Complément au billet relatif à l’activité magnétique solaire et à son influence sur le climat terrestre.

clip_image007.jpg

J’avais décidé de ne plus écrire un quelconque billet au sujet du « changement climatique ». Cependant un article paru sur le site wattsupwiththat.com sous la plume de James A. Marusek très bien documenté confirme l’ensemble de l’exposé que j’avais mis en ligne sur mon blog le 3 février dernier (lien). Voici donc la traduction fidèle du passage de cet article (lien) relatant point par point l’évolution de l’activité du Soleil depuis les 12 dernières années et quelles conclusions en tirer pour l’évolution future du climat. Il s’agit d’un ensemble de faits et d’observations incontestables disponibles au public( voir les références dans le texte). J’ai toutefois jugé inutile de traduire un bref passage relatif à l’origine des rayons cosmiques qui figure dans mon billet du 3 février. Je conseille à mes fidèles lecteurs anglophones de lire cet article car il fait référence ensuite à des faits historiques également incontestables qu’il est fort intéressant de connaître car une évolution du climat vers un refroidissement sera tout simplement catastrophique. L’un des collaborateurs de cet article déclare que les températures seront généralement plus froides durant les 20 prochaines années voire plus. Il a fait cette prévision en comparant les trois précédents cycles solaires 22, 23 et 24 avec les cycles solaires 3, 4 et 5 (1775-1823, minimum de Dalton) et il tire une prévision pour le cycle 25 à venir. Voici donc la traduction du passage complétant le précédent billet de ce blog sur l’activité solaire et son effet sur le climat terrestre.

Résumé des observations effectuées durant le dernier cycle solaire # 24.

1. Le nombre de taches solaires durant le cycle solaire 24 a diminué de plus de 50 % par rapport au précédent cycle.

2. Il y a eu moins d’éruptions solaires et d’éjections coronales qui produisent des accroissements du nombre de protons atteignant la Terre et provoquant des orages magnétiques sur Terre. Durant la transition entre les cycles 23 et 24 qui débuta en juillet 2000, le Soleil produisit 5 explosions massives se succédant rapidement avec des flux de protons supérieurs d’énergie supérieure à 10 MeV. Elles eurent lieu en juillet 2000, novembre 2000, septembre 2001 et Octobre 2003. Il n’y a pas eu d’autres explosions de cette ampleur depuis 2003 ( https://umbra.nascom.nasa.gov/SEP/ ).

3. Le champ magnétique solaire a significativement diminué. L’indice magnétique interplanétaire moyen(Ap Index) est une mesure de l’intensité de l’activité magnétique solaire car il interagit avec le champ magnétique terrestre. Les mesures d’Ap Index ont débuté en 1932. Plus le Soleil est calme magnétiquement parlant, plus cet indice est faible. Durant les 822 mois entre Janvier 1932 et juin 2000 l’Ap Index mensuel a été inférieur à 4 durant un seul mois. Par contre au cours des 186 mois entre juillet 2000 et décembre 2015 l’Ap index s’est trouvé être égal ou inférieur à 4 à 15 occasions ( http://wwwuser.gwdg.de/~rhennin/kp-ap/ap_monyr.ave ).

4. Le nombre de rayons cosmiques galactiques atteignant la Terre a augmenté de manière significative (…). Le champ magnétique solaire intégré au vent solaire module le flux de rayons cosmiques atteignant la Terre et l’effet de ce champ magnétique se fait sentir jusqu’à 200 unités astronomiques, l’héliosphère. Comme l’activité magnétique du Soleil a diminué l’héliosphère a parallèlement diminué. L’intensité du champ magnétique solaire interplanétaire, normalement de 6 à 8 nanoTesla est retombé à 4 nT et la pression du vent solaire a atteint un valeur basse jamais observée depuis 50 ans. Depuis 2009 l’intensité des rayons cosmiques atteignant la Terre n’a jamais été aussi élevée depuis que les observations par satellite existent ces 50 dernières années ( http://science.nasa.gov/headlines/y2009/29sep_cosmicrays.htm ).

5. Si l’irradiance solaire varie peu au cours d’un cycle solaire cette variation n’est pas linéaire sur tout le spectre électromagnétique. Entre 2004 et 2007 la décroissance des radiations dans l’UV a été 4 à 6 fois plus élevée qu’attendu alors que dans les longueurs d’onde visible (400-700 nm) celles-ci ont légèrement augmenté ( http://www.nasa.gov/topics/solarsystem/features/solarcycle-sorce_prt.htm ) et ceci a son importance car le rayonnement ultra-violet est un facteur très important de la chimie de la haute atmosphère (ozone).

