L’avortement sélectif est toujours populaire en Inde, Chine et Asie du Sud-Est

Le 4 mars 2010, The Economist a publié l’une de ses couvertures les plus mémorables : une page complètement noire, à l’exception d’une paire de minuscules chaussures roses avec des nœuds à froufrous en bas. Le titre était « Gendercide : qu’est-il arrivé à 100 millions de bébés filles ? »

Bonne question. La réponse est qu’elles ont été avortées ou tuées, principalement en Chine et en Inde, mais aussi dans d’autres pays. Il a brossé le tableau d’une tragédie : la violence croisée d’une fécondité plus faible, des tests prénataux plus précis et la préférence pour les fils.

Quelques années plus tard, en 2017, The Economist était plus optimiste : « En Inde, et dans le monde dans son ensemble, la guerre contre les bébés filles semble s’achever ». Il conclut avec un aplomb caractéristique : « L’Asie s’est engagée dans une expérience démographique aux conséquences désastreuses. Cela ne se répétera sûrement pas ».

Selon un article paru dans The Lancet Global Health (lien), le sex-ratio, en Inde au moins, ne cesse de s’élargir. Le ratio naturel à la naissance est d’environ 950 filles pour 1000 garçons. Les chercheurs ont constaté que

13,5 millions de naissances féminines manquaient au cours des trois décennies d’observation (1987-2016), sur la base d’un sex-ratio naturel de 950 filles pour 1000 garçons. Les naissances féminines manquantes sont passées de 3,5 millions en 1987–96 à 5,5 millions en 2007–16. La comparaison du sex-ratio conditionnel de la première décennie d’observation (1987–96) à la dernière (2007–16) a montré une aggravation pour l’ensemble de l’Inde et presque tous les États, parmi les primogénitures et les suivantes. Le Pendjab, l’Haryana, le Gujarat et le Rajasthan avaient les rapports de masculinité les plus asymétriques, représentant près d’un tiers du total national des femmes manquantes aux deuxième et troisième nés à la naissance. Si le ratio naturel est en fait de 975 pour 1 000, 22 millions de filles sont portées disparues.

En résumé, entre 13 et 22 millions de filles indiennes ont été « portées disparues » entre 1987 et 2016 en raison d’un avortement sélectif en fonction du sexe. L’holocauste entre les sexes n’est pas dû au manque de messages sociaux et de rhétorique féministe de bien-être. Politiciens, bureaucrates, militants, éducateurs chantent tous la même partition : ne pas avorter les filles. Cela n’a pas fonctionné.

En 1994, la loi sur les techniques de diagnostic pré-conception et prénatales a interdit l’utilisation du diagnostic sexuel prénatal qui permet des avortements sélectifs selon le sexe – mais cela a eu peu d’impact. Les chercheurs ont constaté que le sex-ratio s’était stabilisé entre 2007 et 2013, mais qu’il s’était par la suite aggravé. L’infanticide féminin semble avoir disparu, mais le diagnostic échographique suivi d’un avortement est de plus en plus courant. Les chercheurs écrivent :

« L’avortement sélectif selon le sexe semble être plus prononcé pour les naissances de troisième ordre que pour les naissances de deuxième ordre après une première fille. L’avortement sélectif selon le sexe est resté plus courant dans les familles plus riches et plus éduquées que dans les familles plus pauvres et moins éduquées, contrairement aux différences dans la survie des enfants et l’accès aux soins de santé. Le principal déterminant des naissances féminines manquantes dans les naissances de deuxième et de troisième ordre était une fille ou des filles antérieures. Les tendances défavorables des naissances féminines manquantes contrastent nettement avec l’amélioration substantielle de la mortalité infantile des filles au cours des deux dernières décennies en Inde ».

Selon une étude d’un chercheur australien, Richard Egan, la préférence pour les fils et la volonté de recourir à l’avortement sélectif selon le sexe sont également présentes dans les communautés immigrantes indiennes, chinoises et vietnamiennes du monde entier.

Liens : https://doi.org/10.1016/S2214-109X(21)00094-2

Article de Michael Cook paru sur son site BioEdge.
Remarque. Ce phénomène d’infanticide sélectif existe avec la même ampleur en Chine, au Vietnam et dans une moindre mesure en Thailande. Conjugué à la politique de l’enfant unique qui a été en vigueur pendant près de 30 ans en Chine, l’infanticide sélectif prépare un problème démographique pour ce pays qui sera d’une extrême gravité : un vieillissement brutal de la population avec des conséquences économiques et sociales difficiles à imaginer. On ne joue pas avec la démographie …

Cryptomonnaies : pourquoi la Chine encourage-t-elle cet engouement ?

La Chine avec sa population stabilisée à 1,39 milliards d’individus voudrait paraître le bon élèves de l’énergie propre à l’horizon 2050. C’est pourquoi le développement du programme électro-nucléaire est classé prioritaire. Après avoir sorti de la pauvreté cinq cent millions de personnes, plus que la population de l’Union européenne, en moins de 20 ans l’augmentation du niveau de vie de ce pays va inexorablement avoir pour conséquence une augmentation de la consommation d’énergie. Cette tendance va s’accélérer avec la production massive de véhicules électriques.

Mais, contrairement à ce que l’on pourrait croire en Occident, il existe un autre secteur de consommation d’énergie qui devrait préoccuper le gouvernement chinois, il s’agit des cryptomonnaies. En Europe et aux USA on croit que les cryptomonnaies ont été créées par les Occidentaux et sont utilisés par eux seuls. C’est loin d’être le cas. Le premier à avoir imaginer ce que l’on appelle maintenant la « blockchain » est un cryptographiste appelé David Chaum au début des années 1980. Il faudra près de 30 ans pour que les progrès de l’informatique permettent une concrétisation du concept de chaine de documents contenus dans un bloc d’informations crypté et certifié par un code unique, transférable et considéré comme une valeur liquide. C’est à peu près ce que j’ai compris de la « blockchain. C’est Satoshi Nakamoto qui a dans les faits introduit la blockchain en 2008 mais on ne sait pas s’il s’agit d’un individu ni même s’il s’agit d’un Japonais.

Bref, la blockchain est devenue un véritable sport national en Chine, une sorte d’échappatoire à la main-mise de l’Etat central sur les individus, une bouffée d’oxygène idéologique. L’essor des cryptomonnaies chinoises est devenu tel qu’il représente aujourd’hui plus de 65 % de toutes les transactions cryptées du monde. Tout le monde parle en Occident du Bitcoin mais c’est un nain par rapport au Poolin, la cryptomonnaie la plus populaire de Chine suivie par AntPool, une émanation lointaine d’Alibaba, le plus grand groupe de commerce digital du monde fondé par Jack Ma maintenant en délicatesse avec le pouvoir central chinois pour abus de position dominante sur le marché digital. Les tribulations à la limite de la légalité d’un Elon Musk au sujet du BitCoin semblent alors totalement ridicules et tous les commentaires des analystes financiers le sont encore plus !

Curieusement ce même pouvoir central chinois laisse le champ libre aux cryptomonnaies dans ce pays pourtant dominé par le parti communiste. Il ressort que les cryptomonnaies sont devenues en Chine le nouvel opium dont les citoyens ont besoin pour vivre un quotidien le plus souvent morne et répétitif. Si un de moi-milliard de personnes ont été sorties de la pauvreté en un temps record, les estimations révèlent qu’un demi-milliard de personnes utilisent quotidiennement des cryptomonnaies aujourd’hui en Chine. Mais il y a un problème : la consommation d’électricité nécessaire pour le mining, en d’autres termes la mise en place de transactions cryptées. Aujourd’hui la blockChain consomme plus d’électricité en Chine que toute l’Italie, soit 300 TWh par an ! Qu’à cela ne tienne, la Chine construit des centrales électriques brûlant du charbon en attendant que les quelques 20 réacteurs nucléaires en cours de construction soient opérationnels, car il y a une urgence pour maintenir la population dans le calme …

