Pass sanitaire, cas contact et autres fadaises : ça va mal se terminer pour le Président Macron

Le gouvernement français fait très fort dans la démagogie afin de faire plier les citoyens en leur ôtant, petite touche après petite touche, les quelques libertés qui leur restent. Nous sommes tous en droit de se poser quelques questions à propos des dispositions prises par le gouvernement français relatives à ce pass sanitaire qui ressemble à s’y méprendre au carnet de civisme chinois. La République française est sur le point de mourir, c’est aussi simple que cela.

Je ne mentionnerai pas les zones de non-droit – il y en a 200 en France – mais de la disparition des voix des représentants élus par le peuple à qui le pouvoir a ôté tout possibilité de contrôle législatif et le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel sont à la botte du pouvoir, du jamais vu en France. La loi relative au pass sanitaire est le point culminant de la volonté du gouvernement français d’asservir l’ensemble de la population. C’est une loi inique, contraire aux principes fondamentaux de la Constitution.

Une pensée m’a traversé l’esprit, comme on a coutume de le dire. Pourquoi le Président de la République a pris une telle décision ? Je pense pour ma part qu’il en a reçu l’ordre (ou le conseil appuyé) directement de Klaus Schwab ou bien du lobby pharmaceutique qui veut encore et toujours réaliser des profits, ou des deux sources citées, le pass sanitaire correspondant parfaitement aux projets de nouvel ordre mondial du Forum de Davos (Agenda ID2020). Faites le calcul : en vaccinant toute la population y compris les enfants en bas âge cela représente 60x2x65 millions d’euros, c’est-à-dire 7,8 milliards d’euros au minimum pour seulement la France alors que l’hydroxychloroquine et l’ivermectine sont toujours interdits en France et dans la plupart des pays européens. Emmanuel Macron se moque de constater que le déficit de la sécurité sociale française a atteint plus de 225 milliards d’euros à la fin de l’année 2020. Il est impensable que le Ministre des finances avoue la vérité aux Français. Et Macron a déjà constitué une petite fortune personnelle avec les pots-de-vin dont il a bénéficié par le passé. Il ne faut pas me faire croire qu’il n’a pas été remercié pour la vente d’Alstom-Energie à General Electric alors qu’il était déjà aux manettes du Ministère des finances puis celle de Latecoere ou encore d’Alcatel division câbles sous-marins, leader mondial de la fibre optique sous-marine devenu scandinave. C’est de la trahison, de la haute trahison …

Ne soyons pas impatients, Macron ne se représentera pas à sa propre succession. Il sait que la CIA a constitué un volumineux dossier à son sujet dans lequel figurent par exemple le fait qu’il ait proposé à l’Allemagne de partager sa force de dissuasion nucléaire et également de partager son siège au Conseil de sécurité de l’ONU, ce qui a profondément déplu à la classe dirigeante américaine, qu’elle soit républicaine ou démocrate. On n’agit pas contre les intérêts des USA. La vente d’Alcatel à Nokia n’a pas du tout été accueillie avec enthousiasme par les autorités américaines. Et puis enfin une dernière raison alimentant l’énervement des Etats-Unis réside dans le fait que les deux EPR vendus à la Chine, 30 % du consortium restant entre les mains d’EDF, ont rendus furieux les Américains car toute la technologie a été transférée en bloc à CGN … et les ingénieurs chinois n’ont pas perdu leur temps : les turbines Arabelle seront dorénavant copiées par les ingénieurs chinois hautement qualifiés, et il y en a des centaines de milliers dans ce pays.

Les mois à venir seront ponctués de rebondissements inattendus. Macron a certainement été prévenu, il devra adopter un profil bas. Brigitte n’a pas vraiment apprécié d’être exclue de son escapade polynésienne. Elle est certainement très meurtrie par le sort qui est réservé à son amie de toujours, Mimi Marchand, qui l’a aidée à promouvoir son poulain d’époux, un peu comme Bernadette le fit avec Jacques en son temps. Chirac est mort, plaise aux dieux d’accueillir son âme (s’il en avait une) mais en ce qui concerne Macron la situation est critique : il va devoir rendre des comptes à la Nation, aux Français qui en ont assez aujourd’hui de ses rocambolesques et imprévisibles décisions.

