Le moment européen de la Chine est arrivé

Il serait difficile de mésestimer l’importance des visites de Xi Jinping à Rome, Paris et Monaco la semaine dernière. En mettant au coeur de l’Europe son initiative très médiatisée « Belt and Road Initiative » (ceinture maritime et voies terrestres, BRI), le Président chinois a confronté l’Europe à la question la plus fondamentale qu’il devra résoudre dans les années à venir : où en est-elle en tant que partenaire trans-atlantique avec les USA et comment se positionnera-t-elle en tant qu’extrémité occidentale du continent eurasiatique ? En effet, la simplification de l’ordre moderne, pour le dire autrement, commence juste à faire partie de l’Histoire. À Rome, le gouvernement populiste du Premier ministre Giuseppe Conte a invité l’Italie au programme ambitieux de la Chine visant à relier l’Asie de l’Est et l’Europe occidentale par le biais d’une multitude de projets d’infrastructure allant de Shanghaï à Lisbonne. Le protocole d’accord qu’ont signé Xi et le le vice-premier ministre Luigi di Maio comprends le développement de routes, de voies ferrées, de ponts, d’aéroports, de ports maritimes mais aussi des systèmes de télécommunication et des projets énergétiques. Parallèlement à ce protocole les investisseurs chinois ont signé 29 accords industriels et commerciaux d’un montant de 2,8 milliards de dollars.

L’Italie est le premier des 7 pays fondateurs de l’Union européenne à s’engager dans la stratégie BRI chinoise. Et l’Italie l’a fait deux semaines après la publication « Chine : Perspectives Stratégiques » par la Commission européenne, une évaluation de l’arrivée rapide de la Chine en Europe qui touche le coeur de l’ambivalence de l’Union :

« La Chine, dans différents domaines, est simultanément un partenaire de coopération avec le quel l’Union européenne a des objectifs étroitement alignés, un partenaire de négociation avec lequel l’Union européenne doit trouver un équilibre ménageant ses intérêts, un concurrent économique dans la poursuite du leadership technologique et un rival systémique promouvant un modèle alternatif de gouvernance. »

Il y a dans ce document beaucoup de points à assimiler. L’un d’eux est la préoccupation croissante des membres de l’UE et des hauts fonctionnaires de Bruxelles au sujet de l’émergence de la Chine en tant que puissance mondiale. C’est bien naturel, à condition de ne pas tomber dans une version moderne du « péril jaune » du siècle dernier. En second lieu les dirigeants de l’UE sont très réticents au sujet de l’attitude conflictuelle à l’égard de la Chine que Washington leur recommande. La voie de la sagesse que l’UE pourrait choisir est un indicateur fort que les Européens cherchent enfin une voix indépendante dans les affaires mondiales.

À la recherche de l’unité

Les Européens recherchent également un front uni dans les relations de leur continent avec la Chine. C’était le point de vue de Macron à l’arrivée de Xi à Paris et il a veillé à ce qu’Angela Merkel et Jean-Claude Junker soient présents sur le perron de l’Elysée pour saluer Xi. La principale raison pour laquelle l’Italie a envoyé une véritable onde choc à travers l’Europe lorsqu’elle a adhéré au projet de Xi est qu’elle a brisé la hiérarchie européenne à un moment critique.

Mais l’unité telle que Macron et Merkel l’envisagent va se révéler irréalisable. D’abord parce que Bruxelles ne peut pas s’ingérer dans les affaires souveraines d’un Etat de l’UE. Ensuite parce que n’importe quel Etat peut refuser la politique de Bruxelles s’il désire profiter des opportunités offertes par la Chine. L’illustration est qu’alors que Macron plaidait pour un front européen uni vis-à-vis de la Chine il signait ensuite des contrats avec Xi concernant Airbus, EDF et une multitude d’autres entreprises pour un montant de 35 milliards de dollars ! Il n’y a qu’une interprétation possible : la Commission européenne peut bien affirmer tout ce qu’elle veut comme prétendre que la politique de la Chine est de semer la division pour mieux conquérir l’Europe mais sur le terrain elle ne pourra pas empêcher la préférence des Chinois pour les accords bilatéraux. En rentrant chez lui, Xi s’est arrêté à Monaco pour finaliser l’accord de la Principauté décidé en février dernier pour permettre à Huawei, la société de télécommunication chinoise controversée, d’y développer le réseau 5G.

L’Italie était prédestinée pour dévoiler la forme que prendrait l’arrivée de la Chine en Europe. Le gouvernement Conte-Di Maio, coalition hétéroclite entre la Ligue du Nord et le Mouvement 5 étoiles est à contre-courant parmi les autres membres de l’UE. Il critique vivement Bruxelles et sa politique d’austérité. Il est farouchement jaloux de sa souveraineté et prône un assouplissement des liens de l’UE avec la Russie. Sur le plan intérieur l’économie italienne est affaiblie et les investissements étrangers sont pratiquement inexistants. Dans des domaines comme le textile ou la pharmacie peu de collaborations existent entre l’Italie et la Chine depuis des décennies. La carte ci-dessous montre clairement la position stratégique de l’Italie avec le port de Trieste qui est une porte d’entrée vers les marchés européens les plus solides.

Capture d’écran 2019-04-02 à 21.08.27.png

L’initiative visionnaire « Belt and Road » de Xi devrait maintenant décoller en Europe. L’accord avec l’Italie, la tournée européenne de Xi et le sommet UE-Chine prévu à Bruxelles le 9 avril prochain indiquent que ce moment est arrivé.

Changement de relations

Il n’est pas très clair que les Européens aient vraiment compris l’importance stratégique des évènements de la semaine dernière. Les Dirigeants Européens se sont engagés dans une voie qui va presque certainement modifier les relations trans-atlantiques établies de longue date. L’Europe commence – enfin – à agir de manière plus indépendante en se repositionnant entre le monde atlantique et les nations dynamiques de l’est et la Chine est la première d’entre elles. Pourtant aucun dirigeant européen n’a encore abordé cette question. Mais cette situation ne saurait être surestimée. Les relations trans-atlantiques sont de plus en plus tendues depuis la présidence Obama. Les décisions antagonistes de Trump, la dénonciation de l’accord de Paris sur le climat et de l’accord sur le nucléaire iranien ont intensifié les frictions mais rien n’indique qu’un dirigeant européen devienne l’avocat d’une rupture des relations avec Washington.

