Préserver la biodiversité ? Eliminer les hommes !

Capture d’écran 2019-05-19 à 10.01.50.png

Le nouveau dada des écolos bobos des pays développés est la protection de la biodiversité. Celle biodiversité est déjà menacée par le climat dont on nous dit qu’il se réchauffera inexorablement si l’homme ne fait pas tout ce qu’il peut – surtout financièrement – pour le sauver mais cette biodiversité est surtout menacée encore une fois par l’homme lui-même. Nous sommes donc – nous humains – tous concernés par ce problème d’équilibre des espèces animales, végétales et microbiennes parce que nous sommes trop nombreux sur la Terre, bien que ne représentant qu’une infime partie de la biosphère terrestre : 0,011 % (voir le lien sur ce blog). Et comme le monde politique a décidé haut et fort que le sauvetage de la biodiversité, comme celui du climat, constituait une urgence absolue il ne reste qu’une solution efficace : réduire la population humaine.

Va-t-on ressortir les vieilles idéologies malthusiennes reprises par le Club de Rome pour que nous nous donnions bonne conscience ? Va-t-on interdire l’agriculture intensive pour redonner à la nature ses droits ? Va-t-on interdire aux être humains le droit de faire des enfants afin de libérer des espaces pris sur la nature ? C’est selon les résultats d’une étude coordonnée par le TREE Project ce qui apparaît clairement : nous sommes trop nombreux sur la planète, il faut donc réduire la population humaine et créer des « parcs mondiaux » de préservation de la biodiversité en éliminant toute population humaine d’espaces réservés à la biodiversité. Il n’y a aucun autre moyen !

Le TREE (acronyme de Transfer-Exposure-Effects, http://tre.ceh.ac.uk ) est un organisme dépendant du Centre d’Écologie et d’Hydrologie britannique qui a collecté toutes les données disponibles au sujet des zones interdites mises autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl qui a lourdement contaminé une zone située incluant la ville de Prypiat. La « création » de cette zone a nécessité l’évacuation sans retour possible de 350000 personnes car plus de 400 fois la quantité de radioactivité correspondant à celle de la bombe d’Hiroshima s’y dissémina. Ces études ont clairement montré que si la présence de l’homme est autoritairement éliminée la nature reprend ses droits rapidement et très efficacement.

L’accident de Tchernobyl révèle au moins un point important : la radioactivité tant décriée par les écolos bobos des pays occidentaux n’est pas aussi dangereuse qu’il n’y paraît. Il ressort que des doses massives de radiation tuent tout, les animaux, les arbres, les lichens et les mousses mais ces doses massives n’ont été observées et mesurées que lors de l’accident lui-même et des quelques jours suivants. Nul ne connaît précisément le nombre de décès d’êtres humains, les rumeurs mentionnent que 500000 personnes seraient mortes des suites de l’accident, directement ou à la suite de séquelles provoquées par les radiations. Quant à la population animale et la végétation elles semblent se comporter parfaitement bien dans les zones encore interdites. Comme on pouvait s’y attendre les mouvements opposés à l’usage de l’énergie nucléaire ont exigé que les statistiques concernant les décès soient « gonflées » pour bien faire passer leur message mais force est de constater que les animaux ont prospéré d’une manière inattendue dans des endroits pourtant déclarées après l’explosion « déserts pour la vie et pour des siècles ». Ce n’est évidemment pas le cas comme le montrent quelques illustrations :

Capture d’écran 2019-05-18 à 09.21.25.png

Le bison d’Europe semble tout à fait heureux, vivant en harmonie avec les lynx, les ours bruns, les élans et les chevaux de Przewalski, tous considérés comme des espèces hautement menacées avant l’accident nucléaire. Même certains amphibiens comme la grenouille arboricole se sont accommodés des fortes doses de radiations. Les enquêteurs scientifiques objectifs ont noté des cas d’albinisme chez certains oiseaux mais jamais ils n’ont pu observer des malformations comme celles qui circulèrent sur les réseaux sociaux quelques années après l’accident.

Capture d’écran 2019-05-18 à 09.24.19.png

Pour conclure ce billet la décision du gouvernement ukrainien de déclarer la zone interdite de Tchernobyl « réserve radiologique et environnementale de la biosphère » paraît être un geste hautement politique dans le contexte mondiale de préservation des écosystèmes, zone devenue en effet au cours des années du plus grand intérêt pour l’étude de la la conservation de la biodiversité dans un environnement radioactif déclaré hostile pour l’homme … à l’exception de toute autre forme de vie.

