Le scandale des vaccins à ARNm prend de l’ampleur

Selon une statistique regroupant l’ensemble des grandes compagnies d’assurance américaines prenant en charge entre autres frais ceux des obsèques l’augmentation du nombre de décès toutes causes confondues rapportées à 12 mois depuis le début de la campagne de vaccination contre le coronavirus a été de 40 % dans la seule tranche d’âge 18-50 ans. Compte tenu du nombre de décès par millier d’habitants des Etats-Unis de 8,38 par an (source CIA, mais il n’existe pas de statistiques concernant cette même tranche d’âge) cette augmentation correspondrait alors à 1,13 millions de décès supplémentaires au maximum. Il est donc difficile d’évaluer précisément ce nombre de décès supplémentaires. Il y a plus alarmant encore, ces mêmes compagnies d’assurance ont constaté une augmentation de 269 % d’infarctus du myocarde, un triplement du nombre de fausses-couches, un triplement des cas de paralysies faciales, 156 % d’augmentation du nombre de malformations congénitales, 467 % d’augmentation du nombre d’embolies pulmonaires, et enfin un triplement du nombre de cancers et de troubles neurologiques. Le nombre de cas d’infertilité féminine en augmentation de 471 % durant cette même période courant sur 12 mois doit être considéré avec précaution car le recul n’est pas suffisant pour atteindre une certitude suffisante.

Et pendant ce temps-là le gouvernement américain vient d’acheter 300 millions de doses de « vaccin » à Pfizer pour la très rondelette somme de 9 milliards de dollars dont une partie a été reformulée pour les enfants de moins de 5 ans. Je trouve qu’il y a comme une forte odeur de corruption car le chiffre d’affaire de Pfizer devrait atteindre en cette fin d’année 2022 quelques 130 milliards de dollars … Quelques dizaines de millions de dollars distribués ici ou là et l’affaire est bouclée. Que représente une vie humaine pour ce super-géant de l’industrie pharmaceutique ? Et, comme en Europe, les décideurs politiques ne veulent pas entendre parler de ces statistiques.

La situation prend une tournure inattendue avec le dépouillement minutieux des documents remis par la firme Pfizer à la FDA qui ont été rendus publiques sur décision de la justice. Au cours des essais dits internes de Pfizer il fut constaté plus de 42000 effets indésirables et plus de 1200 décès. Pourtant la FDA a approuvé cette thérapie génique alors qu’elle aurait été normalement interdite en raison de ces résultats qui devaient rester secrets pendant 75 ans. La FDA comme l’Agence européenne du médicament sont des organismes censés protéger la santé des citoyens. Il n’en est rien et comme je viens de l’écrire plus haut il y a comme une très forte odeur de corruption. Enfin injecter des enfants de moins de cinq ans avec ce poison est un crime qui devra un jour ou l’autre est puni !

Sources : https://www.kusi.com/there-was-an-unexpected-40-increase-in-all-cause-deaths-in-2021/ et aussi : https://nouveau-monde.ca/les-effets-secondaires-graves-des-injections-experimentales-eclatent-au-grand-jour-dans-le-monde-entier/ et encore :https://laplumeducitoyen.org/2022/07/04/effets-secondaires/ puis pour ceux qui sont accrocs aux entrevues télévisuelles : https://www.youtube.com/watch?v=sy4hBJOTolo

Coronavirus : on marche maintenant sur la tête !

Il ne fait maintenant plus aucun doute que la « vaccination » à l’aide d’ARNm est toxique, qu’elle ne protège pas contre l’infection par le coronavirus, qu’elle tue et qu’elle fait apparaître une multitude de symptômes après lesquels certaines personnes deviennent infirmes à vie sans oublier les profondes perturbations du cycle menstruel des femmes et les fausses-couches en cours de grossesse. Tout cela est nié en bloc par les institutions étatiques, fédérales ou communautaires (en ce qui concerne l’Europe). Non ! Il n’y a pas de relation de cause à effet et il n’est pas prouvé que cet ARNm codant pour l’une des sous-unités de la protéine spike du SARS-CoV-2 puisse conduire à une telle multitude d’effets secondaires. On nage aujourd’hui dans le plus incroyable délire. En effet, comme je l’ai encore rappelé dans un tout récent billet sur ce blog les deux molécules génériques utilisées depuis des dizaines d’années pour traiter diverses infections et parasitoses, prescrites des milliards de fois dans le monde entier, ont été interdites d’utilisation par les autorités de santé sous la pression des laboratoires pharmaceutiques, véritables Etats de par leur puissance financière, pour les traitements précoces de l’infection par le SARS-CoV-2. Des molécules efficaces disponibles mais ne rapportant pas le moindre dollar à ces laboratoires pharmaceutiques devaient absolument être interdites. En France ce ne sont pas des clowns comme Buzin, Delfressy ou Véran, ni le chef de l’Etat, qui ont pris cette décision car l’ordre venait de beaucoup plus haut. Et c’est à ce point qu’il faut introduire le billet de Paul Craig Roberts, encore lui, à ce sujet, daté du 28 juin 2022. Cf. le commentaire en fin de billet.

Deux médecins ont trouvé un traitement pour les millions de patients victimes du « vaccin » contre le coronavirus

Officiellement, personne n’a été victime du vaccin. Les autorités corrompues dans la poche de Big Pharma disent que les effets secondaires du vaccin sont une « légende urbaine ». En fait, il y a des millions de victimes de ce vaccin. Comme le système médical corrompu ne reconnaîtra pas cette vérité, des médecins courageux que le système cherche désespérément à détruire développent des protocoles de traitement qui fonctionnent. L’ivermectine, le remède contre la COVID-19 qui a été officiellement interdit afin de faire place à des milliards de dollars de profits avec ces « vaccins », s’est avérée efficace également pour le traitement des effets secondaires provoqués par ce « vaccin ».