Brève. Quatre-vingt années plus tard …

Dans quelques semaines il y aura deux sortes de citoyens en France, ceux qui auront coûté une soixantaine d’euros par injection à la sécurité sociale (il en faut deux voire bientôt trois, faites le calcul) en se faisant polluer par un morceau d’ARN messager supposé protéger les cobayes humains d’une infection virale, cobayes transformés en organismes génétiquement modifiés. Pourquoi Greenpeace ne s’est pas insurgé contre cette pratique alors que cette organisation a dénoncé la dangerosité des plantes transgéniques pendant des années. Si ce ne sont pas des épinards mais des êtres humains Greenpeace trouve cela normal. C’est renversant ! On assistera donc bientôt à une sorte ségrégation des citoyens comme ce fut le cas en Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid. Serons-nous obligés d’avoir une petite estampille jaune représentant le coronavirus sur le revers gauche de notre veste ?

Emmanuel Macron vient de se vêtir de l’uniforme du Maréchal Pétain, l’homme qui institua une ségrégation entre les citoyens français dans le pays qui écrivit pourtant la déclaration des droits de l’homme. Quand la police, curieusement exemptée de ces mesures bafouant les libertés fondamentales des citoyens, charge des manifestants protestant contre les mesures prises par le gouvernement français on peut se demander si ces chevaliers couverts d’armures en matériau composite n’ont aucune espèce de conscience de ce qui se passe dans leur propre pays ou alors ils ont subi un véritable lavage de cerveau sur ordre du ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure « quoiqu’il en coute ». Les Français comme votre serviteur qui refusent d’être transformés en organismes génétiquement modifiés vont bientôt être traités comme les Juifs sous le régime totalitaire qu’acquiesça Pétain en 1940.

C’est très grave ! Les sbires de ce nouveau Pétain sont Karine Lacombe, Laurent Alexandre, Delfressy, ce freluquet de Véran qui ne sait pas de quoi il parle et cet obséquieux d’Attal nommé « politicien d’avenir » par le Club de Davos …, et, bien que les moyens audio-visuels modernes n’existaient pas en 1940 la propagande du régime de Vichy était tout aussi efficace que celle de TF1, A2, BFM, Le Monde, le Quotidien et une multitude d’autres canaux d’information (tous subventionnés par les contribuables) qui répètent la même chanson tous les jours et celle-ci se décrypte ainsi : il faut enrichir les labos pharmaceutiques, quoiqu’il en coûte pour votre santé, car ils ont acheté tous les pantins, y compris Macron, qui oeuvrent pour cet enrichissement qui a piétiné toutes les directives de l’éthique médicale la plus élémentaire ainsi que la Constitution elle-même. L’heure est grave, le totalitarisme est à notre porte et si personne ne réagit car il nourrit une angoisse injustifiée concernant sa propre santé alors l’avenir de la France est vraiment compromis. Des heures encore plus sombres que celles du régime de Vichy sont à notre porte. Je voudrais ajouter pour me soulager de ma très mauvaise humeur qu’en 1940 si on était juif on était un ennemi du peuple, aujourd’hui en 2021 si on n’est pas vacciné on est un ennemi du peuple. Ce parallélisme idéologique parfait est très inquiétant et montre à quel point Emmanuel Macron est devenu en réalité mégalomane.

Brève. La réforme des retraites en France

C’est l’insouciance de l’été et le gouvernement français a choisi cette période de l’année pour remettre à l’ordre du jour la réforme des retraites. Le coronavirus n’a pas tué suffisamment de « vieux » alors il faudra faire passer cette réforme au forceps. Une chose est certaine : dans un futur proche le montant des retraites actuellement versées aux rentiers dont je fais partie va diminuer comme cela a eu lieu en Grèce il y a dix ans. Les vieux sont trop arthritiques pour aller courir dans les rues en manifestant leur désaccord.