6. La thermosphère située entre 90 et 600 kilomètres d’altitude a dramatiquement diminué depuis le dernier minimum solaire (2008-2009) et cette diminution est deux à trois fois supérieure à celle attendue en raison de la diminution de l’activité magnétique solaire ( http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2010/15jul_thermosphere/ ).

7. Le flux solaire dans les longueurs d’onde radio (longueur d’onde de 10,7 centimètres) maximales est mesuré depuis l’année 1947. Il s’est avéré que ce flux est le plus faible observé depuis cette date ( http://www.spaceweather.gc.ca/solarflux/sx-6-mavg-en.php ).

8. Enfin les observations de plus en plus fréquentes dans des régions de plus en plus méridionales de nuages noctilucents constituent un signe de changement dans la haute atmosphère entre 60 et 85 km d’altitude. Les nuages noctilucents ne sont pas des aurores boréales. Il sont constitués de microscopiques cristaux de glace qui réfléchissent la lumière solaire après le crépuscule. Depuis le début du XIXe siècle ils n’avaient jamais pu être observés à des latitudes aussi basses que le Colorado, l’Utah ou encore le nord de la péninsule ibérique, à l’observatoire de Calar Alto en 2009 ( doi : 10.1016/j.jastp.2010.12.008 ).

Noctilucent_clouds_over_Uppsala,_Sweden.jpg

Suite de l’article en anglais : voir le lien.

Puisque cette longue énumération de toutes les observations réalisées depuis la fin du cycle solaire 23 mentionnent le début du XIXe siècle le Docteur James A. Marusek, ancien physicien auprès de la US Navy s’est penché sur la similitude des cycles solaires # 3, 4 et 5 s’étalant sur la période 1785-1830 appelée « petit âge glaciaire » ou encore « minimum de Dalton ». Cette étude est presque anecdotique puisqu’elle a été commandée par un organisme de prévision de l’évolution du cours des céréales sur le Chicago Mercantile Exchange Market (voir le lien sur ce blog). Cette mise en parallèle de ce qui s’est passé entre 1795 et 1820 et la remarquable similitude de l’activité solaire réflétée par le nombre de taches solaires des trois derniers cycles solaires a permis d’établir des prévisions sur l’évolution du prix des céréales. Le Docteur Marusek a étudié l’histoire passée et il est apparu que cette évolution « pourrait » conduire à des hivers rigoureux et des printemps catastrophiques mettant en péril les récoltes de céréales. De plus les régions situées au sud du 45e parallèle et au nord du Tropique du Cancer pourraient vivre des périodes durables de sécheresse catastrophiques.

Illustration : nuage noctilucent observé à Bargerveen aux Pays-Bas en 2009. Note. Au sujet des nuages noctilucents et du changement climatique, l’article de Wikipedia à leur sujet est instructif (lien) car il dissimule soigneusement l’effet des rayons cosmiques qui n’est jamais évoqué en citant toutes sortes d’hypothèses appuyées sur aucun article scientifique publié dans des revues à comité de lecture. Il s’agit d’articles de presse ou d’une thèse de doctorat qui ne semble pas avoir donné lieu à un article publié dans une revue de haute tenue scientifique. Toutes les hypothèses ont été abordées, dont naturellement aucune n’a pu être vérifiée, la plus spectaculaire étant que le méthane – un gaz à effet de serre bien connu (!) – pourrait produire dans les haute couches de l’atmosphère de l’eau en réagissant avec l’oxygène en présence d’ultra-violets entrent dans le domaine de la science-fiction. À l’évidence, et dans ce cas précis, Wikipedia est un outil de propagande pour soutenir les thèses de l’IPCC.

Liens :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/02/03/crise-climatique-le-role-preponderant-mais-indirect-de-lactivite-magnetique-solaire-sur-le-climat-terrestre-est-incontestable/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/12/27/selon-la-nasa-cest-officiel-le-climat-entre-dans-un-episode-glaciaire/

https://wattsupwiththat.com/2018/02/09/forecast-for-solar-cycle-25/

https://en.wikipedia.org/wiki/Noctilucent_cloud

24 réflexions au sujet de « Complément au billet relatif à l’activité magnétique solaire et à son influence sur le climat terrestre. »

  1. Faut étudier !!!!
    En résumé, y a t-il des liens entre l’activité solaire et les changements climatiques ? Qu’elles sont les prévisions sur le climat ?
    Déjà, on a aucune idée des facteurs principaux qui influencent le climat et c’est surement pas le CO2 mais aussi dans quels ordres et proportions classés ces facteurs.
    Activité solaire, CO2, méthane, volcanisme, autres activités humaines, gulf stream, etc…..

