La dérive scientologique, ce n’est pas un vain mot !

 

Les Américains sont les champions de la désinformation et ils le prouvent chaque jour. Il semblerait selon un récent sondage que 80 % des Américains préféreraient que leurs ressortissants revenant de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique en général soient autoritairement mis en quarantaine, on ne sait jamais ! Des parents d’élèves d’une école de l’Oklahoma ont exigé qu’un de leurs professeurs revenant du Rwanda soit mis en quarantaine parce qu’il revenait d’Afrique, donc potentiellement porteur du virus Ebola. Il en a été de même d’une jeune fille revenant du Nigeria dont on a exigé la mise en quarantaine alors que le Nigeria a officiellement reconnu être indemne de la fièvre en question. On est à la veille des élections mi-mandat aux USA et les esprits s’échauffent … pour rien. Mais il y a pire, en Louisiane, Etat américain où l’enseignement du créationisme est obligatoire dans les écoles, mais si, c’est vrai, un congrès sur les maladies tropicales prévu à New-Orleans a été annulé in extremis par les politiciens du coin parce qu’ils redoutaient l’arrivée de praticiens conférenciers ayant récemment séjourné en Afrique de l’Ouest, ce congrès étant de par la situation actuelle presque entièrement consacré à la fièvre hémorragique sus-nommée. On est en Louisiane, un état où la pratique du Voodoo est courante, c’est dire à quel point on régresse dans cet Etat. Les autorités politiques locales considèrent ouvertement que les doctrines alternatives ont autant de valeur que la science reconnue partout ailleurs qu’en Louisiane et qui serait entre les mains des « impérialistes », c’est dire à quel point le délire a envahi tous les esprits.

À Londres c’est presque le même délire, des mouvements issus d’on ne sait où organisent des campagnes contre le fluor dans l’eau du robinet, contre la vaccination, mais contribuent au même type de propagande en faveur de l’homéopathie ou du changement climatique. On se trouve donc confronté à la profondeur du scientisme, une nouvelle discipline consistant à déformer des faits scientifiques pourtant prouvés et incontestables à des fins politiciennes et idéologiques. La stratégie consiste à rapprocher des faits sans corrélation les uns avec les autres et en déduire par un savant amalgame un résultat totalement erroné. L’un des exemples les plus frappants dans cette manière d’apprécier des phénomènes globaux est de se concentrer sur un minuscule point du globe, d’observer ce qui s’y passe et d’extrapoler à l’ensemble de la planète les données collectées comme par exemple la fonte d’un glacier particulier de la chaine himalayenne choisi sachant qu’il régresse légèrement alors que la plupart des autres glaciers de la région progressent ou restent stables depuis 20 ans.

J’ai cité une étude sur le lait il y a quelques jours sur ce blog et l’étude se valide elle même par le grand nombre de personnes étudiées aux yeux de l’observateur non initié ou dont l’esprit critique a été laissé de côté. Il est facile de conclure que telle ou telle habitude alimentaire est néfaste en isolant un paramètre parmi des dizaines d’autres et de ne considérer que celui-ci alors que le comportement d’un individu est multi-factoriel.

Le dernier aspect de la « novscience » est l’utilisation le plus souvent abusive de la modélisation mathématique surtout quand cette modélisation repose sur une multitude de paramètres indépendants les uns des autres ou pire encore s’ils sont liés. Un modèle repose par définition sur le choix des conditions initiales, or le choix de ces dernières devrait être dicté par une stricte honnêteté scientifique. C’est malheureusement rarement le cas et le modélisateur s’arrange pour faire dire au modèle ce qu’il attend afin de confirmer une hypothèse dont on connait ainsi la vérification avant même de l’avoir formulée. Si les ingénieurs de l’aéronautique appliquaient les même principes que certains « scientistes » les avions seraient incapables de voler ! Quand ces ingénieurs ont commencé à songer à l’Airbus A380, ils n’ont jamais réalisé d’essais en soufflerie sur des maquettes, tout est maintenant modélisé mais pas dans le but de vérifier une hypothèse, seulement afin de calculer la forme des pièces du fuselage ou de l’empennage, l’emplacement des rivets ou la puissance des moteurs.

