Pourquoi la poitrine des femmes attire-t-elle le regard des hommes ?

Capture d’écran 2020-06-01 à 13.47.07

Un petit billet qui ne parle ni de climat, ni de virus, ni d’économie, ni d’après-covid …

L’espèce humaine diffère des autres grands primates (dont nous faisons partie) en de multiples aspects. L’une des différences anatomiques que les anthropologues ont peu étudié est la fonction de la persistance d’une poitrine parfois généreuse chez les femmes en dehors de toute période de lactation alors que ce n’est pas du tout le cas chez les grands singes. Puisque ce trait n’a pas de fonction physiologique l’explication de cette persistance du volume de la poitrine de la femme aurait donc une influence sociale. Cette question préoccupe donc les anthropologues. Les découvertes de statuettes en os, en ivoire de défenses de mammouths ou encore en terre cuite datant parfois de plus de 40000 ans avant l’ère commune ont conduit à la conclusion que la symbolique artistique de nos ancêtres Homo sapiens représentait la fécondité. La « femelle » de nos lointains ancêtres devait être capable de porter beaucoup d’enfants si elle avait de gros seins, des hanches larges et des fesses en proportion comme par exemple la Vénus de Willendorff datant de 30000 ans avant l’ère commune (illustration ci-dessus).

Capture d’écran 2020-06-01 à 18.49.34

La promotion des poitrines opulentes a été en grande partie l’oeuvre de l’industrie cinématographique hollywoodienne à partir des années 1950 avec des actrices comme Marilyn Monroe, Jane Mansfield ou encore Kim Novak. Aujourd’hui la perception par l’homme de la taille de la poitrine féminine varie selon les cultures. Une étude réalisée en 2011 par B.J. Dixson (Archives of Sexual Behavior 40, 1271-1279) a montré que cette perception était différente selon les pays. Dans cette étude réalisée en Nouvelle-Zélande, aux Samoa Occidentales et en Papouasie-Nouvelle-Guinée les auteurs mettaient également en évidence une différence entre les hommes mariés et les célibataires, les poitrines généreuses étant généralement préférées aux petits seins. Par contre entre le Brésil, le Cameroun, la République Tchèque et la Namibie les seins de taille moyenne étaient préférés. Il semble donc qu’il n’existe pas de critères précis d’appréciation de la taille de la poitrine selon les pays et les cultures.

Capture d’écran 2020-06-01 à 18.52.07

Quelle est alors la raison pour laquelle les femmes ont de plus en plus recours à la chirurgie esthétique pour modifier la taille de leur poitrine. Durant l’année 2017, aux Etats-Unis seulement, 313000 femmes ont eu recours à la pose d’implants mammaires pour augmenter le volume de leur poitrine mais 43600 autres femmes ont fait appel à cette même discipline médicale pour obtenir une réduction de la taille de leurs seins. Les motivations de ces femmes, selon une enquête réalisée en 2003, sont personnelles et sont strictement indépendantes de l’appréciation de leur époux ou de leur compagnon. La femme serait donc soucieuse de son image corporelle. Surgit alors une autre question : pourquoi tant de femmes mangent trop ou mal et ne se soucient plus du tout de leur aspect corporel au delà d’une limite de l’indice pondéral corporel d’où tout retour à la normale devient impossible ?

Inspiré d’un article paru sur le site Psychology Today. Un prochain billet sur l’apparition de la monogamie chez les chasseurs-cueilleurs

Avoir peur et se protéger du virus (couronné) est la meilleure façon d’en mourir à moins que les politiciens ne vous tuent avant.

Barnhill_(Cnoc_an_t-Sabhail)_-_geograph.org.uk_-_451643.jpg

Article de Gary D. Barnett paru sur le site LewRockwell.com

« Commencez-vous enfin à voir quel genre de monde nous créons ? C’est l’exact opposé des stupides utopies hédonistes imaginées par les anciens réformateurs. Un monde de peur, de trahison et de tourments, un monde où on piétine les autres et où on est piétiné à notre tour, un monde qui grandira non pas moins mais sans pitié à mesure qu’il se complexifiera. Le progrès dans notre monde sera un progrès vers plus de douleur. »

~ George Orwell (1961). «1984»

La mort est inévitable, alors ne vous dissimulez jamais à la vie et ne permettez jamais qu’un moment de votre vie soit accaparé par des tyrans. Tout gouvernement est tyrannique, et tout gouvernement cherche le pouvoir et le contrôle, et aujourd’hui il utilise une crise créée à dessein pour gagner ce contrôle. De faux dirigeants nous disent d’abandonner nos vies et de nous cacher de ceux dont nous nous soucions pour arrêter un virus. C’est la forme la plus élevée de tromperie, elle ne vise qu’à nous diviser afin que des ordres du jour sinistres puissent être accomplis dans l’ombre.