L’autre approche que pourrait proposer le gouvernement français est de laisser le libre choix aux salariés actuels qui cotisent pour les retraités du moment, le choix de partir à la retraite quand ils le veulent. Si un actif décide de cesser de travail avant l’âge légal de la retraite, je crois me souvenir que cet âge est de 62,5 ans, il sera pénalisé et s’il décide de continuer à travailler jusqu’à 70 ans il sera récompensé par une retraite sur-valorisée. L’économie en sera fortifiée car tous ces seniors possèdent un savoir-faire irremplaçable qui pourra être mis à profit par les entreprises et transmis aux générations accédant au marché du travail. Encore une fois le gouvernement français ne s’inspire pas des choix faits par divers pays étrangers. Le Japon constitue un exemple presque caricatural : par manque de main-d’oeuvre les « vieux » sont toujours actifs. Il en est de même aux Etats-Unis au moins dans les universités, pays dans lequel les directeurs de laboratoires ne peuvent plus exercer leur métier après 75 ans, c’est la limite d’âge ! En voulant imposer une retraite par points le gouvernement français a choisi la mauvaise voie. Il faut laisser aux Français le choix de travailler aussi longtemps qu’ils le désireront sans changer le système actuel par répartition.

Petite analyse de la politique française (suite)

Que devra faire cet homme nouveau, hors des partis politiques tels qu’on les connaît, que personne ne connait encore ? Mettre immédiatement en place un audit en profondeur des finances de l’Etat français qu’il s’agisse des recettes mais aussi et surtout des dépenses. La Cour des Comptes réalise un travail remarquable en ce sens mais tous ses rapports sont ignorés par les gouvernements. Il faudra que ça change. Cette nouvelle personnalité devra réformer le système électoral en rendant immédiatement le vote obligatoire comme c’est le cas chez nos voisins belges et soumettre au suffrage populaire le retour à la première version de la constitution de la Ve république qui a été dévoyée au cours du temps avec un retour au septennat non renouvelable car être trop longtemps au pouvoir est un facteur d’affaiblissement de ce pouvoir. Puis il devra s’atteler à l’immense tache de simplification de l’organisation administrative de la nation, l’inflation législative étant un cancer qui ronge l’économie de la France. Confier les manettes du pouvoir à une personnalité politique, qu’il s’agisse d’un président de région réélu avec à peine 15 % des suffrages des électeurs inscrits ou reconduire un président qui a accumulé les errements avec son « en même temps », symbole de son indécision fondamentale, et ses coups d’éclats médiatiques, me paraît désolant et je n’y adhère pas comme probablement une majorité de Français.

Alors qui ? Zemmour est trop systématiquement xénophobe. J’aime bien ce journaliste qui possède un brio invraisemblable pour aborder n’importe quel sujet avec un discernement qui devrait rendre jaloux Macron, fondamentalement ignorant, mais sa xénophobie est, et j’en suis convaincu, mal perçue par une grande majorité de Français. Bayrou, c’est un farceur qui change de costume chaque fois qu’il entre en scène et il a mal vieilli. Mélanchon : on ne va pas tout de même agréer qu’il transforme la France en République cubaine socialiste marxiste, encore qu’il plait à toute une frange d’écologistes hébétés qui n’ont toujours rien compris ni à l’économie ni à la politique, ni au climat, ni à l’environnement. Et Ruffin n’a pas d’avenir, il devrait cultiver des pommes de terre.

Alors qui ? J’avoue que je n’ai aucun élément de réponse et que je ne veux pas me risquer à un diagnostic bancal, je ne m’appelle pas Emmanuel Todd, alors je laisse à mes lecteurs le soin de réfléchir à ce problème de vide virtuel du milieu politique français.

Il reste deux inconnues susceptibles de changer la donne. D’abord une grave crise financière mondiale qui n’épargnera aucun pays, la Russie étant le seul épargné mais subissant le contre-coup de la désolation économique et sociale que subiront les pays occidentaux. Le système financier global a atteint des limites au delà desquelles il n’est plus possible de le gérer. L’effondrement de ce système adossé sur de l’argent créé à partir de rien est prévisible. L’étincelle qui allumera la bombe financière peut être issue de la faillite d’une banque suffisamment importante pour être systémique, laquelle ? Pour l’instant personne n’en sait rien. Le raz-de-marée destructeur de l’effondrement du système financier occidental balayera des entreprises comme Google, Facebook et Tesla et leur chute entrainera tous les indices boursiers de toutes les places financières vers l’insignifiance. La crise de 2008 paraîtra une promenade de santé. L’autre inconnue pour ce qui concerne la France pourrait être l’éclatement de l’équilibre précaire de la sécurité des grandes villes. Une guerre civile est à redouter. Comme pour le système financier une telle situation sera la conséquence d’un simple fait divers comme il y en a chaque jour en France plusieurs, soigneusement ignorés par la presse main-stream. Dans une situation de catastrophe alors la France n’aura pas d’autre choix, comme en 1958, que de faire appel à une personnalité indépendante du pouvoir politique mais respectée par les Français. Personne ne connait cette personne ni si elle existe. De toutes les façons, comme le répète inlassablement H16 sur son blog « ce pays est foutu »… à moins que.

