La pastille de Vichy de plus en plus amère

La France colbertienne est devenue dirigiste depuis le régime de Vichy et les ordonnances de 1946 avec une forte coloration rouge – il ne manque plus que la faucille et le marteau dans la bande blanche du drapeau français – et aucun organisme d’Etat n’est indépendant du pouvoir à deux rares exceptions près, la Cour des Comptes et dans une moindre mesure le Conseil Constitutionnel. Les rapports de la Cour des Comptes ne sont jamais pris en considération mais plutôt en dérision et quand le Conseil Constitutionnel censure une loi, celle-ci est repassée à la moulinette parlementaire pour devenir conforme, être votée et décrétée. Le système législatif français est entre les mains du pouvoir et prive les citoyens de leurs plus élémentaires libertés comme par exemple de choisir une école pour leurs enfants ou une assurance santé qui ne soit pas celle imposée par la loi même si cette dernière est non conforme à la Constitution ou aux traités européens. L’Etat contrôle absolument tout comme du temps des bolcheviques en Russie soviétique. Les statistiques sont également instrumentalisées par le pouvoir pour répandre sa propagande et endormir les citoyens en leur présentant le bien-fondé absolu de la politique choisie. Et si l’alternance politique est bien réelle au fil des élections législatives et présidentielles, il n’en reste pas moins que c’est l’administration qui dirige le pays, appuyée par des syndicats, réminiscences de Vichy, qui n’ont de réel pouvoir que dans le service public.

Pour illustrer ce propos, l’INSEE est devenu un machin aussi malhonnête et pervers que l’IPCC (GIEC) pour le climat. Tout est truqué dans le sens qui complait au pouvoir et je ne laisserai qu’un exemple illustrant le mensonge permanent dans lequel est plongé l’ensemble du pays pour masquer la faillite d’un Etat surdimensionné et dirigiste, la « température » de l’économie telle qu’elle ressort d’un institut indépendant et qui plus est anglais, jugez par vous-même !

Source (puisqu’il faut citer ses sources) Business Insider (screen-shot)

screen shot 2014-01-02 at 3.52.47 am

Le Conseil d’Etat a commis un crime de lèse-écologie !

En Juin J940, un certain général a continué à se battre pour la France alors que le pays était tombé entre les mains d’un immonde gouvernement de collaborateurs comprenant des truands, des incapables, des opportunistes, des socialistes et des communistes convaincus que le national-socialisme était la seule idéologie susceptible de sauver l’Europe de la collusion internationale entre la « juiverie », les franc-maçons et les anglo-saxons en suivant Hitler et ses idées de dément syphilitique dépravé qui avait conclu un pacte avec un autre tyran sanguinaire, Staline. Aujourd’hui, on retrouve le même type de combat idéologique émanant d’activistes fortement teintés de communisme dans la pure veine du stalinisme pour prôner un retour à la terre idéale consistant à « promouvoir le développement de l’agriculture biologique, idéalement paysanne et biologique ». Je cite EELV en réaction à la décision du Conseil d’Etat d’annuler l’interdiction de la culture du maïs Bt Mon810. Pétain prônait aussi le retour à la terre à peu près dans les mêmes termes. Relisez vos livres d’histoire ! De même que des normaliens comme Marvel Déat ou des syndicalistes comme René Belin, acquis à la cause nationale-socialiste et ignorant ou feignant d’ignorer les mesures criminogènes prises par le pouvoir de Vichy à l’encontre des Juifs et des franc-maçons, bel exemple de malhonnêteté intellectuelle, de même aujourd’hui on feint d’ignorer pour satisfaire des a priori idéologiques sans fondements scientifiques des évidences que personne, justement ne peut plus ignorer. Les gaz dits « à effet de serre », l’énergie nucléaire, les OGM, les trois arguments contre-informateurs et instrumentalisés par les écologistes crypto-trotskystes et leurs acolytes socialo-marxistes qui en d’autres temps collaboraient avec l’Allemagne nazie. On prend les même et on recommence. D’abord désinformer ou modifier l’information, puis construire une nouvelle information biaisée ou erronée et l’imposer aux foules crédules, c’est la tactique marxiste par excellence. On a désinformé le monde entier à propos du réchauffement climatique et du soit-disant effet de serre du gaz carbonique qui n’a encore jamais été prouvé, mais le mensonge orchestré par des politiciens et des scientifiques au rabais a fait son chemin et le réchauffement climatique est devenu un dogme irréfutable qui justifie tout et n’importe quoi. Pour les plantes transgéniques, exactement le même scénario, on désinforme en mettant en avant le fait que l’introduction d’un gène étranger dans une plante, en l’occurrence le gène de la toxine du Bacillus thuringiensis dans le cas du maïs Bt, est nuisible à l’environnement sans aucun argument scientifique quel qu’il soit, et l’imposture devient réalité incontournable, un fait acquis. Pour le nucléaire, même chose, puisqu’il y a eu des bombes et que ça génère des déchets, c’est dangereux, en tous les cas beaucoup plus dangereux que les centrales à charbon (bel argument) donc il vaut mieux couvrir le sol français de moulins à vent. Le grand tremblement de terre du 11 mars 2011 au Japon y est certes pour quelque chose, mais quand parallèlement on veut combattre les émissions de gaz carbonique et fermer les centrales nucléaires encore susceptibles de fournir de l’électricité pendant 10 années supplémentaires à un prix ridiculement bas et sans émission de gaz à effet de serre puisque c’est la bête noire des écologistes, on a de la peine à saisir la logique et la rhétorique de ces idéologues au rabais. Mais revenons au maïs Bt, je cite, les deux ministres Le Foll et Martin « rappellent l’engagement du gouvernement de maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM, afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l’apiculture », sic. Ces deux ministres, à l’évidence disent n’importe quoi et sont mus dans leur discours uniquement par leur idéologie, ils font preuve de leur ignorance. Ils ignorent apparemment que le retour d’expérience (près de vingt ans) n’a jamais mis en évidence un quelconque risque pour l’environnement alors que sur des millions d’hectares sont cultivées des plantes type Bt (coton et maïs) avec toute la satisfaction des agriculteurs qui n’utilisent que peu ou pas de pesticides pour ces plantes. En ce qui concerne l’apiculture, c’est pire et leur ignorance est flagrante ! Il n’y a pas de toxine dans le pollen des plantes Bt, peut-être que le ministre de l’agriculture privilégie l’usage de pesticides systémiques dont plus personne n’ignore les effets catastrophiques sur la santé des abeilles. Quant à l’usage des plantes résistantes au Roundup, allez demander à un agriculteur d’arracher dorénavant les mauvaises herbes à la main, il vous rira au nez. De même que les politiciens corrompus du gouvernement de Vichy ignoraient ou feignaient d’ignorer la main sur le cœur les exactions d’Hitler et de Pétain, de même aujourd’hui, les politiciens, corrompus par leur idéologie, ignorent les faits scientifiques de base. De Gaulle a continué le combat, mais qui, en France, aujourd’hui, a la stature d’un De Gaulle pour poursuivre le combat contre ce ramassis d’incapables qui osent prétendre gouverner la France avec comme seul résultat de l’exposer à la risée du monde entier et la précipiter à la ruine ? 