En ces temps de crainte totale de préservation de la santé de notre corps, et non de la crainte des gouvernements, nous avons oublié que nos propres corps constituent eux-mêmes notre défense contre les agents viraux. Peut-être que quelques-uns d’entre nous apprendront de cette tromperie que les germes sont nos amis. À moins que notre corps ne soit pas exposé aux germes et aux virus, les défenses naturelles contre la maladie disparaissent, laissant le corps vulnérable à toutes sortes de germes et de virus. Écouter et suivre les injonctions des politiciens nuit donc à notre santé.

Les coronavirus ne sont pas une menace pour les humains en bonne santé dotés d’un système immunitaire fort. Les virus ne peuvent pas se répliquer dans cet environnement, ce qui signifie que les symptômes et la maladie sont rarement présents. En outre, le soleil et les niveaux élevés de vitamine D sont d’une grande importance, tout comme le régime alimentaire, l’exercice, le sommeil et le calme relaxant. Cela signifie que le gouvernement et ses décisions idiotes tuent en fait de nombreuses personnes, et ces décès sont dus à l’instance dirigeante même qui ment sur la façon de protéger votre santé. Ils causent en fait beaucoup de morts, beaucoup plus que ce soi-disant Covid-19.

Pratiquement tout ce que le gouvernement a décidé pour lutter contre ce virus est extrêmement préjudiciable à la vie, et cela peut être intentionnel. Comme davantage de décès sont faussement attribués à ce coronavirus, plus de pouvoir et de contrôle seront concentrés entre les mains de l’État. Le stress est un facteur important pour aider un virus à se répliquer et à causer des dommages. Plus le stress est évident, plus le système immunitaire de son hôte est faible. Lorsque le système immunitaire doit entrer en action afin d’atténuer les symptômes mentaux et physiques dus au stress sur le corps, cela laisse le corps sans défense et les virus profitent immédiatement de cette opportunité. En d’autres termes, les gens tomberont malades simplement à cause d’un stress excessif, stress désormais intentionnellement causé par ce gouvernement incompétent.

Le chômage provoque le stress, la peur provoque le stress, les problèmes financiers provoquent le stress, les agents étrangers sous forme de vaccins provoquent le stress, la faim provoque le stress, l’inquiétude, l’isolement et le manque d’activité physique provoquent le stress, l’auto-emprisonnement provoque le stress et toute relation ou problèmes familiaux dus à ces facteurs provoquent un stress extrême.

Ensuite, il y a le problème des respirateurs, qui est très suspect. Les ventilateurs tuent en fait ceux qui ont une infection virale. Certains hôpitaux ont signalé des taux de mortalité inhabituels pour les patients atteints de coronavirus sous ventilation, et certains médecins craignent que les machines ne nuisent à certains patients. Les ventilateurs mécaniques poussent l’oxygène vers les patients dont les poumons sont défaillants. L’utilisation des machines implique la sédation d’un patient et le positionnement d’un tube dans la gorge. Les décès chez ces patients malades sont fréquents, quelle que soit la raison pour laquelle ils nécessitent une assistance respiratoire. De manière générale, 40% à 50% des patients souffrant de détresse respiratoire sévère meurent sous ventilateurs, selon les experts. Mais 80% ou plus des patients atteints de coronavirus et placés en assistance respiratoire à New-York sont décédés, selon des responsables de l’État et de la ville.

C’est une statistique surprenante étant donné que l’État et ses soi-disant «experts» de la santé dans l’administration, à l’OMS et au CDC, ont poussé l’utilisation des ventilateurs depuis le début, et ont utilisé des ressources massives non seulement pour augmenter considérablement la production et l’achat de ces machines, mais ont propagé quotidiennement à grande échelle l’efficacité de ces machines dans le traitement des patients atteints de coronavirus. Mais avec 80% de ces patients décédés sous ventilation, un autre programme est-il en cours d’élaboration ? Les hôpitaux ont-ils un avantage financier pour placer les patients sur ces ventilateurs ? Est-ce un moyen d’augmenter le nombre de décès, tout comme le codage de tous les décès en tant que Covid, indépendamment du fait que le patient soit décédé en raison d’autres facteurs ?

Toutes les décisions fédérales et étatiques visant à lutter contre ce virus ont causé plus de morts et de maladies indues. Alors que le stress extrême causé par ces décisions politiciennes a été dévastateur en ce qui concerne la sensibilité aux virus, de nombreuses autres maladies provoquent des décès simplement en raison de cette action du gouvernement. Le stress et l’isolement causent un certain nombre de problèmes indésirables, et nombre d’entre eux provoquent des taux de mortalité plus élevés que la normale. Le préjudice psychologique à lui seul est alarmant et a été ressenti à l’échelle nationale, et en raison de ce préjudice, les suicides ont également augmenté. Bien que le suicide ait augmenté année après année, avec l’assaut des interventions gouvernementales dues au coronavirus, de nombreux facteurs de risque qui causent le suicide ont été considérablement amplifiés, ce qui entraînera très probablement beaucoup plus de suicides cette année et pour les années à venir. Combien d’autres se tueront à l’avenir en raison des mesures prises par le gouvernement pendant cette soi-disant crise ? Il n’y a aucun moyen de le savoir avec certitude, mais il y a des indications que ce nombre de suicides dépassera de loin les décès de cette arnaque au virus 2020.

