C’est à n’y rien comprendre …

Capture d’écran 2018-02-14 à 11.54.27.png

À quelques jours d’intervalle deux informations contradictoires ont fait le tour du monde. D’une part la montée inexorable des eaux océaniques en raison du réchauffement climatique risque de submerger de vastes concentrations urbaines comme Hong-Kong (illustration via ats) ou encore New-York, Dacca, Lagos et une grande partie de Tokyo. Parallèlement, alors que depuis des décennies les « spécialistes » prévoyaient la disparition des Maldives et des atolls du Pacifique Sud, une étude parue dans la revue Nature ( doi : 10.1038/s41467-018-02954-1 ) décrit l’augmentation des terres émergées des atolls de l’archipel de Tuvalu entre 1971 et 2014.

Capture d’écran 2018-02-14 à 11.52.32.png

Sans autre commentaire.

6 réflexions au sujet de « C’est à n’y rien comprendre … »

  1. « C’est à n’y rien comprendre … »

    [mode ironie – début]
    Il faut se tenir à jour des dernières théories ! Je cite la trouvaille :
    « C’est parce que toute cette eau issue de la fonte des glaciers du Groenland et de l’ouest de l’Antarctique pèse tellement qu’elle provoque l’enfoncement des fonds marins… »

    Si,si, cela a été dit ….

    Donc : Les îles sont plus petites que les continents, c’est pourquoi elles remontent tandis que les rivages des continents seront irrémédiablement submergés, même si pour l’instant la montée est compensée par l’abaissement.
    [mode ironie – fin]

    Je veux bien croire qu’une glaciation de plusieurs milliers d’années vide les océans de plusieurs centaines de mètre d’eaux, ce qui représente une masse conséquente, et que sa fin puisse provoquer des mouvements dans la croute terrestre. Mais penser que les quelques cms depuis le début de l’ère industrielle seraient déjà suffisants pour provoquer des effets perceptibles par l’Homme !!!

    • Les océans se sont réchauffé en moyenne (si on peut parler de moyenne …) de 1 degré depuis la fin des années 1940. Il a été estimé que l’augmentation du niveau des mers (controversée selon la technique utilisée, une autre incertitude …) était due pour moitié à la dilatation des eaux de surface (moins de 100 mètres de profondeur (troisième approximation sujette à débat …) et enfin il n’est nulle part pris en compte les mouvements tectoniques dont l’estimation est également l’objet de débat (quatrième approximation) car elle est difficilement mesurable avec précision car tout bouge en effet. On se trouve donc dans un domaine où les sciences exactes, telles qu’on les conçoit, n’ont à l’évidence plus cours.

      • Je suis allé faire du snorkling sur la grande barrière de récif au large des côtes du Queensland depuis Airlee Beach et je me suis toujours demandé pourquoi il y avait des récifs coralliens aussi loin des côtes comme en Nouvelle-Calédonie d’ailleurs. En réalité à la suite du réchauffement qui conduisit à la fonte des calottes glaciaires d’Europe il y a 20000 ans le niveau des océans remonta de plus de 100 mètres mais pas instantanément. Les coraux eurent tout le temps de « pousser » au fur et à mesure que le niveau des mers montait. Aujourd’hui la grande barrière se trouve à plus de 20 miles marins de la côte pour cette raison. Au Vanuatu les récifs se trouvent relativement près de la terre ferme, au plus deux cent mètres, car les îles sont volcaniques et le relief tombe à pic comme ici aux îles Canaries. À quelques encablures la profondeur atteint 4000 mètres, c’est beaucoup ! Ce n’est pas le cas au large de l’Australie. Quant aux atolls de Kiribati, de Tuvalu et des Tuamotu ils ne sont pas directement d’origine volcanique pas se sont construit (encore des coraux) sur des haut-fonds du plancher de l’Océan Pacifique d’origine magmatique plutôt que volcanique lorsque justement le niveau de l’océan a remonté. Idem pour les Maldives et les Seychelles. Le magnifique lagon de Mayotte s’est construit de la même manière, je dis magnifique mais ce n’est aujourd’hui plus qu’un lointain souvenir … Et ce n’est pas le réchauffement qui en est la cause mais la pollution incroyable dans cette (ces deux) île où je ne remettrai jamais les pieds …

  2. Exact, depuis les travaux de Wegener, on sait que la croûte terrestre est l’objet de mouvements lents et incessants et que les terres émergées peuvent monter ou descendre.
    Ainsi, à niveau d’eau constant, des iles peuvent gagner en superficie, ou l’inverse.
    Les surfaces insulaires émergées sont ainsi un mauvais proxy du réchauffement climatique.
    Sauf pour le gogo de base et pour l’inénarrable Al Gore.

  3. problème de contenants… Et les volcans sous-marins ou sub-glaciaires (Antarctique) ? On ne les connaît pas tous, loin s’en faut, et il est vraisemblable (à vérifier…) qu’étant tous (ou presque) actifs, ils relâchent sur les fonds océaniques quelques XXXiers de tonnes de magma tous les ans, ce qui devrait provoquer une hausse du niveau des océans, toutes choses égales par ailleurs.
    (et on ne parlera pas de leur effet sur la température des océans… quoique…)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s