Amnistie pour les faucheurs de maïs OGM !

Pourquoi le gouvernement a-t-il refusé le projet de loi voté par le Sénat à majorité socialo-écolo-communiste (on est mal barré, il faut supprimer le Sénat !) relatif à l’amnistie des voies de fait perpétrées par les syndicats pour « défendre » les droits des travailleurs ? Quand j’écris voies de fait, il s’agit d’actes répréhensibles selon la loi, destruction de biens publics, par exemple des bancs ou des réverbères payés par les contribuables faut-il le rappeller, destruction ou endommagement de biens immobiliers publics ou privés, et en dernier lieu atteinte au droit du travail ce dont la CGT, parmi d’autres syndicats, est spécialiste en la matière. Le Sénat à majorité trotskyste et marxiste a voulu passer l’éponge.

Les Verts ont voté en bloc pour ce projet de loi, mais c’est bien sûr ! Ils veulent que les faucheurs de plantes génétiquement modifiées soient aussi amnistiés, en premier lieu le José national qui n’est pourtant pas sénateur mais un planqué à vie ou presque au parlement européen. A cette occasion, le sénateur Placé a donc dévoilé sa prise de position, amnistie pour les faucheurs de maïs OGM, sur France Inter aujourd’hui au cours du journal de 13 heures ! Bravo à France Inter pour sa lourde responsabilité journalistique impartiale ! Naturellement Placé ne figurait pas sur le Mur des Cons, brillante illustration du sectarisme de ce syndicat (le syndicat de la magistrture) qui est une directe émanation des pressions exercées par le parti communiste sur le régime de Vichy avant qu’Hitler récuse le pacte germano-soviétique le 22 juin 1941 avec l’opération Barberousse. Car entre l’invasion de la France par les troupes d’Hitler et l’installation du gouvernement français en zone libre à Vichy en juillet 1940 et le 22 juin 1941, le parti communiste français soutenait le régime nazi et s’est empressé de faire passer en sous-main des lois (ordonnances) durant cette période puisqu’il avait été interdit en septembre 1939 en raison de ses sympathies pour le régime nazi alors allié des Soviétiques et toutes ces décisions plombent encore la société française de nos jours et ce même parti communiste, pour se refaire une réputation, après avoir collaboré avec les Allemands, a trouvé plus opportun de changer de veste et d’entrer dans la résistance pour encore mieux ensuite imposer ses idées à la libération avec les ordonnances dites de 1945. Autant les journalistes que les politiques ont la mémoire bien courte car ils oublient de relire l’histoire telle qu’on ne l’enseigne plus dans les collèges et les lycées par idéologie marxiste fascisante. Pour trouver quelques informations sur cette période glauque de l’histoire de France, encore une fois il faut aller sur des sites anglo-saxons. On comprend alors quelle est la teinte du syndicat de la magistrature, directe émanation du corporatisme du régime de Vichy, ainsi que celle du sénateur Placé qui rêve de revenir au rutabaga et à la lampe à huile. 

Dernière minute : la CGT soutient « le Mur des Cons », CQFD …