La ligne de fond est la suivante : les maladies et les décès dus à la réponse du gouvernement à cette pandémie fabriquée seront plusieurs fois plus élevés que le nombre de décès dus au coronavirus lui-même. Mais c’est bien pire que cela, car les décès dus à cette réponse gouvernementale continueront à augmenter pendant les années à venir, alors que les gens auront du mal à rester à flot dans un pays dont l’économie a été détruite. La mort précoce et inutile, le suicide, la violence familiale, la violence en général, le désespoir, la famine et la solitude continueront de faire des ravages sur les Américains, causant un nombre incalculable de problèmes de santé et de décès.

Le contrôle de la population par une mortalité et une stérilisation plus élevées est évident dans le programme du gouvernement, et la distance, l’isolement, la vaccination forcée et le stress excessif sont recherchés afin de faciliter ce plan. La seule solution viable, à mon avis, est d’éliminer le gouvernement à tous les niveaux possibles.

« L’État réside dans tous les discours du bien et du mal, et tout ce qu’il dit est mensonge, et tout ce qu’il a, il l’a volé, tout ce qu’il est, est faux, il mord avec des dents volées, et il mord souvent, il est faux jusque dans ses entrailles. « 

~ Friedrich Wilhelm Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra [1896]

Note. Je ne partage pas nécessairement les opinions de l’auteur de cet article, ancien financier et auteur de plusieurs ouvrages et articles vivant à Lewistown dans le Montana. Illustration : la maison en Ecosse où se retira George Orwell pour écrire 1984 (Wikipedia).

La peur : une valeur monnayable depuis le XIe siècle.

La mise en place du système des indulgences par la papauté dès le onzième siècle est un tournant dans l’attitude de l’église chrétienne. L’Eglise devient une entreprise mercantile en ce sens qu’elle vend des réductions de temps passé au purgatoire pour l’expiation des péchés avant d’entrer au paradis. Le purgatoire est une redoutable étape vers ce paradis promis, le royaume des cieux, à tout « bon » chrétien. Ce purgatoire fait aussi peur que l’enfer sinon plus … Pour y échapper il faut donc payer l’église, acheter son indulgence. Tous les évènements cataclysmiques comme par exemple la moindre épidémie de peste sont qualifiés de punition de Dieu à l’encontre des « mauvais » chrétiens et pour y échapper rien de mieux que des indulgences achetées avec de la monnaie sonnante et trébuchante. L’adjectif trébuchant provient de la pratique du changeur assermenté par l’église qui pesait les pièces de monnaie avec une petite balance appelée trébuchet avant de distribuer les indulgences aux pauvres naïfs qui se laissaient piéger par la propagande pontificale. Car il fallait bien entretenir le pape et sa cour, financer les guerres qu’il fomentait dans toute l’Europe et participer à la construction des palais pontificaux. D’où cette peur quasiment institutionnalisée par l’Eglise. J’ignore si les autres religions monothéistes alimentent de principe de peur de l’au-delà, je suis trop fainéant pour me documenter.

Depuis le milieu du vingtième siècle et la déchristianisation de l’Europe et de l’Amérique du nord – les Évangélistes mis à part qui font partie des fanatiques tout aussi exécrables que les salafistes – il a fallu inventer de nouvelles peurs non plus pour alimenter l’Eglise mais les gouvernements. Cette motivation s’est d’abord concrétisée par la peur du nucléaire avec le mouvement Greenpeace comme figure de proue. La naissance de Greenpeace suivit la décision du Pentagone de procéder à des essais nucléaires dans les îles Aléoutiennes en Alaska et il s’ensuivit une diabolisation du nucléaire qui perdure encore aujourd’hui et n’est motivée que par « la bombe ». L’usage du nucléaire civil n’a jamais tué personne et a au contraire permis de sauver des vies de mineurs de charbon. Puis des mouvements identiques à Greenpeace ont changé leur fusil d’épaule afin d’inventer de nouvelles peurs car il faut entretenir la peur toujours et sans fin.

