Brève. Il paraît que je suis fasciste !

En bavardant il y a quelques jours avec un jeune français diplômé fraîchement sorti d’une école européenne dont j’ai oublié le nom nous avons abordé l’affaire du coronavirus. J’ai mis en garde mon interlocuteur car, fort d’un passé universitaire de biologiste, je risquais d’aller à l’encontre de ses propres opinions et analyses. De fait dès le début de notre dialogue je l’ai repris sur plusieurs points. D’abord je lui ai affirmé que je n’inventais rien et que tout ce que j’allais lui raconter s’appuyait sur des publications scientifiques. La conversation a vite pris un ton agressif quand j’ai déclaré que ce virus contenait une insertion d’une vingtaine de nucléotides comprenant un site de clivage par une protéase très commune dans l’organisme humain et que cette insertion ne pouvait pas ne pas avoir été effectuée en laboratoire. 

Ce jeune homme semblait attentif car je lui expliquais quelle était la signification des termes inconnus pour la plupart par les néophytes dont il faisait partie, termes que j’utilisais que j’utilisais car n’ayant pas d’autres moyens à ma disposition pour cet exposé.

Le ton a commencé à monter quand j’ai déclaré tout de go que cette manipulation génétique pour obtenir un « gain de fonction » avait été vraisemblablement réalisée dans un laboratoire de l’armée américaine, alors que ce type de recherche est considéré comme illégal sur le sol américain. Dubitatif qu’il était j’ai insisté sur le fait que la séquence de nucléotides insérée comprenait des codons (toujours en expliquant de quoi il s’agissait) qui ne se trouvent jamais dans le matériel génétique des virus de cette famille de coronavirus. Bien que m’écoutant attentivement il semblait devenir nerveux. Il explosa alors quand je lui fit part de mon hypothèse au sujet de la dispersion de ce virus modifié dans le monde entier à l’occasion des olympiades militaires qui eurent lieu durant l’automne à Wuhan, diffusion organisée avec l’aide d’agents américains faisant partie de l’équipe de sécurité protégeant les athlètes américains. Le lobbying des laboratoires pharmaceutiques fit le reste dans le but de tuer le maximum de personnes.

Alors là ce jeune diplômé réagit presque violemment en me demandant si je n’étais pas un peu complotiste et américanophobe. Certes je suis devenu vraiment anti-américain mais complotiste : non, loin de moi cette idée car je présente mon analyse au sujet de Wuhan comme une hypothèse. Puis l’ayant un peu intéressé par mon propos il changea de conversation en m’exposant son opinion sur la politique « zéro-covid » chinoise. Les autorités chinoises, selon ce jeune diplômé, profitent de la situation pour maintenir leur population sous pression, contrôlée en permanence par le parti, etc … Pas du tout ai-je rétorqué. La Chine est devenue la première puissance industrielle et commerciale du monde et elle manœuvre pour affaiblir les USA et l’Europe en bloquant ses principaux ports d’où partent les denrées manufacturées qui inondent les marchés européens et américains. Je compris que ce jeune diplômé ne comprenait pas de quoi je parlais. On n’a pas besoin d’avoir suivi de longues études en économie politique pour comprendre que le volume de l’offre d’un produit comparé à la demande influe directement sur les prix de ce produit. Quand les autorités chinoises bloquent pour des raisons sanitaires discutables un port comme celui de Shanghai il y a à l’évidence une autre motivation : catalyser une inflation à deux chiffres généralisée dans tous les pays occidentaux.

Mon interlocuteur me demanda alors si je n’étais pas un peu admirateur de Xi Ping, ajoutant que pour lui le PC chinois était un régime fasciste. J’eus l’audace de répondre par oui à sa question. La conversation s’arrêta là car il me traita de fasciste … Il est vrai qu’un régime autoritaire contrôlant minutieusement sa population peut être qualifié de fasciste même si ce terme est historiquement inapproprié. Les régimes de Franco et Mussolini furent qualifiés ainsi mais quelle différence avec le parti communiste chinois ? Il est vrai qu’aujourd’hui quand on n’approuve pas les idées de la mouvance gauchiste, qu’il s’agisse du climat, de la fameuse transition énergétique, de l’idéologie woke et j’en passe on est vite traité de fasciste.

24 réflexions au sujet de « Brève. Il paraît que je suis fasciste ! »

  1. La franchise et la pédagogie ne paient généralement pas. Il est plus facile de manipuler un idiot instruit que de le convaincre qu’il a été manipulé, surtout s’il a un ego hypertrophié. A ce jeu là, les hommes politiques et les médias sont très forts. 🤡

  2. Bonjour il y a bien longtemps que j’ai abandonné toute volonté d’informer, sans parler de convaincre.
    J’ai appris à me taire, à laisser dire et faire. Et à regarder les consequences de la surdité avec indifférence.
    Et à répondre par des phrases ambigues, qui permet à l’interlocuteur de comprendre ce qu’il a envie.
    Vous etes vaxxine ? Je prends soin de ma santé.
    Quant à etre traité de fasciste, il suffit d’emettre une opinion légèrement différente sur l’un des sujets à la mode pour déclencher l’hystérie et le quart d’heure de haine. Autant en rire.

