Petite histoire tokyoïte : les « like » de Facebook.

DSCF6883 - copie.JPG

Je ne suis pas du tout un fanatique du réseau social Facebook, pire encore je suis viscéralement opposé à l’intrusion de cette société dans ma vie privée puisque tout ce que laisse un amateur de ce réseau est mémorisé pour être analysé afin d’orienter les aspirations de celui-ci à qui la société de la Silicon Valley insèrera sur ses fils de discussion des publicités ciblées, gratuitement mais pas tout à fait pour tout le monde. Facebook est une immense tentacule qui s’infiltre dans la vie privée de ses utilisateurs à leur insu. Les fameux « like », icônes sur lesquels les fanatiques de ce réseau « cliquent » permettent à Facebook tout simplement d’augmenter son chiffre d’affaire car plus il y a de « like » pour une page publicitaire plus l’annonceur paie pour cette dernière. Mais au fait qui a inventé les « like » ? Attention, seul le rapprochement entre Facebook et la suite de ce billet est humoristique.

Dans l’espace jouxtant l’école nationale de shiatsu située dans le quartier de Korakuen à Tokyo se trouve une statue de Tokujiro Namikoshi (1905-2000), le fondateur de la nouvelle thérapie shiatsu, littéralement en japonais « pression avec les pouces ». Les meilleurs praticiens de cette technique de massage pas vraiment agréable car souvent très douloureuse furent traditionnellement des aveugles, comme il y a des aveugles pour accorder les pianos. Lorsque le Général McArthur s’installa durablement avec ses conseillers à Tokyo et dans l’ensemble du pays en conquérant et vainqueur son objectif était de briser la culture et les traditions japonaises. Il s’attaqua de front au massage shiatsu et des milliers d’aveugles se retrouvèrent sans emploi. Cette acte scandaleux de McArthur émut la population et les aveugles purent finalement après des mois de tractations retrouver le seul travail qu’ils étaient capable de pratiquer.

DSCF6882 - copie.JPG

Quand je suis allé pour la première fois me soumettre à un massage à l’école nationale de shiatsu à Tokyo dans le quartier de Korakuen, pas très loin du Tokyo Dome, ce fut un aveugle qui s’occupa de moi, il y a maintenant une quinzaine d’années. Il m’a fait dire par une employée du cabinet de massage ouvert au public parlant anglais que je devrais moins picoler … Il y a donc une statue du maître Namikoshi devant l’entrée de cette école et le « like » à la Facebook pour signifier que c’est avec les pouces que repose toute la magie de cette technique de massage.

2 réflexions au sujet de « Petite histoire tokyoïte : les « like » de Facebook. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s