  2. Merci pour ce billet très instructif qui remet en question un des paradigmes de l’IPCC qui veut que l’activité solaire n’ait pas d’effet visible et mesurable sur le climat (irradiance solaire intégrée comme une constante de 1360 W/m² dans les modèles, si ma mémoire est bonne).

  3. Étonnant ! Le soleil aurait une influence sur le climat de la Terre ? (lol ironique 1)
    Et la « science climatique » ne serait pas « settled » (lol ironique 2)
    Est-ce que Hulot, IPCC, Jouzel et al. en sont informés (lol complètement ironique 3) ?

  4. Ce qu’il faudrait c’est arriver à quantifier cette influence sur le climat. Car s’il est probable qu’elle soit réelle, beaucoup de scientifiques mettent en doute l’ampleur de son impact. On voit bien sur les courbes de température moyenne ces cycles monter et redescendre tous les 11 ans ou plus. Et par exemple le dernier cycle faible correspond aux 4 ou 5 années parmi les plus chaudes ce qui donne du grain à moudre aux rechauffistes.

    • L’effet de l’affaiblissement de l’activité magnétique solaire n’est pas immédiat en raison de l’inertie thermique des océans, premier point. L’énergie provenant du Soleil varie peu au cours d’un cycle solaire de 11 ans mais c’est ce qui se passe au dessus de nos têtes – à plus de 50 km d’altitude – qui importe quand le champ magnétique solaire diminue en intensité. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre ce qui se passait réellement et j’ai fait part de mes réflexions, lectures d’articles scientifiques et aussi et surtout contacts directs avec des spécialistes en la matière, dans le précédent billet de ce blog plutôt compliqué à comprendre. Je suis déjà vieux et comme me le disait dans un message électronique Valentina Zharkova j’espère vivre encore au moins dix ans pour assister à ce refroidissement du climat que personnellement je ne prédis pas car je n’en ai pas la prétention ni les connaissances scientifiques mais dont j’ai constaté l’imminence en lisant la littérature scientifique de qualité et non pas les rapports de l’IPCC ou la presse main-stream.

      • Merci Mr Henry…mon intuition m’avait guidé vers ce type de scénarios… la Nature est décidément pleine de surprises pour nos petits cerveaux d’êtres humains à l’intelligence extrêmement limitée.

  5. Mon inculture scientifique ne me permet pas d’argumenter sur ce sujet controversé. Par curiosité j’ai lu les pro réchauffement et les sceptiques. Les simulations me laissent dubitatif et les résultats peu conformes aux faits. Une conférence, il y a quelques années déjà organisée à l’Ecole Militaire avait rassemblé le gratin des climatologues officiels et même Brice Lalonde était de la partie… J’en suis sorti abasourdi par le faible niveau de ces gens et persuadé que c’était avant tout une grande connivence qui liait tout ces gens. Cela m’a rappelé les thèses qui ont couru sur la « surpopulation » mondiale et la grande peur instillée par L’ONU qui annonçait tous les cinq ans des prévisions les plus inqiétantes en reconnaissant à chaque fois avoir donné des chiffres excessifs le coup d’avant… Cela s’appelle de la propagande bien orchestrée par les USA. J’ai eu la chance d’avoir un jour un professeur atypique qui m’a obligé à lire et retenir pour l’examen 200 idées d’un livre de Jacques Ellul, « propagande » que nous devrions tous avoir bien assimilé… Quand la science devient politique elle pue…

  6. Merci pour votre article.
    Dans les prochains jours, on devrait avoir du -14 -15 à Luxembourg, les -5 -6 étant courants.
    De même dans le Jura, il y aura aussi du -13 -14, et probablement à certains endroits du -20 -25 suivants les courants descendants.
    Et je parie que la moyenne de février sera dans la normale vu ou sont les capteurs…
    Ce qui me fait le plus plaisir, c’est que l’on entend plus la pétasse sur Tf0 nous parler de températures au-dessus des moyennes saisonnières, ce qui est parler pour ne rien dire, puisque c’est toujours à coté. Pourvu qu’il y aie un blackout qui ne dure pas trop longtemps, cela leur ferait les pieds à ces crétins que les français mettent au pouvoir, ils auraient l’air de ce qu’ils sont.

