La Russie se positionne dans l’énergie nucléaire au niveau mondial

Capture d’écran 2018-05-19 à 16.00.25.png

Décidément les pays occidentaux se font damer le pion par la Russie et la Chine dans le domaine de l’énergie nucléaire et c’est bien regrettable. Les Etats-Unis avaient été les premier à « vulgariser » l’usage civil de l’atome puis arrivèrent la France et la Grande-Bretagne et dans le même temps ce qui était alors l’Union Soviétique. Après l’accident de Three Miles Island les USA freinèrent leurs ambitions « électro-nucléaires » puis l’accident de Tchernobyl fit monter les écologistes au créneau et seule la France en Occident continua son programme électro-nucléaire domestique, les Allemands (Siemens) considérant que toutes précautions prises des accidents pouvaient encore survenir. Il faut rappeler ici que les deux accidents mentionnés ci-dessus furent provoqués par des erreurs humaines mais malgré ce fait avéré les politiques énergétiques s’orientèrent au moins en Europe vers le gaz naturel tout en réservant une grande place au charbon. La Chine, compte tenu de son évolution économique fulgurante datant des années 1990, s’orienta résolument vers le nucléaire avec l’aide de la Russie qui n’avait jamais mis en veilleuse son industrie liée à l’usage civil de l’atome.

Aujourd’hui, forte de sa technologie robuste et bien sécurisée de son réacteur à eau pressurisé AP1000, la Russie a conclu, lors de la Conférence Internationale AtomeXpo qui s’est tenue à Sochi il y a quelques jours, des projets de collaboration dans les domaines électro-nucléaire et des applications médicales et industrielles hors énergie avec le Chili, la Chine, Cuba, la Finlande, la Hongrie, l’Iran, l’Italie, le Kazakhstan, l’Arabie Saoudite, la Serbie, l’Espagne et la Zambie tout en réaffirmant sa collaboration étroite avec la Chine dans les domaines des combustibles, des équipements de sécurité et de la surrégénération. La Turquie s’est déjà engagée dans le financement d’une installation.

Le partenaire russe est donc Rosatom et ses filiales spécialisées dans les domaines du nucléaire autres que l’énergie. Autant dire que tous ces pays vont donc échapper tant aux Allemands qu’aux Français dont le savoir-faire dans ces technologies s’effondre ou est sur le point de disparaître. Et c’est bien désolant en particulier pour la France qui fut un temps le leader mondial de l’industrie électro-nucléaire avec en aval la collaboration étroite d’Alstom pour les turbines. Aujourd’hui la division énergie d’Alstom n’est plus française et EDF est devenu l’interlocuteur commercial obligé pour le projet anglais Hinkley Point C dans lequel participe la Chine. Il est clair que le patrimoine industriel français dans ce domaine va donc tout simplement disparaître à terme comme beaucoup d’autres fleurons industriels et commerciaux français, on peut tout de suite penser en particulier à Air France … Enfin, il faut constater que l’énergie électro-nucléaire devrait être considérée comme irremplaçable par les tenants de la toxicité du gaz carbonique sur l’évolution du climat mais ce n’est à l’évidence pas le cas.

Source et illustration : World Nuclear News

Russiagate : la désinformation continue aux USA et … en Europe

Le gigantesque scandale, une véritable bombe à fragmentation, qui commence à secouer les USA n’a pas fini de faire couler de l’encre. Brièvement il s’agit de l’affaire mêlant Uranium One, la Russie, le comité démocrate (DNC), Hillary Clinton et même Obama qui pourrait aussi être éclaboussé. Lorsque Madame Clinton était en poste comme Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères durant le premier mandat d’Obama, elle eut en charge le dossier de rachat d’Uranium One par la société d’état russe Rosatom. Elle en profita, toute secrétaire d’Etat qu’elle était, il fallait le souligner, pour corrompre les autorités russes et faire pression afin que la Fondation familiale Clinton soit dûment rémunérée à hauteur, toutes sommes confondues, de 145 millions de dollars plus un demi-million de dollars dans la poche de Bill qui effectua une prestation à Moscou pour mettre de l’huile dans les rouages de Rosatom. L’affaire remonte à 2010. Malgré le fait que le FBI et le département de la justice américaine se soient intéressés à cette transaction permettant à la Russie de contrôler 20 % de l’activité liée à l’uranium au sein même des USA l’affaire n’a pas eu l’air d’inquiéter Obama outre mesure. Il a même tout simplement gardé le silence, de même que James Comey alors directeur du FBI, remercié il y a quelques mois par Trump.

