Une autre représentation de la richesse mondiale …

Capture d’écran 2019-06-22 à 17.35.35.png

C’est le site howmuch – il porte bien son nom – qui vient de mettre en ligne une représentation de la richesse boursière mondiale. Elle est largement dominée par les valeurs « tech ». Celles-ci représentent plus du tiers de la capitalisation boursière mondiale : 957 milliards de dollars sur 2230 milliards. Mais cet état de fait est trompeur. La crise boursière de 2001, éclatement de la bulle dot.com, pourrait se reproduire si une crise financière survenait. Cette capitalisation pourrait se réduire à une peau de chagrin, qui comme son nom l’indique chagrinerait beaucoup de personnes se croyant aujourd’hui multimilliardaires. Les services financiers représentent à peine le cinquième des valeurs « tech ». Il est vrai que la politique des taux d’intérêts nuls voire négatifs choisie par les banques centrales ne joue pas en faveur des banques et la capitalisation boursière de ces dernières s’est effondrée depuis la crise de 2008-2009. Seuls Amex et Visa s’en tirent à peu près mais il faut bien préciser que ces compagnies réalisent plus de profits que les établissements bancaires traditionnels car le crédit est facturé au détenteur de cartes à un taux usurier si on compare ce dernier aux taux pratiqués par les banques centrales. Le secteur automobile est dominé par le groupe Toyota, une entreprise qui a choisi dès la fin des années 1990 la technologie « hybride » qui a remporté depuis un franc succès plaçant cette entreprise dans une position confortable dans la transition qui devrait affecter l’ensemble du secteur automobile mondial dans les prochaines années. Enfin la France se distingue dans cette représentation puisque, hors Rolex, toutes les grandes marques de produits de luxe qui figurent dans cette « carte » sont contrôlés par des intérêts financiers français auxquels il faudrait ajouter l’Oréal et Lancôme.

Source : https://howmuch.net/articles/the-world-most-valuable-brands-2019