Gluten ou pas gluten : voilà la question

Capture d’écran 2017-03-21 à 10.01.46.png

Le gluten est une protéine très mal soluble dans l’eau qui se trouve essentiellement dans les grains de blé, d’orge et de seigle. Sur ce blog j’ai souvent disserté de la « glutenophobie » récente et le plus souvent injustifiée qui fait l’affaire des entreprises impliquées dans l’agro-alimentaire car vendre des produits certifiés sans gluten est une source loin d’être négligeable de revenus supplémentaires. Il y a pourtant un gros problème que ces mêmes industriels se gardent bien de mentionner : éliminer le gluten des farines de ces trois céréales appauvrit de manière considérable leurs valeurs nutritives. L’élimination du gluten consiste à laver la farine avec de l’eau puis reconstituer cette dernière par séchage dans un évaporateur cyclone. L’opération élimine une grande quantité de sels minéraux et de petites molécules très précieuses pour la qualité des aliments, dont en particulier des vitamines. Le séchage avec de l’air chaud détruit encore ce qui aurait pu ne pas disparaître au cours du lavage, tout pour plaire.

Une étude réalisée à la faculté de médecine de l’Université d’Harvard est formelle, les personnes qui ne souffrent pas d’intolérance prouvée au gluten, soit plus de 98 % de la population, devraient réfléchir à deux fois avant de décider d’inclure dans leur alimentation des produits sans gluten. Une alimentation « normale » correspond à l’ingestion moyenne de de 6 à 8 grammes de gluten par jour. Ce seuil a été pris en considération lors de trois études portant sur 199 794 personnes relatives à l’effet du gluten sur leur santé. Les principaux aliments contenant du gluten sont les pâtes, les céréales, les pizzas, le pain et les gâteaux. La présence de gluten dans ces aliments conduit à une réduction de 14 % de l’incidence de diabète de type 2. Enfin la présence de fibres dans ces aliments constitue également un avantage qui est en grande partie perdu lors de la production de farine sans gluten. Un conseil de l’American Heart Association : si vous ne souffrez pas de maladie coeliaque avérée, il est hautement préférable d’éviter les aliments sans gluten !

Source : American Heart Association

Malbouffe : les imitations du parmesan …

Parmigiano_800x600.jpg

Dans la rubrique malbouffe il faut ici mentionner le parmesan. Ce fromage mondialement connu et utilisé dans les pizzerias et autres trattorias de par le monde, et pas seulement en Italie, est originaire d’une petite région d’Italie au sud du Po comprenant les provinces de Parme, de Reggio Emilie, de Modène et de Bologne. Le lait provient de vaches exclusivement nourries d’herbe et de foin et le fromage est préparé avec du lait non pasteurisé selon des règles très strictes. Le Parmigiano-Reggiano est protégé par la loi dans l’Union européenne et toute imitation est supposée être passible de poursuite judiciaires.

Si on s’en tient à ces faits il est évident que la production italienne contrôlée de parmesan est loin d’être suffisante pour satisfaire les consommateurs du monde entier. Par voie de conséquence il existe des parmesans qui ne contiennent même pas de produits lactés et s’ils en contiennent les fabricants peu scrupuleux y ont incorporé de la cellulose pour imiter la texture très particulière de ce fromage destiné à être « gratté » entre autres usages au dessus des spaghettis. Quand on sait que le « parmesan » des firmes américaines Jewel-Osco ou Wal-Mart Great Value commercialisent des parmesans qui contiennent jusqu’à 8 % de cellulose autant dire qu’on mange du bois ! Certes la cellulose n’est pas un produit dangereux puisqu’il s’agit d’un constituant des légumes et des fruits mais l’incorporer dans du fromage qui parfois est fabriqué avec du soja relève de l’escroquerie.

Les fromages industriels envahissent le marché européen et sont autorisés s’ils n’enfreignent pas la législation relative aux appellations d’origine contrôlées (AOC). Il faut déplorer qu’il s’agit d’imitations pouvant être dangereuses pour la santé et qu’en est-il des contrôles de qualité ? Par exemple la société américaine Arthur Schuman est le premier importateur de Parmigiano-Reggiano d’origine contrôlée or il s’est avéré que près de 30 % des fromages distribués sur le sol américain par cette société étaient des imitations représentant un chiffre d’affaire annuel de plus de 375 millions de dollars ! Et ces imitations ont toutes été identifiées en y recherchant la présence de cellulose. La société Castle également basée en Irlande pour inonder le marché européen ne s’embarrasse pas de scrupules : ses fromages dits « parmesan » préalablement grattés sont fabriqués à partir de mélanges de mozzarelle, de cheddar et de cellulose – quand ils contiennent effectivement des produits lactés.