La question centrale aujourd’hui est de savoir comment les relations américano-européennes vont évoluer au fur et à mesure de la présence chinoise de plus en plus évidente sur le sol européen. Les Européens semblent se préparer à un nouveau chapitre de leur histoire trans-atlantique mais rien n’indique comment Washington réagira à une réduction de son influence depuis longtemps non contestée par les capitales de l’Europe occidentale.

Il y a l’autre question à laquelle l’Occident devra répondre : la « perspective stratégique » de la Commission européenne qualifie la Chine de « rival systémique promouvant des formes alternatives de gouvernance ». Ce thème récurrent pose deux problèmes. D’abord rien ne prouve que la Chine ait insisté ou voudra insister pour que d’autres pays se conforment à ses normes politiques en échange d’un avantage économique. Cela est une pratique habituelle parmi les pays occidentaux et les institutions internationales telles que le Fond monétaire international ou la Banque mondiale. Ce n’est pas le cas de la Chine. Ensuite alors que nous avançons vers une parité entre Occidentaux et non-Occidentaux – une caractéristique incontournable du XIXe siècle – il deviendra impossible de supposer que les démocraties parlementaires de l’Occident puissent établir les critères selon lesquels tous les autres pays peuvent être classés et évalués. Les Nations ont des traditions politiques très différentes, c’est à chacune de les entretenir ou de s’en éloigner. La Chine comprend cela, à l’Occident d’en faire de même.

Article de Patrick Lawrence, correspondant à l’étranger de l’International Herald Tribune pendant de nombreuses années, paru le premier avril 2019 sur le site Consortium News traduit pour mes fidèles lecteurs par mes soins.

Lawrence peut être contacté sur son site web : http://www.patricklawrence.us , illustration Wikimedia

Les effets pervers de la politique de l’ « enfant unique » en Chine

Capture d’écran 2019-03-11 à 22.55.39.png

La politique de l’enfant unique mise en place en 1979 et assouplie en 2015 a profondément perturbé la démographie de la Chine. Il s’agissait de freiner la croissance démographique du pays ou du moins de la contrôler. La Chine, durant les années 1980 et 1990, développa très rapidement les conditions sanitaires et médicales car il s’agissait pour le gouvernement d’atteindre des standards équivalents à ceux des pays occidentaux. Dans le même temps l’afflux de main-d’oeuvre des campagnes vers les villes provoqué par la mécanisation de l’agriculture eut pour conséquence une prise de conscience des couples en âge de procréer des nouvelles techniques d’investigation du sexe des embryons in utero. Comme en Inde, pour une famille chinoise un enfant mâle a plus de chances de réussir dans la vie qu’une fille, parallèlement à la politique autoritaire de l’enfant unique par couple, se développèrent les avortements sélectifs.L’avortement était en effet toléré sinon encouragé par la loi dans le cadre de cette politique de l’enfant unique.

Et en moins de trois décennies arriva ce qui aurait pu être parfaitement prévu par les démographes : une pénurie de filles à marier. Il y a en effet depuis plus de 30 ans près de 120 naissances d’enfants de sexe masculin pour 100 naissances de filles et l’effet de ce déséquilibre va perdurer encore pendant au moins une génération voire plus. La modification de cette politique de l’enfant unique a été assouplie mais les effets de cette décision ne se concrétiseront que vers les années 2040 au plus tôt. D’ici là la population de la Chine va vieillir dangereusement. Fort heureusement la Chine profitera des avancées technologiques du Japon qui est déjà confronté au vieillissement critique de sa population et développe des robots d’assistance à domicile des vieillards.

Devant cette « pénurie » alarmante de femmes à marier la ville de Pékin a mis en place une sorte de banque de données qui concerne déjà plus d’un million et demi de femmes célibataires ou divorcées dont les âges s’étendent de 15 à 40 ans.

Cette banque comporte les moindres détails de ces personnes candidates potentielles au mariage (« BreedReady » en anglais) et pour qu’elles aient au moins deux enfants le gouvernement va prendre des mesures autoritaires quitte à les forcer à se marier dans ce but. Cette initiative gouvernementale aura-t-elle des effets ? On peut en douter dans la mesure où il existe en Chine une multitude de sites de rencontres, tous surveillées par le Parti d’un oeil bienveillant puisque le taux de fécondité en Chine est en chute libre et a atteint 0,8 enfant par femme en âge de procréer. La politique de l’enfant unique a définitivement déséquilibré le paysage démographique de la Chine et aucune initiative, y compris autoritaire, ne pourra juguler l’effondrement soudain et dévastateur de la population dans les années à venir.

Source partielle : The Guardian

La Russie et la Chine font bloc pour contenir l’impérialisme américain

Voici la traduction d’un article de Federico Pieraccini paru sur le site strategic-culture.org . Les ajouts en italique permettent une meilleure compréhension du texte.

Fort heureusement le monde d’aujourd’hui est très différent de celui de 2003 et les décrets de Washington pour déterminer l’ordre mondial sont devenus moins efficaces. Cependant, malgré la nouvelle division plus équilibrée du pouvoir entre plusieurs puissances, Washington apparaît de plus en plus agressif envers ses alliés et ses ennemis, d’ailleurs quel que soit le Président en place. La Chine et la Russie ont pris la tête de cette transition historique tout en veillant à éviter une guerre directe avec les Etats-Unis. Et pour réussir dans cette entreprise ils ont choisi une stratégie hybride associant diplomatie, soutien militaire à leurs alliés et garanties économiques aux pays attaqués par Washington.

Les USA considèrent que la planète entière est leur terrain de jeu. La doctrine militaire et politique américaine est basée sur le concept d’hégémonie libérale comme l’a expliqué le politologue John Mearsheimer. Avec le temps cette attitude impérialiste a créé un front coordonné et semi-officiel de pays résistants à cette hégémonie libérale. Les récents évènements survenus au Vénézuela montrent bien pourquoi la coopération entre ces pays contre-hégémoniques est essentielle pour accélérer la transition d’une réalité unipolaire à une réalité multipolaire au sein de laquelle les dommages causés par l’impérialisme américain sont atténués.

Moscou et Pékin, après une période de relations complexes durant la guerre froide, ont réussi à concilier leurs grands objectifs pour les prochaines années. Le rapprochement vers lequel ils sont arrivés tourne principalement autour de l’atténuation du chaos que Washington a provoqué dans le monde.