Petite analyse de la politique française

Nous sommes aujourd’hui à moins d’un an de la seule élection qui intéresse les électeurs français, celle de la désignation du président de la République. À moins de l’arrivée d’un OVNI descendu de sa soucoupe volante qui ne soit pas l’un de ces politiciens dont l’attitude combinarde est lassante, on assistera peut-être à la même mascarade qu’en 2017. Cette mascarade version 2021 a commencé après les élections régionales et départementales qui ont confirmé la désaffection des Français pour la politique et ses acteurs : tous pourris donc je ne vote pas ! De Gaulle a été installé à l’Elysée sans que cela ne soit pour lui une occasion de s’enrichir. Il a toujours été très scrupuleux à ce sujet et encore aujourd’hui il représente un modèle qu’aucun politicien n’a été capable d’imiter. Ce qui dégoute les Français réside dans le fait que le métier de politicien semble n’exister que pour que les gagnants d’un scrutin s’en mettent plein les poches et je ne parlerai même pas ici de la corruption qui, une fois élus, finit de décrédibiliser ces pantins de la Commission de Bruxelles, de la BCE et de l’OTAN. Par conséquent tous les candidats au trône de président présentent un programme politique, social et économique qu’ils ne peuvent pas respecter puisqu’ils sont soumis à Bruxelles et ils le savent, donc ils mentent aux électeurs et ils en sont conscients.

Un homme nouveau bouleversant le fonctionnement sclérosé et corrompu du système politique français existe-t-il ? Un homme nouveau qui, comme De Gaulle, n’a pas besoin de se remplir les poches mais veut oeuvrer pour la France et le peuple français existe-t-il ? Je n’ai pas l’intention de dévoiler ici mes propres analyses mais cet homme existe. Ce ne sera certainement pas Marine Le Pen qui serait bien avisée de prendre sa retraite car la principale raison de la désaffection des électeurs à l’encontre de son parti et de son image est son renoncement à ses engagements qui étaient en un mot de quitter la zone euro et Bruxelles pour redonner sa souveraineté à la France. C’est aussi simple que cela et pourtant les analystes politiques n’ont pas bien compris le fond du problème du RN. Le système monétaire européen a été imposé par les Américains pour favoriser les économies des pays gravitant autour du poids lourd économique qu’est devenue l’Allemagne grâce au marché américain. Lorsque je vivais en Californie à la fin des années 1970 le « must » était de posséder une Porsche, une « buggy », comprenez une Volkswagen, ou une BMW qui étaient de meilleure qualité que les voitures de GM ou Chrysler. Les Américains ont en grande partie financé cet essor de l’industrie automobile allemande en aidant les revendeurs car il y eut les deux crises du pétrole et ces voitures allemandes consommaient beaucoup moins de « petrol » que les voitures américaines aux énormes moteurs. Pour vous donner une idée, lorsque j’étais en Californie j’avais acheté une Ford Maverick d’occasion à un étudiant anglais qui quittait UCLA. Le moteur, pour une petite voiture à deux portes selon les normes de l’époque, était un 6 cylindres en ligne de 3,8 litres de cylindrées, inutile de mentionner la quantité invraisemblable de « gasoline » qu’il fallait mettre dans le réservoir.

Les autres secteurs industriels allemands ont suivi l’engouement pour les automobiles allemandes et la réunification des deux Allemagnes a accéléré le processus de domination économique de ce pays sur l’ensemble de l’Europe. Suite dans le prochain billet.

