Le Docteur Peter McCullogh persiste et signe : pour le SARS-CoV-2 on a tous été manipulés

Le Dr Peter McCullough, auteur de l’article le plus téléchargé sur l’American Journal of Medicine et qui concerne les traitements du COVID, estime que 85 % des décès dus au COVID auraient pu être évités si les responsables de la santé, les politiciens et les médecins s’étaient moins concentrés sur les vaccins et davantage sur les traitements précoces.

https://www.bitchute.com/video/tt0yyvUtKFfs/

Le Docteur McCullough, consultant, cardiologue et chef adjoint du Baylor University Medical Center à Dallas, Texas est l’un des 5 chercheurs en médecine qui a le plus publié d’articles scientifiques et est le plus lu. Au mois d’août 2020 il a publié ses premières conclusions au sujet des traitements ambulatoires précoces contre le SARS-CoV-2 (lien en fin de billet). Le Dr McCullough, qui a traité dans son service de nombreux malades atteints par le coronavirus, a déclaré que l’idée de traiter ces patients a été ignorée partout dans le monde alors qu’il existe des traitements ambulatoires comme l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine. Ce dont on a parlé dans les grands médias, déplore le Dr McCullough, ne concernait que la réduction de la propagation du virus et de la seule solution existante : des vaccins à ARN dont on ignore les effets à court et long terme. Les laboratoires pharmaceutiques ont incroyablement promu leurs vaccins avant même qu’ils soient produits massivement.

Pour lui, l’article paru dans le Lancet et dénigrant l’hydroxychloroquine puis l’incendie de la plus importante usine de production de cette molécule à Taïwan faisaient partie de la même stratégie de promotion des seuls vaccins. J’invite tous les lecteurs anglophones de ce blog à écouter l’interview de cet éminent médecin qui ne manipule pas la langue de bois. Ils découvriront à quel point les pays occidentaux ont été bernés par leurs décideurs politiques, eux-mêmes corrompus par le lobby pharmaceutique et aux ordres de ce dernier.

https://doi.org/10.1016/j.amjmed.2020.07.003