Cette situation de fraude systématique est contrôlée par de grandes compagnies de l’agro-alimentaire et les fabricants sérieux et respectueux de la loi n’ont pas d’autre choix que de fermer boutique ou de fabriquer eux aussi des imitations pour survivre. Voilà où en sont des pans entiers de l’industrie agro-alimentaire : produire de la malbouffe frauduleuse ou mourir.

Source : Bloomberg, illustration Wikipedia

Dans le pays des obèses le sucre est roi !

Capture d’écran 2016-03-10 à 21.44.04.png

Une étude parue dans le British Medical Journal au début de ce mois de mars est révélatrice des habitudes alimentaires de facilité des Américains. Les deux tiers de la population nord-américaine sont en surpoids ou pathologiquement obèses. Cette épidémie qui se répand au Mexique, deuxième pays au monde en terme de surpoids de la population après les USA et atteint certains pays européens comme l’Espagne et la Grande-Bretagne ou encore le Brésil et l’Australie. Cette étude (voir le lien en accès libre) a pris en compte les habitudes alimentaires de 9300 Américains représentatifs de la population générale. Elle a révélé que 58 % des 2079 calories quotidiennement ingérées en moyenne par les Américains provenaient des sucres contenus dans les aliments ultra-industriels, un terme qui classe des milliers d’aliments sous emballage comme les pains industriels, les céréales, les biscuits apéritifs salés, les sodas … en passant par les barres chocolatées et autres amuse-gueule variés. Tous ces aliments de confort ou de facilité contiennent des additifs de texture, des émulsifiants, des colorants et des arômes artificiels, des conservateurs, des sucres enrichis en fructose, des constituants qu’on ne trouve pas dans l’alimentation naturelle fraiche.

Les autres 30 % de calories proviennent des légumes et du lait, 9 % des aliments peu transformés industriellement comme le jambon et le fromage et les 3 % restant du sucre de table. Cette étude fait état globalement d’une suralimentation déséquilibrée aux propriétés nourrissantes dégradées provoquant outre le surpoids et l’obésité, l’apparition de diabète, de maladies cardiovasculaires, de cancers, entre autres pathologies liées au surpoids. Les recommandations de l’Office fédéral de la prévention des maladies restent lettre morte, en particulier auprès des industriels de l’alimentation car les sucres ajoutés sont parfois cachés et leur présence n’est pas mentionnée dans les aliments ultra-industriels. Qui pourrait croire que les hamburgers contiennent du sirop de maïs enrichi en fructose ?

Dans l’esprit des consommateurs les jus de fruit supposés être 100 pour 100 issus de fruits pressés contiennent non seulement des substances chimiques qui les protègent des processus naturels d’oxydation mais ils ont été agrémentés de quantités substantielles de sucre. Une ration de 25 centilitres d’un jus d’orange quelconque contient l’équivalent de trois cuillères à café de sucre surajouté à celui naturellement présent dans le fruit pressé. L’Académie américaine de pédiatrie a lançé une alerte à ce sujet concernant les enfants afin que les parents limitent la consommation de jus de fruit commerciaux et conditionnés pour leurs enfants. Cette alerte est restée lettre morte en raison de la pression considérable exercée par le lobby des boissons à base de fruits sur les législateurs. Laisser les enfants prendre l’habitude de boire des jus de fruits auxquels des quantités presque extravagantes de sucre ont été ajoutées pour favoriser leur conservation est presque criminel car cette habitude favorise par la suite l’apparition d’obésité morbide !

L’alimentation industrielle répond à une tendance à la facilité, une attitude qui conduit imperceptiblement des peuples entiers vers un état de santé dégradé. Certains gouvernements ont décidé de taxer les sodas outrageusement sucrés, pourquoi alors ne pas également taxer les produits alimentaires traités industriellement et riches en sucres, en sel et en acides gras partiellement hydrogénés comme on a taxé les cigarettes en raison de leur dangerosité pour la santé ?

Source : bmjopen.bmj.com/content/6/3/e009892

La fin prochaine de la malbouffe industrielle ?

Capture d’écran 2015-08-03 à 15.46.53

La FDA américaine a finalement admis que les « trans-fat » ou acides gras « trans » apparaissant lors de l’hydrogénation des graisses végétales pour fabriquer par exemple de la margarine qui ne rancit pas sont mauvaises pour la santé. Dans trois ans ces produits industriels contre nature seront définitivement interdits, du moins sur le territoire américain. L’Europe traine encore les pieds car les écologistes dont le rôle devrait pourtant être de se pencher sur ce grave problème s’occupent plus de politique et d’autres sornettes que de la santé des consommateurs. L’EFSA (European Food Safety Authority) publie des documents, certes, mais il semble que la santé des consommateurs ne soit pas sa préoccupation première. Ce sont les OGMs et l’étiquetage des denrées alimentaires qui préoccupe ces fonctionnaires qui au final ne servent pas à grand-chose. On est d’ailleurs étonné de l’inertie de cette administration comprenant une multitude de comités et de « task-forces » dédiées à des problèmes secondaires alors que les vrais sujets sont mis de côté. Et ce n’est pas un hasard car comme la plupart des institutions européennes l’EFSA est soumise au lobbying incessant des géants du secteur agroalimentaire. Aller obliger par une directive administrative un producteur industriel de beurre de cacahuète à ne plus commercialiser que le produit non hydrogéné, il répondra que c’est impossible car en 48 heures son produit sentira tellement mauvais qu’il sera devenu immangeable et il rétorquera au législateur que c’est pour cette raison que le beurre de cacahuète est hydrogéné, peu importe la santé du consommateur.