Les Américains doivent comprendre que les grandes sociétés pharmaceutiques, les officines médicales et les prétendues « agences de santé publique » des NIH, des CDC et de la FDA, qui sont en fait des agents de marketing corrompus pour les grandes sociétés pharmaceutiques, constituent une menace massive pour la santé publique. De plus, Big Pharma et ses subventions de « recherche » avec les assureurs de santé privés éliminent progressivement la pratique médicale privée, forçant les médecins à jouer le rôle d’employés qui doivent suivre les protocoles élaborés par Big Pharma et ses agents ou être congédiés. De plus en plus, les médecins sont des employés d’organismes de « soins de santé » motivés uniquement par le profit. Ces médecins ont perdu leur indépendance, et cette perte d’indépendance est la raison pour laquelle tant de gens ont été assassinés et meurtris gratuitement par les vaccins à ARNm.

Le fait est que les Américains ne peuvent faire confiance à leur système de santé ou aux organismes « publics » chargés de le réglementer. Le système de santé est entièrement pris en charge par les grandes sociétés pharmaceutiques. Cette vidéo d’un journaliste d’investigation interviewant deux des principaux médecins qui se battent depuis le début pour défendre les traitements dits précoces afin de sauver des vies (selon leurs dires 80 % des décès auraient pu être aisément évités). La prévention du décès par ces injections toxiques de soit-disant vaccin est l’une des sources d’information les plus importantes pour comprendre la corruption totale de la santé publique par l’argent.

J’ajouterai en conclusion un bref commentaire : selon les résultats thérapeutiques de ces médecins, Pierre Kory et Paul Marik, l’Ivermectine présente des effets curatifs incontestables contre les effets secondaires de la « vaccination » par ARN messager. L’Ivermectine ayant été interdite de prescription pour le traitement précoce de l’infection par le virus lui-même il est donc évident que les laboratoires pharmaceutiques feront tout pour nier l’existence même de ces effets secondaires. Enfin, pour rajouter un peu de beurre dans la soupe d’épinards de ce complot « coronavirus-vaccin ARN » une étude basée sur les statistiques des grandes compagnies d’assurance et extrapolée à la population américaine totale fait état d’au moins 600000 décès provoqués par la « vaccination ». Ce sont les actuaires de ces compagnies qui l’on indiqué. En quelques mois l’injection irraisonnée de cet ARN messager a dépassé le nombre de morts en dix ans provoqués par l’usage démesuré de l’oxycodone (Purdue Labs conseillés par McKinsey). On se trouve ainsi en plein surréalisme. Va-t-on devoir se soigner avec de l’Ivermectine pour ne pas risquer de mourir des effets secondaires du « vaccin » ? Ce sera une première mondiale. On marche sur la tête !https://www.redvoicemedia.com/video/2022/05/amazing-new-discoveries-for-treating-the-vaccine-injured-dr-kory-dr-marik-break-down-their-findings-video-interview/

Le jour des Saints Innocents … arrive avec la « vaccination » des enfants

Quelle que soit la foi qu’on accorde à la réalité historique des textes religieux, en soi déjà tissés d’anathèmes et de guerres, la bible relate des épisodes encore plus sombres : craignant l’avènement d’un roi qui contesterait leur trône, Pharaon d’abord, Hérode ensuite, déclenchèrent des massacres d’enfants. Dans les calendriers, selon les cultures, on fête le Jour des Saints Innocents au choix le 28 ou le 29 décembre.

À un moment donné dans ce passé très lointain, il y a eu probablement un (petit) fond de vérité dans ces histoires, et le mythe s’est amplifié au cours des époques.

Si l’espèce humaine existe encore dans cent ans, dans mille ans, que devront écrire nos descendants dans les livres d’histoire, dans les contes de croquemitaines, dans les mythes et légendes à propos de notre époque ?

« Il était une fois un monde si fou, si terrorisé par sa finitude, qu’un jour, à cause d’une maladie qui n’était de loin pas la peste noire, le choléra ou le typhus, ce monde décida une bonne fois pour toutes d’éradiquer cette maladie. Faisant fi de toute rationalité, de toute prudence, de tout effort de réflexion, il se lança dans une croisade contre ce virus inopportun qui le narguait en mutant tant et plus.

Alors qu’une partie de la planète circulait en roulant à gauche et l’autre à droite, alors que coexistaient des milliers de langues et d’alphabets, alors qu’ici on mesurait en mètres et litres et là en yards et gallons, tout d’un coup un consensus international inédit se créa autour de la maladie, poussant tous les gouvernements à entamer en chœur une série de mesures qui, au fil du temps, aboutirent à toutes les démesures les plus honteuses et tragiques.

Dans un temps absurdement court, une panacée illusoire fut découverte, hissée sur un piédestal corrompu : l’injection d’une thérapie génique censée conférer un bouclier indestructible à son porteur.

Las, après quelques mois, des échos venant de tous les vents portèrent la nouvelle : l’injection, non seulement n’était pas un bouclier, mais de plus détruisait le seul bouclier véritable, celui qui se trouvait dans chaque corps humain. L’évolution l’avait fabriqué sur des milliers de générations, ce système de protection infiniment complexe, et il se révélait largement efficace contre toutes sortes de maladie, dont celle-là. De plus, l’injection, déjà incapable d’empêcher la survenue de l’infection et sa transmission, blessait les gens à court terme et plus tard, les rendaient vulnérables à toutes les pathologies qu’ils rencontraient.