De toute évidence Hillary Clinton a menti dans l’affaire appelée maintenant le « Russiagate ». Elle a financé une entreprise privée en liaison avec un ancien agent du MI6 pour monter de toute pièce la soi-disant interférence de la Russie dans les élections présidentielles de novembre 2016. Pour que FoxNews reconnaisse ses erreurs au sujet du rôle jamais prouvé de la Russie dans ces élections et que le Washington Post se sente pour le moins gêné est révélateur de l’aspect nauséabond de la politique politicienne de Capitol Hills : tous les membres de la Chambre des Représentants sont mouillés que ce soient les Démocrates comme les Républicains qui ont reproché à Trump d’avoir limogé James Comey car un grand nombre d’entre eux « savaient ». D’autres têtes vont bientôt tomber et le couple Clinton pourrait se retrouver sous les verrous si naturellement la justice fait correctement son travail, ce qui n’est pas encore acquis pour l’instant.

Apparemment ce tsunami politique américain n’a pas l’air d’intéresser les médias européens qui, comme l’a fait l’AFP, ignorent ou feignent d’ignorer ce qui se passe en ce moment même à Washington. Pas un mot sur la corruption d’Hillary Clinton lors des transactions avec Rosatom, seulement la mention d’un fait très secondaire : la mission confiée à l’entreprise Fusion GPS, basée à Washington chargée d’enquêter sur les liens entre Trump et la Russie qui remit un rapport totalement mensonger au DNC afin d’alimenter le « Russiagate ». Pas un mot de la corruption active d’Hillary Clinton, c’est l’Omerta ! Il faut dire que tous les médias européens, sous l’influence de la CIA, ont carrément daubé au sujet de Donald Trump. Ils vont s’en mordre les doigts car cette affaire va aussi avoir de lourdes répercussions en Europe, le chien-chien de l’Amérique. Quelle attitude vont adopter Merkel, Junker et bien d’autres éminents hommes politiques, seulement éminents dans leur degré de corruption et d’avilissement

La politique c’est complètement pourri … À suivre.

Source : ZeroHedge et The Hill

Areva fait dans l’éolien pour plaire à Mademoiselle Royal

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant que l’Occident bon ton emmené par les néocons américains accuse Poutine de tous les maux, la Russie n’en a cure. Le Kremlin vient de signer deux accords coup sur coup pour la construction de centrales nucléaires et pas n’importe où. D’abord huit réacteurs en Afrique du Sud, ça doit faire désordre à la direction d’Areva puisque la centrale de Koeberg fut construite par Framatome et EDF sous licence Westinghouse dans ce même pays. L’Afrique du Sud s’est tournée vers la Russie pour développer son programme électronucléaire et il n’y a pas de doute que le flop de l’EPR en Finlande avec des retards à répétition y est pour quelque chose, à tel point que ce dernier pays envisage de faire aussi appel à la Russie pour continuer son programme nucléaire civil. Toutefois rien n’est encore formellement conclu entre l’Afrique du Sud et Rosatom, 50 à 60 milliards de dollars c’est une grosse somme à trouver. Ça fait encore plus désordre d’apprendre que la Jordanie a également décidé de faire appel à la Russie pour la construction de sa première centrale nucléaire civile. Il doit y avoir des grincements de dents chez Areva qui avait été approché par le gouvernement jordanien. Reste le dynamisme de la Russie dans le domaine des réacteurs à neutrons rapides tant controversé par les Verts à la tête desquels se trouvaient les deux écologistes du moment, Dominique Voynet et Ségolène Royal qui poussèrent le gouvernement Jospin à fermer définitivement le surrégénérateur de Creys-Malville alors que la France et le consortium européen étaient à la pointe mondialement dans cette technologie prometteuse. Ce sont les Russes qui maîtrisent d’ors et déjà cette technologie avec le réacteur BN-600 à neutrons rapides implanté à Beloyarsk en Sibérie, et couplé au réseau électrique depuis 24 ans. Il est refroidi avec du sodium liquide après le réacteur pilote BREST-300, décommissionné, et avant le BN-800 sur le même site qui devrait être couplé au réseau dans les prochaines semaines et peut-être dans quelques années un BN-1200. Il est intéressant de noter que le BN-800 est le premier réacteur à neutrons rapides exporté dans le monde puisque son jumeau est en phase finale de construction en Chine. Le développement des assemblages de combustible MOX et uranium faiblement enrichi conditionnés sous forme de nitrure est terminé et une usine est en cours d’achèvement (voir photo, source Rosatom). En France on continue à démanteler un joyau de la technologie, je veux parler de l’usine de Creys-Malville et ce seront bientôt les deux réacteurs en parfait état de Fessenheim qui seront à leur tour abandonnés aux sirènes de l’écologie obscurantiste. Belle image qui résume le déclin annoncé et inexorable de la France dans le domaine du nucléaire civil. Le modèle technologique français n’est plus que l’ombre de lui-même puisque Areva s’est reconverti dans l’éolien …

TVS-4 fuel assembly 460 (SCC)

Source : World Nuclear News, vue des réacteur à neutrons rapides BN-600 et BN-800 depuis la ville de Zaretsjny

Même la Commission Européenne est gangrenée par les écolos !