La pénurie de semi-conducteurs : un problème mondial récurrent

Ce n’est pas la pandémie coronavirale qui a provoqué une pénurie mondiale de semi-conducteurs puisque les deux principaux pays producteurs de ces composants essentiels pour l’industrie mondiale n’ont jamais été affectés par le coronavirus. Il s’agit de la Corée et de Taïwan, deux pays précisément exemplaires dans la gestion de cette crise sanitaire. La demande mondiale en semi-conducteurs n’a cessé de croître au fil des années et les gigantesques investissements pour créer de nouvelles unités de production n’ont pas suivi cette augmentation de la demande. Pour créer une unité industrielle de production de semi-conducteurs l’investissement nécessaire est de l’ordre de 12 milliards de dollars et il faudra trois années pour qu’elle devienne opérationnelle. Ces usines dont la sophistication est poussée à l’extrême puisque les circuits électroniques atteignent maintenant des échelles de l’ordre de quelques microns sont encore appelées des « fonderies ». En effet, l’activité en amont consiste à produire des lingots de silicium ultra-pur à partir de sables particuliers pauvres en contaminants mais qu’à cela ne tienne les techniques de purification dites de « zone » des lingots ont fait des progrès considérables quand il s’agit de ce secteur particulier de la production industrielle de « chips » spécialisés. Le court documentaire (lien en fin de billet) donne un aperçu de ce type d’unité de production. Deux entreprises extrême-orientales sont les leaders de ce marché, Samsung en Corée et TSMC (Taiwan Semiconductor). Quelques autres acteurs comme Intel aux USA et SMIC en Chine se partagent les miettes. Le Japon dont les unités de production, en particulier celles de Toshiba, ont été ruinées par le grand tsunami du 11 mars 2011 n’a pas suivi cette évolution. Seules des firmes nippones spécialisées dans la robotique de précision ont survécu mais ne sont plus que des sous-traitants de TSMC ou de Samsung.

Pourquoi des industriels du monde entier doivent attendre des livraisons de « chips », tout simplement parce qu’aucune entreprise occidentale ne peut prendre le risque financier considérable d’investir des milliards de dollars dans ce créneau alors que la conjoncture économique est incertaine et que par conséquent les risques de profitabilité sont tout aussi incertains. Un faisceau de paramètres a donc créé cette crise. D’abord les constructeurs d’automobiles ont reporté leurs commandes, occupés à repenser leurs productions pour passer du diesel à la voiture électrique. De tels changements de stratégie ne s’effectuent pas en un jour. Les confinements et autres couvre-feux ont eu pour conséquence une explosion du travail à domicile et la demande en électronique personnelle de bureau a bondi. Les décisions politiques de l’ex-président américain à l’égard de la Chine ont poussé une firme comme Huawei a constituer des stocks de semi-conducteurs jamais vus auparavant. Enfin le « minage » des monnaies électroniques a rapidement épuisé la production de cartes graphiques, une pression supplémentaire sur les principaux fabricants.

La conséquence de cette crise est une augmentation significative des prix de toute l’électronique grand public : quand il n’y a pas assez de blé le prix du pain augmente et ceux qui mangent du pain sont les premiers à en subir les conséquences, c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui dans l’industrie des semi-conducteurs …

Inspiré d’un article paru sur le site The Conversation

Note. Pour ceux qui envisageraient de placer leurs économies en achetant des actions de TSMC qui ont « pris » 190 % d’augmentation en quelques semaines en raison de la pénurie mondiale de semi-conducteurs ils doivent s’armer de patience car investir à Taïwan est très compliqué. Enfin la Chine a besoin de Taïwan et pas seulement de TSMC mais également de FoxCon et un conflit armé entre la Chine populaire et la République de Chine (Taïwan) me paraît improbable pour l’instant car il faudra au moins 15 ans pour que la Chine devienne autosuffisante dans ce domaine.

Le cas des Ouïghours : remettons les choses à leur place

Les Ouïghours sont une peuplade originellement nomade, turcophone, qui a été sédentarisée par la force au cours des années 1950. Ce ne sont pas des Hans, ils pratiquent une religion proche de l’islam et leur écriture est dérivée de l’arabe. L’implantation des Ouïghours est le Xinjiang. Depuis près de 200 ans le peuple Ouïghour s’est révolté contre l’autorité chinoise et, appuyés par le parti islamique du Turkestan dont on peine à cerner l’idéologie politique, les Ouïghours n’ont cessé de fomenter des attentats, des meurtres souvent gratuits et diverses actions subversives contre l’autorité chinoise. La situation s’est aggravé avec la doctrine du parti communiste d’assimilation des minorités ethniques. L’attitude des Ouïghours a naturellement encouragé le pouvoir central a réprimer sévèrement toute tentative de rébellion ou de désordre. Comme toutes les peuplades nomades les Ouïghours sont avant tout des guerriers doublés d’une idéologie de conquête identitaire. L’Occident et en particulier les Etats-Unis ne disposent que de rares informations relatives à ce peuple puisque le Xinjiang est dans la pratique interdit aux Occidentaux. Malgré l’indiscipline caractérisée des peuple Ouïghours le pouvoir central chinois investit des somme considérables pour développer l’économie de cette riche province, la voie vers une assimilation économique et culturelle. C’est sans compter sur la particularité de ce peuple sans cesse en rébellion contre le pouvoir local, c’est-à-dire les représentants du pouvoir central appuyés par une police et une armée dont la mission est de maintenir l’ordre.

Malgré l’emprise du pouvoir central dans cette région dite autonome la violence, les attentats et les homicides restent courants, ce qui constitue un frein considérable au développement de la région, trois fois plus étendue que la France et dont les ressources minières sont considérables outre le charbon, le pétrole et le gaz. Devant cette permanence de la violence le pouvoir central chinois a choisi de punir les activistes séparatistes teintés d’islamisme radical. Cette politique ne plait pas aux démocraties occidentales emmenés dans une croisade anti-chinoise par Washington, dénonçant une grave atteinte aux droits de l’homme, prétendant que Pékin a jeté des millions de Ouïghours dans des camps de travail forcé, accusations allant jusqu’à dénoncer un véritable génocide. Aucun Occidental n’est allé sur place vérifier les prétendues exactions dont sont victimes les Ouïghours. Cette propagande totalement mensongère est organisée par un pseudo-ethnologue, Adrian Zenz, idéologue évangélique d’extrême droite notoire, qui a étroitement collaboré au sein d’une prétendue université, la Fairfax University of America, qui n’est pas une université mais un groupement d’activistes évangéliques. Cette mascarade idéologique est organisée en sous-main par la CIA, exactement comme les évènements de Hong-Kong auxquels le pouvoir central chinois a mis fin autoritairement.

Les Ouïghours constituent donc un moyen de pression sur Pékin ou plutôt un faux prétexte pour renforcer les sanctions économiques à l’égard de la Chine. Et les Occidentaux, totalement dépourvus du moindre esprit critique, soutiennent Washington. Il serait avisé que les pays européens commencent à gérer leurs propres problèmes de minorités ethniques et religieuses avant de proférer de véritables insultes à l’encontre de Pékin puisqu’il s’agit tout simplement de « fake-news » dont sont coutumiers les Américains depuis le faux attentat dans le port de la Havane comme prétexte pour déclarer la guerre à l’Espagne à la fin du XIXe siècle.

Pour toute information complémentaire je conseille à mes lecteurs de se reporter à l’article de Ajit Singh paru (en français) sur le site Inestig’Action le 22 mars 2020 dont voici le lien :

Illustration trouvée sur le sommaire de quotidien Marianne ce 24 mars 2020 : l’Ambassadeur de Chine en France Lu Shaye. Je n’ai pas lu l’article.

Géopolitique. Diverses remarques : USA et Europe

Je voudrais présenter mes plus humbles excuses auprès de mes fidèles lecteurs car je n’ai pas l’intuition analytique surprenante par sa finesse d’Emmanuel Todd qui, bien avant la chute du mur de Berlin, eut l’audace de prédire le collapsus du bloc soviétique. Todd a récidivé en prédisant la chute de l’Empire américain dont on assiste aujourd’hui à la déliquescence. Ce pays, il y a encore quelques années, dominait le monde et, miné par l’usage de diverses drogues, par l’extravagante consommation de boissons sucrées conduisant à un surpoids de près de 60 % de la population avec toutes ses conséquences pathologiques, une chute alarmante de l’espérance de vie, une mortalité infantile en augmentation et un chômage massif de près d’un tiers de la population active, ce pays ne peut que régresser.