L’arrogance des scientifiques, la corruption et la bêtise des gouvernants avaient déjà fait beaucoup de dégâts, sans que cela ne les arrête. Désespérés de voir dénoncée leur forfaiture, dans une éperdue fuite en avant, ils mijotèrent une énième riposte dans la lutte contre la maladie. Ils se serviraient des bambins comme bouclier ultime.

Aussitôt dit, aussitôt fait : sourds à toutes les alertes et alarmes au sujet de la santé des petits, ces « in-humains » décidèrent d’injecter d’abord les jeunes, puis les enfants. Leur plan fut mis en place vers la fin de l’année, avant les fêtes de Noël et le Jour des Saints Innocents. Des slogans nauséabonds virent le jour, comme dans le pays du chef de la chrétienté : « Un vaccin, le plus cadeau de Noël pour les enfants ».

Beaucoup de parents protégèrent leurs enfants, les éloignant des lieux où ils risquaient d’être injectés, même sans leur consentement. Mais d’autres parents, embrigadés, hypnotisés, déposèrent leurs enfants sur l’autel des marchands du temple, dans l’espoir vain de conjurer une malédiction inexistante.

Certains enfants ne se relevèrent pas de l’autel, morts pour le veau d’or, certains en réchappèrent, mais furent marqués à vie dans leur chair et leur âme, d’autres survécurent, mais succombèrent sans progéniture, leurs corps devenus des champs stériles. »

Y aura-t-il un jour dans nos calendriers du futur, une date où on honorera, pour ne pas les oublier, pour ne plus jamais faire « ça », le « Jour du massacre des Innocents » ? Êtes-vous prêts à supporter cela, à l’imaginer, tout en regardant, en cette nuit de la Nativité, vos enfants innocents dormir, bercés par la confiance qu’ils ont en vous ?

• https://nouveau-monde.ca/le-vietnam-suspend-les-injections-de-pfizer-chez-les-adolescents-quatre-deces-et-120-hospitalisations-deja-recenses
• https://www.adnkronos.com/vaccino-5-11-anni-locatelli-e-sicuro-regalo-natale-per-bambini
• https://www.20min.ch/la-chanson-de-trois-virologues-cree-le-malaise
• https://nouveau-monde.ca/laberration-des-injections-geniques-a-risque-de-myocardites-chez-les-enfants-innocents-du-covid
• https://anthropo-logiques.org/avant-que-votre-enfant-ne-soit-injecte-declaration-du-dr-robert-malone-sur-les-vaccins-covid-pour-enfants

Texte de Naëlle Markham publié le 25 décembre 2021 sur le site lesmoutonsenragés.fr

Scandale républicain à trois semaines de l’élection présidentielle !

Il s’agit d’un véritable scandale mais les grands médias n’en parleront pas. L’avocate au barreau de Paris Virginie de Araujo-Recchia a été arrêtée à son domicile ce mardi 22 mars 2022 et transférée dans les locaux de la DGSI à Levallois. Que lui reproche-t-on ? Spécialiste du droit constitutionnel Maître Araujo-Recchia a déposé une plainte contre les parlementaires faisant partie de la Commission mixte paritaire Sénat-Parlement ayant voté la loi du 5 août mettant en place le pass vaccinal pour non respect de la Constitution. Elle a également déposé une plainte au CSA contre les journalistes Emmanuel Lechypre et Martin Blachier pour affirmations mensongères sur les plateaux des grands médias au sujet de la « vaccination » devenue obligatoire pour plusieurs catégories professionnelles.

Maître Araujo-Recchia est également membre d’un collectif européen d’avocats mis en place par l’avocat allemand Reiner Fuellmich pour tenter d’élucider le scandale de la « vaccination » par ARN messager contrevenant aux dispositions du Code de Nuremberg. L’arrestation de Maître Araujo-Recchia a suscité une grande émotion dans de nombreux pays européens et au delà puisque des associations québecoises et même australiennes ont manifesté leur surprise et leur consternation.

La « vaccination » de masse avec un produit expérimental entre dans le cadre d’une conspiration criminelle car le simple fait que les gouvernements occidentaux aient garanti l’impunité judiciaire aux laboratoires pharmaceutiques produisant ces supposés vaccins constitue une grave anomalie juridique et éthique­. Au fur et à mesure que les informations permettent de reconstituer cette conspiration internationale il apparaît que l’objet de cette « vaccination » criminelle a pour but de réduire la population mondiale. À court terme les effets secondaires (mais sont-ils vraiment secondaires?) de cette thérapie génique a déjà conduit au décès de 14000 personnes seulement eu Europe. Or comme le signalement de la relation entre la « vaccination » et ces décès ne dépasse pas 1 %, les médecins étant réduits au silence sous la menace, le nombre de « morts par vaccin » serait plus proche de 1,4 million … et beaucoup de pays, dont la France, ont déjà planifié des injections de rappel. Sur le long terme il pourrait s’agir d’une chute vertigineuse de la fécondité. Pour plus d’indications afin de comprendre l’action de Maître Araujo-Recchia :https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/virginie-araujo-recchia-plainte-parlementaires

Note. Pourquoi ce fait divers révèle un énorme scandale ? Tout simplement parce qu’il montre que la France n’est plus une démocratie. Arrêter un journaliste ou dans le cas de ce que relate ce billet un avocat relève des pratiques communes dans l’Allemagne nazie ou la Russie soviétique. Sabs oublier les censures sur ordre du gouvernement. Je trouve comique qu’on mette en avant les algorithmes de Facebook ou de Google qui décrèteraient eux seuls ces censures. Ces censures sont demandées par le gouvernement car il a beaucoup trop de choses à dissimuler avec la mise en place de la « vaccination » et aussi la gestion de la crise sanitaire. En d’autres termes pour le gouvernement français Maître Araujo-Recchia se mêle de ce qui ne la regarde pas. Si Maître Araujo-Recchia ne réapparait pas rapidement alors le régime politique français entrera dans le domaine de l’arbitraire totalitaire, et Macron, réélu, se fera un plaisir de continuer son œuvre totalitaire.

