimée et non pas à une « déprime » de l’économie globale ?

C’est tellement simple à comprendre que personne ne semble avoir eu l’idée de rapprocher ces diverses informations. Si le « refroidissement » annoncé par la NASA et Madame Zharkova a déjà commencé comme ces observations semblent le confirmer alors il est normal que les océans, se refroidissant, même imperceptiblement, solubilisent plus de CO2 que prévu et comme ces océans recouvrent les trois quarts de la Terre alors beaucoup plus de ce gaz y est piégé selon une loi très simple dite loi de Henry qui stipule que la solubilité des gaz dans l’eau, qu’elle soit salée ou non, est inversement proportionnelle à la température de cette eau.

Faites l’expérience vous-même : prenez un verre rempli de bière et laissez-le sur votre table et prenez aussi un même verre de bière et mettez-le au réfrigérateur. Attendez deux ou trois heures puis faites une comparaison. La bière restée à la température de la pièce (ici elle est en ce moment le 7 février de 25 degrés toutes fenêtres ouvertes, je ne dis pas n’importe quoi : j’habite dans l’archipel des Canaries) alors cette bière s’est transformée en ce breuvage que connaissaient nos ancêtres les Gaulois alors que le verre soigneusement rangé dans le réfrigérateur à environ 4°C est restée pétillant de … CO2.

Devant une telle situation les tenants de la théorie de l’effet de serre de ce gaz essentiel à la vie devront revoir leur copie quand ils affirment qu’heureusement le CO2 – avec son effet de serre magique – sauvera l’humanité du refroidissement annoncé parce que selon l’IPCC il est là et bien là pour réchauffer le climat. Pas de chance ! Ça ne fonctionnera pas ainsi. Réfléchissez un instant : ce CO2 censé préserver l’humanité de la froidure à venir va « trop » se dissoudre dans les océans, l’horreur ! Les années à venir vont donc être plus froides, peut-être même bien plus froides, et on assistera alors à l’écroulement du dogme du réchauffement climatique d’origine humaine, la plus grande escroquerie jamais imaginée par l’homme qui s’est pris pour le Soleil, le dieu de nos ancêtres. Mais nous allons tous souffrir et nous battre pour un bout de pain ! J’espère ne pas vivre encore trop longtemps pour endurer cette terrible situation à venir …

Inspiré de loin d’un article paru sur le site themindunleashed.com , illustration wikimedia.