J’avais écrit des billets de politique-fiction sur ce blog et je me suis systématiquement trompé. Mais pour ce qui concerne les Etats-Unis, la situation est préoccupante. Juste une remarque préliminaire. Si le vieux « Joe » avait dit à son électorat au moment de la campagne électorale présidentielle, clairement, qu’il allait au cours de la première année de son mandat entrer en guerre contre un pays de son choix, ces électeurs auraient-t-ils voté pour lui ? En ce qui concerne mes « fictions » je me suis trompé au sujet d’un encombrement des maternités à la fin de l’année 2020, neuf mois après le premier confinement qu’ont subi les Français. J’avais oublié qu’en France le nombre annuel d’avortements atteint le chiffre invraisemblable de 280000 par an. Et pour une révolution lors du 150e anniversaire de la Commune, rien ne s’est passé et Christophe Claudel dont j’ai inséré sur ce blog son article l’a très bien expliqué dans une prose un peu laborieuse : les Français sont devenus des moutons dociles et il n’y a plus rien à espérer.

Pour se donner l’illusion qu’il est encore le leader du monde l’Amérique, maintenant dirigée par une équipe hétéroclite constituée d’opportunistes en tous genres, n’a plus d’autre choix que de fomenter un conflit armé avec un pays quelconque pour redémarrer une pseudo activité industrielle, comme si les USA vivaient encore les années 1940 lorsque Roosevelt orienta la totalité de l’industrie américaine pour fournir à l’Europe le soutien qui permit à la Grande-Bretagne de vaincre l’Allemagne nazie. Au passage il faut rappeler que sans la percée sur le front est de l’armée soviétique les Américains et les Anglais auraient rencontré de réelles difficultés pour vaincre le IIIe Reich. Comme chacun sait les vainqueurs réécrivent l’histoire comme ils l’entendent, mais c’est une autre affaire.

Malheureusement pour les Etats-Unis la donne géopolitique a changé. À force de traiter les Russes et les Chinois de « sous-hommes » incapables d’installer une démocratie « à l’américaine », excusez l’euphémisme, la politique américaine a réussi ce qu’elle devait éviter à tout prix : rapprocher la Chine et la Russie. En conséquence toute velléité guerrière quelle qu’elle soit de la part des USA à l’encontre de quelque pays que ce soit, aujourd’hui, constituera un très grand risque, une aventure à coup sûr perdante. L’administration Biden devrait prendre conscience que le monde a changé depuis Obama, le bloc Russie + Chine constitue un challenge qui ne pourra même pas conduire à un conflit nucléaire dont personne ne veut puisqu’il s’agirait de la plus grande extinction massive depuis la chute de la météorite qui anéantit les dinosaures il y a 65 millions d’années. Économiquement en chute libre les Etats-Unis sont devenus dépendants de la Chine, comme d’ailleurs l’Europe, et « faire des misères » à ce pays est un jeu qui se retournera contre le peuple américain.

Emmanuel Todd avait raison en prédisant la chute de l’empire américain et il a raison également en prédisant la chute de l’Union européenne. En effet l’Europe est le « pré carré » des Américains. L’Europe occidentale était déjà sous la coupe des USA lors de la guerre froide et depuis la chute du mur de Berlin c’est l’ensemble de l’Union élargie qui est dominée militairement par les Américains. À cette domination militaire il faut ajouter la domination économique et financière, le dollar étant toujours la monnaie d’échange au sein de l’Europe, le système SWIFT (américain) et les lois extraterritoriales américaines rendant de fait l’ensemble de l’économie européenne prisonnière des USA. Tout projet industriel ou commercial non conforme à la doctrine américaine est, en Europe, soigneusement combattu par tous les moyens, les plus tordus, par les Américains. L’exemple du gazoduc NordStream-2 en est une illustration.

Il y a pire encore. Les USA ont entrainé l’Europe dans le déclin idéologique en exportant les analyses ultra-gauchistes émanant des campus universitaires, y compris des plus prestigieuses universités de la côte est comme de la côte ouest. Les mouvements LGBT ou BLM (Black Live Matters) ont trouvé un terrain de choix en particulier dans les universités françaises qui, comme le gouvernement feint de l’ignorer, sont des pétaudières de gauchistes prétendant réformer le monde en attendant d’hypothétiques allocations de chômage. Ce qui sévit aujourd’hui dans ces universités me rappelle les conversations houleuses auxquelles j’ai participé en mai 1968 à l’Université de Lyon. J’osais dire haut et fort aux étudiants avec qui je suivais les cours de biologie que lorsqu’ils auraient décroché un poste de recherche pour préparer une thèse de doctorat leurs revendications s’éteindraient avec une rapidité proportionnelle au montant de leur premier salaire. C’est exactement ce qui arriva. Aujourd’hui la situation est très différente. Comme pour les hôpitaux les universités sont des laissées pour compte budgétaires et les rares diplômés français s’expatrient.

Donc l’Europe s’enfonce dans le déclin et le SARS-CoV-2 a juste un peu accéléré ce processus mortifère inexorable. Bienvenue dans un monde où tout sera beau et tous seront gentils … Prochain billet de géopolitique, le cas des Ouïghours.

Réflexion libre sur l’actualité, les cas de Trump et Jack Ma

Le Chinois Jack Ma a disparu de la circulation et les médias bien-pensants n’osent pas trop commenter cette nouvelle qui après tout ne concerne que la Chine et les Chinois. Les commentateurs se perdent en conjectures. Pourtant cette information mérite une analyse compte tenu des évènements récents qui ont enflammé la ville de Washington et tous les médias du monde. Il y a quelques mois le Président Trump a laissé entrevoir que certains « GAFAM » enfreignaient la loi dite anti-trust américaine (Clayton Act, 1914) et qu’il était nécessaire de légiférer afin de réduire la puissance de ces sociétés privées. À la suite des évènements du 6 janvier 2021 le Président Trump a été interdit de parole par Google, Facebook, Twitter et d’autres canaux (illustration).

C’était une revanche des GAFAMs qui n’ont pas l’intention d’être dérangés dans leurs affaires par la nouvelle administration démocrate, car le message s’adressait aussi aux Démocrates. Il s’adressait également à tout pays manifestant une certaine hostilité à l’égard de ces entreprises privées qui ont acquis une puissance telle que plus aucun Etat ne peut les contrôler. Cependant certaines administrations des Etats-Unis collaborent avec ces entreprises pour la collecte de données concernant les citoyens anonymes. On se trouve donc, dans un pays dit démocratique comme les USA devant un paradoxe. L’activité de ces groupes, les GAFAMs, arrange le gouvernement américain mais leur puissance financière est dérangeante, et quand un pays comme la France s’estime en droit de taxer les bénéfices réalisés par ces mêmes groupes sur le sol français, le gouvernement américain se rebiffe, à n’y rien comprendre. C’est pourtant limpide, une démocratie ne peut plus gérer de tels puissances technologiques et financières tout en collaborant sous le manteau avec elles.

La Chine a pressenti ce danger lorsque Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, a décidé d’une IPO (introduction en bourse) de la filiale Ant de ce groupe. Alibaba est le pendant d’Amazon en Chine et dans de nombreux pays d’Asie avec plus d’un milliard de clients et Ant est le concurrent direct de Visa et MasterCard avec sa plateforme Alipay. Alibaba et Ant sont deux monstres dont le pouvoir financier devait, d’une manière ou d’une autre, inquiéter le gouvernement chinois. Les projets d’extension de l’activité de Ant en Europe et en Amérique du nord n’ont probablement pas plu au gouvernement central chinois pour toutes sortes de raisons. On peut citer un embryon de collaboration avec Visa et MasterCard et l’implantation d’Alipay dans « trop » de pays. Les projets d’extension de Ant vers des services financiers n’ont pas non plus été du goût des dirigeants de Pékin car la monnaie, qu’elle soit scripturale, électronique ou fiduciaire, est le premier pouvoir régalien d’un Etat. Si un Etat perd le contrôle de sa monnaie, il perd une grande partie de sa souveraineté.

Les velléités de Jack Ma de développer les activités financières de Ant et le projet d’IPO ont probablement déplu – à juste titre – au gouvernement central de Pékin, c’est peut-être la raison de la disparition des radars de Jack Ma et ceci s’explique car la Chine n’est pas une démocratie contrairement aux Etats-Unis dont le Président, toujours en fonction jusqu’au 20 janvier s’est vu interdit de séjour par Zuckerberg et d’autres magnats des GAFAMs. En Chine ces individus seraient probablement en prison.