    • S’ils annoncent -15°C c’est que les capteurs mesurent correctement non ? En effet une descente d’air froid va arriver quelques jours. Il va faire froid et ENFIN beau. Car ce qu’on a eu depuis 3 mois c’est pluie pluie pluie ou coup de vent. En trois mois 600 mm de précipitation piémont Pyrénées (plus qu’à Marseille en 1 année), ancore des inondations aujourd’hui (48 h de pluie sans arrêt), au bilan de l’hiver très très peu de jours de gel il en a plus dans le N.E bien sûr. Enfin ces prochains jours un peu de soleil et de bonnes gelées pour se débarrasser des vermines moustiques et autres mouches qui ont réussi à passer l’hiver. Peut être que février sera ainsi en effet à la moyenne de 6°C.
      Après un mois de janvier à 8.6° (+3), on va avoir un février dans les habituels ou un peu plus froid qui compensera un peu janvier.

  7. Dernière plaisanterie en date de certains météorologistes : le fameux et fumeux « Moscou – Paris ».

    C’est une vague de froid qui descend du pôle Nord bien entendu, mais qu’on appelle « Moscou – Paris » parce ce que dans l’imaginaire collectif, Moscou c’est le point le plus froid du monde.

    En fait, cette vague de froid devrait durer une quinzaine de jours et est la résultante d’une descente d’air arctique qui a refroidi l’Amérique du Nord depuis le mois de novembre dernier.

    Celle dernière descend maintenant chez nous par une simple conjonction de facteurs climatiques (faiblesse du « Gulf Stream » -entre autres facteurs- entraînant un courant de vents d’est en ouest alors que d’habitude, ces vents vont d’ouest en est).
    D’où le terme péjoratif de « Moscou – Paris », l’air arctique ayant la fâcheuse manie de passer par la Sibérie (une zone considérée par certains politiciens américains comme « satanique » puisque sise dans un territoire « communiste »).

    Bref, le froid s’installe en Europe par l’est et c’est vraiment pas de chance pour les adeptes de la théorie du réchauffement climatique qui doivent -les pauvres- être obligés de faire abattre beaucoup d’arbres -si utiles pour l’environnement qu’ils chérissent tant- pour se réchauffer un peu plus.

    Personnellement, les « réchauffistes » me font sourire, tout comme certains hommes politiques américains qui font preuve d’une stupidité intellectuelle avec leur conception manichéenne du monde moderne.

    Par contre, j’ai sérieusement une pensée très émue et très triste pour tous les animaux et autres pauvres êtres humains qui sont obligés de dormir dehors en ce moment dans des températures glaciales et pour lesquels nos sociétés ne font strictement rien.
    J’en ressens une honte très profonde, d’autant plus profonde que je n’ ai aucun moyen à ma disposition pour résoudre cette injustice.

    Et là, on touche nos vrais problèmes de sociétés du doigt.

      • J’aimerais vraiment qu’il y ait un black-out généralisé, je vais vraiment me tordre de rire. Ceci étant il fait ce soir 16 degrés à Santa Cruz de Tenerife, la température la plus basse depuis que je suis venu m’installer ici, c’est-à-dire depuis 11 ans et le Teide est totalement recouvert de neige.

      • D’ailleurs l’affirmation de météofrance est fausse, l’anticyclone est situé sur le Danemark et les pays baltes et la « goutte » d’air froid arrive de la péninsule scandinave, c’est exactement la même situation qu’en 1956. Il y a une zone de basses pressions sur le Sahara, l’Italie et la Grèce ainsi qu’au milieu de l’Atlantique et nous allons en essuyer les conséquences cette fin de semaine aux Canaries avec de fortes chutes de pluies et des température anormalement froides pour la saison … Et tout ça est naturellement provoqué par le réchauffement global !