Pfizer, Astra-Zeneca, Moderna, J&J : charlatanisme !

Dans un pays, l’Australie, où les plus sévères mesures de privation de liberté ont été prises allant jusqu’à pourchasser par la police les récalcitrants à la « vaccination » et à taxer ces récalcitrants de lourdes amendes, il faut constater que le fiasco de cette « vaccination » obligatoire est tout simplement flagrant. L’ARN messager codant pour la protéine de la spicule du coronavirus était supposé protéger les habitants de ce pays contre toute infection et contre toute forme grave d’infection. Le même discours a été tenu dans la plupart des pays occidentaux : « faites-vous injecter cet ARN messager, vous serez sauvé et vous protégerez votre entourage ». En Autriche, aux Pays-Bas, en Italie et en France le problème a été abordé avec les mêmes mesures de privation des libertés.

Et pourtant ces « vaccins » dont les vertus protectrices étaient vantées par le pouvoir politique n’ont pas permis d’éviter une véritable hécatombe avec l’apparition du dernier mutant appelé « omicron » supposé être 7 à 10 fois moins létal que ses prédécesseurs, ce qui avait était constaté en Afrique du Sud, pays à l’origine de ce mutant. En Australie, pays où la population a été contrainte d’être soumise à plusieurs injections de cet ARN messager par la force, il s’avère que c’est une catastrophe, du jamais vu depuis le début de l’épidémie au début de l’année 2020. Il est possible que le gouvernement fédéral australien commence à comprendre qu’il a été floué par la bande des quatre que sont Pfizer, Astra-Zeneca, Moderna et J&J bien qu’il soit difficile de connaître quels « vaccins » ont été utilisés dans ce pays. En Europe la situation est assez floue, ces quatre labos s’étant réparti les tâches puis progressivement il ne reste plus que Pfizer, les vaccins russes et chinois étant interdits, il faut savoir ce que l’on veut.

Comme pour les effets secondaires de cette « drogue » expérimentale sont soigneusement occultés il reste un fait qui ne peut plus être nié quand l’Etat des Nouvelles Galles du Sud a publié ses statistiques sanitaires. Le site Our World in Data ne ment pas, il constate :

La campagne de « vaccination » a débuté en avril 2021 et on ne peut que constater qu’aucune protection n’a été constatée contre l’apparition du variant delta puis, pire encore, du variant omicron. Les autorités politiques de l’Etat des Nouvelles Galles du Sud ont également constaté que, aussi curieusement que cela puisse paraître les personnes « vaccinées » avaient tendance à mourir plus facilement que les non-vaccinés. Les mauvaises langues vont tout de suite dire que ce type de graphique n’a aucune signification :

En effet l’échantillon dont on ne connait pas la taille est trop petit pour tirer des conclusions claires. De plus il reste un résidu de la population non « vacciné ». En conséquence l’histogramme ci-dessus ne reflète que cette répartition de la population. Or c’est faux car si seuls les non-vaccinés meurent cet histogramme serait inversé. Comme les autorités sanitaires du Japon l’ont constaté les décès enregistrés depuis l’apparition du variant omicron concernent des populations plus jeunes et vaccinées. Dans ce pays la « vaccination » n’a jamais été obligatoire mais la psychose généralisée a conduit de nombreux Japonais à se faire injecter la mixture de Pfizer et en conséquence le Japon assiste au pire tableau hospitalier depuis le tout début de l’épidémie, exactement comme en Australie.

Après ces commentaires que peut-on en conclure ? Le « vaccin » de Pfizer, le plus utilisé en Australie et au Japon, ne protège pas contre la maladie, les « vaccinés » deviennent porteurs sains et propagent la maladie, et les anticorps apparus après ce traitement ne sont pas neutralisants. Comme pour le vaccin contre la dengue expérimenté aux Philippines il y a aussi l’apparition d’anticorps facilitants et les « vaccinés » naïfs, c’est-à-dire n’ayant jamais été en contact avec le virus auparavant sont victimes de formes graves de la maladie. Ce symptôme est appelé VAID ou « Vaccine Acquired Immune Deficiency » (lien). Cette observation contredit les affirmations prédisant une protection contre les formes graves, c’est exactement le contraire qui est observé, pas seulement chez des « vieux » mais également chez des sujets de moins de 50 ans. Ce produit appelé abusivement vaccin est donc une escroquerie et je suis assez convaincu que la firme Pfizer sera poursuivie pour charlatanisme comme cela lui est arrivé à plusieurs reprises par le passé.

