Autres nouvelles d’ITER : fiasco déjà programmé !

Capture d’écran 2016-12-01 à 11.50.36.png

Comme mes lecteurs le savent je ne crois pas une seconde à la faisabilité du réacteur à fusion ITER. C’est une vue de l’esprit d’un groupe de scientifiques dérangés mais aussi et surtout soumis à une idéologie mondialement répandue voulant plier l’Humanité toute entière dans une paupérisation totale consistant à ne plus utiliser les combustibles fossiles ni l’uranium (ou le thorium) pour produire de l’énergie et se consacrer totalement aux énergies dites alternatives dont ITER fait partie. Selon de savants calculs avec un apport en énergie de 50 MW ITER devrait en produire dix fois plus. Le programme de développement de ce coûteux prototype est le suivant : premier plasma chaud et stable donc théoriquement exploitable produit en 2025, premières expérimentations de fusion deutérium-tritium prévues en 2035, décommissionnement de cette énorme machine de plusieurs milliers de tonnes comprenant plus d’un million de composants devant globalement coûter plus de 20 milliards d’euros en … 2042 !

Si tout se passe donc bien, ce prototype produira quelques kWs pendant seulement 7 ans ! Je répète « si tout se passe bien » c’est-à-dire conformément aux rêves de ces scientifiques qui à mon humble avis sont complètement déconnectés de la réalité. Ce qui est le plus incroyable dans ce roman de mauvaise science-fiction est que le projet de décommissionnement prend déjà forme. Il y a eu un appel d’offre pour s’occuper de nettoyer l’ensemble du site et le rendre au CEA qui est propriétaire du terrain ! Les sociétés Amec Foster Wheeler et NUKEM Technologies ont été choisies pour étudier ce décommissionnement et le consortium international ITER leur a signé un chèque de 174 millions d’euros pour étudier dès à présent cette phase critique de la fin de vie d’ITER. En effet, le fonctionnement de ce monstre pendant 7 ans seulement transformera des milliers de tonnes de composants variés en une véritable poubelle hautement radioactive encore plus dangereuse que Tchernobyl en raison du flux extrêmement intense de neutrons provoqué par la fusion deutérium-tritium inévitable car il est impossible de dévier ou confiner des neutrons à l’aide d’un champ magnétique. Il faudra que tout le démantèlement de cet équipement soit réalisé avec des robots résistants à la radioactivité car personne ne pourra s’approcher de ce monstre … Et qu’adviendra-t-il de tous ces déchets ? Personne n’en parle ouvertement !

Cette information est suffisante pour se rendre compte que les scientifiques travaillant pour le consortium ITER ne croient même pas à l’avenir de la fusion nucléaire comme source d’énergie du futur puisqu’ils songent déjà à son démantèlement dès 2042 … Je repose donc la question : quand le pouvoir politique va-t-il prendre la décision d’arrêter cet immense gâchis ?

Source : World Nuclear News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s