L’ « Anthropocène » : une vaste supercherie ? Pire, une fake-news !

Capture d’écran 2018-07-07 à 17.16.51.png

Les géologues spécialisés dans l’étude des roches et des sédiments qui deviendront aussi un jour eux-mêmes des roches compactes ont défini les périodes géologiques passées et la dernière en date est l’Holocène, période géologique qui débuta il y a 11700 ans avec la fin de la grande glaciation de l’hémisphère terrestre nord. Cette période coincida avec l’apparition de l’agriculture et la sédentarisation de l’homme. Le bouleversement du climat provoqua la disparition d’espèces animales comme l’emblématique mammouth laineux, disparition que l’on a imputé un peu vite à l’activité humaine. Ce sont donc des spécialistes qui ont nommé les diverses époques et périodes géologiques passées. C’est leur travail car à chacun sa spécialité scientifique. L’Holocene est la troisième époque de la période quaternaire, elle succède au Pleistocene, époque elle-même divisée en « âges », le Gelasien, le Calabrien, le Chibanien et le Tarentien.

Ces noms un peu byzarres se réfèrent à des profils stratigraphiques bien identifiés et ont été attribués par un comité international de géologues. Les paléontologues et les paléoanthropologues ont ensuite détaillé chacun de ces âges pour classer plus aisément leurs propres travaux. Il parlent par exemple de l’Aurignacien, une période temporelle du Paléolithique supérieur se situant entre 43000 et 28000 ans avant le présent et pour les géologues l’Aurignacien se situe dans la deuxième moitié du Tarentien (126000 -11700 avant l’ère présente). Ainsi tout est plus simple à référencer pour de nombreux spécialistes tant de la géologie que de la paléontologie ou encore de la climatologie.

À l’issue d’une conférence organisée à Amsterdam en 2001 relative au programme international Géosphère-Biosphère (IGBP) le concept d’Anthropocène fut proposé par le spécialiste de l’atmosphère Paul Crutzen, nobélisé pour ses travaux, revendiquant qu’un nouveau système global pour les sciences environnementales était nécessaire. Pour Crutzen il était opportun de créer une nouvelle époque géologique permettant d’alerter le public au sujet du degré catastrophique d’altération du « système Terre » par l’activité humaine. Cette intervention de Crutzen fut totalement en opposition à la mission de la Commission Internationale de Stratigraphie (ICS) et pour enfoncer le clou idéologique Crutzen publia un article dans la revue Nature pour proposer cette nouvelle époque géologique. Le rédacteur en chef de la revue Nature pria même les géologues d’accepter cette proposition, outrepassant ses fonctions, avançant l’argument fallacieux que l’homme était devenu, de par son activité, un acteur du « temps géologique ».

Si l’ICS accepte cette proposition – il n’y a pas eu de progrès depuis 2003 à ce sujet – ce sera un retour soudain vers l’obscurantisme scientifique du géocentrisme de Ptolémée, de la Terre plate et de la création de l’humanité en sept jours. Le Darwinisme sera foulé aux pieds par ces activistes arrogants qui n’ont d’autre mission que de culpabiliser le bipède moyen que justement Darwin considérait comme un acteur mineur dans l’évolution des êtres vivants, évolution qui a toujours connu des extinctions et l’apparition de nouvelles espèces.

Les temps géologiques échappent à l’imagination de l’homme et l’insignifiance de l’homme lui échappe par voie de conséquence. Considérons que l’âge de la Terre est de 4560 millions d’années et que chaque million d’années soit matérialisé sur une route par 1 kilomètre. Le « temps géologique » s’étalerait sur une route reliant Washington DC au campus de l’Université de Seattle (Etat de Washington). Les dinosaures apparaîtraient à mi-chemin et disparaîtraint quand vous vous trouveriez à une centaine de kilomètres de Seattle ! Vous arriveriez dans la ville de Seattle lorsque l’explosion des différentes espèces de mammifères apparaîtrait. et à proximité du parking de l’Université quand les premiers humanoïdes apparaîtraient. Plus encore la distance entre l’assassinat de Jules César et aujourd’hui serait de 1,20 mètre. L’Anthropocène tel qu’il a été proposé par Crutzen ne représenterait que les derniers 6 centimètres de cette route de 4560 kilomètres, même pas l’épaisseur du siège du conducteur de la voiture …

Cette élucubration que constitue la formulation de l’Anthropocène nie toute résilience du système Terre-océans-atmosphère dépendante de l’activité solaire. Pour illustrer cette résilience l’IUCN (International Union for Conservation of Nature) a officiellement annoncé en 2017 que parmi les 24230 espèces de plantes examinées depuis les années 1500 environ 118 ont disparu et 35 sont éteintes dans la nature mais survivent dans des serres et des réserves spéciales. Pour que l’on assiste à une extinction massive de plantes (70 % disparaissant), à ce rythme-là il faudrait attendre au moins 70000 ans. Pour les insectes la situation est encore plus claire : sur 25250 insectes surveillés trois espèces seulement ont officiellement disparu !

