Les contribuables français vont aimer …

La Russie a récupéré deux canons automoteurs français Caesar revendus par l’Ukraine, par Christelle Néant.

Confirmant des rumeurs qui circulaient depuis plusieurs jours, la chaîne Telegram Rybar et des sources militaires françaises ont confirmé que deux canons automoteurs Caesar français fournis par Paris à l’Ukraine avaient été revendus par cette dernière, et qu’ils ont fini en Russie où ils sont actuellement décortiqués.

Le 20 juin 2022, l’avocat français Régis de Castelnau publiait sur Twitter un post annonçant que la Russie avait mis la main sur deux canons automoteurs Caesar que la France avait fournis à l’Ukraine.

Sur le coup l’information semblait trop énorme, et il n’y avait pas de confirmation, jusqu’au 23 juin, lorsque la compagnie Ouralvagonzavod citée dans le tweet de Régis de Castelnau a répondu avec son compte officiel sur la chaîne Telegram de l’avocat français.

« Bonjour, Monsieur Régis.

Veuillez transmettre nos remerciements au Président Macron pour le don des canons automoteurs.
Ce matériel n’est bien sûr pas tip top… pas comme notre MSTA-S !
Mais néanmoins, il sera utile. Envoyez-en plus – nous les démonterons ».

Le ton ironique du post laissait planer un doute, d’où le fait que je n’avais pas relayé cette information. Jusqu’au 29 juin, lorsque j’ai reçu conjointement confirmation des faits à la fois par Rybar (qui est toujours bien informé), et de sources militaires françaises.

Ainsi on apprend par Rybar comment la Russie a mis la main sur les deux canons automoteurs français Caesar qui avaient été fournis à l’Ukraine. Sur l’ensemble des canons Caesar qui ont été fournis à Kiev, il s’avère que trois ont été détruits lors de frappes aériennes sur Kourakhovo, un a été détruit sur l’île Koubanski dans la région d’Odessa et deux ont été vendus pour le prix ridicule de 120 000 dollars pièce ! 

Pour information un canon automoteur Caesar vaut environ 7 millions d’euros ! Donc la France a fourni pour 14 millions d’euros deux canons automoteurs Caesar qui ont été revendus pour 240 000 dollars. Les contribuables français apprécieront de savoir que leurs impôts servent à payer une telle gabegie !

Il y a fort à parier que les canons ont été revendus à un intermédiaire (groupe armé ou marchand d’armes) qui a lui même revendu les canons automoteurs à la Russie, qui peut maintenant les démonter, et les analyser. Ce qui présente un intérêt pour Moscou c’est le système de guidage et de coordination des tirs du canon automoteur Caesar.

Voilà à quoi a mené la bêtise des autorités françaises couplée à la corruption endémique en Ukraine : la Russie va pouvoir analyser et potentiellement copier les systèmes de guidage et de coordination du canon automoteur Caesar. Bravo !!!

Et cerise sur le gâteau non seulement cette fourniture de canons automoteurs a dépouillé plusieurs unités françaises de leur artillerie (certaines n’ont plus qu’un Caesar en leur possession), mais en prime, une partie de ces pièces d’artillerie étaient destinées au Maroc dans le cadre de contrats gouvernementaux, et le reste avait été retiré du service.

Voilà le niveau d’incompétence d’Emmanuel Macron ! Non seulement il a achevé de détruire les relations franco-russes en disant d’un ton méprisant à Vladimir Poutine quatre jours avant le lancement de l’opération militaire russe qu’il s’en foutait des propositions des séparatistes (violant ainsi les accords de Minsk) et qu’il ne savait pas où son juriste a appris le droit – alors que je rappelle que le président russe est titulaire d’un diplôme en droit de l’université de Leningrad (!!!) – mais en plus il a dépouillé l’armée française pour permettre à quelques Ukrainiens de se remplir les poches et à la Russie de pouvoir faire de la rétro-ingénierie sur les canons automoteurs Caesar !!!

Eh bien heureusement que le surnom d’Emmanuel Macron c’est le « Mozart de la finance », parce que sinon je ne vous raconte pas ce qui se serait passé ! Je rappelle que la France s’est déjà rendue complice des crimes de guerre de l’Ukraine en fournissant à Kiev des canons automoteurs Caesar utilisés contre les zones résidentielles du Donbass, et maintenant grâce à son incompétence crasse, le président français vient d’offrir sur un plateau d’argent ces mêmes canons à un pays désigné par l’OTAN comme une menace ! Bravissimo !

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir averti depuis des années, et encore plus depuis le lancement de l’opération militaire spéciale russe, sur le niveau de corruption stratosphérique en Ukraine et le fait que les armes occidentales fournies à Kiev finissent souvent revendues ! Là où les Américains avaient eu l’intelligence de mettre en place un système d’audit régulier des armes qu’ils fournissaient à l’Ukraine avant l’opération militaire spéciale russe, la France a donné ces canons automoteurs Caesar sans aucune mesure de surveillance ! Et encore heureux que c’est la Russie qui les a acquis et pas je ne sais quel groupe terroriste ! Sans cela je vous laisse imaginer ce que ça aurait pu donner ! Voilà le gouvernement d’incompétents pour lequel les Français ont voté pour cinq ans de plus…

Christelle Néant

source : Donbass Insider

Yemen et Ukraine : où est la différence ?

Il y a toujours un conflit armé dont plus personne ne parle et que les Occidentaux appellent pudiquement « la guerre du Yemen ». La France, troisième vendeur d’armements au monde, a fourni des armements tels que des canons autotractés à l’Arabie saoudite supposés, selon le contrat passé avec la famille Saoud, n’être utilisés que pour défendre le pays. Dans la réalité ces canons sont pointés vers les villes du Yemen et tuent des civils sans que qui que ce soit s’en émeuve. Les populations meurent de faim et de maladie et tout le monde s’en moque y compris la grande figure de l’humanitarisme français, je veux parler du pseudo-philosophe en chemise blanche que tous mes lecteurs reconnaîtront. La France encore une fois a vendu des armes à l’Ukraine. Il s’agit aussi de pièces d’artillerie utilisées pour tuer les populations civiles, si possible en plus grand nombre possible.

Contrairement au Yemen il y a des sous-sols dans les immeubles d’habitation de la région de Donetsk et de la ville elle-même. Les habitants vivent comme des rats dans ces sous-sols depuis huit ans car ces bombardements n’ont jamais cessé depuis que le Président Porochenko a déclaré haut et fort qu’il fallait exterminer ces sales slaves jusqu’au dernier.