  3. L’occident et en particulier les jeunes générations baignent dans l’idéologie, la pensée est devenu binaire, le camps du bien qui est d’accord avec moi et qui partage un set de conviction assez claire, lutte contre le réchauffement, lutte contre le coronavirus, remise en question du genre, transition énergétique, russophobie, s’opposer sur un de ces sujets sensibles et constitutifs de leur identité te relègue immédiatement dans le camps du mal, qui pour plus de simplicité est assimilé au fascisme. Dans la mesure où ils ne savent pas non plus de quoi il s’agit il ne faut pas prendre cette appellation trop au sérieux. Il ne faut pas non plus perdre son temps il est quasi impossible de rendre un être binaire sensible à la discussion critique, il faudrait des heures pour déconstruire leur mode de pensée solidement bétonné. J’essaie depuis dix ans de ne pas voir l’évolution de la situation et maintenant j’ai l’impression de vivre un cauchemar, l’idéologie et le mensonge gouverne l’occident et semble le mener à sa perte. Il semble trop tard pour agir, et d’ailleurs que faire ? Quelle forme de résistance adopter ? Le plus sage semble d’arrêter à nouveau de s’informer. Au moins j’ai la chance de vivre dans un pays où l’idéologie a une emprise plus faible que dans la plupart des autres pays occidentaux, ça reste très superficiel.

  4. Que les jeunes aillent se faire enculer.

    Le temps de la transmission des sages aux plus jeunes est révolu. Nous faisons le dernier tour, le baroud d’honneur.

    Vous vous positionnez comme une poignée dont moi avec la logique et la connaissance, les jeunes générations sont dans l’émotion, l’affect et l’ignorance renforcée par la croyance.

    On ne convainc pas les croyants avec de la logique. Ce sont des morts nés, cérébralement préprogrammés à l’ère de l’avènement post industriel, techno scientiste, sauf qu’on ne les a pas prévenus, c’est un mensonge, la boutique ne tournera pas longtemps et y vont se retrouver une main devant une main derrière.

    Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, parce que le problème n’est qu’intersubjectiviste. Il est futile de tourner autour du thème et d’en faire 500 variations, tel qu’on peut le voir un peu partout, sans jamais utiliser le terme d’ailleurs.

    J’ai écrit 2 livres là-dessus… la mise en numérique c’est un peu le durcisseur de la résine de l’esprit, on a inventé l’époxy cérébrale. Ptin elle est bonne cette formule, il faut que je l’ajoute à mes carnets.

    • Bien vu en effet. Je me considère encore dans la catégorie jeune (j’ai 43 ans) mais j’ai l’impression qu’un fossé me sépare de la nouvelle génération. Nous c’était la peur du sida surtout, mais en 20 ans ils ont réussi à leur faire rentrer dans la tête des trucs beaucoup plus nocifs, la peur du réchauffement c’est autre chose, la nouvelle génération a plus ou moins intégré qu’il ne fallait plus faire d’enfants pour sauver la planète, que l’homme blanc hétérosexuel était une sorte de mal absolu et que la seule façon de se racheter était de changer de sexe, j’exagère à peine.

      • Il n’y a aucune exagération ni honte ou réserve à avoir, surtout avec un type comme moi. Je suis nettement plus radical dans la façon de fonctionner que votre père ( si je ne me trompe pas sur votre identité, de ce que j’ai retenu ).

        Il suffit de voir la situation entre la gestion de l’énergie, l’Ukraine, la Chine et ses rétentions, le covid, le climat, et depuis hier l’Italie pour comprendre que 1939 sera une plaisanterie comparée à ce qu’on va manger. Ça sera pire, technologie oblige.

        Je ne suis pas un anti technologie, je suis simplement au fait de ce que c’est, comment ça fonctionne, et je connais trop bien la nature humaine pour ne pas voir le détournement systématique qui en est fait pour réaliser que l’on se dirige droit dans le mur du mensonge idéaliste utopique. Le ratage de marche va briser bien plus qu’une jambe. Les jeunes de 15-25 ne s’en remettront pas. C’est une véritable boucherie psychologique. C’est psychiatrique même.

        Voir l’évolution de potentialité de guerre froide depuis 5 ans, au point où des présidents alertent sur un conflit nucléaire, en dit long sur la mentalité des nommés non élus qui ne comprennent pas le choix démocratique à leur encontre dont ils prônent pourtant le libre arbitre. C’est grave, parce qu’ils font bonne figure pour parer à une dislocation déjà effective, chaque pays rapatrie ses assets, Même le Vatican récupère son pognon pour fin septembre.