Parmi les 67222 espèces animales répertoriées depuis les années 1500 seulement 748 d’entre elles ont disparu.

Et pourtant si on entre sur Google « sixth mass extinction » il existe 4290000 pages web pour cette rubrique. Comme on peut le constater la propagande va bon train alors qu’elle n’est basée que sur des théories et non sur la réalité des faits. L’Homme se regarde dans un miroir tel Narcisse et des entités financières apatrides se sont emparé de cette nouvelle religion pour s’enrichir alors que la planète Terre continue sa trajectoire autour du Soleil, l’astre de vie, sans qu’un quelconque effet significatif de la population humaine, négligeable de par son importance – seule l’importance que l’homme se donne à lui-même – n’y changera rien. Rien ne changera à moins d’appuyer sur le « bouton rouge » de l’arme de destruction massive et la vie continuera …

Capture d’écran 2018-07-11 à 17.27.05.png

Pour contrecarrer les élucubrations des tenants de l’ « Anthropocène » l’ICS vient d’annoncer que la sous-commission internationale sur la stratigraphie vient d’ajouter trois sub-divisions de l’Holocène : le Greenlandien, le Northgrippien et le Meghalayen. Ces « âges » ont été définitivement adoptés à l’unanimité et font donc maintenant autorité pour les spécialistes de la géologie. Les deux premiers « âges » font référence à des études de stratigraphie effectuées au Groenland et corrélées aux carottages glaciaires et le Meghalayen fait référence aux études stratigraphiques effectuées dans la grotte de Mawmluh en Inde corrélée aux carottages glaciaires du Mont Logan au Canada. Le début de cet « âge » coïncide avec la période de grande sécheresse qui sévit tant au Moyen-Orient qu’en Asie il y a 4250 années avant le temps présent.

Source : https://thebreakthrough.org/index.php/journal/no.-9-summer-2018/welcome-to-the-narcisscene , illustration Echo et Narcisse, John William Waterhouse (1903)

Syrie et changement climatique même combat ?

Capture d’écran 2018-04-14 à 21.22.27.png

Depuis 48 heures une intense vague de froid travers toute la moitié est des USA et personne n’en parle dans les médias européens : et pour cause c’est dérangeant car le climat est sensé se réchauffer jusqu’à devenir aussi dangereux qu’un conflit nucléaire généralisé. Ce samedi 14 avril 2018 de triste mémoire en raison de l’attaque irraisonnée des USA alliés avec la France et la Grande-Bretagne sur la Syrie 38 centimètres de neige sont tombé sur les villes Minneapolis et St-Paul, dans le centre du Wisconsin près de 50 centimètres de neige ont recouvert les cultures à peine émergeantes de la terre. Le Dakota du Sud et l’Idaho n’ont pas été épargnés par le blizzard. Cette vague de froid exceptionnelle pour la saison a atteint le Texas sous forme d’orages de grêle dévastateurs.

Naturellemt l’opinion internationale se focalisait sur l’attaque criminelle de l’alliance franco-anglo-américaine contre de simples laboratoires d’analyse et de contrôle alimentaire qui n’ont fait heureusement aucune victime en Syrie. Ces attaques condamnables par la communauté internationale auraient-elles eu pour but d’occulter le changement climatique qui s’oriente définitivement vers le froid contrairement aux affirmations mensongères de l’IPCC comme celles tout aussi mensongères de Washington au sujet de l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Damas contre ses citoyens ?

Je ne suis pas complotiste mais quand je constate que Hulot déclare droit dans ses bottes qu’il faut moins polluer, moins brûler de gaz et moins rouler en voiture (surtout quand il n’y a même pas de trains) alors que le climat va inéluctablement se refroidir, j’ai carrément froid dans le dos …

Source et illustration pour les infos météo nord-américaines AP, 21h30 UTS samedi 14 avril 2018

Pour satisfaire votre humeur une chanson de Manu Chao :

https://www.youtube.com/watch?v=myq3vGhwh-4 , écoutez bien les paroles elles sont d’actualité !

« Fake News » : on est entré dans un tourbillon mortel !

