La valse des taxes !

 

La France, à court de pognon, a décidé de taxer toutes les livraisons de livres par Amazon, ce sera comme ça et pas autrement ! La vilaine compagnie américaine sévit en Europe alors qu’elle est domiciliée au Luxembourg et ça créé du désordre dans la petite tête de Montebourg, le ministre de de la déconstruction. La loi dite anti-Amazon, mais si ça existe, s’attaque à la concurrence déloyale de cette société de services prisée par des centaines de millions de consommateurs de par le monde, mais en France, un des rares pays du monde de forme hexagonale, on va taxer hexagonalement cette méchante compagnie américaine qui nuit gravement à la santé des librairies franchouillardes dont la plupart n’ont rien compris aux progrès récents de la technique.

Depuis la promulgation de cette loi inique, contre-productive et malthusienne, Amazon n’a plus l’autorisation d’offrir des rabais sur les livres et ses clients devront également payer les frais d’envoi postal. Le 10 juillet 2014 est donc une date sombre pour tous les amateurs de littérature grâce aux élucubrations collectivistes répétées de Montebourg.

On revoit donc ressurgir les relents vichyssois du corporatisme dans toute son horreur avec la pression exercée par le Groupe Hachette dans les couloirs de Bercy, entre autres parce qu’il n’y a pas que Hachette … Dans une société socialo-communiste il n’y a aucun ministre pour se soucier des intérêts des consommateurs, ils sont tout juste bons à être taxés et c’est là le souci. Amazon offrait encore quelques euros de rabais sur les prix encadrés pratiqués par les libraires. C’est terminé, ce n’est plus qu’un rêve amer.

Ce genre de comportement a été explicitement décrit par Frédéric Bastiat en 1845 à propos de la pétition des fabricants de chandelles qui se plaignaient de la concurrence de plus « gros » qu’eux. Je cite en anglais ça fait plus sérieux puisque Amazon est est une vilaine société capitalistique américaine :

« We are suffering from the ruinous competition of a rival who apparently works under conditions so far superior to our own for the production of light that he is flooding the domestic market with it at an incredibly low price; for the moment he appears, our sales cease, all the consumers turn to him, and a branch of French industry whose ramifications are innumerable is all at once reduced to complete stagnation. This rival, which is none other than the sun, is waging war on us so mercilessly we suspect he is being stirred up against us by perfidious Albion (excellent diplomacy nowadays!), particularly because he has for that haughty island a respect that he does not show for us. »

On se demande ce que va maintenant inventer Montebourg dans le cadre de la loi « anti-Amazon », taxer les Kindle, taxer les e-books parce qu’ils entrent en compétition déloyale avec les vrais livres, pourquoi ne pas taxer les utilisateurs de panneaux photo-voltaïques parce qu’ils entrent en compétition avec les bougies ? A n’en pas douter Montebourg va encore nous sortir un lapin de son chapeau.

 

Billet inspiré d’un billet de Mish Shedlock, un vilain blogueur économique américain !

Fission en Allemagne : à quand l’éclatement ?

Kernkraftwerk_Grafenrheinfeld_-_2013

Au printemps 2011, après la grand tremblement de terre japonais du 11 mars, les autorités allemandes ont mis en place une taxe sur l’uranium et le plutonium combustibles des réacteurs nucléaires dans le cadre de la disposition initiant l’abandon de l’énergie nucléaire dans le pays. Cette taxe est proprement faramineuse et s’élève, lisez bien, il n’y a pas d’erreur, à 145 euros par gramme de matière fissile. Cette taxe rapporte 2,4 milliards d’euros chaque année à l’Etat allemand qui redistribue cette manne pour le développement des énergies alternatives dites vertes. EOn et RWE, les propriétaires opérateurs de centrales nucléaires sont donc de facto privés de la moitié de leurs profits nets avec l’exploitation de ces centrales nucléaires qui ne continuent à fonctionner uniquement parce que les installations sont amorties financièrement. En Allemagne, cette taxe voulue par les écologistes porte ses fruits insidieusement puisque contrairement au cas de figure normal le combustible est devenu tellement coûteux que les mêmes opérateurs se sont massivement reconverti au charbon et en particulier au charbon brun, le combustible fossile le plus polluant et dont le sous-sol germanique est très bien doté.