        On se dirige dans un gouffre dont on ne se remettra jamais. Que les jeunes ne fassent plus de gosses… à la limite, ils ne sont pas capables ni de les élever, ni de se prendre en charge eux-mêmes, ce n’est même pas un problème de ce point de vue là.

        Il y a 70 ans le problème était le garde-manger vide, aujourd’hui c’est tellement acquis et revendiqué au-delà du risible dans l’arrogance que ça fait des études sans savoir lire ni écrire et ça exige de l’aide alimentaire. Quand ils n’auront ni nourriture, ni internet, à ce moment là, ils se suicideront en masse, tandis que les plus sociopathes commenceront à mettre en pratique dans le monde réel 2 décennies de jeux vidéo allant de GTA à Wolfenstein. Animal Crossing ça fonctionne que dans un canapé dans un foyer chauffé avec le luxe occidental. Quand ils comprendront qu’un légume c’est 4 mois de pousse, ils vont imploser cérébralement.

        Il faut purger l’humanité de toute cette masse qui représente une inertie vers le merdier. Harari est bien en deçà de la réalité, lectorat oblige, il ne peut pas dire ouvertement ce qui transpire de ses lignes.

        L’humanité ne va nulle part. Donc elle s’invente des trajectoires et des croyances pour simplement perdurer dans ce qui est en saturation totale. Pas besoin d’être un génie pour comprendre où cela mène. Mais visiblement par rapport à une masse certaine, quelqu’un qui utilise un peu trop son cerveau est assimilable à un esprit brillant, donc c’est un fasciste – il est hors norme, c’est un danger – , parce qu’il met des mots sur les problèmes, quand la doctrine consiste à supprimer le vocabulaire pour ne pas que les gens qui ressentent quelque chose puisse le définir, les achevant par du divertissement. Le diagnostic est posé depuis des siècles… si on ne fait rien, c’est juste parce que la force d’inertie est trop importante. L’entropie est indépassable.

        Homo sapiens est en train de s’éteindre, je suis juste un cas isolé qui le mesure pleinement.

      • J’essaie d’être un peu plus optimiste. Le fait d’avoir des enfants encore jeune m’y incline un peu. J’imagine que l’humain va pouvoir reprendre le contrôle, à chaque avancée technologique importante il y eu des excès puis un retour progressif à la raison. L’appellation fasciste est inactuelle, dans le jargon on parle de red pill allusion à matrix, la pilule bleue de l’idéologie pour continuer à dormir et la rouge pour se réveiller et regarder la réalité telle qu’elle est. L’occident est en déclin mais je pense que le reste de l’humanité n’est pas aussi corrompu. Même les japonais pourtant très occidentalisés ne sont pas encore complètement perdu. Leur langue pour commencer et les dix ans de mémorisation forcée pour apprendre tout se bordel interdit un ramollissement complet de bulbe. Ils « luttent » contre le réchauffement mais ils construisent plus de centrales à charbon dernière génération que d’éoliennes…. Tout n’est pas perdu.

      • Je ne jette pas la pierre aux optimistes. je regarde simplement plus loin chronologiquement. Un bon angle pour pénétrer le différentiel entre réalisme et espoir est de lire Julian Simon et de le comparer à Thomas Malthus. Simon est l’expression totale du syndrome humain de l’incompréhension de ce qu’il prétend savoir sur les ressources en ignorant le temps alors que Malthus a une vison bornée technico-temporellement. Il y a un réel problème entre le feuillet cumulatif sur lequel on se repose et la façon dont on l’obtient, s’en sert et ce qu’on fait du déchet. Et le problème est de l’ordre de la saturation qu’engendre l’occidentalisation du mode de vie de la démographie mondiale.

        Toute rupture actuelle est induite par la capacitif limitant. Le système étant un ponzi total, en restructurant les intrants et déglobalisant, il y aura forcement de la casse, et sur un modèle acquis de plusieurs siècles, certains ont tout à gagner à désobéir à l’ordre établi quand d’autres ont tout à perdre en n’imposant pas leur le domination. De là, ça ne se passera pas bien, ne serait-ce qu’éthologiquement parlant.

        Pas tant du pessimisme que de l’objectivisme. C’est juste que la réalité est antinomique avec le discours ambient de continuité qui de fait n’est plus.

        Toute personne soulignant la fin d’une ère que nous quittons est anti patriotique, anti démocratique, anti libéral, fasciste, nazi, rétrograde, raciste.

        Nous sommes de futur ennemis d’état, si ce n’est pas déjà acté comme tel au regard de ce que devient la civilisation.

  5. Faschiste… C’est celui qui dit qui est. Pourquoi ne l’avez-vous pas catalogué ainsi également (avec ses idéologies européistes)? Car ce jeune exprime la réalité dans laquelle il vit, une réalité de faschiste intolérant envers les opinions différentes des siennes. Comme vous êtes dans l’écoute et l’analyse des opinions vous êtes tolérant envers les différents points de vue de votre interlocuteur.