Réflexions sur la politique française

Après ces élections départementales et régionales en France, en tant que spectateur puisque je n’habite plus dans mon pays natal, je voudrais faire quelques remarques certainement pas très pertinentes puisque je suis de très loin ce qui se passe en France. La première remarque est évidente : les électeurs français sont désabusés par la tournure du fonctionnement de la politique française. Ils ne croient plus en la démocratie et pour cause, le pouvoir a mis la main sur la justice, le Parlement s’est vu privé de tout pouvoir législatif et le peuple n’est plus représenté. Enfin le pouvoir est un théâtre de marionnettes manipulées par Bruxelles et Francfort. L’électorat a perdu confiance. Alors pourquoi voter puisque l’élite politique au pouvoir considère que le peuple n’a qu’à se taire et payer ses impôts en silence. C’est tout.

Le monde politique n’a pas l’air d’avoir pris conscience que l’orage est en préparation dans les « classes populaires » méprisées par les ministres et les secrétaires d’Etat ou encore les Préfets qui ne représentent plus qu’un pouvoir de pacotille à bout de souffle et qui n’a plus aucune ligne de conduite clairement identifiable. Je n’ai pas vraiment d’opinion politique, en d’autres temps j’aurais été gaulliste et j’aurais voté oui au référendum sur la participation, le grand projet de De Gaulle, visionnaire, qui aurait donné une toute autre tournure au tissu industriel de la France. De Gaulle avait quitté le commandement de l’OTAN et prié les GI américains de bien vouloir quitter le territoire français. Les projets d’union européenne lui semblaient mal ficelés et il avait raison.

Aujourd’hui la France souffre de son appartenance à l’Union européenne, elle n’est plus maîtresse de sa monnaie ni de ses lois, c’est beaucoup trop. Le pouvoir central s’est privé de son pouvoir au profit de la Commission européenne et de la BCE. C’est à mon humble avis l’une des raisons de la désaffectation des électeurs pour les scrutins : ça ne sert plus à rien. Enfin, les nostalgiques de la souveraineté de la France (dont je fais encore partie) défendue par le Front National il y a encore quelques années ont été déçus par le revirement du leader de ce mouvement qui s’est ralliée aux « Européistes ». À mon avis toujours aussi insignifiant la déroute du parti souverainiste qui n’a plus rien de souverainiste maintenant s’explique par ce revirement de tendance politique.

J’avoue que je suis déçu par le monde politique français, déçu par l’avancée insidieuse du « gauchisme plus ou moins vert » qui envahit toutes les sphères du pouvoir. À moins d’un événement tout aussi imprévisible que la chute d’une météorite l’avenir de la France est compromis et ce pays ne s’en relèvera pas.

Brève. « Covid-long » : des effets insoupçonnés en France et ailleurs

« En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal » (Machiavel)

Pêle-mêle, une énumération à la Prévert des effets du « covid-long », sans ordre logique pouvant être calqué sur l’évolution de la maladie :

Libertés individuelles piétinées, liberté de prescrire par les médecins restreinte, principe de précaution ignoré, liberté d’expression mise en danger, démocratie muselée : les représentants du peuple réduits à une chambre d’enregistrement, censures par les GAFAM sur ordre des gouvernements, désaffection pour les devoirs civiques, entrave aux libertés de culte religieux, entrave à la liberté de se rassembler, entrave à la liberté de manifester en public, entrave à la bonne marche de l’enseignement depuis le collège jusqu’à l’université, retour à des pratiques moyenâgeuses sans discernement (confinement), disparition de la liberté individuelle au profit de l’intérêt du groupe (cf. Note), obéissance du peuple et retour de la délation comme lors de l’occupation du pays par l’Allemagne nazie, corruption à tous les niveaux : depuis l’OMS, l’Agence européenne de santé, l’Agence française du médicament, l’Ordre des médecins, le conseil gouvernemental de santé jusqu’aux pseudo-médecins de plateaux télé, interdiction de certains médicaments prescrits à des milliards de personnes sous prétexte qu’ils sont toxiques, fausses nouvelles, faux articles scientifiques, fausses statistiques, faux modèles prévisionnels, utilisation abusive de techniques de biologie moléculaire inadaptées, faux vaccins, utilisation massive des populations comme animaux de laboratoire. Et enfin politisation et financiarisation de la santé au détriment des patients sans oublier les internements en clinique psychiatrique d’opposants à la politique vaccinale du gouvernement qui rappellent les heures sombres de l’URSS sous Andropov.

