Nouvelles du Japon : le sanctuaire de Yasukuni.

DSCF6865 - copie.JPG

Situé près du Palais impérial le sanctuaire shinto de Yasukuni a célébré cette année son 150e anniversaire, une date importante pour les Japonais puisque la guerre civile qui sévit dans le pays de 1868 à 1869 entre le shogun et ses soutiens et les partisans du tout nouvel empereur Meiji (moins connu sous le nom de Mutsuhito) qui accéda au trône du chrysanthème le 12 septembre 1868. Le règne de Meiji ouvrit le Japon au monde extérieur et à la modernité. Les âmes des victimes de la guerre civile appelée guerre de Boshin qui favorisa la suprématie de l’Empereur sur le shogun furent confiées aux dieux dans ce sanctuaire. La tradition voulut ensuite que les sujets de l’Empereur morts au combat eurent droit à des célébrations en leur mémoire depuis la guerre de Boshin jusqu’à la première guerre du Vietnam.

En effet, cet épisode de guerre au cours de laquelle furent impliqués quelques 5000 militaires japonais est peu connu. Il s’agissait de cadres de l’armée impériale qui eurent honte de retourner dans leur pays défait par les Américains et les Anglais à la fin de la deuxième guerre mondiale lorsque l’Empereur abdiqua. Ils servirent de conseillers pour le Viêt Minh et leurs âmes sont vénérées dans le sanctuaire Yasukuni.

DSCF6868 - copie.JPG

Ce sanctuaire fait l’objet de controverses de la part de la Corée et de la Chine quand le Premier ministre vient y effectuer ses dévôtions traditionnelles à tous les « morts pour l’Empire ». Il faut cependant souligner que la vraie signification de ce sanctuaire est l’ère Meiji et la modernisation du Japon avec son ouverture vers le monde extérieur. Voici quelques clichés de cet endroit hautement symbolique pour tous les Japonais qui viennent s’y recueillir pour se souvenir des combattants qui construisirent le Japon d’aujourd’hui depuis 1869 jusqu’en 1954.

DSCF6866 - copie.JPG

DSCF6869 - copie.JPG

DSCF6871 - copie.JPG

DSCF6875 - copie.JPG

Chronique du Japon

bieber-21

J’ai visité le sanctuaire shinto Yasukuni il y a quelques années car il fait partie des beaux sanctuaires de Tokyo. Il se situe dans un endroit aéré d’où on a une vue sur la ville assez agréable et le dépouillement est presque austère contrairement aux temples bouddhistes dont j’ai eu une indigestion à Bangkok. Ce sanctuaire conserve les mannes des guerriers japonais qui ont, avec patriotisme défendu leur pays, comme les grognards de Napoléon ont défendu les intérêts de l’Empire et comme les GI ont protégé la bannière étoilée. On ne va pas refaire l’histoire, c’es inutile. Toutes les guerres engendrent leurs lots d’atrocité et ce n’est pas parce que le vainqueur de la deuxième guerre mondiale, nommément les USA, a organisé un procès et condamné des militaires japonais pour crimes contre l’humanité et des Allemands pour le même genre de crime qu’il faut soixante-neuf ans après ces évènements particulièrement sombres pour l’ensemble de l’humanité remuer la merde.

Les politiciens japonais se rendent traditionnellement dans ce sanctuaire et cette démarche n’a strictement rien de politique et n’est nullement la conséquence d’un renouveau nationaliste ou militariste, c’est une tradition, point à la ligne. Le Président de la République française va se prosterner trois fois par an sur la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe, l’emblème en plein cœur de Paris des exactions multiples des armées françaises dans toute l’Europe. Allez-y, retrouvez les noms des victoires des armées de voyous qui combattaient pour la grandeur de la France et qui ont massacré jusqu’au dernier vivant des villages et des villes entières depuis l’Espagne jusqu’à la Russie. Quand les Américains, après avoir incendié Tokyo, plus de 400000 morts, et largué deux bombes nucléaires sur le sud, se sont refait une bonne conscience en condamnant pour crime de guerre quelques soldats japonais, puisqu’ils étaient vainqueurs ils avaient raison et n’étaient pas eux-mêmes des criminels. Ben voyons !