    • il serait vain d’essayer de traduire aujourd’hui,en action politique réelle, le mot « fasciste », un siècle après la marche sur Rome.
      C’est un anathème, une malédiction , un sort jeté pour se débarrasser de l’adversaire. N’importe qui est dérangeant peut-être traité de fasciste par l’autre assuré d’être dans la croyance commune, c’est pour ça d’ailleurs que le plus souvent le mot ne peut être retourné. Il faut être assuré d’être dans la majorité pour l’asséner

  6. Ce problème résulte en partie d’une chute de niveau dramatique des classes d’âge de moins de 40 ans environ, non scientifiques, qui n’ont pas appris à réfléchir (est-ce un effet pervers de la méthode globale ou du manque d’exigences de l’Education Nationale depuis la réforme du Bac de Jospin ?).
    Jean-Paul Brighelli a bien fouillé le sujet et c’est un réalité patente.
    –> Cela me rappelle un informaticien que j’ai viré, et qui aurait soit-disant un Bac scientifique et une maîtrise d’informatique. Le type ne sait pas ce qu’est une intégrale ou une différentielle, ne comprend pas que la limite de 1/x peut donner au voisinage de 0 plus ou moins l’infini, n’a aucune base en physique, ne sait rien de la chimie ou de la biologie. Il fait 10 fautes d’orthographe par phrase, et n’a aucune culture générale. Il a les aptitudes à la communication d’un autiste, c’est-à-dire aucune. Ses codes informatiques sont truffés de graves erreurs d’algorithmique et de syntaxe qu’il faut reprendre à chaque fois. Sa lecture préférée est l’Equipe et les films qu’il regarde sont des dessins animés Disney et des cartoons genre « Bip Bip et le coyote ». Son objectif dans la vie : baiser un maximum de gonzesses. Il a 42 ans. Le gars qui ne faisait que du « front office » est persuadé d’être un génie méconnu genre Steve Jobs et voulait par dessus le marché un salaire brut annuel entre 65k€ et 75 k€ bruts annuels plus avantages. Voila, ça fixe un peu les idées.
    –> Cette chute de niveau touche également et surtout les élites. Un exemple : Macron, un idéologue qui a prétendument étudié la philosophie, qui fait connerie sur connerie et qui n’a même pas le courage de reconnaître l’échec de ses décisions dans tous les domaines. Il ne sait pas s’entourer -comme de Gaulle- de gens compétents au caractère bien trempé, il préfère les moutons nullissimes comme Bruno Lemaire qui a le même niveau en économie et en finance qu’un môme analphabète de 5 ans. Dernière illustration en ce qui concerne les conséquences de la politique énergétique catastrophique de la France et de l’UE créée par ces élites d’idiots incompétents qui nous gouvernent : https://atlantico.fr/article/decryptage/crise-energetique-l-incroyable-aveu-en-creux-d-emmanuel-macron-sur-le-fiasco-genere-par-l-etat-damien-ernst
    –> Ces idéologues du dimanche ont cru qu’on pouvait remplacer des centrales nucléaires par des moulins à vent et des miroirs magiques, pour reprendre l’expression de Charles Gave. La facture sera pour les entreprises qui vont fermer les unes après les autres.
    –> En ce qui concerne le Covid, les Américains réalisent de plus en plus que le virus est un OGM crée par l’Homme, et viennent de se rendre compte en regardant les statistiques des mutuelles, des vendeurs de cercueils et des embaumeurs que les vaccins anti-Covid à ARNm créent des milliers de morts inexpliquées surtout chez les jeunes sportifs de moins de 25 ans. Peronne, Raoult, Henrion-Caude, etc. avaient prévenu, mais les jeunes générations n’ont plus aucun respect pour le savoir et les savants. Il est là le fond du problème.🔮 🪄

    • Pour notre Président aveugle, il lit un script en étant persuadé qu’il voit clair. Son problème est qu’il n’a d’yeux que pour Brigitte (Dieu fait femme – ouch !) et il s’appelle le complexe de Jocaste. J’invite les lecteurs à s’informer s’il ne connaissent pas le complémentaire du complexe d’Oedipe.
      La croyance DOIT remplacer la raison et son corollaire, la dialectique, car nous sommes rentrés dans le millénarisme de la planète en feu . « How can we live while the world is burning » chantait par anticipation le groupe Midnight Oil (soulignant la folie humaine, moins orientée climat !)

