Actualité : du Viagra administré à des femmes enceintes

Capture d’écran 2018-07-29 à 16.33.11.png

Une information qui a fait la une de nombreux journaux n’avait pas lieu d’être montée « en épingle » comme cela a été le cas. Il s’agissait d’un essai clinique relatif à l’utilisation du sildenafil, vasodilatateur plus connu sous le nom de Viagra. Toutes les jeunes femmes étaient âgées d’un vingtaine d’année, enceintes de quelques semaines, la plupart pour la première fois, et le corps médical avait diagnostiqué un retard pathologique de croissance du foetus dès la fin du troisième mois de grossesse. Il s’agit d’un syndrome concernant environ 0,5 % des grossesses qui conduit soit à un accouchement prématuré avec une chance de survie de l’enfant d’à peine 50 % ou d’enfant mort-né.

La cause de ce syndrome est supposée être une mauvaise irrigation sanguine du placenta ou du foetus lui-même. Administrer un vasodilatateur à la mère semblait logique pour améliorer cette irrigation sanguine et des essais cliniques ont débuté dans ce sens il y a plus de deux années dans divers pays. Il se trouve que les essais n’ont pas été vraiment concluants puisqu’il y a eu à peu près autant de fausses-couches et d’enfants morts-nés ou décédés peu après la naissance dans le groupe de femmes à qui avait été administré trois doses de 25 mg de sildenafil par jour en regard du groupe témoin n’ayant reçu qu’un placebo pour ce qui concerne l’essai clinique réalisé aux Pays-Bas. Dans le premier groupe il y a eu 11 décès et dans le groupe témoin seulement 9, une différence non significative qui, en elle-même, montre que le sildenafil ne constitue pas un traitement approprié pour ce syndrome de retard de croissance du foetus.

Mais il ressort aussi que depuis que cette molécule n’est plus protégée par des brevets le corps médical et les laboratoires pharmaceutiques en cherchent tout de même encore d’autres débouchés que les troubles d’érection chez l’homme même si ceux-ci sont limités. Si on considère le prix du sildenafil générique – 100000 dollars le kilo en pharmacie au détail, 4 fois plus cher que l’or – vendu en comprimés de 100, 50 et 25 milligrammes il est facile de comprendre pourquoi les laboratoires cherchent de nouveaux débouchés pour ce produit …

Source et illustration : livescience.com

Note. Le sildenafil agit indirectement sur le flux sanguin au niveau du pénis. La cible de ce produit est un enzyme qui dégrade le GMP cyclique, un important composé appelé régulateur métabolique par les biologistes. L’excitation sexuelle fait d’abord apparaître l’un des « régulateurs » les plus simple, l’oxyde nitrique NO, une molécule qui active l’enzyme produisant le GMP cyclique à partir de GTP (guanosine-triphosphate) dans le corps caverneux du pénis mais également dans tout le corps puisque c’est un puissant vasodilatateur. Plus il y a de NO plus le pénis va donc se remplir de sang mais l’excès de GMP cyclique, le signal secondaire, est également éliminé par une phosphodiestérase (type 5) qui dégrade ce GMP cyclique qui comme dans d’autres organes, en particulier les poumons, provoque une vasodilatation et donc un afflux de sang. Le bloquage de cet enzyme par le sildenafil favorise donc une érection durable du pénis.