Voilà la vraie guerre d’Ukraine et comme pour celle du Yemen c’est un marché juteux pour l’une des rares industries françaises encore fonctionnelles. Donc Macron est complice des criminels de guerre de Kiev mais l’argent n’a pas d’odeur d’autant plus que ces armements sont payés grâce à l’aide de l’Union européenne à l’Ukraine, en d’autres termes avec les impôts des contribuables européens. Ces impôts ne servent pas à construire des ponts ou aider les agriculteurs européens mais à détruire des quartiers de Donetsk et tuer des innocents. Voilà où en sont arrivés l’Union européenne et la France et si quelqu’un est fier de faire partie de cette colonie américaine va-t-en guerre, ce n’est pas mon cas.

Il existe donc un parallèle entre le Yemen et l’Ukraine. Ce sont deux marchés pour les industriels de l’armement et ces deux pays sont des alibis pour l’Europe occidentale et les USA afin de contrer dans le premier cas l’influence de l’Iran qui soutient les rebelles yéménites et dans l’autre le soutien de la Russie pour sauver des vies slaves russophones de l’est de l’Ukraine persécutées et assassinées par le régime de Kiev depuis 8 ans. Je veux bien qu’un faux philosophe raconte n’importe quoi et que tous les téléspectateurs français ébahis boivent ses paroles mais il serait beaucoup plus objectif de suivre les articles et les reportages de la journaliste française Christelle Néant, d’Anne-Laure Bonnel et d’autres personnes courageuses qui relatent des faits et non les fantasmes de ce triste individu ou la propagande anti-russe constante qui inonde tous les médias européens.

Les taux des titres de dette à 10 ans français augmentent, qu’en penser ?

Que mes lecteurs soient indulgents car je ne suis ni économiste ni analyste financier. Il m’arrive donc d’écrire des absurdités. Je voudrais rappeler néanmoins qu’au cours des années 1970-1980 l’inflation atteignait parfois 13 % par an, les salaires étaient indexés sur ce taux d’inflation et les taux d’intérêt des emprunts immobiliers suivaient cette même inflation. J’ai connu cette situation au début des années 1980. La situation est toute autre aujourd’hui puisque ni les salaires ni les retraites ne suivront l’inflation, peut-être à deux chiffres, qui se profile.

Avec l’augmentation du taux des obligations d’Etat à dix ans, chaque point coûte à l’Etat 36 milliards d’euros pas an. C’est Monsieur Olivier Piacentini qui l’affirme au cours d’une entrevue sur la chaine de télévision NTD. Puisque le Ministre des finances français ne sait pas calculer, voici donc les chiffres disponibles sur le site tradingeconomics.com qui clarifieront les neurones déficientes de ce ministre et éclaireront les Français. En août 2020 le taux des obligations à dix ans était de moins 0,16 % et à ce jour 31 mai 2022 il est de plus 1,56 %. Après un bref passage en territoire positif l’intérêt du bon du trésor à dix ans et un retour en territoire négatif, ce taux n’a plus cessé d’augmenter depuis décembre 2021. Cent points de base représentant 36 milliards de coût supplémentaire pour l’Etat on se trouve donc maintenant avec un différentiel de 172 points de base. Le surcoût pour l’Etat est donc de 62 milliards par an. Les taux à dix ans sont orientés vers la hausse dans tous les pays occidentaux y compris la Suisse.

Serait-ce la fin des taux négatifs ? Cette aberration économique consistant à proposer des titres de dette à des souscripteurs qui doivent payer chaque année pour espérer retrouver leur capital de départ 10 ans plus tard est une illusion car en réalité, en Europe et aux Etats-Unis, les banques centrales rachètent ces titres de dette sur le second marché. C’est une manière détournée d’emprunter de l’argent à la banque centrale qui se moque dès lors de ces intérêts négatifs dans la mesure où son bilan est devenu monstrueux. L’inflation a perturbé ce cycle de dettes à des taux négatifs tout simplement parce que les investisseurs sont maintenant certains de ne plus retrouver leur capital initial. Donc la dette souveraine des Etats va « s’évaporer » en raison de cette inflation. Sur le papier ces Etats seront les grands bénéficiaires mais cette inflation constitue dans la vraie vie un impôt qui sera d’autant plus douloureux qu’il concernera des personnes physiques à faible revenu.

Fort heureusement la France dispose d’un institut qui calcule un taux d’inflation « optimisé ». Malheureusement cet institut calcule aussi mal que son ministre de tutelle qui est le Ministre des finances. Les boniments ministériels, un jour prochain, ne seront plus du tout convaincants et alors le peuple manifestera son mécontentement. Et comme pour aggraver la situation les déficits iront en s’amplifiant et un jour prochain la France se retrouvera sous la tutelle du Fonds Monétaire International puisque les taux offerts aux investisseurs resteront négatifs en regard de l’inflation. L’Afrique du Sud et le Brésil par exemple offrent des taux d’environ 8 % proches de l’inflation qui sévit dans ces pays. Tout est fait en France pour que la situation s’aggrave. Il est vrai que l’image de mon pays natal, vue de l’étranger, se dégrade jour après jour. Demandez aux supporters anglais et espagnols qui ont fait le déplacement pour assister au match de finale à Saint-Denis, demandez-leur ce qu’ils pensent du nouveau gouvernement français, un ramassis d’incompétents, certains d’entre eux ayant des mœurs pas très nettes, alors vous aurez en retour une image réaliste de la France : un pays en pleine déroute morale, financière et sociétale. 

La France est dirigée par des gérontocrates

À l’issue des élections présidentielles j’ai décidé de ne plus jamais voter, d’ailleurs j’ai une bonne excuse car je ne suis pas inscrit sur les listes électorales du consulat de France à Tokyo. Je ne m’intéresse plus qu’à l’actualité internationale et elle est suffisamment chargée pour négliger les magouilles électoralistes en vue des élections législatives qui aboutiront à choisir des députés n’ayant plus aucun pouvoir puisque le Président aux manettes pour 5 ans gouvernera par ordonnances téléguidé en cela par la Maison-Blanche, la Commission européenne et le Forum économique mondial. Les Français n’ont d’autre choix que de se taire et d’avaler toutes les couleuvres que leur serviront les décideurs politiques.