Le principe directeur de l’appareil de renseignement militaire américain est que si un pays ne peut pas être contrôlé (tel que l’Irak après l’invasion de 2003) il doit être détruit pour éviter qu’il ne tombe dans le camp sino-russe. C’est ce que les Etats-Unis ont tenté de faire en Syrie et qu’ils entendent faire avec le Vénézuela.

Le Moyen-Orient est une région qui attire l’attention de la planète entière depuis un certain temps car Washington souhaite clairement appuyer ses alliés israélien et saoudien. Israël poursuit une politique étrangère visant à démanteler les États iranien et syrien et l’Arabie saoudite poursuit la même stratégie en alimentant de plus une scission au sein du monde arabe découlant de ses différences avec le Qatar. Depuis des décennies Washington soutient les décisions de politique étrangère d’Israël et de l’Arabie saoudite pour deux raisons bien spécifiques : satisfaire l’influence du lobby israélien à Washington et nécessité de veiller à ce que l’Arabie saoudite vende du pétrole aux USA facturé en dollars afin de préserver le rôle de la devise américaine en tant que monnaie de réserve mondiale.

Maintenir le rôle du dollar US comme monnaie de réserve mondiale est essentiel pour que Washington puisse conserver son statut de superpuissance et sa stratégie hybride dirigée contre ses rivaux géopolitiques. Les sanctions financières sont un bon exemple illustrant la manière d’agir de Washington en utilisant le système financier et économique mondial basé sur le dollar US comme une arme dirigée contre ses ennemis. Au Moyen-Orient l’Iran est la cible principale avec des sanctions dont le but est d’empêcher cette république islamique d’échanger avec les systèmes bancaires étrangers. Avec la Syrie, Washington a menacé les compagnies étrangères de sanctions si elles concluaient des contrats avec Damas pour reconstruire le pays. Elles ne seraient alors plus habilitées à travailler aux USA.

Pékin et Moscou ont choisi une stratégie diplomatique claire : ils rejettent conjointement les innombrables motions présentées par les USA, la Grande-Bretagne et la France au conseil de sécurité des Nations-Unies condamnant l’Iran et la Syrie et la Russie maintient sa présence militaire en Syrie (dans le cadre d’accords bilatéraux d’assistance) et les efforts économiques de la Chine, bien qu’ils ne soient pas encore pleinement visibles en Iran et en Syrie, seront essentiels pour raviver ces pays détruits par des années de guerre infligées par Washington et ses alliés (européens). La stratégie de la Chine et de la Russie au Moyen-Orient vise à défendre la Syrie et l’Iran par la voie diplomatique en utilisant le droit international, droit que les USA et ses alliés dans la région continuent à manier allègrement (à leur profit). L’intervention militaire russe en Syrie a joué un rôle essentiel dans la lutte contre l’agression inhumaine lancée contre la Syrie et elle a mis un terme à celle-ci. La Russie a également tracé une ligne rouge qu’Israël ne pourra pas franchir dans son projet d’attaquer l’Iran. La défaite des Etats-Unis en Syrie a créé un précédent encourageant pour le reste du monde : Washington a été contraint d’abandonner ses plans pour éliminer Assad.

À l’avenir on se souviendra que la Syrie marque le début de la révolution multipolaire, pays dans lequel les Etats-Unis étaient confinés dans leur action militaro-conventionnelle à la suite des actions coordonnées de la Russie et de la Chine. La contribution économique de la Chine satisfait des besoins urgents comme la fourniture de nourriture, de médicaments et de capitaux à tous les pays assiégés par Washington. Tant que le système financier mondial restera ancré au dollar US Washington restera en mesure de causer beaucoup de dégâts aux pays réfractaires à ses diktats.

Les effets des sanctions économiques américaines varient d’un pays à l’autre. La Fédération de Russie a tiré parti de ces sanctions en refinançait la totalité de sa dette extérieure (celle détenue par des non résidents en se débarrassant de ses réserves de devises en dollars US pour dans le même temps acheter massivement de l’or). La Russie s’est aussi organisée pour produire chez elle ce qui était jusque là importé de l’étranger. La stratégie à long terme de la Russie consiste à s’ouvrir à la Chine et à d’autres pays asiatiques ce qui aura pour conséquence de réduire ses contacts avec des pays hostiles européens comme la France ou l’Allemagne.

À la faveur de l’initiative chinoise d’investissements massifs dans le projet « Initiative Ceinture et Routes » (Belt and Road Initiative, BRI) l’hégémonie du dollar US est menacée à moyen et long terme. De plus les initiatives chinoises dans les domaines des infrastructures, de l’énergie,du transport ferroviaire, des routes et des technologies dans des dizaines de pays de par le monde, combinées au besoin continu et croissant en pétrole entraineront une consommation de plus en plus importante en pétrole actuellement payé en dollars US. De plus Moscou occupe une position privilégiée et entretient de bonnes relations avec tous les principaux producteurs de pétrole et de gaz, du Qatar à l’Arabie saoudite en passant par le Nigéria, l’Iran et le Vénézuela. Les bonnes relations entre Riyad et Moscou visent à créer une sorte d’OPEP+ incluant la Russie.

Une attention toute particulière doit être accordée à la situation au Vénézuela, l’un des plus importants pays de l’OPEP. Riyad a envoyé à Caracas au cours des dernières semaines un pétrolier transportant deux millions de barils de pétrole et Mohammed bin Salman (MBS) a adopté une position neutre vis-à-vis du Vénézuela pour maintenir une équilibre prévisible entre Washington et Caracas. Ces initiatives dirigées par Moscou et Pékin ont pour objectif de réduire l’utilisation du dollar US par les pays participant à la Belt and Road Initiative et adhérant au cadre OPEP+ et cette diversification par rapport au dollar pour couvrir les transactions financières dans les domaines de l’investissement, du pétrole et du gaz naturel liquéfié entrainera l’abandon progressif du dollar à la suite d’accords supprimant progressivement le dollar US. Pour l’instant Riyad ne semble pas vouloir perdre la protection de l’armée américaine mais les récents évènement concernant l’affaire Khashoggi et l’inscription avortée de Saudi Aramco tant aux bourses de New-York que de Londres ont ébranlé la confiance de la famille au pouvoir envers ses alliés américains. Lorsque MBS et Poutine se sont rencontrés en marge du G20 à Buenos-Aires, il s’agissait d’un message clair envoyé à Washington concernant l’avenir du pétro-dollar.