Capture d’écran 2018-04-08 à 21.45.46.png

Alors que Theresa May se trouve de plus en plus en délicatesse au sujet de l’ex-espion russe empoisonné par un individu qui devait posséder l’antidote, en toute autre situation il ne se serait pas risqué dans ce genre d’exercice, et qu’elle est fragilisée également par ce que l’on pourrait appeler le « Cambridge Analytica-gate » qui devrait en toute logique invalider le référendum au sujet du Brexit si Theresa May avait un « service trois pièces » – mais elle n’en a pas et c’est là le coeur de son problème – la presse internationale ressort la rengaine éculée de l’utilisation d’armes chimiques dans la Ghouta, quartier périphérique de Damas investi depuis plus de 5 ans par des « rebelles » soutenus par l’Arabie Saoudite et les USA. Il faut analyser la photo répandue dans tous les médias disponibles sur internet : les deux gamins ont l’air visiblement dérangés par le fait qu’on leur impose des masques. Par contre la mère ( ? ) a vu son visage coupé pour la bonne cause de l’ONG (à la solde de la CIA) car il ne fallait pas montrer qu’elle avait probablement été payée pour figurer en souriant dans ce stratagème macabre qui excite toutes les Chancelleries y compris le Sieur Macron. Voilà à quoi se réduit la géopolitique aujourd’hui : à des truquages, des mensonges et de la propagande. Il ne faut pas oublier de garder en tête que ce genre de mascarade stupide peut conduire en quelques heures à un conflit nucléaire généralisé qui conduira – et on peut en être certain – à la disparition de l’espèce humaine, des papillons, des ours blancs et des pandas et des rhinocéros …

C’est à n’y rien comprendre …

Capture d’écran 2018-02-14 à 11.54.27.png

À quelques jours d’intervalle deux informations contradictoires ont fait le tour du monde. D’une part la montée inexorable des eaux océaniques en raison du réchauffement climatique risque de submerger de vastes concentrations urbaines comme Hong-Kong (illustration via ats) ou encore New-York, Dacca, Lagos et une grande partie de Tokyo. Parallèlement, alors que depuis des décennies les « spécialistes » prévoyaient la disparition des Maldives et des atolls du Pacifique Sud, une étude parue dans la revue Nature ( doi : 10.1038/s41467-018-02954-1 ) décrit l’augmentation des terres émergées des atolls de l’archipel de Tuvalu entre 1971 et 2014.

Capture d’écran 2018-02-14 à 11.52.32.png

Sans autre commentaire.

Quand le Forum de Davos alias World Economic Forum fait de la propagande … ça vaut de l’or !

Capture d’écran 2017-12-07 à 16.28.59.png

En collaboration avec l’Environmental Defense Fund (EDF, http://www.edf.org) le World Economic Forum (WEF), organisme basé à Genève, a passé en revue tous les effets de la consommation outrancière d’énergie de l’humanité produisant donc du CO2 sur l’état de la planète Terre et c’est presque une énumération à la Prévert. Pour le WEF il y a déjà 4 signaux alarmants et quasi irréversibles qui vont accélérer le climat vers la fournaise : la disparition de la banquise arctique, la fonte des glaces du Groenland, la désintégration de la glace de l’Antarctique ouest et la mort des coraux.

1. Pour ce qui est de la banquise arctique les propagandistes zélés du WEF auraient pu revoir leur copie : entre 2007 et 2017 la surface moyenne de la banquise a augmenté de 15 % et son volume de 2000 km-cube (doi : 10.1002/jqs.2929). Pas de commentaire.

2. La fonte des glaces du Groenland ? Ce n’est plus qu’un souvenir de mauvais goût puisque les glaciers recommencent à avancer depuis 5 ans et les températures sont anormalement basses comme par exemple à la station scientifique de Summit (voir un précédent billet sur ce blog).

3. La désintégration de la couche de glace dans l’Antarctique Ouest ? C’est un phénomène naturel dont la cause est essentiellement l’activité volcanique sous-glaciaire. Pour le reste du Continent Antarctique l’augmentation de la masse de glace est continue depuis plus de 100 ans et seulement ces dix dernières années le volume de glace a globalement augmenté de plus de 123 gigatonnes par an. Dans l’ensemble cette augmentation du volume de glace antarctique a conduit à une baisse du niveau des océans de 0,02 mm par décennie contrairement à ce que la propagande « réchauffiste » encouragée par le WEF affirme (source : 10.5194/cp-13-1491-2017).

