Actualité. La justice italienne dans le potage ondulatoire …

Capture d’écran 2020-01-16 à 19.21.53.png

Après le tremblement de terre qui détruisit la majeure partie de la ville d’Aquila en Italie en 2009 la justice italienne poursuivit des géologues et les condamna à la prison pour ne pas avoir été capables de prédire ce tremblement de terre – des ondes sismiques – alors qu’ils étaient payés par les contribuables pour leurs travaux. Cet événement provoqua la risée du monde entier en particulier des Japonais qui vivent quotidiennement ou presque avec les tremblements de terre et qui investissent des sommes colossales pour tenter de prévoir les tremblements de terre avec un délai de plus de quelques minutes. Au delà c’est l’inconnu.

Capture d’écran 2020-01-16 à 19.17.30.png

Cette fois c’est la cour d’appel de Turin qui vient de condamner la compagnie de téléphone Telecom Italia en raison de la plainte d’un employé qui souffre d’une tumeur au cerveau. Les juges se sont-ils inspiré des délires de la justice française qui avait grassement indemnisé une folle qui prétendait que les « ondes » la rendaient malade et qui avait contacté l’association Robin des Toits (loi 1901, donc financée par les contribuables) pour trouble de sa santé dégradée par les « ondes » (voir les billets des 27 août 2015 et 17 février 2016 sur ce blog). Ou bien ces juges qui ont ignoré les arrêts de l’agence sanitaire italienne ont fait appel à des expertises indépendantes, ignorant le verdict des scientifiques relatifs à la totale innocuité des radiations électromagnétiques émises par un téléphone portable. Ou alors ces mêmes juges ont peut-être invoqué le fameux principe de précaution. Jamais les chimistes n’ont pu être capables d’exploiter le pouvoir de ces ondes radio pour favoriser des réactions chimiques. Elle dissipent leur énergie en chaleur, une quantité de chaleur infinitésimale dans le cas d’un téléphone cellulaire qui ne peut en aucun cas provoquer l’apparition d’une tumeur.

Le plaignant est donc un escroc, mais en Italie c’est commun … comme en France. Sans autre commentaire.

8 réflexions au sujet de « Actualité. La justice italienne dans le potage ondulatoire … »

  1. Cher Jacqueshenry,
    Bon, nous pouvons observer là que l’Italie est autant touchée que la France par la déstabilisation de l’esprit de sa population.
    Néanmoins je puis vous assurer que certains types d’ondes me sont fortement désagréables, celles justement dédiées aux téléphones cellulaires dites de la 4G.
    Surtout celle des antennes relaies.
    Il est à remarquer que la dimension de cette gène est également directement proportionnelle à ma fatigue nerveuse, période longue, épuisante et multifactorielle d’une quarantaine d’années.
    J’ai agit, en cela, par une observation empirique des tensions que j’ai pu et que je peux toujours ressentir à ce sujet, mais aujourd’hui infiniment moins prégnantes et gênantes.
    Après en avoir mémorisé les caractéristiques lors de leur ressenti, je recherche leur provenance, sachant que la puissance d’une onde est inversement proportionnelle au carré de la distance, je n’ai jamais tenu compte d’un émetteur se trouvant au loin, m’étant déjà arrivé de me rapprocher et de m’éloigner d’une source par esprit de curiosité.
    Or, je puis vous affirmer qu’à chaque fois, en effet, se trouvait l’une de ces sources dont la puissance variait suivant l’engin considéré et de mon éloignement.
    Je peux, sans problème, me balader avec mon téléphone 3G dans la poche, en revanche je préfère l’éloigner de mon lit lorsque je me couche, m’étant rendu compte que, sinon, j’avais grand mal à m’endormir.
    Je sais qu’il ne peut qu’être que difficile pour qui cela n’a pas d’impact de comprendre cela, toutefois je puis vous assurer que j’ai abordé cette question d’une manière pondérée en établissant une échelle de ce ressenti, parfois déstabilisant, de 0 à 10.
    Comprenant le fait que mon éloignement de toute source de stress ne peut, comme expliqué plus haut, réduit d’autant tous ces effets délétères.
    Je me dois de préciser que mon navigateur GPS me crée toujours de semblables désagréments, ce qui ne m’empêche en rien de conduire mais tend, en revanche, à diminuer mes capacités de concentration et accroit, dans le même temps, me fatigue.
    Il est à noter, en cela, que les britanniques, à la toute fin de la seconde guerre mondiale, s’étaient aperçus que certains des servants, majoritairement féminins, des radars, souffraient, au bout d’un temps de service, de réactions très douloureuses dès lors qu’ils se retrouvaient près d’une telle source.
    Malheureusement je ne retrouve plus le film qui en fait mention.
    Pour le reste, il me semble qu’il serait bien que des études cliniques en double aveugle soient effectuées sur une large palette de population en une étude empirique, cela va de soit.