Le processus d’Astana est l’aboutissement des efforts militaires, diplomatiques et économiques de Moscou et Pékin. La Turquie a été l’un des principaux pays à l’origine de l’agression contre la Syrie mais Moscou et Téhéran l’ont incorporée dans le processus visant à contenir le chaos régional engendré par les USA. Grâce à des accords conclus en Syrie instituant des zones de « déconfliction » Damas a avancé ville après ville pour débarrasser le pays des terroristes financés par les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et Ankara (mais aussi la Grande-Bretagne et la France). Quant au Qatar, ce minuscule pays finance l’économie de la Turquie et en retour Ankara assure une protection militaire à Doha. De ce fait le Qatar s’éloigne du camp israélo-saoudien en bénéficiant par ailleurs des efforts de la Russie et de la Chine dans les domaines énergétique, diplomatique et militaire. Doha a adopté cette attitude d’ouverture vers Moscou et Pékin à cause de la guerre diplomatique et économique déclenchée contre le Qatar par Riyad, une autre conséquence du chaos créé par Washington sur ses alliés dans la région, Israël et l’Arabie saoudite.

Ainsi Washington perd son influence militaire dans la région à cause de la présence de Moscou ce qui pousse naturellement les alliés traditionnels des Américains à s’engager dans le camp des pays opposés à Washington. La défaite diplomatique et militaire des Etats-Unis dans la région permettra à terme de changer la structure économique où une réalité multipolaire prévaudra, où des puissances régionales telles que l’Egypte, la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Iran deviendront obligées d’interagir économiquement avec l’ensemble du continent eurasiatique dans le cadre de l’initiative « Belt and Road ». Le principe de base pour Pékin et Moscou est le recours à des moyens militaires, diplomatiques et économiques pour contenir les Etats-Unis dans leur volonté incessante de tuer, voler et de détruire.

En Asie Pékin a usé de la diplomatie pour faciliter les discussions entre les deux Corées (comme les deux Allemagnes elles finiront bien par se réunir), accélérer les discussions entre Séoul et Pyongyang, excluant ainsi les acteurs externes tels que les USA qui n’ont que l’intention de saboter ces discussions. La composante militaire chinoise a également joué un grand rôle, même si Pékin ne l’a jamais utilisée comme la Russie en Syrie. les options de Washington vis-à-vis de la péninsule coréenne étaient fortement limitées en raison du fait que la frontière avec la Corée du Nord est constituée d’énormes forces nucléaires et conventionnelles, en d’autres termes la dissuasion offerte à la Corée du Nord par la Chine et la Russie. Décider d’un conflit armé avec la Corée du Nord était une option peu pratique pour les USA.

Comme par le passé, les effets de l’embargo américain financier total imposé à la Corée du Nord par les Américains en raison des activités nucléaires de ce pays furent très largement allégés par la bouée de sauvetage économique provenant de Moscou et de Pékin. La diplomatie sino-russe très habile auprès de la Corée du Sud a eu un effet très positif comme cela fut le cas avec la Turquie. La Corée du Sud semble en effet dériver progressivement vers le monde multipolaire emmené par La Russie et la Chine avec des perspectives importantes et des perspectives de réunification des deux Corées. De plus cet effort diplomatique a contrecarré les efforts de Washington pour semer le chaos aux frontières russo-coréenne (la Russie partage une frontière commune avec la Corée du nord) et sino-coréenne.

Les USA semblent perdre leur élan impérialiste plus particulièrement en Asie et au Moyen-Orient, non seulement sur le plan militaire mais également sur les plans diplomatique et économique.

La situation en Europe et au Vénézuela est différente. Ce sont deux régions où Washington exerce toujours un poids géopolitique plus important qu’au Moyen-Orient ou en Asie. Dans les deux cas l’efficacité de la résistance sino-russe – en termes de diplomatie, d’économie et de présence militaire est plus limitée pour des raisons différentes qui seront abordées dans un prochain article.

La « soviétisation » des médias occidentaux, cui bono ? Les USA …

Capture d’écran 2019-02-13 à 17.25.12.png

Voici la traduction aussi fidèle que possible d’un article de Patrick Armstrong paru sur le site Strategic Culture le 8 janvier 2019. Patrick Armstrong fut entre 1984 et 2008 analyste auprès du Département de la Défense nationale canadien et conseiller à l’Ambassade du Canada à Moscou. Il est un des meilleurs spécialistes occidentaux de l’ex-URSS et de la Russie.

Les principaux personnages des Pickwick Papers de Charles Dickens se rendent dans le comté fictif d’Eatanswill comme observateurs lors d’une élection que se disputent les candidats du Parti bleu et du Parti buff. La ville est passionnément divisée sur tous les sujets possible entre les deux candidats. Chaque parti a son propre journal : la Gazette d’Eatanswill est bleue et entièrement consacrée à l’éloge des Bleus et au dénigrement des Buffs qui sont perfides et méchants. L’Indépendant d’Eatanswill est tout aussi passionné. Aucun pro-Buff ne supporte de lire la Gazette calomnieuse et aucun pro-Bleu n’osera lire cet imprimé vil et faux qu’est l’Indépendant. Comme c’est toujours le cas avec Dickens tout est exagéré mais précis. Les journaux étaient outrancièrement partisans avant que le « journalisme » ne fut inventé. Puis advinrent les écoles de journalisme, l’éthique journalistique et l’objectivité journalistique : le « real-journalism » comme jes journalistes l’appellent. Le « Journalisme » est devenu une profession de diplômés. Il n’accepte plus les amateurs, les dilettantes ou les romanciers en herbe ni les magnats comme Lord Copper qui savait ce qu’il voulait et payait pour que ce soit imprimé.

Mais en dépit de cette prétention d’objectivité et d’éthique de la profession il y avait toujours des Lord Copper comme il y en avait à Eatanswill. D’autres Lord Copper sont arrivé puis partis, des grands empires de presse ont apparu puis disparurent et il y avait une grande variété de propriétaires de presse et de médias. Et les lecteurs qui étaient ni Bleu ni Buff pouvaient facilement se forger une opinion sur ce qui se passait réellement.