Sources : https://dailyexpose.uk/2022/02/15/australia-4-in-5-covid-deaths-fully-vaccinated/ ethttps://dailyexpose.uk/2022/02/17/pfizergate-world-wide-coverup-covid-vaccines-cause-vaids/

Note. Lorsque j’ai été infecté par le coronavirus à la fin du mois de mars 2020 une analyse sanguine indiqua que je souffrais de lymphocytopénie, en d’autres termes d’une chute des lymphocytes. Les personnes nouvellement injectées pour un « rappel vaccinal » pourraient suggérer à leur médecin traitant une analyse sanguine, par curiosité, pour connaître l’état de leurs lymphocytes. Je pense qu’il y aurait de sérieuses surprises …

2021: l’année où la liberté est morte

Le droit de prendre nos propres décisions médicales a disparu en 2021. Qu’enseignons à nos enfants ? Obéissez au gouvernement ou vous perdrez votre travail et ferez l’objet d’une arrestation à votre domicile. Aucun processus déterminé, aucune audience, aucune condamnation pénale n’est nécessaire. Donc l’urgence sanitaire a détruit l’Etat de droit, le fondement de toute démocratie

Analyste politique britannique Brendan O’Neill a écrit un brûlot intitulé « La Mort de l’Europe » (lien). Il aurait été préférable qu’il le titre « La mort de la Liberté », car ses remarques s’appliquent bien au-delà des frontières de l’Europe. Il décrit ce qui se passe dans une grande partie de l’Asie, une grande partie de l’Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande. En 1821, les gouvernements, en Amérique du Nord nous ont volé le droit de prendre nos propres décisions médicales en privé, en consultation avec notre médecin. Taille unique pour tous, la médecine est devenue normalisée.

En 2021, ces mêmes institutions qui ont survécu à des décennies, décidant de salaires plus élevés et de lois plus équitables du travail ont agité une baguette magique et ont décrété comme une infraction de prendre certains médicaments particuliers. Les médicaments qui sont totalement nouveaux, et pour lesquels aucune donnée de sécurité à long terme n’existe ne peuvent pas être remplacés par des vieux génériques.

Il est difficilement possible de mesurer la signification terrible de cette année 2021. Dans les mots d’O’Neill: « Ce qui se passe en Europe en ce moment n’a rien de moins terrifiant … Nous vivons une refonte de toute la relation entre l’État et l’individu, avec l’État habilité à un degré aussi extraordinaire qu’il peut désigner maintenant à ses citoyens ce sur quoi ils doivent se soumettre à une injection dans leur corps et l’individu est si politiquement émacié, donc dénudé de droits, qu’il ne peut plus apprécier sa propre souveraineté sur lui-même, sur ce qu’est son propre corps et son esprit ».

O’Neill continue ainsi : « Beaucoup semblent ne pas reconnaître à quel point une vaccination obligatoire en cours de développement est grave. Même ceux d’entre nous qui sont pro-vaccination, qui ont été heureusement « vaxxés » contre le Covid-19, devraient regarder sans rien de moins que l’horreur la proposition que devrait être une infraction à ne pas être vaccinée … Cela précise la fin de la liberté comme nous la connaissons. Si nous n’aimons pas ce pouvoir sur notre esprit et notre chair, alors nous ne sommes pas respectés et cela de manière significative ».

Ensuite, veuillez commencer à penser, très sobrement, à propos de ce que cela signifie. Chaque fois que vous montrez votre « pass » vaccinal afin d’accéder à un événement ou à un lieu de résidence dont d’autres sont exclus, vous participez à la tyrannie. Vous coopérez avec un système qui répudie la vie privée et l’individu. Un système qui exige une obéissance. Un système qui punit impitoyablement la non-conformité.

Inspiré d’un billet de Donna Laframboise, journaliste canadienne. Lien : https://www.spiked-online.com/2021/12/06/the-death-of-europe/

Est-il déjà trop tard ? (suite et fin)

Les effets de la propagande « vaccinale » des gouvernements resteront imprimés dans le cerveau des peuples durablement. Cette propagande a été instillée dans les esprits en état de sidération profonde, la peur rendant impossible tout jugement et toute réflexion. Les techniques de propagande de Goebbels ont été remarquablement bien appliquées par les démocraties occidentales (ou ce qu’il en reste aujourd’hui) pour conforter le pouvoir des politiciens sur les peuples. Une citation de Goebbels admirablement appliquée depuis le début de la pandémie en Europe et d’autres pays occidentaux est la suivante : « C’est l’un des droits absolus de l’Etat de présider à la constitution de l’opinion publique ». Lorsque ma fille est venue profiter du climat de Tenerife durant la semaine de Noël je lui ai demandé pourquoi elle, son époux et ses enfants s’étaient pliés à la thérapie génique expérimentale qui ne dispose toujours que d’une autorisation temporaire d’utilisation. Elle m’a renvoyé deux arguments significatifs. D’abord elle a accordé toute sa confiance au gouvernement et ensuite avec le « vaccin » et le QR-code elle est libre de ses mouvements comme ses enfants et son époux. Ma fille aurait pu me répondre qu’elle ne voulait pas être sans arrêt emmerdée si elle refusait de se faire vacciner … Sans commentaire. Le gouvernement a appliqué à la lettre la citation de Goebbels. Ma fille ignore tout de la biologie puisqu’elle est mathématicienne, elle ne s’est posée aucune question et a fait confiance en l’Etat.

Il est vrai qu’encore aujourd’hui on maintient la peur dans la population malgré le fait que le mutant « omicron » n’est pas plus dangereux qu’un gros rhume et il ne tue pas plus de personnes qu’une grippe saisonnière habituelle, plutôt moins en réalité. Cette peur est entretenue parce que des tests sont réalisés systématiquement malgré le fait que ces tests ne sont pas fiables comme l’a souligné l’OMS. Et, mutant omicron ou delta, les traitements précoces connus mais toujours interdits pourraient encore sauver des vies. À ce sujet je me demande si une pilule d’Ivermectine ne serait pas un moyen de traiter un rhume presque instantanément puisque tous les rhumes sont provoqués par des coronavirus.