Comme je l’ai constaté ce matin en regardant un entretien d’Emmanuel Todd et d’Olivier Berruyer sur le site Blast la France est dirigée par des oligarques faisant partie des « boomers » et influençant le pouvoir politique sans jamais apparaître ouvertement sur la scène médiatique. Macron a été réélu par ces mêmes « boomers » car il font confiance à un gérontophile qui est donc l’un des leurs. Les deux intervenants de cet entretien sur Blast n’ont pas tenu le propos que je viens d’écrire. Il ressort que l’inflation, maintenant de l’ordre de 8 % en France va laminer les petits salaires puis les « boomers » suivront en constatant l’effondrement du pouvoir d’achat de leur retraite et ils n’apprécieront pas. Les augmentations de salaire ne sont pas à l’ordre du jour du moins dans l’esprit des dirigeants d’entreprise confrontés à une crise économique qui ne dit pas encore son nom. Celle-ci va arriver et quel que soit le nouveau gouvernement celui-ci n’aura plus aucun moyen pour stimuler l’économie sinon avoir recours à la dette.

Pendant les deux dernières années, 2020-2021 la France à réussi à augmenter sa dette de 650 milliards d’euros pour un résultat stupéfiant d’une augmentation du PIB de la nation d’à peine 50 milliards et ce n’est pas avec un tel résultat que la situation va s’améliorer, et ceci d’autant plus que les investisseurs étrangers se tournent vers d’autres pays après avoir constaté ce désastre. Il suffira d’un élément extérieur comme l’entrée en guerre de l’OTAN contre la Russie pour que la situation déjà catastrophique de la France s’aggrave et que les grincements de dents des « sans-dents » remontent jusqu’aux ors de la République. Tout concoure pour l’émergence d’une crise grave et durable. Et les retraités, les « boomers » dont je fais partie, regretteront d’avoir choisi Macron comme patron à l’autorité non partagée pour diriger le pays.

J’avoue que je suis heureux de me trouver au Japon maintenant et probablement jusqu’à la fin de mes jours selon le bon-vouloir des autorités japonaises (ce n’est pas encore gagné) car mon désir d’obtention d’un visa de longue durée pour vivre auprès de mon fils n’est pas prévu par la loi. Je reste optimiste dans la mesure où ma santé se dégrade en raison des effets à long terme du coronavirus. Alors la France, l’Europe, Ursula, Klaus et les autres, c’est bien loin. Qu’ils aillent affronter la Russie c’est leur problème sachant que le Président russe a bien prévenu : l’Europe peut être entièrement vitrifiée en moins d’une heure …

Lien d’inspiration : https://www.youtube.com/watch?v=yulAKGSFquE&ab_channel=BLAST%2CLesouffledel%27info

Ukraine : le domaine du mensonge et de la réécriture de l’histoire en temps réel

En 2014 Victoria Nulland organisa avec le concours de la CIA les « évènements de Maïdan » dont le seul but était de faire fuir le Président élu pro-russe qui fut contraint de s’exiler en Russie. Son successeur mis en place par les Américains, un dénommé Porochenko qui porte bien son nom, et qui interdit l’enseignement du russe dans les écoles, mit fin au paiement des retraites dans les oblasts russophones, ne rétribua les fonctionnaires locaux que s’ils étaient ukrainophones et ordonna à son armée noyautée par des brigades non officielles ouvertement nazies de commencer à bombarder les villes du Donbass. Peu après ces évènements et ces mesures vexatoires mises en application, les russophones du Donbass et de la péninsule de Crimée organisèrent des « votations » comme on dit en Suisse pour connaître l’opinion populaire. Les habitants de la péninsule de Crimée votèrent massivement pour un rattachement immédiat à la fédération de Russie. La Crimée est hautement stratégique et immédiatement les Occidentaux réagirent en sanctionnant la Russie.

Les habitants du Donbass subirent des bombardements incessants occasionnant la mort de plus de 13000 personnes. On a en Occident tendance à occulter cette partie de l’histoire récente de l’Ukraine. À la fin de l’année 2021 il y eut d’importants mouvements de troupes à l’ouest du Donbass laissant présager une véritable boucherie car le pouvoir politique de Kiev, refusant toute négociation dans le cadre des accords de Minsk, voulaient en finir avec ces « porcs de russophones ». Que fit le Président russe ? Sentant un génocide se préparer il organisa une remise en ordre du Donbass, une opération spéciale pour garantir la sécurité des populations civiles de cette partie de l’Ukraine répondant à l’appel de ces dernières. Des familles entières vivaient leur quotidien dans des caves pour échapper aux bombardements quotidiens, les rares personnes courageuses s’aventurant des la rue étaient abattues par des snipers, si les occidentaux, confortablement installés dans leur salon pour voir défiler la propagande occidentale ne comprennent pas ce que cela signifie, ils sont irrécupérables.

Quand le Président russe a proposé au parlement la reconnaissance des républiques autoproclamées du Donbass il n’y avait plus place pour la moindre hésitation, les bataillons ukronazis étaient prêts à la boucherie.

Voilà la genèse du conflit ukrainien actuel qui a été largement documentée par des journalistes françaises courageuses, je cite, Chrystèle Néant et Anne-Laure Bonnel qui ont fait leur travail sur le terrain au péril de leur vie. Et l’Occident dans cette histoire : une monstrueuse suite de mensonges, c’est Poutine l’agresseur, c’est Poutine le mangeur d’enfants alors que les nazis ukrainiens éventraient sans hésiter des femmes enceintes sous prétexte qu’elles étaient russophones.

Les pays occidentaux, à commencer par la France et l’Allemagne qui n’ont strictement rien fait pour faire appliquer les accords de Minsk, mentent chaque jour, chaque minute. Ils ont sanctionné la Russie. Pas de chance le peuple russe a su s’organiser depuis les premières sanctions relatives au rattachement de la Crimée. Les Occidentaux otaniens paieront pour leurs mensonges et ils en subissent déjà les conséquences. Jamais Vladimir Poutine ne reculera. Les quelques rares politiciens européens restants le savent. Ils devront se rendre à la raison ou accepter le délabrement attendu de l’Europe, de son euro artificiel, de sa Commission aussi corrompue que les gouvernements successifs de Kiev. Et l’effet en retour de ces sanctions envers la Russie sera tout simplement dévastateur. Personnellement je souhaite que l’Europe souffre, comme une punition d’avoir soutenu un régime ukrainien à la tête duquel se trouve un individu drogué et corrompu, d’avoir armé les yeux fermés des bataillons de fanatiques nazis qui n’ont qu’une idée, massacrer des russophones. Honte à l’Europe, honte aux Etats-Unis, Honte à l’Allemagne et à la France qui n’ont pas fait respecter les accords de Minsk, honte à tous les idiots qui regardent les journaux télévisés chaque jour pour se donner bonne conscience. Les Occidentaux emmenés par les Américains sont des spécialistes de la réécriture de l’histoire et aujourd’hui cette attitude scandaleuse s’effectue en temps réel. Cette histoire, dans 50 ou 100 ans révèlera les turpitudes hégémoniques des Américains. Ce sera un mauvais souvenir car l’empire américain aura disparu comme l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui, vouée à l’échec … 

L’avenir de l’énergie électrique en France : bien sombre !

