La bataille du sable : surréaliste, tout simplement …

Capture d’écran 2018-03-05 à 20.41.54.png

Après le lithium, le nickel et le cobalt il est intéressant de se pencher sur la « pénurie de sable ». Vous avez bien lu ! En Asie les entreprises du bâtiment manquent de sable et pour les écologistes qui se sont naturellement emparés de ce problème c’est – pour eux – alarmant pour ne pas dire terrifiant. Il existe trois sortes de sable et ce n’est pas à première vue une denrée rare. Les déserts sont constitués de quantités colossales de sable mais il ne convient pas pour la construction car il est trop fin : les particules de sable ont été érodées par l’action du vent. Celui des plages conviendrait à peu près malgré le fait que le ressac ait également diminué la granulométrie. Il existe néanmoins des plages, des deltas et des estuaires exploités dans le but d’extraire ce sable qui sera ensuite lavé pour éliminer le sel. Reste le meilleur sable, celui des rivières, le sable que les maçons aiment bien travailler.

Dans le lit des rivières et les dépôts sédimentaires des vallées et des plaines on trouve le meilleur sable propre à la construction. Dans toute l’Asie du Sud-Est, depuis l’Inde jusqu’à la Chine, il y a comme une pénurie de sable de bonne qualité et les entreprises de construction font appel à des fournisseurs qui aux yeux des protecteurs de la nature détruisent l’environnement. Dans la région de Mumbay en Inde les berges et le lit du moindre cours d’eau sont inlassablement fouillés par des castes d’intouchables (ça existe encore, il s’agit de sous-castes plus élevées que celles qui remuent la merde) pour extraire le sable qui sera vendu à bas prix pour assurer la subsistance de la famille. Comme pour le cobalt au Zaïre les enfants participent à cette occupation qui est effectuée le plus souvent la nuit car cette activité est illégale. Dans le delta du Mékong, c’est pire encore selon des organisations écologistes allemandes affiliées à l’Université de Leipzig. La survie de l’ensemble de l’écosystème fragile de ce delta est menacée comme celle du delta du Gange au Bengladesh.

Le lac Poyang en Chine orientale, la plus grande réserve naturelle d’eau du pays, est carrément soumis jour et nuit à des suçeuses gigantesques qui extraient plusieurs dizaines de millions de tonnes de sable chaque année. Les « protecteurs de la nature » sont sur le pied de guerre objectant que ce lac est une importante étape pour les oiseaux migrateurs. Comment va-t-on construire des logements pour faire face à l’afflux continu de migrants en provenance des campagnes depuis qu’un large programme de mécanisation de l’agriculture a été mis en place par le Parti communiste chinois s’il n’y a pas de sable ?

Regardez un building dans une ville où les rues et les autoroutes urbaines ont nécessité du sable, comme les pistes des aéroports. L’édifice a été construit avec du sable, les vitres des grandes baies ont été fabriquées avec du sable et s’il y a des panneaux solaires sur les toits il a fallu aussi utiliser du sable. Le sable est partout et il n’en manque pas sur la planète, il n’en manquera jamais. Sauf que c’est un produit sans valeur et le transporter sur de longues distances est économiquement insupportable. Seules des villes comme Singapour ou Hong-Kong peuvent se permettre d’importer du sable pour accroître la superficie habitable de ces « ville-Etat ». Le sable est devenu un autre domaine de combat pour les écologistes qui se moquent totalement des conditions de vie de centaines de millions de personnes dans la région la plus peuplée du monde et c’est aussi ça qui les dérange, il y a trop d’êtres humains sur la planète. L’horreur.

Illustration : conquête de la mer à Singapour, le sable arrive d’Indonésie. Source Sciencemag

Des parents bilingues, des enfants plus éveillés …

pic1

La ville-Etat de Singapour, peut-être l’un des endroits les plus cosmopolites du monde, a quatre langues officielles, l’anglais, le malais, le mandarin et le tamil. Il n’est donc pas surprenant que de nombreuses familles soient bilingues car l’anglais est, si on peut le dire ainsi, la langue vernaculaire qui permet par exemple aux personnes parlant le malais de converser avec des Chinois ou des Européens. Singapour est aussi l’un des pays du monde avec le plus haut standard de vie et l’excellence de son système de santé est tel que le « tourisme médical » constitue une véritable industrie pour le pays. Mais ce dernier point n’est pas l’objet de ce billet. Tous les sujets relatifs à la santé des individus sont étudiés et la dernière étude réalisée sur une cohorte de 114 enfants suivis dès la naissance s’est intéressée au développement cognitif au cours des premiers mois de la vie. La moitié des enfants étaient issus de couples bilingues et l’étude a consisté à détailler les facultés cognitives des enfants à l’âge de six mois et comparer les résultats obtenus lors de tests visuel très simples sur la base du bilinguisme ou au contraire du monolinguisme.

