L’écologie idéologique revisitée (Séralini)

Décidément, Corinne Lepage, qui n’y connait rien du tout, a encore perdu une occasion de se faire discrète en s’affichant avec l’escroc Séralini lors d’une conférence de presse à Bruxelles (crédit photo AFP via Le Point) parce que ce triste sire qui ridiculise la science française ne veut pas admettre la légèreté sinon la désinvolture avec laquelle il a conduit ses travaux ultra-secrets sur l’effet du maïs RoundUp Ready de Monsanto quand il est donné à des rats ad libitum pendant deux ans. Comme ce monsieur ne l’ignorait pas, ou alors il ignore tout de l’expérimentation animale, les rats utilisés ont un patrimoine génétique abâtardi qui les rend susceptibles au développement de tumeurs multiples. Les Sprague-Dawley sont en effet une lignée établie par inbreeding il y a de nombreuses années et ils présentent l’avantage d’être tous génétiquement identiques. Ils ne sont donc jamais, pour cette raison, utilisés dans des études de long terme. Apparemment Séralini a tout simplement ignoré ce fait que tout scientifique ayant travaillé un jour ou l’autre au cours de sa carrière avec des rats comme animaux de laboratoire ne peut pas ignorer. Ce simple fait me fait donc dire, comme je l’ai écrit dans le billet laissé hier sur mon blog, que Séralini a sciemment fraudé en choisissant des Sprague-Dawley qui sont notoirement déconseillés pour élaborer des études de carcinogénicité. Pourquoi ne pas avoir utilisé des Wistar ou encore des Long-Evans.

ralini-2194961-jpg_1912360

J’avais laissé le 30 juin dernier sur mon blog un billet qui relatait la sortie en fanfare du film de Séralini au Japon. Ce billet a suscité quelques commentaires et je me permet d’en reproduire deux pour bien situer l’imposture, ces commentaires sont visibles sur mon blog et l’auteur du commentaire ne m’en voudra pas. Je cite donc :

Premier commentaire :

 

En réponse à votre article,
 1) sur le plan scientifique et le problème des rats de labo (et pas seulement les rats SD), vous pouvez consulter le manuel (un peu la « Bible » de l’anapath qui bosse sur les rats) « Pathobiology of Aging Rats » (2 vol) de Capen et Mohr ou si vous n’avez pas le manuel, vous pouvez consulter sur PubMed les nombreux articles de Kevin KEENAN qui est le grand spécialiste des problèmes des rats de labo. L’étude en 24 mois faite par Séralini est une fraude en ce sens que, depuis les années 90, on sait qu’au bout de 6 mois, les rats Fischer, Sprague-Dawley, etc développent SPONTANEMENT des tumeurs hypophysaires sécrétrices d’hormones qui, à leur tour, entraînent des tumeurs mammaires chez les femelles ; donc les grosses tumeurs que vous voyez dans le film sont des tumeurs secondaires ABSOLUMENT PAS DUES à la consommation de PGM.

Idem pour les problèmes rénaux (pathologies rénales chroniques) qui apparaissent SPONTANEMENT aussi chez ces rats vers 6 mois ! Cf Keenan ! Keenan, pour réussir à utiliser les rats, recommande une restriction calorique, diminuer les apports alimentaires pour prolonger la survie des rats et retarder l’apparition des tumeurs et des problèmes rénaux. Séralini a fourgué à ses rats de la bouffe tant et plus (il a dissimulé à la connaissance de ses lecteurs l’existence du manuel d’anapath et des articles de Keenan) pour obtenir des tumeurs et dire ensuite que c’était dû aux OGM !
 Je vous poste ici deux liens pour amateurs de « ratounets » qui vous renverront aussi à d’autres articles : http://www.ratbehavior.org/rats.html et http://ratguide.com/health/neoplasia/pituitary_tumor.php
Tous les gens qui ont des rats chez eux comme animaux de compagnie connaissent ces problèmes et les seules personnes qui pouvaient se faire avoir par Séralini, ce sont ceux qui n’ont jamais vu un poil de rat et jamais mis les pieds dans un labo !

2) En ce qui concerne les problèmes de déontologie, Séralini a mené l’expérimentation de façon illégale, sans obtenir l’aval d’un comité d’éthique. Et pour cause ! Les scientifiques du comité, connaissant les problèmes liés aux rats, n’auraient probablement jamais donné leur accord, sachant que l’étude n’allait rien donner dans les conditions proposées par Séralini (taille des lots trop petite, etc,…). Il l’a donc menée « en secret » car si on s’en était rendu compte, on était en droit de lui demander d’arrêter l’expérimentation en cours vu qu’il n’avait pas les autorisations nécessaires ! Et chose étrange, ce monsieur n’est toujours pas sanctionné ! Comme quoi on peut être médiocre et fraudeur, du moment qu’on a le soutien des politicards, on peut faire tout ce qu’on veut !