Au final il faut nuancer la culpabilité humaine tant en ce qui concerne le climat que la biosphère et encore et surtout tenir compte de l’immense capacité de résilience de la planète qui a vécu par le passé des situations climatiques beaucoup plus froides ou chaudes qu’aujourd’hui et la disparition d’espèces vivantes comme l’apparition d’autres espèces, ce que le monde politique refuse de prendre en considération. L’homme a l’outrecuidance d’avoir le pouvoir de modifier l’évolution de ce système planétaire complexe. Alors qu’il a abandonné toute croyance religieuse il s’est arrogé celui, divin, de vouloir influencer la nature en confondant politique et science ou plutôt en utilisant la science à des fins politiques.

Inspiré d’un article paru sur le site The Conversation. Prochain billet mardi 21 mai.

https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/06/05/biodiversite-biosphere-et-biomasse-cest-tendance-et-cest-trompeur/

Histoire de sangliers

Capture d’écran 2017-03-11 à 12.39.35.png

De l’Europe Centrale jusqu’à l’Espagne les sangliers sont un met de choix. Je garde d’ailleurs un souvenir ému d’une battue au sanglier dans les monts du Morvan durant laquelle un de mes amis abattit un sanglier avec une arbalète. Pour utiliser ce genre d’objet moyenâgeux il faut une bonne dose de sang-froid car on n’a pas trop le temps de recharger son arme alors qu’avec un fusil on peut le plus souvent tirer deux coups et se faire charger par un sanglier peut être tout simplement mortel.

Bref, en République Tchèque les autorités vétérinaires en charge de la sécurité des aliments ont eu la surprise de remarquer que la viande des sangliers était radioactive. Comme l’hiver a été particulièrement rude et neigeux en Europe Centrale, réchauffement climatique oblige, les sangliers du massif de la Umava ont cherché leur nourriture activement et en fouissant le sol avec leurs canines puissantes ils ont déterré des champignons qu’on appelle des fausses truffes. Or ces champignons qui poussent lentement ont accumulé des quantités importantes de césium-137 provenant des retombées radioactives de l’accident de Tchernobyl et les sangliers se sont donc trouvés contaminés et dans près de la moitié des cas la viande a été déclarée impropre à la consommation. Tant pis pour les Tchèques qui prisent la goulache au sanglier.

Capture d’écran 2017-03-11 à 12.47.10.png

Dans la Préfecture de Fukushima la situation est plus compliquée. Quand les habitants de certaines villes ont été évacués à la suite de l’accident de la centrale nucléaire endommagée par le tsunami géant du 11 mars 2011, il y a eu 6 ans hier, les sangliers sont descendus des montagnes et ont fait leur marché dans les jardins et les cultures désertés. Ils ont carrément envahi les villes car ce sont des animaux opportunistes.

Capture d’écran 2017-03-11 à 13.07.06.png

Dans la ville de Namie, littéralement colonisée par des sangliers, les habitants qui ont été évacués – 21500 – ont reçu l’autorisation des autorités de retourner vivre dans leur ville. La moitié d’entre eux attendent que les sangliers soient exterminés pas seulement parce qu’ils présentent un danger mais aussi parce qu’ils sont hautement radioactifs. La viande de beaucoup d’entre eux dépasse en effet le seuil de sécurité de parfois plus de 300 fois. Depuis 2011 plus de 13000 sangliers ont été abattus dans la région malgré le fait que leur viande est radioactive et impropre à la consommation et ce n’est pas pour leur viande que les chasseurs les ont pourchassés mais pour limiter les dégâts qu’ils occasionnent dans les villes, villages et rizières temporairement abandonnés ainsi qu’à l’intérieur des maisons …

Les autorités de sureté ont particulièrement étudié la radioactivité résiduelle dans la ville de Date où deux zones avaient été évacuées. Après 6 années tout est redevenu normal. Le lessivage par la pluie et la fonte des neiges a réduit les taux de radioactivité qui sont devenus maintenant indiscernables de la radioactivité naturelle du sol à laquelle il faut ajouter les rayonnements cosmiques. Le nettoyage des sols superficiels à grand frais a été probablement moins efficace que ce lessivage naturel.

Capture d’écran 2017-03-11 à 13.04.41.png

Sources : Science, Reuters et ATS. Photos Reuters, Kyodo et ATS

Les errements idéologiques de Greenpeace

Capture d’écran 2017-02-14 à 10.28.11.png

Le 2 juin 2014 j’avais laissé sur ce blog un billet relatant la genèse du mouvement Greenpeace dans le milieu hippy de Vancouver qui avait affrété un bateau pour aller titiller l’armée américaine car le projet d’essais nucléaires souterrains en Alaska leur déplaisait. Depuis, comme chacun sait, Greenpeace est la plus puissante ONG du monde avec un budget de plus de 1,3 milliard de dollars par an (chiffre officiel probablement éloigné de la réalité) et elle continue à pourfendre l’énergie nucléaire sous toutes ses formes plus par idéologie, disons fondatrice, qu’en s’appuyant sur des faits officiels et reconnus pourtant dans le monde entier.