À l’époque de l’Union Soviétique la presse était sous contrôle, il n’y avait pas de presse libre, il y avait un seul propriétaire. Les tendances variaient légèrement entre le journal de l’armée, le journal du Parti, le journal du gouvernement et le journal pour la population qui était consacré à la littérature et au sport et ils disaient tous la même chose à propos des sujets importants. Les deux principaux journaux étaient la Pravda (« la vérité ») et les Izvestiya (« les nouvelles »). Cette situation a rapidement conduit à ce trait d’humour : « pas de vérité dans la Pravda et pas de nouvelles dans les Izvestiya ». Toutes les informations étaient assez grossières, il y avait beaucoup de gros capitalistes avec des chapeaux haut-de-forme et des sacs de pièces d’or dans chaque main. Les vêtements de l’Oncle Sam étaient dégoulinants de bombes et la devise était : « pas de problèmes ici, des problèmes là-bas ». La propagande n’était pas vraiment couronnée de succès et la plupart des lecteurs de ces deux journaux en étaient arrivés à penser que les médias soviétiques mentaient à la fois au sujet de l’URSS et au sujet de l’Occident.

Mais les temps ont changé. Alors qu’il y a encore 30 ans 50 sociétés contrôlaient 90 % des médias américains, aujourd’hui ce ne sont plus que 6 sociétés qui contrôlent les médias papier, électronique et télévisuel américains. Il en résulte que sur de nombreux sujets d’actualité il y a une totale uniformité d’analyse. Quel média occidental a affirmé que les dix points suivants sont exacts ?

1. Le peuple de Crimée est plutôt heureux de faire partie de la Russie.

2. Les USA et leurs alliés ont fourni d’énormes quantités d’armes aux djihadistes.

3. Les élections en Russie sont le reflet des sondages d’opinion.

4. Il y a un nombre effrayant de nazis bien armés en Ukraine.

5. Assad est très populaire en Syrie.

6. Les USA et leurs alliés ont détruit Raqqa.

7. La version officielle de l’affaire Skripal est dénuée de signification.

8. la situation en Ukraine est bien pire qu’avant Maidan.

9. La Russie, en réalité, avait déjà des milliers de militaires en Crimée avant Maidan.

10. Il existe un documentaire au sujet de Browder dont il a censuré la divulgation (voir le lien en fin de billet).

Je n’ai cité que ces dix points mais en cherchant un peu il en existe de dizaines d’autres. Parfois un entrefilet en sixième page sauve l’objectivité des journalistes mais la majorité de l’opinion occidentale répond qu’il ne croit pas à cette objectivité. Les sujets d’actualité sont couverts d’une seule voix par les médias occidentaux. Sans cesse un scandale révèle que des « journalistes » sont généreusement remerciés pour écrire des histoires qui conviennent. Mais après des révélations, ces derniers avouent leur partialité ou prétendent que leur histoire révélait des faits qui ne s’étaient jamais produit et le navire médiatique continue à voguer calmement en passant parfois par dessus bord des passagers. La couverture de certains sujets est presque fausse à 100 %. Et là la Russie, Poutine, la Syrie et l’Ukraine se distinguent avec une grande partie de la couverture médiatique de la Chine et de la Russie. Beaucoup d’informations concernant Israël ne sont pas autorisées. L’histoire de la collusion de la Russie dans les élections américaines est admise comme fictive mais en privé seulement par un organe de presse qui couvre ce sujet en permanence. Tout ce qui concerne Donald Trump est tellement aromatisé que c’est devenu immangeable. Les médias américains répètent sans cesse qu’il faut rester vigilants « contre la guerre de désinformation en Russie » et chaque jour on s’approche du mono-média « One correct opinion » et ceci pour les meilleures motivations possibles. Les médias occidentaux ont plutôt acquis un parfum soviétique.

Ainsi donc, dans un pays (le Canada mais aussi la plupart des pays occidentaux, au sens large l’Europe et l’Amérique du Nord) où l’initiative d’intégrité utilise nos impôts pour nous assurer que nous n’ayons plus jamais de pensées imprécises ou que nous n’ayons plus de pensées répréhensibles (dans l’affaire Skripal les révélations apparaissaient presque à chaque minute) nous devons totalement nous fier à « Free Media TM« . Tout dépend de ce qui vous intéresse. S’il s’agit de sports ces médias mentionnent les athlètes russes drogués à la différence des braves asthmatiques occidentaux ou des corps préparés pour la plage, pas des toxicomanes russes bien sûr mais uniquement des Américains en bonne santé, le signaler semble assez raisonnable comme de signaler dans la page météo qu’il y a eu une explosion de gaz en Sibérie ou encore dans la page spectacles les critiques de films mais surtout pas ceux de ces méchants russes. La presse occidentale est devenue une fusion étrange de l’Eatansville Gazette et de l’Indépendant d’Eatanswill : les Bleus et les Buffs sont des bons et les autres, surtout les Russes, sont des mauvais !

Donc comme on dit en Russie Что делать ? Que faire ? Eh bien je suggère que nous tirions un enseignement de l’Union soviétique : les citoyens de l’URSS étaient beaucoup plus sceptiques au sujet de leurs médias que ne le sont mes voisins, mes amis, les membres de ma famille aujourd’hui à propos des médias occidentaux. Je formule donc trois suggestions.

1. Il faut lire entre les lignes et c’est un art difficile qui demande beaucoup d’apprentissage et de pratique. Les dissidents peuvent envoyer des indices de l’intérieur du Ministère de la Vérité (Minitrue dans le roman de George Orwell). Par exemple il est difficile d’imaginer que quelqu’un puisse dire sérieusement « comment la Russie de Poutine a changé l’humour en arme offensive ». Ce truc a probablement été écrit pour se moquer de la panique des « officiels russes ». J’ai déjà spéculé sur le fait que les rapports de renseignements sur l’ingérence de la Russie étaient truqués.

2. Tentez de déceler ce que l’on ne vous dit pas. Souvenez-vous qu’il y a 2 ans Alep était une énorme histoire alors que plus personne n’en parle aujourd’hui. On devrait se demander pourquoi il n’y a plus aucunes informations au sujet d’Alep. Ah ! Il y a celle-ci ( https://www.youtube.com/watch?v=TZqQO1_HUc4 ). Houps, c’est une source russe, ce n’est pas du vrai journalisme ! En voici une sur Euronews : https://www.youtube.com/watch?v=Ey8DgEcEPws . Visiblement aucune de ces deux vidéos ne coïncide avec la destruction du dernier hôpital d’Alep ni avec l’affirmation de la brutalité d’Assad il y a 2 ans :

Capture d’écran 2019-02-13 à 16.50.56.png

(capture d’écran d’un titre de The Sun du 9 décembre 2016)

Voilà pourquoi la ville d’Alep n’est plus d’actualité dans les médias occidentaux. Il faut toujours se demander pourquoi un « grand évènement » disparaît soudainement : c’est une preuve très solide qu’il s’agissait d’un mensonge ou d’un non-sens.