Après l’annonce purement démagogique de Macron de lancer une filière française de petits réacteurs nucléaires modulaires, à la suite des retards à rebondissements de la finalisation du réacteur EPR de Flamanville et enfin après la fermeture précipitée et stupide des deux réacteurs de Fessenheim, un gâchis technologique et financier monstrueux, force est de constater que le secteur énergétique français se porte très mal. Pour satisfaire aux délires des écologistes la situation va encore s’aggraver. Construire à prix d’or encore plus de moulins à vent n’améliorera pas la situation, mettre en demeure les automobilistes d’acheter des voitures électriques pour préserver le climat non plus. Mais il y pire encore et tous les Français vont en souffrir. Ce sont les arrêtés de la Commission européenne au sujet du prix du kW électrique qui grèvent les comptes d’EDF, le prix du marché spot de l’énergie électrique étant fixé sur celui produit par la dernière turbine à gaz mise en service en temps réel. Or le gouvernement français, dans sa grande mansuétude, a obligé EDF à ne vendre sa production qu’à un prix régulé invariable et à chaque pointe de consommation cette société d’Etat perd des sommes colossales puisqu’elle doit trouver des kW sur ce marché spot. Comme un fait exprès, EDF, déjà lourdement endetté, peine à entretenir ses centres de production.

Un autre facteur dont personne ne parle ouvertement, certainement pas le gouvernement qui n’y comprend rien, est la rareté d’une main-d’oeuvre qualifiée pour procéder aux opérations de maintenance des réacteurs et Areva se trouve dans la même situation : on ne trouve plus de soudeurs qualifiés ! À ce jour sur les 56 réacteurs (hors Fessenheim) que compte la France 28 d’entre eux sont à l’arrêt. Des arrêts pour maintenance programmée, pour rechargement en combustible ou plus inquiétant pour remise en état des système de sécurité d’urgence dans l’îlot nucléaire, comprenez le bâtiment réacteur. La seule consolation pour la France se situerait dans une comparaison avec certaines installations nucléaires commerciales américaines qui sont dans un état de délabrement dangereux. Bref, on ne va pas ternir l’image du voisin pour redorer celle d’EDF. Voilà donc la situation en France à ce jour :

Les conséquences immédiates vont se faire sentir auprès des consommateurs puisque EDF doit acheter sur le marché spot les kW manquants. Premier effet le prix du kW était 4 fois plus élevé en ce dernier mois de décembre 2021 qu’à la même période une année auparavant. Or comme le gouvernement français impose un prix à EDF indépendant du marché spot, l’entreprise perd des fortunes. Paradoxalement le prix du kW français est maintenant plus élevé à la production que celui de l’Allemagne qui, malgré l’augmentation du prix des combustibles fossiles, a su produire une énergie plus rentable, financièrement parlant, que le kW nucléaire. Cette situation française va perdurer au moins jusqu’au milieu de 2023. Dans le contexte géopolitique actuel la situation ne saurait que s’aggraver. L’Agence Bloomberg a calculé que la perte d’EDF pourrait atteindre 26 milliards d’euros en raison des arrêts pour maintenance de ses réacteurs. De plus EDF ne va plus exporter d’électricité au cours des six prochains mois. La situation est donc tout simplement catastrophique pour l’entreprise qui peine à effectuer les opérations de maintenance exigées par l’Agence de Sécurité Nucléaire.

Manque de main-d’oeuvre qualifiée, perte des compétences, gouffre financier, politique des prix imposée par le gouvernement aberrante, pression de la Commission européenne sur les prix spot, et bien d’autres facteurs rendent l’avenir du secteur énergétique français très incertain voire calamiteux. Source partielle et illustration : ZeroHedge

Macron le meilleur élève de Klaus Schwab ?

À peine réélu par une majorité de vieux, de rentiers et d’inconscients le Président français a immédiatement donné le ton. L’automne va être riche en nouvelles mesures coercitives. L’introduction de la « vaccination » obligatoire pour tous dès l’âge de cinq ans, j’y reviendrai plus bas, la carte d’identité numérique européenne, aussi appelé portefeuille d’identité numérique européen, incluant dans ses données le statut vaccinal, l’universalisation de la reconnaissance faciale etc … À terme cette carte d’identité que l’on pourra également appeler « carnet de civisme » à la chinoise pourra aussi incorporer un bonus-malus climatique. Macron fait donc preuve d’une docilité absolue aux préceptes du Forum économique mondial, cette espèce de secte ayant formé plus de 5000 « global young leaders » pour la plupart à des postes dans les gouvernements nationaux ou dans les instances européennes. Macron fait partie de cette confrérie qui veut dominer le monde.

Comme dans l’Union soviétique de jadis il y aura en Europe occidentale une élite qui vivra à sa guise, quelques fractions de pourcent de la population, et le reste sera surveillé, sanctionné, racketté par les services fiscaux, rarement récompensé, en quelque sorte un retour au Moyen-Âge. Cette sombre période que traversa l’humanité avec un seigneur guerroyant et pour ce faire rançonnant son peuple va redevenir d’actualité. La mise en place d’un tel système va nécessairement faire appel à une autorité policière car les peuples, aujourd’hui, ne sont pas prêts à subir de telles vexations. Comme dans l’Union soviétique ce nouvel ordre européen, pour ne pas dire mondial, ne pourra en effet pas être organisé sans mesures draconiennes de privation des libertés, emprisonnements arbitraires pour délit d’opinion, camps de redressement, déportations, et la liste est longue.

Par exemple l’Etat s’arrogera le pouvoir de priver les peuples de leur droit de propriété foncière. Un projet de loi est déjà prévu à cet effet en France. Si vous êtes propriétaire d’un terrain sur lequel vous avez construit votre logement en toute légalité l’Etat se réserve le droit d’acquérir ce terrain, comme le sous-sol qui appartient déjà à l’Etat, pour un euro symbolique et il vous demandera de lui payer un loyer. Il s’agit d’un autre levier d’asservissement du peuple.