    • Première remarque : la puissance d’émission des radars est plusieurs centaines de millions de fois plus élevée que celle d’un téléphone portable et également beaucoup plus élevée que n’importe quelle antenne relais. Les ondes radio sont des photons d’énergie négligeable si on les compare aux photons dans le domaine visible et encore plus négligeable si on les compare aux UVs. Certes il existe des maladies génétiques provoquant une hypersensibilité à la lumière (les enfants de la lune, par exemple) mais que je sache il n’existe aucune maladie dont le résultat est une hypersensibilité aux ondes radio qui ne sont que des rayonnements infra-rouge de très faible énergie.
      Deuxième remarque : ma fille habite à Antony dans la banlieue sud de Paris. Sa maison se trouve à une douzaine de kilomètres d’Orly. Bien qu’ayant fait des études scientifiques – elle ce qu’est l’énergie d’un photon – elle est « ondophobe ». Quand je lui ai dit qu’elle se faisait copieusement arroser par les ondes radar jour et nuit de l’aéroport d’Orly elle a cru que je plaisantais. Qui se plaint des ondes radar autour des aéroports ? À ma connaissance personne !

      • En ce qui me concerne je n’ai fais que vous relater mon vécu et, ce, sans plus.
        Bien qu’il soit ardu de s’étendre longuement dans un commentaire, je me suis essayé de vous expliquer au mieux ce que je ressens et des effets ad oc que cela peut produire en moi, sans faire mention, ceci est à noter, que si j’ai fuit la ville de Montereau-Fault-Yonne ce fut en raison de ce que j’ai pu ressentir ce qu’il m’avait semblé être, à l’époque, des onde radar, justement, ce qui m’avait permis d’extrapoler un niveau dix à mon étalonnage empirique subjectif.
        Parce qu’il ne s’agit en effet que d’une observation empirique subjectif sur un seul sujet, moi, et je vous entends parfaitement bien lorsque vous doutez du bien fondé de la chose, toutefois je sais quand je me retrouve à ressentir des tensions sans qu’aucune raison émotionnelle et autre cause exogène ou endogènes n’en soit la cause et quand, à chaque fois, un smart-phone ou une antenne relaie se trouve à une distance suffisante.
        Vous ferais-je remarquer le double fait que j’avais envisagé qu’une étude en double aveugle serait la bienvenue mais aussi d’avoir remarqué une diminution significative et progressive de cette gène que j’ai pu vous exposer dès lors que les causes de stress intense que j’ai pu vivre: conduite parisienne d’un autobus pendant 25 ans, pris dans les rets d’un pervers narcissique pendant 35 ans que j’ai vu détruire ses deux femmes (sans d’ailleurs que je ne réagisse vraiment, là se trouve la particularité de cette domination, créant chez sa victime une scission névrotique) et de m’occuper de ma vieille mère pendant dix à quinze ans et, ce, que depuis, dans l’ordre de ceux-ci, dix ans, quinze puis dix mois.
        Ceci sachant qu’un machiniste-receveur de la RATP n’a,statistiquement de durée de vie après la retraite à 50 que de cinq à six ans, j’en ai 61, et qu’il m’a fallu, pied à pied, lutter, de plus (si tant est qu’il soit possible de parler stricto sensu de lutte), contre la frustration de comprendre depuis un an seulement de n’avoir pas eu de vie de famille et d’une sentimentale de la dimension d’un désert.
        Oui, la mort de ma mère me fut un soulagement même si je ne regrette en rien de m’être occuper d’elle.
        Si je survis et maintenant vis après tout ce fatras c’est parce que depuis des années j’ai travaillé à ressentir mon corps et comprendre ce qui agite mon esprit, quand bien même ce mélange ne put que me perturber gravement et suis toujours en phase de récupération, l’année prochaine ce chantier, comme dirait mon frère maçon, sera achevé.
        Combien y aurait-il survécu?
        Je ne vais donc pas bâtir quelle que considération pseudo-scientifique que ce soit sur le sujet qui nous occupe ici mais vous retransmets mes-dits ressentis, je vous expose de plus ce à quoi je me suis confronté depuis si longtemps, dont les origines sont complexes en un déroulement logique, pour que vous compreniez que ne suis pas du genre à divaguer de manière fallacieuse sur ce sur quoi se porte d’attention une population grandement déboussolée.
        Vous pourriez vous dire que quelqu’un qui se serait laissé embobiné par un malade mental ne peut pas avoir un fond sérieux, or il n’en est rien: je me suis aperçu qu’en fait nombre de ces divagations de notre époque, tel que le réchauffement climatique anthropogénique, ressemble à s’y méprendre à celles à laquelle je me suis moi-même laissé prendre, ce que j’appelle un brouillard conceptuel.
        Ce que je viens de vous exposer ne retirant en rien le fait que des personnalités plus ou moins fragiles, ce que j’étais il y a encore peu, peuvent trouver, en telle ou telle billevesée de notre époque, matière pour donner du sens à leur malêtre.
        Parce que l’Être Humain, homo Sapiens Sapiens a d’abord et avant tout besoin à ce qu’il y ait du sens à ce qu’il vit, et plus proche ledit sens se trouve de la réalité, plus les actions de chacun sera efficace, là se trouve le point central de mes réflexions philosophiques.
        Quoi qu’il en soit, j’admire en tous points votre travail de contre-propagande et pour cela je vous admire.
        Et le désaccord, rare entre-nous, ne serait-il pas le ferment pour toute réflexion posée et réfléchie?