Quoi de plus approprié que les organismes végétaux génétiquement modifiés pour créer ex nihillo une nouvelle peur d’autant plus que ni les politiciens ni le public savent de quoi il s’agit exactement. Les plantes transgéniques sont indiscernables de leurs homologues non manipulées génétiquement. Une lécithine de soja transgénique est de la lécithine et chimiquement parlant elle est en tous point identique à la lécithine d’un soja non « Bt ». Dans le monde entier, du moins dans les pays occidentaux, il n’y a plus de sauce mayonnaise préparée avec de la lécithine ne provenant pas de soja transgénique. Pourtant la peur des OGMs persiste et est inscrite dans la loi de certains pays. Puis des organismes politiques et des organisations non politiques ont créé de toute pièce la peur des pesticides, la peur du glyphosate ayant fait significativement reculer les limites de l’imbécillité des politiciens. Certes il est vain d’exiger qu’un politiciens soit intelligent … Dans un registre en tous points identique on a peur de la rougeole mais on a aussi peur du vaccin protégeant totalement contre cette maladie qui peut être mortelle (150000 décès dans le monde en 2019). Dans ce dernier cas on a atteint un sommet de bêtise invraisemblable.

Inutile de mentionner la peur du réchauffement climatique qui a entrainé la peur du gaz carbonique progressivement qualifié de gaz toxique alors qu’il s’agit du nutriment essentiel à toute forme de vie végétale ou planctonique et donc à l’origine de toute vie sur la Terre. Progressivement toute recherche scientifique ou technique innovante se paralyse en raison du principe de précaution qui fut mis en place initialement pour protéger l’environnement quand le fameux « trou d’ozone » fut découvert. Il s’agit d’un principe essentiellement issu de la plus grande escroquerie pseudo-scientifique imaginée à la fin de ce vingtième siècle. Non seulement ce trou d’ozone n’avait jamais été observé auparavant puisqu’il fallait des satellites permettant d’en mesurer l’existence mais une grande multinationale américaine proposait sur le marché une alternative aux CFCs, le prétexte de cette escroquerie planétaire. La peur du trou d’ozone fut sciemment organisée en Australie en se référant à la fréquence de cancers de la peau provoquée par les rayons ultra-violet. Il est normal que des hommes blancs à la peau claire provenant des îles britanniques soient plus sensibles aux rayonnements solaires en comparaison des aborigènes à la peau mâte et sombre qui s’étaient adapté à ces conditions de vie.

Il existe un autre motif de peur planétaire mais il est soigneusement occulté pour des raisons faciles à comprendre. Il s’agit de l’épidémie mondiale de SIDA ou syndrome d’immuno-déficience acquise qui fit l’objet d’intenses recherches pour mettre au point une thérapie conduisant à rendre le virus, agent de cette maladie, « dormant » donc en quelque sorte non transmissible. Il n’existe aucune statistique officielle relative au nombre exact de personnes porteuses de ce virus. On ne connait pas non plus le nombre de patients soumis à une tri-thérapie anti-rétrovirale, ce qui aurait pu permettre l’extrapoler le nombre de cas effectifs. Ces statistiques restent du domaine discrétionnaire des gouvernements des pays concernés, en majorité en Afrique, mais égalent en Asie du sud-est et en Amérique latine. Il est impératif pour l’opinion tant des pays concernés que de l’opinion mondiale de ne pas divulguer ces données car alors la peur deviendrait totalement incontrôlable. Des estimations circulent parfois mais restent fragmentaires. Elles font état d’un demi- à un million de morts chaque année. En effet les sujets séro-positifs sous traitement chimio-thérapique quotidien peuvent toujours transmettre le virus car la charge virale n’est pas nulle. La grande peur que pourrait susciter de telles informations est donc soigneusement sous contrôle.

La nouvelle peur du coronavirus-millésime 2019, un avatar plutôt moins agressif que son prédécesseur le SRAS, n’entre pas exactement dans le même registre. Hormis le SIDA, la peur ultime si les vraies statistiques étaient rendues publiques, il faut néanmoins de plus en plus de peur et de plus en plus souvent pour maintenir la population dans cette espèce de torpeur qui annihile toute espèce de réaction. Cette fois-ci la peur a été tellement bien organisée qu’elle va impacter l’économie mondiale et en particulier celle de la Chine sachant que comme toute grippe saisonnière elle s’évanouira d’elle-même. L’organisation de cette peur est allée trop loin dans son caractère extrême qui n’a pas lieu d’être. Et encore une fois la peur servira de prétexte pour rogner la liberté des citoyens et pour leur vider les poches car il « faudra bien faire quelque chose » comme pour le climat, comme pour la biodiversité, comme pour les pesticides, etc …

Restent les peurs que l’on peut qualifier d’anecdotiques et auxquelles personne n’adhère vraiment comme par exemple la chute d’un gros météorite qui effacerait toute vie sur la planète ou l’arrivée d’extra-terrestres, ce qui est encore du domaine de la science-fiction. On vit dans un monde étrange et dangereux non pas à cause du changement du climat, de l’énergie nucléaire, de la soi-disant perte de biodiversité, des dangers du progrès et que sais-je encore, mais parce que des puissances occultes manipulent l’opinion pour accélérer la paupérisation des peuples au profit des quelques 0,01 % qui dirigent déjà l’ensemble de l’humanité. Et ça c’est terrifiant !