3. La plupart du temps, après avoir vu, entendu ou lu une information dites-vous que la vérité c’est probablement le contraire, en particulier quand tous les médias dispensent la même information. C’est toujours bon de vous poser la question : cui bono ? Qui va profiter du fait que vous allez croire à une fausse information ? Il est déprimant de constater le succès d’un bon gros mensonge universellement repris par tous les médias. Milosevic, incroyablement diabolisé, a finalement été reconnu comme innocent, de même que Qaddafi n’a jamais bombardé son propre peuple, et les mêmes sortes de mensonges se répandent pour les ennemis du moment comme Assad. Croyez toujours l’opposé à moins d’avoir de très bonnes raisons.

Durant la Guerre Froide on croyait que les systèmes occidental et soviétique convergeaient et qu’ils se rencontreraient au centre, pour ainsi dire. Peut-être qu’ils se sont rencontrés mais ils se sont surtout croisés. Ainsi les médias occidentaux, jadis raisonnablement libres et multiples ressemblent maintenant aux médias soviétiques contrôlés et uniformisés et nous, Occidentaux, nous devons utiliser les méthodes des citoyens soviétiques d’alors pour comprendre le monde. Souvenez-vous toujours que les dirigeants soviétiques affirmaient que leurs médias étaient libres, libres de « fake-news qui plus est !

Commentaire de ma part et que j’assume totalement . Je regarde les titres du Figaro, du Monde, du Guardian, du Telegraph, du Temps, de la Libre Belgique ou encore des Echos chaque jour et je tente de retrouver le contenu de ces titres sur des sites alternatifs comme WolfStreet, ZeroHedge, MishTalk, le Réseau Voltaire que l’on m’a reproché de consulter (et c’est significatif de l’intoxication omniprésente par les médias en Europe) et RT.News en anglais ou RT.France. Enfin je regarde Mediapart et Lemedia et bien d’autres blogs. Au final j’arrive à me faire une idée et discerner ce qui est vrai de ce qui est faux. L’exposé de Patrick Armstrong est édifiant et il fait apparaître le totalitarisme orchestré par les USA pour prendre possession de l’Europe, le gros morceau, et de tous les autres états qui sont déclarés par Washington des menaces pour la sécurité intérieure américaine, c’est facile comme prétexte. Usant de son extraterritorialité juridique – contraire à la Charte des Nations-Unies – en prétextant que le dollar en circulation dans le monde entier est la monnaie des USA, Washington asservit le plus de pays possible pour s’opposer en premier lieu à la Russie, à l’Iran et à la Chine. Il faut rester lucide et comprendre et oser le dire ce sont les évangélico-sionistes ( excusez le pléonasme) qui dirigent la politique américaine. C’est en réalisant des recoupements d’informations que j’en suis arrivé à cette conclusion. Les démocraties sont en danger et il est urgent de réagir. Souvenons-nous de l’affaire Pierucci qui a abouti à la vente d’Alstom-énergie aux Américains, transaction ignominieuse chapeautée par Macron. Sous un faux prétexte – une fake-news, la justice américaine extraterritorialisée a fait plonger le cours de l’action d’Alstom en se basant sur de fausses informations soigneusement concoctées par la justice américaine. Les Français ont ensuite élu le traître à la nation, qui a cautionné cette honteuse transaction, à la tête de l’Etat !

https://en.wikipedia.org/wiki/Bill_Browder

Géopolitique : le mystère du rouble

Capture d’écran 2018-12-29 à 17.09.34.png

Traduction d’un article de Tom Luongo paru sur le site ZeroHedge le 28 décembre 2018.

Le rouble russe est reparti à la hausse cette semaine passée à la faveur de la déroute mondiale des cours des actions et des matières premières provoquée par la hausse des taux d’intérêt de la Réserve Fédérale américaine. La banque centrale de Russie avait réagi auparavant de manière un peu excessive à la hausse de l’inflation alors que l’économie mondiale va évoluer en 2019 chaotiquement dans un contexte géopolitique incertain. Les prix du pétrole évoluent parallèlement au cours des actions alors que les marchés sont entrés dans une phase de grande volatilité en prévision d’une récession mondiale. En temps normal le cours du rouble est très fortement lié à l’évolution des prix du pétrole. Pourtant le rouble n’a pas du tout, ces dernières semaines, réagi à la baisse considérable du cours du Brent.

Alors que le cours du Brent a accusé une baisse de 38 % depuis octobre, le rouble a fluctué dans une fourchette de 4 % pour un taux de change de 67 % pour un dollar. C’est une stabilité étonnante compte tenu de la volatilité du cours du Brent. Depuis le début de l’année 2018 le rouble a surréagi à l’intensification des sanctions imposées par les USA, en particulier au moment où l’intensification des sanctions à l’encontre de l’Iran et du Vénézuela avait maintenu les cours du pétrole à un niveau élevé.

Perspectives sur les cours du pétrole.

Le cours du rouble s’est redressé cette dernière semaine alors que la volatilité des cours du pétrole s’accentuait. En effet, en raison du volume de l’offre le cours du Brent ne peut pas durablement être maintenu au dessus de 65 dollars le baril. Et ce cours n’est pas non plus supportable en dessous de 40 dollars pour à peu près tout le monde, l’Arabie saoudite en raison de ses contraintes budgétaires ou encore les entreprises de « fracking » américaines acculées à des dettes gigantesques.

Depuis que le rouble a flotté à la fin de l’année 2014 la Russie a été de moins en moins impactée par les fluctuations des prix du pétrole, parce que les coûts domestiques sont payés en roubles et que les revenus en dollars sont compensés par un rouble plus faible. Ce sont les dépenses publiques qui pâtissent des baisses de prix du pétrole. Mais d’autre part les cours élevés lors d’une partie de cette année 2018 a rempli les coffres de la Russie qui a dégagé un excédent budgétaire de 2,1 % du PIB. La Russie dispose d’un système d’auto-budgétisation basé sur les recettes tarifaires du pétrole et alors le budget sera ajusté en fonction des prix anticipés du pétrole. Donc, compte tenu des 1,2 millions de baril/jour communiqués à l’OPEP il ne faut pas s’attendre à ce que le gouvernement russe envisage un baril à 80 dollars en 2019 et c’est ici un signal baissier.