Combien de villages coréens puis vietnamiens ont été anéantis au napalm et au phosphore par ces valeureux guerriers aux mains blanches ? Les Américains criminels de guerre ? Bien sûr que non, il ne faudrait tout de même pas inverser les rôles. Toutes les guerres sont par essence criminelles, j’aimerais bien que quelqu’un me prouve le contraire. Les rois très catholiques espagnols avaient les mains couvertes de sang, ont-ils été condamnés pour crimes de guerre ? Bien sûr que non, ils violaient les femmes, exterminaient les enfants et suppliciaient les adultes au nom de la religion. Les Américains ont massacré dans des conditions effroyables des populations partout dans le monde au nom de la démocratie et de la liberté. Ils étaient en guerre contre le Japon et ils ont commis les pires atrocités contre les Japonais lors de la reconquête du Pacifique. Ils étaient vainqueurs donc blanchis. Les Américains criminels de guerre ? Vous voulez rire !

Alors, qu’on arrête d’être faux-culs, les Chinois et les Coréens en premier lieu et que les Américains reconnaissent que eux aussi sont des criminels de guerre, que les Russes reconnaissent que Staline était un criminel, que les chinois reconnaissent que Mao était aussi un criminel, et que le sanctuaire Yasukuni ne soit plus qu’un lieu de recueillement au même titre que l’Arc de Triomphe à Paris, le cimetière d’Arlington près de Washington et bien d’autres monuments commémoratifs des atrocités sans nom que l’humanité est capable de commettre sans état d’âme.

Photo de Justin Bieber via Business Insider

Faites l’amour, pas la guerre …

Deux ministres japonais se sont rendu comme c’est la coûtume au moment de la « Golden week » au sanctuaire Yasukuni où reposent les cendres de milliers de Japonais morts pour leur pays et dont quelques criminels de guerre déclarés tels par les USA après l’armistice de 1945. Chaque fois que des officiels japonais se rendent dans ce sanctuaire pour y honorer la mémoire des morts pour la patrie il y a une levée de boucliers de par le monde et en particulier depuis la Chine et la Corée du Sud. Pourtant, quand on va visiter l’Arc de Triomphe, qui comme son nom l’indique célèbre toutes les victoires napoléoniennes, on est étonné justement de voir tous ces noms représentant autant de morts, civils ou militaires, mais aussi de femmes violées par les grognards, de maisons mises à sac et incendiées, de villages entiers détruits, de bétail décimé et d’objets de valeur volés. La guerre, c’est la guerre ! Mais après deux cent ans ou soixante dix ans, quelle différence, qui sont les criminels, les violeurs et les voleurs et qui sont les vrais soldats intègres et soucieux de leur devoir ? La guerre, ce sont des crimes reconnus et encouragés par la loi. Il en était ainsi du temps de Napoléon et également du temps de l’empereur Hiro Hito. Napoléon était un guerrier, Hiro Hito était dans son palais et laissait faire ses généraux. Quelle différence entre deux ministres qui vont au sanctuaire Yasukuni et le Président français allant déposer une gerbe le 14 juillet et raviver la flamme sur la tombe d’un soldat inconnu qui était peut-être aussi un violeur et un assassin, un soldat inconnu pour que l’armée puisse ainsi avoir bonne conscience ? L’homme est depuis la nuit des temps avide, aggressif, cupide et envieux. N’est-ce pas ce travers humain peu glorieux qu’on célèbre en France le 14 juillet et le premier jour de la Golden Week à Tokyo ?

Faites l’amour, pas la guerre, disaient les marginaux du campus de Berkeley en pleine guerre du Vietnam … mais la nature humaine n’a pas changé et on continue et continuera à guerroyer partout dans le monde.