Au terme de cette courte réflexion on peut penser ce que l’on veut de la Chine et de son régime politique mais il y a un point qui mériterait d’être développé : la lente, mais certaine, dérive des démocraties européennes vers le totalitarisme. Souvenez-vous que dans les années 1930-1940 il fallait plus des doigts d’une main pour dénombrer les régimes dictatoriaux en Europe : la Russie soviétique, l’Allemagne, l’Autriche, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, la Croatie et dans une moindre mesure la Norvège et la France … Le démon du totalitarisme n’est pas mort et il peut renaître à tout moment.

Énergie nucléaire : la Chine accélère son avance

Outre le fait que la Chine est le premier émetteur de CO2 dans le monde ce pays dont la recherche & développement est planifiée sur le long terme a résolument décidé de « décarboner » sa production d’électricité à l’horizon 2060. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie 48 réacteurs nucléaires sont couplés au réseau électrique et 15 autres réacteurs à usage commercial sont en cours de construction. À ces derniers il faut ajouter les réacteurs expérimentaux en particulier les réacteurs modulaires à haute température et combustible en lit fluidisé (pebble bed) et les surrégénérateurs refroidis avec du sodium liquide. J’ai déjà mentionné sur ce blog l’intérêt que porte la Chine sur ce type de réacteurs à lits fluidisés (billets des 9 mars et 16 décembre 2017). Ces réacteurs utilisent un combustible constitué d’uranium-235 enrichi à 8,6 % conditionné sous forme de billes recouvertes de carbure de silicium d’un diamètre de 6 cm. L’alimentation du réacteur peut se faire en continu sans arrêter son fonctionnement et le cœur du réacteur, un cylindre d’un diamètre de 3 mètres et d’une hauteur de 11 mètres (le cœur du réacteur n’occupant qu’un tiers de ce volume) contient 420000 billes de combustible, chaque bille contenant 8 g d’uranium enrichi. La température de sortie du fluide de refroidissement constitué d’hélium est de l’ordre de 750 °C. Ce fluide passe dans un générateur de vapeur pour produire de la vapeur ultra-sèche à une température de 567 °C. Les contraintes technologiques imposées par les températures et les pressions élevées ne permettent pas de dépasser une puissance thermique de 250 MW. Le site expérimental de Shidaowan dans la province de Shandong comporte deux unités qui produiront la vapeur nécessaire pour alimenter un seul turbo-alternateur d’une puissance électrique de 210 MW. Il est important d’insister ici sur le fait que la Chine ne dépend plus de l’étranger pour les turbo-alternateurs.

Il est donc facile de calculer un rendement MWe/MWth égal à 42 % pour cette installation en regard du rendement d’un PWR qui n’est que de 33 %. Les essais à froid sous pression sont maintenant terminés et concluants car la grande inconnue était la possible présence de fuites car l’hélium présente la particularité de s’infiltrer dans la moindre micro-fissure. Ce défi technologique d’un type nouveau a été résolu par les ingénieurs et techniciens de l’Institut des nouvelles technologies nucléaires (INET) de l’Université de Tsinghua. Pour donner un exemple des défis technologiques rencontrés le ventilateur de circulation de l’hélium se trouve dans l’enceinte du réacteur et l’ensemble de la partie tournante est monté sur des roulements magnétiques. Le contrôle du flux de neutrons est assuré par 24 barres de contrôle pouvant être complétées par des billes ne contenant pas de combustible. Enfin les générateurs de vapeur de structure compacte sont d’un type nouveau à écoulement hélicoïdal. L’avantage de ce type de réacteur est qu’il est entièrement modulaire et tous les éléments peuvent être construits en usine et assemblés rapidement sur site, ce qui réduira considérablement les coûts à l’avenir ainsi que la durée de la construction de ce type d’unité de production d’électricité. Une unité de 2 x 600 MWe déjà planifiée comportera en effet 12 modules réacteur-générateur de vapeur. Un autre avantage et non des moindres est l’impossibilité d’assister pour une raison ou pour une autre à une fusion du cœur du réacteur en raison de la nature du combustible sous forme de billes qui permet de vider le cœur du réacteur de son combustible qui est envoyée par gravité vers une piscine de stockage située sous la structure de l’ensemble réacteur-générateur de vapeur. Cette étape ouvre la mise en œuvre du même type de réacteur pour la production d’hydrogène, le carburant du futur pour les véhicules automobiles.

Il est maintenant indéniable que la Chine développe ses propres technologies innovantes dans le domaine de l’énergie nucléaire dans le cadre d’une planification sur le long terme alors que pour des raisons idéologiques stupides et infondées la plupart des pays occidentaux ont décidé de dénucléariser leur production d’électricité au profit de moulins à vent et de limiter les investissements dans les énergies carbonées, situation qui accélérera le déclin économique de ces pays.

Sources : IAEA, World Nuclear News et http://dx.doi.org/10.1016/J.ENG.2016.01.020

Nouvelles du SARS-CoV-2 , les traitements préventifs et curatifs

J’ai découvert un peu tardivement un site international qui synthétise toutes les donnes disponibles relatives aux différents traitements utilisé dans le monde pour combattre la grippe à SARS-CoV-2. Ce sont des statisticiens associés à des médecins et des biologistes qui collectent toutes les informations publiées dans les revues scientifiques et médicales dans le monde entier. Les approches médicamenteuses sont classées en 7 rubriques : hydroxychloroquine, Ivermectine, vitamine D, zinc, Regeneron-CoV2, LY-Cov et Remdesivir. L’hydroxychloroquine (HCQ) est un dérivé de la chloroquine dont la toxicité est moindre que la molécule parente, l’Ivermectine est un anti-helminthes également utilisé pour soigner la giardiase provoquée par un protozoaire, le zinc est un oligo-élément vital pour tous les êtres vivants puisqu’il intervient comme cofacteur de nombreux enzymes essentiels du métabolisme général, le REGN-COV2 est un cocktail d’anticorps monoclonaux dirigés contre le SARS-CoV-2 produit par la firme Regeneron, le LY-CoV est un anticorps monoclonal produit par la firme Lilly et enfin le Remdesivir est un anti-viral de la firme Gilead. Le site https://c19ly.com répertorie en temps réel tous les résultats concernant ces 7 approches thérapeutiques pour circonscrire la grippe à SARS-CoV-2, associées ou non. Presque toutes les publications sont accessibles gratuitement aux utilisateurs de ce site. Les vaccins en cours d’étude ne sont pas inclus dans ce ce site. L’Azithromycine n’est pas incluse sur ce site car il s’agit surtout d’un antibiotique largement utilisé pour traiter les infections pulmonaires bactériennes malgré le fait que cette molécule présente également des propriétés antivirales. Je rappelle à mes lecteurs que l’Ivermectine est très largement utilisée dans la totalité des pays tropicaux pour soigner toutes sortes de maladies parasitaires. L’Ivermectine est également toxique pour divers arthropodes et cette molécule est interdite en France pour traiter les punaises de lit et les poux.

En ce qui concerne l’HCQ et l’Ivermectine comme anti-viraux dirigés contre le SARS-CoV-2, ces deux molécules sont interdites en France pour cette application spécifique. Nul ne sait quelles sont les motivations des membres (innombrables) de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Il semble que ces personnages sont incapables de lire une publication scientifique en anglais ou pire encore qu’ils ne savent simplement pas lire du tout ! Au sujet de l’HCQ le site dont il est question ici (lien rappelé en fin de billet) met clairement en évidence le fait que les pays qui n’ont jamais ou mal utilisé l’HCQ associée ou non à l’azithromycine et au zinc ont tous rencontré des difficultés pour contrôler l’épidémie de SARS-CoV-2. Quand j’écris « mal utilisé » ce rappel tient au fait que ce produit doit être utilisé au stade précoce de la grippe coronavirale comme l’ont indiqué les biologistes chinois, protocole largement précisé, étudié en détail et utilisé quotidiennement au sein de l’IHU de Marseille en France. Une utilisation rationnelle de ce produit, seul ou associé, nécessite une organisation très précise de dépistage précoce de cette grippe d’un type nouveau, de la fièvre et une toux sèche persistante étant deux symptômes suffisants dans de nombreux cas pour que le médecin praticien de ville décide de mettre en oeuvre ce traitement et si le patient souffre d’anosmie il n’y a plus de doute en l’absence de test RT-PCR.