Inutile de revenir sur les manipulations honteuses de Séralini qui constituent l’en des exemples les plus évidents de la déformation de la science par l’idéologie … En parcourant la littérature scientifique on peut trouver des milliers d’exemples de pseudo-science, il faut souhaiter que tout ce fatras tombera vite dans l’oubli car dans le cas contraire c’est l’avenir même de l’humanité qui est menacé.

L’Eglise de Scientologie Climatique

Le mot « science » utilisé pour nommer les travaux et les méthodes de Galilée, Newton ou encore Einstein a aussi été utilisé pour rationaliser les politiques les plus destructives de l’histoire de l’humanité comme le socialisme et le contrôle des populations. Par exemple, les Nazis ont utilisé le terme « science » pour justifier l’eugénisme et l’Holocauste de races « scientifiquement inférieures ». Il est vrai que quand on fait ce genre de rappel de l’histoire on éprouve quelques frissons d’horreur. Et pourtant, comme Lyssenko en Russie soviétique qui considérait que le socialisme était transmissible génétiquement, directe allusion à l’eugénisme, les Nazis ont utilisé la « science » pour justifier leurs exterminations de masse.

Comment se protéger contre de tels abus au nom de la science ? Tout simplement en étant capable de distinguer les vrais scientifiques de ceux qui utilisent la science à des fins idéologiques. Cette attitude paraît simple et pourtant les « utilisateurs » de la science à des fins idéologiques considèrent celle-ci comme faisant infailliblement autorité et qu’en conséquence elle doit être aveuglément admise comme vraie par le public. Les vrais scientifiques au contraire considèrent la science comme un ensemble de méthodologies qui doivent être expliquées soigneusement au public. C’est un peu le but que j’essaie d’atteindre dans mon blog sans aucune prétention de ma part, gardant toujours un coup d’oeil critique sur les informations que j’analyse ou que j’ose commenter.

Dans cette démarche « scientologique », entendons-nous bien sur ce terme qui signifie qu’il ne s’agit plus de science stricto sensu mais d’une utilisation de cette dernière à des fins idéologiques ou politiques, le consensus de la scientologie du climat, donc, en arrive à la conclusion « scientifiquement prouvée » qu’il faut mettre un grand coup d’arrêt à l’exploitation des combustibles fossiles, le moteur économique du monde. Comment les adeptes de cette Eglise en sont arrivé là ? D’abord ils manipulent le langage, comme les socialistes de la Russie soviétique et les Nazis le pratiquaient en maîtres. Si on vous pose la question suivante : « Niez-vous le changement climatique ? » Si votre réponse est « non » vous êtes vous-même un adepte de l’Eglise de Scientologie Climatique. En effet, personne ne peut nier que le climat est immuable. Sur le long terme, tous les paléo-climatologues l’affirmeront, le climat n’a jamais été une constante mais a toujours varié au cours du temps …

Si on entre dans la phraséologie scientologique, on nage alors dans le sophisme le plus élaboré. Le terme « changement climatique » est utilisé pour signifier tout et n’importe quoi depuis « les changements climatiques » que personne ne peut nier à la vue des analyses des carottes glaciaires de l’Antarctique ou du Groenland, par exemple. Mais ce même terme de « changement climatique » sous-entend que nous impactons par nos habitudes de consommation le climat, au moins pour une très faible part, que nous soyons des tribus Burkinabé en train de faire cuire du mil avec des branchages en Afrique sub-saharienne ou un randonneur au volant de son Hummer sur les petites routes de la Sierra Californienne. Que nous impactions le climat même de manière infime , nous ne pouvons que le reconnaître. Est-ce que l’activité humaine modifie le climat dans le bon sens ? On peut répondre que c’est possible. Est-ce que nos activités font que le climat risque de devenir carrément dangereux ? Peu de gens y croient parce qu’il y a toujours des hivers froids, des printemps pourris et des étés caniculaires. Le bon sens populaire devient alors difficile à infléchir. Pour finalement convaincre les sceptiques, les membres de l’Eglise de Scientologie Climatique vous déclareront que « nous faisons tout pour que le climat devienne beaucoup plus dangereux et la seule réponse est d’arrêter de brûler des combustibles fossiles mais aussi (et de manière totalement incohérente) de cesser l’usage de l’énergie nucléaire ainsi que l’hydroélectricité qui perturbe l’environnement et de se concentrer sur les énergies non détrimentales pour le climat comme les éoliennes et l’énergie solaire ».