La loi de l’entropie maximale des administrations

Plus une organisation a passé de temps à ressembler à ce qu’elle est déjà, plus la force pour continuer dans cette direction devient prégnante.Toutes les organisations humaines ont tendance à s’auto-amplifier. Il s’agit de la huitième loi d’Angus (voir note).

Il y a un effet qui fait obstacle à toutes les sociétés, même les plus efficaces. C’est la tendance naturelle de toute organisation à devenir toujours plus semblable à ce qu’elle est déjà. C’est ce qu’on appelle une tendance « auto-amplificatrice ». Plus une organisation a passé de temps à ressembler à elle-même, plus le besoin de continuer dans cette direction devient fort – comme de la matière aspirée dans un trou noir. Finalement, l’administration, l’organisation, le parti politique, … perd toute sa capacité à évoluer ou à changer, sans reconnaître comment cela s’est produit.

Les conséquences sont une flexibilité réduite, un portefeuille de solutions en diminution pour faire face à des problèmes qui évoluent inévitablement, et une perte de capacité à trouver de nouveaux adeptes ou clients ou même à rester en contact avec les clients ou les administrés existants. Si vous savez que cet effet existe, il existe aussi des tactiques que vous pouvez utiliser pour y remédier, bien qu’elles ne fonctionnent pas identiquement pour toutes les organisations dont il est fait mention ici. Pour avoir une chance d’y faire face, on doit d’abord comprendre pourquoi cela se produit.

Dans les systèmes inconscients, les opposés nuisent

C’est un comportement normal d’aimer travailler avec des gens qui vous mettent à l’aise. La plupart des gens croient naturellement en ceux qui sont d’accord avec eux, qui voient les choses comme ils le font, qui parlent en utilisant le même vocabulaire qu’eux. Ils considèrent souvent ces gens comme «plus intelligents» ou «meilleurs» que ceux qui ne le font pas. Les gestionnaires qui embauchent sont stochastiquement plus susceptibles d’embaucher des gens qui sont «plus intelligents» ou « meilleurs » et ils ont donc tendance à embaucher des gens comme eux.

Parfois, cette tendance à l’embauche n’affecte un groupe que par l’émergence du même type de personnalité ou d’identification ethnique. Fréquemment, cependant les approches de résolution de problèmes s’homogénéisent car les patrons favorisent inconsciemment les employés qui raisonnent comme le patron (« les yeux et les oreilles du chef ») et défavorisent ou ignorent le personnel qui ne le fait pas (« les étrangers »).

Ce modèle de gestion exerce un champ gravitationnel qui façonne le comportement, comme un énorme trou noir.

Les «étrangers» sont un peu moins susceptibles d’obtenir des promotions ou des affectations à fort impact, tandis que les «yeux du chef» auront tendance à en obtenir davantage. Ceux du milieu commenceront à graviter davantage vers les choix et les styles préférés afin qu’ils puissent obtenir l’approbation de leurs supérieurs hiérarchiques ou pour éviter d’être ignorés. C’est ainsi qu’une organisation se fige dans un modèle qui devient progressivement immuable. Afin de maintenir une efficacité satisfaisante la seule alternative est alors de grossir monstrueusement son personnel en créant des sous-directions, des comités d’étude, des cercles de réflexion, des filiales qui ne sont pas autonomes, etc … C’est cet exact processus qui bloque le pouvoir décisionnel des gouvernements des démocraties occidentales qui finissent, par ce processus, à ne plus être des démocraties mais des administrations tentaculaires. En Europe deux magnifiques exemples illustrent la huitième loi d’Angus. Il s’agit de la Commission de Bruxelles et de la Banque centrale européenne et au niveau mondial l’Organisation des Nations-Unies est emblématique du niveau d’incompétence qu’elle a atteint au fil des décennies passées. En France le ministère de l’éducation nationale est l’archétype d’une administration tentaculaire totalement prisonnière de son gigantisme. Les quatre institutions citées ici sont devenues des monstres qu’il est devenu impossible de réformer : elles sont devenues d’énormes machines créant de l’entropie …

Inspiré de très loin d’un article paru sur le site CounterPunch. Note. Henry Forbes Angus (1891-1991), professeur à l’Université de British Columbia, enseigna les sciences politiques et la sociologie. Il était diplômé de l’école de droit de l’Université d’Oxford.