  8. Comme me l’a fait remarquer un lecteur à propos de mon billet sur l’hiver de l’année 1709 les gens mourraient de froid. J’ai comme ce lecteur effectué des recherches généalogiques sur les ascendants de l’auteur de mes jours tous originaires d’un petit village du Bugey près de Morestel. Entre janvier et mars 1709 la moitié de la population du village est morte de froid. Le curé qui tenait à jour les registres paroissiaux ne devait pas chômer ! Tous ces morts, enfants et vieillards d’abord comme pour la grippe qui est particulièrement virulente cette année, on n’en parle pas trop dans les médias car ça dérange les laboratoires pharmaceutiques qui se sont trompé de souches de virus pour le vaccin, c’est une répétition de ce qui va se passer dans quelques années car ce refroidissement du climat est inexorable quoiqu’en pensent les tenants de l’effet de serre du gaz carbonique.
    Ce qui est proprement incroyable est que les médias à la solde – tous sans exception – de grands groupes industriels ou commerciaux, continuent à intoxiquer l’opinion en faisant leur une de l’augmentation du niveau de la mer, de la disparition de la banquise arctique, de la disparition des baleines car le krill va disparaître en raison de ce réchauffement et que ce n’est que le CO2 et rien d’autre qui est en cause. Il fait froid : c’est à cause du réchauffement ! Avouez que c’est difficile à digérer comme propos …
    Quand on commence à mentir il ne reste plus d’autre choix que de continuer à mentir et c’est exactement ce qui se passe pour cette histoire de réchauffement climatique d’origine humaine mais c’est également la même dynamique qui secoue les USA avec le russiagate : une fiction politique basée depuis le début sur des mensonges. C’est exactement le même scénario que celui utilisé contre Saddam Hussein avec ses armes de « destruction massive » comme si les USA avec leurs quelques 10000 bombes nucléaires n’étaient pas détenteurs du plus important arsenal de destruction massive de la planète avec la Russie !
    J’admire profondément le pragmatisme de Vladimir Poutine qui sait probablement quelque part que toute l’histoire du réchauffement climatique comme celle du russiagate vont finir par se révéler être des impostures et ce d’autant plus que la Russie est le pays au monde détenteur des plus grandes réserves d’hydrocarbures … et les Américains le savent parfaitement. L’Arabie saoudite injecte de l’eau de mer dans ses gisements de pétrole pour continuer à produire du pétrole et plus de la moitié de sa production est utilisée à des fins domestiques mais personne ne le dit clairement parce que les Américains ne veulent pas que leur allié dans la région devienne la risée du reste du monde. C’est comique en un sens. Tirez-en les conclusions que vous voudrez mais, et c’est ce que je tente de faire tous les jours, il faut recouper les informations pour se faire une idée de ce qui se passe réellement à l’échelle du globe.

    • Comme dirait une certaine « Mère Denis » d’une publicité française des années 70 pour une marque de machine à laver : « Ah ben ch’est ben vrai cha ! » 🙂
      C’est clair que maintenant, on va avoir beaucoup plus froid qu’avant.
      Explications intéressantes de LCI :
      « Pour comprendre l’origine de cette vague de froid, il faut prendre de la hauteur, autour de 15 000 à 20 000 mètres d’altitude (10 à 20 km). Nous sommes alors dans la stratosphère, cette couche atmosphérique qui se situe juste au-dessus de la troposphère, là où nous vivons. A cette altitude, les températures avoisinent généralement -60°C. Or depuis une dizaine de jours, un important réchauffement (jusqu’à 40°C gagnés !) s’est produit dans cette couche de l’atmosphère : il s’agit d’un réchauffement stratosphérique. Cela n’est pas rare même si une telle situation ne se produit pas tous les hivers.
      Conséquence de cette brutale hausse des températures en altitude : la circulation atmosphérique est perturbée dans une grande partie de l’hémisphère nord. L’air froid va désormais s’accumuler près du sol tout en s’étendant sur de larges superficies et dans le cas présent, sur une grande partie du continent européen. Cet air froid va être piloté par un puissant anticyclone qui va se développer sur le nord de la Scandinavie, générant alors un flux d’est à nord-est, soit un flux inversé par rapport à celui qui nous concerne habituellement… Voilà pourquoi les météorologues le qualifient de « Moscou-Paris » ! »
      Source : https://www.lci.fr/societe/meteo-france-video-vague-de-froid-moscou-paris-le-phenomene-qui-va-nous-congler-provient-d-un-rechauffement-de-l-atmosphere-2079559.html

      Explication un peu pourrie pour dire qu’un réchauffement en altitude provoque un refroidissement sous les nuages…intéressant non ?

  9. Petite perle que je viens de détecter en faisant ma revue de presse d’aujourd’hui :
    Yahoo actualités annonce des records de chaleur au pôle nord :
    https://fr.news.yahoo.com/pic-chaleur-touche-l-apos-110039861.html
    en faisant référence au Washington Post qui aurait annoncé des températures supérieures de 25 °C à cet endroit ! Autant annoncer une fonte massive des glaces polaires….