 

Le projet comportant la construction de deux EPR par EDF et Areva, associés à CGNP (China’s General Nuclear Power) sur le site d’Hinkley Point en Grande-Bretagne est menacé par une décision défavorable de la Commission de Bruxelles. Les Anglais ont fait appel à EDF et Areva puisque leur industrie nucléaire, au point mort depuis 30 ans a perdu toute expertise, alors qu’en Europe, il ne reste plus que ces deux entités opérationnelles, Siemens ayant également jeté l’éponge. Le montage financier comporte, outre des financements par EDF et CGNP, un prêt de 10 milliards de livres garanti par le gouvernement anglais, une assurance contre le risque de fusion du cœur, ce qui est arrivé à la centrale japonaise de Fukushima-Daiichi, une aide pour le démantèlement et un prix spot du MW fixé et également garanti inflation comprise pour les 35 années à venir. Pour le décommissionnement on se projète dans l’avenir c’est-à-dire aux alentours des années 2070 mais les deux autres garanties sont considérées comme des subventions déguisées et ça ne plait pas trop aux autorités de Bruxelles.

Quand Günther Oettinger déclare qu’il serait plus judicieux d’investir dans l’éolien et les centrales au gaz on a tout compris. Cet Allemand, membre de la Commission en charge de l’énergie a annoncé la couleur, le « vert ». Cet idéologue vendu aux idées des écologistes considère que les turbines à gaz sont plus écolo-compatibles que le nucléaire puisqu’elle produisent « moins » de carbone que la lignite ou le charbon vendu à bas prix aux Européens par les Américains depuis le boom du gaz de schiste. Donc, investir dans des moulins à vent et dans des centrales au gaz est plus « vert » dans l’esprit des écolos. Ils oublient de mentionner dans leur raisonnement que le nucléaire ne rejette pas de CO2 mais leur opposition viscérale et irraisonnée au nucléaire justifie de manière spécieuse leur position.

A ce sujet, à la suite de demandes réitérées de plusieurs gouvernements européens de considérer l’énergie nucléaire comme pouvant être subventionnée car ne rejetant pas de carbone, la Commission de Bruxelles a tranché par un NON franc et catégorique. Douze pays européens avaient pourtant déposé une requête afin que la Commission considère les énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque et biomasse) et le nucléaire sur le même plan, c’est-à-dire écolo-compatibles donc susceptibles de bénéficier de subventions gouvernementales. Seules l’Allemagne et l’Autriche s’y étaient opposé et la Commission a finalement adopté une position hostile, gangrenée par les partis écologistes très actifs notamment en Allemagne et en Autriche.

Le projet d’Hinkley Point pourrait tout simplement être annulé et l’ensemble du tissu industriel français sous-traitant d’Areva qui, sur le sol français, possède encore l’expertise et les certifications « qualité nucléaire » pourrait disparaître définitivement. En effet, les discussions en cours pour la construction d’une méga centrale nucléaire de près de 10 gigawatts en Afrique du Sud, un projet de 50 milliards de dollars, pourrait bien passer sous le nez d’Areva, encore une fois, car Rosatom (Russie) a fait des propositions à l’Afrique du Sud qui seraient considérées par la Commission de Bruxelles comme des subventions intergouvernementales évidentes si ce type de montage était imaginé en Europe. Areva, ou plutôt la Cogema en son temps, a perdu le contrat de fourniture du combustible et son retraitement pour la centrale nucléaire d’ESCOM à Koeberg, pourtant construite par Framatome ( ! ) pour les mêmes raisons et même si Hollande est allé récemment gesticuler à Pretoria pour tenter de décrocher le contrat, la situation paraît perdue d’avance, il est revenu avec quelques miettes comme un vague contrat d’entretien du réseau ferré sud-africain, des histoires d’éclisses qui on l’espère ne se dévisseront pas toutes seules !

Areva, un des rares fleurons industriels français encore représentatif de la qualité « made in France » (pour plaire au passage au ministre du redressement) pourrait bien s’affaisser définitivement avec l’échec du projet anglais uniquement en raison du lobbying intense des écologistes auprès de la Commission de Bruxelles. Et ce n’est certainement pas le ministre de l’énergie français (ancien faucheur d’OGM) qui soutiendra le montage financier franco-sino-anglais puisqu’il préfère lui aussi les moulins à vent.

Il y a donc un vrai souci en Europe dans le domaine de l’énergie et l’hypothèse que j’avais émise d’un complot organisé par les USA par l’entremise des écologistes afin d’affaiblir l’ensemble du tissu industriel européen voit dans cette histoire une illustration évidente …

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/09/29/le-complot-du-climat/