J’en viens donc à l’autre aspect de ces interdictions de l’HCQ et de l’Ivermectine en citant mon cas personnel, je me moque en effet du secret médical en ce qui me concerne, pour mettre en évidence l’effet pervers des décisions gouvernementales au niveau des praticiens hospitaliers et de ville. En avril 2020 tout était prêt pour que je me soumette à une radiothérapie supposée venir à bout d’une petite tumeur de la prostate. Quand l’oncologue m’a dit que je devais me soumettre à un test PCR chaque lundi j’ai dit que ce serait inutile car j’avais été infecté par le coronavirus quelques semaines auparavant et que si j’avais survécu c’était uniquement parce que je m’étais traité avec de la chloroquine. Il s’est levé de son siège furieux. J’ai cru qu’il allait m’agresser. J’ai quitté son bureau et je n’ai pas donné suite à la radiothérapie … Je suis toujours en vie. 

L’autre situation vécue a révélé l’indigence intellectuelle des médecins y compris les spécialistes. Le coronavirus avait provoqué des thromboses aux pieds et également au niveau de mes mains. Deux médecins généralistes du centre de santé dont je dépendais (je n’y ai jamais remis les pieds) m’ont prescrit des antibiotiques sans même me demander si j’avais une inflammation inguinale ou si j’avais de la fièvre, alors que des cas de thrombose étaient déjà décrits dans la littérature médicale au sujet du coronavirus. Pire encore au service d’urgence le médecin, considérant que je souffrais d’une infection monstrueuse, a incisé le dessus de mon pied gauche et y a injecté de la betadine : un vrai geste de « professionnel ». Je ne suis pas encore atteint par le gâtisme et j’ai lu des centaines d’articles scientifiques au sujet du coronavirus et j’ai également consulté les monographies de divers hôpitaux américains. J’ai pu diagnostiquer ce dont je souffrait et dont je souffre toujours. Il s’agit d’un urticaire géant chronique d’origine auto-immune : traitements par des stéroïdes ou … de l’hydroxychloroquine mettant à profit les propriétés immuno-modulatrices de cette molécule.

Quand par trois fois (je n’entre pas dans les détails) des médecins vous traitent presque de terroriste pour avoir osé s’administrer sans ordonnance de la chloroquine, la conclusion est claire, ils ont été littéralement imbibés par la propagande gouvernementale qui a interdit ces produits ici en Espagne comme dans de nombreux pays européens. Enfin l’indigence intellectuelle de tous ces médecins est affligeante. Ils n’ont toujours aucune idée des formes secondaires que revêt l’infection par le coronavirus car ils n’ont pas le temps de s’informer et les services publics n’ont pas fait leur travail de formation. Il est évident que lorsqu’une nouvelle maladie apparaît le devoir d’un médecin est de s’informer. Certes les médecins généralistes en première ligne ont été privés des traitements précoces mais, tout de même, examiner de loin un malade sans lui poser de questions et ne pas examiner les analyses sanguines constituent des manquements graves à leur profession. « Prenez du paracétamol et rentrez chez vous », tel était le mot d’ordre du gouvernement, ici, en Espagne comme en France. Et maintenant c’est : « si vous n’êtes pas vacciné vous êtes un hors-la-loi ».

Enfin, comme une sorte d’apothéose de l’image de la médecine étatique, ici en Espagne comme en France, un médecin, une femme, m’a examiné à l’hôpital pour réaliser un « doppler » des artères des jambes. Elle a fait son travail et m’a annoncé que mon artère vertébrale droite présentait un déficit de plus de 50 % du flux sanguin. Je lui ai répondu que je le savais depuis plus de 20 ans et qu’elle était censée réaliser un doppler des artères descendantes des membres inférieurs. Étonnée par ma remarque elle m’a déclaré que l’état de ma peau qu’elle avait entrevu lorsque j’avais ôté ma chemise n’avait rien à voir avec la circulation sanguine, qu’elle était d’origine psychosomatique et que je devrais consulter un psychiatre. Depuis ce jour je ne suis plus jamais allé revoir un médecin et pour être presque aussi grossier que le Président Macron je les considère tous comme des imbéciles incompétents et c’est certainement aussi le cas en France dans la majorité des cas : des médecins qui ne travaillent que pour payer leurs impôts, les tailleurs Chanel de leur épouse et les pneus de leur Porsche. L’avenir de la médecine est tout à fait réjouissant.

Brèves. Le CEO de Pfizer fait amende honorable (?)

Alors que l’Espagne vient de déclasser le SARS-CoV-2 en endémie au même titre que la grippe saisonnière, il faudra attendre pour constater les mesures d’assouplissement sanitaires, le CEO de Pfizer vient de déclarer, je cite, « Deux doses du vaccin offrent une protection très limitée, si protection il y a. Trois doses avec rappel procurent une protection raisonnable contre l’hospitalisation et la mort mais moins de protection contre l’infection ».

Je n’invente rien, voici le lien de la vidéo d’Albert Bourla, vétérinaire de son état et grand ami d’Ursula von der Leyen :https://video.twimg.com/ext_tw_video/1480572820249796608/pu/vid/480×270/scCYvNUplxW0n3T8.mp4?tag=12

Difficile d’imaginer qu’on ait soumis Albert Bourla à un quelconque sérum de vérité. Toujours est-il qu’il recommande plus d’injections de rappel pour rendre son « vaccin » plus crédible.

Brève. Faites-vous vacciner contre le SARS-CoV-2 mais à vos risques et périls

Ce billet est un très bref résumé des propos les plus significatifs tenus par deux médecins au cours d’une entrevue réalisée par Whitleblower Newsroom.