Un autre exemple significatif dans le cadre de ce programme d’asservissement du peuple, il faut appeler les choses par leur nom, est la restriction de circulation au nom du sauvetage du climat, un beau prétexte qui n’a d’autre base que la peur d’un hypothétique réchauffement. Si votre véhicule à moteur thermique « pollue trop », entendez émet trop de gaz carbonique, vous ne pourrez plus l’utiliser à moins de vous acquitter d’une pénalité qui réduira d’autant votre crédit social et provoquera des fins de mois encore plus difficiles. De même pour les logements « passoire », vous serez taxé lourdement et ceci d’autant plus que le prix du gaz pourrait rendre ce combustible inutilisable par de nombreux ménages. J’ose difficilement imaginer ce qui pourrait survenir dans quelques mois. 

Macron aurait-il revêtu l’étoffe d’un dictateur ? Un pervers narcissique peut à tout moment devenir un être nuisible, ce qu’il est déjà. Bref, je souhaite un très grand courage aux Français qui vont beaucoup souffrir au cours des prochains mois, à commencer par ces retraités décérébrés qui vont constater que leur retraite va diminuer de 20 voire 30 % (comme votre serviteur, mais je suis maintenant sous la protection de mon fils à Tokyo) et ils vont découvrir que leur choix électoral était mauvais, pire que tout ce qu’ils pouvaient imaginer, leur pouvoir d’achat s’effondrera et leur épargne s’évaporera avec une inflation à deux chiffres qui sera d’actualité dans quelques semaines. Et puis il y aura une diminution drastique de l’assurance chômage puisqu’il n’y a plus un centime dans les caisses de l’Etat et que les taux à dix ans remontent doucement mais sûrement. Autrement dit une très grave crise pointe son nez et alors Macron trouvera un alibi pour « emmerder » encore plus les Français, avec l’écologie, les restrictions de consommation en tous genres pour faire face à la profonde crise à venir. Bel avenir pour mon pays natal où je ne remettrai jamais les pieds d’autant plus que les charmantes campagnes de la France vont être recouvertes de forêts de moulins à vent inutiles, c’est aussi dans les dossiers de Macron … Au sujet des « vaccins » pour lesquels il est déjà prévu d’en renforcer les injections de rappel pour tous, je conseille à mes lecteurs ce dialogue entre une députée européenne et une biostatisticienne pour qu’ils se fassent une opinion, ce n’est pas France télévision ni BFMTV qui débordent d’objectivité : https://www.francesoir.fr/societe-sante/michele-rivasi-christine-cotton et également ceci : https://www.youtube.com/watch?v=QjCyUSOFYi8 et s’il faut continuer à injecter toute la population totalement crédule, quitte à ce qu’il y ait de nombreux morts, Macron s’en moque, ce n’est pas son problème, c’est un collègue d’Ursula, elle-même « global young leader » et intime de Bourla le PDG de Pfizer. Tout va pour le mieux dans la douce France !

Prochain article relatif à l’avenir énergétique de la France pour les cinq années à venir.

Dies dementiae dies illa

Article de Christophe Claudel paru sur son blog le 24 avril au soir des élections présidentielles

Ainsi donc, aujourd’hui, 58% des Français qui ont voté au second tour auraient accordé pour la seconde fois leur confiance au plus grand djihadiste européen du Nouvel Ordre Mondial et du Great Reset en marche. Au terme, sans doute, de la plus grande mascarade électorale depuis mai 2017, et de l’Histoire de France depuis la Révolution.

A supposer que ce score n’ait pas été massivement « redressé » par Dominion, le logiciel américain de consolidation des votes qui autorise toutes les fraudes, cette victoire de pure façade du « Président » le plus illégitime et le plus impopulaire de toute la République française, dont le parti fantoche LREM avait culminé faut-il le rappeler à 5% des suffrages exprimés aux dernières régionales, sonne comme un avertissement.

Ce score ubuesque, si l’on remet en perspective ce qu’aura été pour les Français le premier quinquennat Macron, est le fruit d’un lavage de cerveaux radical de plusieurs mois et années de la part des médias contrôlés par la Caste mondialiste pour faire oublier comme par magie les crimes du petit tyran accumulés depuis 5 ans : affaires d’Etat, destruction méthodique de l’Etat et de l’unité de la nation, du système social français unique au monde, vente par appartements aux multinationales et fonds d’investissement américains de certains de nos plus grands fleurons industriels et entreprises stratégiques, répression féroce et violences policières sans équivalent depuis l’Occupation envers les manifestants et le peuple hostile à juste titre à une politique injuste, populicide, inégalitaire et antidémocratique, mise à sac de l’Etat de droit et des fondements de la démocratie, du principe de séparation des pouvoirs, mise sous tutelle et corruption massive par l’exécutif et ses sponsors de tous les corps constitués de la République, Parlement, Conseil d’Etat, Conseil Constitutionnel, et de la Justice, suppression inédite et durable en tant de paix des libertés publiques et constitutionnelles, abandon du pilotage stratégique de la France sur les dossiers les plus essentiels et conflits d’intérêts aggravés avec des cabinets conseil privés étrangers comme McKinsey, ou alliances stratégiques de nature corruptive avec des fonds d’investissement comme BlackRock (sur les retraites), hypothèque placée sur les générations futures et l’épargne des Français avec une augmentation de la dette publique de 600 milliards et 20 points de PIB en seulement deux ans de crise Covid, une situation dramatique qui justifiera bientôt juridiquement l’expropriation immédiate de tous lors du crash financier mondial pronostiqué par les économistes…

Il faudrait y ajouter les accusations de crimes contre l’humanité et de haute trahison, pour lesquels Emmanuel Macron, ses gouvernements, ministres successifs et son conseil scientifique formés de pseudos experts corrompus, sont aujourd’hui poursuivis par des milliers de plaintes auprès de la Haute Cour de la République, de la Cour de Justice Européenne, de la Cour Européenne des Droits de l’Homme et de la Cour Pénale Internationale. Crimes qui l’exposent en principe à titre personnel aux plus lourdes sanctions pénales, s’il n’était protégé pour encore 5 ans encore par son immunité présidentielle, avant qu’il ne rejoigne la direction d’un « machin » mondialiste, ou quelque paradis fiscal pour une retraite dorée préparée par ses amis. Crimes dont il n’aura jamais à rendre compte devant les juges puisque toutes ces juridictions sont largement corrompues par les mêmes qui l’ont hissé au pouvoir.