En examinant la carte mondiale d’utilisation de l’HCQ celle-ci, exception faite de l’Afrique où l’HCQ est utilisée en prophylaxie de la malaria, ne reflète pas le nombre de morts ni de « cas ». Force est de constater que l’utilisation rationnelle de l’HCQ n’a pas été mise en place systématiquement puisque c’est le seul traitement curatif connu à l’heure actuelle contre ce virus alors que la Chine l’avait mis en place très tôt après l’explosion de malades dans la ville de Wuhan dans la totalité du pays. Les autorités politiques françaises sont doublement responsables de la mauvaise gestion de l’épidémie dans ce pays avec le nombre de morts que l’on connait (voir note en fin de billet). Il est vrai que l’âge médian des victimes du SARS-CoV-2 en France comme dans d’autres pays européens est d’environ 82 ans, toutes présentant de lourdes co-morbidités, ce n’est pas une raison pour avoir systématiquement et sous de faux prétextes inavouables entravé l’utilisation de l’HCQ au stade précoce de la maladie. Tous ces personnages peu recommandables devront un jour rendre des comptes à la population et pas seulement en France pour entrave à la liberté de prescrire des médecins praticiens et mise en danger de la vie d’autrui. Avec une utilisation rationnelle de l’HCQ presque 600000 décès auraient pu être évités dans le monde … Il faut remercier les grandes firmes pharmaceutiques qui ont dicté leur loi aux gouvernements parce que l’HCQ ne peut en aucun cas être une source de profit pour ces firmes.

Liens : https://c19study.com et https://ici.radio-canada.ca/info/2020/coronavirus-covid-19-pandemie-cas-carte-maladie-symptomes-propagation/

Note. La Chine a comptabilisé 4741 décès provoqués par le SARS-CoV-2 et cette donnée est contestée dans le monde entier (relire sur ce blog le billet au sujet de la Chine : https://jacqueshenry.wordpress.com/2020/09/29/nouvelles-du-coronavirus-japon-et-chine/ ). Je n’ai aucune raison objective de contester ces données. Avec seulement 7 morts Taïwan, avec 24 millions d’habitants, a fait encore mieux que la Chine continentale, alors qui a contesté les données de Taïwan ? Parce que c’est une démocratie alliée des Etats-Unis ?

Nouvelles du coronavirus : Japon et Chine

À ce jour (28 septembre 2020) le nombre de morts provoqués par le coronavirus était de 1544 pour le Japon, un pays de 126 millions d’habitants dont 28 % ont plus de 65 ans et dont plus de 80 % de la population vit dans des villes tentaculaires comme l’immense conurbation autour de la baie de Tokyo qui représente plus du quart de la population du pays avec 38 millions de personnes (préfectures de Tokyo, Chiba, Kanagawa, Saitama et Ibaraki) toutes connectées avec des lignes de chemin de fer, des métros et des autoroutes urbaines. Naturellement c’est la préfecture de Tokyo qui a connu le plus grand nombre de décès de personnes présentant des signes évidents de grippe coronavirale. Les Japonais, contrairement aux Européens, sont très pointilleux en ce qui concerne la santé et ils n’ont jamais considéré que le coronavirus était un fourre-tout comme cela a été pratiqué à outrance en Europe. Pourquoi un pays aussi urbanisé, avec une population vieillissante, n’a-t-il eu à déplorer que 1544 morts « coronaviraux », presque un record mondial que peu de médias occidentaux soulignent : 12,4 morts par million d’habitants ?

Ce résultat exemplaire que d’autres pays de la région ont aussi atteint, en particulier la Chine continentale, Taïwan et la Corée, tient au fait que les habitudes de vie quotidienne se sont parfaitement adaptées à cette épidémie. Dans ces pays quand on souffre d’un simple rhume ou d’une grippe on porte spontanément un masque pour protéger son entourage, y compris à la maison en famille. Mes petits-enfants franco-japonais protègent leurs grands-parents s’ils sont enrhumés avec un masque qu’ils portent spontanément, on leur apprend ça à l’école !

Les Japonais se lavent les mains quand ils rentrent à la maison, ils apprennent aussi cela à l’école. Et petits ou adultes les Japonais répugnent à se livrer à des embrassades interminables quand ils se rencontrent, ils se saluent en respectant une distance de près d’un mètre. Enfin au Japon on ne se serre jamais la main, c’est un manque de respect de l’intégrité du corps d’autrui. Tous ces petits détails ont contribué à un bilan de mortalité globale due spécifiquement au coronavirus incroyablement bas. Il faut tout de même ajouter que les médecins généralistes japonais ont, pour plus de 50 % d’entre eux, prescrit un traitement comprenant de l’hydroxychloroquine associée à de l’azithromycine à tous les patients présentant des signes grippaux précoces pouvant être provoqués par le coronavirus ou un autre virus compte tenu de la totale innocuité de ce traitement, les médias européens oublient forcément de le mentionner. J’ai écrit « forcément » parce que les salles de rédaction des médias ont été contraintes de ne pas en parler.

Aux yeux des autorités japonaises, j’habite dans un pays à risque et il m’est formellement interdit d’aller à Tokyo voir mon fils et mes deux petits-enfants franco-japonais. Il y a maintenant un an que je ne les ai pas vus. J’ai été privé de mon séjour programmé au printemps dernier et je n’ai aucune indication sur la possibilité d’aller au Japon dans les prochains mois.

Examinons maintenant le cas de la Chine qui est intéressant à de nombreux points de vue. L’Europe et l’Amérique du Nord ont écrit et clamé sur les plateaux de télévision que, comme d’habitude, le gouvernement central chinois trafiquait les statistiques, une habitude pour ce pays selon une multitude d’analystes qui suivent servilement la réthorique américaine anti-chinoise. La rumeur d’un virus fabriqué intentionnellement par des scientifiques chinois malveillants avait été répandu dans le but de créer le chaos en Occident, du grand n’importe quoi ! Que s’est-il passé en Chine ?L’épidémie est apparue dans la ville de Wuhan, province du Hebeï, au centre du territoire de l’Empire du Milieu. Comme les autorités n’étaient pas préparée à cette épidémie qui ressemblait étrangement au SARS-CoV-1 apparu en 2002 également en Chine dans la ville de Guangdong et également sur un marché où étaient vendus des animaux sauvages, des mesures sanitaires drastiques ont été immédiatement prises. Encore une fois les médias occidentaux ont raconté n’importe quoi au sujet de la gestion de cette épidémie par les autorités locales puis par Pékin. Le virus SARS-CoV-1 fut extensivement étudié et permit de mettre au point un éventuel traitement basé sur l’association d’hydroxychloroquine et d’un antibiotique dérivé de l’érythromycine, nommément l’azithromycine. Au cours des études dont fit l’objet ce virus il apparut que ces deux molécules présentaient des propriétés anti-virales contre ce coronavirus mais toutes ces études avaient été réalisées in vitro seulement car la grippe à SARS-CoV-1 disparut rapidement. La similitude au niveau des symptômes entre le SARS-CoV-1 et le SARS-CoV-2 conduisit les autorités à utiliser massivement le traitement hydroxychloroquine + azithromycine dès qu’une personne présentait des symptômes de fébrilité y compris très rapidement à Wuhan.

Des usines chinoises disposaient de stocks massifs de thermomètres infra-rouge et le pays fut inondé d’agents des services sanitaires et de volontaires pour mesurer systématiquement la température frontale de toute la population. Dès qu’un individu était détecté comme fiévreux on lui prescrivait la bi-thérapie mentionnée ci-dessus. À l’entrée des magasins les clients étaient contrôlés, les chauffeurs de taxi et les employés des transports en commun, les policiers, les administrations, les entreprises contrôlaient systématiquement tout le monde … Et comme une fièvre est le premier signe tangible d’une infection, toute personne détectée était immédiatement traitée avec la bi-thérapie mentionnée ci-dessus qui, faut-il le répéter, ne présente aucun danger aux doses prescrites.