« Pas de droit à la vie privée du sexe opposé »: une fille de 13 ans soumet les règles d’inclusion scolaire à la High Court britannique

Capture d’écran 2020-02-09 à 12.37.41.png

« Certaines écoles britanniques tentent d’être plus accommodantes pour les étudiants « trans » au détriment des autres », a affirmé une jeune fille de 13 ans dans des documents judiciaires. Elle dit que leurs directives vont à l’encontre du désir des filles de vivre dans la vie privée, la dignité et la sécurité.

Le nouveau Trans Inclusion Toolkit publié par l’Oxfordshire County Council en février dernier indique aux étudiants d’avoir accès aux toilettes, aux vestiaires, aux dortoirs et aux espaces similaires, en fonction du sexe qu’ils identifient pour eux-mêmes.

Cette jeune fille de 13 ans a contesté ces règles, affirmant que le conseil (Council) n’avait jamais pris la peine de demander aux étudiants « non trans » comme elle ce qu’ils en pensaient. « En vertu de ces directives, je n’ai aucun droit à la vie privée du sexe opposé dans les vestiaires, les chambres ou les voyages en résidence« , a-t-elle déclaré dans des documents juridiques déposés auprès de la Haute Cour de Londres.

La lutte contre la tendance controversée à une plus grande « inclusivité trans » dans les écoles britanniques s’accompagne du soutien d’un groupe appelé Safe Schools Alliance. Elle est portée devant les tribunaux par plusieurs parents et un enseignant au nom de la jeune fille, dont l’identité n’a pas été divulguée pour des raisons juridiques.

Les directives sur les espaces réservés aux hommes et aux femmes visent à offrir à tous les élèves – trans et non trans – l’environnement le plus confortable. Des filles comme la plaignante, qui ne veulent pas partager des toilettes ou un dortoir avec un garçon biologique, quelle que soit leur identité de genre, sont censées bénéficier de dispositions distinctes.

Capture d’écran 2020-02-09 à 12.40.14.png

Cette attente mondiale idéale, cependant, ne correspond pas toujours à la réalité en ce qui concerne la mise en œuvre des règles d’inclusivité. Certaines filles de l’école primaire Deanesfield dans l’ouest de Londres, par exemple, ont été prises en embuscade avec de nouvelles salles de bains unisexes contenant des cabines mal conçues à leur retour après les vacances scolaires d’été. Plutôt que de souffrir de l’embarras, elles ont simplement cessé d’utiliser les toilettes.

Les militants conservateurs ne voient dans la volonté d’une plus grande acceptation transgenre dans les écoles britanniques qu’une croisade gauchiste qui fait passer la vertu avant le bien-être des enfants, y compris ceux encouragés à la transition par les adultes et les politiques.

Il est également à craindre que certains élèves se déclarent transgenres frivolement – par perfidie ou pour suivre une mode – plutôt qu’en raison d’une véritable dysphorie de genre. Le pire des cas serait que les garçons aient accès à des espaces réservés aux filles pour les intimider, voire les agresser sexuellement.

Source : RT

Réflexions sur une pensée d’André Malraux

Capture d’écran 2020-02-02 à 00.00.38.png

De mémoire, je cite Malraux : « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». Pendant longtemps je me suis demandé ce que voulait conceptualiser par cette pensée le dandy des arts premiers, habitué des discours glorieux et dont je n’avais, je l’avoue aujourd’hui, pas une opinion très débordante d’enthousiasme à l’époque car il me manquait des éléments de jugement. J’étais en effet encore un jeune étudiant trop préoccupé par mes études pour émettre une opinion adossée sur des arguments équilibrés et documentés. Et pourtant par cette pensée Malraux fut un véritable visionnaire d’une situation qui se réalise sous nos yeux aujourd’hui.

Je mets en garde mes lecteurs car ce billet est le fruit de réflexions qui rassemblent des mois sinon des années d’informations disparates que l’on ne trouve pas toujours exposées en clair dans les flux informatifs dits main-stream car elles sont dérangeantes. Je suis totalement athée et je ne nourris aucune aversion pour quelque religion que ce soit, ce n’est pas mon problème. D’autre part je n’ai strictement aucune sympathie pour un mouvement politique quel qu’il soit. Pour moi le monde politique est corrompu et il fuit les problèmes qu’il constate pourtant chaque jour afin de préserver ses privilèges qu’il s’est attribué à lui-même au fil des années passées. Qu’à l’issue de la lecture de ce billet mes lecteurs se rassurent il ne s’agit que d’un constat de la situation dans laquelle le pouvoir politique français est plongé mais aussi de bien d’autres pays européens et l’issue de cette situation sera explosive.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont révélé, au début de ce nouveau siècle dont parlait Malraux, la nouvelle guerre de religion rappelant en de nombreux aspect celles qui ravagèrent de nombreux pays européens et qui renaît maintenant, les guerres de religion. Les guerres de religion européennes concernèrent le continent de l’Europe à la suite de l’émergence du réformisme symbolisé dans les esprits par Martin Luther et Jean Calvin. La Réforme prônait schématiquement un retour au fondamentalisme chrétien des premiers siècles du christianisme. Le vingtième siècle, traversé par de nombreux troubles, fut marqué par l’émergence du communisme. Alors que les pays européens se « déchristianisaient » progressivement un noyau dur d’évangélistes nord-américains répandait le messianisme, une idéologie commune aux trois grandes religions monothéistes, chrétienne, musulmane et judaïque, dont le fondement est le retour du Messie, idéologie qui n’a cessé de progresser envahissant même l’Europe. Je passerai sur le créationisme que défendent les évangélistes, une monstruosité pour un scientifique, c’est dire à quel point les évangélistes se situent totalement en dehors de la réalité contemporaine, mais c’est une autre histoire …