4. La disparition des coraux ? C’est aussi une vue de l’esprit quand on relie ce phénomène à un changement du climat. En effet les coraux qui blanchissent subissent une attaque virale qui a été bien identifiée et caractérisée par des biologistes de l’Université de l’Oregon (voir sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/09/13/rechauffement-climatique-non-un-virus/ ).

Les points de « basculement » répertoriés par le Forum de Davos pour le plus long terme ont requis de l’imagination car rien n’échappe au « réchauffement climatique d’origine humaine ».

1. Perturbation « irréversible » des courants océaniques. Selon l’étude citée par le WEF la perturbation qui est déjà en cours au niveau du gyre sub-polaire de la Mer du Labrador (voir le billet sur ce blog du 7 décembre 2017) conduirait à une augmentation significative du niveau de l’Océan Atlantique le long de la côte est des USA … Pourquoi pas jusqu’à submerger l’île de Manhattan pendant qu’on y est ? L’article que j’avais cité en référence au sujet de la modification de l’intensité du Gulf Stream ne fait nullement mention d’un tel évènement. Le WEF, qui naturellement ne cite pas ses sources autres que l’EDF ( Environmental Defense Fund), en profite pour glisser une bonne couche de mensonges pour bien effrayer les populations.

2. Dégagement de méthane depuis les hydrates dans la profondeur des océans. Le WEF constate que ce processus pourra prendre peut-être un millier d’années pour se concrétiser, pas de commentaire …

3. Anoxie des océans. Idem pour le phosphate rejeté dans la mer par les eaux de ruissellement et provenant des engrais agricoles, la prolifération d’algues risquant d’asphyxier les océans n’est pas non plus pour demain. Il est tout de même intéressant de noter que le WEF en profite pour culpabiliser le monde agricole qui utilise des engrais : c’est potentiellement mauvais pour les océans donc aussi pour le climat qui, se réchauffant, accélérera le lessivage des terres agricoles en raison de précipitations plus abondantes. À n’y rien comprendre puisque les algues dégagent de l’oxygène par photosynthèse et plus il y a de CO2 disponible plus la photosynthèse est active.

Viennent ensuite trois points encore incertains : la mort de la forêt amazonienne, la mort des forêts boréales et l’affaiblissement du piégeage du CO2 par les océans. Aborder ces rubriques relève de la science-fiction ou des films catastrophes d’Hollywood mais les mentionner suggère l’intention évidente du WEF de terroriser les peuples. Puis ce sont des délires contradictoires comme le reverdissement des zones sub-sahéliennes qui risquerait d’être contrecarré par les émissions d’aérosols d’origine industrielle et dans la rubrique « incertaine » la perturbation de la mousson asiatique en raison de ces mêmes aérosols et de l’effet de serre du CO2 qui pourrait provoquer de graves sécheresses en Inde et dans les pays voisins, encore un autre scénario apocalyptique irraisonné.

Je cite pêle-mêle et à la suite quelques points abordés dans ce pamphlet : la fonte annoncée des glaciers himalayens, un El Nino permanent, la fonte du permafrost sibérien, et comme si on voulait mettre une couronne sur le chapeau de la Terre l’apparition d’un trou d’ozone au dessus de l’Arctique. Il ne manquait plus que ça !

Ce type de propagande est pris pour argent comptant par les peuples mais aussi et surtout par les politiciens et les financiers du monde entier qui fréquentent les hôtels de luxe de Davos une fois l’an. Ils fourbissent leurs arguments pour écumer le pékin moyen après l’avoir bien culpabilisé en lui décrivant des scénario d’horreur climatique. Au moins le WEF ne dissimule plus ses intentions : il faudra payer et payer très cher pour sauver le climat de la surchauffe annoncée à grands renforts de propos alarmistes.

Le coût global de la « protection du climat » est estimé par la Banque Mondiale à 3500 milliards de dollars par an pendant 30 ans … Les sites d’informations scientifiques que je consulte chaque jour sont remplis d’annonces catastrophistes car il faut bien stimuler la recherche scientifique dans ce domaine puisqu’il y a urgence et qu’il y a de l’argent à profusion à dépenser dans des milliers de laboratoires pour étayer ce planétaire problème du réchauffement.

À qui va profiter cette pharaonique manne climatique ? Tout simplement aux grands financiers de ce monde, aux banques qui émettent maintenant des obligations vertes, c’est à la mode, ça peut rapporter gros (aux banques) et comme le résultat n’est pas garanti – et pour cause le climat pourrait aussi se refroidir – ce sont les imbéciles d’épargnants pris au piège de cette propagande, souvent à leur insu, qui se retrouveront grugés mais certainement pas les banques ni les grands groupes financiers ni enfin les entreprises corrompues qui réaliseront des profits éhontés soutirés en toute légalité de la poche des contribuables. Le WEF, comme la grande majorité des ONGs impliquées dans ce gigantesque piège, n’abonde dans sa propagande que pour appauvrir ceux qui sont déjà pauvres en leur enfonçant dans le crâne un sentiment de culpabilité pour non plus sauver leur âme comme du temps des indulgences papales mais pour sauver le climat … J’en frémis pour mes petits-enfants !