  2. Effectivement les ondes électromagnétiques émises par les radars peuvent être dangereuses. Les micro ondes des cuisines doivent être en bon état et il faut se tenir à distance des émetteurs des radars. Dans un lointain passé j’ai eu à compulser la littérature sur l’influence des ondes sur les humains. Curieusement c’étaient les russes qui prenaient beaucoup plus de précautions que les américains ? Un périmètre de sécurité a été défini autour des radars à cette époque…

  3. La petite Histoire dit que l’idée du four à micro-ondes serait venue à des techniciens travaillant sur les radars qui ont remarqué que leur casse-croûte chauffait s’il était posé sur le boîtier contenant le générateur d’ondes.

    • C’est exact. Puis les fours à micro-ondes ont été appliqués au traitement des fibres textiles et à l’appareillage électro-ménager que tout le monde connaît à la seule conditions qu’il faut des aliments contenant de l’eau pour qu’ils puissent chauffer.

  4. Bonjour et bonne année à tous
    Selon le professeur Marc Henry, les problèmes liés à la téléphonie mobile et autres appareils sans fil viendrait de la modulation basse fréquence et non de l’onde porteuse et justement ce serait à cause de l’eau que nous avons dans notre corps qui réagirait à ça
    Il a donné une conférence à ce sujet il y a quelques années, vous devriez la visionner c’est très intéressant ce qu’il explique à ce propos https://www.youtube.com/watch?v=bH9FiHuHieo
    L’introduction écrite sous la vidéo est très intéressante aussi

  5. Cette histoire de sensibilité me rappelle le témoignage d’un collègue, qui est prospecteur médiéval dans le privé. Il racontait qu’ils avaient parmi eux un type doué d’un don : il était capable sur un site d’exploration de savoir s’il y avait des choses historiques qui y étaient enfouis.
    Je me suis souvent demandé si en fait, ce type n’était pas surtout « sur-sensible » à l’odeur de rouille… En effet, par définition, un site c’est une exploration, avec des excavations récentes dans le sol humide, et la forte probabilité de trouver de vieux objets métalliques si les recherches sont fiables.

    Or la rouille, c’est du métal oxydé, comme l’hémoglobine composant le sang des bêtes blessées dont nos ancêtres suivaient la trace… soit une résurgence d’un gène du passé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s