Ce processus de vide spirituel s’est exacerbé avec la chute de l’URSS dans la recherche d’une nouvelle religion puisque le communisme avait bien prouvé que l’esprit humain a besoin de surnaturel pour son équilibre. Vladimir Poutine l’a bien compris en redorant l’image de la religion orthodoxe. Après le 11 septembre 2001, si les interventions guerrières des Etats-Unis au Moyen-Orient peuvent sembler avoir attisé les haines religieuses entre l’Occident et le monde musulman, il faut néanmoins prendre en considération le fait que les musulmans se cherchent aussi dans une redéfinition plus fondamentaliste de leur religion. C’est ainsi que le wahhabisme avec sa branche prosélyte violente, « export » dirons-nous, le salafisme, est monté en puissance. Il s’agit de la « Réforme » de la religion musulmane comme il y eut la réforme de la religion chrétienne en son temps, un retour aux textes fondateurs dictés par le Créateur voire par l’ange Gabriel, c’est selon.

De même que les guerres de religion furent violentes, les nouvelles guerres de religion issues de l’émergence du wahhabisme sont violentes et le prosélytisme est déjà violent et le sera plus encore à l’avenir. Le XXIe siècle sera donc bien religieux comme l’a prédit Malraux mais il sera violent. On ne peut que constater la mise en place des futurs conflits religieux qui ne manqueront pas d’ensanglanter le berceau européen de la religion chrétienne. Dans tous ces pays européens, depuis la Suède jusqu’à la Belgique et l’Espagne sans oublier la France et la Grande-Bretagne, se mettent en place, en particulier dans les grandes villes, des noyaux durs de musulmans salafistes financés avec des pétrodollars moyen-orientaux. Le christianisme zombie dont parlait Emmanuel Todd dans son ouvrage « Qui est Charlie » n’attend qu’une occasion pour se réveiller et contrer la progression du prosélytisme musulman.

Le XXIe siècle sera donc bien religieux mais sanglant à n’en plus douter. Les politiciens sont désemparés car ils savent qu’une nouvelle guerre de religion ne pourra pas être maîtrisée et, de plus, qu’elle sera nécessairement meurtrière. Enfin, de leur côté, les Evangélistes américains ont exigé une prise de position extrême du gouvernement américain en la personne du Président pour accorder son quitus à Israël pour littéralement atomiser la Cisjordanie dans un apartheid qui ne veut pas dire son nom tout en maintenant un véritable camp de concentration dans la bande de Gaza.

Pour revenir à la France en particulier il faut tout de même constater que l’Etat est terrorisé par une éventuelle explosion de violence. Il sont, comme d’ailleurs en Suède, terrorisés à l’idée d’être traités de racistes, d’anti-musulmans, de fascistes et de je sais plus quels autres noms d’oiseaux s’ils réagissent à la situation totalement dégradée de certains quartiers urbains et sub-urbains. La dite politique de la ville instituée par Sarkozy n’a fait que cacher sous le tapis le problème à coups de milliards d’euros. Et ce sont tous les Français qui paient pour la paix dans les banlieues. Ça ne pourra que très mal se terminer …

Lien. https://www.lesoir.be/art/1136269/article/soirmag/soirmag-histoire/2016-02-29/xxie-siecle-sera-religieux-ou-ne-sera-pas

Les déviants sexuels sont la nouvelle classe américaine privilégiée

Remarque liminaire. Que mes lecteurs ne m’accusent pas d’anti-américanisme primaire : ce billet est une traduction fidèle d’un article de Paul Craig Roberts paru sur son blog le 21 décembre 2019. Le sujet de ce billet constitue, s’il fallait en énumérer bien d’autres, un élément de preuve confortant l’ouvrage d’Emmanuel Todd « Après l’Empire » paru en 2002 dans lequel l’auteur prévoit la chute de l’Empire américain. Compte tenu de la situation sociale des USA – 100 millions de chômeurs ou précaires dont 50 millions ne survivant que grâce à l’aide alimentaire fédérale, racisme rampant anti-noir et anti-hispanique, usage de drogues illicites, surendettement inquiétant et, sujet de l’article de PCR, déviance morale – il suffira d’attendre quelques dizaines d’années pour assister à la désagrégation de la société américaine. Les conséquences mondiales seront probablement violentes. Commentaires en italiques et entre parenthèses.