Mais bien que cette accumulation de forfaitures, de parjures, de trahisons, de mensonges et de crimes commis froidement donne à glacer le sang, aucune mention n’en a été faite durant toute cette campagne émasculée et de pure principe. Ni Alstom, ni la SNCF, EDF, Aéroport de Paris, ni la réforme des retraites pilotée au sein même du conseil des ministres par les agents de son ami Larry Fink (CEO de BlackRock), ni la crise des Gilets jaunes, avec ses morts, ses bras arrachés, ses yeux éborgnés, ses grands-mères, infirmières, avocats et pompiers massacrés à 20 contre un au sol par la nouvelle milice, ni les faux Black Blocs infiltrés dans les manifs pour décrédibiliser les manifestations… Ni l’interdiction faite aux médecins de soigner, ni les milliers de morts sacrifiés pour du chiffre, ni les 3.000 vieux euthanasiés dans les EHPAD ou à leur domicile grâce aux décrets Véran invitant le corps médical à les expédier ad patrem à coup de Rivotril, ni les masques inutiles et les traumatismes infligés à toute une génération d’enfants dans les écoles contre l’avis de leurs parents déchus de leurs droits, avec des conséquences dramatiques sur leur santé et leur psychisme, ni les milliers de jeunes enfants, d’adolescents ou d’étudiants qui se sont suicidés durant les confinements, ni le million de chômeurs supplémentaires mis sur la paille en 2020, ni les salariés et fonctionnaires qui ont perdu leur emploi sans indemnité parce qu’ils ont refusé d’être transformés en cobayes et de mettre leur vie en danger, ni les milliers de PME, d’artisans, d’autoentrepreneurs, d’indépendants condamnés à disparaître pour satisfaire les objectifs de concentration sectorielle du Great Reset, ni le pass vaccinal qui n’a rien de « sanitaire » car sans aucune efficacité prophylactique, une mesure aussi discriminatoire que totalitaire, prémisse à l’instauration d’une société du contrôle numérique absolu, ni les enfants et bientôt les nourrissons condamnés à recevoir leurs doses régulières, sachant que les plus jeunes payent le plus lourd tribu en terme de décès à ces campagnes génocidaires financées par la fondation criminelle de l’eugéniste revendiqué Bill Gates…  

Sans même évoquer ces réalités aussi sordides qu’incroyables, à tel point que beaucoup d’imbéciles moutonnisés par BFM-France 2 les considèrent encore deux ans après en bêlant comme des « théories complotistes », la France des cons, qui croit avoir échappé à la Peste brune après avoir survécu à « la plus grande épidémie qu’ait connue le monde depuis un siècle » (sic, sans sourciller et 3 reprises lors du Grand débat, alors que les chiffres réels l’assimilent à une banale grippe saisonnière avec quelques rares formes graves…), est aujourd’hui la proie consentante des deux seuls vrais fascismes qui auront définitivement raison de la France d’ici quelques années. Le fascisme maastrichtien et mondialiste, transhumaniste et eugéniste, déployé par le Forum Economique Mondial et autres sectes dont Macron est le disciple le plus zélé. Et le spectre vert-noir de l’extrême droite islamiste, qui compte en France deux fidèles alliés comme on l’a vérifié durant cette campagne avec l’instrumentalisation du votre musulman par LFI et Macron : l’islamogauchisme, incarné par le grand mufti Mélenchon, allié objectif et totalement assumé des Frères musulmans de l’ex UOIF et du CCIF, et ses affidés, avatars et rivaux de l’extrême gauche (alliée depuis les années 1980 de l’islamisme djihadiste et révolutionnaire comme substitut au Grand soir anticapitaliste), plus les égarés à l’éthique malléable : Verts, PC, PS et autres reliefs de feu la gauche.

Le deuxième allié objectif (et le premier historiquement), plus discret, plus hypocrite, plus machiavélique, est bien entendu la vieille oligarchie anglo-américaine néoconservatrice ou progressiste. Ce « Grand Satan » capitaliste, dont les stratèges et services secrets ont abondamment nourri, financé, formé, armé et équipé les cadres du terrorisme islamiste sunnite, des moudjahidines en Afghanistan (et même avant pour contingenter l’expansionnisme soviétique) à Daesh en Syrie, en passant par Al Qaeda. Et ce à des fins stratégiques diverses, directement ou indirectement par Saoudiens interposés.

Après Sarkozy l’Américain, quasi agent de la CIA et du lobby pétrolier texan, Macron est évidemment l’héritier de cette alliance contre-nature, du moins pour la frange dite « progressiste » de l’Etat profond contrôlée par la haute finance. Et le fer de lance en Europe, délégué par son grand-maître Klaus Schwab, du changement de paradigme baptisé Great Reset. Un changement radical de système et de société l’échelle mondiale, dont la stratégie passe par l’abandon définitif des souverainetés nationales et l’arrimage définitif des pays comme la France à la plus grande arme de destruction massive américaine vis-à-vis des Etats-nations européens : L’Union Européenne et la Banque Centrale Européenne. Lesquelles marqueront d’ici quelques mois une étape décisive dans la normalisation et la vassalisation complète des Etats comme des individus de notre continent, avec l’introduction de l’identité numérique européenne pour tous, et le lancement de l’euro numérique par la BCE. C’est à dire la dématérialisation progressive et totale des monnaies et des flux financiers. Un pas de géant vers la future monnaie unique numérique programmée pour d’ici quelques années (un concept de l’élite bancaire qui remonte au 18siècle) , et qui sera la clé de voûte d’un nouveau système de contrôle absolu des économies, des Etats appelés à laisser la place à des régions administratives contrôlées par un gouvernement mondial, et des individus totalement sous contrôle des AI, grâce aux nouveaux outils informatiques, robotiques, télématiques, des nanotechnologies et neurosciences à visée transhumaniste. Dont les nouveaux « vaccins » sont un maillon fort.

Macron n’est donc pas seulement un faux Président, un criminel notoire comparable aux pires criminels de l’Histoire, il a aussi sciemment accepté de vendre son pays, son peuple, sa souveraineté, son indépendance, ses libertés, sa culture, ses richesses sur l’autel du Nouvel Ordre Mondial. Cette dimension sacrificielle est d’ailleurs très prisée dans les hautes sphères, avec une dimension symbolique et spirituelle qui en surprendraient plus d’un. Il suffit de voir l’accoutrement favori de Klaus Schwab, plus proche d’un gourou de l’Ordre du Temple solaire que d’un ingénieur ou d’un chef d’Etat, pour comprendre que cet homme de nationalité suisse, fils d’un industriel nazi, n’est pas que le maître des maîtres du monde, avec son armée de Global Leaders, ces petits scouts aux ordres dont Macron, Justin Trudeau, Boris Johnson, Christine Lagarde, Tadros Gebreyesus (Président de l’OMS), mais aussi Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand sont les fantassins zélés, hommes de paille aux commandes d’Etats ou d’organisations mondiales pour le compte de la Secte. C’est aussi un mentor et un gourou qui maintient ses troupes en ordre avec une emprise de type sectaire.