Il est apparu que les enfants de ménages bilingues montraient dès cet âge précoce une plus grande curiosité quand on leur montrait des images et cette préférence pour les objets nouveaux est directement corrélée, selon des études précédentes, à des performances cognitives dans de nombreux domaines ainsi que l’apprentissage de plusieurs langues, avec plus tard des tests de QI plus performants. L’étude a été entourée de toutes les précautions méthodologiques nécessaires pour pouvoir objectivement établir des différences significatives car il faut rappeler que cette étude a été réalisée sur des enfants âgés de six mois ! Un enfant de six mois dans un ménage bilingue n’apprend pas seulement deux langues différentes. Son cerveau doit s’habituer à faire la différence entre les deux langues parfois très différentes. On ne peut pas dire que le malais et l’anglais puissent présenter même des phonèmes communs … Les enfants doivent donc disposer très précocement d’une plus grande efficacité dans l’analyse cérébrale des informations et donc plus tard de facultés cognitives largement améliorées en comparaison des enfants de couples ne parlant qu’une seule langue. Pour un adulte, apprendre une nouvelle langue peut constituer un véritable pensum. Et on a tendance à imaginer que chez l’enfant il doit régner une véritable confusion dans sa « petite tête » si ses parents ne parlent pas la même langue. Ce n’est absolument pas le cas comme le confirme le Professeur Leher Singh, coauteur de l’étude, ces enfants tirent d’immenses bénéfices de cette expérience qui leur est imposée par les faits pour leur avenir. Parallèlement à ces évaluations des réactions cognitives, l’organisme appelé GUSTO impliqué en profondeur dans le suivi des enfants dès leur naissance a également développé des environnements favorables pour ces enfants afin de suivre par résonance magnétique nucléaire leur activité cérébrale sans qu’ils soient soumis à une quelconque sédation et également à les habituer à porter épisodiquement quelques heures par jour le complexe équipement permettant de suivre leur activité cérébrale par électro-encéphalographie afin d’affiner les résultats obtenus toujours très difficiles à apprécier avec des sujets âgés de six mois. Même si l’échantillon d’enfants était de faible taille, il ressort clairement que les enfants vivant dans un environnement bilingue étaient systématiquement « plus éveillés » que les autres enfants.

Source : Singapore Agency for Science, Technology and Research, http://www.a-star.edu.sg/Media/News/Press-Releases/

A vos masques !

cD1hMWQzNjMzZjJkNWM5Y2U3ZWZiOGQ2OWU5NTQ4YTVjZiZnPTRiY2IwNDc0MTQ2NzhjZTU5ZjZmMmZiNDg2ZGQyNDNm

Nouvelles de la grippe.

Pas vraiment rassurant d’apprendre qu’un chirurgien chinois résidant à Shanghai soit mort de la grippe provoquée par le virus de type H7N9 il y a quelques jours et la mort d’un autre malade dans la même ville la même semaine dernière. Ce chirurgien n’avait jamais été en contact avec des gallinacés vivants selon sa famille. Mais il avait été en contact plus ou moins proche avec des patients souffrant de grippe dans le service de pneumologie de l’hôpital où il exercait. Il s’agirait apparemment du deuxième cas avéré de transmission interhumaine en Chine.

Au Viet-Nam, deux nouveaux cas mortel de H5N1 …

Les autorités de Singapour redoutent une amplification de la grippe à l’occasion du Nouvel An chinois et envisagent des mesures de quarantaine pour tous ses ressortissants en provenance de Chine.

Dans l’Indiana, l’épidémie de grippe qui sévit depuis le vortex polaire (pour cause de réchauffement climatique) a déjà occasionné onze décès sans précision sur la souche du virus, en Caroline du Sud 9 décès et la liste s’allonge.

Les autorités sanitaires chinoises sont donc sur le qui-vive car si la transmission interhumaine s’accélérait de nombreuses provinces du pays pourraient être touchées en raison des immenses mouvements de population lors du Nouvel An le 31 janvier prochain. Le seul moyen pour éventuellement se protéger est de porter un masque.