Si vous n’êtes pas vacciné vous pouvez être infecté par le coronavirus, devenir ainsi contagieux et éventuellement en mourir. Si vous êtes vacciné vous pouvez être infecté par le coronavirus, devenir ainsi contagieux et éventuellement en mourir. Si vous êtes âgé de moins de 50 ans et que vous êtes vacciné pour pouvez être infecté par le coronavirus, souffrir de formes sévères de l’infection et éventuellement en mourir. Si vous avez moins de 50 ans et n’êtes pas vacciné il est peu probable que vous souffriez d’une forme grave de l’infection par le coronavirus.

La vaccination de masse a fait apparaître un mutant appelé SARS-CoV-2-delta qui résiste aux anticorps apparus après injection de l’ARN messager codant pour la protéine de la spicule du virus. Cette pseudo-vaccination a par ailleurs fait apparaître une hypersensibilité au vrai virus fragilisant ainsi les personnes jeunes. En Israël plus de 60 % des personnes en soins intensifs sont entièrement vaccinées, même cas de figure dans plusieurs Etats des USA.

Planifier des injections dites de rappel qui devront figurer dans le « passeport sanitaire » n’aboutira qu’à une aggravation de la situation présente et pourrait être encore plus préoccupant en favorisant l’apparition de nouveaux mutants.

En regard des centaines de milliards de dollars de chiffre d’affaire que réalisent les principaux laboratoires pharmaceutiques occidentaux personne ne réagit, aucun politicien n’ose se poser de question alors que les populations sont mises en danger par ces « vaccins ». Les laboratoires pharmaceutiques ont organisé un blocus contre l’ivermectine et l’hydroxychloroquine car elles préconisent maintenant des traitements avec des anticorps monoclonaux comme traitements précoce et tardif dont le prix sera au minimum de l’ordre de 2500 dollars et jusqu’à 7500 dollars par personne.

Enfin une autre information qui est soigneusement censurée par les autorités sanitaires et dont le CDC ne veut pas entendre parler est particulièrement angoissante : des centaines de milliers d’Américaines « vaccinées » devenues enceintes ont souffert d’avortements spontanés et des millions de femmes souffrent chaque mois de problèmes de règles anormalement abondantes ou devenues irrégulières pour des raisons inconnues. Retrouvez toutes ces informations détaillées dans la vidéo de la Whitleblower Newsroom en lien ci-dessous avec les interventions des Docteurs Peter McCullough et Meryl Nass :

L’épidémie de Covid perdurera tant que les remèdes connus resteront interdits

Paul Craig Roberts, 18 août 2021

Chers lecteurs,

Depuis que le NIH, le CDC, la FDA, l’OMS et les « presstitués » ont commencé à promouvir en masse leur campagne de vaccination contre le Covid il y a un an et demi, la sale racaille vous dit que le vaccin est sûr, que les mauvaises réactions sont « très rares », que le vaccin est efficace à 97,5% dans sa protection, et d’autres mensonges scandaleux. L’ensemble des bureaucraties de santé publique du monde occidental n’a pas dit un seul mot de vérité. Le vaccin ne vous protège pas. Au contraire, il vous rend malade. Les effets indésirables ne sont pas « rares », ils sont courants.

Le vaccin n’offre aucune protection contre le virus.

Des rapports provenant de toutes les régions du monde indiquent que la grande majorité des nouveaux cas de Covid apparaissent parmi les personnes entièrement vaccinées.

Les bases de données des États-Unis, de l’UE et du Royaume-Uni sur les effets indésirables des vaccins indiquent des dizaines de milliers de décès et plus de 5 millions de problèmes de santé associés au vaccin Covid. Comme les bases de données ne capturent qu’entre 1% et 10% des effets indésirables, les vaccins ont fait plus de mal que le virus Covid lui-même.

Depuis le début de la « pandémie » le protocole officiel appliqué par le CDC, le NIH, la FDA et l’OMS a empêché l’utilisation de traitements préventifs et curatifs connus – HCQ et Ivermectine – pour traiter les patients. Eli Lilly a annoncé un nouveau remède, mais il a été « mis en attente », c’est-à-dire interdit d’utilisation. Pourquoi l’establishment médical a-t-il bloqué le traitement des patients de Covid avec des remèdes sûrs et connus ?

En termes clairs, le protocole médical officiel est entièrement responsable des décès de Covid. C’est le manque de traitement, pas le virus, qui a tué les gens.

Pourquoi les gens n’ont-ils pas été traités ? Ils n’ont pas été traités car l’absence de traitement connu est la seule base légale pour l’utilisation d’un « vaccin » expérimental non testé, non approuvé. La loi est claire. Les vaccins non approuvés ne peuvent pas être utilisés s’il existe un remède.

Les remèdes et les préventifs connus – HCQ et Ivermectine – ont été bloqués par le protocole établi pour garantir l’inoculation de masse avec le « vaccin ». Le protocole garantissait des milliards de bénéfices sur les vaccins et une forte augmentation des cours des actions des fabricants de vaccins. La « pandémie » a créé d’énormes richesses pour ceux qui dirigent cette machination. Le profit l’a emporté sur la santé publique et l’emporte encore sur la santé publique.

Alors que les informations affluent selon lesquelles le vaccin ne protège pas mais fait du mal, le crétin de bas grade nommé secrétaire à la Défense par le voleur d’élections (comprenez Joe Biden) a ordonné que tout le personnel militaire américain soit vacciné avant une date fixée en septembre. Un officier intelligent de la marine américaine a souligné que cet ordre, au vu des preuves connues, est préjudiciable à la sécurité nationale des États-Unis car le vaccin est connu pour ne pas protéger mais est garanti pour causer un grand nombre de maladies et de décès parmi les troupes.