    Vérification de ce jour : les températures sont normales au pôle nord (https://www.meteomedia.com/ca/tendance-meteo-14-jours/nunavut/le-pole-nord) et conformes aux moyennes enregistrées pour le mois de février (environ -20 °C) : https://fr.climate-data.org/location/15898/

    Encore une « fake news » sur le climat.

      • Pour notre culture personnelle, ce que les météorologues français appellent de façon idiote un « Moscou-Paris » s’appelle chez nos amis anglais un « Beast from the East ».
        Ce terme comme le terme « Moscou-Paris » sont des termes purement journalistiques pour indiquer la provenance d’une descente d’air glacial venant du pôle nord qui atteint l’Europe, via l’est.
        Le moteur thermique de cette vague de fraîcheur est comme d’habitude en climatologie l’écart de température entre le pôle concerné et l’équateur.
        Plus il est important, et plus s’installera au pôle une zone de turbulence appelée « tourbillon polaire » qui va redistribuer ses frigories sur les zones adjacentes.
        Ceci a lieu en haute altitude. Un réchauffement anormal de cette zone va pousser ces frigories dans la basse atmosphère.
        C’est ce qu’on ressent en ce moment.
        Le terme scientifique de ce phénomène (prétendument « bien connu » des météorologistes qui lui donnent le petit nom de « Moscou-Paris » alors que sa génèse sur le plan scientifique est pleine de mystères) est le SSW : « sudden stratospheric warming » ou « réchauffement stratosphérique soudain » qui pourrait avoir un lien avec l’activité solaire et/ou les rayons cosmiques sur la haute atmosphère (interprétation personnelle spéculative).
        URL sur le SSW en français : https://fr.wikipedia.org/wiki/Réchauffement_stratosphérique_soudain

        Je me demande ce que notre ministre de la transition écologique à pales, pédales et autres instruments à géométrie variable, pense de tout ceci….(sans parler de son prédécesseur qui est apparemment ambassadrice des pôles maisqu’on n’entend plus depuis un moment).

  10. PS : Réflexions plus générales sur la thermodynamique du globe et le pseudo-réchauffement climatique.

    Les « réchauffistes » supposent que la thermodynamique du globe terrestre est hors équilibre et à cause d’un réchauffement global spéculatif, on va voir apparaître des phénomènes physiques inhabituels et donc « hors équilibre ».

    Le globe terrestre fait cependant l’objet de phénomènes physiques locaux hors équilibre en permanence, ce qui induit des évènements de nature stochastique (imprévisibles à partir d’un certain pas de temps, comme l’est le comportement des volutes de fumée qui s’échappent d’une cigarette en combustion) et c’est ce qui nous explique pourquoi il est impossible de prévoir la météo à plus de 5 jours.

    Par contre, globalement, les saisons sont respectées, et globalement, la planète Terre est à l’équilibre thermodynamique avec son environnement, ce qui nous indique qu’on peut prévoir son comportement en matière d’échange de matière et d’énergie avec un environnement plus ou moins stable à l’échelle de plusieurs siècles (si tant est que son environnement ne change pas de façon très significative).

    Les facteurs fondamentaux caractérisant l’environnement du globe terrestre pris comme un objet physique de caractéristiques constantes (si tant est que le volcanisme soit constant, ce qui est en effet incertain à l’échelle de plusieurs millénaires) seront donc des facteurs externes comme les énergies solaires et cosmiques.

    La vague de froid qui inonde le nord de l’Amérique depuis novembre dernier et maintenant l’Europe, est là pour nous le rappeler.

    Conclusion : ne pas confondre l’état thermodynamique hors équilibre d’un micro-système local ouvert comme une zone géographique plane au niveau de la mer (qui échange beaucoup de matière et d’énergie) et l’état thermodynamique d’un système peu ouvert en trois dimensions (le globe terrestre qui échange de l’énergie mais quasiment pas de matière avec le cosmos).
    La différence est juste une question d’échelles.

    Les « réchauffistes » sont donc des gens qui ont un microscope à la place des yeux.

  11. Des nouvelles du front du refroidissement climatique en cours :
    en plus du coup de froid qu’on essuie cette semaine en Europe (appelé « Beast from the East » par les journalistes anglo-saxons ou « Moscou-Paris » par Météo-France), on peut maintenant ajouter le « Windmaggedon » qui est une tempête de froid en train de frapper le nord-est des USA.
    Voici quelques infos sur ce phénomène qui paralyse la capitale des Etats-Unis : https://www.20minutes.fr/monde/2231015-20180302-windmageddon-etats-unis-presque-tout-monde-vomi-avion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s