L’industrie agro-alimentaire entre les mains de gigantesques multinationales a fait en sorte que le consommateur soit satisfait par un produit quel qu’il soit comme les doughnuts par exemple. Si cette pâtisserie était fabriquée avec des graisses non hydrogénées, beurre ou graisses animales, il faudrait la vendre le jour de sa fabrication or c’est tout simplement impossible ! Des milliers d’aliments industriels préparés avec des acides gras « trans » peuvent séjourner plusieurs jours sur les linéaires des supermarchés et effectuer un retour en arrière pour préserver la santé des consommateurs semble irréaliste tant les habitudes des industriels mais aussi des consommateurs ont rendu ces produits irremplaçables … et il y en a des milliers !

Et il n’y a pas que les acides gras trans, le cas du sirop de maïs enrichi en fructose est presque caricatural car ce produit est infiniment moins coûteux que le sucre de betterave ou de canne et à l’abri de la fluctuation des cours de ces deux cultures car le maïs est la première céréale en volume produite dans le monde. La production industrielle à grande échelle de sirop de maïs consiste à effectuer des traitements enzymatiques du sucre après hydrolyse acide de l’amidon et il existe deux qualités de sirop, le grade 42 et le grade 55 correspondant aux pourcentages de fructose effectivement présent dans le mélange. Les raisons justifiant cette production industrielle contre nature sont de deux ordres : manipuler un sucre liquide plutôt que cristallisé est plus simple industriellement et le pouvoir sucrant du mélange est 1,5 fois plus élevé que celui du sucre de canne ou de betterave. Or comme pour les acides gras trans qui sont l’une des causes premières d’inflammations en particulier des artères, le fructose est un puissant perturbateur de la régulation de la glycémie, d’une part, et du métabolisme des graisses d’autre part car le fructose ne peut être avantageusement métabolisé que pour la synthèse d’acides gras.

On est devant un cocktail mortel quand une préparation industrielle contient ces deux vrais poisons que constituent les acides gras « trans » et le sirop de maïs pour la plus grande satisfaction des papilles gustatives mais pas du tout pour la santé de l’organisme. L’émergence industrielle des huiles hydrogénées fut favorisée par une campagne publicitaire à la limite de l’honnêteté qui prétendait que les acides gras insaturés étaient nocifs pour les artères, or l’effet des acides gras trans est exactement le contraire de celui dont on incriminait les acides gras insaturés : augmentation des triglycérides et du « mauvais » cholestérol dans le sang ! Il aura fallu exactement 12 ans pour que la FDA et l’EFSA lancent une alerte qui ne sera effectivement respectée qu’en 2018. Combien de personnes sont mortes d’accidents coronariens depuis la fin des années 50 et l’apparition des premières margarines, substituts bon marché du beurre ? C’est une bonne question à laquelle personne n’osera répondre.

Ce que l’on peut dire de cette histoire est que la science louvoie et oscille entre ce qui semble être deux extrêmes : tout est bon ou tout est mauvais. La science bio-médicale n’est pas une discipline figée mais elle évolue avec la sophistication des moyens modernes d’investigation. La nutrition est devenue une discipline scientifique à part entière et il est donc nécessaire de faire évoluer les (mauvaises) habitudes prises par le consommateur sous l’impulsion implacable du marketing organisé par les industriels de la malbouffe. Le corps médical insiste sur le fait que pour préserver sa santé il faut varier la nourriture et se nourrir modérément mais aussi et surtout revenir à une nourriture plus saine qu’on prépare à la maison avec des ingrédients traditionnels. Bon appétit !

Capture d’écran 2015-08-03 à 23.53.04

Note : depuis le début des années 2000 la consommation de sirop de maïs a légèrement diminué aux USA et celle de sucre de table (betterave ou canne) augmenté. Pour ce qui concerne les sirops de maïs (HFCS) cette diminution n’est pas un effet direct des régulations de la FDA mais une utilisation du maïs pour produire de l’éthanol qui est incorporé à raison de 10 % dans de nombreux véhicules automobiles selon les régulations mises en place :

Source : Science News