Comme la séquence de nucléotides de l’ARN du virus fut décryptées dès le milieu du mois de janvier, il fut très facile pour les laboratoires chinois de mettre au point un test PCR (polymerase chain reaction) qui fut avantageusement utilisé pour se rendre compte que les installations d’air conditionné des hôpitaux étaient une source importante d’aspersion quasi littérale de virus dans toutes les parties d’un bâtiment, un peu comme ce fut le cas pour la maladie dite du « légionnaire ». C’est pour cette raison qu’à la hâte les autorités décidèrent de construire un hôpital à Wuhan car plusieurs établissements hospitaliers avaient été mis à l’arrêt pour modifier les systèmes d’aération et de conditionnement d’air. Ce n’est pas du tout l’histoire qu’ont raconté les médias occidentaux.

Revenons à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine. Comme ces deux molécules sont connues depuis de nombreuses années le corps médical, devant l’urgence, prit la décision de traiter systématiquement les patients malgré l’absence d’essais de validation en double-aveugle : ou bien on traitait systématiquement la population ou alors on prenait le risque de voir l’épidémie se répandre rapidement et d’assister à un nombre effroyable de décès provoqués spécifiquement par ce virus, outre les décès habituels quotidiens provoqués par toutes sortes d’affections. Avec une population de 1,39 milliard de personnes la Chine, grâce à ces mesures prophylactiques raisonnées, n’a déploré que 4739 décès provoqués par le SARS-CoV-2, chaque patient ayant été classé positif lors de son hospitalisation.

Ce n’est pas le Professeur Didier Raoult qui, en France, a inventé et préconisé aux sourdes oreilles de l’intelligentsia sanitaire parisienne, ce traitement à l’aide de deux molécules très connues et utilisées par des milliards de personnes chaque année, il a été appliqué massivement en Chine dans le but prophylactique et préventif spécifiquement pour le SARS-CoV-2, donc, mais également dans de nombreux pays d’Extrême-Orient. Actuellement plus de 90 pays l’utilisent dans le monde ! Comme je l’ai précisé dans un précédent billet et ci-dessus il n’y a pas eu, en Chine, de manipulation des statistiques et le coronavirus n’a pas été utilisé comme « fourre-tout ». Les mauvaises langues se plaisent à affirmer que la reprise de l’économie chinoise est artificiellement gonflée par les autorités de Pékin, mais il est nécessaire de rappeler ici que seule la ville de Wuhan et une partie de la province du Hubeï ont subi un confinement strict de plus d’un mois, ce qui représente 1,4 % de la population totale du pays. Il faudra qu’un jour les Européens se rendent à l’évidence : cesser de suivre aveuglément la propagande américaine anti-chinoise (à suivre).

Illustrations : https://ici.radio-canada.ca/info/2020/coronavirus-covid-19-pandemie-cas-carte-maladie-symptomes-propagation/ Autres sources d’information : notes prises depuis plusieurs mois au fil des informations sans avoir malheureusement répertorié de liens.

Chine-USA : un nouvel Hiroshima ?

Dans un article majeur pour marquer le 75e anniversaire du bombardement atomique d’Hiroshima paru le 3 août 2020, John Pilger décrit des reportages à partir de cinq « ground-zero » pour les armes nucléaires – d’Hiroshima à Bikini, du Nevada à la Polynésie et à l’Australie. Il prévient que si nous n’agissons pas maintenant, la Chine est le prochain « ground-zero ».

Quand je suis allé pour la première fois à Hiroshima en 1967, l’ombre sur les marches était toujours là. C’était une impression presque parfaite d’un être humain tranquille : les jambes écartées, le dos plié, une main à ses côtés alors qu’il attendait qu’une banque ouvre.

À huit heures et quart le matin du 6 août 1945, lui et sa silhouette ont été brûlés dans le granit :

Capture d’écran 2020-09-02 à 16.13.29.png

J’ai regardé l’ombre pendant une heure ou plus, puis j’ai marché jusqu’à la rivière où des survivants vivaient encore dans des cabanes. J’ai rencontré un homme appelé Yukio, dont la poitrine était gravée avec le motif de la chemise qu’il portait lorsque la bombe atomique a été larguée. Il a décrit un énorme flash au-dessus de la ville, « une lumière bleuâtre, quelque chose comme un court-circuit électrique », après quoi le vent a soufflé comme une tornade et une pluie noire est tombée. «J’ai été jeté par terre et j’ai remarqué qu’il ne restait que les tiges de mes fleurs. Tout était immobile et calme, et quand je me suis levé, il y avait des gens nus, ne disant rien. Certains d’entre eux n’avaient ni peau ni cheveux. J’étais certain que j’étais mort ». Neuf ans plus tard, je suis retourné pour le retrouver, il était mort de leucémie.

« Pas de radioactivité dans les ruines d’Hiroshima », disait le 13 septembre 1945 en première page du New York Times, un classique de la désinformation plantée. « Le général Farrell a nié catégoriquement que [la bombe atomique] ait produit une radioactivité dangereuse et persistante » a rapporté William H. Lawrence.

Un seul journaliste, Wilfred Burchett, un Australien, avait osé le périlleux voyage à Hiroshima au lendemain du bombardement atomique, au mépris des autorités d’occupation alliées, qui contrôlaient le service de presse. « J’écris ceci comme un avertissement au monde », a rapporté Burchett dans le London Daily Express du 5 septembre 1945. Assis dans les décombres avec sa machine à écrire Baby Hermes, a décrit des salles d’hôpital remplies de personnes sans blessures visibles qui mouraient de ce qu’il appelait « une peste atomique ». Pour cela, son accréditation de journaliste lui a été retirée, il a été mis au pilori et sali. Son témoignage de la vérité ne lui a jamais été pardonné.

Le bombardement atomique d’Hiroshima (et de Nagasaki) était un acte de meurtre de masse prémédité qui a révélé une arme intrinsèquement criminelle. Cela a été justifié par des mensonges qui constituent le fondement de la propagande de guerre américaine du XXIe siècle, mettant en scène un nouvel ennemi et une nouvelle cible : la Chine.

Au cours des 75 années écoulées depuis Hiroshima, le mensonge le plus durable est que la bombe atomique a été larguée pour mettre fin à la guerre dans le Pacifique et sauver des vies.

« Même sans les bombardements atomiques », a conclu le Strategic Bombing Survey des États-Unis de 1946, « la suprématie aérienne sur le Japon aurait pu exercer une pression suffisante pour provoquer une reddition inconditionnelle et éviter la nécessité d’une invasion ». Sur la base d’une enquête détaillée en tous points et étayée par le témoignage des dirigeants japonais survivants impliqués, l’opinion du Survey est que … le Japon se serait rendu même si les bombes atomiques n’avaient pas été larguées, même si la Russie n’était pas entrée en guerre [contre le Japon] et même si aucune invasion n’avait été planifiée ou envisagée.

Les Archives nationales de Washington contiennent des ouvertures japonaises vers la paix documentées dès 1943. Aucune n’a été prise en considération. Un câble envoyé le 5 mai 1945 par l’ambassadeur d’Allemagne à Tokyo et intercepté par les États-Unis indiquait clairement que les Japonais réclamaient désespérément la paix, y compris « la capitulation même si les conditions étaient dures ». Rien n’a été fait. Le secrétaire américain à la guerre, Henry Stimson, a déclaré au président Truman qu’il avait «peur» que l’US Air Force ne fasse pas bombarder le Japon de telle sorte que la nouvelle arme ne puisse pas « montrer sa force ». Stimson a admis plus tard que « aucun effort n’a été fait, et aucun n’a été sérieusement envisagé, pour parvenir à la reddition simplement afin de ne pas avoir à utiliser la bombe [atomique] ».

Les collègues de Stimson – dans la perspective de l’après-guerre qu’ils façonnaient alors « à notre image », comme l’a dit assez fameusement le planificateur de la guerre froide George Kennan – ont clairement indiqué qu’ils étaient impatients de « frapper les Russes avec la bombe [atomique] détenue de manière plutôt ostentatoire. Le général Leslie Groves, directeur du projet Manhattan qui a fabriqué la bombe atomique, a déclaré ceci : « Il n’y a jamais eu d’illusion de ma part que la Russie était notre ennemie et que le projet était mené avec cette arrière-pensée ».

Le lendemain de la destruction totale d’Hiroshima, le président Harry Truman a exprimé sa satisfaction face au « succès retentissant de l’expérience ».