L’Agence Internationale de l’Energie (IAE) publie chaque année des statistiques sur la mortalité dans le secteur de la production d’énergie électrique rapportée à 10 TWh ( 10000 MWh) et les données sont éloquentes malgré le fait qu’elles englobent les accidents de la centrale nucléaire de Tchernobyl et la rupture du barrage hydroélectrique chinois de Banqiao en 1975. Je rappelle au passage que depuis bientôt 6 ans il n’y a pas encore eu de morts directement répertoriés en raison de radiations à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi et que l’IAE, s’appuyant sur des données officielles estime que le nombre de morts, essentiellement par cancers, dans la région de Tchernobyl « ne dépassera » pas 9000. L’IAE cite cette statistique au futur en considérant la probabilité de morts par cancers jusqu’au décès de toutes les personnes ayant été exposées à la contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl provoqué, faut-il le rappeler, par une erreur humaine, comme celui de Three Miles Island d’ailleurs.

28053601.jpg

La rupture du barrage de Banqiao a provoqué la mort de 230000 personnes et malgré ces deux accidents nucléaires majeurs de Tchernobyl et de Fukushima cette source d’énergie reste la plus sûre avec entre 0,2 et 1,2 morts par TWh produit, y compris les décès dûment attribués à l’accident de Tchernobyl suivie par les centrales électriques au gaz naturel. L’hydroélectrique arrive donc en troisième position et le charbon est la source d’énergie la plus mortelle avec jusqu’à 32,7 morts par TWh, près de 12 fois plus « mortelle » que l’énergie nucléaire. Contrairement à ce qu’affirme Greenpeace l’énergie nucléaire reste donc le moyen de production d’électricité le plus sûr au monde.

Pourquoi un tel débat revient d’actualité alors que les mouvements anti-nucléaire sont plus que jamais actifs en particulier en Europe avec l’abandon programmé de l’énergie nucléaire par l’Allemagne bientôt suivie par la Suisse, tout simplement parce que l’intoxication permanente de Greenpeace a imprégné les esprits du public mais également des décideurs à la merci de politiciens irresponsables ayant adopté les thèses erronées de Greenpeace.

Capture d’écran 2017-02-14 à 10.27.49.png

Un autre évènement d’actualité est le risque de rupture du barrage de Oroville en Californie dont le volume d’eau retenu a atteint un niveau record après les dernière pluies abondantes qui ont traversé cet Etat ces dernières semaines. La Californie, pour l’exemple, veut développer les énergies propres et renouvelables et dépend pour un part non négligeable de l’hydroélectricité. Or l’hydroélectricité, comme je l’ai fait remarquer dans un récent billet constitue la seule technologie de stockage de l’électricité par pompage d’eau au cours des heures dites de consommation creuse ou lors des pics de production induits par les énergies « vertes » intermittentes par définition, éolien et solaire. La polémique est donc relancée en Californie malgré les statistiques publiées par l’IAE. Il faut rappeler que la rupture du barrage de Banqiao construit en 1952 peut être considérée comme une erreur humaine dans la mesure où la digue était sous-dimensionnée et ne pouvait pas faire face à des pluies inhabituelles comme celles provoquées par le typhon qui s’abattit sur la région en août 1975, de même que le barrage de Oroville n’est pas dimensionné pour supporter des pluies torrentielles comme celles que vient de connaître la Californie où 180000 personnes viennent d’être évacuées de la région. Qu’a dit Greenpeace à ce sujet ? Rien ! Ce n’est pas du nucléaire donc cette organisation s’en lave les mains et ce qui est encore plus incroyable est que la même organisation, avec son porte-voix en la personne de Corine Lepage, a décrété que la centrale de Fessenheim était située dans une zone à « haut » risque sismique. En Californie n’y a-t-il pas de risques sismiques majeurs ? Ces fait prouvent bien que Greenpeace surfe sur sa planche idéologique anti-nucléaire surannée, une source d’énergie pourtant la seule pouvant permettre de réduire substantiellement les rejets de gaz carbonique … Vraiment du grand n’importe quoi !

Sources : Business Insider et New Scientist

Note : aux dernière nouvelles les habitants des zones à risque en aval du barrage californien ont réintégré leurs domiciles, l’alerte a été levée mais la digue du barrage a tout de même été endommagée et il faudra dans un proche avenir purger le barrage qui constitue une réserve d’eau importante pour l’Etat de Californie afin de procéder à des travaux importants de sécurisation. À moins que d’autres pluies importantes s’abattent sur cette région auquel cas un ordre d’évacuation sera à nouveau émis par les autorités.