Les scientologistes du climat se font donc les avocats du vent et du soleil et comme ils n’ont pas vraiment d’arguments pour donner une certaine crédibilité à leur choix irrévocable des énergies éoliennes et solaires, même si ces dernières sont économiquement catastrophiques, ils en reviennent à leur leitmotiv « le changement climatique ». C’est exactement de la même veine que lorsqu’un partisan de l’eugénisme considère sa position comme étant « une évolution », c’est ce qu’ils firent d’ailleurs au milieu du XXe siècle, que ce soit en Allemagne nazie ou en Russie soviétique. Il fallut l’intervention de nombreux penseurs et scientifiques pour dénoncer cette déviance immonde comme il faut dès aujourd’hui que les scientifiques s’unissent pour combattre ces scientologistes du climat.

Les Scientologistes du climat n’admettront jamais leurs erreurs. Comme il est de coutume, le mensonge appelle le mensonge car dès l’instant où on s’est emprisonné dans une dialectique erronée il n’y a plus d’autre choix que de tenter par tous les moyens, y compris la dissimulation des évidences scientifiques, de masquer ces mensonges et ces déformations de la vérité scientifique. C’est ce que fit Lyssenko durant toute sa carrière officielle au près du Soviet Suprême, c’est ce que firent Goehring et surtout Goebbels, le propagandiste du Troisième Reich, auprès d’Hitler …

L’argument central des scientologistes du climat repose sur l’hypothèse que le CO2 est l’élément majeur du changement climatique, de telle sorte, faut-il le noter, q’un accroissement de la teneur en ce gaz de 0,03 à 0,04 % dans l’atmosphère nous conduit au bord de la catastrophe. Une question toute simple qu’on peut se poser est la suivante : « Est-ce que cette augmentation est en accord avec les observations ? » Mais comme les prédictions des scientologistes du climat reposent uniquement sur des modélisation numériques la question pertinente est alors : « les modèles de prédiction peuvent-ils vraiment prédire le climat ? ». La réponse est définitivement NON. Tous les modèles ou simulations réalisées ces quinze dernières années n’ont jamais été à même de prédire une surprenante stabilisation de la température sur l’ensemble de la planète durant cette même période, quelles que furent les conditions initiales de ces modélisations qui, rappelons-le ici, ont nécessité des milliers d’heures de calcul sur les ordinateurs parmi les plus puissants du monde pour en arriver à un résultat aussi médiocre.

Ainsi donc, on aurait pu s’attendre à ce que ces scientologistes du climat réunis il y a quelques semaines à Stockholm pour leur grand-messe aient eu le courage de faire amende honorable. Il n’en fut rien et bien au contraire ! Pour ne pas se dédire ils ont formulé de nouvelles prédictions apocalyptiques du genre 6 degrés de réchauffement global à la fin du présent siècle. Leur argument plus que spécieux repose sur la simple affirmation que « puisque des experts en climat l’ont dit, c’est donc vrai » et si on ne les croit pas c’est tout simplement parce qu’on n’y connait rien et qu’on n’y comprend rien et qu’on n’a qu’à se taire … Il est donc urgent que chacun puisse se faire une opinion en analysant ou au moins en comparant aussi objectivement que possible les données scientifiques réelles et non pas croire comme un dogme au changement climatique tel que les scientologistes du climat le prétendent. Car en définitive le climat de la planète est intimement lié à l’activité solaire dont l’évolution dans le temps est à peine décryptée. Tout ce que l’on peut avancer avec certitude aujourd’hui, c’est que le soleil devrait entrer dans une phase de sommeil dont on ne connait pas avec précision la durée avec par conséquent un refroidissement de l’ensemble de la planète. Une éruption volcanique cataclysmique pourrait aussi aggraver la situation durablement … Mais ça, les scientologistes du climat feignent de l’ignorer …

Billet librement inspiré d’un article paru dans Forbes. Autres liens pour alimenter la contradiction :

http://www.foxnews.com/opinion/2011/06/03/four-dirty-secrets-about-clean-energy/

http://www.pnnl.gov/news/release.aspx?id=1020