L ‘« expérience » s’est poursuivie longtemps après la fin de la guerre. Entre 1946 et 1958, les États-Unis ont fait exploser 67 bombes nucléaires dans les îles Marshall dans le Pacifique : l’équivalent de plus d’une bombe équivalente à celle d’Hiroshima par jour pendant 12 ans. Les conséquences humaines et environnementales ont été catastrophiques. Pendant le tournage de mon documentaire « The Coming War on China » (version complète disponible : https://www.youtube.com/watch?v=GDl9ecICIYg ) j’ai affrété un petit avion et me suis envolé pour l’atoll de Bikini dans les Marshalls. C’est ici que les États-Unis ont fait exploser la première bombe à hydrogène au monde. Il reste de la terre empoisonnée. Au niveau de mes chaussures mon compteur Geiger a enregistré une dose dangereuse. Les palmiers se dressaient dans des formations surnaturelles. Il n’y avait pas d’oiseaux.

J’ai marché à travers la jungle jusqu’au bunker en béton où, à 6 h 45 le matin du 1er mars 1954, le bouton a été enfoncé. Le soleil, qui s’était levé, se leva à nouveau et vaporisa une île entière dans la lagune, laissant un vaste trou noir, qui vu des airs est un spectacle menaçant : un vide mortel dans un lieu de beauté. Les retombées radioactives se sont propagées rapidement et « de manière inattendue ». L’histoire officielle affirme que « le vent a soudainement changé ». C’était le premier de nombreux mensonges, comme le révèlent des documents déclassifiés et le témoignage des victimes. Gene Curbow, un météorologue affecté à la surveillance du site d’essai, a déclaré : « Ils savaient où les retombées radioactives allaient aller. Même le jour du tir, ils avaient toujours la possibilité d’évacuer les gens, mais [les gens] n’ont pas été évacué, je n’ai pas été évacué … Les États-Unis avaient besoin de cobayes pour étudier ce que feraient les effets des radiations ».

Comme Hiroshima, le secret des îles Marshall était une expérience calculée sur la vie d’un grand nombre de personnes. Il s’agissait du projet 4.1, qui a commencé comme une étude scientifique sur des souris et est devenu une expérience sur « des êtres humains exposés au rayonnement d’une arme nucléaire ». Les habitants des Marshalls que j’ai rencontrés en 2015 – comme les survivants d’Hiroshima que j’ai interviewés dans les années 1960 et 1970 – souffraient d’une gamme de cancers, généralement du cancer de la thyroïde, des milliers étaient déjà morts. Les fausses couches et les mort-nés étaient courants, les bébés qui vivaient étaient souvent horriblement déformés.

Contrairement à Bikini, l’atoll voisin de Rongelap n’avait pas été évacué lors du test de la première bombe H. Directement sous le vent de Bikini, le ciel de Rongelap s’est assombri et il a plu ce qui a d’abord semblé être des flocons de neige. La nourriture et l’eau ont été contaminées et la population a été victime de cancers. C’est toujours vrai aujourd’hui. J’ai rencontré Nerje Joseph, qui m’a montré une photo d’elle-même enfant sur Rongelap. Elle avait de terribles brûlures au visage et une grande partie de son scalp n’avait plus de cheveux. « Nous nous baignions au puits le jour où la bombe a explosé », a-t-elle dit. « De la poussière blanche a commencé à tomber du ciel. J’ai tendu la main pour attraper la poudre. Nous l’avons utilisée comme savon pour laver nos cheveux. Quelques jours plus tard, mes cheveux ont commencé à tomber ». Lemoyo Abon a déclaré: « Certains d’entre nous étaient à l’agonie, d’autres avaient la diarrhée. Nous étions terrifiés. Nous pensions que ce devait être la fin du monde ».

Le film d’archive officiel américain que j’ai inclus dans mon film qualifie les insulaires de « gentils sauvages ». À la suite de l’explosion, on voit un responsable de l’Agence américaine de l’énergie atomique se vanter que Rongelap « est de loin l’endroit le plus contaminé sur terre », ajoutant: « il sera intéressant d’obtenir une mesure de l’absorption humaine lorsque les gens vivent dans un environnement aussi contaminé ». Des scientifiques américains, y compris des médecins, ont bâti des carrières distinguées en étudiant « l’assimilation humaine ». Ils figurent sur des films terrifiants, vêtus de leur blouse blanche, attentifs à leur bloc-notes. Lorsqu’un insulaire est décédé à l’adolescence, sa famille a reçu une carte de sympathie du scientifique qui l’a étudié.

J’ai signalé cinq « ground-zero » nucléaires à travers le monde – au Japon, aux Îles Marshall, au Nevada, en Polynésie et à Maralinga en Australie. Plus encore que mon expérience de correspondant de guerre, cela m’a fait découvrir la cruauté et l’immoralité d’une grande puissance : c’est-à-dire la puissance impériale, dont le cynisme est le véritable ennemi de l’humanité.

Cela m’a vraiment frappé lorsque j’ai tourné à Taranaki Ground Zero à Maralinga dans le désert australien. Dans un cratère en forme de grand plat à frire se trouve un obélisque sur lequel a été inscrit : « Une arme atomique britannique a été testée et a explosé ici le 9 octobre 1957 ». Sur le bord du cratère se trouve ce signe : AVERTISSEMENT: RISQUE DE RADIATION Les niveaux de rayonnement sur quelques centaines de mètres autour de ce point peuvent être supérieurs à ceux considérés comme sûrs pour une occupation permanente. Car aussi loin que l’œil pouvait voir, et au-delà, le sol était irradié. Le plutonium brut gisait, dispersé comme de la poudre de talc : le plutonium est si dangereux pour les humains qu’un tiers de milligramme donne 50% de chances de cancer.

Les seules personnes qui auraient pu voir le signe étaient des Australiens autochtones, pour qui il n’y avait pas d’avertissement. Selon un récit officiel, s’ils avaient de la chance « ils étaient chassés comme des lapins ».

Aujourd’hui, une campagne de propagande sans précédent nous chasse tous comme des lapins. Nous ne sommes pas censés remettre en question le torrent quotidien de rhétorique anti-chinoise, qui dépasse rapidement le torrent de rhétorique anti-russe. Tout ce qui est chinois est mauvais, un anathème, une menace : Wuhan … Huawei. Comme c’est déroutant quand « notre » chef le plus vilipendé le dit. La phase actuelle de cette campagne n’a pas commencé avec Trump mais avec Barack Obama, qui s’est envolé en 2011 pour l’Australie pour déclarer la plus grande accumulation de forces navales américaines dans la région Asie-Pacifique depuis la Seconde Guerre mondiale. Soudainement, la Chine était devenue une « menace ». C’était un non-sens, bien sûr. Ce qui est une menace, c’est la vision psychopathique incontestée qu’a l’Amérique d’elle-même comme la nation la plus riche, la plus prospère, la plus « indispensable ».

Ce qui n’a jamais été contesté, ce sont ses prouesses en tant qu’intimidateur, avec plus de 30 membres des Nations Unies subissant des sanctions américaines de quelque sorte que ce soit et une traînée de sang traversant des pays sans défense bombardés, leurs gouvernements renversés, leurs élections perturbées, leurs ressources pillées. La déclaration d’Obama est devenue connue comme le « pivot vers l’Asie ». L’un de ses principaux défenseurs était sa secrétaire d’État, Hillary Clinton, qui, comme l’a révélé WikiLeaks, voulait renommer l’océan Pacifique « la mer américaine ».

Alors que Clinton n’a jamais caché son bellicisme, Obama était un maestro du marketing. « J’affirme clairement et avec conviction », a déclaré le nouveau président en 2009, « que l’engagement de l’Amérique est de rechercher la paix et la sécurité d’un monde sans armes nucléaires ». Obama a augmenté les dépenses en ogives nucléaires plus rapidement que n’importe quel président depuis la fin de la guerre froide. Une arme nucléaire « utilisable » a été développée. Connu sous le nom de B61 Model 12, cela signifie, selon le général James Cartwright, ancien vice-président des chefs d’état-major interarmées, que « plus petite [rend son utilisation] plus plausible ».