L’énergie représente la majeure partie des exportations russes mais cette proportion diminue régulièrement au fur et à mesure que d’autres industries deviennent matures. En 2017 le pétrole et le gaz représentaient un peu moins de 60 % des exportations contre 69 % en 2014. Si le prix des hydrocarbures augmente en 2019 cette part pourrait également augmenter mais les exportations hors hydrocarbures ont atteint en 2018 un record de 147 milliards de dollars selon une déclaration de Andrey Slepnev, Directeur Général du Russian Export Center. C’est un fait nouveau important. Le choc des sanctions américaines et la baisse des prix des hydrocarbures aurait dû affecter le cours du rouble comme celà a été le cas avec la lire turque et ce devait être l’espoir de Capitol Hill. Or ce ne fut pas le cas et cela montre bien la part croissante du commerce russe hors zone dollar : les exportations russes continuent à croître grâce au rouble faible et à la stature d’homme d’Etat de Poutine. Et l’effet direct est d’encourager davantage de pays disposés à se soustraire aux sanctions américaines à commercer directement avec la Russie.

La vraie guerre idéologique.

Trump et Poutine sont maintenant en guerre idéologique sur la manière de faire du commerce. Trump a choisi un comportement mafieux consistant à punir les gens qui veulent faire des affaires avec d’autres pays que les USA alors que Poutine s’inspire d’un Dale Carnegie cherchant des victoires commerciales là où il pourra y parvenir. Trump a le bâton, Poutine propose les carottes … Il est triste de constater ce que sont devenus les Etats-Unis. Trump est persuadé qu’il pourra refaire l’Amérique à son image. Il dit souvent que son pays doit être respecté. Mais ce n’est pas ce que l’on perçoit en observant le monde politique américain. En fait c’est tout le contraire : Trump veut être obéi et il considère que le pouvoir américain doit être respecté. Mais ce n’est pas le cas, c’est du ressentiment, et il devrait être assez intelligent pour comprendre ça ! Trump sape la seule chose qui fait du dollar un dollar, la stabilité et la confiance.

Poutine de son côté a choisi d’ignorer Trump et de tisser des relations commerciales qui lient la Russie et ses voisins. À Washington les néoconservateurs hystériques crient de manière incohérente qu’il faut « anihiler l’infuence russe ». C’est simplement un message codé pour dire : « nous voulons que la Russie soit pauvre, faible et incapable de se défendre afin que nous puissions la prendre en charge ».

La réalité est toute différente : chaque pipe-line construit entre la Russie et l’Europe, l’Inde ou la Chine réduit la probabilité de conflits entre ces pays et la Russie. De ce point de vue la Russie utilise ses immenses ressources énergétiques pour sauvegarder son avenir. C’est la « diplomatie du pipe-line » et la position de Washington découle de cette théorie dépassée des « grandes puissances » sur la façon de jouer le grand jeu de la géopolitique.

La Russie connaît trop bien l’esprit belligérent des USA et des élites européennes à son égard. Ce pays a fait avec pendant des siècles et Poutine sait très bien, comme n’importe quel étudiant en histoire, qu’il a le temps et que ce temps est son meilleur allié. Lorsque l’on considère le paysage géopolitique on doit considérer la tendance générale, les joueurs autour de la table et leurs motivations. Pour la Russie l’objectif est une voie indépendante qui ne la réduit pas à la merci des impératifs politiques américains. Personne n’est jamais sorti indemne d’un conflit économique avec les USA mais ce n’est pas vraiment l’objectif. L’objectif de la Russie c’est de minimiser les dommages et de rétablir des relations locales solides qui se sont délabrées après la chute de l’URSS.

Le Premier Ministre russe Dmitri Medvedev a finalement dit clairement que les leaders politiques de son pays ont tourné une page dans leur manière de penser. Il a déclaré que les sanctions américaines avaient poussé Moscou et Pékin à utiliser leurs propres monnaies dans leurs échanges commerciaux « ce qui aurait dû être fait il y a plus de dix ans ». « Commercer en roubles est une priorité absolue, ce qui, soit dit en passant, devrait à termer transformer le rouble, monnaie convertible, en une monnaie de réserve » a aussi déclaré le Premier Ministre russe. Et cette position explique les nombreuses entrevues de Poutine pour construire un zone commerciale en Asie avec le rouble comme alternative au dollar.

La tendance géopolitique est donc claire, l’Occident est surendetté. La chasse aux taxes pour renflouer les budgets se poursuivra sans fin. Les Etats-Unis ne sont intéressés que par le maintien de leur pouvoir. C’est exactement ce que veut dire Trump par son « Make America Great Again ». Et il fera tout pour atteindre cet objectif ce qui rend la politique nord-américaine agressive, violente et vindicative. Et ce n’est pas une recette sur le long terme pour atteindre une stabilité économique et politique. Ce que l’administration Trump craint au plus haut point est que la Russie soit capable de mettre en place un système institutionnel et monétaire parallèle fonctionnant en dehors du contrôle américain.

Mais là où Trump se trompe est que les peuples réagissent aux provocations. Chaque fois que le dollar devient plus cher c’est une occasion de plus où un pays décide de ne plus l’utiliser. Ainsi un rouble stable, insensible aux sanctions et aux fluctuations brutales des cours du pétrole facilite grandement ces prises de décisions. Chaque jour apportant une nouvelle transaction réglée en roubles ou une autre cargaison de pétrole payée en yuans et échangé contre de l’or est un autre jour qui rapproche de la réalité géopolitique de demain.

Source : ZeroHedge, illustration ZeroHedge

Les américains sont-ils toujours crédibles ?

Les américains sont-ils toujours crédibles ?

Après avoir dénoncé l’accord de Paris – c’était leur droit – les USA ont continué dans la même veine en dénonçant l’accord sur le nucléaire iranien sachant parfaitement que cet acte aurait des conséquences considérables pour l’ensemble des pays européens. Ces derniers semblent tétanisés à l’idée d’outrepasser la décision américaine, pays qui fait la pluie et le beau temps avec son inique pouvoir d’extraterritorialité quand il y a des dollars en jeu. Sans vouloir être vulgaire la Maison-Blanche nous tient tous par les couilles. Les Chinois et les Russes l’ont compris avant l’Union européenne et ils ont conclu des accords de swap entre eux. Le Japon, bien qu’ayant également conclu des accords de swap yuan-yen, subit la pression constante de Washington pour ne pas trop énerver son « occupant » et quand je dis « occupant » c’est tout simplement parce que de facto les USA occupent le Japon depuis 1945. Idem pour la Corée du Sud. Toute initiative diplomatique pouvant déboucher sur un rapprochement voire une réunification avec la partie nord-coréenne est scrutée à la loupe par les chiens de garde de Washington car il faudra que ce processus leur convienne. Pour l’ensemble de l’Europe c’est blanc-bonnet et bonnet-blanc.