Si la loi et la Justice passaient, et si nous étions aux Etats-Unis, Macron aurait déjà fini sur la chaise électrique. Ce pays a déjà assassiné des Présidents en exercice pour moins que ça. Mais seuls les bons finissent ainsi tragiquement ; les salauds, eux, s’en sortent toujours. Ainsi va le monde… A moins qu’une majorité de consciences éveillées n’en décident autrement. Et choisissent de ne plus rentrer dans ce jeu de dupes.

Car aussi étonnant que cela puisse paraître, et ce sera tout l’enjeu du nouveau quinquennat qui s’ouvre, aussi fictif soit-il car il y a bien longtemps que nous nous sommes plus en démocratie sinon selon les apparences, défaire cette mécanique implacable qui nous mène tout droit vers la pire dystopie que le monde et l’humanité aient jamais connue n’est pas chose impossible. Il suffit de dire NON.

Ceux qui se croient les maîtres du monde et sont résolus à nous asservir totalement, à nous transformer au mieux en vaches à lait pour nous vendre leurs merdes et nous faire crever à petit feux, au pire en esclaves, en marchandises, en pièces détachées pour rafistoler les immortels, en inutiles, en mauvaise graisse ou en déchets à éliminer, ne nous tiennent que par la PEUR. Ils vivent eux-mêmes dans la peur la plus psychopathique de perdre ce qu’ils croient avoir : argent, pouvoir. Et ce pouvoir n’existe que parce que nous consentons à leur obéir.

La Boétie, un jeune-homme de 16 ans né il y a presque 500 ans, avait déjà parfaitement exposé ces mécanismes qui unissent les maîtres à leurs esclaves ou à leurs serfs, maintenus dans une servitude volontaire[ii].

Il suffit de dire non. Mais nous préférons souvent bien plus les avantages et le confort de l’abdication, de l’obéissance, de l’insouciance, de la passivité, du suivisme, du conformisme que nous donne gratis cette société individualiste, matérialiste et hédoniste, où il n’est même plus besoin de penser puisque toutes les causes sont déjà livrées sur catalogue. Il suffit de cliquer pour celle qui nous convient le mieux parmi un éventail merchandisé par d’autres. Et de faire semblant de s’acheter une bonne conscience. Ou d’aller voter comme BFM, BHL ou le dernier candidat à l’Eurovision nous dit de voter. En traitant d’horribles « fascistes », de « racistes », de « complotistes », de « mauvais citoyens », de « criminels » tous ceux qui ne marchent pas droit, qui refusent de se faire tatouer comme du bétail, qui osent réfléchir et contredire ce que nous disent les sachants, les puissants, la télé-poubelle, ou telle starlette du show biz qui récite comme une dinde son catéchisme woke.

Alors allons enfants !… Aux armes intellectuelles, citoyens ! Aux armes spirituelles ! Plutôt qu’aux armes tout court. Car en cas de troisième tour dans la rue à la rentrée ou d’insurrection pourtant légitime (puisque l’insurrection quand elle est justifiée, loin d’être un crime, est un devoir et un principe oublié fondateur de notre démocratie : le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs[iii]), l’issue serait catastrophique et justifierait une répression plus musclée qui hâterait le basculement vers le but attendu : une dictature planétaire implacable.

Alors de grâce, boycottez les monologues interminables du grand manipulateur pervers narcissique Macron. Eteignez votre télé. Méditez. Réfléchissez. Aérez-vous les méninges. Et allez à la rencontre de vos concitoyens. De visu plutôt que sur le Metaverse des transhumanistes qui vous isolent avec leur monde en toc et en paillettes.

Et branchez-vous sur les bonnes fréquences du seul monde qui vaille, le monde qui vient, le vrai, le seul, notre avenir à tous, ce futé lumineux[iv] déjà là qui nous aspire à lui. Et qui est l’antipode du vieux monde d’aliénations, de souffrances et de mensonges des césars du Néant.


[i] Jour de démence que ce jour-là !

[ii] Etienne de La Boétie : Discours de la servitude volontaire, 1574

[iii] Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. (Art. 38 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et de la Constitution de 1793)

[iv] Cf. Philippe Guillemant : Le grand virage de l’humanité. Trédaniel, 2021

Peste ou choléra : on va laisser notre peau dans les deux cas

Qu’il s’agisse de Macron ou de Le Pen à la tête de l’Etat français la France va s’enfoncer dans la crise et le peuple va souffrir jusqu’à ce que celle-ci devienne insupportable. Personnellement je suis convaincu que le mois de mai sera torride. Qu’il s’agisse de la peste ou du choléra le troisième tour, entendez les élections législatives, pourrait réserver quelques surprises rendant l’Etat ingouvernable sinon par décret. Macron en est un habitué et on appelle ça une dictature. Et comme la France n’est plus une démocratie puisque le pouvoir judiciaire n’est plus indépendant comme c’est toujours le cas en Espagne, l’un des rares pays européens où le gouvernement a essuyé un veto de la Cour constitutionnelle au sujet du pass vaccinal. La situation est donc critique. Entre un Macron qui refuse d’admettre qu’il est incompétent et une Le Pen qui sait qu’elle est incompétente il n’y a pas lieu de se réjouir.

Donc la France, maintenant classée 24e pays dans le monde par le volume de son économie, n’est plus qu’un petit pays aux yeux du reste du monde et elle s’achemine vers une crise profonde qui ne pourra que très mal se terminer et, je le répète, le mois de mai prochain sera torride. La descente vers l’enfer que le peuple endurera va s’accélérer mais il y a pire. Le déclassement de la diplomatie française au profit de l’Elysée a pris une tournure inquiétante avec la décision par décret et dans l’entre-deux tours des élections de la suppression du corps des diplomates. Le Quai d’Orsay va devenir une coquille vide. Le deuxième réseau diplomatique du monde va ainsi disparaître. La diplomatie sera l’affaire de l’Elysée et quand on se souvient de la totale incurie du Président à activer les accords de Minsk-2 en co-responsabilité avec Madame Merkel puis son successeur on ne peut s’empêcher d’accuser la France et l’Allemagne d’avoir contribué à l’intervention de la Russie dans le Donbass pour sauver des vies humaines perpétuellement sous le feu des bataillons nazis du gouvernement de Kiev.

