Le syndrome du célibat (au Japon … et ailleurs)

Capture d’écran 2015-07-05 à 21.34.36

Une étude réalisée par le Planning familial japonais et relatée par le Japan Times est inquiétante non pas seulement pour le Japon mais également pour nombre de pays développés qui voient leur démographie chuter de façon alarmante comme l’Allemagne ou l’Italie pour en citer deux. La baisse de natalité dans ces deux derniers pays est en effet plus violente que celle observée au Japon et a également précédé la situation japonaise. Les raisons de la situation japonaise ont pu être déterminées précisément en interrogeant 1134 personnes âgées de 16 à 49 ans. Ce n’est pas un hasard des nombres si 49 % des personnes ayant participé à l’étude ont répondu d’emblée ne pas avoir eu de relations sexuelles durant le mois précédant leur interrogatoire. À peu de choses près c’est le même comportement pour les femmes et les hommes : 50,1 % contre 48,3 % et globalement en deux ans ces pourcentages ont augmenté de 5 points.

Les raisons de ce comportement sexuel désertique sont intéressantes : 21,3 % des hommes mariés et 17,8 % des femmes également mariées incriminent la fatigue au travail. Près d’un quart des femmes mariées trouvent que le sexe est ennuyeux et 18 % des hommes mariés qu’ils n’y trouvent que peu ou pas du tout d’intérêt. Pire encore, une autre étude a montré que 27 % des Japonais et 23 % des Japonaises ne sont pas intéressés par une relation amoureuse. Entre 18 et 34 ans, 61 % des hommes et 49 % des femmes n’ont aucune relation amoureuse et dans cette même tranche d’âge 36 % des hommes et 39 % des femmes n’ont jamais eu de relations sexuelles.

Pour ce qui concerne le Japon, le désintérêt pour une relation intime provient des caractéristiques d’une économie hautement développée et de plus d’une forte inégalité entre hommes et femmes : selon le World Economic Forum le Japon se classe 104e sur 140 pour l’égalité des sexes (des genres pour être politiquement correct), soit juste entre l’Arménie et les Maldives. Les « Office-ladys » sont soumises à une intense pression quand elles se marient et se retrouvent enceintes et le plus souvent leur évolution de carrière est définitivement bloquée. Il y a une expression spécifiquement utilisée pour les femmes mariées exerçant une activité professionnelle, ce sont des « oniyome » qui peut se traduire par des femmes mariées démoniaques, c’est tout dire ! Du coup la plupart des femmes privilégient leur carrière professionnelle à la création d’un foyer : à 20 ans une femme japonaise a 25 % de chances de ne jamais se marier et 40 % de chances de ne jamais avoir d’enfants, c’est réjouissant.

Il y a un autre paramètre à prendre en considération pour expliquer la situation japonaise et qui en surprendra plus d’un, la timidité ou plutôt la réserve des hommes japonais vis-à-vis des choses du sexe. Manquer de maturité sexuelle a des conséquences sur la vie sociale et surtout professionnelle or quand on sait qu’un Japonais célibataire sur 4 est encore puceau à 30 ans, ces laissés-pour-compte de la vie représentent un réel problème de société. Devant cette situation, Shingo Sakatsume qui ouvrit un institut pour éduquer des personnes sévèrement handicapés à connaître une vie sexuelle à peu près satisfaisante en 2008 a franchi une nouvelle étape dans ce domaine non plus pour handicapés mais pour des hommes parfaitement normaux. Il s’agit de la Virgin Academia (voir le lien). Les hommes adultes et parfaitement normaux sauf en ce qui concerne leur vie sexuelle sont soumis à un exercice plutôt inattendu. C’est un cours de dessin. Un fille se déshabille devant eux – la plupart n’ont jamais vu une femme nue « en vrai » – et elle choisit une posture telle que les « élèves » puissent découvrir tous les détails de l’anatomie féminine afin de se familiariser avec un corps de femme et venir à bout de leurs inhibitions et de leur timidité. Ainsi ils peuvent envisager après quelques mois trouver enfin l’âme sœur, mois durant lesquels ils doivent noter tous leurs rendez-vous romantiques et faire part de leurs succès et de leurs échecs à un conseiller.

Capture d’écran 2015-07-05 à 21.35.39

Pour toutes ces raisons la population japonaise diminue : en 2014, selon les statistiques gouvernementales il y a eu 1 million de naissances pour 1,3 million de décès et à ce rythme la population du pays aura diminué de 20 millions de personnes dans 25 ans, je n’ai pas refait le calcul. Ces prévisions démographiques considérées comme inexorables, à moins que le gouvernement n’adopte des mesures drastiques pour inciter les Japonais à se marier et avoir des enfants, rendront le poids de la dette insupportable pour les générations à venir et le poids économique et politique du Japon s’évanouira parallèlement, mais on peut en douter pour d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec la désaffection des Japonaises et des Japonais pour les choses du sexe …

Il ne faut naturellement pas oublier de mentionner la Chine et l’Inde qui sont sur la voie de gros problèmes démographiques devenus incontrôlables en raison des politiques adoptées ou respectivement des traditions. La politique de l’enfant unique en Chine va accélérer le vieillissement de la population du pays : dans moins de 50 ans la moitié de la population aura disparu. En Inde, le déséquilibre entre hommes et femmes – beaucoup plus d’hommes que de femmes, 4 % de différence – fait que le mariage est devenu un rêve physiquement et financièrement inaccessible. La natalité dans ce pays est en baisse continue du fait d’une désaffection pour le mariage. En Chine c’est la course à l’argent qui fait que les jeunes en âge de se marier et de procréer choisissent le travail plutôt que le mariage qui n’est en aucun cas, bien au contraire, un ascenseur social. Trois bombes démographiques qui changeront la face de cette région du monde dans moins de trois décennies.

Sources : Reuters et http://www.japantimes.co.jp/news/2015/01/19/national/japanese-couples-going-without-sex/#.VZki_mBx3IP

http://www.ipss.go.jp/site-ad/index_english/nfs14/Nfs14_Singles_Eng.pdf

http://reports.weforum.org/global-gender-gap-report-2014/rankings/

http://www.ibtimes.com/japan-population-problem-government-adopts-paternity-leave-nursery-school-measures-1854084

http://www.whitehands.jp/virginacademia.html

2 réflexions au sujet de « Le syndrome du célibat (au Japon … et ailleurs) »

  1. Ping : Santé : le syndrome du célibat | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s