Et si la NASA se mettait à douter du changement climatique ?

Capture d’écran 2015-01-04 à 15.43.16

La NASA, l’un des principaux instigateurs de la théorie de l’effet de serre et du changement climatique à la suite des affirmations douteuses de James Hansen relatives à la transposition à la Terre de l’état de l’atmosphère de Vénus serait-elle sur le point de changer son fusil d’épaule ? On est en droit de constater que le doute s’installe dans l’esprit des ingénieurs de cette organisation tentaculaire qui a largement bénéficié de crédits exceptionnels pour développer une recherche en tous genres afin de surveiller ce changement climatique qui désespérément n’arrive toujours pas … Le principal fautif de ce changement climatique supposé est le CO2, or ce gaz est essentiel à la vie sur Terre et dans les océans. Sans CO2, pas de plantes ni de plancton, c’est aussi simple que cela. Certains maraîchers le savent bien, si on enrichit l’atmosphère d’une serre en CO2, en restant dans des limites raisonnables, les plantes poussent plus vigoureusement. Ce phénomène est très bien expliqué car l’enzyme qui fixe le CO2, la RUBISCO, ne sait pas trop s’il doit s’occuper de l’oxygène ou du gaz carbonique pour son bon fonctionnement. Dès lors qu’on enrichit l’atmosphère en CO2, l’équilibre fonctionnel de la RUBISCO est déplacé vers une fixation plus rapide de CO2. Tous les biologistes qui se sont penché sur le fonctionnement des plantes le savent très bien.

Apparemment, avec une flottille considérablement coûteuse de satellites et d’aéronefs renifleurs de CO2 épaulés par de non moins coûteuses observations sur le terrain, la NASA a fini par enfoncer une porte ouverte, par vérifier une lapalissade, plus il y a de CO2 plus les forêts tropicales ont tendance à piéger ce gaz accusé de tous les maux ! Au moins on est rassuré car la tendance des forêts tropicales à incorporer le CO2 atmosphérique en surplus en raison des activités humaines déraisonnables contrebalance largement le déficit d’absorption des forêts boréales qui, comme chacun sait, souffrent gravement du réchauffement climatique. Seulement il y a un gros hic selon les ingénieurs experts en modélisation en tous genres du Jet Propulsion Laboratory à Pasadena, le réchauffement climatique risque de mettre en péril les ressources en eau à la suite de sécheresses prolongées. On ne sait pas trop s’il s’agit de périodes de longue sécheresse dans les zones inter-tropicales qui sont à redouter ou si ces perturbations hydrologiques affecteront plus dramatiquement les forêts boréales.

Néanmoins, le réchauffement climatique perturbera inévitablement l’immobilisation du carbone par les forêts et il faudra encore plus de satellites, d’avions, de ballons-sonde et d’autres moyens terrestres pour être enfin absolument certain que le réchauffement climatique perturbe à grande échelle le cycle du carbone. Mais au fait, c’est quand que ça se réchauffe vraiment ? Depuis 18 ans les températures n’ont pas sensiblement augmenté, le Nino tant attendu n’est toujours pas au rendez-vous, les Seychelles et les Tuamotu n’ont toujours pas été submergées, les glaciers de l’Himalaya ne fondent toujours pas, les vagues de froid se succèdent en Amérique du Nord, la navigation circum-boréale est toujours impossible et les glaces de l’Antarctique ne fondent toujours pas à la vitesse prévue par les modèles … de la NASA et on ne parle plus du trou d’ozone.

Difficile de croire dans ces conditions que le soit-disant réchauffement climatique dont l’IPCC parle à longueur de communiqués de presse et de publications scientifiques (qui n’ont plus rien de scientifique) puisse constituer une menace dont il faille se préoccuper à grands coups de milliards de dollars !

Source et illustration : Jet Propulsion Laboratory News

3 réflexions au sujet de « Et si la NASA se mettait à douter du changement climatique ? »

  1. Le CO2 est en effet l’aliment gazeux des plantes. Sans CO2 pas de plantes, et les plantes nous sont indispensables (pas seulement la salade..).
    Selon une étude du CSIRO rapportée par Anthony Watts le CO2 agit comme fertilisant des régions arides au cours des 30 dernières années par stimulation foliaire. Les zones sahéliennes reverdissent.
    http://www.contrepoints.org/2013/09/12/138781-les-deserts-verdissent..
    Le taux actuel de CO2, 400ppm, est en fait plutôt faiblard si on le compare à celui du mésozoïque, entre 2 et 3000ppm au même du carbonifère >4000 (RA Berner 2001).
    Quant aux sécheresses elles ont radicalement diminuée, ainsi que l’énergie des cyclones.
    E.

  2. Ping : Et si la NASA se mettait à douter du changement climatique ? | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s