      • La croyance dans l’idéologie est symptomatique des jeunes générations qui généralement ne réfléchissent plus. Il suffit de voir pour qui votent les jeunes pour comprendre leur ignorance complète de la vie politique d’un pays (ce n’est pas uniquement de leur fait, d’ailleurs Mitterrand a réussi à se faire passer pour un socialiste très à gauche en mai 1981 auprès des jeunes de cette époque…les anciens jeunes qu’il a envoyé se faire trouer la peau en Algérie fin des années 50 avaient une autre opinion de Mitterrand qu’ils considéraient comme un ancien d’extrême-droite et de droite).
        La chose est amplifiée par la chute de niveau scolaire tout azimut, à laquelle il faut ajouter les distractions qui empêchent les jeunes de s’instruire et de parfaire leur culture générale : omniprésence du foot comme outil de culture ayant remplacé la littérature et la musique dans les années 60/70, omniprésence des jeux sur ordinateurs centrés essentiellement sur la guerre, le sang et la mort (ce qu’on appelle des « wargames » pour faire plus classe), omniprésence de programmes télévisuels qui empêchent la réflexion, Cf les programmes de TF1, M6 et D8, etc… centrés sur la calomnie, les jeux et accessoirement la cuisine qui a l’avantage de rassembler toutes les générations…la cuisine française devient ainsi l’horizon indépassable d’un pays qui a formé les docteurs-es-sciences et les ingénieurs qui ont fait le Concorde, le TGV, les centrales nucléaires, les fusées Ariane et le meilleur système de santé du monde jusqu’en l’an 2000…ça brosse bien le tableau.
        L’idéologie principale d’aujourd’hui est centrée sur 4 thématiques :
        – le réchauffement climatique est causé par l’Homme et va causer sa perte ;
        – la Russie est une dictature militaire qu’il faut combattre et éliminer par tous les moyens ;
        – la Chine est une dictature numérique responsables du Covid-19 ;
        – l’Union Européenne est la garantie de la paix et de la prospérité économique.
        (Evidemment, le fait que les USA aient été responsables via sa CIA de 350 coup d’état ces 40 dernières années ne compte pas, cette fédération est présentée dans tous les médias comme LE « pays de la liberté » bien entendu).
        Les jeunes en majorité ont tout ou partie de ces filtres profondément ancrés dans leur tête, les plus vieux les moins instruits suivent également cette tendance. Même si aujourd’hui la mode est de se moquer de l’instruction, il faut convenir que plus on est instruit, plus on passe de temps à se mettre au courant de ce qu’il se passe dans le monde et à réfléchir, et moins on tombe facilement dans ces pièges idéologiques.
        Comme l’écrit Jean-Paul Brighelli dans « La fabrique du crétin » : « Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes sont moins obscures qu’on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d’années ce qui fut l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses «preuves» : l’école a cessé d’être le moteur d’un ascenseur social défaillant. Alors que faire ? ».
        Bonne question Mon Général ! 🙂

      • cuisine française qui au passage est à mon avis en perdition, elle devient actuellement ce que la couture de Galiano devenait à la grande couture, une apparence sans rien derrière.

      • > l’école a cessé d’être le moteur d’un ascenseur social défaillant.

        L’école n’a JAMAIS été un ascenseur social. C’est la vision d’une « gauche » désenchantée pour qui la culture est l’émancipation, cette gauche vivant dans le mythe de l’école républicaine et y plaquant l’évolution de la population : de paysans analphabètes à bureaucrates ayant une belle écriture. Ce qui est, en fait, l’évolution de leur électorat.

        L’ascenseur social c’est juste la croissance et le besoin de main d’oeuvre. la démerde et la débrouillardise étant l’étincelle qui va choisir l’un plutôt que l’autre. bien entendu lire écrire compter étant la base. Mais n’oublions pas que les « cadres » supérieur en place dans les années 80 avaient des secrétaires qui corrigeaient les fautes et remaniaient les phrases (c’étaient leur rôle) maintenant le cadre à un ordinateur portable à 300 euros et fait le travail de « sa » secrétaire, aidé par un correcteur orthographique et grammatical). Il suffit de lire certains courriers venant de personnes n’ayant pas de « secrétaires » pour voir le niveau, et ils n’ont pas 20 ans !!! regardez lemaire ou runachier – et ils n’ont pas été au lycée paul éluard du 93.

        La rupture dans ce cycle (on a largement moins besoin de main d’oeuvre (cela ne veut pas dire seulement d’ouvriers)) vient du fait du tassement de la croissance après les 2 chocs pétroliers, il y avait besoin de moins de gens, alors ceux qui sont en place préemptent les places pour leurs rejetons : piston, écoles de « riches », réseautage… ET comme les « parvenus » (comprendre ceux qui étaient « montés » par le travail et non par relation (en gros la classe dite « moyenne »)) n’a pas changé de mode de réflexion (les pistonnés sont encore dans leur esprit les crétins, le piston étant l’arme du faible d’esprit) ils n’ont (globalement) pas pistonnés leurs rejetons qui devaient y arriver « à la dure » comme eux même. et ces gens qui étaient emmené dans l’ascenseur sont redescendus d’un étage.