Il semble donc que même le stupide secrétaire américain à la Défense soit de mèche avec Big Pharma. Il ne fait aucun doute qu’il fera partie du conseil d’administration d’une société pharmaceutique et avec ses primes, sa fortune finira par s’élever à 100 millions de dollars, un bon plan pour une reconversion vers la vie civile. C’est ainsi que fonctionne le système politique américain.

L’Islande, un petit pays insulaire, a atteint une population entièrement vaccinée à 95%, et l’Islande, comme Israël, qui est également fortement vacciné, subit maintenant une nouvelle pandémie de virus. Où est l’immunité vaccinale ? Introuvable. Selon les autorités sanitaires islandaises, 62 % des personnes en soins intensifs sont entièrement vaccinées. 80% des cas les plus graves – ceux sous ventilateurs – sont entièrement vaccinés.

Comme je l’ai examiné à plusieurs reprises, le vaccin a-t-il été administré à des personnes par ailleurs en bonne santé ? S’agit-il d’effets secondaires vaccinaux ? Le vaccin, comme le disent d’éminents experts, entraîne-t-il des variants pour échapper au vaccin et au système immunitaire humain, produisant ainsi des variants insensibles aux vaccins ?

Jusqu’à ce que ces questions soient clarifiées par une analyse et un accord d’experts, toute personne qui fait une inoculation de Covid commet un crime contre le patient. Tout patient qui accepte le vaccin est motivé par la peur et la pression des pairs et met sa vie et sa santé en danger.

Les Américains et tous les peuples du monde qui se tournent bêtement vers les États-Unis pour le leadership doivent comprendre que le système de santé américain est dysfonctionnel. La pratique médicale privée cesse d’exister. L’Obamacare et d’autres facteurs législatifs et de responsabilité obligent les médecins à devenir de simples employés d’organisations de « soins de santé » massives qui se protègent de la responsabilité en suivant les protocoles établis par le NIH et le CDC. Comme le NIH et le CDC sont de mèche avec Big Pharma, les médecins suivent essentiellement les ordres des sociétés pharmaceutiques.

Les médecins indépendants peuvent toujours réfléchir et utiliser leur formation et leurs compétences pour trouver un moyen d’aider leurs patients. Mais l’establishment est déterminé à étendre son contrôle sur les médecins indépendants restants. Pour contrôler les pratiques indépendantes, l’establishment utilise le pouvoir de révoquer les autorisations médicales. Ce pouvoir est maintenant utilisé contre les médecins qui traitent et guérissent réellement les patients de Covid.

Nous, Américains ayant subi un lavage de cerveau, entendons tellement parler de la médecine gratuite au lieu d’une médecine socialisée comme en Europe. C’est censé nous faire sentir supérieur. Mais ce que les Américains ont, c’est un système de santé dominé par Big Pharma. En Amérique, les soins de santé servent les profits, pas la santé.

Le problème avec l’Occident, c’est qu’une fois les aristocrates qui avaient le sens de l’honneur, même les corrompus, ont été chassés de la politique, nous n’avons plus que des idiots et des bassement corrompus.

Considérons par exemple le ministre australien de la Santé qui a annoncé que 24 000 étudiants recevront une injection du vaccin mortel Covid, indépendamment de l’objection des parents.

Le nom du criminel est Brad Hazzard. Le criminel a annoncé que l’inoculation forcée était « une opportunité en or » de se mettre en sécurité. https://www.infowars.com/posts/watch-australian-health-minister-announces-24000-students-will-be-injected-in-stadium-without-parental-supervision/

Ici, nous avons un exemple l’orgueil du mal. Hazzard porte bien son nom. Il représente un danger pour 24 000 jeunes Australiens. C’est un miracle que personne n’ait décidé que 24 000 jeunes australiens valent plus qu’un ministre de la Santé meurtrier.

En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern, qui à son apparence a un QI d’environ 70, a mis tout le pays en quarantaine parce qu’un seul cas de Covid, « probablement le variant Delta », a été découvert dans la ville d’Auckland .

Un grand nombre des scientifiques les plus distingués et les plus haut placés sur terre ont déclaré que le vaccin, au mieux, est un échec. Rien ne peut être fait contre le variant Delta. Aucune vaccination, confinements, ports de masques. Tous sont impuissants. Le variant Delta envahira la population. La seule solution est la guérison. Les remèdes connus sont connus et utilisés par des cabinets indépendants. En Inde, l’ivermectine a complètement stoppé le Covid dans les districts autorisés à l’utiliser. https://www.thedesertreview.com/opinion/columnists/indias-ivermectin-blackout/article_e3db8f46-f942-11eb-9eea-77d5e2519364.html

Mais dans la grande superpuissance scientifique omnisciente exceptionnelle et indispensable (comprenez les USA), tous les remèdes connus sont contre le protocole.

Quand j’écris que l’Amérique est un pays totalement idiot, vous savez maintenant ce que je veux dire. Nous avons une « pandémie » parce que les responsables de la santé publique des États-Unis ont établi un protocole, soutenu par les médias presstitués, qui empêche le traitement avec des remèdes éprouvés connus. Au lieu de cela, un « vaccin » expérimental est utilisé pour propager des maladies. Et la population américaine stupide est assise là à sucer son pouce pendant que les emplois sont détruits, la liberté est détruite, la Constitution est détruite et la tyrannie est érigée à leur place.

Que font les imbéciles quand ils découvrent que le vaccin Covid ne fonctionne pas ? Ils en prescrivent encore plus !

https://finance.yahoo.com/news/biden-fauci-cdc-director-support-covid-19-booster-shots-164521133.html