Amnistie pour les faucheurs de maïs OGM !

Pourquoi le gouvernement a-t-il refusé le projet de loi voté par le Sénat à majorité socialo-écolo-communiste (on est mal barré, il faut supprimer le Sénat !) relatif à l’amnistie des voies de fait perpétrées par les syndicats pour « défendre » les droits des travailleurs ? Quand j’écris voies de fait, il s’agit d’actes répréhensibles selon la loi, destruction de biens publics, par exemple des bancs ou des réverbères payés par les contribuables faut-il le rappeller, destruction ou endommagement de biens immobiliers publics ou privés, et en dernier lieu atteinte au droit du travail ce dont la CGT, parmi d’autres syndicats, est spécialiste en la matière. Le Sénat à majorité trotskyste et marxiste a voulu passer l’éponge.

Les Verts ont voté en bloc pour ce projet de loi, mais c’est bien sûr ! Ils veulent que les faucheurs de plantes génétiquement modifiées soient aussi amnistiés, en premier lieu le José national qui n’est pourtant pas sénateur mais un planqué à vie ou presque au parlement européen. A cette occasion, le sénateur Placé a donc dévoilé sa prise de position, amnistie pour les faucheurs de maïs OGM, sur France Inter aujourd’hui au cours du journal de 13 heures ! Bravo à France Inter pour sa lourde responsabilité journalistique impartiale ! Naturellement Placé ne figurait pas sur le Mur des Cons, brillante illustration du sectarisme de ce syndicat (le syndicat de la magistrture) qui est une directe émanation des pressions exercées par le parti communiste sur le régime de Vichy avant qu’Hitler récuse le pacte germano-soviétique le 22 juin 1941 avec l’opération Barberousse. Car entre l’invasion de la France par les troupes d’Hitler et l’installation du gouvernement français en zone libre à Vichy en juillet 1940 et le 22 juin 1941, le parti communiste français soutenait le régime nazi et s’est empressé de faire passer en sous-main des lois (ordonnances) durant cette période puisqu’il avait été interdit en septembre 1939 en raison de ses sympathies pour le régime nazi alors allié des Soviétiques et toutes ces décisions plombent encore la société française de nos jours et ce même parti communiste, pour se refaire une réputation, après avoir collaboré avec les Allemands, a trouvé plus opportun de changer de veste et d’entrer dans la résistance pour encore mieux ensuite imposer ses idées à la libération avec les ordonnances dites de 1945. Autant les journalistes que les politiques ont la mémoire bien courte car ils oublient de relire l’histoire telle qu’on ne l’enseigne plus dans les collèges et les lycées par idéologie marxiste fascisante. Pour trouver quelques informations sur cette période glauque de l’histoire de France, encore une fois il faut aller sur des sites anglo-saxons. On comprend alors quelle est la teinte du syndicat de la magistrature, directe émanation du corporatisme du régime de Vichy, ainsi que celle du sénateur Placé qui rêve de revenir au rutabaga et à la lampe à huile. 

Dernière minute : la CGT soutient « le Mur des Cons », CQFD …