J’arrête là cette énumération … Pour les dirigeants politiques le « moindre mal » aura été un asservissement et une surveillance totale des populations avec la mise en place du QR-code sanitaire ouvrant la voie à la dictature. Machiavel aurait assisté à une démonstration à grande échelle de son mot cité en préambule de ces quelques lignes.

Note. Privilégier l’intérêt du groupe au détriment de l’intérêt de l’individu est contraire à la démocratie. En conséquence la France (et pas seulement ce pays occidental) s’achemine vers la mise en place d’un système totalitaire à la chinoise. Lire par exemple ce document :  http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20210208/pro_2021_02_11.html

Réflexions sur la démographie

Je vais bientôt avoir 76 ans et je profite toujours de toutes mes facultés intellectuelles. Je serais certainement mort du coronavirus si je n’avais pas disposé à portée de la main d’une boite de chloroquine et je continuerai à écrire sur mon blog car c’est presque ma seule raison de vivre aujourd’hui puisque depuis 18 mois il est difficile de voyager. J’ai l’honneur d’avoir d’une manière improbable et indépendante de ma volonté dix petits-enfants et je suis persuadé que je mourrai avant d’être arrière-grand-père et cette introspection m’a décidé à disserter ici sur l’avenir de l’humanité, du moins l’avenir de l’Occident dont la France fait partie. À l’âge de 26 ans j’ai été pour la première fois père d’un enfant. Aujourd’hui mon petit-fils le plus âgé a dépassé cette borne et il n’a toujours pas l’intention de procréer ni la plus âgée de mes petites-filles. Je me suis donc résigné à attendre la mort sans avoir atteint ce statut particulier d’arrière-grand-père. Ce n’est pas du tout ce qui me pousserait à déprimer car après tout cette désaffection pour la procréation n’est pas seulement un problème majeur pour la France mais ce phénomène est beaucoup plus prégnant en Extrême-Orient où vivent justement deux de mes petits-enfants, je veux parler du Japon.

Comme l’Italie, l’Espagne, la Grèce, l’Allemagne et bien d’autres pays européens le taux de fécondité est au Japon de moins de 1,4 enfant par femme en âge de procréer. Et pourtant dans certains pays d’Afrique les femmes ont allègrement plus de 5 enfants. Leur situation ne peut pas être comparée à celle de femmes occidentales car une famille nombreuse est synonyme d’un capital humain en termes de main d’oeuvre alors que dans les pays occidentaux procréer est plutôt synonyme d’une entrave à la réussite professionnelle. On se trouve dans deux mondes, deux cultures différentes.

Ma belle-fille japonaise a fait les frais de ses deux grossesses sur le plan professionnel et comme la promotion sociale est un objectif majeur au Japon comme en Corée ou en Chine pour une femme avoir des enfants est incompatible avec cet objectif. Ma belle-fille japonaise n’a pu retrouver un emploi correspondant à ses diplômes et son expérience professionnelle que plus de dix ans après sa première grossesse. En Espagne un couple préfère acheter un animal de compagnie plutôt que d’avoir au moins un enfant. Ici à Tenerife il y a maintenant plus de petites boutiques d’accessoires pour chien que de magasins de poussettes, et dans les linéaires des supermarchés celui des nourritures pour animaux est plus important que celui des nourritures pour bébé, c’est grave ! Le cas de la France mérite une analyse plus détaillée. Compte tenu du fait qu’en France les statistiques ethniques sont interdites alors que c’est le cas en Amérique du Nord le taux de natalité est artificiellement élevé car les familles d’immigrés installées sur le territoire français depuis moins de 20 ans considèrent que les enfants représentent un capital comme c’était le cas dans leur pays d’origine. En France cette notion de capital humain a pris pour elles une toute autre signification avec les diverses aides sociales qu’accorde l’administration française. Ce ne sont plus les corvées d’eau ou de collecte de bois pour la cuisine mais les allocations familiales, les aides au logement et autres prestations sociales.

Je mentionnais au début de ce billet que j’avais 10 petits-enfants mais c’est une exception qui en quelque sorte confirme la règle : mes deux aînés sont employés de l’Etat et disposent de revenus substantiels, ceci explique cela, car le jeu des prestations sociales est également valable pour les couples aisés ayant plusieurs enfants jusqu’à il y a encore quelques années. Le quotient familial a en effet été remis en cause pour les ménages dits aisés. La situation pour les couples français « de souche » va donc se modifier avec le temps. Ce phénomène va aggraver ce différentiel de fécondité, du moins pour la France.