Venons-en à l’OTAN. C’est un magnifique outil d’asservissement de l’ensemble de l’Europe occidentale par les Américains. Lors de l’effondrement du bloc soviétique, Russes et Américains s’étaient mis d’accord pour que l’OTAN ne s’étende pas aux ex-pays satellites de Moscou. Qu’à cela ne tienne, les Américains ne se sont pas privés pour installer des troupes et des armements à quelques kilomètres de la frontière russe tout en fomentant le coup d’Etat de Kiev.

Non contents de n’avoir dénoncé que trois accords Washington vient aussi de se retirer unilatéralement d’un important traité avec la Russie relatif au non-déploiement de missiles de portée intermédiaire porteurs de charge nucléaire. C’est ce fou de John Bolton, un faucon à moustache (les pires), conseiller à la sécurité nationale qui l’a exigé. Ce triste individu travaille pour le complexe militaro-industriel à qui il faut donner un os à ronger. L’accord sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (500-5000 km) appelé en français FNI, forces nucléaires à portée intermédiaire, avait été conclu entre la Russie, à l’époque encore l’Union Soviétique, et les USA et avait eu pour avantage de détendre quelque peu les relations entre les deux blocs. Bolton affirme que la Russie s’est dotée d’un vecteur appelée par l’OTAN 9M729 qui est en violation directe avec le FNI. Or Moscou nie farouchement que ce missile soit effectivement orienté vers l’Europe, si tant est que ce missile existe. Pour Washington la situation est plutôt ardue car il faudra bien qu’un des pays d’Europe accepte d’ « héberger » sur son sol des missiles nucléaires d’une portée de 500 à 5000 km. De plus ce fameux complexe militaro-industriel américain n’a pas les moyens de développer une parade équivalente au 9M729 s’il existe réellement, il faut le répéter car c’est peut-être encore une affabulation de Bolton et de l’administration américaine.

Dans la réalité la dénonciation de ce traité est dirigée non pas à l’encontre de la Russie mais plutôt envers la Chine qui dispose depuis peu de missiles de portée intermédiaire surnommés « tueurs de porte-avion » et sans la capacité de menacer le territoire chinois avec des outils conventionnels, c’est-à-dire des missiles balistiques ou de croisière, Washington perd un levier important dans le bras de fer engagé avec Pékin pour la domination de la région Asie-Pacifique. Cette dénonciation du traité FNI est donc une menace pour la Chine qui devra tôt ou tard négocier avec les USA au sujet d’une limitation des armements. Si tel était le cas les USA bénéficieraient alors d’un soutien de la Russie dans la perspective du renouvellement de l’accord Start concernant les missiles balistiques de longue portée à tête nucléaire qui doit être renégocié en 2021.

Pour bien faire « mûrir » la Chine et la préparer à cette éventualité les USA ont aussi violé les accords de l’OMC – encore des accords bafoués ouvertement – en sanctionnant lourdement la Chine avec des droits de douane parfois exorbitants. Cependant cette arme économique pourrait bien se retourner contre les consommateurs américains dont près de 100 millions n’ont pas les moyens financiers d’acheter des produits « made in USA » et n’ayant pas d’autre choix que d’acheter des produits « made in PRC ». Tout est presque clair. L’aigle impérial américain est à bout de souffle et son hégémonie mondiale est sérieusement remise en cause. La partie de poker à trois (l’Europe n’est que figurant autour de la table et c’est bien regrettable) entre la Chine, la Russie et les USA n’est pas terminée mais pourrait mal se terminer pour l’Empire américain.

Inspiré d’un article paru dans Le Temps de Genève.

Mais où est passé le réchauffement du climat ? (suite)

Capture d’écran 2018-07-02 à 12.12.22.png

Les Empereurs chinois aimaient les statistiques et tous les évènements du quotidien étaient scrupuleusement consignés sur des registres y compris la date de floraison des pruniers Amygdalus davidiana qui ornaient les jardins et les parcs des alentours des palais et des résidences de l’Empereur disséminés dans la campagne chinoise profonde. Le changement de régime politique en Chine n’a pas effacé cette tradition et deux géographes de l’Université de Pékin ont rassemblé toutes les données relatives à la floraison de cet arbre emblématique que d’aucuns appellent aussi par erreur le cerisier. En établissant une corrélation entre cette date de première floraison et les températures relevées durant la période 1950-1980 il a été possible de remonter dans le temps jusqu’aux années 1740 et le résultat est surprenant.

Capture d’écran 2018-07-02 à 13.32.49.png

Il y a bien eu un refroidissement du climat après 1790 et jusqu’en 1830 alors que les températures étaient plus élevées qu’aujourd’hui entre 1740 et 1790 comme elles l’ont été entre 1930 et 1960 après une stabilisation de près d’un siècle (1830-1930).

Capture d’écran 2018-08-25 à 10.42.26.png

Ce qui ressort de cette étude est assez inattendu : les pruniers fleurissaient en moyenne 4,84 jours plus tôt entre 1740 et 1790 qu’entre 1950 et 1980 et seulement 0,14 jours plus tard durant la période 1790-1830 alors que cette période est communément appelée « petit âge glaciaire ». Certes il s’agit de la Chine continentale et le climat de cette contrée ne peut pas être comparé point par point à celui de l’Europe mais l’étude met en évidence la plus grande sensibilité de la végétation aux températures légèrement plus élevées. À l’aide de la corrélation établie sur la période 1950-1980 entre les dates de floraison et la température relevée il apparaît que durant la période 1741-1790 la température était régulièrement supérieure de 0,48 °C à celle observée entre 1950 et 1980.

La conclusion que l’on peut tirer de cette étude est claire, les optima climatiques ont existé dans un passé récent indépendamment de toute cause d’origine humaine et la présente période « chaude » n’est pas une exception dans l’évolution cyclique du climat.

Source et illustrations : International Journal of Climatology 10.1002/joc.5145