EOn et RWE ont déposé une plainte auprès du tribunal de Hambourg, du Baden-Wurttemberg et de Munich à propos de la validité constitutionnelle de cette taxe. Peine perdue ! La Cour fiscale du Baden-Wurttemberg a maintenu la validité de la taxe. Si la Cour de Justice Européenne qui a été également saisie à ce propos entérine la validité de la taxe, alors ce sera la porte ouverte à n’importe quel gouvernement d’un pays nucléarisé pour instituer ce type de rançon injustifiée. Or la question est importante car si cette taxe est considérée comme une taxe indirecte sur le prix du kWh fourni aux clients finaux elle est alors illégale car les Etats Européens ne peuvent pas inventer de nouvelles taxes sur l’électricité servant à financer le budget général. Entre parenthèses, en ce qui concerne la France l’ambiguité de l’utilisation des taxes sur le kWh déguisées en augmentations tarifaires (15 % en deux ans) pourrait faire l’objet d’un recours auprès de la Cour Européenne de Justice. Il est peu probable qu’une quelconque association de consommateurs organise un recours auprès de la CJE au sujet des augmentations injustifiées du kWh français. difficile d’imaginer l’INC se lancer dans une telle aventure alors que les chances de succès sont bien réelles.

On en arrive donc à la situation que souhaitaient les écologistes avec la centrale de Grafenrheinfeld, PWR de 1275 MW électriques de 32 ans d’âge construite par Siemens, autant dire ayant à peine atteint la moitié de sa durée de vie telle que définie par la commission allemande de régulation nucléaire, l’équivalent de l’ASN française, qui doit être rechargée en combustible en mai 2015 sera purement et simplement fermée. Elle sera alors, comme on dit, « décommissionnée » et n’apparaitra alors plus dans le bilan d’EOn pour la plus grande satisfaction artificielle des actionnaires car ils seront bien obligés d’oublier le manque à gagner considérable que représentera la fermeture de cette centrale qui aurait pu fonctionner sans problème pendant encore 30 ans.

Malgré le fait que la Cour Administrative Suprême d’Allemagne ait récemment, en janvier, déclaré illégales les fermetures « forcées » de huit réacteurs au lendemain de la catastrophe de Pukushima-Daiichi, il est peu probable, pour le moment en tous les cas, que ces réacteurs soient remis en exploitation mais le cas de la centrale de Grafenrheinfeld ouvre la porte à une nouvelle bataille juridique dont l’issue reste pour l’instant incertaine compte tenu de la durée de l’instruction qui peut durer plusieurs années. Si des évènements géopolitiques défavorables survenaient, il est certain que l’industrie allemande dans son ensemble serait fortement pénalisée, peut-être est-ce le but non avoué des écologistes infiltrés à tous les niveaux du pouvoir allemand. Gageons que Madame Merkel, très attentive à la compétitivité de l’industrie allemande mettra de l’ordre dans cette mascarade et ce gâchis mais on ne peut pas non plus sous-estimer le pouvoir de nuisance des organisations écologistes qui l’ont malheureusement déjà démontré.

Source : The Economist, illustration centrale de Grafenrheinfeld (Wikipedia).

 

Paypal, Amazon, Skype, Google : taxés !!!

La France s’enfonce dans le totalitarisme obscurantiste. En s’en prenant à Google que les services de Bercy veulent taxer, puis à Amazon qui semblerait faire de la concurrence déloyale vis-à-vis des libraires du coin de la rue son argument de vente, il est question également de taxer tout système de téléphonie utilisant Internet comme Skype et c’est maintenant la détention d’un compte Paypal qui est illégale si on ne l’a pas déclaré au fisc. Car le dit compte est domicilié au Luxembourg, un paradis fiscal bien connu des scribouillards du Ministère des Finances au même titre que Guernesey et les Iles Caïman, repère tout aussi notoire de crocodiles de la finance. On a l’impression d’halluciner devant ces attaques répétées contre Internet de la part des ministres et autres magistrats qui n’ont jamais ouvert une page web de leur vie, c’est du moins l’impression que cela donne. On va bientôt taxer les utilisateurs de Google Talk comme ceux de Skype, c’est aussi de la concurrence déloyale. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas taxer les utilisateurs de Wikipedia dont nombre d’articles (en français) sont politiquement incorrects, en d’autres termes pas vraiment dans la ligne idéologique du parti socialo-écolo-marxiste au pouvoir. On va bientôt se retrouver comme en Chine où le gouvernement notoirement marxiste-léniniste (mais pas vraiment écolo) surveille tous les non-membres du parti à l’aide d’une dizaine de millions d’employés dédiés à cette seule tâche. Toutes proportions gardées, il faudra en France 17000 fonctionnaires pour surveiller les agissements illégaux sur Internet afin de respecter la ligne du parti socialo-écolo-marxiste. Tout utilisateur de Google Talk ou de Skype et tout détenteur d’un compte Paypal ou d’autres moyens de paiement électronique sera taxé, c’est décidé, ça va être fait, merci Miss Pellerin merci Mosco ! Comme les écolos en rêvent la France va à brève échéance revenir à l’âge de pierre, on se chauffera avec du bois, on s’éclairera avec des chandelles de suif et Internet sera interdit. Triste avenir ! Comme le dit H16, ce pays est foutu.