Il est vrai qu’il aurait fallu être un fin diplomate pour amener à la table des négociations le président ukrainien notoirement adepte de drogues dures qui ne connait qu’une chose détourner les aides occidentales et revendre les armes venues de tous les pays européens à des trafiquants internationaux, l’Ukraine étant la plaque tournante de tous les trafics. La France s’est ridiculisée alors qu’elle avait encore quelque pouvoir pour éviter l’opération spéciale russe. L’Allemagne ne veut pas déplaire à son protecteur depuis 75 ans, elle a accepté de laisser non fonctionnel le gazoduc Nord-Stream-2 au péril de la totalité de son économie. Ces deux pays sont des fauteurs de guerre et avec la mentalité totalitaire de Macron qui veut tout diriger la situation ne pourra que se dégrader. Quoiqu’il arrive je suis très pessimiste pour mon pays natal et surtout pour mes enfants et petits-enfants. Vu du Japon ce pessimisme est exacerbé.

Aux dernières nouvelles 50 officiers français seraient pris comme des rats dans les souterrains de l’usine Azovstal de Marioupol en Ukraine. Je ne savais pas que la France était en guerre contre la Russie (source : Ministère des Affaires étrangères de Turquie).

Brèves réflexions sur l’âge de départ à la retraite en France

C’est un débat stérile qui agite les prétendants au trône de président alors que les Français manifestent dans la rue pour défendre la retraite par répartition imaginée par le Comité National de la Résistance en 1945. Considérons que l’âge légal de départ à la retraite est à l’heure actuelle, je crois, de 62 ans en France. Or la population vieillit et il n’y aura un jour prochain pas suffisamment d’actifs pour maintenir ce système par répartition. Je m’excuse à nouveau de constater que les politiciens français refusent d’observer quels sont les systèmes de retraite dans les autres pays. Encore une fois je prendrai le système japonais. Comme beaucoup d’autres pays qui ont choisi un système de retraite par capitalisation les travailleurs japonais disposent d’une retraite directement liée au montant du capital qu’ils ont constitué au cours de leur vie professionnelle. Il faut ajouter qu’au Japon il n’y a pas d’âge légal de départ à la retraite. Les artisans et les petits entrepreneurs qui ont choisi pour diverses raisons de limiter le montant de leurs cotisations de capitalisation de leur retraite sont condamnés à continuer à travailler parfois jusqu’à 90 ans ! Un grand nombre de vieux Japonais sont ainsi condamnés à travailler au delà de 70 ans car leur prévention personnelle de retraite par capitalisation n’a pas été envisagée prudemment.

Il existe un immense avantage du système de capitalisation de la retraite au Japon qui bénéficie directement à l’économie du Japon. Je m’explique. Cette capitalisation des retraites des Japonais est très supérieure au PIB de la France. On dit que le montant des fonds de pensions japonais égalent les PIBs réunis de la France et de l’Allemagne. Ce gigantesque montant de capitaux est investi dans une multitude d’entreprises étrangères rentables (sinon rien), sur les places boursières et dans les émissions de dettes souveraines. La dette domestique du Japon est détenue par ces fonds de pension à hauteur de 90 % du montant total de cette dette. Ce mécanisme auquel tous les Japonais salariés au cours de leur carrière ou simples entrepreneurs à leur nom ont contribué par leurs cotisations pour capitaliser leur retraite les rend solidaires de la dette de leur pays. C’est leur pays et ils protègent celui-ci quitte à éventuellement faire des sacrifices.

Le système par répartition français imaginé par les communistes à l’issue de la seconde guerre mondiale ne peut pas fonctionner sainement et d’une manière rentable car les capitaux issus des cotisations sociales des salariés ne servent qu’à payer les retraites des actifs ayant quitté le marché du travail. Les lois françaises imposant une retraite à 60 ans ont créé un déséquilibre maintenant impossible à rattraper car les fonctionnaires en charge de l’Etat n’ont pas compris que la population vieillissait et que de surcroit l’espérance de vie augmentait. En conséquence le déficit du régime de retraite des employés de l’Etat a atteint des montants stratosphériques qui n’entrent pas dans le calcul du montant de la dette de l’Etat puisqu’il s’agit, selon le célèbre Juppé, de « hors-bilan ». Compte tenu de l’état des finances de la France ce poste « hors-bilan » est sensiblement égal aux deux tiers du PIB de l’Etat, rien que la retraite des employés de l’Etat qui n’est pas provisionnée !

Pour illustrer mon propos je voudrais relater ici mon expérience personnelle. J’ai été intégré au corps des chercheurs du CNRS peu de semaines avant la soutenance de ma première thèse de doctorat et en tant que contractuel de l’Etat j’ai été sollicité pour cotiser volontairement à la constitution de ma retraite complémentaire qui viendrai en sus de ma retraite « par répartition » le jour où je déciderai de cesser mon activité professionnelle. Au tout début de ma carrière je gagnais l’équivalent de 1000 euros par mois et le montant de la cotisation pour ma retraite complémentaire en tant qu’agent contractuel de l’Etat représentait l’équivalent de 85 euros par mois outre les prélèvements pour la protection sociale et la retraite par répartition. Les années passant et mon salaire augmentant, toutes ces charges ont augmenté proportionnellement au montant de mon salaire.

Aujourd’hui, au crépuscule de ma vie, alors que je ne coûte rien au système de protection sanitaire français depuis plus de 20 ans et que le montant de la retraite par répartition que je perçois ne représente même pas le montant du fameux « RSA », pourquoi alors ne pas avoir opté pour 100 % de retraite par capitalisation dès le début de ma carrière professionnelle ? Certes ma retraite complémentaire (donc constituée par capitalisation volontaire) est gérée par la Caisse des Dépôts et Consignations, un organisme de l’Etat en qui on peut encore faire confiance, mais si j’avais opté, illégalement, de ne constituer qu’une retraite par capitalisation dès le début de ma carrière, si cela avait été possible , je vivrais aujourd’hui beaucoup plus aisément. Or le système français est constitué d’une manière telle qu’il est impossible de faire ce choix. Dans le cas contraire on est hors la loi. Tout ce qu’a avancé le gouvernement français au sujet de cette réforme des retraites est stupide. Les points, les trimestres et autres inventions ressemblent à de la musique pour attirer les lemmings au sommet de la falaise.

Il faut tout simplement dire aux Français qu’il ont le droit de travailler jusqu’au jour où ils en auront assez et qu’ils prennent, surtout, leur sort entre leurs mains, ce qui signifie que l’Etat, à terme, ne sera plus l’ « Etat providence ».