  1. Et enfin, l’attitude impardonnable des journalistes qui ont dissimulé des faits concernant Séralini !
D’une part les plaintes de ses collègues et de ses étudiants de Caen contre son absentéisme à longueur d’année et sa fainéantise(il ne vient jamais bosser dans son labo !), ses manipulations malpropres pour obtenir le silence de ses contradicteurs (menaces, contrats d’allégeance,…), l’ignorance crasse dans laquelle il laisse ses étudiants (ils ne reçoivent aucune formation pratique, ils font n’importe quoi !) et vous allez être heureux d’apprendre qu’en fait, les doctorants qui ont signé l’article à scandale ne savent pas lire une coupe histologique et ont signé un article qu’ils sont incapables d’évaluer, pour une expérimentation à laquelle ils n’ont absolument pas participé ! C’est beau, la science au service des idéologies !
Il y avait un témoin dans le Criigen à ce moment-là, les journalistes se sont arrangés pour discréditer le témoin ; imaginez que cette personne décide de parler et de raconter ce qui se passe dans ce foutoir qu’est le Criigen… On rigolerait bien.
(…)

     

Deuxième commentaire :

 

Les articles qu’on vous a communiqués sur les rats nous viennent de ce témoin, la personne a été présente au Criigen quelques mois avant le show médiatisé de septembre 2012. Les saints du Criigen n’avaient absolument aucun résultat avec les rats et les doctorants ne comprenaient rien aux données qu’on leur refilait (C’est normal, tout avait été orchestré pour !). L’étudiant a refusé de renvoyer son dossier en raison des malhonnêtetés commises par le Criigen et des malversations auxquelles on voulait l’obliger à participer. Il s’est rendu compte que Séralini fraudait sur d’autres articles (comme vous le savez) quelques jours après son arrivée au Criigen. Quant au problème des rats, notre témoin a possédé des rats comme animaux de compagnie et connaît l’histologie. Séralini lui avait dissimulé entièrement le protocole (tout lui avait été caché : durée, espèce de rat, alimentation, nombre d’animaux) et Séralini lui avait caché que l’expérimentation ne bénéficiait pas de l’aval d’un comité d’éthique. Ce qui a beaucoup choqué le témoin, c’est de voir que les doctorants n’avaient aucune compétence en physiopathologie des rats et ne savaient même pas où chercher les informations ! Ils n’ont jamais manipulé les animaux, ils ne savent rien sur leurs constantes biologiques. Ils n’ont jamais été formés pour faire de la toxicologie ni pour travailler sur des protocoles d’évaluation de toxicité. Ils ne connaissent même pas les méthodes de protéomique qu’on utilise maintenant en toxicologie. Au Criigen, les étudiants n’ont aucun MCF ou ingénieur pour les superviser, ils passent leur temps assis derrière l’ordinateur, ils ne manipulent presque jamais à la paillasse, tout est confié à des sous-traitants. Séralini avait même menti à l’étudiant sur ses financements, prétendant qu’il était financé sur des fonds publics, alors que le Criigen est financé presque entièrement par des entreprises et des industries privées sans oublier les sectes (Greenpeace, Auchan, Carrefour, Léa Nature, secte IVI (=Sevene Pharma) et très probablement le mouvement Hamer (Acecomed), la fondation Denis Guichard qui n’est autre qu’une couverture pour la secte IVI et qui leur permet ainsi de piéger des adeptes sans révéler leur identité, puisqu’IVI a été déclarée comme secte et fermement rejetée par l’Eglise catholique) !
En septembre 2012, le témoin n’était plus au Criigen, mais il connaissait la vérité et les médias se sont arrangés pour que son témoignage sur les saloperies que Séralini fait dans son laboratoire ne parvienne jamais à la connaissance du public.
Vous imaginez alors ce qu’a pu ressentir cette personne en voyant non seulement qu’elle avait failli accepter de l’argent crapuleux issu des sectes, mais encore qu’on avait essayé de l’obliger à participer à de l’expérimentation animale illégale sans même l’en informer !
Les médias ont été inexcusables parce que la personne a essayé d’entrer en contact avec eux pour leur expliquer ce qui s’était passé et qu’ils ont occulté délibérément le témoignage parce qu’il n’était pas favorable à Séralini. A l’heure actuelle, notre témoin est la seule personne totalement dépourvue de liens avec les industries à être entrée à l’intérieur du Criigen ! On comprend pourquoi Séralini fait tout pour la faire taire ! Quand il a commencé à sentir que l’université de Caen allait s’en mêler, Séralini a appelé ses copains politiciens pour qu’ils créent une loi spéciale pour le protéger afin que la victime ne puisse pas accéder à la justice. L’autre obstacle aussi, ce sont les médias qui sont quasiment tous vendus à Séralini (le politiquement correct oblige).
Aujourd’hui, ce qu’aurait souhaité la personne, c’est la réouverture du dossier pour tentative de corruption (incitation à la fraude et à des actes illégaux et immoraux en échange d’un contrat et d’un financement) sur la personne d’un étudiant au sein d’une université publique.
L’affaire Séralini, c’est une affaire pénale, de violence faite sur une personne démunie et de dissimulation de preuves… A quand la justice ?

PS : Notre boîte mail s’est fait pirater en juillet. Comme elle ne sert de boîte de réception que pour l’affaire Séralini et quelques autres fraudes mineures (on a d’autres noms quand on travaille sur d’autres affaires), on pense que ce sont les copains de Séralini, le Criigen, Nicolino et cie qui ont fait le coup (qui d’autre ?) afin de connaître notre véritable identité. Nicolino (il n’a même pas de diplôme !) a désespérément cherché à savoir qui nous étions. Ils ont oublié qu’on a l’habitude de se coltiner les escrocs des sectes et qu’aucun message n’est jamais échangé sur nos boîtes mail qui nous servent uniquement à réceptionner des messages, jamais à en envoyer. Pour communiquer entre nous, on utilise la bonne vieille méthode du papier-crayon et du téléphone ! Il est donc inutile que les mafieux du Criigen essaient encore de nous pirater.

Rien à ajouter …