        Franck lepage l’explique très bien en constatant que dans les années 50-70 tous les « intellos » étaient happé dans la « classe moyenne » (qui se sentait du coup du bon coté de la frontière) et qu’il n’y avaient plus grand chose de disponibles chez les « exploités » (mai 68 est parti des garçon qui voulaient aller dans les dortoirs des filles) alors que maintenant cette aspiration vers le haut n’existe plus et chez les « exploités » il y a pelle de gens plus compétents que dans les ministères, sauf qu’on ne les fait pas « monter ». Il fallait aller discuter sur les rond points. bien entendu il y avait des « cassos » mais il y avait, dans TOUS les rond points des gens d’une grande intelligence avec une analyse politique et économique assez fine.

        le mythe de l’intelligence qui décroît est juste un « mythe » qui est porté avec gourmandise par une petite portion des gens qui pensent qu’ils sont le baromètre de l’intelligence. Qui pensent que les matières « scolaires » sont l’échelle de mesure. que celui qui n’a pas lu untel ou unetelle n’est qu’un crétin. Bien entendu dans le lot il y en a, mais il y en a eu à toutes les générations, aristote disait déjà que les jeunes c’est plus ce que c’était. Mais balancer ces fantasmes d’une jeune génération incapable de faire autre chose que télé-ps4 (alors que c’est plutôt le cas de la génération 30-40) c’est juste oublier consciencieusement que, en fait, ces « jeunes » ne veulent pas du monde qui leur a été laissée. Et comme ils ont 20 ans, il n’ont AUCUNE responsabilité dans ce qui arrive, et souvent leurs parents non plus. Ce désintérêt de la société (avec ce qui va avec : non envie de s’intégrer, travail dur pour devenir hyper compétence…) vient de ce que cette société les débecte et comme ils sont devant la dissonance cognitive majeure : rien ne se fera sans violence ET la violence c’est le mal et l’arme du « faible » (malheureusement compris comme faible d’esprit et non comme exploité) ils sombrent dans le nihilisme, vivant une autre société : les amis et les loisirs, les zad, écolieux, utopies, permacultures, festivals solidaires… Il ne reste de toute façon que cela parce que ceux qui sont aux commandes (les 60-80) détruisent le peu qui reste pour se l’approprier dans une sorte de réflexe pavlovien, préférant voir le monde s’écrouler plutôt que de passer la main à une économie plus vertueuse.

      • Je désapprouve certains de vos propos. Par exemple personnel j’ai passé mon bac à 20 ans pour des raisons de santé. J’ai fait de longues études universitaires pour obtenir au final deux doctorats et faire carrière au CNRS dans la recherche. Lorsque j’étais étudiant il m’arrivait de ne pas manger à ma faim et il fallait absolument que je réussisse mes examens en juin pour pouvoir travailler pendant l’été. Pour moi l’ascenseur social dépend des sacrifices que l’on a accepté d’endurer.
        Je peux citer aussi l’exemple de l’époux d’une de mes nièces d’origine argentine qui a suivi une formation de plombier. Il dirige maintenant une entreprise de plomberie prospère. C’est un métier manuel requérant un certain savoir-faire mais on devient assez vite riche à force de travail. Le travail est le véritable ascenseur social. Le tronc commun dans l’éducation primaire et secondaire est une pure stupidité. On ne trouve plus de soudeurs, de chaudronniers, de charpentiers et même plus de mitrons. Et pourtant dans les métiers manuels délaissés il y a un trésor pour qui veut vivre aisément.

      • Je comprends votre point de vue, vous prenez 2 exemples ET le votre aussi pour appuyer une thèse qui est réfutée par le commentateur au dessus : de votre temps on savait travailler maintenant les jeunes y sont bon à rien. Moi aussi je peux prendre tout plein d’exemples de jeunes qui taffent comme des chiens, qui font le compagnonnage dans plein de secteurs différents, qui cherchent des maîtres de stages et qui ne trouvent pas, d’autres qui sont en stage mais replacent un vrai ouvrier. Vous croyez que les 6 millions de chômeurs sont tous des faignants ? et vous croyez que les 500 000 offres de pole emploi (dont la moitié sont fausses) suffisent pour les 3 millions qui ne seraient pas des profiteurs ? Vous pensez réellement que les jeunes adorent crever la dalle ? vivre chez leurs parents à 25 ans, ne pas pouvoir avoir une « vie de couple/famille » ? ou adorent travailler de ci de là au gré de ce qu’ils trouvent ? Aujourd’hui on a des ingénieurs et des docteurs qui font des frittes chez mac’do. En un sens, vous me faites penser à mon père qui n’a pas compris que son monde avait disparu et que s’il était né 60 ans après il n’aurait pas eu la même trajectoire et de même si un enfant d’aujourd’hui était né 60 ans avant il aurait eu la même trajectoire que lui. « Ils » (et ce ne sont pas les jeunes fainéants dés-éduqués) ont même cassé les filières professionnelles en passant le bac pro en 3 ans au lieu de 4 en sachant parfaitement qu’il y aura de la casse, mais ils savent aussi qu’il n’y a plus de travail. Les robots remplacent l’ouvrier (même la caissière disparaît) et l’ia remplace les cols blancs. voitures autonomes vont remplacer taxis et livreurs. On a même des robots qui vont remplacer les puéricultrices et aides soignantes ! ! ! Mais ce doit être encore la faute des jeunes qui travaillent pas assez bien à l’école. C’est le rêve de l’homme de faire effectuer ses tâches par des machines afin de se libérer du temps, mais pas de vivre dans la misère du coup.