Le Japon est un pays insulaire et ses habitants sont très attachés à leurs traditions et à leur insularité. Malgré le fait que la situation démographique est très grave, les autorités japonaises n’envisagent pas d’immigration massive y compris en provenance de Taïwan ou de Corée, des territoires longuement occupés par le Japon. Trente pour cent de la population japonaise est âgée de plus de 65 ans et seulement un quart de cette population est âgée de moins de 24 ans. Dans quelques années, moins de dix ans, il n’y aura plus assez de personnes actives pour prendre soins des seniors. En France les politiciens débattent de l’âge légal de départ à la retraite. Au Japon de nombreuses personnes continuent à travailler malgré leur âge avancé. Tous ces seniors sont recherchés pour leur savoir-faire et les entreprises ne rechignent pas à leur proposer des heures de travail à temps partiel rémunérées dans la limite des dispositions légales pour qu’ils ne perdent pas leurs droits à la retraite, une retraite souvent minime. Les ingénieurs japonais oeuvrent pour inventer des robots assistants-à-domicile pour les « vieux » mais ça ne suffira pas.

Globalement le monde occidental va vivre un changement de civilisation et sera confronté à des choix difficiles : ou bien il acceptera une immigration massive ou alors il acceptera un vieillissement sordide de sa population. Difficile d’imaginer que sera devenue la grande mégalopole de Tokyo dans quarante ans … ou Paris avec l’Eglise saint-Sulpice transformée en mosquée et Unter den Linden à Berlin peuplée de femmes voilées. Allez savoir.

De qui se moque-t-on ? 2. le SARS-CoV-2

Lors d’une récente interview le Professeur Toubiana a repris les statistiques issues de l’organisme officiel de l’Etat français, je veux dire l’INSEE. Je rappelle que Monsieur Toubiana n’est pas médecin mais statisticien. En ce qui concerne la mortalité due au SARS-CoV-2 en France pour la seule année 2020 tout a été raconté, publié, ressassé par les médias dans le seul but de terroriser la population afin que les décideurs politiques imposent des mesures de privation de liberté, la nécessité de porter des masques, de procéder à des tests de diagnostic par RT-PCR. Cette préparation psychologique a abouti à ce qui avait été imposé par le puissant lobby pharmaceutique : obliger les populations entières de se soumettre à une pseudo-vaccination à l’aide d’injections d’un produit dont jamais personne ne connaissait ni l’efficacité ni les éventuels effets secondaires.

Cette attitude des décideurs politiques et toutes les mesures brouillonnes qui ont été décidées ont la conséquence de l’effet incroyablement néfaste des modélisations apocalytiques de Neil Ferguson, auréolé de son appartenance à l’intelligentsia universitaire britannique. On aurait pu tout aussi bien demander à la petite Greta ce qu’elle préconisait pour combattre cette épidémie. Pour un statisticien pragmatique comme Toubiana y a un gros problème dans toute cette sombre histoire de virus et ce spécialiste de l’étude mathématique des épidémies sait de quoi il parle ! Dès la mise en place des tests de dépistage par RT-PCR les populations ont été bombardées par les médias et les politiciens de statistiques, une stratégie qui entrait dans le registre de l’asservissement de la population par la peur. Pour bien être certain que cette stratégie d’épouvante allait fonctionner ordre fut donné aux laboratoires accrédités de faire fonctionner ces machines PCR jusqu’à 45 cycles d’amplification. Et puis comme le nombre de « cas » positif ne diminuait pas malgré toutes les mesures coercitives décidées alors le seul salut est devenu cette pseudo-vaccination.