Sources : Reuters et AFP 

Le travail c’est la santé

koreahongkongusworkannualwork

Vu dans Business Insider, l’évolution du temps de travail annuel pour quelques pays dans le monde. Dans la partie basse de la figure se trouvent trois pays où on ne travaille pas tant que ça : les USA (bleu), l’Allemagne (vert) et la France (rouge). Pour la France, on remarquera que l’impact des « 35 heures » n’a pas eu d’effet visible sur le lent déclin des heures travaillées dans l’Hexagone. Les Américains travaillent 200 heures de plus que les Français mais les Allemands, en moyenne, travaillent presque cent heures de moins que les Français, surprenant n’est-ce pas ! Pas tant que ça parce que les Allemands jouissent d’un peu plus plus de congés que leurs voisins Français. Dans la partie haute du graphique, on trouve la Corée (rouge), Singapour (brun) et Hong-Kong (violet). Les Coréens travaillent 700 heures de plus par an que les Français ou les Allemands, tout de même 14 heures environ de plus par semaine qu’un Français moyen. Le calcul n’est pas tout à fait exact parce que les Coréens, comme beaucoup de pays d’Asie, y compris le Japon, ont peu de jours de vacances mais il est bien connu que le travail est le seul moyen de créer de la richesse, il est donc facile de comprendre que l’économie coréenne est plus dynamique, et de loin, que l’économie française. Quant à Singapour et Hong-Kong, des villes-Etats, je ne me hasarderai pas à faire des comparaisons peu significatives. Au début des années 80, les Américains, les Allemands et les Français travaillaient en moyenne à peu près autant. Puis les heures travaillées ont alors décliné tant en France qu’en Allemagne alors qu’aux USA la durée du travail est restée stable. Si on compare alors les économies de ces trois pays, les USA sont resté et sont toujours la première puissance économique du monde, l’Allemagne a su tout mettre en œuvre pour améliorer la productivité de ses entreprises afin de préserver le dynamisme de son tissu industriel et l’économie française au contraire a décliné comme ont décliné les heures travaillées, la compétitivité des entreprises françaises n’ayant pas pu s’améliorer en raison de leur faible rentabilité, sans profits pas d’investissements et donc pas d’amélioration de la productivité.  

On va bientôt se faire « enchyprioter », sauve qui peut !!!

Voici une dépêche d’agence datée de ce dimanche 17 mars à 11h13.

Will Italy and Spain also face 10% confiscation on bank deposits ?

Main comments from Lars Christensen, CEO at Saxo Bank :

 *** « The confiscation of 6.75 percent of small depositors money and 9.9 percent of big depositors funds is without precedence that I can think of in a supposedly civilised and democratic society. But maybe the European Union (EU) is no longer a civilised democracy? »

 

*** « This is a breach of fundamental property rights, dictated to a small country by foreign powers and it must make every bank depositor in Europe shiver. » 

*** « If you can do this once, you can do it again. if you can confiscate 10 percent of a bank customer’s money, you can confiscate 25, 50 or even 100 percent. I now believe we will see worse as the panic increases, with politicians desperately trying to keep the EUR alive. »

*** « Depositors in other prospective bailout countries must be running scared – is it safe to keep money in an Italian, Spanish or Greek bank any more? I dont know, must be the answer. Is it prudent to take the risk? You decide. I fear this will lead to massive capital outflows from weak Eurozone countries, just about the last thing they need right now. »

*** « This is a major, MAJOR game changer and the fallout will be with us for a long time to come. I believe it could be the beginning of the end for the Eurozone as this is an unbelievable blow to the already challenged trust that might be left among investors. »

*** « Market reaction? it must be very good for gold and for safe-haven countries like Switzerland, Singapore and economically more healthy non-Euro contries in, for example, Scandinavia. »

*** « This is full-blown socialism and I still cannot believe this really happened. »

Lars Christensen est clair ! Atteinte directe et concertée à la propriété individuelle et qui plus est avec l’assentiment concerté et prémédité des autorités chypriotes, de la Commission européenne et du FMI. L’histoire ne dit pas si seuls les résidents seront taxés (le sont déjà de facto) ou si tous les comptes des non-résidents le seront aussi. Dans ce dernier cas, il risque d’y avoir des remous dans la banlieue de Saint Petersbourg puisque les dépôts russes de toutes odeurs et couleurs représentent près de 50 % du PIB du pays. Mais comme les soldats et autres britanniques résidant à Chypre (il y a une très grosse base militaire anglaise dans l’île) ne seront pas assujettis à cette arnaque « légale » dixit le 10 Downing Street ce matin, il est probable que les Russes échapperont à la taxe inique décidée par Bruxelles.

Le CEO de Saxo Bank se demande quand ce sera le tour de l’Espagne, du Portugal et pourquoi pas de la France (c’est moi qui ai ajouté la France) mais le plus grave dans ce coup tordu inventé par des technocrates replets et embrumés par des vapeurs de schnapps c’est l’immédiate perte de confiance des investisseurs étrangers qui vont fuir les pays dits maintenant à risque (PIIGS + France) et ce sera une catastrophe pour initier une timide relance dès lors morte dans l’oeuf.

Il faut enfin ajouter que ce hold-up concerne tous les comptes de dépôt, c’est-à-dire y compris ceux des entreprises. Je ne parierai pas une demi-roupie sur l’avenir économique de Chypre … Attendons de voir la réaction des marchés lundi matin, il pourrait y avoir des surprises !