        Je vous trouve injuste (de mon point de vue par ignorance de la réalité au delà de ce qu’il y a autour de vous), allez faire un tour dans les bassins industriels en déprise (par exemple allez à forbach et sortez des grandes avenues rénovées pour ne cité que lui – ou dans les ancienne citée minière du triangle du charbon, même les régions agricoles qui subissent la mécanisations (maintenant il y a des tracteurs autonomes qui vont seuls de la ferme au champds et reviennent le travail accomplis) même si vous pouvez, allez en belgique dans la banlieue de charleroi, allez dans les régions du nord qui votent FN pour voir les jeunes fainéants dans un monde en cruel manque de main d’oeuvre !!!). Il ne faut pas confondre la photo avec le paysage. Il y a des jeunes « perdus » pour la société c’est un fait. Parents au chômage parce que les travaux qu’ils pouvaient faire on été supprimés par délocalisation au profit de la société tertiaire et numérique. ils vivent donc dans un territoire désolé, avec les services publics à l’os, une école dévasté par des politiques publiques iniques et tournée vers la propagande et le contrôle sociale. Il n’y a rien que désolation et désespoir dans ces territoires. Sont-ils des coupables ou des victimes ? Il y a surtout une société qui se moque de ses jeunes. La preuve : pousser pour la retraite par capitalisation c’est exactement cela : les jeunes sont présurés pour assurer le capital des vieux. D’ailleurs les fond de pensions (ce qui est LA retraite par capitalisation par excellence) dépècent les entreprises pour engranger des bénéfices, font fermer des entreprises pour faire des bénéfices à effets de levier.

        Et encore pour l’instant on rigole. L’explosion du prix de l’énergie va fermer 80% de notre tissus économique local. Ce sera encore la faute des jeunes pas assez éduqués et travailleurs ? ou la faute de ceux qui sont aux manettes ? Il n’est que voir la société aujourd’hui pour mettre en perspective votre vision. L’économie, l’industrie a été détruite, et pas parce qu’il n’y a pas de main d’oeuvre. Faites le compte des « ouvriers qualifiés » au chômage, même dans les secteurs dits « en tension ». Il n’y a pas un manque de demande, il y a une crise de l’offre (de travail)

        Moi j’ai des grands enfants qui ont fait une scolarité normale un master, l’autre en licence nordique qui ne va pas au master et change pour un métier manuel en compagnonnage, sa copine aussi dans un autre secteur. j’ai un enfant beaucoup plus jeune et nous faisons IEF (en attendant de partir pour la finlande) l’école est une catastrophe, je n’y mettrais pas mes animaux : c’est (devenu ?) simplement du contrôle social et de l’embrigadement, avec la dernière nouveauté les séquences pédagogiques sur la vaccination en cycle 2 et 3. EN CP ! ! ! poir préparer à l’injection covid !!!

        Est-ce que ce sera la faute des jeunes s’ils sortent encore plus teubés ? je ne le vois pas comme ça. Moi je vois une population piétinée ou certains ont baissé les bras, mais parce qu’au lieu de leur donner de l’espoir on leur donne de la matraque et de la botte. Et cela me désolé parce qu’autour de moi plutôt que de voir de la résistance à cela je ne vois que de la culpabilisation des victimes.

        Nous sommes une société qui est devenu pro-cyclique. et cela signera notre mort.

  7. Les Grecs, du temps de Périclès, avaient coutume de dire aux jeunes générations : vous êtes ce que nous fûmes, vous serez ce que nous sommes. Rappelez-vous les débordements de ce galopin d’Alcibiade…

    • Comme dit plus haut nous sommes au bout de quelque chose il n’ y a pas d’ avancées majeurs scientifiques depuis longtemps, on peaufine de l’ existant, mais n’ oublions pas que si le monde change, l’ humanité pas.
      Nous sommes des animaux très intelligents mais programmés.
      Pour ce qui est du fascisme c’est récent historiquement mais vous place d’ emblé dans le camp des rétrogrades et ils ont en partie raison nous voyons que la route n’ est pas la bonne ( même si nous l’ avons construite) mais il m’a paraît peu plausible que que nous puissions arrêter cette fuite en avant. Pour ce qui est de la croyance elle peut être une base aussi solide que la science, d’ ailleurs quand on voit ce que les scientifiques font aujourd’hui !.