L’Eglise unifiée du Christ à Ames dans l’Iowa, pour des raisons inconnues, a arboré un drapeau LGBTQ de perversion sexuelle. Un immigrant d’origine hispanique de 30 ans l’a enlevé et l’a brûlé. Pour ce « crime » il a été condamné à 16 ans de prison. En réponse aux collégiens et aux provocateurs qui brûlaient le drapeau américain pendant les manifestations contre la guerre du Vietnam, le Congrès adopta la « loi sur le drapeau » de 1968 qui autorise l’emprisonnement de ceux qui brûlent ou souillent le drapeau américain pour une durée n’excédant pas une année. Qu’est-il arrivé à l’Amérique pour que le fait de brûler un drapeau de perversion sexuelle soit 16 fois plus grave que de brûler le stars & stripes ? Comment cela peut-il être possible dans un Etat classé « socialiste » (vote pour le parti démocrate) (lien) ?

Presque quotidiennement en Occident une personne est mise à la porte de son travail parce qu’elle a twitté qu’il n’y a que 2 sexes. L’un des cas le plus récent est celui, au Royaume-Uni, du licenciement de Maya Forstater, travaillant dans une association caritative qui a été licenciée parce qu’elle a fait part de sa conviction qu’il n’y a que deux sexes et que c’est immuable (lien).

Capture d’écran 2019-12-22 à 16.55.14.png

C’est devenu plus qu’une croyance, c’est un énoncé de fait, de vérité. Il n’y a aucune preuve scientifique d’un troisième sexe (ni d’un quatrième), encore moins des centaines de « genres » qui ont été déclarées par des centaines de personnes tout à fait stupides, sans aucune capacité intellectuelle ni aucun accomplissement sociétal connu. Les hermaphrodites sont considérés comme des anomalies, une défaillance de la nature. Quand un écrivain distingué et un acteur célèbre ont voulu prendre la défense de Maya Forstater ils ont été hués, traités de tous les noms et ont été arrosés d’excrément humains (liens).

Le monde occidental a perdu le nord. Il y a quelques jours un ingénieur supérieur de Google, un homme blanc, a été licencié pour avoir publié un tweet dans lequel il disait tout simplement la vérité, que les hommes et les femmes sont bons dans pour différentes choses et excellent dans différents domaines. Sa déclaration, un fait scientifique prouvé, a violé les sentiments des féministes qui soutiennent qu’il n’y a pas de différence entre les capacités des hommes et des femmes. Si les femmes n’excellent pas dans les domaines masculins c’est alors la preuve ipso facto que les femmes sont victimes de discrimination. Cette affirmation ne fonctionne pas pour les hommes qui n’excellent pas dans le domaine des femmes. En d’autres termes les hommes ne peuvent pas prétendre qu’ils ne réussissent pas aussi bien dans le domaine des femmes parce qu’ils sont victimes de discrimination.

En affirmant que les hommes et les femmes sont égaux à tous égards, les féministes ont détruit les sports féminins. Les hommes ont désormais le droit trans-genre de se déclarer femmes et de rivaliser avec les femmes dans les disciplines sportives. De nombreuses stars du sport féminin, comme Maria Sharapova, tenniswoman qui a remporte 5 fois le Grand Chelem, ont protesté contre cette absurdité et ont été dénoncées et forcées de s’excuser d’avoir douté que les hommes sont vraiment des femmes même si ces femmes auto-proclamées ont un pénis et des testicules et la force musculaire des mâles. Il est donc évident que les résultats des hommes qui concourent en tant que femmes dans les compétitions sportives montrent clairement que les deux sexes ne sont pas égaux à tous les égards comme l’ignorent les féministes radicales ignorantes. Ces attaques contre les femmes ne proviennent pas des hommes mais des féministes elles-mêmes et des trans-genres présumés.

Quel type de société est devenu l’Occident quand des déclarations absolument ridicules ont préséance sur tous les faits scientifiques et anatomiques connus ? Comment est-il possible qu’aux Etats-Unis et en Europe une personne soit emprisonnée pour ne pas croire que son sexe est indépendant de son corps anatomique ?

Une société aussi folle ne mérite plus d’exister ! Sa fin est proche …

https://www.desmoinesregister.com/story/news/crime-and-courts/2019/12/19/lgbtq-flag-burning-iowa-man-sentenced-church-banner-fire/2697139001/

https://www.spiked-online.com/2019/12/20/the-witch-hunting-of-jk-rowling/ 

https://www.bbc.com/news/uk-50858919