Toubiana a donc tout simplement repris les statistiques officielles du gouvernement français et voilà ce qu’il a trouvé : 2020, toutes causes confondues, il y a eu 650000 décès. Pour analyser cette donnée et la comparer aux années précédentes il a fallu effectuer des corrections pour tenir compte du vieillissement de la population. Ce vieillissement inexorable est le résultat du « baby-boom » de l’après-guerre mais en partie seulement car les générations de la deuxième guerre ont atteint la tranche d’âge des plus de 75 ans. Or le SARS-CoV-2 a surtout atteint les personnes de plus de 75 ans avec une moyenne d’âge de 83 ans +/- 10 ans. Toubiana, après analyse de toutes les données statistiques disponibles en est arrivé à la conclusion sans appel que la surmortalité induite par le coronavirus a atteint en 2020 la gigantesque figure de 3,7 %. Faites vous-même le calcul, c’est surprenant : on arrive a une surmortalité de 24000 personnes ! Comment Toubiana explique-t-il ce résultat qu’il compare à la surmortalité de la canicule de 2007 (17000 morts) qui a disparu des mémoires ? À la louche le coronavirus a surtout tué des personnes dont l’espérance de vie était limitée à moins d’une année, statistiquement parlant. Les 24000 personnes expliquant cette surmortalité auraient pu vivre encore quelques années toujours statistiquement parlant mais sans prendre en compte les « co-morbidités », encore un mot qui est devenu commun dans les conversations depuis 2020. Bref, on s’est bien moqué de tous les citoyens pour le plus grand profit des laboratoires pharmaceutiques. C’est la vie moderne et ce n’est qu’un début.

Politique française : l’armée française ne va pas apprécier

Le voyage de Macron à Kigali pour manifester la culpabilité de l’armée française dans le génocide des Tutsis à coup de machettes ne va pas vraiment être appréciée par les gradés de l’armée française qui se trouvaient sur le terrain à l’époque. Les militaires français ont cru bien faire en évitant une guerre civile armée ouverte. Ils ont oublié que tout le monde avait des machettes … Encore un camouflet contre l’armée de la France après le mea culpa sonnant vraiment faux en Algérie il y a quelques mois. Macron n’a pas fait mention des massacres (entre 3 et 5 millions de morts) perpétrés par les Tutsis dans le pays voisin, le Congo-Brazzaville, dont l’objectif était de mettre la main sur les mines de koltan car le Rwanda n’a que de la terre à cultiver et rien dans son sous-sol. Qu’est-ce que Macron est allé faire à Kigali, reçu par Kagame qui a tellement de sang sur les mains qu’on ne sait pas s’il porte toujours des gants rouges ? Personne ne s’est posé de question au sujet du soutien à cette époque des Américains à l’actuel président rwandais qui a été le vrai acteur de ce génocide.

En être arrivé à une telle bassesse diplomatique révèle la nature de cet homme qui a été élu par erreur par les Français. Quand Macron s’est rendu à Alger pour présenter ses excuses au sujet du colonialisme « inhumain » de la France il a oublié de mentionner le massacre systématique des harkis, ces employés de la République française, dont 130000 ont pu échapper à ce triste destin avec la complicité de l’armée française alors de près de 300000 autres harkis, citoyens français et serviteurs de la France, ont été massacrés par le FLN. Par deux fois Macron a ignoré l’histoire, à croire qu’il était nul en classe. Et cet homme est président de la France.

L’accumulation de ces deux coups de pub ne va certainement pas bien être perçue par ceux qui ont combattu en Algérie ou encore ont tenté par leur présence sur place de faire régner le calme au Rwanda. Les Français, ceux qui ont étudié l’histoire de leur pays, peuvent comprendre le présent mais ces Français qui n’ont aucune connaissance de l’histoire de la France ne disposent d’aucun moyen pour posséder cette compréhension. On ne peut pas comprendre le présent sans connaître le passé. Et dans le cas du Rwanda il y a encore tellement de zones d’ombre qu’il eut été préférable de ne pas envisager cette opération de repentance.

Il est surprenant de constater que ce mouvement de culpabilité (au nom de la France) du Président français a en quelque sorte « fait tache d’huile » puisque l’Allemagne a décidé de battre sa coulpe au sujet du massacre des Herero et des Nama entre 1904 et 1908 en Namibie alors que ce pays s’appelait Afrique allemande du Sud-Ouest. Le but de ces massacres était de développer une agriculture intensive, belle motivation. À la fin de la première guerre mondiale ce territoire fut administré par la Société des Nations puis confié à l’Afrique du sud. Avec les années ce génocide tomba dans l’oubli et ce n’est que le 27 mai de cette année que le gouvernement allemand a décidé de s’excuser. Quand les Américains s’excuseront-ils des massacres des Amérindiens des Grandes Plaines ?