La cible est la Chine. Aujourd’hui, plus de 400 bases militaires américaines encerclent presque la Chine avec des missiles, des bombardiers, des navires de guerre et des armes nucléaires. De l’Australie au nord en passant par le Pacifique en passant par l’Asie du Sud-Est, le Japon et la Corée et à travers l’Eurasie jusqu’en Afghanistan et en Inde, les bases forment, comme me l’a dit un stratège américain, « l’étau parfait ». Une étude de la RAND Corporation – qui, depuis le Vietnam, planifie les guerres américaines – s’intitule War with China: Thinking Through the Impensable. Commissionnés par l’armée américaine, les auteurs évoquent le tristement célèbre slogan de son principal stratège de la guerre froide, Herman Kahn : « penser l’impensable ». Le livre de Kahn, On Thermonuclear War, a élaboré un plan pour une guerre nucléaire « gagnable ». Le point de vue apocalyptique de Kahn est partagé par le secrétaire d’État de Trump, Mike Pompeo, un fanatique évangélique qui croit en « l’enlèvement final ». C’est peut-être l’homme le plus dangereux du monde. « J’étais directeur de la CIA », se vantait-il, « nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. C’était comme si nous avions des cours de formation entiers ». L’obsession de Pompeo est la Chine.

La finalité du jeu de l’extrémisme de Pompeo est rarement, voire jamais, discutée dans les médias anglo-américains, où les mythes et les fabrications sur la Chine sont monnaie courante, tout comme les mensonges sur l’Irak. Un racisme virulent est le sous-jacent à cette propagande. Classés « jaunes » alors qu’ils étaient blancs, les Chinois sont le seul groupe ethnique à avoir été interdit par une « loi d’exclusion » d’entrer aux États-Unis, car ils étaient Chinois. La culture populaire les a déclarés sinistres, indignes de confiance, sournois, dépravés, malades, immoraux. Un magazine australien, The Bulletin, a été consacré à promouvoir la peur du « péril jaune » comme si toute l’Asie était sur le point de tomber sur la colonie réservée aux Blancs – l’Australie – par la force de la gravité.

Comme l’écrit l’historien Martin Powers, reconnaissant le modernisme de la Chine, sa moralité laïque et « ses contributions à la pensée libérale menaçaient le visage européen, il est donc devenu nécessaire de supprimer le rôle de la Chine dans le débat … Pendant des siècles, la menace de la Chine contre la supériorité mythique de l’Occident en a fait une cible facile pour la course à l’ennemi ». Dans le Sydney Morning Herald, infatigable contre la Chine, Peter Hartcher a décrit ceux qui ont répandu l’influence chinoise en Australie comme « des rats, des mouches, des moustiques et des moineaux ». Hartcher, qui cite favorablement le démagogue américain Steve Bannon, aime interpréter les « rêves » de l’élite chinoise actuelle, dont il est apparemment au courant. Ceux-ci sont inspirés des aspirations pour le « Mandat du Ciel » d’il y a 2 000 ans. Ad nauseum …

Capture d’écran 2020-09-02 à 20.45.16

Pour lutter contre ce « mandat », le gouvernement australien de Scott Morrison a fait appel à l’un des pays les plus sûrs de la planète, dont le principal partenaire commercial est la Chine, pour un marché de centaines de milliards de dollars de missiles américains pouvant être tirés sur la Chine. Les effets sont déjà évidents. Dans ce pays historiquement marqué par un racisme violent envers les Asiatiques, les Australiens d’origine chinoise ont formé un groupe d’autodéfense pour protéger leurs livreurs. Des vidéos sur téléphones portables montrent un livreur frappé au visage et un couple chinois victimes de violence raciale dans un supermarché. Entre avril et juin 2020, il y a eu près de 400 attaques racistes contre des Australiens d’origine asiatique. « Nous ne sommes pas votre ennemi », m’a dit un stratège de haut rang en Chine, « mais si vous [en Occident] décidez que nous le sommes, nous devons nous préparer sans tarder ». L’arsenal de la Chine est petit par rapport à celui des États-Unis, mais il se développe rapidement, en particulier le développement de missiles maritimes conçus pour détruire des flottes de navires.

« Pour la première fois », a écrit Gregory Kulacki de l’Union of Concerned Scientists, « la Chine envisage de mettre ses missiles nucléaires en état d’alerte afin qu’ils puissent être lancés rapidement en cas d’attaque … Ce serait une action importante et dangereuse, un changement de la politique chinoise … ».

À Washington, j’ai rencontré Amitai Etzioni, éminent professeur d’affaires internationales à l’Université George Washington, qui a écrit qu’une « attaque aveuglante contre la Chine » était prévue, « avec des frappes qui pourraient être perçues à tort [par les Chinois] comme des tentatives préventives de sortir ses armes nucléaires, les enfermant ainsi dans un terrible dilemme de les utiliser ou de tout perdre, ce [qui mènerait] à une guerre nucléaire ».

En 2019, les États-Unis ont organisé leur plus grand exercice militaire depuis la guerre froide, en grande partie dans le plus grand secret. Une armada de navires et de bombardiers à longue portée a répété un « Concept de combat air-mer pour la Chine » – ASB – bloquant les voies maritimes dans le détroit de Malacca et coupant l’accès de la Chine au pétrole, au gaz et à d’autres matières premières du Moyen-Orient et d’Afrique . C’est la peur d’un tel blocus qui a vu la Chine développer son Initiative de la Ceinture et de la Route le long de l’ancienne Route de la Soie vers l’Europe et construire de toute urgence des pistes d’atterrissage stratégiques sur les récifs et îlots contestés des îles Spratly.

À Shanghai, j’ai rencontré Lijia Zhang, une journaliste et romancière de Pékin, typique d’une nouvelle classe de non-conformistes au franc-parler. Son livre à succès porte le titre ironique « Socialism Is Great » ! Ayant grandi dans la révolution culturelle chaotique et brutale, elle a voyagé et vécu aux États-Unis et en Europe. « Beaucoup d’Américains imaginent », a-t-elle dit, « que les Chinois vivent une vie misérable et réprimée sans aucune liberté. L’idée [du] péril jaune ne les a jamais quittés … Ils n’ont aucune idée qu’il y a quelque 500 millions de personnes. sorti de la pauvreté, et certains diraient que c’est 600 millions ».

Les réalisations épiques de la Chine moderne, sa victoire sur la pauvreté de masse, et la fierté et le contentement de son peuple (mesurés par des sondages américains tels que Pew) sont volontairement inconnus ou mal compris en Occident. Cela seul est un commentaire sur l’état lamentable du journalisme occidental et la disparition du reportage honnête.

Le côté obscur répressif de la Chine et ce que nous aimons appeler son « autoritarisme » sont la façade que nous sommes autorisés à voir presque exclusivement. C’est comme si nous étions nourris d’histoires sans fin sur le super-méchant diabolique Dr. Fu Manchu. Et il est temps de se demander pourquoi : avant qu’il ne soit trop tard pour arrêter le prochain Hiroshima.

Traduction d’un article de John Pilger paru le 3 août 2020 sur son blog : http://johnpilger.com/articles/another-hiroshima-is-coming-unless-we-stop-it-now

Bref commentaire de votre serviteur. La Chine avait coutume de s’appeler l’Empire du Milieu et se suffisait à elle-même. Au fil des millénaires elle a intégré des peuples attirés par l’esprit industrieux de ce peuple à l’origine d’une multitude d’inventions dont je me contenterai d’en citer que deux exemples, la boussole et la poudre à canon. La Chine a construit une muraille pour ne pas être envahie par des hordes de pillards qui ont depuis été intégrés à l’Empire. Se suffisant à elle-même ce pays a toujours fait du commerce, jusqu’en Europe avec les routes de la soie. La Chine n’a aucune intention de domination du monde, elle veut simplement faire du commerce, ce qu’elle réussit admirablement. Si les Américains, minés par leur paranoïa messianique de domination du monde osaient se frotter à la Chine, il est curieux que les hauts stratèges de Washington n’aient pas pris un instant en compte le fait que la Russie réagirait immédiatement car si la Chine est encerclée dans une tenaille d’installations militaires américaines il en est de même pour la Russie. Alors ce serait un conflit nucléaire généralisé avec la disparition totale de l’humanité et de plus de 95 % de toutes les espèces animales. Si certains de mes lecteurs envisagent de me qualifier d’anti-américanisme primaire qu’ils s’informent : le vrai danger de la planète aujourd’hui ce ne sont ni le coronavirus ni le changement du climat, ni la surpopulation ou que sais-je encore mais uniquement le désir d’hégémonie totalitaire des Etats-Unis.