Source et illustration : World Economic Forum ( http://www.weforum.org/agenda/2017/11 ) paru le 8 novembre 2017 sur le site weforum.org

Brève : la propagande relative au réchauffement climatique bat son plein !

L’article original repris par Slate provient du Guardian, quotidiens qu’on ne peut pas vraiment qualifier d’objectifs. Le devoir des journalistes scrupuleux serait de présenter des arguments valables pour affirmer de telles monstruosités à moins que les petites adolescentes du Mozambique et d’Ethiopie, pays d’où proviennent les statistiques des mariages dits « précoces » aient leur corps vraiment importuné par le climat, hypothèse insoutenable car il règne des températures torrides tout au long de l’année. Ces deux pays comptent aussi parmi ceux dont le taux de natalité est le plus élevé du monde et les filles sont traitées comme n’importe quelle tête de bétail et vendues au plus offrant dès l’âge de 15 ans. Il est certain qu’il y a une corrélation indéniable entre le changement du climat et cette coutume multiséculaire …

Source : The Guardian via Slate redirigé depuis RTS.info (www.theguardian.com/society/2017/nov/26/climate-change-creating-generation-of-child-brides-in-africa

La propagande climatique bat son plein !

Capture d’écran 2017-07-19 à 13.02.06.png

Cette photo a fait la une de la presse occidentale et des réseaux sociaux. L’Inde va mettre en service des trains propulsés à l’énergie solaire !!! C’est du grand n’importe quoi … La capture d’écran ci-dessous indique la source : il s’agit du quotidien indien The Hindu et l’article date du 15 juillet 2017. Apparemment le titre a accroché la sagacité des journalistes et des adeptes névrosés des réseaux sociaux (dont je ne fais pas partie) assommés quotidiennement par la propagande « réchauffiste » qui ressort aussi chaque mois en affirmant qu’on vient de vivre le mois le plus chaud depuis la disparition des dinosaures, je veux parler du mois de juin dernier.

En Inde, pays où se trouve le plus grand réseau ferroviaire du monde, en très grande majorité les trains sont tractés avec des motrices diesel. Or dans ces motrices il y a plusieurs moteurs, en général deux moteurs pour la traction, et un ou deux groupes électrogènes pour produire de l’électricité qui alimente l’éclairage et éventuellement des conditionneurs d’air. C’est exactement la même chose dans les avions de ligne qui sont équipés d’un groupe électrogène dans la queue de l’appareil et des bateaux de fret ou de croisière.

Dans le cas des gros porte-containers (j’ai fait la traversée Le Havre-Pointe-à-Pitre sur un de ces bateaux) il y a deux énormes moteurs pour la propulsion et une dizaine de groupes électrogènes car il faut aussi alimenter les centrifugeuses qui clarifient l’huile de lubrification des moteurs de propulsion et les groupes frigorifiques qui refroidissent les containers remplis de denrées périssables. Dans le cas des trains de banlieue de l’agglomération de Delhi, les DEMU (diesel electric multiple unit) vont être équipés de panneaux solaires pour alimenter l’éclairage des wagons, un point c’est tout ! Le titre de l’article de The Hindu est ambigu et toute la presse asservie par les grands groupes financiers internationaux a repris cette information en la déformant car ces mêmes groupes financiers veulent prioritairement profiter de la manne de la « transition énergétique » dont on nous gargarise à longueur de journée. Ce sont en effet des centaines de milliards de dollars bons à prendre chaque année, une véritable ruée vers l’or climatique …

Capture d’écran 2017-07-20 à 09.58.32.png

Il reste cependant à noter que le Ministère des Transports indien prétend pouvoir économiser 21000 litres de fuel par an pour chaque train équipé de ces panneaux solaires « made in PRC ». Il est intéressant de mentionner également que ce Ministère envisage aussi de faire rouler certains trains avec du bio-carburant oubliant à l’évidence que produire des biocarburants dans un pays où tout le monde ne mange pas à sa faim paraît criminel. Mais les écologistes de tous poils n’en sont pas à une aberration près quitte à éventuellement affamer la population pour satisfaire leurs rêves insensés.

Source et illustrations : The Hindu