  8. Je viens de terminer ma petite revue de presse de ce jour et j’ai retenu 3 choses qui mettent en valeur l’incompétence du chef de l’Etat français :
    1- La crise de l’énergie en Europe a été méticuleusement orchestrée depuis Washington, l’objectif étant de tuer l’Allemagne avec la complicité de la présidence de l’UE et des écologistes teutons (Cf pour les détails le précédent billet de Jacques-Henry sur les plans de la Rand Corporation). La Russie n’a fait que réagir face au vol de ses réserves de devises en USD et en Euros (entre 350 et 650 milliards selon les sources), des sanctions tous azimuts, le refus de faire fonctionner les gazoducs (NorthStream 1 à qui il manque des turbines Siemens en bon état de marche, et NorthStream 2 qui est flambant neuf mais qui n’a pas reçu de l’Allemagne le feu vert juridique pour son démarrage) et pour terminer le refus de payer le gaz en roubles (les Russes ne pouvant désormais plus utiliser l’Euro, le dollar US, la Livre Sterling ou le Yen japonais). Les emmerdes volant en escadrille comme le disait fort justement Chirac (ou comme le disent les lois de Murphy ou la loi de Finagle), on va avoir un hiver rigoureux en raison d’un vortex polaire qui se cumule avec un phénomène météorologique récurrent (la Nina). Ca tombe évidemment au plus mauvais moment. Pour couronner le tout, Macron qui avait comme objectif de fermer le parc nucléaire français d’ici 2035 pour le remplacer par des moulins à vent et des miroirs magique, vient d’accuser Jean-Bernard Levy d’être responsable du mauvais fonctionnement de la production électrique d’EDF. Ce dernier va se faire virer et les Français vont devoir raquer pour rembourser les pertes de cette entreprise (causée volontairement par l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie via l’entremise des Allemands et des écologistes de l’UE qui voulaient la peau d’EDF). Pour résumer, la politique énergétique macronienne, c’est « Courage fuyons! » et « Zéro solutions ».
    2 – Après le Brexit, on s’oriente vers un « Italexit » avec l’élection de l’extrême droite en Italie. Il faut dire que depuis qu’ils sont dans l’Euro, les pays d’Europe du Sud ont vu leur industrie péricliter à vitesse grand V, l’immigration noire africaine promue par l’UE et facilitée par la destruction de la Libye par les USA et les pays de l’OTAN, irrite au plus haut point les Italiens qui n’ont plus les moyens d’accueillir toute la misère du monde. L’ex-banquier mafieux Mario Draghi qui a mis l’Italie à la diète n’a rien pu faire pour sauver son pays, il s’est juste contenté de faire ses bagages vers des cieux plus cléments. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission Européenne et accessoirement la cinglée de service aux ordres de Washington, nous a expliqué sa compréhension de la démocratie : « Si les Italiens votent pour l’extrême-droite, on va la punir à coups de sanctions économiques comme pour la Russie ». Il ne lui manque plus qu’une moustache carrée à cette idiote psychorigide. Le dernier article de Charles Gave intitulé « Sommes-nous rentrés dans la crise finale de l’Euro ? » (site Internet de l’Institut des Libertés), nous démontre clairement que l’Euro vit ses derniers instants. Ce qu’il restera de cette construction aberrante qu’est l’Union Européenne reste à imaginer. Alors Monsieur Macron, à quand le Frexit ?
    3 – L’inflation actuelle n’a pas été causée par la Russie comme se plaisent à le dire Ursula von der Leyen ou Joseph Robinette Biden. C’est le résultat de la planche à billet qui a chauffé depuis la crise des subprimes de 2008 (causée évidemment par les banques américaines et payée par le reste du monde, merci les gars !). On y rajoute la gestion volontairement calamiteuse de la crise du Covid qui a finit de mettre à genoux les économies des pays occidentaux, et on a aujourd’hui une récession avec un inflation galopante, officiellement de 8 à 10 % en UE mais qui en réalité tutoie depuis longtemps les 25-30 % (Cf les analyses de Pierre Jovanovic depuis 2008). C’est le sujet du billet de Charles Sannat qui nous explique à juste titre que pour réduire l’inflation, il faut booster les taux d’intérêt, et donc accepter de couler un maximum d’entreprises, notamment les PME et les TPE, ce qui va faire exploser le chômage dans la zone Euro et surtout en France où le tissu entrepreneurial est constitué essentiellement de TPE. On souhaite bon courage à Monsieur Macron qui nous expliquait il y a peu que pour trouver du travail, il suffit de traverser la route.
    PS : Je n’épiloguerais pas sur le genre de la femme du locataire de l’Elysée, c’est un sujet qui passionne la presse et les médias en Russie, mais j’ai juste trouvé ce lien qui a semé le doute dans ma tête, surtout quand j’ai vu les poils de barbe qui repousse sur un agrandissement du visage de la première dame de France : https://pressibus.org/gen/trogneux/index.html . No comment. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s